Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Elements
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Début(s)
    Débuts - la revue
    Nb de signes : < 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Isthme
    Poétisthme
    Nb de signes : < 6 000 sec
    Genre : avant-garde - art visuel - libre - poésie
    Délai de soumission : 20/12/2020
  • Folies
    Editions Hurle-Vent
    Nb de signes : < 31 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Artistes (re)confinés
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction réaliste - témoignage - contemporain - fiction - récit de vie - réaliste
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Revue Encre[s] N°7
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : poésie - blanche - érotique - noir
    Délai de soumission : 30/11/2020
  • Enfance
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 500 - 40 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Eclats d'Etoiles
    Eclats de Lune Editions
    Nb de signes :
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 02/11/2020
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 290 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 362 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1861 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

D'espairsRay

Too fast to live too young to died
[Histoire Terminée]
Auteurs :
[Groupe: transfert]
hiera
Vue: 3115
[Publiée le: 2012-01-01]    [Mise à Jour: 2016-01-16]
13+  Signaler Action-Aventure/Yaoi (HxH)/Amitié Commentaires : 10
Description:
Après avoir séché ses cours de l’après-midi, Miyawaki, un adolescent un peu rebelle, à la vie difficile, fait une curieuse rencontre sur internet. Sans aucune précaution et avec toute sa témérité, Miyawaki accepte de passer une soirée avec ces inconnus pour partager l’espace d’un soir leur fantastique quotidien qui l’emmènera jusqu’au bout de la nuit.
Crédits:
Fic de Hiera, je suis juste sa gestionnaire.
Pour toute réclamation me demander.

Vous pouvez retrouver la communauté des Fics de Hiera Ramuk sur facebook
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 7

[3305 mots]
Publié le: 2015-07-04Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Auteur : Hiera Ramuk

Titre : Too fast to live, too young to died

Genre : U.A., romance ? En tout cas, j'en sais pas plus >.>

Personages : Miyawaki, Hakuei, Hyde, Toshiya, Gackt, Tora, miyavi, Uruha, Zero, Kaoru, Aoi, Ken, Bou, Saga, Shinya, Kyo ( huhuhu ça fait beaucoup quand même XD )

Pairing : Aoi X Saga; Zero X Miyawaki; Satsuki X Uruha; Hakuei X Aoi ?





Chapitre 7 :




Zero et Miyawaki avait eu du mal à se dire aurevoir ce matin là, mais l'adolescent devait récupérer ses affaires chez lui pour ensuite se rendre au lycée. Le brun l'avait donc déposé chez lui après avoir pris son numéro de téléphone et promis de l'appeler le soir venu. Ce fut donc avec un sourire aux lèvres que Miyawaki rentra chez lui. Lorsqu'il ouvrit la porte, il trouva l'appartement complètement plongé dans le noir. À voir l'état du salon, son père avait dû passer tout le week-end à boire et le blond pouvait même voir quelques débrits de verre ici et là. L'adolescent prit une profonde inspiration et referma sans faire de bruit la porte d'entrée. Il se dépécha de rejoindre sa chambre et après avoir pris son sac, il fit demi-tour. Toute fois, alors qu'il s'apprêtait à presser la poignée, il entendit :

« Miyawaki ! Espèce de sale gosse ! Où est-ce que t'était encore ? »

Le blond se figea et se retourna lentement pour se retrouver nez à nez avec son père...



OoOoO



« Quoi ? Mais non ce n’est pas dangereux, répliqua Hyde tout en continuant de conduire alors qu'il était au téléphone.

- Hyde, j'en ai rien à foutre que tu meurs d'un accident de voiture, mais évite de tuer des innocents, rétorqua Hakuei à l'autre bout du fil.

- Je vois à quel point je compte pour toi, plaisant le brun. »

Alors que sa BMW noir s'arrêtait à un feu rouge, l'attention de Hyde fut attiré par l'un des piétons qui traversait de manière nonchalante sur la route, sans parler qu'il prenait tout son temps alors qu'il pleuvait de corde depuis une vingtaine de minutes.

« Heu... Haku-chan, je te rappelle après.

- M'appelle pas comme ça crétin ! J'suis pas ta copine ! Et puis y'a quoi encore ? Non, laisse tombé, je veux pas savoir ce que tu viens de voir. »

Le brun le salua puis raccrocha et jeta son portable sur le siège passager vide avant de démarrer et de tourner à l'angle de la rue où il l'avait vu disparaître. Hyde ne mit pas longtemps à le rejoindre et tout en roulant au pas, il baissa la vitre passager et s'écria :

« Hé ! Miya-chan ! T'es pas en cours ? »

Le blond sursauta et s'arrêta tout en lançant un regard surpris à cet homme qu'il reconnu comme étant Hyde. Ce dernier était quelque peu stupéfait par ce que ce qu'il voyait. En effet, le visage de l'adolescent était enflé et ses vêtements en plus d'être trempés, étaient en lambeaux. Le visage de son aîné s'assombrit et il se pencha pour ouvrir la portière et lui ordonner de monter. Le blond hésita puis lui dit :

« Mais je suis trempé...

- Pas grave monte, répliqua Hyde. »

L'adolescent acquiesça et monta sans rien dire de plus. Une fois qu'il fut dans la voiture, Hyde coupa la climatisation et mit le chauffage tout en redémarrant.

« T'as un endroit où aller ? Demanda le brun. »

Miyawaki fit un non de la tête et son aîné lui demanda :

« Tu veux que je te dépose chez Zero ? »

Le blond se figea et s'écria malgré lui :

« Non ! »

Hyde soupira puis lui dit :

« J'imagine que tu veux pas qu'il te voit comme ça. »

Miyawaki baissa piteusement la tête et Hyde répliqua :

« Tu vas déjà changer de fringues sinon tu vas attraper froid. »

L'adolescent l'interrogea du regard mais son aîné ne le remarqua pas et fit demi-tour. Au bout d'une quinzaine de minutes, Miyawaki se décida enfin à le questionner sur leur destination et Hyde lui répondit simplement :

« Chez moi. De toute façon, je ne vois pas d’autre endroit où t'emmener. »

Miyawaki baissa les yeux et garda le silence jusqu'à ce qu'ils furent garés devant une petite maison de banlieue. Hyde lui dit de descendre et l'adolescent s'exécuta avec tout de même une légère gène. En effet, il n'était pas tellement rassuré à l'idée de se retrouver seul dans la maison d'un inconnu car après tout, il connaissait à peine le brun ! Et puis ce qu'il savait de lui n'était pas très louable, aussi le suivit-il nerveusement jusqu'à son domicile, de toute façon il n'avait pas vraiment le choix. Et puis au point où il en était...

Miyawaki était au milieu d'un salon assez vaste dont un bar américain le séparait de la cuisine. Dans un coin de la pièce, se trouvait un parc pour bébé et des jouets. Les murs étaient tapissés de cadre à photo divers et Miyawaki put mettre certains noms sur des visages qu'il avait rencontrés ce week-end. Hyde ne tarda pas à revenir avec des vêtements et une serviette, il lui désigna la salle de bain et lui dit de faire comme chez lui. Il ajouta même que s'il le voulait, il pouvait prendre une douche. L'adolescent acquiesça et se dirigea vers la porte indiquée.


Après avoir prit une douche brûlante, Miyawaki revint au salon vêtu d'un t-shirt plutôt large et d'un vieux jeans. L'adolescent trouva Hyde affalé devant la télé et il alla s'asseoir timidement à côté de lui. Lorsque le brun le vit, il se redressa et ramassa une boite blanche qu'il avait laissée à ses pieds. Il la posa sur la table basse en verre et l'ouvrit. Il en sortit une crème et l'appliqua avec précaution sur le visage meurtrie de Miyawaki qui ne put que détourner les yeux de honte. Quand Hyde en eut terminé et se leva pour se laver ses mains tout en lui disant :

« Je suppose que c'était pas une bagarre entre camarade de classe. »

Le blond baissa la tête et ne répondit pas. Son aîné s'appuya contre son bar et l'observa longuement puis lui dit :

« Tu peux rester ici tant que tu veux. Ça ne me dérange pas. Seulement, tes parents risquent de s'inquiéter si ton lycée les prévient que t'es pas en cours.

- J'ai pas de mère et mon père en a rien à foutre, répliqua Miyawaki en s'enfonçant dans le canapé.

- Je vois...

- Au faite, tu ne travailles pas ?

- Non, soupira le brun. Je bosse généralement la nuit. »

Sans trop savoir pourquoi Miyawaki ne voulut pas en savoir plus car connaissant un peu le personnage, il avait un peur de connaître sa réelle profession.



OoOoO



Zero soupira et se laissa tomber dans son canapé. Il n'avait pas arrêté à de penser à son jeune amant toute la journée et ce dernier lui manquait déjà, ce qui arrivait rarement au brun qui n'était pas habitué à être accros à quelqu'un de cette manière, mais Miyawaki était si mignon et si attanchant qu'il ne pouvait se le sortir de la tête. Un sourire se dessina sur les lèvres du brun et il se redressa pour s'emparer du combiner du téléphone. Il sortit le papier sur lequel était griffonné le numéro du blond et il composa en toute hâte la suite de chiffre. Au bout de trois sonneries une voix qui n'était pas celle de Miyawaki décrocha.

« Hyde ! S'écria Zero à la fois surpris mais aussi inquiet. Mais qu'est-ce que tu fais avec le portable de Miyawaki ? Et puis il est où ? Tu lui as fait quoi, hein !

- Heu... si tu pouvais me laisser parler je pourrais peut-être t'expliquer.

- Mais je te laisse parler ! S'énerva Zero.

- Zero...

- Bon alors ?

- Il est chez moi.

- Quoi ? Mais qu'est-ce qu'il fout chez toi ! Je te préviens si jamais tu lui as fait quelque chose je te jure que...

- Hé du calme ! Coupa Hyde. Je l'ai pas bouffé ton chéri. Il est juste chez moi parce qu’il n’avait nul part où allé.

- Comment ça ? Passe-le-moi !

- Pas possible, il dort.

- Quoi ! Bon, j'arrive tout de suite ! »

Zero ne lui laissa le temps de rien dire et raccrocha avant de se jeter hors de son appartement.



OoOoO



Zero était à bout de nerf et lorsque Hyde ouvrit la porte, il crut qu'il allait lui sauter à la gorge. Toute fois, Zero se contenta de lui lancer un regard méprisant avant de s'inviter lui-même à entrer. Plutôt amusé par la situation, Hyde esquissa un petit sourire avant de lui demander s'il pouvait lui servir quelque chose à boire. Zero refusa catégoriquement et exigea de voir son amant.

« Ben il est dans la chambre, lâcha le maître de maison. »

Le visage de Zero pâlit et il serra des poings avant que Hyde n'ajoute avec une pointe d'amusement :

« De mon fils. »

Zero fut quelque peu soulager et suivit l'indication du brun pour arriver devant une porte ouverte. Il y entra avec anxiété et aperçut Miyawaki endormit dans un lit simple, recroquevillé sur lui même sous une couette Spiderman. Le brun s'assit à côté de son amant et alors qu'il s'apprêtait à lui caresser la joue, son visage s'assombrit.

« C'est pour ça qu'il est chez moi, déclara Hyde qui était appuyé contre le chambranle. »

Zero lui lança un regard interrogateur puis se leva et le suivit au salon.

« J'espère que c'est pas toi qui...

- Non mais tu me prends pour qui ? Coupa Hyde. Je l'ai trouvé en train de trainer en ville dans cet état là.

- Mais pourquoi il ne m'a pas appelé ? Soupira Zero pour lui-même.

- Parce que t'as pas de portable, répliqua Hyde. »

Un sentiment de culpabilité envahit le visage de Zero et Hyde lui dit :

« De toute façon, même si t'en avais un, il ne t'aurait pas appelé parce qu'il ne voulait pas que tu le vois comme ça.

- C'est ridicule, répliqua Zero.

- Il a sa fierté, c'est tout. J'aurais fait pareille à sa place et toi aussi d'ailleurs. »

Zero se mordit doucement la lèvre et baissa les yeux.

« Il va dormir là ce soir et puis si demain il se sent le courage de te voir, je t'appelle à ton travail.

- C'est vraiment ridicule. S'il a des ennuis il pourrait m'en parler.

- Vous venez à peine de vous mettre ensemble. Il ne va pas s'ouvrir comme ça. Ça aurait été une meuf je ne dis pas, mais Miya-chan est un mec.

- Ok, soupira Zero. Je supose que je peux te le laisser. Mais je te préviens, si jamais tu lui fais quoi que se soit...

- Heu... je m'appelle ni Toshiya, ni Gackt. De toute façon, je ne risque pas de lui faire grand chose avec ma mère qui dort à côté.

- Mouais... »

Zero se leva à contrecœur et remercia tout de même le brun avant de s'en aller avec une certaine inquiétude.



OoOoO



Uruha n'était pas rentré immédiatement chez lui. Il avait trainé un peu dans le quartier pour prendre l'air avant d'affronter la dure réalité de son appartement vide de chaleur humaine. Quelque part, il n'en voulait pas vraiment à Satsuki, c'était plutôt à lui-même qu'il en voulait. Après tout, il était le seul coupable, jamais il n'aurait dû s'attacher autant à cet homme, seulement il n'avait pas choisi de l'aimer et il ne pouvait rien faire pour arrêter les palpitations de son cœur à chaque fois qu'il le voyait. Le châtain poussa un profond soupir et entra dans son appartement. Il enleva ses bottes et prit directement le chemin de sa chambre pour y prendre des vêtements propre avant de prendre une douche. Il n'avait pas faim et il comptait bien se relaxer un peu les muscles sous la douche avant d'aller se coucher sans dîner. De toute façon, il n'allait pas mourir parce qu'il sautait un repas. Alors qu'il ouvrait la porte de la salle de bain, Uruha fut stupéfait de se retrouver nez à nez avec Satsuki. Ce dernier lui adressa un petit sourire au coin avant de se pencher pour capturer ses lèvres. Après ce chaste baiser, Uruha lui administra une gifle magistrale que le blond n'évita pas.

« Je vais finir par croire que c'est ta façon de me dire que tu m'aimes, répliqua Satuski tout en se frottant la joue gauche.

- Je...je peux savoir ce que tu fous encore là toi !

- Je croyais que c'était notre appartement Ruwa-chan ?

- Notre appartement ? Répéta le châtain d'un air déconcerté.

- N'ai-je pas toujours payé ma part du loyer malgré mes 2 ans d'absence ? Demanda le blond tout en se penchant vers son visage pour cueillir ses lèvres. »

Uruha ne le repoussa pas. À dire vrai, il était bien trop perturbé par ce qu'il venait de lui dire car c'était vrai. Malgré son absence, Satsuki avait toujours fait virer sa part du loyer sur le compte de la propriétaire. Le blond esquissa un petit sourire de victoire puis lui enlaça la taille avant de l'attirer d'un coup contre lui. Par réflexe Uruha posa les mains sur son torse et son amant releva son visage avec son index avant de lui donner un langoureux baiser. Toute fois ce fut Uruha qui le rompit avant de le repousser violemment.

« Non ! Ça suffit ! S'écria le châtain. Je ne suis pas ta poupée, ni ton jouet Satsuki ! »

Le visage du blond s'assombrit mais il retrouva très vite sa contenance habituelle et il s'approcha de nouveau de lui. Il glissa ses doigts dans sa chevelure de cuivre avant de lui dire :

« Mais je n'ai jamais dit que tu l'étais.

- Et je peux savoir où tu étais, hein ?

- Je travaillais.

- Et tu repars quand ? Demanda froidement le blond.

- Quand j'aurais fini mon travail... »

Uruha ferma douloureusement les yeux tout en serrant des dents et des poings. Un tendre sourire se dessina sur les lèvres de Satsuki qui se pencha vers son oreille pour ajouter tout en mordillant son lobe :

« Sauf si tu veux que je reste, mais je pense malheureusement que comme pour la dernière fois, tu auras trop de fierté pour me demander ça. »

Le châtain lui lança un regard surpris et le blond se contenta de presser chastement ses lèvres contre les siennes, laissant le soin au châtain d'approfondir ou non le baiser.



OoOoO



Encore une fois Ken avait gâché sa soirée avec ses phrases remplies de sous-entendus apocalyptique. Mais pourquoi avait-il fallut qu'il l'écoute ? Comme d'habitude, le brun avait le chic pour l'obliger à faire des choses dont il n'avait absolument pas envie, comme par exemple se rendre chez Aoi pour prendre de ses nouvelles. Comme si ce maudit barman ne pouvait pas se déplacer lui-même ? Non, lui il restait bien sagement derrière son comptoir à spéculer sur la fin du monde. Saga poussa un soupir d'exaspération et sortit rapidement de son taxi après avoir payé le chauffeur. Le jeune homme réajusta son bustier et remit convenablement son sac à main sur son épaule avant de battre le sol avec ses bottes à talon aiguille tout en s'avançant vers l'entrée. Comme à son habitude, le gardien ne se gêna pas pour se rincer l'œil sur les superbes jambes du châtain qui portait un short en cuire très court et des bas des plus sexy. Saga soupira d'exaspération et passa le portail en vitesse tout en se sachant observer et déshabiller du regard. Non, Aoi devrait changer de personnel s'il voulait qu'il continue à venir lui rendre visite.


Saga était encore sur les nerfs quand il entra dans le salon préféré de son patron. Ce dernier était assis dans son fauteuil et regardait la mer d'un air absence.

Ben il est vivant. Je me suis déplacé pour rien.

Saga s'avança un peu plus dans la pièce et lorsque le visage du brun lui fut visible, il se figea. Aoi était dans un sale état au point que le châtain s'en voulut de ne pas être venu plus tôt auprès de lui. Le brun posa les yeux sur lui et esquissa un vague sourire avant que Saga ne se jette dans ses bras.

« Je suis désolé mon amour, répliqua-t-il tout en pressant ses lèvres contre les siennes. Mais pourquoi tu ne m’as pas appelé ? Ô mon Dieu ! Mais qui t'as fait ça ? Aoi je t'en pris dis moi quelque chose.

- Calme toi Saga, je suis en un seul morceau, répondit le brun tout en l'enlaçant. »

Le châtain s'installa sur ses genoux et enfouit son visage dans le creux de son cou pour respirer son parfum. Aoi caressa le bas de son dos et lui dit :

« Je ne voulais pas t'inquiéter.

- Idiot ! Tu sais bien que dans ce genre de moment ma place est à côté de toi. »

Aoi ferma douloureusement les yeux car ce n'était pas de l'étreinte de Saga dont il avait besoin mais celle d'un autre homme qui refusait lui d’ouvrir son cœur.


Après être resté longuement enlacé, Saga finit par relever la tête et captura ses lèvres tout en pressant son bassin contre le sien. Lentement leur baiser devint plus passionné et le châtain défit les boutons de sa chemise alors qu'Aoi glissait ses mains sous son haut pour caresser son dos.

« Laisse-moi te réconforter Aoi. Je suis sûr que ça te fera du bien. »

La chemise du brun glissa sur ses épaules en même temps que Saga commençait à mordre avec délicatesse sa peau pour lui laisser des marques. Le brun défit le bouton de son short et Saga se releva pour le laisser tomber le long de ses fines jambes. Aoi le regarda avec gourmandise et alluma une cigarette pendant que son amant retirant son pantalon pour commencer une fellation. Toute fois, elle ne dura pas longtemps car le brun avait dans l'idée de se finir autrement. Il enleva le fin sous-vêtement du châtain et le fit se mettre à quatre pattes sur le sol avant de se saisir de ses haches pour le pénétrer sans ménagement. Saga poussa un petit cri mais il était habitué à la violence du brun et y trouva très vite son plaisir en même temps que son patron qui débutait les va et vient dans un rythme des plus soutenus afin de leur procurer le plus de plaisir durant chaque frottements de muscle et cela jusqu'à ce qu'ils atteignent l'orgasme. Aoi se retira et le châtain se redressa pour lui donner un langoureux baiser. Lorsqu'ils reprirent leur respiration, Aoi lui murmura :

« Allons dans la chambre koi. »

Le châtain eut un petit sourire à ce surnom et lui donna un nouveau baiser enflammé.





À suivre...


  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales