Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Pierres d'Encre 11
    Association Le Temps des Rêves
    Nb de signes :
    Genre : poésie
    Délai de soumission : 17/04/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Page blanche lors de la demande de mot de passe
 par   - 211 lectures  - Aucun commentaire

Le bug de la page blanche lors de la demande d'un nouveau mot de passe est résolu.

Désolé pour ce problème très gênant...

 

Encore une conséquence du changement d'adresse IP...
 par   - 354 lectures  - Aucun commentaire

Eh bien, ce changement d'adresse IP sauvage a eu plus de conséquences que je ne le pensais.
Les mails n'étaient plus envoyés... du tout !
Je ne m'en suis pas rendu compte car ma boîte étant locale il n'y avait pas de problème.

Je remercie celles et ceux qui m'ont signalé ce problème.

 

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1134 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

L'incertitude
[Histoire Terminée]
Auteur: Egzantia Vue: 559
[Publiée le: 2015-07-30]    [Mise à Jour: 2015-07-30]
G  Signaler Romance/Yaoi (HxH)/One-Shot/Tranche de vie Commentaires : 5
Description:
• [SeYeol / ChanHun]
Crédits:
Se Hun et Chan Yeol ne m'appartiennent pas (ça m'arrache les doigts de l'écrire, z'imaginez même pas), mais l'histoire oui.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Chapitre unique - L'INCERTITUDE

[2136 mots]
Publié le: 2015-07-30
Mis à Jour: 2015-07-30
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur 'Alut mes petits lézards ! Voici un petit truc que j'ai écris il y a déjà un moment. Je suis retombée dessus y a quelques jours donc je me suis dit, pourquoi pas vous le faire partager ? Du coup voilà. Se Hun et Chan Yeol, ça change du Se Hun / Yi Xing ^0^ Ne vous attendez pas à un truc hard, c'est vraiment tout mignon gentil. Je vous souhaite une bonne lecture !

PS : Désolée pour cette mise en page horrible, mais j'ai beau essayer de la changer, ça ne veut pas -.- Je vous conseille donc de copier/coller le OS dans une page de traitement de texte, histoire de pas faire bobo à vos n'yeux ;)

Blog de toutes mes fictions ♥ : http://egzantia.skyrock.com/



L'INCERTITUDE



Se Hun attendait. Depuis bien deux bonnes heures, il attendait sous cette pluie battante. L'eau glacée se mêlait parfaitement avec ses états d'âme : il était glacé de l'intérieur. Voilà le mot. Le froid s'était emparé de lui, bien avant que l'orage éclate. Ses frissons, il les devait à sa naïveté. Quel con il avait été ! Quel imbécile ! Il avait ouvert les yeux, au bout d'à peu près trois quarts d'heure à patienter, quand il avait enfin décidé d'accepter la vérité : Il ne viendrait pas.

Il, c'était l'autre, Park Chan Yeol. Celui qui le faisait poireauter comme une cloche, assis et grelottant sur ce foutu banc, dans ce foutu parc. Il représentait tout pour Se Hun, mais celui-ci pas assez pour Chan Yeol. Voilà où il en était venu, tout ça à cause de deux heures de retard. Il se sentait pathétique et puéril, mais ne bougeait pas, aussi obstiné que désespéré.

Un violent flash lumineux déchira le ciel sombre, ébranlant quelque peu les convictions du jeune homme. Ses cheveux noirs dégoulinaient, les gouttes s'insinuaient dans le tissu de son sweat et de son jean, ses dents claquaient, ses mains enfoncées dans ses poches tremblaient. Oui, il était pathétique. Et pitoyable. Mais la naïveté de ses dix-neuf ans le faisait encore espérer que, par miracle, il restait encore une chance. Que Chan Yeol allait répondre à son appel et venir le rejoindre. Il voulait s'en persuader, en se répétant en boucle qu'il allait arriver.

C'était aujourd'hui que Chan Yeol revenait de son déplacement professionnel de deux semaines. Pendant ces interminables jours, il n'avait passé aucun coup de fil. Il n'avait pas pris de nouvelles, il n'en avait pas donné non plus. Alors qu'il l'avait promis à Se Hun. Le jeune homme avait craqué en premier. Mais la tonalité avait retenti dans le vide, alors il avait laissé un message, pensant celer lui-même son sort : "Puisque apparemment, tu es trop occupé pour daigner appeler, à ton retour on retrouve au parc en face de chez toi, à 19H. T'as intérêt à te ramener''.

Désormais, il s'en voulait d'avoir agit en gamin blessé. Il y avait nombres de raisons pour qu'il n'ait pas donné signe de vie. D'un autre côté, c'était difficile d'entretenir une relation avec un homme de vingt-cinq ans. Chan Yeol le taquinait souvent sur son impulsivité, et c'est dans ces moments-là que l'on sentait le faussé entre eux deux. Il était bien plus mature que Se Hun, endurci par son travail et sa vie sentimentale déjà bien chargée.

Lui, Se Hun, était novice et peu sûr de lui, ne marchant qu'à l'instinct et sur le moment présent. Il se demandait encore comment il avait pu plaire à Chan Yeol. Comment les choses avaient-elle débutées ? Pourquoi Se Hun lui avait-il tapé dans l'œil ? Comment leur relation avait-elle pris forme ? Sous quelles circonstances ?

Il se le demandait encore.

Chan Yeol, lui, était charmeur, mais il était avant tout et surtout inaccessible. Alors comment ? Se Hun était-il une passade, un jouet ? Plus les minutes s'égrainaient, plus il le pensait. Plus il le pensait, plus il avait froid.

-Maudit sois-tu, Chan ..., grinça Se Hun entre ses dents serrées.

Aussitôt, il regretta ses mots. Non, il ne pouvait pas en vouloir à Chan Yeol. Les choses étaient allées trop loin, il s'était fait des illusions, et maintenant il ramassait les miettes. Mais jamais, il ne pourrait en vouloir à Chan Yeol. Il lui avait fait connaître des moments exquis, intimes et doux, aussi éphémères qu'un papillon, mais rayonnant dans leurs fugaces tentatives d'exister. Il se rappelait les heures passées ensemble, les sombres et soyeux yeux de Chan Yeol fondus dans les siens, leurs mains entrelacées, leurs souffles entremêlés, ses murmures à son oreille, caressants et électrisants à la fois. Chaque sourire en coin, chaque rire moqueur ou complice.

STOP.

Se Hun tressaillit en se mordant les lèvres.

Il renifla puis s'enfouit le visage trempé dans les paumes. Il devait arrêter de se torturer de la sorte. Il se savait en manque de Chan Yeol, mais il avait sa fierté, lui aussi, et ce n'était pas en ressassant ses souvenirs comme une jeune fille amoureuse qu'il allait la garder intacte. Elle était déjà bien amochée, mais tout de même ... question de principe. Il ne pouvait cependant qu'avouer à lui-même que Chan Yeol lui manquait affreusement. Ces deux semaines loin de l'homme qu'il aimait l'avait rendu irritable - plus que d'ordinaire, s'entend -, rongé et frustré.

Ses questions ne cessaient de tourner encore. Comment avait-il atteint Park Chan Yeol ? Comment ?

Se Hun était scolarisé à l'université Chung de Séoul, et c'était là-bas qu'il avait rencontré Chan Yeol pour la toute première fois. Au début, il ne l'avait pas remarqué; ce n'était qu'un prof. Un remplaçant, en plus. Il est vrai que Park Chan Yeol avait suscité l'intérêt à son arrivée début octobre. Belle gueule, grand presque dégingandé, un charisme fou, une bonne répartie, de la personnalité, une bonne humeur rayonnante et constante. Assez pour faire baver pas mal de filles. Son remplacement était prolongé : il devait rester jusqu'en mai, pour ainsi dire toute l'année. Il enseignait les mathématiques, l'horreur de Se Hun. Les choses partaient déjà d'un mauvais pied. Pourtant, Professeur Park - comme l'avait nommé Se Hun pendant les premiers temps -, arrivait à faire des maths une matière attrayante, et son jeune âge pour un prof lui avait donné un atout dans son rôle. Il ne se passait rien de très palpitant, jusqu'à ce jour particulier, où Se Hun s'était retrouvé seul en cours de soutien avec son professeur. A partir de ce moment, l'attitude de celui-ci à l'égard du jeune homme avait progressivement changé.

Plus Se Hun passait du temps à travailler ses maths avec le Professeur Park, plus un sentiment de malaise et de confusion naissait en lui. Chan Yeol se montrait davantage familier de jour en jour, allant même jusqu'à proposer des cours particuliers pour pousser le soutien plus loin. Se Hun en était resté perplexe, trop troublé par les yeux profonds et indéchiffrables du Professeur Park. Et puis, ne sachant plus vraiment comment, il s'était retrouvé chez ce type à bosser sa matière. Cela accéléra nettement les choses, et tout bascula très vite. Se Hun retourna beaucoup chez Chan Yeol, mais pour une toute autre raison que sa scolarité.

Se Hun s'était souvent senti incompris des autres, l'amenant à se demander pourquoi. Il n'y pensa plus à la seconde où il comprit les sentiments qu'il avait pour Chan Yeol, qui étaient irréfutablement réciproques - enfin, c'est ce qu'il avait cru, lorsqu'il avait enfin cédé aux avances de Chan. Il se souvenait encore du goût de ses lèvres rafraîchies par l'hiver, lors de leur premier baiser, sur ce banc même, sous la neige.

Se Hun s'était complètement laissé aller dans les méandres fiévreux de leur relation, aveuglé par l'amour et la découverte de cette expérience. Bien sûr, il avait songé au fait que leur situation était plus que risquée : d'une part, parce que Chan Yeol restait un professeur et Se Hun un étudiant; d'autre part, parce que Park Chan Yeol ne s'ancrait jamais longtemps au même port, autant en amour que dans sa vie professionnelle. Et, enfin, parce qu'ils étaient du même sexe.

Le jeune homme avait plusieurs fois douté de la véracité des sentiments de Chan Yeol, mais une étreinte chaude de celui-ci lui faisait tout oublier. Il avait donc gardé loin de lui tout ce questionnement.

Jusqu'au dernier mois. Avril.

Chan Yeol s'était montré assez distant. Malgré ses airs échauffés et impulsifs, Se Hun cachait une grande sensibilité, et cela l'avait beaucoup affecté. Le jeune homme pensait l'avoir lassé. C'était sûr, sinon comment expliquer cet étrange éloignement ? Il avait toujours douté de ses capacités à pouvoir retenir un homme tel que l'était le grand Park Chan Yeol. Ces deux semaines de silence le prouvaient. Certes, il était parti en stage loin d'ici, mais il aurait pu trouver au moins cinq minutes pour Se Hun.

Il haïssait cette façon qu'avait Chan de le couver des yeux comme s'ils avaient au moins dix années d'écart, cette manière de glisser malicieusement ses doigts sous son T-shirt, de lui retourner complètement le ventre en se collant à lui, sa manie de lisser inlassablement les mèches rebelles sur son front comme si les cheveux de Se Hun auraient pu lui appartenir, cette mimique de lui taper tendrement la tête quand il ne se concentrait pas sur ses maths, son rire enivrant lorsque Se Hun essayait de le provoquer d'une façon ou d'une autre, généralement peu catholique.

Il détestait tout ça, et pourtant ça lui manquait à lui en faire mal, à s'enrouler la nuque des bras, le nez dans les genoux. Il voulait tellement revoir Channie...

Il était vingt-deux heures, et la pluie s'acheva enfin. Se Hun était frigorifié et abattu.

Perdu dans les doutes, les désirs contradictoires - enlacer Chan Yeol pour retrouver son odeur et sa chaleur, ou lui foutre un poing en pleine face -, les souvenirs et bien d'autres choses encore, Se Hun ne vit pas la silhouette obscure s'approcher d'un pas pressé. Tout plongé dans son chagrin abyssal, il n'entendit pas non plus qu'on criait son prénom.

Enfin, deux mains s'abattirent sur ses épaules, des bras trempés l'entourèrent, et des lèvres humides chuchotèrent dans son cou.

-Tu m'as tellement manqué, souffla simplement Channie.

Se Hun sauta sur ses pieds, s'arrachant à l'étreinte de son ami.

La vue de l'homme, mouillé de la tête aux pieds, sa chevelure châtain tirant sur le roux dégoulinant, encore essoufflé par sa course, lui fit mal. Le cœur de Se Hun se compressa lorsqu'il croisa les yeux sombres comme deux puits de Chan Yeol.

-Tu te fous de ma gueule, c'est ça ? Tu te plantes devant moi comme une fleur alors que j'attends depuis des lustres ? cracha Se Hun.

Il se dépêchait d'évacuer sa colère avant qu'elle ne disparaisse : il se connaissait; dans cinq minutes, il se jetterait sur lui, bien trop heureux qu'il soit de retour.

-Pardonne-moi, Se Hun. Je vais t'expliquer, mais calme-toi d'abord.

-Oui, c'est bien ça, tu te fous de moi ! Comme si j'allais gober je ne sais quelle connerie que tu vas m'inventer pour te justifier ! Aller, avoue, t'as trouvé un joli minet à chauffer à ton stage, c'est ça ? Ça t'a bouffé tout ton temps mais tu t'en foutais ?

Chan Yeol parut indigné, et se fit violence pour garder son sang-froid.

-Merde, pour qui tu me prends, Se Hun ? Pour un connard infidèle ? Tu crois que c'est ça qui m'a retenu ?

-Exactement ! Un pauvre type ...

Se Hun fut coupé dans sa phrase, Chan Yeol ayant contourné le banc pour le saisir par le bras.

-Un pauvre type ? C'est ça que vaut ta confiance à mon égard ?

Les pupilles de l'homme lançaient des éclairs; Se Hun déglutit, sentant déjà sa fureur le quitter.

-Et ton éloignement de ce mois-ci, je l'ai inventé, peut-être ?

-Je t'expliquerai ça aussi ... plus tard. Sache que c'était juste pour ton bien.

Il entreprit d'enlever son blouson détrempé pour le secouer. Le silence se fit. Se Hun s'en voulut de ne pas plus rouspéter, mais il s'en sentait incapable. Retrouver les gestes familiers et sûrs de Chan Yeol le réconfortait. Cet homme paraissait toujours si confiant.

Son questionnement poussé et méticuleux sur le séjour de son ami mourut dans l'œuf. Dans la seconde, tout ce qu'il voulait, c'était se blottir sous une couette pour oublier toutes ses incertitudes.

Après avoir fait de son mieux pour sécher son manteau, Chan Yeol le jeta sur les épaules du jeune homme.

-Viens, allons chez moi. Sans s'entre-tuer, si possible.

Se Hun voulu riposter avec mordant, mais la main que Chan Yeol glissa dans la sienne le coupa net dans son élan.

Une fois encore, Se Hun s'était laissé avoir trop facilement. Il le savait et s'en voulait. Et même s'il ne l'avouerait jamais, le contact de Chan Yeol balayait tout ça.





Commentaire de l'auteur Voili voilou, un OS tout gentil tout mignon. J'espère que ça vous a plu ! A bientôt :)
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales