Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 184 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 113 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1723 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

ANGER
[Histoire En hiatus]
Auteur: Levy-chan Vue: 13466
[Publiée le: 2016-01-06]    [Mise à Jour: 2018-02-19]
13+  Signaler School-Fic/Amitié/Tranche de vie/Lemon Commentaires : 23
Description:
Je m'appelle Kang Haneul, ma vie ressemble en ce moment à celle d'un drama. Vous voyez le riche et la servante? Voilà ce qu'il m'arrive. Et je déteste ça. Seulement, je me fiche tellement de tout que je continue ma vie routinière tranquillement. Et même lorsque Park Chanyeol, le fils de mes employeurs, fait de moi son esclave sexuelle, son objet qu'il manipule tous les jours, je continue ma vie. Bref, ma vie ressemble à un drama et vraiment je déteste ça.

Je reviens avec une nouvelle fiction. Je l'ai en tête depuis Noël alors fallait que je la tape. Cette fois, j'ai pris Chanyeol. Je sais pas pourquoi, je trouvais que le rôle lui allait plutôt bien. Je tiens à prévenir tout de même que cette histoire contiendra presque à chaque chapitre du lemon, un langage plutôt grossier, vulgaire. J'y vais au feeling, donc je posterais irrégulièrement. En espérant que ça vous plaise !

[JE SUIS RESPONSABLE DE CE QUE J’ÉCRIS PAS DE CE QUE VOUS LISEZ]
Crédits:
Kang Haneul et son amie ChaeLin sortent tout droit de mon imagination. Ainsi que toute l'histoire.
Park Chanyeol ne m'appartient pas.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Triste réalité

[3904 mots]
Publié le: 2016-03-01Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Bien, qui veut échanger sa vie contre la mienne ? Non, parce que là, je veux bien offrir gratuitement ce qu’il m’arrive. Depuis que j’ai discuté avec Chanyeol en étant encore un petit peu saoule ou beaucoup, comme vous voulez, il n’arrête pas de me faire chier. Deux semaines qu’il me gonfle. Le lendemain de ma cuite, il m’a apporté le petit-déjeuner au lit. Rien de bien dérangeant dans un sens mais il est resté avec moi, me demandant si tout allait bien, si j’aimais le petit-déjeuner, si j’avais envie d’autres choses. J’ai failli le tuer. Mais si seulement il s’était arrêté là. Non ! Le lendemain, en cours, pendant la pause de midi, il m’a obligé à manger avec lui un repas qu’il avait préparé. C’était pas bon, du coup, il m’oblige à préparer nos repas tous les matins. Le pire, c’est qu’il m’aide tous les matins. Il me colle, me demande ce qu’il doit faire. Ça me donne envie de le frapper à chaque fois mais je me contrôle. Ensuite, il y a quelques jours, il m’a accompagné au Starbucks, a payé et m’a parlé longuement. Il n’a pas dit un mot sur mes sentiments ou quoi que ce soit. Il ne parle que de choses banales. Ça m’arrange mais il m’énerve. J’ai l’impression qu’il joue un jeu. C’est assez perturbant. Pour moi, il me ment. Je ne le sens pas sincère. Mais je le laisse faire. A un moment, il va tomber tout seul dans son piège. Oui parce que j’ai vraiment l’impression qu’il cherche à se foutre de ma gueule. De temps en temps je cherche les caméras. Mais aujourd’hui il va falloir que je me rende à l’évidence. Il est sincère. C’est affreux de me dire ça car mes sentiments font des loopings mais il est vraiment sincère. Deux semaines qu'il me fait chier, deux semaines qu’il fait des choses que j’aime pas mais qui me donne envie de l’embrasser, de lui sourire, de lui dire que je l’aime. Frappez-moi ! Je deviens mielleuse. Je deviens ridicule.


« Haneul. Tu sais que je déteste quand tu te parles à toi-même » soupire Chanyeol.

« Pourquoi t’es encore là alors ? »

« La ferme »


Je le vois soupirer et se concentrer sur son café. Nous voilà encore au Starbucks. ChaeLin a une énorme envie de frapper Chanyeol, YooRah rit dans son coin en voyant la façon dont se comporte Chanyeol avec moi, Sandeul s’en fiche et Jisoo aussi. Nos discussions sont minimes à cause de Park Chanyeol qui passe son temps à me demander si j’aime ça ou pas, si j’ai envie d’aller à la fête foraine ou non, si ce soir je peux l’aider encore pour faire ses devoirs, ce que je fais légèrement depuis septembre mais apparemment il a oublié. Les discussions continuent encore. YooRah propose une sortie que Chanyeol refuse catégoriquement en me regardant lourdement. Il me gonfle ! Je veux sortir moi ! J’ai le droit de vouloir aller danser et boire un petit verre bordel ! Je ne dis rien et YooRah change de refrain. Elle propose une sortie dimanche à la fête foraine du coin. Le visage de l’autre fou s’illumine, séduit par l’idée. Je suis désespérée mais je ne peux pas refuser. Ils en ont marre d’entendre Chanyeol parler de ça, donc il vaut mieux pour ma survie que je dise oui. Ce que je fais. Après de longues heures de discussion, le soleil commence à se coucher et je ne rêve que d’une chose, c’est d’aller me coucher. Je me demande pourquoi ma vie doit ressembler à un drama d’amour mielleux. Chanyeol me traine jusqu’à la maison où je finis par m’enfermer dans ma chambre. Pourquoi je n’ai pas eu droit à une histoire de fiction plus mouvementée. Vous savez, un style d’histoire de gang. Ça me parle plus qu’une histoire niaise. Oui parce que là ça vire au niais c’est désolant. Mais si Chanyeol avait été fils de gang je me demande si ma vie serait plus sympathique à mes yeux.


« Haneul, bouge ton cul ! J’ai faim »


Ouais non, il me fait la même chose en réalité. Même en état fils de gangster, il aurait la même gueule et le même caractère qu’il a maintenant. Quoi que peut-être que ce serait différent quand même, c’est possible. Imaginez un instant un Chanyeol comme d’habitude mais avec ce petit truc en plus, ce petit truc que les hommes de gang ont en plus en eux. Je sais pas, je trouve qu’ils ont du charme. Le genre de mec qui m’attire énormément. Seulement, il n’y en a pas dans mon entourage. Mais imaginez un instant Chanyeol avec ce petit truc en plus. Quoi que non, oubliez ! Il serait extrêmement violent en fin de compte ! Plutôt que de cogner sur les gens, il me frapperait moi donc non, vaut mieux pas que je m’imagine ça. Je m’allonge sur mon lit, le visage dans mon coussin. Je soupire. Est-ce le fait qu’il me force à faire des choses que j’aime pas qui me fatigue à ce point ? C’est fort possible. Je suis crevée, épuisée par son pseudo harcèlement pour que je commence à le voir sous un nouveau jour. Mais je me demande si il se rend compte que même si nous sortons ensemble, jamais nous ne pourrons avoir une vie. Nos familles respectives sont riches et la seule chose que l’on connait, ce sont les mariages arrangés. Pour certains comme mes parents ça marche. Ma mère a aimé mon père au premier regard apparemment. Mais parfois ça ne marche pas. Comme les parents de Chanyeol qui se déchirent plus qu’autre chose. Même si j’ai des sentiments pour lui, je sais qu’à un moment je devrais les mettre de côté pour épouser un homme que je ne connais pas mais dont la famille peut faire fluctuer les richesses de ma famille. Le monde des chaebols est tellement injuste avec les enfants. On doit perpétuer les traditions seulement je n’en ai pas envie. Et je crois que ce qui m’attriste le plus c’est de savoir que tous les efforts de Chanyeol sont vains. Lui aussi épousera une femme qu’il ne connait pas forcément à la demande de sa famille.


« Haneul ? »

« Oui ? »


JiYi entre dans ma chambre. Elle ne semble pas être au meilleur de sa forme aujourd’hui. Et on dirait qu’elle a pleuré. Elle vient sur mon lit et appuie son dos contre le mur. La petite fille ne parle pas. Je pense qu’elle doit avoir besoin de préparation. Des bruits émanent de la cuisine. Des assiettes brisées, des hurlements, la voix de madame, de monsieur et celle de Chanyeol. Je ne comprends pas vraiment mais je ferais mieux de fermer la porte. JiYi plaque ses paumes de mains sur ses oreilles pour ne pas entendre les cris qui la terrifient tant. Je la rejoints et la prend dans mes bras. La pauvre tremble. C’est malheureux pour elle de devoir subir ça. Son enfance n’est certainement pas joyeuse, rythmée par les cris incessants de son père contre son frère. Les cris ne cessent pas et les tremblements de JiYi ont redoublés. Je ne sais toujours pas de quoi ils parlent et JiYi n’ouvre pas la bouche mais je ne sais pas pourquoi, je sens que j’ai une petite idée sur le sujet de dispute. Je vous parlais de mariage arrangé juste avant, et bien je pense que c’est de ça dont parle la petite famille. Et c’est un véritable sujet de discorde dans les familles de chaebols. Quand les miens vont m’annoncer mon rendez-vous arrangé, ça va pas être joyeux à la maison.


« Haneul, pourquoi est-ce qu’ils veulent forcer Channie à épouser une fille qu’il ne connait pas ? » me demande JiYi en relevant la tête.

« C’est comme ça JiYi. Dans les familles de chaebols, les mariages d’amour, ça n’existe presque plus »


Quoi ? Je vais pas lui mentir non plus. J’aurais préféré qu’on me dise la vérité quand j’étais gosse plutôt que ma mère me berce avec des mariages amoureux qui survivent malgré les soucis !


« Alors il ne va pas se marier avec toi ? »


Je l’aime. Bien sûr que l’on va se marier mais dans une autre vie !


« Non. Pourquoi ? Tu voudrais que l’on se marie ? »

« Oui. Parce qu’il t’aime »

« Nous sommes juste amis petite fille »


Elle ne dit plus rien. Que peut-elle me dire de plus de toute façon ? Elle n’est qu’une enfant et j’aimerais bien qu’elle pense encore comme une enfant. Elle a droit de vivre un peu sa vie de petite fille. C’est préférable pour elle. Les cris ont apparemment cessés. Je libère JiYi de l’emprise de mes bras et nous sortons de ma chambre. Doucement, nous allons vers la cuisine tel un commando en mission secrète. Mais pas un bruit ne nous parvient. JiYi entre la première et m’appelle. La pièce est vide mais les dégâts sont présents. Je soupire. Je vais devoir tout nettoyer, génial. La petite fille m’abandonne au passage pour rejoindre sa mère. Un balai en main, je m’active. Beaucoup de vaisselle a été brisée, et évidemment c’est celle que j’ai nettoyé ce matin. Cette famille me fatigue. La porte de la cuisine s’ouvre et me fait sursauter. Je fais face à madame Park qui semble énervée, contrariée. Elle ne m’adresse pas un mot. Elle évite les éclats de vaisselle et part se servir un verre de vin. A ce rythme, ça ne m’étonnerait pas que dans dix ans, elle finisse alcoolique ou du moins ravagée par l’alcool. Elle passe son temps à picoler et tout est bon pour picoler d’ailleurs. JiYi qui travaille mal, monsieur Park qui s’énerve, Chanyeol qui crie et tant d’autres raisons. Elle me fixe.


« Haneul »

« Oui madame ? »

« Je voudrais que tu restes loin de Chanyeol »


Et bien, il est loin le moment où elle me demandait si nous sortions ensemble. J’avais l’impression que toute la famille voulait que je finisse avec lui et aujourd’hui on me demande de ne plus l’approcher. C’est-à-dire que ça va être assez compliqué puisque c’est lui qui me colle. On fait comment dans ces conditions ?


« Je sais que vous êtes amis. Ça ne me dérange pas que vous fassiez vos devoirs ensemble. Je sais aussi que tu es fille de chaebol donc tu dois comprendre la situation dans laquelle est Chanyeol »

« Mariage arrangé n’est-ce pas ? »

« Oui. Donc je voudrais que vous évitiez de tomber amoureux. Enfin tu me comprends. Je pense que tes parents ne voudraient pas non plus que tu décides d’épouser un homme qu’ils n’auront pas choisi »

« Je ne sais pas »

« J’espère que tu as bien compris ma demande »


Et sur ces paroles, Madame Park quitte la cuisine, son verre de vin en main. Celui-là par contre, elle ne le lâchera jamais. Je soupire. C’est tellement pathétique. On dirait une religion ce foutu mariage arrangé. Foutu coutume de chaebol. Enfin, je suis conne un peu, j’aurais dû y penser. Mais j’étais légèrement aveuglée par mes sentiments pour le grand Chanyeol. Et en parlant de lui, le voilà qui débarque dans ma cuisine. Il n’ose pas me regarder. Je suis au courant ! Donc bon, pas la peine de tirer cette gueule. On dirait qu’il va tuer le premier qui ose lui adresser la parole. Je ne fais rien, je continue le ménage. Je nettoie leur bordel, les traces d’une énième dispute et lui ne parle toujours pas. Ça me met plutôt mal à l’aise, l’ambiance pesante ça ne me réussit pas. J’arrête de de balayer, dépose le matériel dans le placard destiné et je lui fais face. Il boit son verre d’eau sans me lâcher des yeux. Il veut parler mais il n’ose pas, ça se voit tellement. De toute façon, que peut-il y faire ? Ce mariage arrangé, c’est la seule façon qu’ont trouvé les chaebols pour faire perdurer leur fortune. Le plus souvent, le mariage arrange beaucoup plus une famille que l’autre.


« J’ai appris pour ton futur mariage arrangé » dis-je.


Je sais que je ne devrais pas dire ça, que ça me fait plus mal qu’autre chose. Je n’ai pas envie de l’imaginer au bras d’une autre, obligé de dire oui pour la vie, enfin la plupart divorce au passage, de vivre aux côtés d’une femme pour qui il finira sûrement par avoir des sentiments. Il me lance un regard plutôt noir. Il n'apprécie pas ma remarque. Qu’est-ce que j’y peux ? Quand je suis contrariée, énervée, triste, je dis le contraire de ce que je pense. Bien sûr que j’ai envie de lui dire de refuser les futurs rendez-vous pour qu’il rencontre sa future femme. Bien sûr. Mais ce n’est pas dans ma personnalité. J’accepte la fatalité, point barre. Il pose sans délicatesse son verre et s’approche de moi. Air menaçant, poings serrés, mâchoire contractée. Ça me rappelle des scènes. Je rougis immédiatement. Comme si c’était le moment de penser à ce genre de chose !


« Penses-tu que ça me fait plaisir de devoir accepter leur décision ? » grogne le grand Park.

« Je ne sais pas »


Provoque encore Haneul, t’as tellement envie de mourir.


« Tu penses sérieusement que je veux de ce mariage ? »

« Tu ne veux pas ? »

« Bien sûr que non ! Je refuse d’épouser une femme que je ne connais pas, dont la famille servira seulement à renflouer les caisses de l’entreprise de la famille Park ou inversement ! »


Que puis-je rajouter à ça ? Je pense la même chose. Je ne veux pas épouser un homme que mes parents choisiront seulement parce que soit sa famille peut rajouter de l’argent dans l’entreprise de mon père soit parce que cette même famille a des soucis d’argent.


« Il ne me tarde pas que mes parents m’en parlent à moi aussi » soupirais-je.

« Que feras-tu ce jour-là ? »

« J’accepterais »


Ma réponse le laisse sans voix un instant. Bien sûr que je dirais oui. Je sais que j’ai un caractère qui porte à croire le contraire mais si mes parents le font pour le bien de l’entreprise ou de l’entreprise de l’autre famille, j’accepterais. De toute façon, même si je veux dire non, je ne peux pas. Ma mère a une force de persuasion très poussée donc je vais éviter de m’opposer à elle. Puis je me dis que certains mariages durent. Je n’ai qu’à regarder mes parents d’ailleurs. Il s’approche encore de moi. Je ne bouge pas. A quoi bon tenter de fuir ? Avec ses grandes jambes il me rattrape très facilement. Il pose ses mains sur mes épaules et me secoue légèrement. Il doit tenter de me remettre les idées en place, c’est assez drôle. Il ne semble pas en colère mais plutôt au bord du désespoir. Il s’attendait sûrement à ce que je lui dise que non parce que je suis tellement amoureuse de lui que je préfèrerais rester seule toute ma vie plutôt que d’en épouser un autre. Il va pas bien s’il a vraiment pensé ça.


« Et tes sentiments pour moi ? »

« Peu importe que j’ai des sentiments ou pas, je me plierais aux exigences de ma famille »

« Je croyais que tu refusais les règles »

« Oui c’est vrai. Mais regarde la vérité en face. Nous sommes des gamins de chaebols, on a pas d’autres choix tu sais » 

« Si, on peut fuir »


Je manque de m’étouffer. Fuir ? Et où ? Il a cru que j’avais envie de fuir ma famille ? Il est pas bien. Puis fuir avec lui reviens à tout faire pour lui. Il ne sait même pas faire cuire un œuf ! Et je suis pas une bonniche merde !


« Loin de ta maison, de ton confort ? Tu n’y arriverais pas Chanyeol »

« Yeol »

« Tu me gonfles tu sais »

« C’est pour ça que tu m’aimes »


Il me lance un grand sourire. Je le déteste. Je suis faible face à son sourire. Il se rapproche encore de moi, collant nos corps. Je vais craquer et lui sauter dessus je sens. Je ne devrais pas mais j’en ai terriblement envie là. Il pose ses mains sur mes hanches pour me bloquer et approche doucement son visage du mien. C’est dangereux. Nous sommes dans la cuisine et donc à découvert. Si quelqu’un entre, il aura une jolie vue sur Chanyeol et moi. C’est assez stressant. Vous êtes stressés aussi ? C’est pas une sensation agréable. Le cœur s’emballe, on commence à transpirer de peur, la respiration s’accélère, se saccade à un moment. Je n’arrive pas à penser correctement. Les mains de Chanyeol font pression sur mes hanches, ses lèvres effleurent les miennes avant de dériver sur mon cou qu’il s’amuse à maltraiter. Les souvenirs de nos premières étreintes me reviennent. Il était si brusque et violent. Mais ça ne me déplaisait pas vraiment. Il me pousse hors de la cuisine et je le remercie longuement. Il continue de me pousser jusqu’à ma chambre. Malheureusement, le lit n’accueillera jamais nos corps. La voix de monsieur Park retentit dans la maison, appelant son fils à venir se présenter immédiatement dans le salon. Alors la promise est arrivée ? Je me trompe peut-être. Il me lâche, grimaçant. Il est contrarié. Il embrasse mon front et disparait. Mon cœur ralentit et ma conscience me hurle dessus. J’ai failli retomber dans ses bras là. J’ai failli coucher une nouvelle fois avec lui. Mes sentiments font des loopings. Et ma conscience m’engueule encore. Je soupire et me pose deux secondes. Ma curiosité s’immisce dans la conversation avec ma conscience et me pousse à aller espionner dans le salon. Ce que je vais faire. Qu’ai-je à perdre ? Un cœur à nouveau peut-être.


Je me glisse hors de la chambre, traverse la cuisine et arrive dans la salle à manger. Je me colle au mur et tente de regarder dans le salon. J’ai une belle vue sur le monde présent. J’aperçois madame Park, son mari, JiYi assise sur le canapé qui regarde très mal une jeune femme, de mon âge je pense, qui se tient face à Chanyeol et sourit. Une femme et un homme de l’âge du couple Park. Quant à Chanyeol, il regarde donc la jeune femme. Il ne sourit pas et la regarde. Il la détaille de la tête aux pieds. J’ai un pincement au cœur. Je pense que cette jeune demoiselle lui plait. Elle est grande, plus grande que moi, mince, élancée, seules les formes généreuses sont absentes chez elle. Mais je connais l’énergumène. Peu importe tant qu’il la trouve à son goût. Mes sentiments restent sur la défensive du coup. Je ne préfère pas m’attarder et retourne en cuisine. HyeKyo me prévient que les invités restent manger. Je souffle. Je ne vais pas rester ici. J’ai beau être forte, je sais que je ne supporterais pas de la voir parler avec lui, le toucher, lui sourire. Et je ne supporterais qu’il fasse la même chose. Je cours dans ma chambre et me change. Un tour en ville ne me fera pas de mal. J’enfile un pantalon, un pull et une veste. Une écharpe vient entourer mon cou. Je n’ai pas envie de tomber encore une fois malade. Et une fois mes chaussures aux pieds, je sors.


« Où vas-tu ? »


Et Chanyeol est toujours là quand il faut. Il est accroupi à côté de la porte de service. Cigarette en main, il me fixe. Il ne semble pas très heureux de me voir sortir. Je me penche vers lui et attrape la cigarette.


« Je vais me promener. Fais bien connaissance avec ta future femme »


Je ne suis qu’amertume je le sais. Je tire une bouffée de fumer et la recrache. Je ne fume que très peu. Seulement quand je sens que j’ai besoin de me détendre et que faire mes devoirs m’énerve plus qu’autre chose. Il ne me rattrape pas et reste à sa place. Pourquoi devrait-il me rattraper ? Le quartier où vivent les Park est vraiment calme, seul le bas de la rue est animé. Les gens se bousculent un peu devant les marchands ambulants. J’achète de quoi manger et continue ma promenade de santé. Je n’avais jamais pris le temps de visiter le quartier, bien trop obnubilée par Chanyeol ou sa famille. J’erre dans les rues, regardant autour de moi, m’arrêtant de temps en temps devant des magasins. Je ne vois pas le temps passer, si bien qu’au moment où je regarde l’heure, il est presque minuit. Je soupire et fais le chemin inverse, remontant enfin la rue menant à la maison des Park. Les lumières du salon sont encore allumés. J’en conclus que la famille est toujours là. Je me dirige vers la porte de service et y trouve Chanyeol. Il semble attendre. Il m’attend ? Il est con ? Oui il est con. Je m’accroupis et le secoue légèrement. Cet idiot s’est endormi là. Il n’ouvre pas les yeux. Je le secoue un peu plus fort mais toujours pas de réaction. Je fronce les sourcils et lui claque la joue. Ses yeux s’ouvrent et sa main se porte à sa joue. Il semble choqué. Fallait se réveiller quand je te secouais, ça t’aurais évité une claque. Je me relève et entre, Chanyeol sur mes talons.


« Tu étais où ? J’étais mort d’inquiétude »

« Je me suis promenée, je n’ai pas vu le temps passer »

« Tu aurais pu m’appeler »

« Tu ne m’as pas envoyé de messages, donc tu n’étais pas si inquiet que ça »

« Je ne pouvais rien faire à cause de mes parents »


Dispute de couple. Nous ne sommes rien l’un pour l’autre mais nous continuons à nous disputer comme un couple. C’est assez déroutant vous ne trouvez pas ?


« Et bien, je suis là. Donc tu peux retourner voir la famille de ta femme »

« Elle n’est pas ma femme ! »

« Pas besoin de crier »

« Tu sais que c’est adorable de te voir jalouse comme ça ? »


Je vais l’étrangler. Je ne suis pas jalouse ! C’est pas adorable comme réaction !


« La ferme Yeol ! »

« Tu m’as manqué. Pourquoi es-tu partit ? »

« J’avais envie de prendre l’air »


Il me serre contre lui. C’est mauvais. La famille est encore là, sa mère va finir par débarquer dans le couloir des employés et nous voir dans cette position. Je préfère me libérer de son étreinte et m’éloigner. Ça risque de mal finir cette histoire. Et justement, la voix de sa mère nous parvient. Il baisse la tête. Il n’a pas envie d’y aller je le sais. Mais il doit le faire. Je ne veux pas que son père lève encore une fois la main sur lui. Je le pousse à aller dans la cuisine, à rejoindre sa mère, même si mon cœur me hurle de le retenir. Je ne peux pas être égoïste. Je ne peux pas aller à l’encontre du choix de sa famille. Il embrasse mon front comme à son habitude et j’ai l’impression de le perdre pour toujours quand il franchit la porte pour rejoindre sa mère. Pour une fois, je laisse mes larmes couler. J’en ai bien besoin.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales