Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 1002 lectures  - 4 commentaires [16 décembre 2021 à 19:07:21]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

Le coeur dans la neige Auteur: Blackpearl88 Vue: 1697
[Publiée le: 2017-04-10]    [Mise à Jour: 2020-04-30]
13+  Signaler Romance/Drame/Yaoi (HxH)/Amitié/Tranche de vie/Jeunesse Commentaires : 9
Description:
Baekhyun se demandait si l'on pouvait être puni d'avoir trop aimé. Appelé hypersensible par l'homme avec lequel il avait longtemps partagé sa vie, il se demandait à présent si l'amour et les émotions étaient quelque chose qu'on ne gardait que pour soi. Et puis, il avait rencontré Chanyeol et sa chienne Méli, lors d'un coucher de soleil un peu triste.
Et il s'était dit qu'au final, être hypersensible n'était peut-être pas une si mauvaise chose.

"- Ton coeur est peut-être brisé, Baekhyun, mais tout ce que tu gardes dedans n'en a pas perdu sa valeur."
Crédits:
Les membres d'EXO ne m'appartiennent pas. Mais l'histoire ainsi que tout autre personnage me sont réservés.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Liberté

[1378 mots]
Publié le: 2020-04-30Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Bonjour tout le monde! Me revoici avec le 9ème chapitre de cette histoire, j'espère qu'il vous plaira.

 

Chapitre 9.

« Liberté »

 

Baekhyun, en rentrant ce soir-là, était immergé par la mélancolie, la joie de vivre, la tristesse, aussi, comme à son habitude. Mais cette tristesse était belle, elle était symbole d'un bon moment, d'un instant de bonheur. En regardant les photos, ce soir-là, dans sa chambre, dans son grand lit vide, il redécouvrait une de ses passions, il redécouvrait des émotions qu'il n'avait plus ressenti depuis longtemps, des émotions qu'il avait effacées, supprimées pour le plaisir des autres. Quelque chose en lui en lui revivait.

 

Dehors, le bruit des grillons ne cessait. Il aimait garder la fenêtre ouverte, écouter les sons du village en pleine nuit d'été. Ce soir-là, il se demandait de quoi il avait si peur. S’il avait peur du regard des autres ou si sa peur était plus subtile, plus compliquée que cela. Quand il voyait les gens se promener dehors, seuls, décidés, il se demandait si eux aussi ressentait les yeux dans leur dos, si eux aussi ressentait cette peur.

 

Il se tourna sur le côté et posa le regard sur la fenêtre, donnant vue sur la rue. Comme chaque soir depuis quelques semaines, ses pensées revenaient vers Chanyeol. Le sentiment d’aise et de confort. Le sentiment de ne pas être seul. Il trouvait cela ironique que dans sa quête vers l’indépendance, il avait créé un lien aussi fort. Chanyeol lui manquerait, c’était inévitable. Jamais il ne s’était senti aussi proche de quelqu’un. Jamais auparavant il ne s’était senti aussi compris et aimé. Ce qu’il aimait le plus chez lui, plus que ses sourires, plus que sa douceur et sa compassion, c’était sa confiance. Quand Chanyeol parlait, il parlait avec conviction. Quand Chanyeol riait, il le faisait sans honte. Ce que Baekhyun aimait tant chez lui, c’était que ses paroles n’étaient pas vides de sens. Elles tiraient leurs racines d’un vécu, d’expériences. Quand Baekhyun l’observait, il voyait quelqu’un qui avait enfin trouvé la paix.

 

Profondément en lui, un sentiment qu’il ne sut vraiment décrire. La phrase de Chanyeol, elle, résonnait dans ses pensées. Le regret est le pire des sentiments que j’ai pu ressentir. Son cœur s’était mis à battre plus vite. L’amour, quelle chose étrange. L’amour, c’était souvent quelque chose d’égoïste. On aimait l’autre, c’était certain, mais on aimait aussi l’effet qu’il nous donnait, les émotions qu’il provoquait. Quand on était amoureux, on aimait la façon dont on se sentait, tout autant, voire plus, que l’on aimait véritablement l’autre. Baekhyun, lui, aimait avec tout son cœur, il aimait sans crainte. Il aimait avec altruisme.

 

L’appareil photo, dans ses mains, renfermait les images de leur aventure. Une véritable capsule d’émotions, de sentiments et de ressentis. Dans sa poitrine, un nœud se faisait ressentir. Dans quelques heures, Chanyeol partirait. Dans quelques heures, chaque jour redeviendrait ordinaire. Il clôt les paupières, serra son pull un peu plus près de son corps, caressa l’émaille en laine. Il se demandait s’il s’était attaché à lui par nécessité, par habitude, ou si c’était réellement parce qu’il portait Chanyeol dans son cœur. Peut-être les deux. Peut-être l’un. Le doute ne l’apaisait pas.

 

Un papier froissa dans poche. Il fronça les sourcils, songeur, et le pêcha avec ses deux doigts. L’écriture liée au stylo bleu. Il distingua une petite fleur, dans le coin de la lettre, soigneusement dessinée. Il eut à peine commencé la lecture que déjà ses yeux larmoyaient.

 

« N’est-ce pas ça, finalement, la vie ? C’est une rencontre opportune, au bon moment dans sa vie, puis la situation change et la nature de la rencontre aussi. Je ne te cache pas que c’est triste, que ce sera peut-être un creux qu’on ressentira toujours, mais est-ce que les souvenirs ne sont pas finalement ce qu’on a de plus cher ? Se souvenir des moments qu’on a passés, en sourire, en pleurer peut-être, puis rencontrer de nouvelles personnes et recommencer. Je ne sais pas. Je me pose la question. — CY »

 

Il se redressa sur le bord du lit, se frotta les yeux. Le nœud dans sa gorge, à présent. Ses réponses physiologiques, toujours prêtes à trahir ses émotions. Les larmes, les mains moites, la bouche sèche ou bien son cœur, qui battait douloureusement. Il allait devoir dire au revoir. Et comme souvent, il n’était pas prêt. Le message de Chanyeol laissait libre cour au futur.

 

Ce soir-là, Baekhyun songea, la peur qu’il ressentait était peut-être plus profonde, plus existentielle. L’incertitude et le trou noir que représentait l’avenir, peut-être, faisait trembler son cœur plus que tout autre chose. Peut-être que Baekhyun avait simplement peur de s’aventurer dans ce marécage seul, dans le noir, sans personne pour le guider.

 

La texture du papier, entre ses doigts, était douce. Les étoiles étaient nombreuses dans le ciel, particulièrement brillantes. Il reconnut la Grande Ourse, avec sa forme familière. Parfois, il avait l’impression d’être une étoile. Seul, malgré l’apparente proximité des autres. Il brillait avec moins d’ardeur, pourtant.

 

Il y avait tant de choses qu’il voulait encore apprendre au sujet de Chanyeol. Il voulait entendre ce qui le faisait rire, ce qui le faisait pleurer, il voulait revoir l’étincelle au fond de ses yeux quand il parlait de son enfance. C’était difficile de se dire que cela s’arrêterait là, ou du moins que l’histoire serait en pause, alors que cela n’avait que commencé. Il se demandait si Chanyeol aussi pensait pareil, si lui aussi était couché dans son lit, à l’instant même, à regarder le ciel étoilé, à songer au possible. Ou alors, il se faisait des illusions, et il se laissait aveugler par ses sentiments. Hypersensible. Quelle importance quand le sentiment qu’il ressentait était si universel, si intense. Il était heureux et triste en même temps. Chanyeol avait raison, les souvenirs étaient ce qu’on avait de plus cher. Mais où était le mal à en vouloir plus ? Ce n’était pas pour rien qu’on recommençait, à chaque nouvelle rencontre. Les albums photos, une collection de souvenirs, et l’être humain, tout au long de sa vie, prêt à tout pour revivre la joie qu’ils reflétaient. La vie, comme un recueil de fragments émotionnels.

 

« La liberté c’est d’avoir le choix. »

 

Il se souvenait de cette phrase que son grand-père avait l’habitude de répéter lors des débats familiaux. Enfant, elle l’avait marqué et en grandissant, elle ne l’avait plus quitté. Le concept de liberté, il avait appris bien plus tard, était complexe. Peu de gens étaient libres. Parfois au sens concret, parfois au sens abstrait. Il y avait toujours quelque chose qui retenait. Pour Baekhyun, c’était une multitude de choses. Réaliser quelles étaient ces choses relevait d’une profonde introspection. Apprendre à les surmonter demandait un courage presque utopique. La question, futile, survola dans ses pensées. Dès lors, est-ce que la vie commençait au moment où l’on reconnaissait qu’elle ne nous était pas donnée ?

 

Une page blanche, dont il était l’écrivain. Et le stylo, qui pesait dans sa main. S’il avait le choix, que ferait-il ? Devant lui, le marécage. Des possibilités infinies. Il pouvait choisir de s’en distancer, de se dissocier de l’avenir, l’histoire s’écrirait malgré tout. S’il fermait les yeux, il voyait une silhouette, debout sur le balcon, regard perdu, petite face à l’immensité de l’univers. La silhouette n’avait pas de visage.

 

Souvent, les émotions de Baekhyun ne se résumaient pas en un mot. Tout comme ses pensées, l’une entrainait l’autre. Ces dernières années, il n’avait fait que détester cette part de lui-même. Il avait prétendu son inexistence, il avait subi le jugement des autres. Puis, après plus de vingt ans d’annihilation, il avait rencontré Chanyeol. Et pour la première fois de sa vie, il ne s’était pas caché.

 

Non, ce n’était pas sa dépendance aux autres qui parlait, ce n’était pas non plus la peur d’être seul face à l’avenir. Si le départ était si douloureux, c’était parce qu’en vingt ans de vie, Baekhyun n’avait jamais eu de si bel été. C’était parce qu’en vingt ans de vie, Chanyeol était la première personne à l’avoir vu. Et la douleur qu’il ressentait à devoir dire au revoir venait de cette certitude qu’ensemble, ils avaient vécu quelque chose d’unique et que jamais cela ne se reproduirait.

 

Il n’était pas prêt.

.

 

.

 

.

Commentaire de l'auteur Merci d'avoir lu, et comme toujours n'hésitez pas à me laisser vos pensées, vos idées ou bien vos avis. Restez en bonne santé et souvenez-vous d'être patient avec vous-même durant cette crise globale. A bientôt!
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2022 / Mentions légales