Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 159 lectures  - 1 commentaire [21 novembre 2021 à 14:54:06]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

Avec trois épingles et du tissu
[Histoire Terminée]
Auteur: miniyoongi Vue: 1267
[Publiée le: 2017-01-04]    [Mise à Jour: 2017-06-19]
G  Signaler Général/Romance/Yaoi (HxH)/Univers alternatif Commentaires : 7
Description:
Le monde de la mode, ce n'est pas seulement les paillettes et les beaux costards fait de précieux tissus, et ça, Byun Baekhyun l'a parfaitement compris.
Styliste de talent et créateur hors-pair, c'est avec beaucoup de travail qu'il a réussi à se hisser en haut du podium de la "fashion korea".

Mais alors que tout semblait lui sourire, son légendaire perfectionnisme va le conduire tout droit dans les fillets d'une histoire bien plus brillante que toutes les paillettes qui constituaient jusqu'alors son monde...

Couple principale : ⓒⓗⓐⓝⓑⓐⓔⓚ

TWO-SHOT

Je dédie ce récit à @Wondercat_ , sans qui l'idée ne m'aurait très certainement jamais traversée l'esprit.
Crédits:
Les personnage principale ne m'appartiennent pas, cependant le récit est le fruit de mon imagination et m'appartient entièrement.
L'industrie textile KADICT est également une invention de mon petit cerveau !
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Part 1.5/2

[6182 mots]
Publié le: 2017-03-23Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

°º¤Ø,¸¸,ؤº°

«- C'était toi...

- C'était toi que je cherchais.

- C'était toi, le bon

°º¤Ø,¸¸,ؤº°



La nuit avait envahi la ville sans crier gare, tuant le soleil pour laisser gouverner la lune.

Chaque étoile semblait briller un peu trop, brûlant avec délicatesse les yeux de leurs spectateurs nocturnes. Cependant, malgré les quelques picotements agressifs que subissaient ses pupilles, l'un d'eux ne détournait pas le regard, gardant ses mains froides dans les poches de son costume trop bien taillé pour lui et la tête levée vers l'œuvre créée par le cosmos.

Du haut de son perchoir luxueux, Chanyeol admirait l'astre étoilé que lui offrait généreusement le ciel, laissant glisser ses orbes entre les étoiles. Le paysage l'aidait à oublier le froid et les bruits désagréables qui émanaient du bas. À ses pieds, la soirée de clôture de la collection BBK hivernale battait son plein, laissant fuser entre les murs du bâtiment les rires et la musique mondaine -trop basse pour que les invités ne l'entendent vraiment. Il avait fui le succès et la popularité qui lui avaient été attribués contre un tableau rempli d'étoiles, et cette perspective lui allait parfaitement bien.

La célébrité, la renommée et le crédit qu'il avait gagné ne lui convenaient pas. Il n'était pas fait pour être le centre de l'attention, et il le savait. Il aurait d'ailleurs payé cher pour changer un peu l'histoire. Mais une partie de lui refusait cette idée.

Oui, elle n'avait pas été si désagréable, cette histoire. Et elle lui avait apporté un gain bien trop précieux pour qu'il le laisse s'échapper en échange d'un scénario différent.

«- Te voilà enfin, entonna une voix féminine dans son dos.»

Le claquement de ses talons se rapprocha presque aussitôt tandis que le bruit métallique de la porte de secours brisait le rythme de sa marche pour quelques secondes. Le plus grand ne tarda pas à découvrir le profil de sa nouvelle voisine de toit, à demi emmitouflée dans sa fourrure brune Burberry.

«- Pour quelles stupides raisons le roi de la soirée ne profiterait-il pas des festivités, exactement ? Sourit la jeune femme avant de réajuster le bas de sa longue robe rouge.»

Seul un léger ricanement lui fut offert en réponse, la forçant à tourner la tête pour l'admirer correctement. Ses lèvres pincées et ses deux mains liées à son sac ridiculement petit décrochèrent à Chanyeol un second rire moqueur qui lui valut des remontrances.

«- La collection a été un succès au-delà des espérances, la soirée est également une réussite et le buffet est royal. Alors explique-moi un peu ce que tu fais dans le froid, les yeux fixés sur le ciel. Hm ?

- Oui, c'est une belle fête. Mais... J'aime mieux être ici.»

Le visage septique de la compagne de Oh Sehun le força à tourner à nouveau son regard vers le haut, le perdant entre les points lumineux qui composaient son tableau préféré. Dieu ce qu'il pouvait avoir une vue magnifique d'ici.

Même s'il n'avait pas pu le voir, il devinait aisément que sa voisine d'un soir avait fini par lever la tête à son tour. Il avait appris à la connaître un peu durant ces deux mois de collaboration intensive. Et même si leurs débuts ensemble n'avaient pas franchement été convaincants, le temps avait fait son œuvre, et Sul Gi avait appris à apprécier Chanyeol au même titre que Chanyeol avait appris à estimer la jeune femme. Il aurait même été jusqu'à commettre la folie de déclarer qu'ils pouvaient certainement être qualifiables d'amis.

Une folie joyeuse dira-t-on.

«- Tu imagines ? Il y a deux mois, tu étais un traducteur d'articles dans une agence de mode assez réputée... Et maintenant, tu es le visage de KADICT. Le visage de l'hiver, pouffa-t-elle.

- Vu la façon dont tout a commencé, c'était pas bien parti pour, pouffa le géant.»

Un hochement de tête vint confirmer ses dires tandis que le rire de Sul Gi venait se joindre à celui du plus grand. Les yeux plongés dans l'astre lumineux, sa tête bourdonna de souvenirs encore bien trop récents pour qu'ils ne soient pas clairs, se remémorant le scénario si étrange dont sa vie avait été la victime ces deux derniers mois.

~ Deux mois plus tôt,

fin Novembre~

«- Oh. My. God. Articula Tao dans un anglais abominable. Au nom de Bouddha... Quelqu'un pourrait-il avoir la gentillesse de m'expliquer ce bazar... Aaaaish ! Mais c'est quoi cette journée ?!»

En face de lui, Chanyeol le fixait sans vraiment le voir, les yeux perdus face aux multiples péripéties sans queue ni tête qu'il venait tout juste de subir. Plus que jamais, il rêvait de retrouver son lit et sa chambre. Enfermé loin de la folie des employés de KADICT. D'ailleurs s'il avait pu s'enterrer sous terre, il l'aurait très certainement fait depuis une bonne heure au moins. Pour échapper aux regards éberlués des travailleurs mais aussi à la suite des évènements qui s'annonçait atrocement farfelue.

«- Bon sang de bonsoir Chan'... Mais merde... Je suis sans voix !»

Tao avait beau déblatérer ce qu'il voulait, l'esprit de son vis-à-vis était à des années-lumière de l'agence. Cependant la conscience à demi-éveillée du géant n'oublia pas de remercier silencieusement son partenaire pour l'avoir entraîné loin de cette salle de shooting. Il faut dire qu'après le cataclysme qu'avait déclenché la déclaration du chouchou de la marque, Chanyeol était rapidement devenu le centre de l'attention.

La fameuse photo de lui, prise in-extremis par le petit protégé de KADICT, s'était affichée sur la plupart des ordinateurs de la pièce. L'agent du mannequin chinois avait ensuite commencé à hurler, suivi par une longue et pénible bataille entre lui et Oh Sehun, l'attaché de presse de la boîte. La plupart des employés présents avaient finalement jugé bon de dévisager le déclencheur de toute cette pagaille, soit Chanyeol. Le pauvre s'était retrouvé assailli pas des dizaines de regards, se perdant dans le désert oculaire qu'ils représentaient. Ces yeux tentaient tant bien que mal de s'accrocher à ceux du styliste, cherchant l'explication magique qui pourrait peut-être tout résoudre. Mais c'était sans compter sur Tao et ses élans de chevalier sauveur. 

D'un geste sec, il avait kidnappé le bras de l'argenté pour s'enfuir avec lui par la porte de secours. Chanyeol subissait les affronts du monde, tel un pantin désarticulé. Cette désagréable impression d'être le nouveau Pinocchio moderne ne l'avait pas quitté jusqu'à ce que Tao juge bon de s'arrêter pour le laisser respirer. 

«- Mais qu'est-ce qu'il s'est passé ?!

- C'est ce que j'aimerai savoir, avait marmonné le plus grand d'un air penaud.

- Ce n'est pas avec ta virilité de salade verte que tu es devenu mannequin y'a pas deux minutes, si ?!

- No- Excuse-moi ?!

- On est en train de rêver, pas vrai ?»

L'air complètement secoué de son vis-à-vis ne réussit pas à rassurer le pauvre styliste. Et pourtant l'hypothèse du songe paraissait la plus plausible quand on regardait l'ensemble du scénario. Il est vrai que Baekhyun avait indéniablement cette réputation de ''travailleur capricieux'', jamais complètement satisfait de ce qu'on pouvait lui offrir. Il était maniaque, perfectionniste, fermé à toute préoccupation ou idée extérieur. Quand il désirait quelque chose, il l'avait. Et aussi détestable qu'il puisse être, c'est ce caractère si arrogant qui lui avait permis de se tenir sur le trône le plus convoité par les ''architectes du tissu''. On jalousait sa place tout en critiquant la clé qui lui avait ouvert la porte de la gloire. Chaque homme et femme de la planète Vogue crachait sur son visage avec plaisir. Un plaisir qu'il découvrait aussi à travailler en collaboration avec lui. 

Baekhyun était un véritable poison. Un poison au goût exquis qui vous ouvrait les portes du jardin d'Eden pour un temps, et que tout le monde ne pouvait s'empêcher de vouloir goûter.

Or là, ce qu'il convoitait, c'était Chanyeol. Soit l'homme le moins à la page en terme de tendance. Le parfait je-m'en-foutiste du monde trop luxueux de la fashion, bercé par un idéal bien trop différent, lointain. Inaccessible.

«- Je... Je ne vais pas le faire bien sûr. Il-... Mais aide-moi !

- Non mais tu m'as pris pour le magicien d'Oz ?! On ne dit pas ''non'' au seigneur incontesté du tissu !

- Mais enfin Tao, t-»

Un violent claquement de porte vint réduire au silence le pauvre traducteur tandis que des élans de voix se faisaient entendre dans la pièce d'à côté, à peine retenus par les murs qui les séparaient. D'un geste amplifié, Tao fit signe à son ami de se taire, l'emportant avec lui contre la frontière murale qui les séparait du couple voisin. Sous la mine exaspéré de Chanyeol, le chinois colla son oreille contre l'affreux papier-peint de la pièce, soudainement tout ouïe et prêt à dénicher un potin digne des magazines à ragots du coiffeur.

«- Mais tu as complètement perdu l'esprit ?! S'exclamait la première voix d'un ton rageur.»

Surpris, Chanyeol se décolla du mur, découvrant avec stupeur l'identité de leur mystérieux nouveau colocataire d'étage. Il ne semblait d'ailleurs pas tout seul puisqu'une autre voix, moins rauque que la première s'éleva à son tour.

«- Non pas du tout. J'ai juste... Tu ne comprends donc pas ?!

- Comprendre quoi ? S'énerva le chargé de presse. Que tu essaies de couler KADICT ? Ou que tu ne sais plus faire la différence entre un professionnel et un... Un amateur aux oreilles décollées ?!»

D'un geste sec, ledit ''amateur'' s'éloigna à nouveau du mur, une grimace d'exaspération se dessinant sur son faciès.

«- Non mais il s'est vu lui ?! Murmura rageusement le géant avant d'être rappelé à l'ordre par son partenaire d'espionnage.

- La ferme Chan, tu vas nous faire repérer ! Et puis c'est pas parce que t'as des oreilles de pachyderme que t'es pas canon. Il suffit de regarder tes fesses, ricana-t-il avant de retourner à son occupation première, l'air concentré.

- De... Hein ?!

- Tu ne comprends pas Sehun, le tannait l'autre d'un ton plus calme. J'ai-

- Ce n'est PAS un mannequin Baek' ! C'est un employé lambda qui n'a aucune connaissance du style. Il n'a probablement jamais posé de sa vie si ce n'est sur sa photo de classe !»

L'envie de s'arracher les cheveux passa brièvement dans la pensée du géant, mais il se ravisa bien vite, préférant garder son énergie pour le meurtre qu'il allait bientôt commettre sur un certain chargé de presse un tantinet irrespectueux.

«- C'est lui.»

Cette fois, ce fut Tao qui lança un regard perdu à Chanyeol, comme pour chercher une explication dans les yeux charbonneux de son acolyte. Mais il n'y trouva qu'une flamme curieuse qui attendait la suite du dialogue qui se jouait dans la pièce d'à côté. Après quelques secondes de silence, les deux ''espions'' se collèrent un peu plus au mur de peur d'avoir raté une possible sortie de scène.

«- Attends... Quoi...?

- C'est lui, Sehun. Celui que je cherchais.

- Tu délires complètement, lâcha l'autre en réponse.

- Je suis d'accord, chuchota Chanyeol sous le regard blasé de son ami.

- Je te dis que c'est lui. J'en suis sûr. Je n'ai jamais été aussi sûr d'une chose de toute ma vie.»

Une seconde grimace d'incompréhension traversa le visage pâle du géant tandis que sa bouche mimait un «Quoi ?» silencieux à Tao. Ce dernier secouait la tête, faisant comprendre à son vis-à-vis qu'il n'était pas plus avancé que lui.

Un lourd soupire s'en suivit, précédant un claquement de porte distinctif marquant le départ d'au moins l'un des occupants.

En silence, Tao et Chanyeol se décollèrent du mur, fuyant discrètement leur zone d'espionnage, ni vu ni connu. Et lorsque le chinois voulut rejoindre son étage, il fut rapidement retenu par l'une des grandes mains du traducteur.

«- Non m-mais attends ! Mais qu'est-ce que je fais moi, maintenant ? Paniquait le pauvre employé. Qu'est-ce qu'il va m'arriver ?!

- Ben... Maintenant... T'es dans la merde, ria le styliste. Et en prime, t'es mannequin. Félicitation !»

Pour toute réponse, ses épaules s'affaissèrent d'un coup tandis que ses yeux suivaient les parcours emprunté par Tao, l'air dépité.

«- Génial... Soupira-t-il finalement, les bras ballants. Ma vie est géniale...»

.

.

.

.

«- C'est vrai qu'il s'agissait d'une décision plutôt inattendue, ria Sul Gi, les bras croisés contre la rambarde du toit.

- Carrément inattendue même, sourit Chanyeol.»

Il se souvenait encore de la panique qu'avait provoquée son arrivée à l'étage des modèles. Les bruits de couloir avaient rapidement circulé la semaine suivante, tous aussi gargantuesques les uns que les autres.

Un jour, il était l'amant caché de la présidente de KADICT, laquelle avait soudoyé Baekhyun pour intégrer son petit-ami caché dans la prestigieuse collection hivernale de l'industrie. Cependant pas mal d'employés avait finalement abandonné cette hypothèse, bien conscient que Byun Baekhyun n'accordait de faveur à personne d'autre que lui-même. Les 24 ans de différence entre la dirigeante de la filiale et Chanyeol n'avaient pas fait mouche, prouvant bien au géant que certains employés avaient définitivement l'esprit tordu.

Une seconde rumeur avait suivi quelques temps après, racontant qu'il était en fait le fils caché de Kim Sa Rang, ce mannequin reconnu qui avait participé au concours de Miss univers en 2001 et qui avait gagné le prix de meilleur costume national. Cependant avoir un enfant à l'âge de 14 ans restait quand même peu probable... S'en était suivi une succession de théories, toutes plus désastreuses les unes que les autres... Chanyeol était finalement devenu l'employé mystère. Le frère de Baekhyun, le maître chanteur de Sehun, puis le pire ennemie du pauvre Kris, émincé du rêve BBK. On lui avait attribué par la suite le masque du prince d'un pays asiatique inconnu, du fils de la présidente de Corée, du neveu lointain de Karl Lagerfeld. Et lui ne pouvait que soupirer face aux multiples identités qu'on s'affairait à lui accorder.

«- Je me souviens encore, commença la jeune femme d'un air presque rêveur. Je me souviens de votre premier essaie shooting.»

Chanyeol pouffa à se souvenir pourtant tellement embarrassant. Il avait été si mal à l'aise sous le feu de projecteur qu'il avait fini -Dieu ne sait comment- par se prendre les pieds dans le décor et massacrer les pauvres arbres de papier et de fausse neige. Tao avait tellement ri à sa pauvre chute, selon lui digne d'un oscar pour maladresse, qu'on avait fini par le faire sortir.

«- Une lamentable entrée en matière, soupira le plus grand non sans un sourire amusé.»

- Quand on sait que certaines de ces photos ont servi pour le book, je trouve que tu as plutôt réussit ton coup, au final.

- C'est vrai... Baek-, Monsieur Byun prend parfois des décisions bizarres.

- Eh bien tu serais surpris, mais même moi, je les trouve vraiment réussies.»

Les yeux en amandes de Chanyeol s'entrouvrirent doucement, surpris par la déclaration de Sul Gi. Au début de l'aventure, la rouquine était une des plus réticentes à sa participation. Elle ne l'avait pas vraiment accueilli à bras ouverts, voyant son arrivée comme une insulte directe à son travail d'assistante. Dans l'ordre des choses, c'était elle qui dénichait les mannequins, pas le hasard. Et savoir qu'une fois de plus, Baekhyun avait fait les choses à sa sauce sans consulter les principaux concernés, lui avait mis le moral dans un état de colère désagréable.

«- Au fond, sa majesté a encore prouvé qu'il avait raison, ricana-t-elle. Ce mec a du talent dans les mains mais aussi dans les yeux.»

Comme pour signifier ses dires, elle se tourna vers le géant pour le détailler de haut en bas, les yeux rieurs.

«- Parce que franchement au début, avec ton look et tes cheveux grisâtres...

- Eh ! Protesta vivement l'elfe tandis que sa vis-à-vis riait de plus belle.

- Avoue quand même que tu ne te mettais pas en valeur ! Franchement, quelle idée de cacher tout ce potentiel derrière des fringues digne de-

- Stop, stop, s-t-o-p. Soupira Chanyeol. Tu vas me faire regretter de ne pas être resté avec les aristocrates du bas...

- Mille excuses, sourit la jeune femme, pas le moins du monde vexée par son intervention.»

Chanyeol était le genre de personne que beaucoup avaient fini par prendre plaisir à taquiner. Au fil du temps, pas mal d'employés s'étaient rapprochés du géant, découvrant derrière ces traits énigmatiques, une personne douce et agréable. Pour la première fois, la boîte abritait en son sein un modèle qui n'avait pas la manie d'être hautain et assuré. Le naturel et la douceur simpliste de Chanyeol avaient conquis les habitants du royaume de Baekhyun, et certains se plaisaient même à dire qu'il pourrait être un remède au mauvais caractère de la reine des abeilles.

Et la nouvelle célébrité far de KADDICT devait bien se l'avouer... Elle avait fini par y croire, lui aussi.

~+~

~ KADDICT,
Atelier personnel de Baekhyun
début Décembre~

Depuis plus d'une demi-heure maintenant, l'argenté se tenait face au ''roi du tissu'', comme beaucoup s'amusaient à l'appeler. Il sortait d'un essayage usant, et Baekhyun avait finalement pris les trois tenues prévues pour les deux prochains shooting de la semaine, s'appliquant à faire quelques modifications pour Chanyeol. Alors le mannequin l'observait finalement, presque hypnotisé par ses gestes précis et son regard imperturbable. À cet instant, chacun de ses mouvements paraissaient être une chorégraphie gracieuse que rien ne pouvait perturber. Le premier geste s'harmonisait gracieusement avec le second, dansant avec légèrement malgré l'air étouffant.
C'était magnifique.

«- Mais pourquoi accorder tellement d'importance à ce genre de trucs, avait soupiré Chanyeol, un instant hanté par le souvenir de son accrochage avec l'une des habilleuses un peu plus tôt.»

Le pauvre avait eu le malheur de tirer un peu trop sur les manches de son pull blanc, prenant l'affreux risque d'en déformer le bas en lin. Malgré ses excuses, elle avait finalement jugé le géant d'incapable et d'ignorant. C'était concevable, même pour lui, parce que même avec toutes les explications du monde, il ne comprendrait certainement jamais quel réel impact pouvait avoir tout leur travail sur son monde à lui.

«- Comment pourrait-on accorder autant d'estime à trois bouts de tissu épinglés alors que certains construisent des œuvres architecturales majestueuses tous les jours?!»

Malgré son haussement de voix, Baekhyun n'avait pas bougé, restant calme face aux interrogations que posait chaque jour de chaque semaine son nouveau protégé. Quand on changeait la ceinture de son costume d'une autre couleur par exemple, jugeant le gris anthracite moins pertinent que le gris perle. Sa voix, plus rauque que la moyenne, s'élevait alors au milieu du brouhaha, interrogeant les assistants de Baekhyun d'un regard perdu : «C'est important ?», «Quelle différence pourrait-il y avoir entre bleu marine et bleu roi ?», «Ces ceintures sont pareilles, non ?», «Pourquoi se prendre la tête pour quelque chose d'aussi futile..?».

Certains employés pouffaient de rire tandis que d'autre le regardaient tel un phénomène de foire. Et à chaque fois, Chanyeol se promettait que plus jamais il n'irait fourrer son nez dans des affaires qui le dépassaient, seulement cette promesse semblait lui échapper chaque jour qui suivait.

«- La mode à son histoire Chanyeol, tout comme les monuments ont la leur.»

Sa voix calme et son regard concentré lui donnaient presque des airs de professeur. Ses mains, occupées par les retouches de la tenue de travail basique, se mouvaient avec grâce sur les dunes de tissu qui lui faisaient face. Son regard crémeux paraissait soudainement moins dur.  Moins brute aussi. À l'instant, Baekhyun lui dévoilait une nouvelle  facette de lui. Et Chanyeol aurait assurément menti s'il avait déclaré ne pas en être fasciné.

«- On ne peut définitivement pas comparer les monuments historiques construits par l'homme à des bouts de tissu assemblés, s'esclaffa le plus grand. Ce serait-

- Ridicule ? Mais la mode vestimentaire et les vêtements qu'elle prône résultent d'une création. Tout comme les œuvres architecturales. Qu'y a-t-il de si différent finalement ?

- Mais enfin les maisons abritent les hommes et puis elles sont-

- Les maisons hébergent l'homme c'est vrai, le coupa-t-il d'une voix presque plate. Mais les vêtements les couvrent. Mieux encore, ils les définissent, montrent  leur nature, leur genre, leur personnalité profonde. Le vêtement que tu portes est un miroir de l'âme bien plus clair que ne le sera jamais la maison dans laquelle tu vis.»

Le  silence surpris de Chanyeol lui répondit, poussant son interlocuteur à lever les yeux de son labeur pour rapidement analyser le degré d'attention de son vis-à-vis. Il fut d'ailleurs plus que satisfait de constater l'intérêt, autrefois absent, qui brillait désormais dans le fond de ses orbes si particulières. Il ajouta donc d'un air amusé peu dissimulé :

«- De plus, un homme peut vivre sans maison. Mais pas sans tenue.»

Sans plus de cérémonie, le jeune prodige de la marque avait ôté ses mains de son travail pour le soulever devant lui, observant minutieusement chaque couture avant de se rapprocher du géant pour le lui faire essayer. Comme à chaque fois Chanyeol finit par se laisser faire, obnubilé par les gestes harmonieux du plus petit. Jusqu'à ce que la question qui le hantait depuis des jours finisse par se frayer un chemin hors de sa bouche.

«- Mais pourquoi moi ?»

Stoppant involontairement un mouvement, Baekhyun se retrouva à lorgner derechef les yeux de son modèle, devenant soudainement muet. Chanyeol profita de sa surprise pour enfin étaler ce qu'il renfermait depuis trop longtemps déjà.

«- Je ne comprends pas. Et puis vous-

- Tu.

- ... Tu... n'as pas donné d'explications claires et-. Mais pourquoi moi ? C'est quoi ? Une sorte de pari ? Ou de défi ? Du genre, rendre célèbre le mec ''sans importance'', comme a l'air de le penser si fort Sehun.»

D'un soupir las, Baekhyun vint finalement s'appuyer contre la table de son atelier, emportant la veste de costume retouchée avec lui. Pour la première fois, le plus petit cherchait ses mots.

«- C'est l'instinct.

- Qu-

- Mon instinct, le coupa-t-il. Comme tout le monde, j'ai mon propre instinct. Comme quand tu sais qu'une chose te conviendra mieux qu'une autre. Quand tu es persuadé que partir dans un tel endroit sera mieux que de partir dans un autre. Et j'ai vu ton potentiel, comme d'autres ont dû te le dire. Tu es grand, fin et b-

- Et j'ai un sourire idiot et des oreilles décollées. Croyez-moi, personne ne me destinait à être mannequin ou je ne sais quoi d'autre.»

À ses mots, Baekhyun se mit à sourire avant de se décoller de la table pour filer dans la pièce d'à côté, sans un mot. Il ne revint que quelques minutes plus tard, une photo de la taille d'une feuille A4 entre les mains. Il se plaça finalement aux côtés de Chanyeol, lui mettant la photographie sous le nez sans plus de cérémonie.

«- Qu'est-ce que...

- C'est la première photo que j'ai prise de toi.»

Avec douceur, le plus grand frôla les mains délicates du plus petit pour s'emparer à son tour du portait, presque sans vraiment s'en rendre compte. Il se voyait, une écharpe rouge flamboyante étroitement nouée autour du cou, cachant presque entièrement son hideux tee-shirt noir. Des yeux rieurs et un grand sourire s'étaient dessinés sur son visage tandis que l'ombre flou de Tao se mouvait derrière lui.

Il se rappelait parfaitement ce moment. C'était là qu'il avait croisé la route de Baekhyun. Ou plus précisément, c'était là qu'il s'était fait emporter par le styliste, sans vraiment comprendre ce qu'il lui arrivait.

«- Il n'y a qu'un mot pour te décrire là-dessus.»

Les yeux penauds du géant vinrent s'ancrer dans les orbes crémeuses de son vis-à-vis, curieux de l'adjectif qu'il allait employer. Il y avait définitivement quelque chose de doux dans ce regard. Quelque chose que beaucoup ne semblaient pas voir, surement dû au masque que s'appliquait à mettre le styliste chaque jour.

«- Magnifique.»

Son aplomb fit presque reculer le modèle, qui se retrouvait à serrer un peu plus le cliché qu'il avait entre les mains. Son regard semblait tellement sérieux que Chanyeol préféra se contenter de le fixer, cherchant à lire en lui sans y parvenir. Il le détaillait sans vergogne, se perdant dans les traits à la fois doux et durs de son faciès.

À cet instant, Baekhyun était vraiment beau. Bien plus que toutes les femmes et tous les hommes que Chanyeol avait croisés le long de sa courte de vie. Son regard dévia doucement sur ses lèvres, troublant sans le savoir les pensées du plus petit qui n'avait pas perdu une miette du spectacle silencieux que lui livrait son modèle.

«- Chan...

La porte s'ouvrit en trombe, coupant court à son élan.

- Byun, il faut qu'on parle.»

Face au visage tendu de Sehun, l'ancien traducteur préféra déclarer forfait d'entrée, s'enfuyant la tête basse vers la sortie après avoir posé la photo sur la table de travail. Il ne remarqua pas vraiment sa tentative discrète de le retenir.

Ni ça, ni le regard troublé qui avait élu domicile sur son visage.

~+~

«- Sérieusement Chanyeol, il faut qu'on parle.

- C'est ce qu'on fait.»

Sans lever les yeux de son carton d'archive, le traducteur de la boîte vidait son bureau dans le plus grand calme. À ses côtés, les fesses posées sur le devant de la table de travail, Tao le regardait faire d'un air perplexe.

«- Non mais Park... Tu ne vas pas faire ça. Si ? Je pensais que la mode avait la capacité de te rendre malade, bredouillait le styliste.

- C'est le cas.»

Hésitant à prendre ses petits surligneurs colorés, le géant les fixa quelques secondes avec attention avant de reposer le tout dans la boîte. Des feutres pouvaient toujours être utiles après tout.

«- Et ton rêve de devenir professeur d'anglais alors ? Tu laisses tomber ? Pour poser derrière un appareil photo ?

- Bien sûr que non, quelle idée.»

Un cahier à peine remplie et sa petite peluche de bureau finirent également dans la boîte. Son ami soupira de frustration.

«- Mais alors pourquoi accepter la proposition de sa majesté ?

- Ce n'est pas toi qui disais qu'on ne pouvait pas lui dire ''non'' de tout façon ? Déclara platement Chanyeol tout en fermant son coffre en carton.

- Oui mais tu aurais pu contourner la demande... En stimulant ta mort par exemple !»

Un étouffement peu discret fit office de réponse tandis que le visage ahuris de son interlocuteur se décrochait de son carton pour faire face au chinois.

«- Tu aurais pu faire croire que tu partais élever des crocodiles en Somalie aussi, se repris Tao. Peu importe !

- Tu te fou de moi ?

- Quoi ? Tu n'aimes pas les crocodiles ?»

Sidéré, Chanyeol se contenta de secouer la tête, bien trop fatigué pour exprimer le fond de sa pensée.

«- C'est simplement que... C'est seulement pour une collection Tao. Et puis c'est très bien payé, je pourrais avoir des fonds pour mon projet au Vietnam.

- L'école pour enfant ?»

Pour une fois, ce fut autre chose qu'une grimace qui pris possession du faciès au géant. Après avoir fait connaissance avec Tao, il y a déjà quelques mois de ça, il lui avait confié son rêve de partir à l'étranger pour apprendre l'anglais aux enfants démunis. Il avait finalement intégré une association peu de temps après avoir été diplômé en fac de langue et préparait activement, depuis ce jour, un projet de construction d'école dans l'une des péninsules précaires du Vietnam. Seulement aussi beau soit le dessein, les fonds ne venaient pas tout seul, et Chanyeol économisait depuis plus d'un an maintenant pour en réunir assez pour mener à terme son idée.

«- Oui exactement. Je suis sûr d'obtenir assez de fond pour partir bien plus tôt grâce à ça, souriait-il. Alors si je dois supporter deux ou trois rumeurs pénibles, au moins je pourrais me dire que ça en vaut la peine.

- Par Boudha... Finalement il n'y a pas que ton cul qui est à croquer, ria Tao avant de se recevoir un stylo dans la tête.»

Le géant allait lui répondre une remarque acerbe en prime, mais il fût rapidement stoppé par la voix féminine de la responsable de production de KADICT, connue pour être aussi délicate que les ronces. Sans attendre, Tao lui offrit un bref signe d'encouragement, murmurant un "fighting" à peine audible qui eu le mérite de motiver un tant soit peu son partenaire.

La journée allait être longue, il le sentait.

~+~

Trois heures. Trois longues, épuisantes, épouvantables heures qu'il était là, assit face au bureau de la femme la plus démoniaque qu'il n'avait jamais vu. Elle était si traumatisante que son cerveau lui avait automatique affublé le doux nom de Cruella.

Sa coupe de cheveux n'y était pas pour rien non plus, il fallait l'avouer.

«- Monsieur Park, je vous parle. Entonna une nouvelle fois sèchement la vielle femme.

- Oui... Oui bien sûr, toussota-t-il en se remettant correctement sur son fauteuil, s'interrogeant une nouvelle fois que le nombre de renard qu'elle avait pu tuer pour faire cette veste hideuse.

«- Je disais donc, il faut que vous compreniez bien que votre situation n'est vraiment pas habituelle. Cependant, la directrice de production, qui est également la présidente de notre enseigne, est prête à accorder n'importe quelle faveur à Monsieur Byun, y compris celle d'affubler des oreilles dumborifique à la marque.

- Je vous demande pardon ?

- Y compris celle d'ignorer des conseils éthiques pour la marque, se répéta son aînée d'un air agacé. Faites au moins l'effort d'être attentif bon sang !»

Son regard sévère le fit s'enfoncer un peu plus dans son pauvre siège inconfortable tandis que sa voix criarde envahissait à nouveau la pièce. Chanyeol était à deux doigts de s'arracher les cheveux, à bout de nerfs.

«- J'ai donc parlé à notre responsable de développement, qui pilote lui-même l'équipe de production dans laquelle se trouve monsieur Byun. Il m'a assuré que le temps serait cours pour tout reprendre à zéro, mais que se serai évidemment faisable du point de vu marketing.

- C'est super...

- Non. C'est un miracle.»

À cet instant, Chanyeol ne savait plus vraiment si elle parlait de lui, ou bien de sa coupe de cheveux toujours perchée au même endroit depuis trois plombes.

«- Votre premier shooting officiel démarre donc demain à 9 heures, déclara-t-elle en lui calant un emplois du temps sous le nez. Le styliste photo, l'infographiste et miraculeusement, le visuel merchandising seront présent aussi. Évidemment, votre styliste sera là, son assistante aussi d'ailleurs. Et bien entendu l'attaché de presse.

- Mais à quoi servent tous ces gens... Marmonna Chanyeol dans sa barbe.»

Cruella ne sembla pas apprécier puisqu'elle tapa à nouveau du poing sur la table, manquant de faire sauter au plafond notre pauvre modèle. Ses yeux révulsés la fixaient d'un air ahuris tandis qu'elle criait à qui voulait bien l'entendre à quelle point son manque de culture était abjecte. S'en suivit un sermons aussi froid que la glace sur son engagement et sa bonne volonté visiblement peu présente.

Chacune de ses paroles s'accordaient avec le tic-tac pénible de sa montre alliée à celui de l'horloge rouge sagement affichée derrière elle. Chaque mots sortant de la bouche semblait être un poison douloureux. Et comme on aurait pu s'y attendre, Chanyeol avait fini par exploser à son tour.

L'adrénaline. Le tic-tac. Les rumeurs, les chuchotements incessant. Les regards moqueurs, les attitudes hautaine et lassés.
Tout.

Il était devenu fou.

La chaise dans laquelle il s'était cloîtré jusqu'alors, avait finalement fini sur le sol, repoussée par la grande main du géant lorsqu'il s'était levé de toute sa hauteur. Surplombant la sorcière et sa coiffure cauchemardesque.

«- Mais comment je suis censé savoir, moi, si vous ne déniez pas m'expliquer ?! Je ne suis qu'un simple traducteur bordel de merde ! C'est pas mon monde ça, c'est pas ma vie ! Alors OUI, je suis un mec banal, et NON je ne suis pas désolé !

- Vous feriez mieux de baisser de ton monsieur Par-

- Mais allez donc vous faire voir ! S'emporta Chanyeol. Laissez parler les autres pour une fois, bon sang ! C'est si difficile de concevoir que je possède encore une conscience et des sentiments ? L'idée que je n'avais pas choisit cette voie ne vous a pas traversée l'esprit ?! Oh mais bien sûr, vous étiez trop occupée à vérifier que je n'ai pas de lien de sang avec Cara Del-je-ne-sais-quoi.»

Cruella afficha un visage courroucé. Et Chanyeol n'en fut que plus énervé. Autour du bureau de verre, quelques employés surpris avait fini par se réunir, attirer comme des mouches par les cris trop peu discret du géant.

Parmi eux, la silhouette fine et délicate de Baekhyun, parfaitement attentive aux monologue de son modèle.

«- Mais bon sang ce n'est pas mon truc ça, je suis désolé. Ce n'est pas moi ! Je- Je me contre-fou royalement que mon pull soit bleu-gris ou bleu électrique ! Je fait partie des gens qui s'habillent sans vraiment faire attention à ce qu'il porte parce-qu'il sont trop en retard. Et puis qu'est ce qu'on en à foutre de mettre une ceinture à clip ou à boucle du moment qu'elle fait son boulot ?! Mais bordel c'est ça la réalité ! C'est enfiler une chemise parce-qu'elle est propre ! PAS parce-qu'elle à des trait vert feuille d'oliver de printemps et tout le bordel !»

Un ricanement acerbe se fit entendre tandis que l'argenté attrapait ses affaires à la va-vite.

«- Mais j'ai bien compris que vous le ne connaissiez pas ce monde là. Celui où les robes à 10 000$ n'existent pas, et ou les gens n'achètent pas des fringues pour être beau mais pour être COUVERT. Vous voulez que je vous dise, vous êtes vraiment tous perchés. Et je ne ferai pas l'effort de vous écouter argumenter sur le fait que vous êtes meilleur que les autres, j'ai assez entendu ça pendant trois heures alors merci.»

La porte vitrée claqua violemment suite à la sortie marquée du géant. La plupart des employés s'écartèrent sur son passage, formant un joli couloir humain à son effigie. Le silence vint régner à son départ, poussant mes employé à repartir à leur affaire sans plus se soucier de cette histoire, considérant la scène comme le potin du jour à raconter au bar d'en face une fois le boulot terminé.

Au milieu du mouvement de la foule, la silhouette mince et sombre de l'un des stylistes les plus côtés de la boîte restait figée, tournée vers la dernière porte qu'avait claquée Park Chanyeol : celle des escaliers de secours.

Et pour la première fois de sa vie, Baekhyun couru pour autre chose que le travail.

Le premier miracle de l'année.



°º¤Ø,¸¸,ؤº° À SUIVRE °º¤Ø,¸¸,ؤº°


  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales