Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Parlement des choses spatiales
    Observatoire de l'Espace du CNES
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 26/10/2020
  • Elle n'avait rien remarqué d'anormal
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 2 000 - 4 700 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 15/08/2020
  • Histoires de fleurs
    YBY Editions
    Nb de signes : 20 000 - 60 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/03/2021
  • Body Positiv
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance contemporaine - romance
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Indispensable
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/07/2020
  • Le monde d'après
    Réticule
    Nb de signes : 6 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction - anticipation - science-fiction
    Délai de soumission : 31/08/2020
  • Non
    POÉTISTHME
    Nb de signes : < 6 000 sec
    Genre : avant-garde - art visuel - poésie
    Délai de soumission : 26/08/2020
  • Thriller horrifique
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : thriller - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • Enigma
    Etherval
    Nb de signes : 10 000 - 34 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 01/08/2020
  • My boss and I (Mon patron et moi)
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : érotique - romance
    Délai de soumission : 30/09/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 956 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

Bad Secrets
[Histoire Terminée]
Auteur: Komiro Vue: 3162
[Publiée le: 2015-07-18]    [Mise à Jour: 2015-09-14]
13+  Signaler Drame/Action-Aventure/Yaoi (HxH)/Amitié Commentaires : 12
Description:
Deux groupes ennemis se sont formés, EXO-K et EXO-M... Pas de règles, il faut juste se détester...La haine est-elle la seule chose qui les unis?

"Je me fout de mourir en brave ou en lâche, je ne me sens entrer dans aucune de ces catégories. Je vais mourir en amoureux, en amant maudit, en aventurier souriant, c'est ainsi, c'est moi..."
Crédits:
EXO ne m'appartient pas.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Mon ennemi indispensable

[2440 mots]
Publié le: 2015-08-18Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Je poste le chapitre 11 et le 12 arrive dans pas longtemps, sans doute ce soir! Bonne lecture!
Mon ennemi indispensable...

- Sehun?

- Hum?

- Tu préférerai mourir avant ou après moi?

- ...C'est une question nécessaire, là, maintenant?

- Je ne sais pas... Réponds, c'est tout.

- Et bien...Je dirais que ça dépend de toi.

- De moi?

- Tu serais triste si je mourais? Je veux dire, dévasté, comme Suho?

- Je me tuerai... La réponse te convient?

- Non, elle chamboule mon raisonnement.

- Tanpis...

- Ta question n'a plus de sens maintenant que j'y pense. Si on se suicide après, c'est comme si on mourait en même temps, non?

- Celui qui meurt souhaitera sans doute que l'autre vive tout de même...

- Oui, c'est ça le problème...

- Sehun?

- Hum?

- Embrasses-moi.

Je tournais la tête vers lui. Il regardait le plafond, allongé, nu. Je me redressais sur un coude pour voir son visage. Il fumait une cigarette, sensuellement. Je me penchais sur ses lèvres. Il accueillis les miennes avec empressement, comme s'il avait peur que je m'échappe. Sa bouche avait le goût du tabac et des larmes salées.
Xiumin s'était suicidé, il y a déjà une semaine.
Un jour, Luhan était rentré, fou de rage. Il n'avait pas pris le temps de pleurer le mort et toute sa triste le rendait violent. Il s'était avancé vers moi, m'avait giflé plusieurs fois avant de commencer à tout détruire dans l'appartement. Je lui avais courrus après, lui avais tout offert pour qu'il se calme, mais en vain. Ses yeux avaient alors explosé et les larmes avaient coulés. Il s'était réfugié dans mes bras. Le sexe le calma un peu, la première fois. Il ne se confia pas pourtant.
Le deuxième soir, il était rentré encore plus fou. Il m'avait accusé:

- C'est de ta faute s'il est mort!! Il s'est suicidé parce que tu l'as poussé à bout! T'es une ordure, Sehun! Je vais te le faire payer!

Cette nuit-là, il me viola presque. Je dis presque parce que je le laissais faire. C'est ce soir-là qu'il tatoua dans mon dos, au même endroit où nous les avions tatoué, eux, le mot "LOVER". Lorsqu'il commença à me tatouer, j'aurais vraiment pensé qu'il écrivait aussi le mot "MURDER" parce qu'il m'avait crié que je l'avais assasiné toute la journée, mais finalement, je découvris le lendemain qu'il m'avait gravé le mot "LOVER", ce qui me plaisais beaucoup plus. Cependant, je me demandais s'il n'avait pas de limites, ou plutôt, si, je n'avais pas de limites. Je fus surpris de découvrir que, je n'en avais pas. Luhan aurait pu me faire presque n'importe quoi, il ne pouvait dépasser aucune limite parce que je l'aimais sans conditions et sans limites, ce qui été idiot sans doute. C'était affolant d'aimer si aveuglemment qu'on oublie soi-même, qu'on reste indifférent à ses souffrances, pour aimer l'autre. Je tremblais presque de ma fidélité sans limites. J'étais un bon vieux toutou qui demande timidement des caresses.
Le troisième jour fut le pire.
Luhan venait de rentrer. J'appréhendais son état. J'avais beaucoup pleuré, seul, loin de son regard. J'avais peur qu'il perd la raison. Il marcha, lentement, les yeux larmoyants vers moi et tomba dans mes bras:

- Sehun, excuse-moi...Sehun...Sehun...

Ce soir-là, il semblait étrangement calme et lucide. Je l'obligeais à se coucher. Il m'obéis, comme une âme herrante. Moi, je m'installais sur le canapé pour fumer un peu. Il resta endormis pendant environ deux heures, puis, la fièvre du déséspoir le réveilla. Il se leva et s'approcha de moi:

- Sehun, pourquoi tu ne m'aimes plus? Qu'est-ce que je t'ai fais? Sehun!? Réponds, abruti!! Pourquoi tu me trahis?

Je tentais de le calmer:

- Mais enfin, Luhan, je ne te trahis! Mon coeur est à toi, Luhan! Vas te recoucher, tu iras mieux demain.

Cependant, il s'enflamma et commenca à délirer:

- A quoi bon parler de demain!? Je me fiche de demain, si tu ne m'aimes pas, alors je me tue!

Jognant geste à la parole, il ouvrit la fenêtre et grimpa debout sur le rebord de la fenêtre. Mon sang ne fit qu'un tour. Je bondis du canapé. Il hurla:

- Avis à vous tous! Sehun ne m'aime plus! Je n'avais pas de coeur, il m'a offert le sien, m'a fais goûter à la vie et me l'arrache subitement pour le donner à un autre! Quel traître! Si je ne peux pas vivre au rythme de ses pulsations, alors je meurs!

Je l'attrapais par la taille en hurlant, fou de rage qu'il soit si lâche et bête:

- Luhan, imbécile!

Il tomba dans mes bras, aussi pâle que la mort, paniqué, frébrile. Je m'assis, la vision trouble, lui sur mes genoux. J'explosais en sanglot. Jamais je n'avais eu aussi peur de ma vie. Il s'aggripa à mon cou comme un enfant, affolé, la respiration entre-coupée de pleurs. Je le serrais tellement fort contre moi qu'il en avait mal, mais mes muscles étaient tétanisés, ne m'obéissant plus. Nous restâmes ainsi pendant une demi-heure, pleurant, incapable d'aligner deux mots. Je me demandais si nous n'allions pas devenir fou tout les deux. J'avais cru mourir, le voyant debout, prêt à se jetter dans le vide, et moi, si impuissant. Je nous berçait nerveusement:

- Je suis désolé...Je suis désolé...Je...Je suis désolé, répétais-je bêtement, ne trouvant rien d'autre à dire.

Finalement, nous nous endormîmes devant la télévision, l'un dans les bras de l'autre. Je ne sais plus qui de nous à eu la force de nous enmener sur le canapé.
Après cette épisode, Luhan se calma beaucoup. Il réclamait toujours mon attention, comme un gamin pleurnicheur. Il ne sortait plus, ne supportant plus que je sortes non plus. Il devint possesif, demandant toujours plus de moi. Mais, ses yeux parlaient pour lui, il se sentait seul, abandonné et voulait recevoir de l'amour. Toujours plus d'amour. Je n'étais pas doué pour lui parler, alors, on se retrouvait rapidement au lit. Ma vie sexuelle ne fut jamais si épanouies. Pourtant, je n'avais pas l'impression qu'il était rassasié. Je ne comprenais pas ce qu'il voulait, exactement. A vrai dire, on était toujours ensemble, couchait dans son lit, dans le simple habit que la nature avait su nous offrir. J'étais heureux tout de même avec lui. Je savais qu'il allait aller mieux avec le temps. Moi aussi, j'avais connu ce qu'était de perdre un ami.
J'aimais tout chez Luhan: son accent chinois lorsqu'il parlait le coréen, sa langue, dure et autoritaire lorsqu'elle me dévorait le nombril, sa bouche si accueillante, ses cuisses chaudes contre moi, sa peau blanche, ses doigts soudaient aux miens, ses moments où il ne m'écoutait plus, ses regards d'excuses lorsqu'il me faisait mal, la façon dont-il portait sa cigarette à ses lèvres, les piques qu'il m'envoyait lorsqu'il me traitait en gosse, sa nudité assumée, son amour violent pour moi, et tant de petits détails encore qui font qu'il est lui. J'admirais la façon dont il était beau dans tout ce qu'il faisait et la façon, dont il partageait son corps avec moi, avec beaucoup de simplicité:

- Sehun, arrêtes de rêver! Tu t'es assez reposer, bouges-toi les fesses un peu!

Je grommelais dans l'oreiller. Oui, je l'aimais. Il le fallait pour vivre avec une teigne pareille! Je marmonnais:

- Je ne peux pas dormir quand j'en ai envie!? Tu es insupportable! Tu le sais, au moins? Pire qu'une femme!

Je l'entendis rire doucement. Il sauta sur mon dos, et demanda d'un ton félin:

- Moi? Moi, ton petit chat, je suis insupportable?

Je soupirais, déséspéré. Je me levais le faisant tomber sur le côté:

- Oui, tu es un petit chat juste quand ça t'arranges!

Il me tapa l'arrière de la tête en râlant:

- Regardez-moi ce gamin qui parle comme un vieux mari... C'est moi, le vieux dans l'histoire! me cria t-il alors que je rentrais dans la salle de bain, en pyjama.

Je me fis couler un bain. Luhan ne tarda pas à venir me voir. Il aimait, ou plutôt, nous aimions, discuter ensemble à tout moment. Nous pouvions parler de tout, sujets graves et accablants, au plus insignifiants de l'Histoire. Il s'agenouilla sur le paillason de douche, posa sa tête sur le bord de la baignoire et demandant, avide de mes réponses:

- Quand as-tu commencé à m'aimer?

Je laissais tomber ma tête sur le mur carrelé, froid et moite, plongé dans mes souvenirs:

- Je ne sais pas. Je crois que la barrière entre l'amour et la haine était floue. Malgré ce que je pouvais dire, je ne vous haissez pas. Vous me permettiez de ne pas sombrer dans la folie. Je vous retrouvais comme on retrouve des amis, finalement. Et puis, au fil du temps, je t'ai vraiment rencontré. Nous sommes devenu associé, puis amis. Pour moi, ça n'allait guère plus loin. Je n'ai jamais vu claire en moi, mais, toi, tu m'as montré qu'on été plus que ça. Alors, je t'ai aimé, pour le meilleur et pour le pire, ris-je.

Luhan me sourit, satisfait, et déposa un baiser sur mon épaule. J'osais:

- Et toi?

Sans hésiter, il m'expliqua:

- Le jour où je t'ai embrassé. Moi, je te considérais aussi comme mon ennemi indispensable, et puis, te voir mal me donnais des nausées. Je t'ai sauté dessus...

Un ennemi indispensable? Je vis parfaitement de quoi il voulait parler, mais il fallait avoir vécu nos vies pour le comprendre. Je gloussais de joie, faisant trembler l'eau en le regardant. Il sourit, sans comprendre. Je murmurais:

- Nous sommes des fous furieux!

Nous rîmes doucement, complices. Je nous comparais aux autres. Si on réfléchis bien, avoir un ennemi était indispensable. C'était comme un meilleur ami, il entend les plus mauvaises confessions et les soupirs. Il vous détéste, vous jalouse et vous admire, l'admet plus que le meilleur ami. Il est le rival, vous défiant de faire mieux, craignant votre tour de jouer avec des frissons d'impatience. C'est un jeu cruel qui forge vous et lui. Il apprend autant que vous apprenez. Je suis heureux que Luhan est joué ce personnage si important pour moi. C'était un excellent ennemi.
Luhan me questionna encore:

- Qu'as-tu pensé lorsque tu me tatouais le dos?

Mon sourire se perdu. Ce souvenir était morbide. Je décidais pourtant de parler:

- C'était une vraie torture. D'une parce que j'avais peur que tu ne puisse me pardonner ça, de deux, parce que j'avais honte de moi et je craignais d'être le pire des amoureux...

- Ce que tu étais, sans aucuns doute! m'attaqua t-il, malicieux

- Je ne peux rien répondre à ça malheureusement...soupirais-je, soudain triste. Enfin, je ne veux plus en parler...dis-je, me sentant misérable, rongé de remords.

Il posa une main froide sur mon bras, trop humble pour que je ne le remarque pas. Je le dévisageais. Je vis qu'il avait plaisir à me voir ronger de regrets vis-à-vis de lui et de sa personne. Il était flatté, pensant que ça lui donné beaucoup d'importance. Pourquoi Luhan comprenait-il si mal mon coeur? S'il avais su lire mon visage comme je lisais le sien, il aurait vu que ce n'était pas les mots qui délivraient les meilleures déclarations d'amour. J'étais comme un tournesol, tournant sur moi-même pour que toujours, il m'éclaire. Comment pouvait-il être si aveugle et, sans cesse attendre des preuves d'amour de moi? Je ne vivais que pour lui. Les seules choses que je savais faire étaient parler avec lui, le chérir, le câliner, l'embrasser, partager ses opinions, lui donner raisons et lui chanter ses louanges afin qu'il sourisse, heureux.
Luhan avait tellement peur de ne pas être aimé qu'il ne parlait que de lui et, ne voulait que je ne parle que de lui. Il ne supportait pas que je le critique sérieusement, comme si, une petite remarque négative pouvait changer quelque chose dans le véritable culte que je lui portais. Je l'avais toujours su, il était possesif, égoïste et fier. En amour, il avait tout faux. Je ne lui en voulais pas, parce qu'il avait besoin d'amour et que je l'aimais.
Pour me consolais d'être si mal compris, je l'embrassais. Il pensa que j'essayais de me faire pardonner, ce qui n'était pas totalement faux et me laissa l'enmener dans une bulle, bien loin de tout ses pensées sombres. Les gestes, bien souvent, calmaient la pensée.
Du rideau de douche ouvert, tombait des gouttelettes dans l'eau en un "ploc" funestre. Moi et Luhan, en deux chatons curieux et fascinés, observions ce mystérieux suicide. En vérité, si lui se posait peut-être des questions sur le parcours de la goutte d'eau, moi, je m'en fichais. Je suivais son regard, désintérréssé. En réalité, je pensais à mes amis. Suho allait-il bien? Mangeait-il correctement? Les autres s'occupaient-ils bien de lui? J'imaginais que Baekhyun ne devait pas être tendre avec lui. Et justement, Baekhyun, comment allait-il lui? Je me rappellais ce que je lui avais dit "la mort t'accueillera avec honneur". Cette phrase aurait pu être prononcer par une mère à son fils qui part à la guerre. La mort, ici, était une chose raffinée. Les mères enseignaient à l'époque à leur fils qu'il fallait mériter et respecter la mort. Elle leur permettrait un jour de mourir en brave. Il est vrai que la mort donne du sens à la vie:

- Sehun? Pourquoi tu pleures?

Sa voix me fit presque sursauter. La surface de l'eau tremblée comme jamais. Mes larmes, traîtresses, avaient chues sans raisons acceptable. Je les ignorais et demandais:

- Tu penses que je mourirai en brave quand mon heure sera venue? J'aurais dû mourir quand on pouvait encore me regretter...

Les yeux de mon copain s'ouvrirent d'effroi. Il était tétanisé, incapable de me démentir sans doute, incapable même de comprendre, là où j'avais mal.
Commentaire de l'auteur Merci d'avoir lu! Je n'aime trop ce chapitre, mais j'espère qu'il vous a plut quand même!
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales