Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Pierres d'Encre 11
    Association Le Temps des Rêves
    Nb de signes :
    Genre : poésie
    Délai de soumission : 17/04/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Page blanche lors de la demande de mot de passe
 par   - 185 lectures  - Aucun commentaire

Le bug de la page blanche lors de la demande d'un nouveau mot de passe est résolu.

Désolé pour ce problème très gênant...

 

Encore une conséquence du changement d'adresse IP...
 par   - 260 lectures  - Aucun commentaire

Eh bien, ce changement d'adresse IP sauvage a eu plus de conséquences que je ne le pensais.
Les mails n'étaient plus envoyés... du tout !
Je ne m'en suis pas rendu compte car ma boîte étant locale il n'y avait pas de problème.

Je remercie celles et ceux qui m'ont signalé ce problème.

 

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1111 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

Bangtan Boys

Suicide Hotline Auteur: Kaorie Vue: 1887
[Publiée le: 2016-12-05]    [Mise à Jour: 2017-03-08]
13+  Signaler Drame/Yaoi (HxH)/Amitié/Lemon/Psychologique Commentaires : 8
Description:
Plusieurs fois, j’ai composé ce numéro, et je l’ai effacé : pour le composer de nouveau. J’ai porté le téléphone à mon oreille et mon cœur s'est arrêté de battre : quelqu’un me répond.

- Allô ?
- Aider-moi…

Aujourd’hui et plus que jamais j’avais besoin d’aide.

~¤~¤~¤~¤~¤~¤~

Résumer nul, mais promis j'ai mis tout mon coeur dans le prologue !
Le pairing reste secret mais c'est avec les BTS donc c'est cool, non ?
Crédits:
Je me suis inspirer d'un jeu pour le titre et de quelque élément également, mais en aucun cas je ne reproduis tout.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 2

[1467 mots]
Publié le: 2016-12-19Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Chapitre 2 enfin là ! Je suis peut-être un peu moins satisfaite. C'est assez dur car Yoongi passe d'une émotions à l'autre, je ne vais pas vous raconter le chapitre mais j'ai fais au mieux !
Sachez que j'essaie continuellement de m'améliorer et de tester des choses !
J'ai également eux un soucis de mise en page, aussi, j'utilise un correcteur et parfois il me décale ou supprime des choses alors si certaines choses son étrange j'en suis désolée, car j'ai déjà relue et je le refais demain.

Aussi pour les fautes je pense qu'elles sont limités mais si une relectrice se présente je suis preneuse !

VRAIMENT DESOLEE POUR LA MISE EN FORME QUE JE N'ARRIVE PAS A REGLE. Je suis sincèrement désolée.....

À l'instant même ou l'homme prononça ces premiers mots, mon cœur se mit à battre bien plus fort. Si fort qu'il aurait pu faire exploser ma poitrine. La voix grave, calme et posé de mon interlocuteur contrastait parfaitement avec mon état général. Stressées, les mains moitent, mes mots refusaient catégoriquement de sortir, m'a gorgé était nouée. Soudainement, la configuration de ma chambre devenue bien plus intéressante qu'à l'accoutumer, tout était devenue un bon prétexte pour ne pas me concentrer sur l'appel téléphonique.

L'ironie de l'histoire, c'est que j'ai moi-même prit l'initiative d'appeler ce numéro pour obtenir de l'aide, et maintenant, je suis incapable d'affronter la réalité. À l'autre bout du fil, j’entends l'homme respirer calmement, il attend. Pourquoi ne raccroche-t-il pas, je lui fais perdre son temps. Il se racle la gorge, il hésite un instant, puis se tait à nouveau. Mon stress augmente une fois de plus. Il prend la parole.

« -Je sais que quiconque compose ce numéro à une bonne raison de le faire. Quelque chose vous pousse à bout, ou quelqu'un. Et je pense qu'aucun Etre-humain ne devrait vouloir mettre fin à ses jours. Vous me direz qu'affronter tout ce qu'il vous arrive est plus facile à dire qu'à faire ? Vous n'êtes pas le premier et encore moins le dernier à me le dire. Alors s'il vous plaît accepter l'aide que je vous propose.. »

Je ravale un sanglot. Cet homme n'avait pas tort sur tout, mais j'ai bien peur que la révélation de ma pathologie ne change son point de vue et son discours. Peut-être était-il malgré tout honnête dans son désir de me venir en aide, mais je n'étais moi-même pas convaincue par ma démarche, et incapable de faire la différence entre des paroles sincère et un mensonge.


« - Vous savez Monsieur, je doute moi-même de mon potentiel de guérison, alors comment vous faire comprendre que je suis sûrement l'un de ces cas désespérés et que vous perdez votre temps en gérant mon cas ?

- Tu as pris le temps d’appeler, il me semble, que ce seul geste prouve que toi aussi, tu as encore envie d'y croire : sinon tu aurais raccroché bien avent, ou tu n'aurais peut-être même pas appelé. Que penses-tu de ça ? Tu me permets de te tutoyer ?

- Je vous en pris, appelez-moi comme bon vous semble. Et donc, je peux... Vous parlez de n'importe quoi ?

-Bien sûr. Je suis là pour t'écouter, t'aider à trouver des solutions, à faire face à tes problèmes : ce genre de chose.

-Et par quoi pourrais-je bien commencer ?

- Par le motif de ton appel ?

- J'aurais un milliard de raisons de vous appeler, la vie n'a pas été très cool avec moi et je mène une existence lassante, répétitive : je ne fais rien de mes journées parce que j'ai peur de sortir. J'ai apporté à ma famille quelque chose de bien pire que le déshonneur et la honte, alors si aujourd'hui, je vous ai contacté ce n'est pas pour un motif particulier, mais bien pour la répétition de toutes ces journées. C'est une accumulation qui m'use au quotidien, mes problèmes me bouffent de l’intérieur. Vous avez quelque chose à répondre cette fois où vous avez enfin compris ?




    - Je te réponds que tu t'es livré à moi, et que c'est un premier pas pour aller mieux.

    - ...

    - Jeune homme ?

    - Merci de m'avoir écouté. »


    Je venais de raccrocher au nez de la seule personne qui avait pris réellement le temps de m'écouter : pitoyable. Mais des gens comme moi, il devait en entendre tous les jours, il ne se souviendrait pas de moi longtemps. Mon téléphone finis rangé sous mon oreiller sans être éteint pour une fois. J'efface l'historique de mon ordinateur, puis je l’éteins. Je tourne en rond dans ma chambre, avent de m'asseoir sur mon lit en frottant nerveusement mes mains sur mes genoux :mon regard fait rapidement le tour de la pièce, puis je me sers de mon sweat pour essuyer mes yeux, je ne voulais pas pleurer, mais je me sentais étrangement un plus léger que d'habitude.

    Un rapide bilan de la situation s'imposait : un jeune homme totalement inconnu a répondu à mon appel, il m'a écouté sans me juger alors que je pourrais être le pire de tous les monstres, il était sincère : je pense ?Aucun de mes soucis n'avait été réglé au cours de cet échange, mais parlé à quelqu'un m'avait soulagé.

    « -Est-ce que c'est ça, se sentir bien ? »

    Bien était peut-être un grand mot pour la situation, mais à l'échelle de ma personne ce mot définissait bien la situation que je venais de vivre. À quand remonte la dernière fois où quelqu'un ne m'a pas écouté sans me juger ? Même ma propre mère qui pourtant faisait de son mieux pour m'accepter, me jugeait intérieurement.

    Encore sous le choc causé par tant d'émotion, je ne contrôlais plus tout à fait mes réactions, mes larmes coulais : de joie ? Peut-être. Ce qui était sur, c'est que ma journée avait été illuminer le temps d'un quart d'heure, et que pour une fois, elle était différente des autres. Je m'allonge sur mon lit en soupirant, à présent, je n'avais plus rien à faire, la réalité venait de me rattraper plus vite que prévue et je n'avais pas le courage de l'affronter : préférant alors m'endormir.

    Cette fois, j’espérais bien que de « beaux rêves » allaient chasser mes cauchemars.


    Mais se fut une main froide autour de mon cou qui me réveilla, mon père. Il ne prend pas la peine de me venir me voir s'il n'a pas une raison valable. Je me redresse et il me balance une valise, message reçue: je mets rapidement le principal dedans, vêtement, le nécessaire hygiénique, mon téléphone et deux ou trois bricole pour m'occuper. Presser, il ferme lui-même la valise, coinçant au passage mes doigts dedans, ma douleur ne le préoccupait pas puisqu'il me prend fermement sous le bras et me traîne ainsi jusqu'à la voiture.Il me balance à l'arrière de la voiture comme il aurais aimé me balancer dans le coffre avec ma valise.



La voiture démarre, je m'attache. Être à l'extérieur m'angoisse, et l'expression de ma mère n'arrange rien, je vois bien l'inquiétude sur son visage et ces traits tirés. Il est dix-neuf heures passées, ils ont donc fini leur journée de boulot et j'ai dormi plutôt longtemps, les portes arrière de la voiture ont la sécurité enfant activée de manière à ce qu'elle ne s'ouvre que de l'extérieur, ainsi, je ne peux pas sortir, et donc m'enfuir.

J'ai déjà vécu à plusieurs reprises ce scénario :ils s'arrangent pour finir leurs journée de boulot rapidement le soir, une fois mes parents rentrer c'est mon père qui s'occupe de moi, ma mère n'en aurais pas le courage.Toujours avec de la violence, il me fait faire ma valise et me « charge » dans la voiture ou ma mère est déjà installée.  Elle sourit pour essayer d'être rassurante, je le vois toujours dans le reflet de la vitre puisqu'elle évite au maximum mon regard dans ce genre de moment et nous roulons en faisant très peu de pause. Mes parents me balancent dans un établissement différent à chaque fois et j'y reste environs un mois.

Je ne leur parle jamais de ce que j'y subis. J'essaye moi-même de ne pas m'en rappeler.

« Mon chéri, tu sais que nous faisons ça pour ton bien. Tu en as conscience ? »

Ma mère de sa douce voix, et son air faussement rassurant tentais à chaque fois de me faire croire que c'était dans mon intérêt.

« -J'ai surtout pris conscience que tout cela me fatigue, et ne sert à rien mis à part vous faire perdre votre argent et votre temps, ni vous ni moi n'avons demandé ça. Et je ne pense pas que vous êtes les plus à plaindre dans l'histoire, vous en subissez certaines conséquences, mais c'est moi que cette maladie ronge, pas vous. Arrêter un instant de me détester, et laissé moi crevé dans l'intérêt de tous. »

Pour couvrir mes paroles, trop vraies et dures à entendre, mon père augmenta le son.







Commentaire de l'auteur Alors ? Cette fois j'aimerais votre avis sur la suite des évènements ou même sur la personne qui parle à Yoongi même si je pense que c'est assez facile à trouver.

Partager la fiction si vous l'aimez, je pense aussi reprendre du services sur mon autre fiction. Et oui je me fais de la pub mais je le dis clairement, si vous aimez cette fiction allez jeter un coup d'oeil à l'autre, c'est un autre monde et du coup je pense que mon style d'écriture est différent voir même un peu moins bon puisque plusieurs moi sépare ces fictions j'ai donc sûrement fais des progrès, enfin je l'espère.

KISS.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales