Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 30 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 21 novembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 208 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 135 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1736 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

ANGER
[Histoire En hiatus]
Auteur: Levy-chan Vue: 13493
[Publiée le: 2016-01-06]    [Mise à Jour: 2018-02-19]
13+  Signaler School-Fic/Amitié/Tranche de vie/Lemon Commentaires : 23
Description:
Je m'appelle Kang Haneul, ma vie ressemble en ce moment à celle d'un drama. Vous voyez le riche et la servante? Voilà ce qu'il m'arrive. Et je déteste ça. Seulement, je me fiche tellement de tout que je continue ma vie routinière tranquillement. Et même lorsque Park Chanyeol, le fils de mes employeurs, fait de moi son esclave sexuelle, son objet qu'il manipule tous les jours, je continue ma vie. Bref, ma vie ressemble à un drama et vraiment je déteste ça.

Je reviens avec une nouvelle fiction. Je l'ai en tête depuis Noël alors fallait que je la tape. Cette fois, j'ai pris Chanyeol. Je sais pas pourquoi, je trouvais que le rôle lui allait plutôt bien. Je tiens à prévenir tout de même que cette histoire contiendra presque à chaque chapitre du lemon, un langage plutôt grossier, vulgaire. J'y vais au feeling, donc je posterais irrégulièrement. En espérant que ça vous plaise !

[JE SUIS RESPONSABLE DE CE QUE J’ÉCRIS PAS DE CE QUE VOUS LISEZ]
Crédits:
Kang Haneul et son amie ChaeLin sortent tout droit de mon imagination. Ainsi que toute l'histoire.
Park Chanyeol ne m'appartient pas.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Joyeux Noël

[4362 mots]
Publié le: 2016-01-19Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Et ça fait une semaine ! Une semaine que je me pourris l’existence à cause de l’autre enfoiré ! Je me suis tuée la première semaine de vacances de Noël à cause de ce débile, à cause de son baiser. Je n’arrête pas de me poser des questions. Je tourne et retourne la situation, je revois ce moment, je l’analyse, je le décortique mais non, je n’arrive pas à comprendre son geste. Pourquoi avoir fait ça ? Je sais que ce n’est pas mon premier baiser, mais j’en ai l’impression et c’est vraiment chiant. Je soupire une énième fois et souffle dans mes mains pour les réchauffer. Je suis en plein centre de Séoul et j’attends ma chère mère. Elle me rejoint afin que nous passions le jour de Noël ensemble. Je suis vraiment très contente qu’elle vienne. Je ne l’ai pas vu depuis six mois et j’avoue que c’est dur. Pourtant elle n’est pas la mère la plus sympathique du monde. Pendant que mon père me couvrait de cadeaux et me câliner, ma mère s’occupait de me punir et d’être assez sévère avec moi. Mais dans un sens, elle n’avait pas tort. Mon père ne disait jamais rien, du coup j’ai fait énormément de conneries plus jeune. N’allez pas croire que je n’aime pas ma mère, au contraire. Mais j’avoue que quand elle s’énerve, je préfère fuir à toute vitesse. Je fais les cent pas devant le point de rendez-vous qu’elle m’a donné. La patience et moi on ne s’apprécie pas.


Perdue dans mes pensées, je fais un bon de dix mètres quand un taxi se gare devant mes pieds. La porte s’ouvre d’un coup et je manque de me la prendre violemment. Une femme en sort et je reconnais ma mère. Elle arbore une robe rouge qui pique un peu les yeux avec quelques motifs noirs. Un gros manteau de fausse fourrure la recouvre en plus. Ses hauts talons claquent sur le bitume. Ses cheveux noirs sont lâchés et elle est légèrement maquillée. Moi qui voulais passer inaperçue, c’est un peu mort non ? Je lâche encore un soupir et ma mère me balance son sac pour me frapper avec. Sac que j’évite de justesse.


« Fille malpolie ! On ne soupire pas lorsque sa mère arrive ! » me crie-t-elle.


Je lève les yeux au ciel et lui souris. Ses yeux sont larmoyants et très vite, je me retrouve étouffée dans son manteau de fourrure. Je suis heureuse de la revoir et lui fais comprendre en la serrant dans mes bras. Elle sent bon. Elle ne change jamais de parfum par ma faute. Plus petite, je faisais à chaque fois une allergie quand elle changeait de parfum, du coup, elle a le même maintenant. Elle me lâche enfin et caresse ma joue. Enfin, elle tâte mon visage pour voir si je n’ai pas maigris. Elle appuie sur mes joues, regarde mon cou, mes bras et mes cuisses. C’est assez gênant de faire ça en pleine rue mais bon, si je lui fais remarquer, le sac va voler dans ma direction. Elle arrête une fois pour toute, m’attrape le bras et me traine dans les rues bondées. Je prie intérieurement pour ne croiser personne mis à part ChaeLin ou Sandeul. Pas que je ne veux pas présenter ma mère, mais je n’aime pas être dérangée dans mes retrouvailles. Les gens se bousculent dans la rue, à la recherche du cadeau de dernière minute, ou ils cherchent un endroit chaud. La période d’hiver à Séoul est horrible. Il fait trop froid et il neige constamment. J’aime bien mais faut pas abuser quand même. Ma mère me traine sur plusieurs mètres, s’arrête devant quelques boutiques, m’achète une robe pour ce soir, des chaussures à talons que je ne mettrais que pour cette occasion et qu’elle finira par reprendre à la maison. Quelques vêtements pour ma vie chez les Park, des produits de beauté et du chocolat. Elle trouve que je suis trop maigre. En même temps, les cours me prennent beaucoup de temps mais si seulement elle savait que Chanyeol me prend beaucoup plus de mon temps que le reste, elle me renierait ou elle me tuerait, au choix. Alors je préfère ne rien lui dire. Et j’ai pas vraiment envie.


Elle se stoppe enfin dans sa course folle et m’entraine dans un café assez huppé du centre. Elle me force à m’assoir et commande deux chocolats chaud. Je sais qu’elle veut que je lui parle de ma vie et de mon travail. Et je sais qu’elle n’accepte pas vraiment que je travaille en tant que servante dans une famille de riche. Mais elle sait qu’elle n’a rien à me dire. Je fais mes propres choix, j’ai vingt ans et je suis à l’université privée pour gosses de riches. Parfois je me demande ce qu’elle veut de plus. Le serveur dépose nos tasses encore fumantes, m’offre un grand sourire et disparait. Ma mère me sourit à son tour. Elle a dû voir le serveur. Elle va me saouler je le sens bien.

« Alors ton travail ? Tout se passe bien ? »

« Oui maman. Tout va bien. »

« Ils te maltraitent ? »

« Mais pourquoi voudrais-tu qu’ils me maltraitent ? »

« Je ne sais pas, je demande. Ils ne connaissent pas ton statut je suppose »

« Non »

« Pourquoi donc ? »

« Mais parce que je n’ai pas envie qu’ils sachent. Je fais ça pour te soulager, pour t’éviter à me payer un appartement, à faire de grosses dépenses. Tu as assez avec l’empire de papa à gérer »

« Je sais. Mais tu aurais pu les prévenir que tu n’étais pas si pauvre »

« Maman cesse donc. Papa n’a pas donné signe de vie ? »

« Ne me parle pas de cet idiot. Il fait sa crise de la cinquantaine et me fatigue »

« Il ne va pas encore revenir donc »

« S’il revient un jour »

« Ne dis pas ça »


Ma mère soupire. Je sais qu’elle est désespérée par le comportement d’adolescence de mon père, et je ne peux pas y faire grand-chose. J’aimerais pourtant le retrouver et lui faire passer l’envie de rester loin de la maison, de son entreprise et surtout de ma mère. Je suis certes petite et sans force mais je peux y arriver. Enfin, pour le moment on ne sait pas où il est. Je bois un peu de chocolat et écoute ma mère me parler de l’empire familial, qu’un jour je devrais prendre le relais. Je suis fille unique. J’ai donc un avenir déjà tout tracé. Si seulement ma mère avait eu un garçon avant moi, ou une fille, ça aurait tellement bien. Il aurait galéré avant moi. Mais non, je suis fille unique, tant pis pour moi. J’observe ma mère et elle semble attirée par quelque chose à l’extérieur du café. Je suis son regard et le chocolat chaud m’étouffe. Chanyeol est de l’autre côté de la vitre et m’observe.


« Haneul ? Qui est-ce ? »

« Je … Je reviens ! »


Je me lève d’un coup, enfile mon manteau et sors du café. Sans que Chanyeol ne puisse dire quoi que ce soit, je l’entraine loin d’ici, le trainant derrière moi. Il se laisse faire et je trouve ça vraiment très étrange. Quand je m’arrête dans ma course folle, je me retourne d’un coup, le faisant sursauter de peur.


« Je peux savoir ce que tu faisais devant ce café à regarder comme un idiot ? »

« Je te regardais. Je me demandais avec qui tu étais »

« Avec ma mère. Et ce que tu as fait est très malpoli tu sais »

« Ta mère ? Elle est bien plus classe que toi » 


Je vais l’étrangler. Tant pis s’il y a trop de témoin autour, je vais me le faire. Je lui lance mon plus beau regard noir et il fait semblant de trembler. Il veut mourir, vraiment. Ce type ne tient pas à sa vie en fait.


« C’est vraiment ta mère ? »


Il est bouché ? Il se moque de moi. Oui c’est ma mère. J’ai jamais dit que j’étais super pauvre. J’ai juste dit que j’avais besoin d’argent tout simplement. Enfin, je ne vois pas en quoi le reste le regarde. Je ne mens à personne car à l’université, les gens me reconnaissent. Les seuls à ne pas connaitre ma tête c’est Chanyeol et sa bande de copain tous aussi con que les autres. Les pauvres. Je les plains d’être aussi ignorants. Enfin, les Park non plus ne savent pas qui je suis apparemment.


« Oui c’est ma mère. Maintenant, j’aimerais bien passer mon après-midi tranquille avec elle. Je ne l’ai pas vu depuis six mois. Donc s’il te plait, va jouer ailleurs »

« Haneul, quand est-ce que je t’ai autorisé à me parler comme ça ? »


Et voilà, evil Chanyeol est de retour. Le mur à mes côtés soutient soudain mon dos et le corps de Chanyeol se plaque contre le mien. Ses dents mordent un peu trop fort mon oreille. Mon rythme cardiaque part en vrille. Il ose me faire ça dans la rue. Il pense qu’il a tous les droits ? Je le repousse d’un coup. J’ai de la force ! Merci l’adrénaline. Et je finis par le gifler. Il ne recule même pas. Il n’a même pas la trace de mes cinq doigts sur sa joue. Je suis déçue. Ma force fut bien éphémère. Oh merde ! Oh bordel de merde ! Je viens de faire quoi là ? Je viens de gifler mon bourreau. JE VIENS DE GIFLER CHANYEOL ! Je vais mourir. J’ai signé mon arrêt de mort. Que quelqu’un m’aide ! Que quelqu’un vienne à mon secours ! Je suis trop jeune pour mourir ! Je n’ai même pas eu de petit copain !


Les bras de Chanyeol me stoppent dans mon délire et il me serre contre lui. Qu’est-ce qu’il fait ce con ? C’est lui qui a pris une gifle et c’est moi qu’il réconforte. Il est vraiment trop bizarre. Son étreinte se resserre et je l’entends renifler dans mon oreille. Il pleure ? Je suis censée faire quoi si il pleure vraiment lui ?


« Désolé, je t’ai fait peur » dit-il.

« Pardon ? »

« J’y peux rien si tu m’excites quand tu élèves la voix contre moi. »

« Okay la ferme »

« Mais ce soir, tu vas souffrir tu sais »

« Trouve-toi quelqu’un d’autre, ce soir je reste avec ma mère »

« Et si je ne veux pas ? »

« Je t’explose tes bijoux »


Il rit dans mon cou. Le voilà qui se marre maintenant. Il me fatigue vraiment. Il me file un mal de crâne. Et je n’arrive pas du tout à me détacher de lui, il a bien trop de force. Ça me fait tellement rager. Je vais me mettre à la musculation pour me forger et devenir plus forte que ce grand con.


« Tu n’oserais pas. Qui te satisferait plus que moi ? »


Mon visage se réchauffe d’un coup. Je dois être tellement rouge à ce moment. Je n’arrive pas à croire qu’il dise ça comme ça, dehors. Les gens passent devant nous et nous observent de temps en temps. J’espère que personne n’a attendu ça.


« Il y a mieux que toi Chanyeol »

« Tu es sûre ? »

« Oui »

« Je ne pense pas »

« Tu es bien trop sûr de toi »

« Ton corps ne veut que moi. Il n’y a que sous mes doigts qu’il frissonne, qu’il se tord, qu’il tremble de plaisir »

« La ferme »

« Il n’y a que moi qui puisse te faire crier de plaisir. »

« Chanyeol, tais-toi maintenant »


Je suis rouge de honte. Je n’ai pas envie d’entendre cette putain de vérité même si je n’ai pas encore eu l’occasion de trouver quelqu’un d’autre. Je le déteste en ce moment de me faire réaliser que je ne cherche même pas d’autres gars pour m’amuser, que je n’attends qu’après lui. Je réussis à me détacher de lui mais pas à temps.


« Jeune homme ! Veuillez lâcher ma fille je vous prie ! » scande la voix de ma mère.


Il recule d’un coup et devient légèrement rouge ce qui me fait sourire. Je me tourne vers ma mère et me précipite sur elle. Il n’a pas le temps de m’arrêter que je suis déjà près d’elle, lui tenant fermement le bras.


« Vous tentiez de profiter d’elle ? » s’étrangle ma mère en nous regardant tour à tour.

« Non pas du tout. C’est une amie proche »

« Ton petit-ami ? »

« Non »

« J’aimerais mais elle ne veut pas »


Je manque de m’étouffer avec ma propre salive. Pardon ? Il vient de dire quoi l’autre malade ? J’ai envie de m’enterrer vivante là, tellement j’ai honte. Pourquoi est-ce qu’il est allé dire ça ? Pourquoi le monde est cruel à ce point avec moi ? Pourquoi on ne m’aime pas dans cette vie ? Ma mère me regarde, cherchant s’il dit la vérité mais je n’arrive pas à parler. Il m’a tué. Complètement. Je ne m’attendais pas à ça.


« Ah bon ? »

« Oui mais elle ne veut pas de moi. Pourtant, j’ai tout essayé madame. Vraiment tout. Je lui ai pourtant dit que même si elle travaille pour mes parents, mes sentiments pour elle ne changent pas »


C’est qu’il ment bien l’enfoiré. J’ai envie de le tuer mais je n’arrive même pas à me bouger pour le faire taire tout de suite. Ma mère se détend et lui offre un grand sourire avant de se tourner vers moi.


« Tu travailles pour ses parents ? »

« Oui » soufflais-je.

« Et tu refuses ses avances ? »

« C’est que … »

« Comment peux-tu refuser les sentiments d’un si beau jeune homme ? »

« Maman s’il te plait … »

« Excusez-la. Cette petite est parfois un peu bête et se méfie trop des hommes. Vous avez l’air tellement gentil, je ne comprends pas pourquoi elle vous refuse. Persévérez jeune homme, elle finira par se rendre compte que vous êtes fait pour elle »


Je le vois afficher un grand sourire narquois. Il me gonfle. Et avant que j’ai pu ouvrir la bouche, il s’incline, s’excuse et prend congé. Il s’éloigne en me faisant un clin d’œil. Je le hais. Ma mère le regarde s’éloigner puis elle se tourne vers moi, une expression de désolation sur le visage.


« Mais qu’est-ce que je vais faire de toi ? Un si beau jeune homme qui plus est riche. Comment peux-tu refuser ses sentiments ? »

« Tu ne le connais pas. Il n’est pas le gentil garçon que tu viens de voir. Je ne le supporte pas. Je ne veux pas de lui. Donc n’en parlons plus et allons finir notre promenade. Je ne veux pas pourrir cette soirée en parlant de lui. » explosais-je, clouant le bec de ma mère.


Nous avons réussis à finir la journée en parlant d’autres choses que de Chanyeol. Ma mère a tenté de glisser quelques phrases pour me conseiller mais je la coupais à chaque fois dans son élan si bien qu’elle a fini par abandonner. Le soleil s’est très vite couché et nous sommes allées nous changer à son hôtel. Elle m’a bien fait remarqué que l’hôtel où elle logé appartenait à la famille Park et que si je l’épousais, je serais à la tête d’une ligne d’hôtels somptueux. Je vais l’étouffer, elle m’énerve. Tout en grommelant, je suis partie enfiler la robe un peu trop moulante qu’elle m’a offerte. Je trouve une paire de collant en laine et enfile les talons. J’arrive à marcher avec mais mon dieu que je déteste ça. J’enfile une veste par-dessus. Je sors de la salle de bain et me retrouve nez à nez avec une inconnue qui se trouve être la maquilleuse et coiffeuse. Je lui offre un sourire et m’installe sur la chaise qu’elle me présente. Après une bonne trentaine de minutes, je suis coiffée et maquillée. Je n’ai pas l’impression d’être moi presque.


« Ma fille tu es magnifique ! »


J’hoche la tête et me regarde dans le miroir près de moi. C’est vrai que tout ça m’embellit. Mais je préfère être au naturel que trop maquillée. Je n’ai pas le temps de me parler à moi-même que ma mère me traine hors de la chambre. Les gens ont pris un peu trop l’habitude de me trainer derrière eux en ce moment. Les rues du centre-ville sont éclairées par des tonnes de décorations de Noël, ce que je trouve très jolie. Nous atterrissons devant un grand restaurant. Je ne regarde même pas les prix, je suis sûre que les prix font peur. Un homme élégant nous amène à une table et nous aide à nous installer. J’ai horreur des ambiances comme ça. Je sais que je suis une enfant issue d’une famille aisée, mais je préfère tellement la simplicité d’un fast-food limite. Les cartes ouvertes, nous choisissons nos plats que le serveur note avant de reprendre les cartes. Ma mère discute joyeusement. Elle me donne quelques nouvelles de nos employés, de notre chauffeur que j’adore. Elle me parle de ses nouvelles responsabilités, me rappelant qu’elle a beaucoup de mal à tout gérer et qu’heureusement la sœur de mon père est présente. Elle me demande des nouvelles de ChaeLin et de Sandeul. Elle rit quand je lui dis que ChaeLin n’arrive toujours pas à avouer ses sentiments à Sandeul. Je lui parle des cours, lui décris l’université et l’ambiance présente. Elle me demande de lui décrire la famille Park. Je lui parle de la petite JiYi, de ce que je fais avec elle. Je lui décris madame Park rapidement et son mari. Je lui explique que je prépare les repas.


« Ah tes petits plats me manquent tu sais »

« Je viendrais aux prochaines vacances. J’ai déjà demandé aux Park. Ils sont d’accord. »

« Tu devras aller chez ta grand-mère. La maison est en rénovation »

« Pourquoi ? »

« Ton père est absent. Je m’occupe de tout je t’ai dit. Et la maison a besoin d’un coup de neuf. Les travaux vont durer trois ou quatre mois »

« Et tu dors où ? »

« Chez grand-mère »


Elle m’explique ensuite que ma grand-mère va bien. Qu’elle se sent un peu seule depuis le décès de mon grand-père mais qu’apparemment, elle a trouvé un nouvel amoureux depuis peu. Elle me confie qu’elle ne pense pas que ça marche car elle est bien trop active et que l’homme est bien trop feignant. Je ris. Il est vrai que ma grand-mère est une pile électrique. Elle fatigue les gens tant elle aime bouger. Je suis comme elle. Et j’ai son sale caractère aussi.


« Mais dis-moi. Ce ne sont pas les Park là-bas ? »


Je tourne la tête vers la droite, dans la direction que ma mère m’indique. Et j’aperçois les Park. Oh non ! Mais c’est pas possible d’avoir à ce point la poisse. Vraiment ! Je fixe mon verre, le trouvant d’un coup très intéressant. Je vois ma mère se lever et saluer quelqu’un. Lorsque je relève la tête, je croise le regard de Chanyeol sur moi. Le malaise me gagne. Son père le rejoint très vite et salue grandement ma mère.


« Madame Kang, quel plaisir de vous revoir ! »


J’ai mal entendu. Vous revoir ? Il l’a déjà vu ? C’est quoi cette embrouille là ? Chanyeol retourne s’assoir et je me retrouve seule avec ma mère et monsieur Park.


« Merci de prendre soin de ma fille »

« Mais c’est un plaisir. Ça m’a beaucoup embêté de l’engager en tant que servante mais elle semblait si déterminée »

« Elle est comme son père »

« Je n’en doute pas »

« Vous étiez au courant ? » demandais-je.

« Oh depuis le début. Je reconnais les visages que je vois à la télé. Puis je connais votre père »

« Ah »

« Haneul n’est pas trop envahissante ? »

« Non, elle est une très bonne employé, silencieuse et discrète. Puis elle ne divulgue aucun secret »


Il appuie bien sur ce dernier point et je sais de quoi il parle. Qu’est-ce que ça m’apporterait de balancer qu’il frappe son fils quand celui-ci ramène un bulletin affreux ? Je ne veux pas m’attirer d’ennuis. De toute façon, j’en ai déjà des ennuis en calmant les excès de colère de son gamin. Il salue encore ma mère et nous laisse tranquille. Nos entrées arrivent et je mange tranquillement, écoutant ma mère déblatérer sur la fortune des Park. Comme si je en savais pas qu’ils étaient plus riches que toutes les familles de chaebol de Séoul. Elle compare nos fortunes aux siennes. Elle rit en se rendant compte que nos deux familles ont le même empire. Je soupire pour lui faire comprendre que ça me saoule mais elle n’en tient pas compte et continue son blabla. Les plats principaux sont vite finis à leur tour. Et quand nous arrivons au dessert, monsieur Park nous invite à les rejoindre. Je n’en ai pas envie. Et malheureusement pour moi, je n’ai évidemment pas le choix. J’atterris à côté de JiYi, ce qui me réjouit un peu. Je ne voulais pas me retrouver à côté de l’autre fou. Surtout qu’il me regarde bizarrement. Aurait-il appris pour mon statut ? C’est sûr. C’est carrément certain lorsque je reçois un message et que je me rends compte que c’est lui.


Chanyeol se lève et disparait vers les toilettes. Je prétexte une envie pressante et sors à mon tour de table. L’autre timbré me demande de le rejoindre dans les toilettes pour me parler de quelque chose d’important selon lui. Je préfère m’exécuter. Je n’ai même pas le temps de pousser la porte des toilettes pour hommes que celle-ci s’ouvre sur Chanyeol qui m’attrape et m’y jette avant de fermer la porte à clés. Il se retourne d’un coup vers moi et je recule jusqu’au mur que mon dos apprécie tant. Ses mains se plaquent de part et d’autre de mon visage. Il semble contrarié. Et il a de quoi, étant donné que je lui ai caché mon statut de gosse de riche. Mais pourquoi je lui cherche des excuses ? J’ai encore le droit de le cacher non ?


« Alors comme ça, t’es une gosse de riche. Finalement on a plus de point en commun que je ne le pensais »souffle-t-il en embrassant ma mâchoire. « Pourquoi l’avoir caché ? »

« Parce que j’avais envie »

« Pourquoi me l’avoir caché ? Alors que tu sais tout de moi ? »

« Je sais quoi de toi ? A part que t’es un petit con de première nul en cours »

« Tu veux mourir ? »

« Non »

« Alors ne me parle pas sur ce ton. Tu es peut-être une fille de chaebol mais tu oublies une chose, c’est que tu es toujours à moi »

« Je sais, je sais »

« Bien. Tu sais que dans cette petite robe, tu es un peu trop dévoilée aux autres »

« Va en parler à ma mère, c’est elle qui a choisi »

« Tu l’as porte bien. Seulement moi, j’ai envie de voir ton corps sans »

« Pardon ? Non Chanyeol pas ici »

« Je suis contrarié, énervé. J’ai besoin de me calmer »


Je réfléchis à toute vitesse. Je ne veux pas le faire ici. Je ne peux pas. Ma mère va se demander ce que je fais. Et si jamais elle découvre ça, elle m’enterre vivante ou me torture. Je repère le canapé qui trône non loin de nous et décide de pousser Chanyeol pour qu’il s’y pose. Il semble surpris mais se laisse faire.


« On ne fera rien ici »


Il hoche simplement la tête. Il a deviné mes intentions et semble satisfait. Je déteste son putain de sourire suffisant qu’il affiche à ce moment. Il s’assoit et attend. Je déboucle sa ceinture et fait descendre son pantalon. Il est un peu trop excité par la situation là. Son sexe est tendu sous son boxer. J’attrape les bords du sous-vêtement et le descend doucement. Il soulève son bassin pour me permettre de baisser son boxer plus facilement. Il devient impatient, je le sens. Son intimité tendue devant mes yeux, il me regarde intensément. Mes doigts s’enroulent autour et bougent doucement, lui arrachant un gémissement très peu viril. Je me rapproche et vient le taquiner du bout de ma langue. Le seul moment où j’ai le contrôle sur lui c’est bien pendant une fellation. Chose que je n’ai faite qu’une seule fois sans compter celle-ci. Il ne me laisse jamais prendre les devants de base. Lorsque je le prends en bouge, je le sens se tendre et sa main enserre mes cheveux. Ma coiffure, il va la niquer ! Haneul ta gueule. Tu y penseras après. Je fais de lents va et vient et m’amuse à le torturer. Il soupire et je l’entends chuchoter mon nom. C’est assez jouissif de le contrôler à ce moment. Je l’entends gémir de plus en plus quand j’accélère mes mouvements. Son membre durcit un peu plus et je continue mes attaques. Je le mordille de temps à autre. Et quand je le sens se tendre d’un coup, je sais qu’il est bientôt à bout. J’accélère encore mon supplice et lorsqu’il jouit, je manque de m’étouffer. Je ne suis pas habituer à ça on va dire. Il me tend un mouchoir et discrètement je crache tout dedans.


« Tu es douée Haneul mais ça ne veut pas dire que je ne t’aurais pas dans mon lit ce soir »

« Qu’est-ce que tu racontes ? »

« Mes parents ont invité ta mère à venir à la maison ce soir. Nous avons beaucoup de chambres tu sais »


Il me lance son sourire carnassier. Cette soirée de Noël n’est pas si magique que ça en fin de compte.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales