Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Elements
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Début(s)
    Débuts - la revue
    Nb de signes : < 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Isthme
    Poétisthme
    Nb de signes : < 6 000 sec
    Genre : avant-garde - art visuel - libre - poésie
    Délai de soumission : 20/12/2020
  • Folies
    Editions Hurle-Vent
    Nb de signes : < 31 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Artistes (re)confinés
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction réaliste - témoignage - contemporain - fiction - récit de vie - réaliste
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Revue Encre[s] N°7
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : poésie - blanche - érotique - noir
    Délai de soumission : 30/11/2020
  • Enfance
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 500 - 40 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Eclats d'Etoiles
    Eclats de Lune Editions
    Nb de signes :
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 02/11/2020
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 307 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 373 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1868 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

Bangtan Boys

To Suga
[Histoire Terminée]
Auteur: Maken Vue: 648
[Publiée le: 2015-08-29]    [Mise à Jour: 2015-08-29]
13+  Signaler Yaoi (HxH)/Tranche de vie/Exercice littéraire Commentaires : 17
Description:
Vous connaissez Min Yoongi ? Nan ? Bah vous ne manquez rien. Ce n’est pas une sale race, c’est le boss final des enculés.

[Si vous avez quelques minutes, passez me donner votre avis. Ce n’est pas très long. Je ne sais pas si ce type d’écriture peut passer, donc n’hésiter pas à me faire des suggestions !

Minuscule trace de NamGa.]
Crédits:
Les BTS appartiennent toujours à la Bit Hit enter. Je n'ais toujours pas gagnée au loto. /o/
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

To Suga. Chapitre unique.

[1356 mots]
Publié le: 2015-08-29Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Tout petit travail d’écriture avant de publier des fictions plus longues. Je tâte un peu le terrain pour savoir si des textes comme celui-ci peuvent passer, parce que j'aime bien en écrire... ><
C’est spécial, mais j’espère de tout cœur que ça vous plaira.
Bonne lecture !

« Dans ce monde, il y a des gens qui vivent pour découvrir, aider, ou partager. Il y en a aussi quelques-uns pour qui la vie s'est montrée trop dure, et qui sont là pour crier, détester, ou tuer. Mais il y a un cas un peu plus particulier. Ils sont nés comme ça, sans avoir besoin d’une quelconque influence. Ils te laissent un vieux goût amer dans la bouche, avec une très forte envie de leur vomir dessus. Mais ça fascine, parce que tu ne peux pas t’empêcher de te demander comment font-ils pour vivre comme ça.
Être une sale race. Tout simplement. Voilà la seule et unique raison de leur présence ici. Leur première pensée dès le matin, ce n’est pas « Quel temps va-t-il faire ? » mais « Et si je faisais des travaux aujourd’hui, histoire de faire chier mes quatre voisins en même temps ? ». Alors tu te demandes. Est-ce qu’ils ont une vie ? Un travail ? Une famille ? Est-ce que quelqu’un sur cette terre arrive à les aimer ? Et pourquoi tu ne nous répondrais pas, hein ? Oui c’est de toi dont on parle, et tu le sais très bien. Tu veux que je couche sur papier tout ce que l’on pense de toi ? Non ? Tant mieux. J’adore aller à l’encontre de tes envies.

T’es détestable, exécrable, insupportable. Tu fais chier, tu désespères. Tu n'es tenable nulle part, faut toujours que t’ouvre ta grande gueule. Soit tu fous la honte à tout le monde, soit tu niques l’ambiance, ça dépend de ton humeur. Mais faut pas rêver, elle est toujours à chier.
Chez toi, le manque d’amabilité se décline sur tous les plans. Tu trouves ça plus facile. C’est vrai quoi, pourquoi se forcer à sourire quand on peut faire la gueule toute la journée ? C’est même pas que tu es avare en sourires, c’est juste que tu ne connais pas le principe. La vérité, c’est qu’il n’y a pas un seul nerf présent sur toute la surface de ta face. On dirait que la gravité exerce une pression tellement forte sur ton visage que tu es condamné à faire la gueule pour le restant de ton existence.
T’es flasque, plat, fade. Tu ressembles à un chewing-gum qu’on a craché sur le bord de la route. Tout le monde te fuit, personne ne veux te marcher dessus. Normal, tu es trop sale pour nous. T’es une feuille de papier sur laquelle on a envie de faire un concours de crachat.
T’es Judas dans la genèse, Pierre Laval pendant la seconde guerre mondiale, Végéta dans Dragon Ball, Richard III dans Shakespeare. T’es un traitre, un vendu, une grosse salope qui la joue sale et qui baise tout le monde par surprise. Tu prends chaque claque et insulte qui t’arrivent dans la gueule comme un trophée, une victoire dans ta vie de connard.
Tu cumules les défauts et on dirait que ça t’amuses. Tu prends plaisir à voir se dessiner des expressions de dégoûts sur le visage de ton interlocuteur. Tu n'hésites jamais à appuyer là où ça fait bien mal. Une fois que tu as trouvé un point sensible, tu l’exploites de toutes les manières possibles et imaginables. On en vient même à se demander si tu n'es pas un génie. Mais en fait non. T’es toujours le gros enculé d’il y a 30 secondes.
T’es borné et tu ne nous écoutes pas. Tu ne nous écoutes jamais. Tu n'écoutes jamais personne d’ailleurs. Ça doit déjà être assez dur pour toi de t’entendre avec toi-même, alors on va pas en rajouter.
Tu ne veux pas faire d’efforts pour rendre ton entourage un peu plus heureux. Alors tu le descends. Tu lui tires une balle dans chaque genou pour t’assurer que ça fait bien mal comme il faut. Tu es un connard au comportement ignoble. On ne peux pas faire autre chose que de te détester. Mais le pire dans tout ça, c’est que tu es sincère. D’une absence inouïe de la moindre trace de compassion, de la moindre petite miette d’empathie, mais sincère. Tu as une sorte de franchise brutale, désarmante et dévastatrice. Comme tout ce qui sort de chez-toi d’ailleurs. Tu es un typhon de magnitude huit, tu détruis tout sur ton passage, et tu en es fière.
Tu renverses violemment le quotidien des autres. Tu rentres dans nos vies comme dans tes toilettes et tu y fous le bordel. Tu balances, tu casses, tu brises, tu griffes, tu éclate, mais surtout toi, tu t’éclates. Ça t’amuse de nous voir a terre, trainant dans la boue, pendant que toi, tu nous marche dessus pour ne pas salir tes converse neuves. Tu te marres en nous voyants galérer, en train de rattraper tes erreurs, ou même en te rattrapant toi. Parce que tu t’engouffres dans un puits où tu ne verras jamais le fond. Car tu ne seras jamais satisfait. Tu en voudras toujours plus.



Pourtant ce n’est pas la palme du plus gros enculé qu’on va te décerner aujourd’hui. Mais celui du meilleur acteur.
Parce qu’on le sait bien tous les deux. On sait que c’est de la connerie tout ça. C’est juste ta manière à toi de montrer à ce monde que tu es présent. Tu craches sur les autres pour les rendre plus forts. Tu portes un masque à longueur de journée pour pas qu’on t’atteigne. Parce qu’en vérité, tu as peur. Tu as peur de te faire trahir, lâcher, détruire. Alors tu agis avant que l’on agisse. Tu massacres avant de te faire massacrer. La loi du plus fort hein? Je te pensais quand même plus évolué qu’un vulgaire animal.

Et le pire dans tout ça, c’est que je t’ai aimé. J’ai aimé la sale chienne que tu es, parce que tu me fascines. Tu m’attires comme un insecte l’est avec un lampadaire dans la nuit. Tu ne fais jamais rien comme les autres. Tu es unique. Tu as foutu le bordel dans ma vie, comme dans ma tête, comme dans mon cœur. Et j’ai adoré ça. Tu te foutais des règles comme de ta première chemise. Tu faisais tout à l’instant où tu y pensais. On en a fait de la merde ensemble, pas vrai Suga ? À commencer par notre relation. C’était quoi déjà ? Plan cul ? Sex-friends ? Même moi qui suis le principale concerné, je ne sais pas. Mais je m’en foutais. Parce que je t’avais. J’avais ce que personne d’autre n’aurais.

Mais il est temps, Suga, il est temps de commencer à vivre. Ça va te faire quoi, 23 ans cette année ? Faut que tu commences à vivre sérieusement. Trouve-toi un job et fonde une famille. Je sais que tu n'es pas fait pour une petite vie tranquille, pausée, avec une petite femme et des mignons petits gamins, mais tu as encore trop de choses à vivre pour finir comme ca. Prouve lui, à ce monde qui ne t’as pas accepté, prouve-lui que tu n’es pas qu’une sale race. En tout cas, moi j’ai tout fait pour. Je te laisse l’appart et tout le mobilier. Prends tout ce dont tu as besoin, mais réussi.

Joyeux anniversaire Yoongi. Je t’offre ta liberté. »





Assis sur le rebord de ma fenêtre, j’observe une dernière fois les courbes fines de son écriture avant de sortir une cigarette et un briquet. Je coince le cylindre entre mes lèvres et fait naitre la flamme sous la feuille de papier. Je l’observe brûler avant de venir allumer ma clope avec. J’inspire et fait entrer la fumée dans mes poumons, à présent vidés de leur oxygène.

« -T’avais raison Nam. J’aurais dû faire comme avec les autres et te briser dès le départ. »

Je laisse son dernier souvenir se consumer dans ma main, mais je ne sens pas la chaleur de sa flamme. Pas plus que celle du brasier qui prend possession de mon appartement.

Je suis Min Yoongi, alias Suga. Né en faisant pleurer ma mère, mort en faisant chier un lotissement tout entier. J’ai été un enculé, et je n‘ai rien d’autre à ajouter.







Commentaire de l'auteur Voila voila. N’hésitez pas à laisser un petit message pour que je puisse m’améliorer. Je tiens compte de tous les commentaires, même si ça se résume à « C’était bien. » ou « je n’ai pas aimé ». Les courts comme les longs sont la bienvenue.
En espérant que ce petit texte vous aura procuré quelque chose !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales