Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 3357 lectures  - 6 commentaires [01 septembre 2022 à 23:42:31]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

Bangtan Boys

Je suis une légende Auteur: Fishy~ Vue: 1111
[Publiée le: 2014-05-03]    [Mise à Jour: 2016-06-05]
G  Signaler Romance/Yaoi (HxH)/Amitié Commentaire : 1
Description:
Qui a dit que les mythes n’existaient pas ? Il est vrai que toutes ces histoires pouvaient paraitre complètement délirantes et impossibles, mais elles existaient. Dans le Ciel, un monde s’était développé, et aucun être humain n’en avait conscience. Les bouddhistes y croyaient, mais ils ne savaient pas si c’était vrai. Les Taôistes y croyaient aussi. Mais ils ne savaient rien non plus.

Jimin x Jungkook
Crédits:
Les BTS ne m'appartiennent pas
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

01

[2219 mots]
Publié le: 2014-05-03Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Je reviens avec une histoire moins...déprimante !
Je suis au départ passionnée par la Chine et sa mythologie, l'histoire m'est venue comme ça. C'est une sorte d'histoire pour vous faire découvrir les mythes qui bercent la Chine.
J'espère que vous aimerez !
Bonne lecture.

CHAPITRE I

« - Je me dois d’aller voir comment cela se passe en bas. »


Qui a dit que les mythes n’existaient pas ? Il est vrai que toutes ces histoires pouvaient paraitre complètement délirantes et impossibles, mais elles existaient. Dans le Ciel, un monde s’était développé, et aucun être humain n’en avait conscience. Les bouddhistes y croyaient, mais ils ne savaient pas si c’était vrai. Les Taôistes y croyaient aussi. Mais ils ne savaient rien non plus. Dans ce monde, Jimin, un banyao, était un être tout à fait ordinaire…du moins d’apparence. Il était sociable, il souriait à longueur de journée, il trainait avec son meilleur ami Seokjin dans la ville. Il n’allait pas à l’école, il n’avait jamais connu les journées ennuyeuses à dormir sur des tables. Non, il apprenait des plus anciens. Bercé depuis sa plus tendre enfance par des histoires racontés par le doyen du Ciel. Leur monde s’appelait comme cela.

Un passage entre le Ciel et la Terre existait. Mais ce passage était tellement bien caché et protégé qu’aucun homme ne pouvait y accéder. Seules les créatures pouvaient descendre mais très peu le faisait, pour eux, le monde extérieur était effrayant, dangereux et pouvait facilement causer leur perte, ils ne s‘y risquaient pas.


« - Je suis allé sur la Terre une fois, juste en dessous de nous, il y a la Corée du Sud, j’y suis resté deux semaines seulement, les hommes sont étranges, mais ils vivent à peu près comme nous. Cela reste un milieu hostile. Ton père y est allé Jimin, et il y a rencontré ta mère.

- Il ne m’en parle jamais…Il n’y est peut-être pas resté très longtemps.

- Oh si mon grand ! Plus de deux ans, il est revenu lorsque ta mère est décédée, il a choisit de t’élever sous la protection de Shangdi. »


Le doyen habitait dans un endroit reculé de la ville, pour être loin des bruits incessants de celle-ci. Il était comme Seokjin, un gui, des esprits ou des fantômes, ils étaient visibles dans notre monde, mais pas dans celui des humains, sauf si les humains en question croyaient en leur existence. Certains gui étaient constamment enfermés dans le monde des hommes, parce que l’on devenait gui lorsque l’on décède ou bien de naissance. Or, ils n’étaient plus seulement gui lorsque la personne décède…mais monstre-gui. Ils pouvaient se montrer bienveillants mais aussi malveillants, sous forme animale ou invisible. Les gui étaient la majeure partie de la population du Ciel. Ils étaient nombreux, très nombreux.


« - J’aimerais y aller aussi.

- Jimin tu es encore jeune, tu n’as pas besoin de penser à ça.

- Je veux voir pourquoi mon père est resté si longtemps.

- Jimin, c’est dangereux, tu ne sais pas ce qui t’attends en bas.

- Je me dois de voir comment cela se passe en bas. »


Le doyen soupira, il savait Jimin têtu, mais il savait aussi que son père Jisung serait contre, du moins il l‘espérait. Jimin n’était pas encore sevré, son esprit animal était encore fort et sa crainte se renforcerait en bas.


« - Ne veux-tu pas attendre encore ? Ici tu vis reculé de la Ville parce que ton père ne peut pas y vivre, et bien que tu sois habitué à être entouré, en bas c’est différent. Les animaux sont différents, les hommes sont différents, les comportements aussi. Tu te sentiras enfermé, tu n’es pas encore sevré Jimin, ton père ne t’a pas encore donné tout son savoir.

- Doyen, je veux vraiment y aller, je veux apprendre à vivre comme un humain.

- Avec une queue et des oreilles Jimin ? Tu ne pourras pas indéfiniment cacher tes racines. Tu es un banyao Jimin, tu as peut-être un aspect humain, mais tu as des éléments que tu ne peux pas cacher.

- Laissez-moi y aller s’il vous plait. Je reviendrais le week-end et je viendrais vous voir pour vous raconter ce qu’il se passe.

- Soit. J’ai quelque chose pour toi. »


Le doyen se redressa, étant auparavant assis sur une paillasse à même le sol sous son arbre. Jimin s’empressa de l’aider à se lever et lui tint le bras jusqu’à la petite maison du plus vieux. C’était une vieille maison en terre et pourtant elle résistait extrêmement bien. L’intérieur était petit mais chaleureux, et Jimin aimait venir ici avec son meilleur ami. Ils tenaient compagnie à ce vieux gui.


« - Doyen, vous semblez faible aujourd’hui.

- Je n’ai pas mangé depuis quelques jours, j’irai bientôt chercher un encas. »


Jimin hocha la tête et regarda le plus vieux chercher quelque chose dans des boites en bois qu’il avait fabriqué. Il y avait aussi des cadeaux d’enfants de la ville. Celui de Jimin était accroché au dessus de sa porte. Sur du bois, il avait gravé un paysage, celui qu’il voyait de la berge lorsqu’il se promenait près de la rivière. Il n’avait jamais osé passer les ponts à cause des tigres et des panthères qui gardaient la porte.


« - Ah voilà, prends ça. »


Il tendit une boite à Jimin qui la prit délicatement et l’ouvrit doucement. Il voyait toutes sortes de papiers. C’était la première fois qu’il voyait ça. Il regarda le doyen sans comprendre et celui-ci sourit.


« - Tu vois, ton apprentissage n’est pas terminé.

- Je veux y aller quand même.

- Ce sont des billets, de l’argent pour acheter ce dont tu auras besoin quand tu seras en bas. Ton père me les avait donné pour qu’ils soient en lieu sûr. Ils sont pour toi, utilise les correctement.

- Merci Doyen !

- Rentre chez toi il est tard, la nuit va bientôt tomber et les Jiangshi vont commencer à trainer dehors. »


Jimin salua le doyen et sortit en courant de la maison, la boite bien calée sous son bras. Son qilin l’attendait sagement près de la barrière. Il sourit et se précipita vers lui, la créature se coucha et Jimin monta habilement sur sa monture, il la caressa et lui souffla à l’oreille de le ramener chez lui.

Le qilin filait à travers les prairies vides, seules les lumières de la ville persistaient. Lorsqu’il arriva chez lui, il vit son père devant la porte qui l’attendait. Il descendit de sa bête et la rentra dans le bâtiment qui était pour elle. Son père grogna pour montrer son mécontentement et ils se mirent à se parler dans la langue animale du père. Un magnifique Lynx, un yao.


« - Tu étais où ?!

- J’étais chez le doyen papa.

- Rentre, tu ne dois pas trainer dehors à cette heure !

- Oui papa. »


Jimin rentra tête baissée et alla poser la boite dans sa chambre. Son père n’étant pas capable de préparer lui-même à manger, Jimin traina des pieds jusque dans le petit coin cuisine de la maison. Il prépara vite fait de la viande cru pour son père et il se fit chauffer la sienne. Il posa l’assiette de Jisung par terre et il s’installa à table, seul.


« - J’aimerais aller sur la Terre papa. »


Son père leva la tête de son assiette et se mit à le regarder de ses yeux perçants. Il pouvait être effrayant pour les autres, mais Jimin savait qu’il ne faisait que l’observer.


« - Jimin, tu n’es pas prêt.

- Je le suis papa, je veux y aller, vraiment.

- C’est…

- ..Dangereux et hostile, je sais, le doyen me l’a dit. »


Le père de Jimin soupira et se remit à manger sans un mot. Jimin était déçu de la réaction de son père mais il préféra ne pas relever. Ils continuèrent à manger en silence. Une fois terminée, il se leva, prit l’assiette de son père et la sienne puis il fit la vaisselle, son père fixait son dos, il le sentait, mais il n’osait pas se retourner.


« - Très bien.

- Qu-quoi ? Tu veux bien ? »


Jimin se mit face à son père, surpris par la soudaineté de la réponse. Le père hocha juste la tête et se retourna pour se mettre sur sa couverture. Jimin couru vers lui et serra le cou de son père. Jisung posa sa patte sur la cuisse de son fils.


« - Promets moi de faire très attention. S’il te plait.

- Je le ferais, je reviendrais toutes les fins de semaine !

- Emmène Seokjin avec toi.

- Je ne suis pas sûr qu’il veuille descendre… »


Il vit le regard que lui lança son père et il se rattrapa en lui disant qu’il lui demanderait le lendemain. Le lynx lécha la joue de son fils et lui donna un coup de patte pour qu’il aille dormir. Jimin fit une dernière caresse sur son pelage et se rendit dans sa chambre, il s’endormit sur les couvertures posées à même le sol. Le qilin était agité, les Jiangshi avaient commencés à roder.

Le lendemain matin, Jimin se réveilla à l’aube, il se glissa sans bruit dans la cuisine et posa un bol de lait par terre, il se prit lui-même un verre de jus d’orange et il se prépara à partir rejoindre Seokjin chez lui. Il prit son qilin et grimpa sur lui avec agilité.


« - Mon Chun, tu as bien dormi ? »


Il sourit et serra le cou de sa monture pour lui faire un câlin. Le qilin secoua sa tête, il n’aimait pas trop les contacts affectueux, mais avec Jimin il n’avait pas vraiment le choix. Jimin rit et lui dit d’aller chez son meilleur ami. Chun connaissait le chemin par cœur, comme chez le doyen, ils y allaient tellement souvent. Il mit à peine dix minutes à traverser la plaine et à arriver dans la ville, les sabots de l’animal tapait sur le sol de pierre, les créatures faisaient leur marché, et les rues étaient pleines de vie, c’est ce que Jimin adorait quand il venait ici. Le qilin le déposa devant une maison mitoyenne et il partit pour rejoindre la plaine.

Jimin entra sans toquer, ils avaient l’habitude de le faire depuis qu’ils étaient petits, les bonnes habitudes ne se changeaient pas.


« - Seokjin hyung !

- Je suis dans la chambre Jiminnie ! »


Jimin monta les escaliers rapidement et vit son ami assis sur ses couvertures. Il sauta sur lui et lui fit un câlin. Le plus vieux garda son petit brun sur ses jambes et lui sourit. Ils étaient inséparables, et ils s’aimaient comme deux frères.


« - Je veux aller sur la Terre.

- Ji….

- Accompagne moi s’il te plait !

- Jimin…

- Tu avais dit que tu irais où je vais !

- On était petits et inconscients. »


Jimin soupira et fit ce qu’il savait mieux faire pour faire craquer son aîné, il remplit ses yeux de larmes et regarda Seokjin en gonflant les joues. L’aîné tourna la tête, Jimin savait qu’il finissait toujours par craquer lorsqu’il faisait ça.


« - OK, ok c’est bon tu as gagné.

- Yeah ! »


Jimin se releva et leva son poing en l’air. Seokjin rit et lui tira la jambe pour qu’il revienne s’asseoir. Jimin lui tomba dessus et il s’allongea de tout son long, posant sa tête sur les jambes allongées de son ami.


« - Je t’écoute.

- A propos de quoi ?

- Tu veux aller sur la Terre non ? Quand ? Comment ? Où ?

- Ah, euh quand je ne sais pas, comment, il n’y a qu’une seule entrée, et où, en Corée du Sud, notre porte mène là-bas. »


Seokjin hocha la tête distraitement, il était perdu dans ses pensées quand il sentit un pincement sur sa joue. Jimin en avait marre de parler à un mur. Il voulait planifier leur départ pour partir le plus vite possible. Il était excité rien que d’y penser.


« - Jimin, tu veux partir quand ?

- Je ne sais pas…disons lundi !

- C’est dans deux jours Jimin, on ne sera pas prêt.

- On a rien à emmener à part quelques vêtements et j’ai de l’argent !

- On ne t’arrêtera pas hein?

- Non je veux y aller ! Fais moi confiance !

- Je te fais confiance. »


Jimin enlaça son ami et il se releva, emmenant son hyung avec lui.


« - On a des choses à préparer ! On doit aller voir le doyen pour lui dire au revoir, on doit aller voir les gardiens aussi et puis…

- Doucement mon grand. On a deux jours.

- C’est vrai. Déjà préparons nos sacs ! »


Seokjin rit à l’empressement de son cadet et sort un sac d’un coin de sa chambre, Jimin ouvra en grand la petite armoire en bois et jeta toutes les affaires qui se trouvaient dedans dans le sac.


« Yah ! Mes affaires ! »


Jimin lui tira la langue et continua de tout prendre dans la chambre. Seokjin déjà fatigué de le voir aussi excité, s’assit tout simplement et le regarda faire.


« - Tu ne demandes pas à tes parents ?

- Si ils pointent le bout de leur nez oui, sinon tant pis, je leur en parlerai plus tard.

- Laisse quand même un mot non ? Mon père est au courant, dis leur qu’ils aillent le voir si ils veulent en savoir plus.

- Je te rappelle que tu es le seul à comprendre ton père.

- Oui, c’est vrai. »


Ils terminèrent de préparer les affaires de Seokjin, il laissa tout de même un mot à ses parents et ils partirent tout les deux chez le doyen. Ils y restèrent jusqu’en fin d’après-midi.


  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2022