Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 56 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 21 novembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 224 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 140 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1745 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

ANGER
[Histoire En hiatus]
Auteur: Levy-chan Vue: 13502
[Publiée le: 2016-01-06]    [Mise à Jour: 2018-02-19]
13+  Signaler School-Fic/Amitié/Tranche de vie/Lemon Commentaires : 23
Description:
Je m'appelle Kang Haneul, ma vie ressemble en ce moment à celle d'un drama. Vous voyez le riche et la servante? Voilà ce qu'il m'arrive. Et je déteste ça. Seulement, je me fiche tellement de tout que je continue ma vie routinière tranquillement. Et même lorsque Park Chanyeol, le fils de mes employeurs, fait de moi son esclave sexuelle, son objet qu'il manipule tous les jours, je continue ma vie. Bref, ma vie ressemble à un drama et vraiment je déteste ça.

Je reviens avec une nouvelle fiction. Je l'ai en tête depuis Noël alors fallait que je la tape. Cette fois, j'ai pris Chanyeol. Je sais pas pourquoi, je trouvais que le rôle lui allait plutôt bien. Je tiens à prévenir tout de même que cette histoire contiendra presque à chaque chapitre du lemon, un langage plutôt grossier, vulgaire. J'y vais au feeling, donc je posterais irrégulièrement. En espérant que ça vous plaise !

[JE SUIS RESPONSABLE DE CE QUE J’ÉCRIS PAS DE CE QUE VOUS LISEZ]
Crédits:
Kang Haneul et son amie ChaeLin sortent tout droit de mon imagination. Ainsi que toute l'histoire.
Park Chanyeol ne m'appartient pas.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Cœur brisé

[4481 mots]
Publié le: 2016-02-16Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

La porte s’est ouverte sur la mère de Chanyeol et j’ai eu le temps d’ajuster ma robe et de faire semblant de nettoyer le bureau. L’autre con est resté dans son lit, ayant enfilé un t-shirt rapidement. Il fait semblant de dormir mais c’est tellement cramé qu’il le fait exprès. Sa mère entre et nous observe. Ses yeux voyagent entre son fils et moi et un grand sourire se dessine sur ses lèvres. Je le sens mal là. Je crois qu’elle est en train de se faire des idées. Je ne dis rien, m’incline et sors en trombe de la chambre. Je suis trop mal à l’aise. Et encore on a failli se faire choper. J’ai eu la riche idée de lui balancer mon poing sur son entrejambe sinon on aurait été mal. Je descends les escaliers rapidement et finis enfin dans la cuisine. Je suis stressée à mort là. Je m’attendais pas à une telle réaction. Sa mère doit se douter de quelque chose c’est sûr ! Je ne suis pas bien les gens. Je suis dans le mal. Je tourne limite en rond. En fait, il n’y a rien à faire dans la cuisine. Je me demande pourquoi madame Park a demandé mon aide. L’a-t-elle fait exprès ? Si vraiment elle se doute d’une quelconque histoire entre Chanyeol et moi, j’ai peur. Il ne se passe rien à part du sexe. Je me vois très mal lui annoncer ça. Je pose mes mains sur les rebords de l’évier et inspire longuement. Je suis très stresser, vous ne pouvez pas savoir à quel point ! C’est mauvais. Très mauvais. J’en ai marre.


Le pire dans tout ça, c’est que j’en veux à madame Park de nous avoir dérangé. J’étais tellement bien dans ses bras. Mes sentiments sont frustrés. Extrêmement frustrés. Et j’ai envie de me frapper ! Pourquoi ? Pourquoi j’ai de tels sentiments pour lui ? Pourquoi suis-je tombée amoureuse de cet imbécile ? Je suis masochiste en fin de compte. Pourtant je sais que nous ne sommes pas compatibles. On a des caractères explosifs, on est pas complémentaires. On a rien en commun à part la richesse. Seulement, on a pas été élevé dans la même optique. Monsieur Park élève Chanyeol dans la violence et lui apprend qu’il faut bouffer les gens pour survivre dans le monde des Chaebols. Moi, on m’a appris à faire attention aux autres, à ne pas être violente ou égoïste et j’ai été élevée dans un environnement aimant et non violent. Je soupire. Mes sentiments sont en train de me bouffer je le sens. Je devrais me déclarer non ? Mais il va prendre peur, je le sais. Il a beau dire qu’il veut que je tombe amoureuse, lui il ne tombera jamais amoureux que ce soit de moi ou d’une autre. Il ne peut pas. Il en est incapable. Et c’est bien ça qui me bloque dans ma future déclaration. Si seulement je pouvais faire disparaître mes sentiments, je me sentirais tellement mieux en ce moment. Je sursaute quand la porte de la cuisine s’ouvre et me sort de mes pensées. Je me retourne et tombe nez à nez avec madame Park qui arbore un grand sourire. Je suis mal.


« Bien, Haneul, je vais être directe. Sors-tu avec mon fils ? »


Au moins elle est cash, elle ne me laisse pas le temps de stresser. Enfin, vu que je ne réponds pas et que je me parle à moi-même, je commence à stresser gravement. Je suis vraiment bête. Putain d’habitude !


« Je … Non, je vous assure que non »

« Oh, je vois »


Elle semble déçue. Elle m’adresse un faible sourire, me tapote la tête et sort sans un mot. Okay, je ne comprends pas là. Elle espérait réellement que je sois en couple avec son fils ? Elle qui disait qu’elle ne voulait pas le voir en couple avec une fille de l’école ou une employée peu importe son statut. Je ne comprends plus rien aux membres de cette famille. L’arrivée de monsieur Park me refait sursauter. Ils adorent les effets de surprise ou c’est comment ? Il me demande un thé que je lui sers rapidement. Il se pose sur un tabouret et patiente. Il observe mes gestes et toussote. Il veut me parler ? Je l’ignore et continue la préparation de son thé. Je sors lentement une tasse, je lance la boule à thé dedans et j’y verse l’eau chaude. J’attends un peu et sors la boule à thé que je jette dans l’évier. Je la laverais plus tard. Je me retourne enfin vers monsieur Park et dépose doucement la tasse. Il soupire et baisse les yeux sur sa boisson chaude. Il veut vraiment me parler alors. Mais de quoi ? J’ai fait quelque chose de mal ?


« Haneul … C’est assez embarrassant pour toi mais sors-tu avec mon fils ? » me demande-t-il.


Bien, qu’est-ce qu’ils ont dans cette famille ? Pourquoi est-ce que la mère puis le père de cet idiot me demande ça ?


« Non monsieur, qu’est-ce qu’il vous fait dire ça ? »

« Je me le demandais juste. Vous êtes assez proche »

« Nous sommes seulement amis »


Je lui souris et il ne semble pas satisfait de ma réponse. Mais je n’en ai pas d’autres. Je dis juste la vérité. Nous ne sommes pas en couple, pourquoi est-ce si difficile à comprendre ? Je laisse monsieur finir sa tasse avant de tout ranger et de m’enfermer dans ma chambre. C’est le seul endroit où je suis certaine que personne ne viendra m’embêter. Je m’installe dans mon lit et commence à regarder mes cours. Les examens blancs approchent. Je stresse pas mal. Je dois encore prouver que je suis la meilleure. Je m’arrête un instant et regarde mes messages. J’hallucine quand je remarque que YooRah m’a envoyé un message. Comment a-t-elle eu mon numéro ? Je secoue la tête, je lui demanderais demain. Elle m’avertit que Hyeri va arriver chez les Park dans peu de temps. Je soupire et effectivement, la voix de crécelle de l’autre pouffe arrive à mes oreilles. Oh joie ! Si elle reste manger, je ne sors pas de ma chambre. De toute façon, je suis fatiguée et je crois que tout le stress que je viens d’endurer a eu raison de ma santé physique. Je suis épuisée. Je ferme les yeux et tente de vider mon esprit. Chanyeol apparait en plusieurs exemplaires. Je crois que je suis bonne à enfermer. Ce gars me poursuit ! J’en ai marre. Je suis réellement accro à lui. Et ça ne m’enchante pas vraiment. La poignée de ma porte s’abaisse. J’ai fermé à clés et j’en suis fière. Je suis persuadée que c’est cette Hyeri ou Chanyeol qui cherche à fuir. Peu importe, je n’ouvrirais pas. La personne derrière ma porte s’énerve un peu et secoue la poignée. Je ris toute seule et m’allonge sur mon lit, rabattant la couverture sur mon nez. J’ai chaud et mes yeux piquent. J’espère que je ne suis pas malade. La personne derrière ma porte frappe maintenant. Je n’entends presque pas la voix et je m’en fiche. J’ai besoin de dormir.


Lorsque je rouvre les yeux, je panique un peu. Je me suis endormie. Je regarde sur ma table de chevet et soupire. Il est presque minuit. J’étais vraiment morte. Je me lève difficilement. Je ne sens plus mon corps encore engourdi. J’ai toujours chaud. Je transpire un peu. Je crois que je suis en train de tomber encore une fois malade. Super ! Et les examens blancs qui arrivent à grand pas. Ça me fait chier ! Je sors enfin de mon lit. Mes gestes sont lents, bien trop lents. Je me change et enfile un jogging et t-shirt large. Mon estomac grogne. J’ouvre ma porte et pars dans la cuisine. HyeKyo a pensé à moi lorsque je découvre une assiette sous cloche sur l’îlot central. Je me jette dessus et avale le plat en quelques bouchées. J’avais vraiment trop faim pour manger tranquillement. Une fois mon plat vide, je range tout dans le lave-vaisselle et m’étire. Je sors prudemment de la cuisine et inspecte la maison. Je ne sais pas pourquoi je fais ça mais maintenant que je suis réveillée, j’ai besoin de me trouver de quoi m’occuper. Je traverse le salon et la salle à manger. Tout est rangé et niquel. Rien de bien intéressant à faire ici. Je regarde le hall d’entrée mais rien non plus. Je soupire et monte doucement les escaliers. J’entends JiYi pleurer. Je me précipite dans sa chambre. Lorsque j’ouvre la porte et qu’elle me voit, elle sort de son lit et se jette dans mes bras.


« J’ai … J’ai fait un cauchemar ! » pleure-t-elle.


Je la serre contre moi et la ramène à son lit. Elle se remet sous sa couette. Je la berce un instant et la rassure comme je peux avant qu’elle ferme ses yeux et se rendorme. Je souffle de soulagement. Je me voyais mal rester là toute la nuit. J’ai déjà dû dormir avec elle. Mais JiYi est trop violente quand elle dort. Elle bouge, elle frappe, elle parle. Je n’avais pas dormi de la nuit. Je lui enlève les quelques mèches de cheveux qui lui tombe sur le visage, rajuste sa couette et sors de la chambre en fermant doucement la porte. Je traverse le couloir tout doucement mais je suis stoppée dans mon élan. J’ai une sale impression de déjà-vu quand je regarde la scène qui se déroule devant mes yeux. Je cligne quand même des yeux pour être sûre que je n’hallucine pas. Mais non, apparemment c’est bel et bien réel. Et mon cœur vient de faire un bruit de verre qui se brise. Je ne pensais pas qu’il romprait la promesse de n’être qu’à moi si on recommençait à coucher ensemble. Mais en même temps, je suis vraiment conne d’avoir cru qu’il tiendrait une promesse alors que ce n’est pas son genre. En fait, il m’a bien mené en bateau. Il voulait que je tombe amoureuse de lui pour me faire souffrir par derrière c’est ça non ? Je ne pense que vous comprenez en ce moment. Ce que je vois là, c’est une scène que nous avons déjà connu. Celle où Chanyeol est à moitié nu, collant son corps à celui de Hyeri ne portant qu’une petite culotte. Mon cœur continue sa descente aux enfers. Mes yeux s’emplissent de larmes. Je ne sais pas si je dois crier pour les arrêter ou reculer et descendre par les autres escaliers. Oui parce qu’il y a deux escaliers pour monter au premier étage. Les riches bordel ! Bref, Haneul, reviens à ce que tu vois. Donc Chanyeol est bel et bien en train de se taper la nana que je peux le moins encadrer en ce moment. Mon cœur est enfin en Enfer et mes sentiments perdent de leur force j’ai l’impression. Je me sens mal. Je suis blessée. Je ne voulais pas subir une peine de cœur et c’est ce qui m’arrive en ce moment même. Ma main vient se poser là où mon cœur me fait mal et je serre le tissu de mon haut. Je me demande encore comment j’ai pu croire en ce mec. Hyeri remarque enfin ma présence. Elle repousse d’un coup Chanyeol et cache sa poitrine. Il y en a si peu de toute manière. Je détourne le regard un instant puis reporte mon attention sur elle. Maintenant elle me sourit, victorieuse. Chanyeol ne semble pas comprendre. Il se rapproche d’elle et Hyeri le repousse en lui chuchotant quelque chose. Il tourne alors son regard vers moi et semble terrifié. Il attrape Hyeri par le poignet et l’entraine dans sa chambre.


Je reste un instant là, sans bouger. Finalement, je vais prendre les autres escaliers. Je fais demi-tour rapidement et disparait de l’étage. J’ai besoin de prendre l’air. Je cours dans ma chambre, attrape un manteau, j’enfile des baskets et je sors. J’ai besoin d’être le plus loin possible de cette maison, le plus loin possible de lui. J’ai vraiment été la conne de l’histoire. Ma vie est réellement un drama. Voilà que l’héroïne se rend compte que son héros est un trou du cul sans cœur. Mes yeux me brûlent. Je ne veux pas pleurer. Je ne dois pas pleurer, pas pour lui. Il ne mérite pas une larme de ma part. Il mérite seulement mon indifférence. Je regarde mon portable. J’ai eu l’intelligence de le prendre avec moi. Je ne compte pas rester dehors, je vais contacter Sandeul ou ChaeLin. Mais le premier nom qui me vient à l’esprit c’est YooRah. Je ne sais pas pourquoi. Je manipule quelques secondes mon portable et l’appelle. Lorsqu’elle décroche, je fonds totalement en larmes. Elle panique totalement et me demande où je me trouve. Je lui donne ma position comme je peux, me repérant avec ce qui m’entoure. Elle me localise facilement et raccroche. Je tremble de tout mon corps et lorsque mon portable sonne, je manque de le faire tomber sur le sol. Le nom de Chanyeol apparait. Je ne réponds pas. Je n’en ai pas l’envie ni la force.


« Haneul ! »


J’aperçois YooRah dans mon champ de vision brouillé par quelques larmes qui résistent. Elle ne dit pas un mot et attrape mon poignet, m’entrainant vers une énorme voiture. Parfois j’oublie que je ne suis pas la seule à avoir des parents un peu trop riches. Je m’installe et je ne parle pas le long du trajet. Et je pense que YooRah l’a compris. Je ne sais pas pourquoi je l’ai appelé mais j’ai comme l’impression qu’elle seule peut me comprendre. Elle a déjà traversé ça avec Chanyeol. Elle sait comment il est, oui elle le sait. Elle ne peut que savoir ce que je traverse. La voiture se stoppe devant une grande maison. On descend et elle m’amène jusque dans sa chambre. Elle farfouille dans sa garde-robe et en sort un ensemble quelque peu sexy. Elle m’ordonne de l’enfiler. J’obéis. Je ne sais pas pourquoi. Mais ce que je sais c’est que sortir en boite ne me fera que du bien. Je vais dans une pièce qu’elle me désigne d’un doigt. Je me retrouve dans une salle de bain. Je reste un instant impressionnée par la grandeur de la salle d’eau. Puis je me change. Mes gestes sont lents. Je l’entends répondre à un coup de fil. Le nom de Chanyeol atteint mes oreilles. Elle vient de répondre à mon téléphone. Je n’ai pas la force de l’engueuler bien que je déteste ça. Elle crie. Elle balance des injures. En fin de compte, elle est pire que moi. Puis elle raccroche rageusement en continuant d’insulter l’homme qui envahit mes pensées sans pression. Je secoue ma tête et finis de m’habiller. Une fois prête je sors. YooRah est elle aussi changée. Elle me fait assoir devant sa coiffeuse et entreprend de me maquiller et de me coiffer. Je me laisse faire.


Nous sommes finalement prêtes. Elle me regarde. Elle attend mon approbation pour y aller. Je hoche lentement la tête et elle me sourit. On a parlé mais pas de Chanyeol. On s’est rendu compte que nous avions énormément de points communs. Et je me rends compte que YooRah n’est pas la garce qu’elle veut nous faire croire. En fait, c’est une personne extrêmement seule qui a besoin d’attention, n’ayant pas celui de ses parents. Nous sortons et en quelques minutes, nous nous retrouvons devant l’une des plus grandes boites de nuit de Séoul. Ça grouille de monde. Les gens riches se mêlent à ceux qui le sont beaucoup moins. Ils discutent joyeusement en attendant de rentrer. Nous passons devant tout le monde. YooRah salue des gens et nous rentrons. La musique envahit mes oreilles et ma tristesse est effacée le temps d’une soirée. La salle est remplie de monde qui dansent et avalent des verres d’alcool. Pas de différence de classes, tous se mélangent et passent une soirée agréable. YooRah m’abandonne un instant et revient avec deux grands verres. Je la remercie et bois en regardant la scène se déroulant sous mes yeux. Mon corps se balance en rythme. Je commence à me sentir mieux.


« Allons danser ! » me lance YooRah.


Je la suis et nous nous déchainons sur la piste de danse. Mon dieu, ça me fait un bien fou. J’expédie l’alcool dans mon estomac et pars déposer mon verre pour en prendre un deuxième. Le barman m’offre un clin d’œil en me servant. Je lui souris et retourne sur la piste. Je ne sais pas combien de temps nous restons là, à bouger nos corps en rythme. Je m’amuse. J’arrive à réellement sourire. J’oublie le temps d’une soirée tout le mal que vient de m’infliger Chanyeol. Peu importe qu’il ne sache pas que je suis amoureuse de lui, ce qu’il a fait m’aurait quand même fait du mal. J’ai du mal quand on ne tient pas les promesses que l’on me fait. Mais j’aurais dû m’en douter avec lui. J’ai été dupée par son sourire qui me fait craquer. J’aurais dû savoir qu’il allait briser une promesse à la première occasion. Je continue de danser. Je ne veux plus penser à lui. Je veux me vider l’esprit ce soir, j’en ai vraiment besoin. YooRah danse toujours à mes côtés. Elle fait dégager plusieurs mecs et se rapproche de moi. J’ai un peu l’impression qu’elle me protège de ces prédateurs. On continue notre danse effrénée jusqu’à l’épuisement, jusqu’à ce que nos pieds demandent à ce que l’on s’arrête. Une fois bien trop fatiguées et saoules, nous rentrons. Elle me dépose chez les Park. Je ne peux pas me permettre d’être absente demain matin. Enfin, si je réussis à me lever. Je ne marche pas droit et j’en rigole. YooRah me souhaite bon courage et sa voiture s’éloigne. Je sors mon portable d’une poche de mon manteau et observe l’heure. Il est presque cinq heures. Je n’irais pas en cours. Je vais dormir. Tant pis. J’en ai besoin.


Je me tourne vers la maison des Park et déglutis. La chambre de Chanyeol est éclairée. Je marche jusqu’à la porte des employés et entre doucement. Je referme à clés derrière moi. Je quitte les talons que YooRah m’a prêtés et les dépose dans ma chambre. Je fais un détour par la salle de bain et me démaquille. J’attache mes cheveux et soupire. Je vais me taper une sale gueule de bois. Ça va être sympa. Je ris toute seule et retourne dans ma chambre. Je fais le moins de bruit possible et me glisse sous les couvertures. Tout mon corps se détend dans la fraicheur des draps. Je me sens bien là. Je frissonne et rabats la couverture jusque sur mon nez. J’attends que mon corps réchauffe les draps. Mon portable ne cesse de vibrer. YooRah me demande si je suis bien dans mon lit et non dans celui de Chanyeol. Je souris et lui réponds que non, je suis bien dans mon lit respectif à mourir de froid. Elle est rassurée et me souhaite de bien dormir. Elle me prévient qu’elle n’ira pas non plus en cours. Je pose mon portable qui vibre encore. Chanyeol me harcèle. Je ne réponds pas. A quoi bon ? Si je le vois, soit je fonds en larme soit je le frappe. Et la première option est en ce moment la seule qui est bonne. Je reste allongée sur le dos. Mon corps est détendu et j’ai l’impression agréable de flotter. L’alcool réchauffe mes joues et mon cerveau est embrumé. J’aime tellement cette sensation. J’en oublie presque mon cœur brisé qui brûle en Enfer. Mais ma tranquillité est de courte durée quand ma porte s’ouvre sur Chanyeol. Je ne le vois pas bien. En même temps il fait noir. Je ris encore seule. Mon dieu que c’est drôle cette situation. Je l’ignore et continue d’être fascinée par le fait que j’ai l’impression de flotter dans mes draps. L’alcool est mauvais mais parfois ça a ses bienfaits. On oublie nos soucis et on se marre tout seul parce qu’on flotte dans ses draps. Chanyeol est maintenant assis sur mon lit. Il ne parle pas. Il me regarde juste.


« Tu es saoule ? »


Oh bordel cette question ! Non, je ne suis pas saoule, je ne sens pas du tout l’alcool à dix kilomètres. Il ne sera jamais Sherlock Holmes dans une autre vie celui-là ! Je ris encore. Mais j’ai envie qu’il soit loin. Parce que maintenant mon cœur me fait à nouveau mal. Il se brise à nouveau en sa présence, me remémorant la scène que j’ai vue quelques heures avant. A nouveau, je me sens mal. Je veux récupérer ma sensation de flotter dans mes draps. Vraiment.


« Je présume que oui. »

« Tu présumes bien »

« Pourquoi es-tu partit ? »

« Parce que tu penses que j’allais rester ici après ce que j’ai vu ? »


Et bim ! Dans tes dents Chanyeol ! J’ai pas une super répartit mais j’en ai quand même.


« Je … »

« Tu peux me laisser dormir ? »

« Haneul »

« Je n’ai pas envie de te parler. T’es vraiment la dernière personne que j’ai envie de voir là »

« Pourquoi es-tu allée chez YooRah ? »

« Je ne sais pas. Peut-être parce qu’elle est la seule qui peut me comprendre en ce moment »

« Pourquoi ? »

« Sors »


Je ne veux pas m’éterniser à lui parler mais il reste, il insiste et je me sens de moins en moins bien. Pourquoi je n’ai pas eu le réflexe de fermer à clés. J’aurais dû m’en douter qu’il attendait que je rentre pour me parler. Bon après, j’ai quand même beaucoup moins de réflexes intelligents quand je suis saoule. Je me fais marrer toute seule.


« Haneul. J’aurais préféré que tu ne vois pas. Je ne voulais pas en arriver là avec elle »

« Oh bah tu t’es pas gêné pour le faire hein. Me dis pas qu’elle t’a forcé la main, parce que ce serait un beau mensonge »

« Je ne voulais pas »

« J’ai vraiment été conne de te croire. De croire que tu pourrais tenir une promesse, de croire que tu voulais tomber amoureux de moi. Un type comme toi, ça ne change pas, ça empire »

« Haneul, s’il te plait, crois-moi, je veux vraiment … »

« Tu ne veux rien du tout. Tu penses simplement que le fait que je sois amoureuse bloque la relation malsaine que nous avons depuis septembre c’est tout. Tu voulais me faire croire que tu allais changer, que tu allais finir par tomber amoureux de moi pour que je continue c’est tout. Tu m’as bien mené en bateau, tu m’as prise pour une conne. Mais tu sais, le pire c’est que j’ai marché dans ta combine de dégénéré. »

« Haneul … »

« Maintenant sors. Tu t’amuses assez avec moi »


Il se lève de mon lit mais se rassoit aussitôt. Putain qu’il est coriace le mec. Ça lui suffit pas de me briser le cœur, il faut qu’il continue à m’imposer sa présence. Il m’attrape les épaules et me force à m’assoir. Putain, je vais le niquer. Je balance ma main pour le frapper mais celle-ci est vite stopper. Où sont donc mes réflexes ? Ah oui, noyés par l’alcool. Je flippe. Mon cœur se recolle pour pouvoir battre à tout rompre de peur. Il plaque ses lèvres contre les miennes et j’ai envie de vomir. Le parfum de Hyeri est sur lui. Je vais vomir tout ce que mon estomac contient. Je le mords sans ménagement pour qu’il me lâche. Il couine et je peux reculer contre le mur. Ça faisait longtemps tient. Il se lève et allume la lumière. Sûrement pour voir s’il pisse le sang ou non. La lumière m’éblouit et je cligne des yeux plusieurs fois pour m’habituer. Je lève le regard vers lui et constate les dégâts. Je lui ai explosé la lèvre. Ça me fait rire. Je me marre. Je prends un fou rire en voyant sa gueule déconfite. Il revient vers moi et je m’arrête d’un coup. C’est radical. Il n’est pas énervé. C’est bizarre.


« Haneul, je te jure que je ne voulais pas »


Et c’est repartit. Vous l’entendez le violon ou c’est juste dans ma tête ?


« Sincèrement Park, laisse-moi. Je ne veux plus rien à voir avec toi. Plus jamais. Maintenant, nous ne sommes que de simples camarades de classe et ici je suis seulement une employée. Ne m’approche plus sauf si tu veux un repas, ne me demande plus de venir dans ta chambre sauf si c’est pour y faire le ménage. »

« Pourquoi tu fais ça !? Pourquoi Haneul !? » crie l’autre con. « Je suis désolé okay ? Je suis vraiment désolé. Je ne t’ai jamais mené en bateau. Je veux vraiment tomber amoureux de toi ! Savoir que tu es amoureuse d’un autre, ça me rend fou ! Tu le comprends ça ? Je … ça me crève de savoir que tu t’intéresses à un autre que moi ! »

« Je m’en fous »

« Tu … Arrête, vraiment, arrête ça »

« De quoi ? »

« Ton air hautain là. Je m’excuse merde ! Pourquoi tu fais ça ? Pourquoi tu mets un terme comme ça, quand ça te chante ? Pourquoi tu me fais ça ? »

« T’es ridicule Park »


Il se rapproche une nouvelle fois de moi et me serre dans ses bras. Mon cœur se brise encore une fois. J’ai tellement mal. Pourquoi est-ce que j’ai aussi mal ?


« Je t’en supplie, ne me laisse pas »

« Tu m’as fait trop de mal en une soirée Park. J’aurais préféré tomber amoureuse d’un autre que toi, sincèrement. Je n’ai pas eu le temps de me déclarer, que tu as niqué mes sentiments en une soirée. »

« Tu quoi ? »

« Oui, c’est de toi dont je suis amoureuse sale con ! Mais t’es tellement aveugle que t’as rien remarqué. Sauf que là, c’est fini, c’est trop tard. Maintenant sors, sors et ne viens plus jamais me voir »


Ma voix se brise totalement. Je m’effondre. Mes sentiments se meurent. Je n’arrive plus qu’à éprouver de la haine pour cet homme que j’ai aimé pendant quelques semaines sans jamais pouvoir assumer et avouer. Ce n’est pas vraiment de sa faute. C’est en partie la mienne. Si j’avais avoué, il aurait peut-être changé. Je ne sais pas. Il me lâche et sort, me laissant seule. J’éteints la lumière et me replace sous les draps. Ma tête me fait mal et je n’arrête pas de pleurer. Putain de vie de drama à la con ! Mais maintenant, je sais ce que c’est que de se faire briser le cœur.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales