Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 159 lectures  - 1 commentaire [21 novembre 2021 à 14:54:06]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

Avec trois épingles et du tissu
[Histoire Terminée]
Auteur: miniyoongi Vue: 1269
[Publiée le: 2017-01-04]    [Mise à Jour: 2017-06-19]
G  Signaler Général/Romance/Yaoi (HxH)/Univers alternatif Commentaires : 7
Description:
Le monde de la mode, ce n'est pas seulement les paillettes et les beaux costards fait de précieux tissus, et ça, Byun Baekhyun l'a parfaitement compris.
Styliste de talent et créateur hors-pair, c'est avec beaucoup de travail qu'il a réussi à se hisser en haut du podium de la "fashion korea".

Mais alors que tout semblait lui sourire, son légendaire perfectionnisme va le conduire tout droit dans les fillets d'une histoire bien plus brillante que toutes les paillettes qui constituaient jusqu'alors son monde...

Couple principale : ⓒⓗⓐⓝⓑⓐⓔⓚ

TWO-SHOT

Je dédie ce récit à @Wondercat_ , sans qui l'idée ne m'aurait très certainement jamais traversée l'esprit.
Crédits:
Les personnage principale ne m'appartiennent pas, cependant le récit est le fruit de mon imagination et m'appartient entièrement.
L'industrie textile KADICT est également une invention de mon petit cerveau !
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Part 2/2

[14019 mots]
Publié le: 2017-06-19Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

°º¤Ø,¸¸,ؤº°

🔞Warning🔞Lime🔞

°º¤Ø,¸¸,ؤº°



Le toit était désert. Du moins jusqu'à ce que ses pas ne brisent le calme qui y régnait.

Le soleil frappait le sol clair, ses rayons inondant les dalles froides d'une chaleur rassurante. Sa course l'avait menée jusqu'à la pointe du bâtiment, laissant loisir à ses yeux d'admirer le ciel azuréen qui surplombait la ville et ses alentours. Le spectacle n'était pas comparable à la danse complaisante qu'offraient la nuit et ses ballerines blanches, mais il avait tout de même le mérite de calmer la colère du géant.

Le ciel était son magicien.
Et KADICT semblait être son lapin blanc : Sorti de nulle part, bouleversant tous ses plans de vie en mettant le bazars dans son quotidien.

Peu à peu, les brides de conversation qu'il avait eu avec la mégère et sa chevelure cauchemardesque lui revinrent en mémoire. Son regard hautain, ses tics de langages exubérant et cette façon presque sordide qu'elle avait à dévisager le petit personnel, et notamment son propre visage.

Elle était sévère, acariâtre. Et tandis que les minutes désagréables passées avec elle remontaient peu à peu, Chanyeol se retenait presque de repartir pour lui faire manger ses maudites chaussures hors de prix. Après tout les lancer simplement sur son visage sournois aurait été un véritable gaspillage de ressources. 

«- Park ? S'éleva une voix tandis que l'unique accès au toit s'ouvrait à nouveau.»

Quelques secondes suffirent à Chanyeol pour reconnaître les traits lisses de la star de la boîte. Il avait l'air essoufflé, perdant son habituel faciès neutre, pour ne pas dire énigmatique. La légère sueur qu'on distinguait sans mal au coin de son front prouvait au plus grand qu'il avait certainement fait un effort pour le rejoindre aussi vite. On pouvait d'ailleurs saluer son efficacité en terme de promptitude.

«- Si c'est pour avoir des excuses, déclara aussitôt Chanyeol,  sur la défensive. Ben vous pouvez aller au dia-

- Je ne viens chercher aucune excuse, le coupa Baekhyun en s'approchant.

- Mais...»

Cette journée semblait décidément de plus en plus étrange.

«- J'aimerai que tu viennes avec moi, ajouta le styliste l'air de rien.»

Le soleil illuminait son visage calme, faisant ressortir les luisances présentes sur ses tempes. Sa peau brillait sous le joue des rayons solaires, le rendant étrangement attirant. À tel point que Chanyeol en vint à secouer la tête pour se reprendre, persuadé d'être victime d'un mirage.

«- Venir où ? l'interrogea doucement l'argenté.»

Le reflet de son sourire fût la seule réponse qu'il reçut. Une réponse brève et assez floue, mais qui paraissait suffire à son auteur pour effacer tous les questionnements présent dans le regard du mannequin improvisé. Du moins de son point de vu. Chanyeol se sentit attiré par une main. En abaissant son regard, il remarqua la poigne agile de Baekhyun sur son avant-bras, l'entraînant avec lui loin du toit et du soleil de plomb qui attaquait doucement le haut de son crâne.

«- Tu verras quand tu y serras.»

~+~

Il faisait encore clair dehors, et pourtant, lorsque la porte se referma derrière les deux silhouettes frêles de Baekhyun et Chanyeol, la lumière partie aussitôt. La noirceur du lieu n'avait d'égale que la poussière qui y avait trouvée refuge. Une quantité exorbitante de particules grises siégeaient pratiquement aux quatre coins des centaines de fenêtres présentes. Certaines avaient été fracturées, voir complètement enlevées, probablement l'œuvre de casseurs ou d'habitants aux richesses minimes.

Chanyeol devinait facilement l'endroit féerique qu'avait autrefois été l'immense salle de création. Des tables de couture et quelques vielles machines rouillées décoraient encore le lieu, et au fond, on pouvait apercevoir une bonne cinquantaine de mannequin en bois ancien, autrefois utilisés pour les patrons de création vestimentaire. On pouvait presque apercevoir l'effervescence qu'il y avait autrefois entre ces murs. L'abondance de tissus aux milles couleurs, de couturières s'appliquant à un travail minutieux et entièrement fait main. Des stylistes, probablement tous postés sur l'estrade, s'acharnant à rendre leurs bébés en soie plus beaux qu'ils ne l'étaient déjà. Malgré l'aspect grisâtre qui y avait pris place, le traducteur retrouvait tout de même la tension magique et l'empressement grisant qui incarnait autrefois le l'endroit.

«- C'est là, déclara soudainement la voix de Baekhyun, faisant faire un bon monumentale à son accompagnateur.

- Je... Pardon ?»

Même si le géant prenait soin de le regarder dans les yeux, les orbes de son vis-à-vis, elles, étaient totalement transportées par l'espace et l'atmosphère qui y régnait encore. Mais bizarrement, Chanyeol constatât que ce n'est pas vers l'estrade qu'était dirigé son regard. Depuis un moment déjà, Baekhyun fixait, d'un œil brillant, les quelques petites machines à demi-dissimulées sous des draps sales.

En quelques pas, il les rejoignit pour leur ôter d'un geste habile leur couverture légère. La poussière s'éleva dans une danse muette, effectuant la chorégraphie à un rythme si lent, que Chanyeol cru d'abord à une apparition divine. Les mains fines de son guide se baladaient, avec une délicatesse qui lui était inconnue, sur les rescapées de métal encore présentes, tandis qu'un sourire nostalgique venait orner son visage dépourvu d'imperfection.

«- Oui. Repris doucement le brun. C'est là que je suis tombé amoureux.»

Même s'il tenta presque aussitôt de le cacher, l'étouffement incontrôlé du pauvre mannequin n'échappa pas le moins du monde à notre capricieux créateur.

«- Ma mère travaillait ici en tant que couturière, se hâta-t-il d'expliquer non sans amusement. Elle ne gagnait pas bien sa vie, mais elle adorait les tissus et surtout, les machines.»

Comme pour appuyer sa révélation, les doigts du garçon vinrent ôter la poussière présente sur l'une d'elle, faisait découvrir à Chanyeol les écritures qui s'y terraient autrefois. Un "K" apparût d'abord, suivit d'un "A" légèrement moins imposant. Le "D", le "I", le "C" et le "T" ne tardèrent pas à suivre, faisant ouvrir grand les yeux au spectateur principal de la scène.

«- Mais c'est... C'est un des anciens hangars de fabrication de l'entreprise... Souffla le plus grand.

- En effet, affirma l'autre avec un léger sourire. Ma génitrice y travaillait les sept jours de la semaine, et je venais la voir dès que j'en avais l'occasion. J'ai tout de suite été conquis par la beauté qui se dégageait de cet endroit.»

À l'instant, le géant étaient presque prêt à parier qu'il pouvait la voir aussi, s'il regardait attentivement dans ses yeux.

«- Les tissus volaient littéralement de table en table, les créateurs courant comme si leur vie dépendait du résultat final de leurs œuvres, racontait Baekhyun avec entrain. L'énergie qui se dégageait d'ici valait tous les parcs et les tours de vélo du monde... Et même si les autres petits garçons n'arrivaient pas vraiment à le comprendre, ça ne m'empêchait pas de venir regarder ma mère travailler les tissus avec ses amies.»

Sans oser l'interrompre, Chanyeol admirait secrètement la silhouette mouvante de son compagnon d'évasion. Toutes ses idées préconçues étaient finalement balayées une à une par la passion qui animait son corps et ses yeux crémeux. Si on lui avait dit plus tôt qu'il était fils d'ouvrier et non grand monarque d'on-ne-sait quel pays, il ne l'aurait certainement pas cru. Parce-qu'avant d'être un génie, il fallait bien le dire, Baekhyun était un vrai casse-couille. Un véritable chieur première catégorie. Le Golden-Gate de la difficulté et de la complexité. Et mise à part avec une cuillère en argent dans la bouche et une ceinture Gabbana dans les mains, Chanyeol avait du mal à se faire une autre image du mini-Byun de l'enfance.

Comme quoi. Il était finalement plein de surprise, ce styliste bourré de talent.

«- J'ai eu ma première machine à coudre à treize ans. J'avais économisé pendant presque deux pour l'avoir. J'étais tellement fier, pouffa-t-il. Ma mère ne le voyait pas d'un bon œil, mais elle a vite compris qu'elle n'aurait pas le choix. Le stylisme m'avait conquît.

- Et ton père ? Demanda timidement Chanyeol.

- Je n'ai jamais su qui s'était. Ma mère est tombé enceinte par accident et elle a pris le risque de me garder quand même.

- C'est courageux.»

Son sourire, aussi minime soit-il, eut raison du palpitant du mannequin. Quel pouvoir étrange pouvait-il bien exercer sur lui exactement ? Aucune réponse ne vint soulager sa curiosité, en revanche, la main de son guide rencontra à nouveau son poignet pour l'entraîner au fond de la salle. Et derechef, Chanyeol s'inquiéta de l'état pantématique dans lequel le mettait si facilement son assaillant.

«- Bienvenue sur la plus belle vue de la marque.»

Si Tao avait été présent, il aurait certainement glissé un commentaire déplacé en questionnant sur l'identité de la "vue" en question : les fesses de Baekhyun ou la NamSan Tower de Séoul ?

Chanyeol choisit instinctivement les fesses. Honteusement.

«- Ça donnerait presque envie de travailler en plein air, ria Chanyeol pour cacher sa gêne.

- C'est vrai. Quoi que peu importe la vue qu'on a sur notre jolie tour, la meilleure reste celle qu'elle nous offre à son sommet.

- Oui... Sûrement.»

Maladroitement, la main du plus grand vint passer doucement sa nuque, légèrement pris au dépourvu. Son geste attira l'attention de Baekhyun qui arqua automatiquement les sourcils, surpris.

«- "Sûrement" ...?

- Je n'y suis jamais monté, lâcha Chanyeol du tact au tact.

- Jamais ? Du genre... Jamais jamais ?!»

C'est fou comme la stupeur lui sciait bien au teint.

«- "Jamais jamais", confirma-t-il non sans un sourire attendrit.»

Ses yeux rond et sa bouche à demi ouverte lui donnait un aspect enfantin qu'il adora aussitôt. Être lui-même, sans ce masque d'ocre dépourvu de sentiment lui allait si bien que Chanyeol rêva un moment qu'il ne le remette jamais. Byun Baekhyun cachait tout son potentiel derrière un frigidaire aux traits humanoïde, et s'était franchement du gâchis.

«- En fait, j'ai toujours voulu monter dans cet endroit incroyable avec quelqu'un de spécial, avoua Chanyeol. Je voudrais faire ma première fois là haut avec la personne que j'attend. Comme une espèce de truc emblématique.

- Oh...»

Un silence bref s'en suivit. Mais le jeune n'en tint pas compte, ses oreilles captant le léger "Je vois" caché à la fin de sa phrase. L'instant avait tout pour être oppressant et pourtant, Chanyeol se sentait bien. Pour la première fois depuis longtemps, il avait l'agréable sensation d'être là où il fallait qu'il soit.

«- Si je t'ai emmené là... C'est aussi pour te proposer quelque chose.»

Son air sérieux capta toute l'attention du géant.

«- Je voudrais qu'on reparte à zéro, commença Baekhyun. Je sais bien que les débuts à l'étage du stylisme n'ont pas été des plus... agréables, toussota-t-il. Mais j'aimerais que tu lui donne une seconde chance... Je voudrais tenter de te le faire découvrir... Autrement. Si tu es d'accord, bien entendu.

- Sans regard hautain et mondanité ?

- Voilà, rigola son guide. Je sais que la mode et la haute couture ont des airs de... monarques coincés. Mais... il y a aussi le côté "fun". Il n'y a pas que les paillettes... Laisse-moi une chance de te prouver qu'on peut faire mieux.»

Ce ne fut pas un discours grandiloquent ni émouvant en tout point. Mais bizarrement, la maladresse et les brèves grimaces qui en naissaient finirent par convaincre Chanyeol de prendre la main que lui tendait avec courage Baekhyun. Ensemble, ils venaient tout juste de plonger dans une aventure qu'ils ne comprenaient pas entièrement. Mais qui aurait cru qu'elle en viendrait carrément à changer le cours de leur existence ?

Pas Prada, ni Gucci, en tout cas.

.

.

.

.

~ Fin Janviers
Soirée de clôture de la collection
BBK automne-hivers ~

La musique classique de l'ascenseur se hissait doucement jusqu'aux oreilles de ses deux locataires. Dehors, la neige clôturait la fin du long mois de janviers, celui qui avait marqué les grandes aventures de Chanyeol et Baekhyun et de leur collaboration abracadabrante. Progressivement, les invités et leurs tenues satinées faisaient leurs derniers pas de danse pour ensuite quitter les lieux, laissant l'immense salle de bal, et sa décoration de fête,  à la merci du silence.

Les derniers rescapés de la soirée profitaient tranquillement des restes du buffet, dévalisant les derniers plateaux d'amuse-bouche encore présent sur la table. La plupart étant des employés de la marques, tous levaient leur verre à la réussite de la collection, et au succès rêvé qu'elle offrait à l'entreprise de la fashion.

«- Tu vois, lui glissa finalement Sul Gi alors que les chiffres des étages défilaient. J'ai cette étrange impression que quelque chose va changer. Je veux dire, après ce soir.

- Un traducteur qui devient mannequin, ça ne te fais pas déjà assez de changement, la charia Chanyeol tandis qu'elle remettait son nœud papillon en place.

- Je parle d'un plus grand changement ChanYeol. Comme quand la monarchie est devenue une république en France.

- Une révolution ? À Séoul ?»

Son rire traversa rapidement la petite boite doré, trompant pour quelques secondes, le solo symphonique d'Hector Berlioz. Sul Gi ne lui avoua jamais, mais à cet instant, elle fut vraiment certaine de le regretter. Chanyeol avait emmené sa maladresse et son manque de connaissance, mais il avait également su apporter de la douceur et de la beauté pure auprès de chaque âme qu'hébergeait la maison de KADICT. Son sourire contagieux en avait séduit plus d'un, et sa présence avait finit par plaire à tous le monde. Il était comme cet enfant dont les adultes avaient parfois besoin pour se souvenir que le bonheur était quelquefois facile et accessible.

Son innocence manquerait à beaucoup, à elle la première. Elle avait trouvé en lui un ami comme jamais elle n'en avait eu auparavant, et son départ devenait finalement un coup plus dur qu'il ne l'aurait dû. Et le voir sourire si facilement le lui rappela encore une fois.

«- Tu vas nous manquer, déclara-t-elle.

- Je reviendrais pour ton mariage, ricana-t-il pour chasser le dramatique de la scène. Je ne raterai Oh Sehun découpant un gâteau plus gros que lui pour rien au monde !»

Sul Gi leva les yeux au ciel, bien contrainte d'accueillir l'amusement comme il venait. Elle l'avait invité à ses fiançailles, en septembre prochain, lui assurant qu'il fallait bien qu'il rentre au pays de temps en temps, même s'il se retrouvait occupé comme jamais au Vietnam entre les cours d'anglais qu'il donnerait aux adorables bout-de-chou qu'abritait la région.

Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent peu de temps après, laissant place à la musique mondaine et à la foule -moins dense mais toujours présente- d'invités. D'un bref échange, la jeune femme encouragea son partenaire à s'avancer le premier, affrontant la cinquantaine de personnes toujours présente. La plupart discutaient avec entrain des prochains projets de la marque. Bien que celui-ci avait été bien complexe à monter, tous restaient sereins quant aux prochaines créations de leur leader du style.

De temps à autres, on saluait Chanyeol au passage, le félicitant encore pour des prouesses dont il n'avait pas souvenir d'avoir le mérite. On le couvrait de compliments entre deux conversations arrosées, et au bout de quelques minutes à peine, le géant se sentie étouffer sous la foule.

«- Vient par ici mon Frost séoulien, susurra une voix qu'il reconnu aussitôt.»

À la même seconde, il se sentie tirer de force loin des pêcheurs de ragots et des journalistes voraces. Il perdit son accompagnatrice de vue et se fit entraîner à l'écart par son acolyte de toujours et son sourire de panda.

«- Mais qu'est ce que tu fais Tao, marmonna Chanyeol avant d'extirper son bras de sa poigne infernale.

- Je te sauve la peau trésor, répondit-il du tact au tact. Je crois bien avoir mérité le titre de héro du jours parce-que ces rapaces-là, fit-il en désignant la cohue de chroniqueurs, ils sont tout sauf tendre. Les seules choses qu'ils aiment c'est les scandales, et les nouvelles célébrités comme toi, ils les bouffent au petit-déjeuner.

- Merci pour l'information...»

Encore un preuve qui attestait formellement de sa non-compatibilité avec le monde si populaire des grandes têtes d'affiche de la mode où même d'on-ne-sait-quel autre univers rivé sous les projecteurs.

«- T'en fait pas mon chou, ton créateur de chaussures sera toujours là pour toi et tes jolies fesses.

- Toujours là pour me désespérer oui, souffla son vis-à-vis en faisant mine d'être blasé.»

Chose difficile quand on était confronté au grand sourire idiot d'un camarade un peu cinglé.

«- Et tant que j'y suis, fait attention où tu poses les yeux. Je t'ai vu zieuté un peu partout à la recherche de notre monarque favoris.»

Le sourire du géant se figea presque instantanément, rattrapé par les souvenirs, ou même quelque chose de bien plus fort encore. Ses joues déjà bien rosies ne tardèrent pas à prendre une couleur plus pourpre sous le regard attentif de son collègue et ancien voisin d'étage.

«- Je ne cherchais personne, bredouilla maladroitement Chanyeol.

- Bien sûr. Et moi je ne draguais pas le sublime barman qui servait des cocktails presque aussi divins que ses yeux.»

Derechef, les orbes de son interlocuteur percutèrent le plafond, laissant l'amusement se mêler à la gêne.

«- Moi qui croyait que tu rêvais désespérément de ce cher Kris. Pouffa-t-il. Serais-tu en fait polygame ?

- Monogame en série serait plus... Véridique.

- Mon Dieu, quelles idées de venir vous saluer... les coupa soudainement une voix grave.»

D'un même geste, les deux amis se tournèrent vers leur nouveau membre. À son bras, Sul Gi se tenait fièrement, ravie d'avoir enfin pu retrouver l'homme qui lui donnerait bientôt un nouveau nom de famille. Ses yeux saluèrent malicieusement le duo tandis que Sehun les détaillait rapidement d'un œil à demi sévère.

«- Tes derniers jours sur le podium de la mode te plaisent Chanyeol ?

- Ils me manqueront peut-être, qui sait.

- Vraiment ?»

D'abord dissimulé derrière le voile en soie qui séparait la scène de la piste, la silhouette agile de Baekhyun fit son apparition au devant du quatuor, les yeux rivés sur le plus grand membre du groupe. Ses yeux crémeux nouèrent la gorge de leur victime tandis qu'il s'approchait encore. Chanyeol ne pouvait se résoudre à détourner son regard, hypnotisé par ces perles, si particulières, qui l'empêchaient si bien de dormir.

«- Et bien, il faut croire que le podium sera bientôt remplacé par l'estrade, sourie Sul Gi en bonne sauveuse qu'elle était. Il faudra juste que Chanyeol n'oublie pas d'en construire une dans son école vietnamienne.

- Oui... Murmura doucement le concerné.»

Son crâne brumeux bataillait encore pour ne pas laisser son corps prendre le contrôle et enlever le petit être qui lui faisait face. Et pourtant, depuis des jours il en rêvait. Il ne dormait plus, ne souriait plus comme avant, perdu sur un sentier qui lui était jusqu'alors totalement inconnu.

Ses tripes lui disaient de prendre Baekhyun à part pour s'expliquer. Pour comprendre aussi. Mais sa raison parvenait toujours à le persuader de l'ignorer. De faire comme lui, comme si rien n'avait eu lieu. Comme si le soir du 20 janviers n'avait jamais existé. De faire comme lui. Lui qui parvenait si bien à tout dissimuler.

«- Alors tu t'en vas vraiment, finalement ? Fini par demander le styliste, l'air ailleurs l'espace d'une seconde.»

Une seconde durant laquelle Chanyeol eu l'impression de croisé le fer avec le désespoir.

«- Je... O-Oui c'est exact. Avoua finalement le cendré. Je m'en vais.»

Le malaise s'était abattu sur le groupe en quelques minutes à peine, et son arrivée emmena avac elle la grande question qui hantait les deux parties concernées.

Devaient-ils, oui ou non, regretter d'avoir cédé à une tension qu'ils ne pensaient pourtant jamais connaître, mais qui avait, malgré tout, pointée son glaive sur eux, ce soir du 20 janviers, où la neige elle-même n'avait pas suffit à les combler ?

.

.
🔞
.

.

«- Vous ne marchez pas droit, pouffa l'argenté à quelques pas de son compagnon de route. Vous devriez f-

- TU, nom d'un calamars fris, s'emporta l'autre. Je suis Byun Baekhyun mais ça n'efface pas le fait que je sois à peine plus âgé que toi, bon sang !»

Son doigt pointé sur lui se mouvait légèrement suite aux quelques pertes d'équilibre dont il était victime. Il faisait face à son mannequin, fier et aussi grand qu'il pouvait l'être avec une dizaine de verres bien consommés dans le sang. Ensemble, ils avait célébrés le dernier shooting photo du book automne-hivers  de KADICT, bien heureux d'y être finalement parvenus sans trop de casse. Quoi qu'actuellement, la démarche de Baekhyun laissait entrevoir un futur galère une fois rentré chez lui. Chanyeol avait presque peur pour les vases et les cadres qui devaient orner son chez lui.

«- Excuse-moi, soupira finalement le géant. C'est l'habitude.

- Change tes habitudes Park.»

Son air faussement sévère, et ses joues gonflées par la colère passagère, décrochèrent quelques éclats de rire au plus grand. Il n'y avait pas à dire, il était beau dans toutes les situations cet idiot. Même avec de l'alcool dans les veines plutôt que du sang.

«- Appuis-toi sur moi et dis-moi où tu habites, je vais te ramener.»

S'il ne faisait pas aussi noir, l'argenté aurait certainement pu apercevoir le rouge qui colorait doucement les pommettes de son styliste. Mais à la place, il n'entendit que le toussotement gêné de celui-ci, couvert par les bruits de la musique encore présente dans le bar où ils avait laissés quelques autres employés.

«- Je peux y aller en voiture, protesta soudainement Baekhyun.

- Hors de question, on est pas en état de conduire alors on rentre à pied.

- C'est un peu loin.

- La nuit vaux la peine qu'on en profite comme il se doit, rétorqua Chanyeol.»

Ses belles paroles firent céder son vis-à-vis, qui finit par lui confier l'adresse avant d'entamer une longue marche à ses côtés. Les beaux quartiers de la capital n'étaient pas vraiment adjacents aux rues festives qu'ils avaient choisit pour célébrer la fin de l'aventure hivernale. Cependant, Chanyeol ne fut pas déçut de partager une balade nocturne avec ce personnage, envoûtant en tout point, qu'était Byun Baekhyun.

Au fil des semaines, ils avait finit par apprendre à le connaître. Il s'était doucement glissé à l'intérieur de cette carapace de verre qui le protégeait autrefois si bien des autres. Son sourire daignait apparaître plus d'une fois dans le mois, et son humeur s'était adoucis, au plus grand bonheur de leurs partenaires de bureau. Même Sehun, l'attaché de presse et dragon assigné des locaux, n'avait rien trouvé à redire. Ils riaient, s'amusaient, sortaient même de temps en temps. Baekhyun aimait entendre les anecdotes amusantes qui emplissaient le carnet à souvenir du plus jeune, et Chanyeol adorait admirer les quelques étoiles qui se formaient au creux de ses orbes lorsqu'il les lui racontait.

Finalement, le duo avait fini par devenir plus proche, et ce constat n'avait échappé à personne.

«- Belle maison, pouffa gentiment Chanyeol une fois devant leur destination.

- Un peu grande.

- Un peu ? On dirait carrément un hôtel.»

Cette fois, ce fut au tour de Baekhyun de rire. Mais il se garda bien de lui dire que s'en était bien un autrefois. Il l'avait fait rénover avec toutes les économies dont il disposait à l'époque. Il avait même dû faire un prêt face à l'ampleur des travaux, mais il n'était pas déçut du résultat. Baekhyun avait bâtie la maison dont il avait toujours rêvé, seulement, le fait de ne pas pouvoir la partager avec quelqu'un l'avait toujours rendu triste. À tel point que quelques soirs, il restait au bureau plutôt que de rentrer chez lui.

«- Tu veux voir l'intérieur ? Proposa soudainement le styliste.»

Hésitant, Chanyeol lorgna un moment l'entrée avant de se tourner vers le créateur pour décliner son offre. Ils avaient bu, il était tard, et une petite voix lui soufflait qu'il était parfois plus prudent de ne pas pousser trop loin les limites de la tentation. Cependant, le visage insistant du plus petit, et sa manière de porter le regard de son voisin, bloquèrent instantanément tout type de refus.

«- J'ai plusieurs chambres d'amis, ça t'évitera de faire des kilomètres en pleine nuit... Tout seul.

- C'est que...

- Ça ne me gêne pas, insista l'autre. Après tout tu l'as dis toi-même : c'est plutôt spacieux.»

Comment résister à un sourire pareil ? Chanyeol n'avait pas la réponse. C'est sûrement pour ça qu'il poussa la grande porte de la maison en se moquant gentiment du poids de celle-ci.

C'était magnifique. Lumineux, ouvert et avec beaucoup d'espace. L'entrée donnait directement sur un salon qui devait bien faire deux fois celui de Chanyeol. Adjacent à celui-ci, une cuisine ouverte, aux couleurs mauves et grises, offrait de la couleur au lieu. C'était moderne et sublime, décoré avec goût.

«- Tu emmènes ton bureau chez toi, ria le géant après avoir jeter un œil à sa droite.»

Un espace de travail avait été installé dans une pièce près de l'entrée. Même sans y faire éruption, on pouvait deviner l'état catastrophique de la salle. Des schémas et des maquettes éparpillés aux quatre coins de la pièce, des tableaux jonchant sur le sol, des crayons de couleur et de papier délaissés tout le long du bureau de verre. Rien n'était rangé, et bizarrement, Chanyeol trouva cette endroit magnifique, à l'image de son hébergeur de fortune.

«- C'est pour... Pour m'aérer et changer un peu des locaux de KADICT, expliqua brièvement le châtain. Je suppose que je ne t'offre rien à boire, ajouta-t-il rapidement.

L'argenté déclina son offre avec amusement, laissant derrière lui le bazar poétique de son hôte. Baekhyun l'emmena à l'étage, lui donnant de quoi se doucher et se vêtir pour la nuit. Il avait dû insister plusieurs fois pour que le géant utilise l'une de ses salles de bain, mais finalement, la légende de KADICT sortie victorieux de chaque tentative de refus. Peu à peu, la nuit suivait son cours sans qu'il ne puisse fermer l'œil. Ses pensées trop bruyantes l'empêchaient de trouver le sommeil. Il se demandait si Chanyeol, lui, avait réussit. N'était-il pas gêné de dormir à deux pas de sa chambre ? Avait-il besoin de quelque chose que Baekhun n'aurait pas deviner lui donner ? Se sentait-il bien ici ? Et se posait-il aussi d'innombrable questions à son propos ? Non. Bien sûr que non.

Il dormait profondément, et lui, comme un imbécile finit, gâchait sa nuit à s'imaginer le contraire.

Au bout d'une autre demi-heure à se morfondre avec des questions insensées, Baekhyun finit par se retrouver devant son frigo, ne sachant que piocher parmi la foule d'aliment qu'il possédait. Il soupira doucement en attrapant la première chose qui lui vint. Une bouteille de soju.

«- Baekhyun ?»

Sursautant vivement, le concerné se tourna d'un bon, apercevant la silhouette filiforme de son mannequin de l'hiver.

«- Chanyeol ? Tu ne dors pas ?

- Toi non plus, rétorqua-t-il. Mais honnêtement, je ne pense pas que le soju soit une très bonne solution contre l'insomnie.»

Tout en désignant sa trouvaille, il s'avança vers lui jusqu'à être assez proche pour lui enlever la bouteille des mains.

«- Je te conseille de l'eau à la place, sourit gentiment l'argenté avant de reposer son bien. Et j'ai remarqué... Hésita-t-il l'espace de quelques secondes. Tu n'as... Aucune photo ici. C'est étrange non ? Tu viens d'emménager ?

- Des photos ? Bredouilla Baekhyun avant de rapidement se ressaisir. Pourquoi faire ?»

Les jolis yeux de Chanyeol doublèrent presque aussitôt de volume tandis que son vis-à-vis le fixait sans vraiment comprendre.

«- Et bien, pour te rappeler des bons moments, pour... Pour faire vivre la maison, pouffa-t-il. C'est triste une maison sans aucune preuve de joie à l'intérieur.»

Était-ce donc pour ça que la maison paraissait si vide ? Les cadres et les sourires figés étaient-ils vraiment l'antidote ?

«- Une image, quand elle est vraiment prise dans un instant de joie, elle se ravive chaque fois que tu la regardes, lui assura Chanyeol, les yeux brillants. Il faut que tu penses à en faire Baekhyun. C'est important d'avoir des preuves qu'on a été heureux.»

Baekhyun le regardait sans vraiment le voir. Fixant ses orbes et l'océan de tendresse qui semblait soudainement se déverser à l'intérieure. Son cerveau embrumé par l'alcool fonctionnait étrangement, le poussant à s'avancer encore jusqu'à s'approcher plus qu'il ne l'aurait dû. Et à le vouloir plus qu'il ne l'aurait cru.

L'antidote n'était pas les photos. L'antidote était Chanyeol.

«- Tout vas bie- ?»

Le plus grand ne comprit pas tout de suite ce qu'il se passait. Son corps réagissant avant lui, comme piquer au vif par une seringue infestée par la caféine.

Ses lèvres venaient tout juste d'accueillir celles du châtain, sans vraiment savoir comment, ni pourquoi. Même s'il avait bu plus que de raison, il restait parfaitement maître de ses actions, voilà probablement la cause de son interrogation principale : Pourquoi l'avait-il serré contre lui, à défaut de l'avoir repoussé loin de ses bras ?

Baekhyun était soul. Il ne savait pas ce qu'il faisait. Même si le baiser qu'il lui offrait était divin. Il ne savait pas. Et pourtant ses lèvres se mouvaient avec grâces contre celles de géant qui résistait aussi durement qu'il le pouvait à la tentation d'y répondre pour aller plus loin encore. Doucement, ses mains passèrent sur ses hanches pour y laisser entrer un minimum d'espace et espérer retenir les douceurs inconscientes que lui offrait le créateur.

Il faut croire que sa tentative fut un pathétique échec. Sous son touché, Baekhyun pressa instinctivement son bassin contre le siens déclenchant aussitôt un gémissement conviant plaisir et surprise chez Chanyeol. Ses lippes entrouvertes permirent un libre accès au styliste qu'il ne se priva pas d'emprunter.

Et là, tout dérapa. Trop rapidement, trop brusquement.

Le plus petit avait allumé la flemme de désir chez son mannequin, qui répondait désormais avidement à ses avances. Ses Hanches finirent collées à celles de Baekhyun, et Baekhyun, plaqué contre le mur coloré de la cuisine. Similaire au déluge, leurs vêtements de nuit tombèrent aussi rapidement que leurs dernières brides de raison, brûlées par l'ardeur de leur échange langoureux. Leurs peaux se rencontraient, se découvraient, avec douceur, puis empressement, voulant toujours plus de contact, plus de chaleur de l'autre.

Leur soupires couvrirent le silence et chassèrent la sérénité, la détrônant par les gémissements et grognements incontrôlés qui les habitaient alors. Les bras de Chanyeol vinrent soulever à nouveau les hanches de son hôte, entourant sa taille avec ces jambes fines qu'il se délectait à caresser. Le cou de Baekhyun était devenu son nouveau terrain de jeu, et celui-ci semblait parfaitement s'en accommoder; perdu entre le sixième et le septième ciel. Ce que la bouche du géant lui offrait valait sûrement toutes les photos du monde, et oh grand jamais il souhaita qu'il ne s'arrête. Ses soupirs de plaisir et ses supplications poussant son amant à continuer l'amenèrent vers la première chambre que le plus grand trouva : la sienne.

Tout s'était déclenché là, dans cette petit pièce marine et grise plongée dans l'obscurité, et animée par les plaintes aiguës et graves de ses deux locataires. Chanyeol, en se penchant sur le visage luisant de Baekhyun, avait compris qu'il avait franchis le point de non retour, et ce en appuyant consciemment sur l'accélérateur. La dernière partie responsable qui l'habitait mourut lorsque les mains agiles du styliste passèrent la dernière barrière de tissu qui couvrait sa virilité. Et s'éteignit pour de bon lorsque les yeux gorgés de désir croisèrent ses orbes noires également.

Il ne répondit plus du rien, et offrit toute la douceur et le plaisir qu'il lui était capable de donner. Ses coups de bassins retenus laissèrent place à la passion. Celle qui se hissait entre leurs échanges salvateurs et leurs caresses averties.

Cette nuit là, Baekhyun aurait mentit s'il avait affirmé qu'elle n'avait pas été la meilleure de toute sa vie. Et il aurait mentit à nouveau s'il avait refusé d'avouer son espoir qu'elle ne soit pas la dernière.

Parce-que même avec dix verres, il se rappelait de chaque caresse. Parce-que malgré la gueule de bois qu'il avait puis avoir, il se souvenait de chaque soupir, de chaque baiser.

Et surtout, il se souvenait de s'être réveillé seul, abandonné par celui auquel il s'était donné.

.

.

.

.

Deux semaines étaient passées, laissant le mois de février prendre la relève sur celui de janvier. La soirée de clôture faisait encore parler d'elle et du mannequin mystère qui en avait été le héro. Les couloirs de KADICT semblaient plus bruyant et plus vivant que jamais, la boîte étant déjà prête à reprendre du service, et vite. Les employés du service marketing n'avaient plus une minutes à eux, débordés par les offres d'achat et les cartons de pubs qui arrivait par dizaine à chaque heure de la journée.

Comme si de rien n'était, Chanyeol avait retrouver son petit bureau de traducteur, acceuillit chaleureusement par ces employés qui n'avaient pourtant jamais daignés le saluer quelques mois auparavant. Il avait repris son travaille à la traduction, envoyant comme promis, l'argent de ses heures en tant que mannequins à l'association qu'il fréquentait.
Tao venait le voir régulièrement, et lui racontait les ragots qui se faufilaient entre les mur de l'étage des stylistes. Il n'osait pas le lui dire, mais Chanyeol lui manquait beaucoup. Apres son départ, sa bonne humeur avait laissé un grand vide parmi les employés du haut, et le caractère de Baekhyun, devenu depuis peu insupportable, n'arrangeait rien à l'histoire.

Chanyeol n'osait jamais vraiment insister sur le sujet du créateur, souvent beaucoup trop gêné ou coupable pour intervenir. La plupart du temps il se contentait de le défendre quand Tao s'en plaignait trop. Mais en général, il l'observait de loin dès que l'occasion se présentait. À plusieurs reprises, il avait tenté de l'aborder, mais l'échec l'attendait toujours au bout du chemin. Il était fébrile, honteux. Il avait cette sensation d'avoir profité du châtain cette nuit-là. Et même si elle restait une des plus incroyable qu'il avait pu vivre, ça n'effaçait pas le fait que Baekhyun avait trop bu, et qu'il regrettait certainement. Et lui, il s'en était rendu malade. Malade au point de partir avant qu'il n'ouvre les yeux, ne laissant derrière lui qu'un mot d'excuse et des remords à peine véridique.

Pourtant il savait bien que s'il devait recommencer, il se laisserait à nouveau avoir par ce regard envoûtant qui s'appliquait désormais à le fuir.

Parfois, Tao ramenait avec lui Sul GI qui avait de plus en plus de mal à supporter les sautes d'humeur incessantes de son supérieur. Le trio avait pris l'habitude de déjeuner ensemble à la pause midi, racontant leur petites histoires banales mais agréables à écouter. Sul Gi parlait mariage, Tao parlait fessier et Chanyeol écoutait, parfois dans la lune.

Sauf que ce midi, ce n'est pas un repas tout prêt qui ornait le bureau de Chanyeol, mais plutôt un gigantesque carton dans lequel quelques affaires étaient déjà empilées.

«- Qu'est ce que c'est que tout ça ? S'exclama aussitôt Tao. Mon Dieu tu reviens à notre étages ?!»

À ses côtés, Sul Gi paraissait bien moi encline aux festivités, redoutant la raison qu'elle semblait pourtant déjà connaître.

«- Pas vraiment, commença doucement le plus grand en arrêtant brusquement son rangement.»

Au bout de quelques secondes de suspense, il lâcha de boute-en-train :

«- Enfait, je démissionne.

- Quoi ?»

Bouche bée, Tao le lorgna de haut en bas, semblant ne pas saisir complètement l'information.

«- Pardon mon chou, se reprit-il aussitôt, mais ça, ça n'était prévu que dans quatre mois. Pour Juin, tu te souviens ?

- Oui je sais... Marmonna honteusement Chanyeol. Mais la collection m'as apporté bien plus de fond que je ne l'avais espéré, alors l'association à avancer mon projet. Ils me l'ont annoncé il y a deux jours et je n'ai pas osé... Enfin... Je ne savais pas comment aborder la chose.»

Tristement, Sul Gi vint apporter un peu de réconfort à son ami, tapotant gentiment son épaule en guise de soutient. Tao le dévisageait, bouleversé.

«- Je comptais vous en parler à midi, mais quand j'ai croisé Sehun hier aux ressources humaines, je me suis douté qu'il t'en toucherai deux mots, pouffa tristement le géant en visant l'assistante de Baekhyun. »

Il n'osait pas affronter le visage de son plus vieux camarade au seins du groupe, mais pourtant, deux bras finirent par l'entourer à son tour, et même s'il ne le voyait pas, il pouvait facilement deviner que Tao souriait.

«- Je suis très content pour toi mon petit Frost, gloussa-t-il. Mais c'est quand même une bande de malotru pour t'annoncer ça si tard ! Comment je vais avoir le temps de t'organiser une fête de départ, moi, hein ?! Il n'ont vraiment pas le sens des priorités là-bas !»

Les éclats de rires emportèrent la tristesse loin derrière tandis que le deux collègues s'affairaient à aider Chanyeol à déménager ses affaires. Dans moins de dix jours, il s'envolerait vers les terres du Vietnam, où d'adorables enfants l'attendaient déjà depuis longtemps. Dans moins de dix jours, son rêve le plus cher se réaliserai.

Et même avec ça, il n'arrivait pas à être heureux.

~+~

Le bureaux n'avait jamais été aussi éclairé de toute l'histoire de sa construction. Une trentaine de lampe se battaient ardemment pour garder une place au milieu des décombres de schéma et des cadavres de croquis abandonnés ou assassinés pour manque de beauté. Au milieu de cet enfer de feuille, Baekhyun fulminait, cloîtré dans sa solitude lumineuse et extravagante.

Depuis le début du la mâtinée, il se forçait à dessiner, ravageant ses poignets sous les violents coups de crayons que subissait son célèbre carnet bleu. Celui sur lequel était née sa première idée, et sur lequel les plus grosses collections avaient vu leurs ancêtres affronter le papier. Il était un peu comme la relique de la marque. Et aujourd'hui, la relique souffrait.

«- Très joli, lança soudainement une voix dans le dos du brun.»

Elle le fit à peine sursauter, toute son attention étant rivé sur le blouson semi-cuir beige qu'il peaufinait d'un air absent.

«- Il est hideux.»

Sa voix monocorde déclencha un soupire de la part de son assistante qui regarda à nouveau le carnet, scrutant la création d'un œil critique. Il était parfaitement bien taillé/ Les coutures fines qui traversait les hanches par vagues affinaient les bras comme il falait. Le col plat et plus bas que la moyenne offrait un côté rétro et détaché de la ''mode populaire'' et sa longueur était parfaite pour qu'il soit porté, peu importe le jean.

Un belle création.

«- Je le trouve pourtant réussit. Les ajustement du bas sont finement pensés et les accessoires associés sont exactement ce qu'il faut pour le printemps.

- Il est à vomir, répéta Baekhyun avant d'arracher la page, faisant valdinguer l'idée sur le sol. Cette horreur a raté sa chance, il n'a rien à faire sur mon carnet.»

Sans vraiment comprendre, Sul Gi serra son porte document entre ses bras fins, doutant de ce qu'il fallait vraiment qu'elle dise. Son supérieur avait tendances à s'abonner aux crises de nerfs ces derniers temps, et aujourd'hui plus que d'habitude, elle se savait incapable d'en gérer une énième. Pas avec les mauvaises nouvelles qu'elle apportait.

Après quelques secondes de délibération interne, la jeune femme finit par ramasser doucement la page déchirée, la rapportant prudemment sur le bureau. Même s'il était discret, elle n'ignorait pas l'attention que portait le styliste à ses mouvements. Ni son regard en coin, ni la lueur curieuse qui animait ses orbes.

«- Et bien... Peut-être qu'au fond, c'est vous qui ratez la vôtre en ne lui laissant pas sa chance, finit-elle par lui souffler.»

Si elle avait su à quel point ses paroles seraient parlantes aux yeux de Baekhyun, elle les aurait très certainement prononcés plus tôt, à la première occasion. Non pas pour l'échange silencieux et profondément intense qu'il lui avait offert, mais pour le changement radical qui s'opérait sur ses trait à l'instant. Alors que l'aiguille des secondes tournait, monotone, le faciès de son patron se détendait. Elle y voyait un espoir mêlé à une angoisse, un mélange dont elle ne saisit pas le sens, mais qui lui paraissait intimement important.

«- En réalité, ajouta-elle non sans hésitation, je venais vous faire part d'une invitation. Vous deviez certainement être au courant mais Chanyeol nous quitte bientôt. Du moins bien plus tôt que prévu. Et Tao lui organise une fête d'adieu. »

Les yeux de Baekhyun dévisageait son assistante avec tellement de surprise qu'elle eu brièvement l'impression d'avoir décrocher la lune pour lui avoir par la suite secouer sous le nez.

«- Du coup si vous avez envie de passer... Marmonna rapidement celle-ci. C'est vous qui voyez.»

.

.

.

.

«- On a lancé la campagne marketing du book hiver il n'y a qu'un mois, donc la régie est "ok" pour qu'on attende encore un peu avant de démarrer celle du printemps.

- Hm.

- Ça te permettra d'avoir du temps pour créer. Et puis KADICT va être pas mal pris par les festivals de musique. On lance la mini-série du rythme avec Huang et Rebecca en créa' principal.

- Hm.

- C'est sympas cette période là. Se faire de la pub devient un jeu d'enfant avec tous les événements. Assez pour enfin lancer le projet des filiales sur le continent d'Asie.

- Hm.

- Et le projet "je me sort les doigts du cul et j'écoute mon collègue qui prend gentiment des notes de réu' pour moi", il en est où du coup ?

- Hm.»

Finalement, le silence pesant eu raison de sa rêverie, et pour la première fois de la mâtiné, Baekhyun admira autre chose que ses pieds.

«- Oui, tu disais ?

- Non... murmura doucement Sehun en faisant mine d'être surpris. Tu n'as pas écouté ?!»

Une grimace agacé suffit pour répondre à son sarcasme, et l'attaché de presse fini par posé brusque ses dossiers sur la table. Les yeux colériques cherchèrent rapidement l'attention du plus petit qui semblait déjà bien réveillé par le bruit sec du carton contre le verre.

«- Qu'est ce que tu f-

- La ferme. Coupa brusquement Sehun, Maintenant, tu la fermes. Ça devrait pas être trop dur vu le peu de mot que tu me lâches depuis deux plombes.»

Le faciès outré du brun ne fit pas bonne figure contre les éclairs géants qui semblaient entouré la pauvre tête de son camarade de bureau le plus loyale. Son manque d'enthousiasme et son humeur exécrable avaient bien fini par le réveiller, l'atroce et implacable dragon de KADICT, maître en l'art de réduire en cendre quiconque dépassait ses propres limites de tolérances. Et Baekhyun avait dû faire du saut à la perche avec sa patience pour qu'il actionne les lances flammes aussi vite.

«- Comment tu-

- J'AI DIT LA FERME, hurla-t-il si violemment que Baekhyun se rassit aussitôt, perdant son équilibre déjà précaire. Tu poses ton cul et tu ouvres tes deux oreilles Byun Baekhyun.»

À lui seul, Sehun aurait pu déclencher les alertes incendie des sept étages de l'agences. Pourtant la seule choses qu'il rêvait de mettre en marche, c'était le bon sens de son ami.

«- Ça fait plus d'un mois que tu es devenu invivable ! UN MOIS qu'on se coltine tes remarques déprimantes et ton visage en marbre de grec à la con ! Tu hurles sur ma future femme, tu envois chier les commerciaux et tu ne dessines que pour remplir tes putains de poubelles de papier ! Cracha le blond à une vitesse dépassant les records. Il va falloir très sérieusement penser à se remettre en question cette fois, parce-que nous, ON EN PEUT PLUS.»

Gros silence.

Dans sa tête, Baekhyun imaginait un personnage de lui, enfermé dans un de ses jeux vidéo presque aussi vieux que le monde, ou le bonhomme devait éviter des boules de feu qui lui feraient perdre une vie en sachant qu'il n'en disposait que de cinq.
Sauf que dans son jeu, le dragon Sehun, il crachait des bombes qui en prenait bien trois d'un seul coup. Une horreur.

«- Je ne sais pas ce qu'il c'est passé en janvier, mais il va falloir résoudre le problème parce-que personne ne va pouvoir tenir longtemps comme ça, grogna Sehun.»

Le deuxième tsunami n'allait pas tarder, d'après les prévisions du styliste. Ce dernier avait tilté brièvement face à ses derniers mots, s'essayant à une nouvelle tentative d'esquive.

Sehun bondit littéralement de sa chaise, hors de lui.

«- Tu te fou VRAIMENT de ma gueule ?! Bon sang Baekhyun, à quel moment tu vas te remettre en question et penser à autre choses que ta frimousse d'imbécile fini ?! La planète ne tourne pas autour de toi, alors pense un peu à ceux qui la peuple. Surtout à ceux qui te supportent tous les jours !»

Sa main claqua sur la table à nouveau, et Baekhyun le regardait, muet.

«- Je te demande d'arrêter de faire le con avec ton masque de styliste borné et insensible, et TOI, tu remets ça deux secondes après ?! Putain Baek' ! Mais c'est quoi ton problème ?!»

Comment aurait-il pu répondre plus clairement qu'en s'effondrant littéralement sur son pauvre siège marine, des larmes s'échappant toutes seules de ses yeux crémeux habituellement vif et durs comme des rocs. Il eu au moins le mérite d'éteindre instantanément l'incendie Sehunnien de classe A.

Les bras ballant, l'attaché de presse le fixait, ahurit par la tournure absolument improbable de sa crise de nerf du jour. Jamais encore il n'avait vu son ami dans cet état, les larmes ravageant ses joues sans qu'il ne puisse, ne serai-ce que les ralentir.

Ce matin-là, Baekhyun lui raconta tout. Sans aucune omission de détail, sans aucune hésition ou gêne quelconque. Il vida son sac trop lourd, soulageant enfin toute la peine qu'il s'acharnait à porter à chaque pas qu'il avait pu faire depuis qu'il avait réalisé l'impensable.

Depuis qu'il avait compris que ChanYeol n'était pas simplement le mannequin qu'il lui fallait pour sa collection automne-hiver.

Depuis qu'il avait pris conscience que sans lui, il ne serait certainement jamais heureux.

Deux heures plus tard, Sehun entrait en trombe dans le bureaux des stylistes, entraînant Tao dans sa course sous les yeux ébahit de leurs collaborateurs. Son air grave et sa démarche pressée piquèrent à vif le jeune chinois qui souriait déjà intérieurement.

Si Baekhyun n'avait pas su comment marcher droit, alors le dragon blond lui apprendrait à voler, de gré ou de force.

~+~

Les cartons envahissaient son entrée et son petit salon, remplie pour la plupart de choses inutiles qui ne lui servirait certainement jamais. Dans deux jours, les cubes grisâtres et marrons partiraient pour le Vietnam, et lui, il s'envolerai 24h plus tard, deux valises en soute et une paire de lunette sur le nez, comme il en avait toujours rêver.

Tout se passait comme il l'avait imaginé. Tout était parfait.

Tout sauf lui.

«- Park ! Ta porte est plus ouverte que les cuisses de ma collaboratrice ! S'éleva une voix dans le couloir de l'entrée.

- Salut Tao, soupira doucement l'autre sans lever les yeux de son occupation.»

Après tout, accueillir le chinois chez soit était aussi inutile que de faire visiter la savane à un lion. Le styliste avait toujours ce don d'être partout comme chez lui, toujours à l'aise, toujours souriant. Enfin toujours, excepter durant les trois secondes qui suivirent.

«- Ça ne va pas ? L'interrogea aussitôt Chanyeol, étrangement perturbé par son attitude inhabituelle.

- C'est à tes neurones au chômage que tu devrais poser la question.»

Sa réponse sèche fit sursauter le géant. Automatiquement, il lâcha ses affaires, conscient que quelques chose n'allait définitivement pas. Un Tao sérieux ne pouvait annoncer qu'une chose : la fin du monde. Ou la fin d'une vie, selon le contexte.

«- Qu'est ce qu'il te prends? Bafouilla Chanyeol sans savoir vraiment comment réagir.

- Il me prend que j'ai un ami complètement con, repondit aussitôt Tao. Et le pire, c'est que je me disais bien que quelque chose clochait.

- Pardon ?»

Il fallait être aveugle pour ne pas le voir. Pour ne pas saisir le petit manège dans lequel s'étaient empêtrés Chanyeol et Baekhyun. Tao n'avait pas réalisé toute suite l'ampleur du phénomène, il est vrai, mais il avait deviné qu'il se passait quelque chose. Ou qu'il s'était passé quelque-chose, plus précisément.

«- Avoir un Channie aussi morose alors qu'il s'apprêtait à réaliser le rêve de toute une vie, c'était pas normal.

- Tao, il va falloir que tu m'expliques ton déli-

- Tu as couché avec Byun Baekhyun. Le Byun Baekhyun. Ricana-t-il dans sa barbe sous les yeux révulsé de son seul spectateur. Il a fallut que ce soit lui... Et maintenant, par dessus le marché. T'es trop con.»

Il avala sa salive plusieurs fois, manquant de s'étouffer sous la pression. Le monde semblait soudainement avoir violemment changer de trajectoire, et il était tout sauf prêt à s'habituer à une nouvelle. Pourtant, le visage sérieux au possible de Tao lui fit comprendre qu'il n'avait pas le choix. Et qu'il ne l'aurait d'ailleurs ni aujourd'hui, ni jamais.

«- Tu ne peux pas partir Chan.»

Première bombe lâchée. Deux victimes consécutives. Le cœur et le foie du géant n'avaient pu en réchapper.

«- Parce-que comme si ça suffisait pas de ramoner en mauvaise saison, monsieur s'attache, soupira Tao en bon manipulateur des mot qu'il était. Putain je crois même que tu pourrais finir amoureux. Tu fais jamais les choses à moitié, c'est pas croyable.»

Deuxième bombe. Trois autres morts, le cerveau en tête de course.

«- Chanyeol, déclara-y-il finalement en le regardant droit dans les yeux. Puisque tu es trop bêta pour comprendre tout seul, je vais t'aider. Et remercie ton arrière-train pour que je t'aime assez pour le faire.

- Tu-

- Tu es complètement dingue de Baekhyun. Tu en pince tellement pour lui que même maya l'abeille aurait compris que vous aviez baisé comme des bêtes si t'étais resté un mois de plus dans les mêmes parages que lui.»

Le tact désespérait, entre deux des affreux cartons de l'appartement, tandis que les grands yeux de l'ancien mannequin semblaient soudainement obnubilés par son ami créateur. Il ne voyait plus que lui. Lui et sa bouche mouvante qui lui sortait ce qu'il avait si durement refouler depuis des jours : la vérité.

«- Tu n'es pas heureux de réaliser ton grand rêve de bisounours, tout simplement parce-que ton putain de styliste ultra-baisable reste là, à Seoul. Et franchement, faut être idiot pour ignorer qu'un rêve qu'on réalise sans personne avec qui le partager, ça n'a pas de goût.»

Troisième bombe. Éradication totale de la population Channienne.

«- Réveille-toi Frost. Il serait temps que tu te décides. Ne prend plus comme excuse d'hésiter entre ton "rêve" et ta "reine des neige " moderne. Parce-qu'il me semble évident que t'as bien compris lequel des deux te rendait le plus heureux, je me trompe ?»

Non. Il ne se trompait pas.

~+~

C'était l'effervescence. Dans la ville comme dans la boîte, le mois de février avait pris les choses en main, emportant avec lui la bonne humeur et l'enthousiasme des semaines de janvier. On courait dans tout les sens, les couloirs inondés par les fourmis ouvrières de la haute couture. Telle une avalanche sombre et gorgée d'énergie, les employés glissaient le long des murs pales de l'entreprise, emportant tissu, modèle, et croquis dans leur élan.

KADICT avait passé un cap. La nouvelle année s'annonçait explosive.

«- Quoi ?! S'exclama Sehun alors qu'un invité surprise s'immisçait furtivement dans son bureau. Comment ça, "tout de suite" ?!

- Je tombe mal, pouffa ironiquement Baekhyun, même si le cœur n'y était qu'à moitié.»

Pendu à son téléphone, son attaché de presse préféré se tourna vers lui, presque sidéré par son apparition soudaine. Il n'avait pourtant pas pour habitude de se laisser surprendre de la sorte, et malgré tout le styliste accusa quelques secondes de silence dans lesquelles le blond semblait en pleine réflexion.

«- Très bien Monsieur Kim, lâcha-t-il brusquement. Il sera là. Assurément.»

Les yeux de Sehun ne quittaient pas les orbes crémeuses de son prodige du mois, acquiesçant exagérément la tête, un air satisfait peint sur le visage.

«- Il aura même de l'avance, fit-il avant de raccrocher.»

Si il ne l'avait pas connu depuis longtemps, Baekhyun l'aurait certainement pris pour un psychopathe. Ou un de ses bipolaires à l'humeur changeante au point d'en faire baver les plus patients.

«- Baekhyun, lâcha aussitôt le blond, ne lui laissant pas même le temps de le saluer comme il se devait. Tu as rendez-vous.»

Son ton trop solennel lui soufflait presque qu'il fallait s'enfuir au plus vite.

«- Pardon...?

- Notre plus gros investisseurs veut parler des derniers arrangements pour la construction des deux filiales.

- Et depuis quand je suis un commercial, moi ? Répliqua aussitôt son vis-à-vis. Tu m'as bien regardé ?

- Crois-moi, il faut que ce soit toi, marmonna Sehun dans sa barbe. De toute façon tu n'as pas vraiment le choix. C'est toi qui nous à soufflé l'idée des filiales. Continua-t-il plus distinctement.»

Hébété, le châtain fixa son collègue durant de longues secondes. S'il ne le connaissait pas aussi bien, il aurait pu imaginer que Sehun était simplement entrain de lui faire une blague tordue. Mais le blond était loin d'être un adepte. D'ailleurs il chérissait bien plus son travail que l'humour et on parlait tout de même du principal investisseur de la boîte : l'héritier Kim TaeHyun. Sans ce jeune businessman de 27 ans, KADICT n'aurait certainement pas eu assez de fond pour se relever de ses dettes, même avec un Baekhyun talentueux sous la main. Et si Monsieur Kim voulait le voir lui, alors Baekhyun irait.

Meme si ça ne satisfaisait pas son légendaire côté "diva".

«- Qu'est ce que tu attends ?! S'empressa d'ajouter Sehun en faisant soudainement de grand geste. Le temps presse là ! Allez ! »

Tout en le poussant vers la sortie, Sehun lui remis l'adresse du rendez-vous à haute voix, certain qu'il connaissait assez l'endroit pour ne pas l'oublier. Il en fut d'ailleurs sûr lorsqu'une grimace se dessina sur les traits fins de son collègue.

«- Et surtout, écoute bien ce qu'il a à dire, lâcha-t-il en fermant la porte de son bureau, trop rapidement pour que ce soit naturel.»

La porte claquée au nez, et le regard dubitatifs des quelques membres chargés de com' sur la scène, finirent par persuader Baekhyun que la journée serait encore plus catastrophique qu'elle ne l'était déjà. Depuis quelques jours il avait la poisse. Il portait l'etiquette du "chat noir de Séoul", emmenant dans son horizon le malheur et la malchance. Soit une magnifique perspective d'avenir, du moins si vous on aimiez les scénarios chaotiques.

Et comme si sa déchéance à pleurer ne suffisait pas, il fallait qu'il cède aux caprices d'un riche qui n'avait qu'à claquer des doigts pour construire n'importe-quoi. Dans un certain sens, la vie devait lui rendre la monnaie de sa pièce, lui qui avait était si exécrable et condescendant ces dernières années. Il l'avait bien mérité, la petit vengeance que lui balançait le destin en pleine face.

Au moment où il devenait heureux, boum. Un retournement de situation sadique.
Merci destinée.

Le trajet jusqu'au lieu de rendez-vous fut plus long que prévu. Seulement malgré ses multes tentatives de joindre l'assistante du jeune investisseur, aucune n'aboutirent, le laissant finalement patois, devant l'immense tour dans laquelle il avait rendez-vous. Sa montre aux traits luxueux se moquait ouvertement de lui et de ses dix minutes de retard, lui offrant une énième envie de meurtre poussée par un désespoir malsain.

«- Bienvenu à la NamSan Tower monsieur, le salua un jeune homme avec politesse. Si vous souhaitez prendre le funiculaire, je vous prierai de vous diriger vers la file d'attente pour a-..»

Le pauvre employé n'eut pas même le temps de finir sa réplique -si souvent répétée- que Baekhyun avait déjà pris le chemin qui le mènerai au sommet, dans un silence assommant. Il ruminait sa rancoeur, crevant littéralement de remord subtilement saupoudré de nostalgie. Cet endroit, il le connaissait bien. Il l'avait visité des dizaines de fois. Il avait admiré les cadenas qui décoraient ses grilles majestueuses à chaque saisons qu'avait à offrir l'année. Il était venu avec sa mère, puis avec des amis, avec une fille aussi. Puis un garçon, quand il avait compris qu'il n'était pas du même bord que d'autre.

Il avait admiré, surestimé puis sous-estimé la vue. Il l'avait embellie pour ensuite la dénigrer. Et il se souvenait que certains souvenirs l'avaient même inspirés, miraculeusement. Les tons pastels qui la décoraient au printemps, lui avaient donné envie de créer des tailleurs originaux. La blancheur de son horizon hivernale avait inspiré ses pull de cotons si authentiques. Et la chaleur du soleil de l'été avait offert à ses créations la collection "fraîcheur" qui avait tirée son épingle du jeu à la fashion week de New York, un an plus tôt.

Oui par la force des choses, la Namsan Tower demeurait un lieu que Baekhyun connaissait bien. Voir trop. Mais pourtant, il avait osé rêver la redécouvrir une nouvelle fois, avec quelqu'un en particulier. Comme un renouveau.

Une pensée bien naïve.

«- Ah j'arrive enfin à vous joindre ! S'exclama aussitôt Baekhyun, en descendant du funiculaire. Je suis en haut de la tour, ça ne captait pas bien sur le trajet, explica-t-il rapidement. Monsieur Kim n'a pas vraiment précisé l'endroit alors je...»

Le silence l'entoura tandis qu'une voix étonnée le coupait dans son empressement. Au seins du combiné, le ton dubitatif de la jeune secrétaire de Kim Taehyun l'avait presque paralysé.

«- Attendez... Quoi ?»

Les quelques touristes qui râlaient finirent par sursauter autour de lui et de son ton soudainement aiguë. Baekhyun bloquait une parti de la sortie des navettes de l'attraction, son visage sidéré semblant tout à coup faire office de décors.

«- Comment ça, "il n'a pas de rendez-vous" ?! Mais bien sûr qu'il en a un ! Il en a même un à l'instant ! S'offusqua-t-il.»

À force de persuasion silencieuse, les nombreux passants poussèrent le petit créateur à avancer lui aussi, jusqu'à ce qu'il se retrouve face aux grandes baies-vitrais qui emmenaient la plupart des touristes jusqu'à la vue imprenable sur Séoul, ayant en premier plan les frontières de cadenas et d'amour de ses habitants. Des dizaines de silhouettes les admiraient, se présentant à Baekhyun de dos, de face ou encore de profil. Sauf qu'il ne les voyait pas, aveuglé par le voile de colère et d'incompréhension qui l'habitait.

«- Mon attaché de presse m'a affirmé qu'il voulait me toucher un mot sur le projet des filiales ! Insista le brun. Et je me suis déplacé tout de... Tout... de... Suite.»

Au fond, sur la terrasse centrale, dos au monde et à son effervescence touristique, il était là.

Ses cheveux d'argent toujours trop long. Son blouson en cuir de seconde main. Son jean délavé, hideusement taillé.

Il était là. Présent. Foudroyant. Face à la vue et à la chute imprenable qu'elle offrait sur le soleil.

Même sans voir son visage, Baekhyun l'aurait reconnu entre mille. Parmi la foule dense qui le coupait de sa vue quelques fois, tout autant que parmi des milliards d'étoiles, il l'aurait quand même vu. Là. Sage et attentif.

Park ChanYeol avait grimpé les kilomètres qui l'avaient si longtemps séparés de cette tour qu'il aimait pourtant tellement. Tellement au point de s'en priver pour la découvrir uniquement avec une personne spéciale.

Ses pas l'avaient traînés sans le savoir vers sa silhouette filiforme. Quand il finit par s'en rendre compte, seul une dizaine de mètres les éloignait. Et Baekhyun ne se sentait pas prêt. Chose contradictoire avec son besoin évident de franchir avec la rapidité d'une formule 1 les derniers mètres qui le séparait de lui.

«- Je croyais que tu attendais une personne spéciale pour venir ici, déclara-t-il d'une voix posée malgré le bruit de fond qui l'a couvrait en partie.»

Un écho dont l'origine était encore à identifier avec clarté. Étais-ce réellement la foule ? Ou plutôt les battements assourdissant qui animaient son organe vitale ?

Il avait encore enfilé ce masque de brique tandis qu'il s'était offert à la joue de son bourreau. Instinctivement, sa protection de toujours était venue couvrir ses traits fins. Et bizarrement, il espérait secrètement ne pas être le seul à le savoir.

«- C'est le cas, affirma doucement son voisin.»

Si Baekhyun avait daigné détourner légèrement le regard, il aurait certainement vu le sourire doux qui ornait timidement le visage pâle de son voisin. Et qui sait, il aurait peut-être même remarqué la gêne et la douleur qui se battait avec rage dans ses propres fenêtres d'âmes.

«- Alors tu n'es pas partie ?

- J'ai voulu rester. Finalement.»

Un mouvement léger força Baekhyun à river son regard sur le siens. Spontanément, il lia ses yeux aux billes vertes du géant. Celles qu'il avait observer si souvent sans oser complètement les dévorer. Quoi qu'aujourd'hui il osait tout. Probablement par peur de ne plus avoir l'occasion de le faire demain.

«- Monsieur Kim ne viendra jamais, n'est ce pas ?

- Non, confirma le plus grand.»

Leurs yeux se happaient, avides de sensations. Avides de l'autre. Eux qui s'étaient si longtemps retrouvés brutalement séparés, en profitaient enfin, trop heureux de pouvoir à nouveau redécouvrir les couleurs qu'ils avaient eu si peur d'oublier.

«- Baekhyun... Commença doucement son interlocuteur, les mains frémissantes. Je voulais te dire que je suis désolé.»

Instinctivement, ses larges paumes s'accrochèrent aux manches finement cousues du plus jeune. Pour autant, les orbes crémeuses de Baekhyun ne quittèrent pas celles de ChanYeol, conscientes de la signification de son geste.

Chanyeol voulait qu'il reste. Qu'il n'ait pas peur de ses mots, et qu'il ne les interprète pas de la mauvais façon, à cause de quelconques obscures maladresses.

«- Je m'en voulais tellement... Souffla le plus grand. Je me détestais de ne pas regretter ce que je t'avais fais... Tu étais vulnérable et moi j'ai... J'en ai profité. Et malgré tout, je n'arrivais pas à avoir de remords pour ça.»

Un éclair de clarté traversa les pupilles attentives du créateur. La seconde qui suivit, il se revoyait là, étendu sur son propre grabat, nu et à peine éveillé, ses yeux parcourant le côté droit complètement vide et son coeur se fissurant doucement, amèrement. Chanyeol n'avait pas voulu partir, et c'est exactement l'absence de cette vérité qui l'avait rendu si amer.

Chanyeol s'était fait violence pour s'en aller, honteux d'avoir profiter de lui et d'avoir voulu plus.

«- J'avais peur que tu m'en veille... Et puis... je ne savais même pas si tu te souviendrai de-

- Je me souviens. Le coupa brusquement Baekhyun. Je me souviens de chaque seconde.»

Un instant, il cru revoir l'hésitation se hisser entre la sincérité de Chanyeol et et lui. Mais elle fut rapidement balayée lorsqu'il constata que Baekhyun ne reculait pas. Il attendait. Patient et à l'écoute, que le géant finisse ce pour quoi il était venu.

«- Je voulais venir te voir mais... J'ai cru comprendre que tu ne souhaitais pas que je le fasse.

- C'est parce-que je pensais que tu étais parti, s'étrangla soudainement son vis-à-vis. J'étais persuader que-

- Que je te considérais comme une erreur.»

Sa gorge se noua, et les yeux s'affrontèrent de plus belle, creusant avec ardeur pour déceler les parcelles de sincérité qui restaient enfouies dans ceux qui leur faisaient face.

«- En suis-je une ? Murmura finalement le brun.»

La pression sur son bras se fit plus forte, et Baekhyun ne pu s'empêcher de noter un mouvement retenu un-extremis du côté du géant. Ses yeux lui offrirent ce que sa raison lui refusait encore, paralysant ses membres pour l'empêcher d'aller au bout de son voeux.

«- Bien sur que non, se contenta-t-il donc de lancer.»

Une poignée de secondes suivirent avant qu'il n'ajoute :

«- En ai-je fais une ? P-Pour toi ?

- Tu aurais dû rester.»

Cette fois, le styliste ne lui laissa pas le choix, réduisant le peu d'espace qui les séparait à néant. Ses bras fins vinrent entourer les bustes agréablement tièdes de l'argenté, abaissant sans le savoir son niveau d'inquiétude au minimum requis.

Sa tête se cala timidement sur son torse, manquant de confiance pour se planté dans son axe de vision.

«- Ce matin là, j'aurais vraiment voulu me réveiller avec toi, lui avoua-t-il finalement, priant silencieusement pour qu'il comprenne. Parce-que je n'étais pas vulnérable. Parce-que j'avais voulu autant que toi ce qui est arrivé.»

Un léger spasme fit reculer Baekhyun, mais son visage ne pu partir bien loin, pris en coupe part les mains de Chanyeol. Ses yeux semblaient cherchait les siens tandis qu'un sourire ravageur décorais son faciès.

«- Est-ce qu'on est entrain de dire que nous sommes deux pauvres crétins ? Pouffait-il, la tête inclinée vers lui.»

Dévorant mentalement ses lèvres, Baekhyun sourit inconsciemment, amusé par la remarque.

«- Je crois que oui.

- Que nous voulions la même choses et que nous étions trop idiots pour le deviner ?

- Malchanceux me paraît plus approprié, le corrigea tout de même le plus petit. C'est -»

Un silence valait toutes les réponses, mais un baiser surpassait de loin l'option.

Il n'avait pas pu s'en empêcher, cet imbécile heureux qui goûtait désormais avec envie les lippes tremblante du styliste. Et Dieu ce que leur goût avait pu lui manquer.
Désireux de l'avoir au plus près de lui, sa main droite avait abandonnée son visage pour venir enlacer sa taille. Quand bien même ses yeux étaient clos, il sentait les paumes de Baekhyun s'agripper fermement à son tee-shirt, le faisant sourire dans leur échange.

Il regretta d'ailleurs de ne pas être plus doué en apnée lorsqu'il dû s'écarter des lèvres tentatrices de son ancien supérieur. Leurs jours avaient rosie, et leur orbes froides s'étaient retrouvées, comblées.

«- Tu n'as plus jamais intérêt à partir, souffla Baekhyun.»

Il ne lui laissa pas le temps de répondre, entourant son cou livré à sa bouche un énième cadeau. Il ne se l'avouer ai certainement jamais, mais au fond, il aurait certainement posé un genou à terre pour remercier Sehun de lui avoir offert ce bonheur. Parce-qu'il n'était pas dupe. Parce-qu'il avait bien compris, lorsque le dos de l'argenté avait accaparé sa vision, que Sehun n'y était pas pour rien. Le sujet des filiales n'était qu'un stupide prétexte.

Quoi qu'un prétexte pas si idiot.

Et tandis que le soleil déclinait encore sur l'horizon, couvrant la terrasse et les deux silhouettes qui s'enlaçait, de sa peinture printanière, Baekhyun eu la plus folle idée de sa vie.

Et probablement la plus belle aussi.

«- Tu n'aurais pas déjà entendu parler des prochaines filiales asiatiques de KADICT par hasard ? Mumura-t-il contre les lèvres de son nouvel amant.»

Les sourcils légèrement froncés et le regard interrogateur de Chanyeol ne semblèrent pas le déstabiliser pour autant. Et alors que ses doigts venaient doucement s'entremêler à sa tignasse d'argent, il voyait enfin clairement ce qu'il fallait qu'il fasse.

À commencer par ne plus jamais lâcher celui qui lui offrait désormais ses bras.

«- Oublie ça, finit-il par sourire, les yeux déjà rivés vers le bas de son visage. Au final ça n'a pas d'importance.»

Parce-que qu'est ce qui en avait plus que son sourire, finalement ?

.

.

.

.

~ Un an et deux mois plus tard
Village de Mai Châu, Vietnam~

«- Non Chamara. Ce n'est pas ton orteil, ria gentiment Chanyeol. C'est ton oreille

Articulant exagérément pour que l'enfant comprenne, le nouveau professeur ouvrit grand la bouche, répétant plusieurs fois le mot dans un anglais parfait. Son geste lui valu les moqueries de la petite fille qui pointait du doigt sa bouche, affirmant qu'elle était bizarre dans sa langue natale.

«- Va plutôt travailler ce qu'on a fait ensemble aujourd'hui, soupira Chanyeol amusé. Et n'oublie pas d'emmener ton livre d'écriture demain !»

À peine sa consigne achevée, la petite dragonne de sa classe pris ses jambes à son cou, bien trop pressée de rejoindre les autres enfants à la rivière adjacente au village, soit leur terrain de jeu aguerrie.

Depuis un peu plus de sept mois, le géant avait établie domicile dans ce district reculé du pays, commençant sa mission auprès de l'association. Certains événements l'avaient poussés à demander un départ plus tardif l'année précédente, et même s'il avait déçut quelques fervents partisans de l'association, il avait fini par convaincre les plus réticents pour obtenir un sursis. Il était bien entendu conscient de "l'urgence des missions associatives sur le pays'', n'ignorant pas les difficultés financières et la pauvreté importante sous laquelle il croulait.

Mais lui aussi, avait des priorités. Il l'une d'entre-elles avait pointée son nez précipitamment, bouleversant ses plans de vies pour finalement les compromettre grandement. Et même s'il aurait pu en être contrarié, la finalité avait été tout autre.

Les semaines qui avaient suivit son choix de rester à Séoul avait été les plus belles de sa vie. Chanyeol avait pris un petit boulot de professeur en cours du soir au lycée étranger de la capitale. Il alternait les journées entre chez lui et chez la nouvelle étoile de son système solaire : Byun Baekhyun.

Les premiers mois, il avait été franchement très compliqué de les séparer, au plus grand malheur de Sehun qui ne voyait plus du tout sa vedette numéro un. Baekhyun travaillait quasiment tous les jours chez lui, et Chanyeol y passait le plus clair de son temps également. Comme s'il redoutait sa disparition imminente, le styliste avait eu beaucoup de mal à subir les heures sans avoir son géant à cajolé, près de lui. Les premières semaines, il ne passait que très rarement du temps dans des pièces séparées, à tel point que même Tao avait fini par ne plus venir faire de visites surprises à son Frost préféré. Bien entendu, Baekhyun avait guérie de cette peur de la solitude, sous les sourires rassurants de Chanyeol, et notamment son idée génial de décorer la maison du brun de toutes les photos qu'ils avaient pu faire ensemble, à commencer par celle qui avait tout déclenchée. Finalement, Baekhyun avait repris un rythme de travail régulier, et Tao avait pu profiter de son ami le plus cher avec joie, lui parlant de ses dernières conquêtes et aventures diverses.

Sul Gi venait aussi souvent le rendre visites lorsqu'elle n'était pas occupée par le mariage ou harcelé par Baekhyun, qui avait proposé ses services pour concevoir sa robe de mariée. Une création qui avait valu à la jeune femme d'être hissé au rang de plus belle marié de l'année 2017. Autant dire qu'elle avait fait de sacrées jalouses. Et son ventre désormais bien rond n'avait pas arrangé les choses. Bientôt, deux magnifiques jumeaux gambaderaient dans tout Séoul, crachant des petites boules de flammes et partageant toute l'énergie Sehunnienne avec le reste de la ville.

Seulement les périodes de bonheur avaient doucement fait place aux époques plus sombres, lorsque Chanyeol avait été rappelé à l'ordre par l'association. Un projet durement travaillé l'attendait, et les enfants vietnamiens comptaient sur lui. De Novembre jusqu'en Janvier, il devrait survivre loin de son petit-ami, entre les quatre murs de bois que serait sa maison de fortune, là-bas, dans un petit village du pays. Baekhyun avait été le premier à en souffrir, mais il avait, à la surprise général, été également le premier à le pousser dans l'avion, un sourire tendre plaqué au visage.

«- Je suis tombé amoureux de ce Park Chanyeol-là, et je n'ai pas la moindre envie de l'échanger. Avait-il déclaré.»

Et le 18 Janvier, à 23h13, il posait à son tour ses valises sur le sol de Mai Châu, surprenant les habitants mais surtout, son plus précieux et proche collaborateur. La filiale du Vietnam délocalisait certains stylistes de Corée, et il s'était proposé spontanément. Laissant sa maison spacieuse et les rares cadres qu'il n'avait pas emportés à la futur grande famille de Oh Sehun et Oh Sul Gi.

C'est plus tard qu'il avouait à Chanyeol qu'il y avait pensé bien plus tôt, racontant qu'en quelques coups de téléphone, il avait fait en sorte que le Vietnam et la Chine deviennent des destinations alléchantes pour l'entreprise. Et même si un travail monstre l'attendait désormais, la seul chose qui le comblait vraiment, s'était de savoir que quelqu'un l'attendrait, une fois qu'il rentrerai à la maison.

«- NaMia, ne met pas tes doigts à la bouche, la sermonna doucement le professeur avant de fermer sa classe.»

Plus timide, la petite rousse baissa la tête pour finalement obtempérer, gagnant un geste affectif de la part de son enseignant. Au milieu de la cours, quelques enfants jouaient encore, habitués à rester tard sur place, l'école se trouvant complètement au centre du village. C'était un des plus gros bâtiments de district, accueillant une quinzaine de petites classes. Chanyeol leur enseignait l'anglais, s'occupant de sept classes, les sept autres ayant été assignés au second professeur de langue, un américain du nom de Jonhathan. On comptait également un professeur de lettre vietnamien, deux de mathématiques et une de sciences naturelles. Bien qu'encore peu aidé au niveau des matériaux nécessaires à un bon apprentissage, l'association avait mis en œuvre un plan efficace pour permettre aux enfants d'étudier dans de bonne condition. Et Chanyeol y avait activement participé.

Et en admirant la petite rouquine courir vers ses deux voisins de table, le géant ne regretta pas tous ses efforts.

«- Elle est adorable, lâcha une voix dans son dos, qui subissait quelques secondes plus tard les assauts de deux bras fins.

- C'est vrai, sourit-il aussitôt, se détendant au contact magique de son touché. Ta journée ?

- Moins drôle que la tienne, sans doute.»

Il pouffa à sa remarque, se tournant pour admirer son visage plus bronzé qu'auparavant. Baekhyun lui faisait face, son habituel charisme toujours aussi présent. Ses mains venaient frôler ses quelques mèches devenues brunes, appréciant leur douceur naturelle. Un sourire barra son visage, marquant quelques instants la présence du bonheur sur la scène. Puis sans précipitation, il glissa une main dans la sienne pour venir prendre place tout naturellement à côté de lui.

«- On rentre à la maison ?»

Un sourire satisfait lui répondit. Il reconnu la petit voiture noire qu'avait acheté Baekhyun, obligé d'emprunter les grandes routes pour aller au travail. Il s'installa au volant, persuadé que le plus petit avait déjà assez conduit pour être lassé du volant.

Même s'il avait eu peur aux prémisses, leur emménagement ensemble avait été une véritable aventure comique. La petite chambre de fortune, gentiment prêtée par l'association, ne suffisant plus au couple, ni à leur projet, ils avaient imaginés ensemble la maison parfaite, en bois local. Elle se situait sur un terrain à mis-chemin entre le district et la ville. Souvent, Chanyeol prenait le bus et Baekhyun partait dans les locaux de la filiale au volant de son quatre-roues sombre. Il n'était pas encore terminé, mais le logement était déjà spacieux et décoré de multiple photos. On pouvait en admirer une dizaine rien qu'en entrant dans le hall et sans vraiment s'y attendre au départ, Chanyeol avait donné envie à Baekhyun d'en faire le centre de la décoration moderne de leur espace de vie.

C'était à leur image, et c'était magnifique.

«- J'ai acheté des Cha Gio et du Pho, déclara Baekhyun depuis le salon.

- Génial, sourit l'autre avant de partir directement s'affaller sur le lit.»

Il ne tarda pas à y retrouver de la compagnie quelques minutes plus tard, des lèvres venant se rassasier des siennes par de légers baisers volés.

«- Tu imagines ? Dans deux semaines on lance notre première collection ici, souffla Baekhyun entre deux caresses.

- Ça va être génial, s'enthousiasma Chanyeol. Je te connais, tu as dessiner des merveilles !»

Calant par habitude sa tête sur le haut de son torse, les orbes en crèmes du créateur admirèrent quelques secondes le visage de son amant, un petit sourire se cachant au coins de la joue.

«- Je ne peux pas m'empêcher d'être un peu coupable... On vend des choses à des gens qui y mettent des sommes astronomiques, mais on arrive pas à trouver assez de fond pour donner à tes élèves des bons bouquins d'études, soupira-t-il.»

Il fallait croire qu'un an de relation avec le géant avait appris à Baekhyun la valeur des choses et l'injustice du monde. Seulement, là où cet écart entre leur univers aurait pu les éloigner, il avait finalement fini par les racoler l'un à l'autre. Et le châtain s'agrippait chaque jour avec un peu plus de force.

«- Oui c'est vrai que ce n'est pas juste. Mais n'oublie pas non plus que c'est en grande partie grâce à toi que ces enfants ont une super école. Le rassura posément son amant, passant doucement ses doigts le long de ses bras d'artiste né. Sans l'argent que j'ai gagné grâce à mon boulot de mannequin, on aurait pas pu construire un si beau bâtiment, ni faire venir autant de personne. C'est donc aussi un peu grâce à tes mains de génie Baek'.»

Comme pour souligner la véracité de ses propos, il lia ses doigts au siens pour venir les embrasser, souriant à l'homme qui partageait désormais sa vie.

«- Tu as eu un rôle très important, et tu devrais te sentir héro et non coupable.»

Le rire du plus petit traversa la chambre, offrant à l'atmosphère cette ambiance si agréable qu'ils avaient le don de créer ensemble. Amoureusement, Baekhyun finit par complètement se laisser aller à l'étreinte de son amant, se moquant de la chaleur qu'elle emmenait avec elle. Il n'y avait pas de lieu plus agréable que celui-ci, et il était bien placé pour le savoir.

«- Tu imagines quand même ? Pouffa soudainement Chanyeol, faisait automatiquement relever la tête à son amant.»

Intrigué, il laissa le plus grand franchir la frontière qui séparait leur lippes, admirant la seconde qui suivit son sourire béat.

«- Tu imagines tout ce qu'on peut faire, avec simplement... Trois épingles et du tissu ?»

Baekhyun pouffa à son tour, amusé par l'ironie voulue de son amant autrefois si dédaigneux vis-à-vis du monde professionnel auquel il appartenait.

Non bien sûr, il n'avait jamais imaginé à quel point quelques bouts de soie auraient pu le rendre si épanouie. Mais pourtant, là, dans les bras de Chanyeol, il avait vite fait de les oublier, les attentions de celui qui demeurait sa plus belle réussite professionnelle, balayant tout sur son passage.

Parce-qu'à défaut de ne pas être issu de ses propres créations, Baekhyun avait découvert en Chanyeol, la plus parfaite de toutes, semblant faite pour lui par le destin, spécialement sur mesure.


°º¤Ø,¸¸,ؤº° THE END °º¤Ø,¸¸,ؤº°


Commentaire de l'auteur J'espère que cette petite histoire vous a plu !! Plein de bisous et bon été à tous !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales