Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Le grand jeu
    Observatoire de l'Espace du CNES
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : réaliste - théâtre - poésie - libre - pastiche - imaginaire - art visuel - contemporain
    Délai de soumission : 14/10/2019
  • Nutty Seas : débauche marine
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : romance - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 23/11/2019
  • Revue Encre[s] N°4
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 12/09/2019
  • Insurrections
    ImaJn'ère
    Nb de signes : 22 500 - 27 500 sec
    Genre : policier - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/10/2019
  • Fantasy humoristique
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : humour - fantasy
    Délai de soumission : 20/12/2019
  • Livres Oubliés
    Aeternam AS Éditions
    Nb de signes : 200 000 - 800 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique
    Délai de soumission : 31/12/2019
  • Premier catalogue
    Edition Fictum
    Nb de signes :
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 09/09/2019
  • L'effondrement
    Réticule
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2019
  • Nouvelles imaginaires
    L'Arlésienne
    Nb de signes : 6 000 - 45 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - policier - thriller - anticipation - humour - imaginaire - parodie
    Délai de soumission : 31/07/2019
  • Nouvelles ères
    Livr'S Éditions
    Nb de signes : 60 000 - 210 000 sec
    Genre : science-fiction - dystopie
    Délai de soumission : 01/12/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

B.A.P

I would like say it to you:
[Histoire Terminée]
Auteur: Un-Vane Vue: 340
[Publiée le: 2013-09-24]    [Mise à Jour: 2013-09-24]
13+  Signaler Romance/Yaoi (HxH)/One-Shot Commentaires : 4
Description:
JiHoon passe son temps a fantasmer sur le beau JoungUp. Son monde change du tout au tout en quelques heures.
Crédits:
Joung Up (B.A.P) ne m'appartient pas mais l'histoire, les lieux et les perso sont inspirés de la réalité. JiHoon est perso tiré de mon imagination.[pour les 1000 vue de mes fictions ].
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

I would like say it to you.

[3674 mots]
Publié le: 2013-09-24Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Merki à mon donseng qui m'a gentiment laissé utiliser un petit bout de son histoire, qui m'a aussi aidé à écrire en me donnant son avis y tout. Totoniolo, je te dédicace entièrement cette histoire et je sais que tu te reconnaîtras :3 Et un gros merci à tous ceux qui me lisent, ça me fait vraiment plaisir :D. Je vous aimes tous! Sur ce: BONNE LECTURE.



ça fait un moi, ou peut-être plus, je n'ai jamais compté. Je ne sais plus comment ça s'est fait, peut-être un coup du hasard mais un jour, mes yeux se sont posé doucement sur toi. Je ne sais rien de toi, ni ton nom, ni ton age, ni a classe, je sais juste que tu traînes souvent dans les couloir vieillis du lycée et que tu m'attires... ça me suffit largement. Je peux te regarder sans que tu le vois, je peux me faire des films, je m'en moque, personne peut rentrer dans ma tête.

Je suis en plein cours de mathématique et il faut le dire, je m'ennuis à mourir. "Faites qu'il se passe un truc! Faites qu'il se passe un truc! Faites qu'il se passe un truc!", je pris intérieurement Jésus, Boudah, Hallah, Steve Jobs. C'est là qu'un bruit désagréable résonne dans tout le lycée: La fabuleuse et merveilleuse alarme incendie. Je me léve calmement, même si dans ma tête je saute de joie, et je me dirige vers la porte après avoir pris mon porte feuille et mon téléphone malgré les instruction du vieux professeur.

Mes camarades ont beau me parler, je n'écoute rien, ou je n'entends rien à cause du brouhaha. J'avance comme un mouton, lentement, sans réfléchir parce qu'on m'a dit de le faire. "Faites que je le vois! Faites que je le vois!", encore une foi, ma prière est entendus: Il est là, je ne vois que lui et sa tête brune. Il se tourne vers moi, me regarde de ses yeux en amande. Ses bille noirs ne me lâchent pas. J'ai chaud, je tremble mais je suis heureux, même si, peut être, il fixe une fille derrière moi. Je m'en moque, je lui souris, tant qu'à faire puisqu'il ne me regarde pas vraiment. Mais ce lui-ci baisse les yeux et s'en va d'un pas rapide. Étrange. Je sors de mes pensées en sentant quelqu'un s'accrocher à mon bras. Ma meilleure amie, Heloïse, me souris et me tire vers le lieux de rassemblement.

Déjà midi, je n'arrête pas de penser à lui. Il m’obsède, j'ai envie d'en savoir plus sur lui. "Juste son prénom...". Je m'assois, commence à manger avec un air absent. Les autres parlent de jeux vidéos je crois, je 'ai pas écouté. Je commence à manger ma barre glacée quand l'un de mes amis interpelle quelqu'un. "Hey, JoungUp!!!", je me retourne un peu curieux, et fait un espèce de bruit de vieux Nokia: Le JoungUp en question, c'est toi. Je sens un filet glacé couler sur mon menton mais je suis trop éblouis pour y faire attention. Tu pouffe de rire en t'asseyant à l'autre bout de la table et je rougis en m'essuyant ayant enfin remarqué que je venais de recracher ma glace.

Un ami me donne la sienne, m'obligeant à rester un peu plus. Je ne veux pas, j'ai trop honte... Mais je veux quand même te regarder. Ta voix est si grave, si sensuelle. Je reste assis même si j'ai finis, je te lance quelques regards mais je n'ose pas laisser mes yeux se promener trop longtemps sur toi. Puis c'est à ton tour d'entamer ta barre. Là, tu y vas lentement, tes lèvres, appétissantes au possible, s'ouvrent légèrement laissant entrer le bâtonnet de chocolat. D'où je suis, je l'entend se désintégrer sous tes coups de dent, j'entends le tout, transformé en liquide, couler dans ta gorge. Je vois ta pomme d’Adam remonter. Je détaille tous tes geste, hypnotiser. Tu me lance un regard sensuel et passe ta langue sur une goutte blanche suspendus à tes lèvres. Pendant quelques secondes, mes eux sont emmentés aux tiens. Tu souris et tu te lèves comme si de rien n'était. Je sais que je ne me suis pas fait de films, tu t'amuses avec moi, tu me remarques et ça me rend heureux et honteux à la foi.

La journée se termine et j'ai envie de prier les dieux encore une foi "Faites qu'il m'attendes à la sortie!" Je n'ai pas d'espoirs et commence à me trouver un peu pitoyable mais je veux savoir. Je passe la première poste du hall: Personne. Normal, ce n'est pas vraiment la sortie. Je passe la seconde porte et promène mon regard sur la foule: Personne. Bah, il reste le portail. Je passe lentement le portail et mon cœur de brise: Personne non plus. AU final, les dieux m'ont abandonnés. "Je me vengerais en jetant mon Ipod", je me perd encore en pensées en marchant d'un pas las vers l'arrêt de bus. Le gros bus arrive paresseusement et je monte en dernier. Plus j'avance, plus je me sens déprimé. Je monte, les portes se referment derrière moi, je soupire. C'est là que le chauffeur, prit dans un élan de générosité, s'arrête en rouvre les portes. Quelqu'un s'engouffre et se tient à la barre, hors d'haleine, plié en deux. L'individu se redresse et son regard se plante dans le mien: J... JOUNGUP?! J'ai dus faire une tête bizarre parce qu'il pouf de rire. Il fait un bruit de vibreur et je rougis: Il m'imite.

-Content de te revoir.

Il souris et je regarde derrière moi comme un idiot.

-C'est à toi que je parle...

Je n'ose pas y croire, je me montre du doigt et il aquièse en riant. Je ne sais plus où me mettre, il est si prés que je sens son parfum, au point que j'en ai la tête qui commence à tourner. Le trajet me parait interminable mais ça ne me dérange pas. A chaque arrêt, je lève les yeux pour voir si tu descend mais tu es trop absorbé par la musique pour me voir, je ne m'en plein pas, ça m'arrange. Le bus démarre en trombe et il se cogne contre moi. Mon cœur accélère soudainement, aussi vite que le bus même. Si la police pouvait voir la vitesse à laquelle il bat, je serais sûrement déjà en prison avec une amende colossale à payer. Ma tête est collée contre son torse et je sens une chose étonnante: son cœur aussi bat vite, plus que le mien même. Et je m’aperçois aussi qui fait la même taille que moi.

Ces muscles sont contractés pour mieux tenir, il passe un bras autour de ma taille alors que l'autre redémarre comme un bourrin. Je ne tombe pas puisqu'il me tient. Je crois que je suis mort, oui, c'est ça, je suis mort et c'est pour ça que je pète un plomb... Il fait quoi là?! Je sens sa main remonter lentement sous ma veste. Ah, je meurs, mon cœur va finir par exploser. Le bus redémarre rapidement et je manque de tomber mais il te tire vers lui. "Fais attention, JiHoon..." souffle-t-il à mon oreille. Il faut que je m'en aille ou je vais faire une connerie que je regretterais toute ma vie... Et toutes ma prochaine vie aussi. Sauvé, je descend juste après. Je me décale doucement, à contre cœur et commence à me creuser un chemin au milieu de la foule compacte. Je le sens, il me suis. Le bus s'arrête, je descend, il descend aussi. Il me suit ou quoi?!

J'essais de rester calme mais je n'y arrive pas, il me met hors de moi. Je tourne à une rue, il tourne aussi. Je me retourne finalement et ouvre la bouche:

-Tu fais quoi là?

Mais il me regarde, étonné.

-Ben j'habites par là...

Je ne sais pas quoi dire, je me sens stupide. Je baisse la tête et murmure un faible "oui". Il rit aux éclats et me regarde.

-Tu pensais que je te suivais?

-Euh...

Je rougis, j'ai envie de me cacher dans un trou, m'y enterrer et qu'on plante des fleures au dessus. Mais il ne semble pas m'en tenir rigueurs.

-C'est cool ça.

J'ai mal entendus?

-Hum?

-J'ai dis, c'est cool ça. 'Fin, qu'on habite pas loin quoi.

L'information fait un feu d'artifice dans ma tête. Donc on est quasiment voisins?! J'ai envie de sauter de joie mais je reste calme, je me suis déjà assez fichus la honte pour la journée.

-Tu me passes ton numéro?

-Hein?

J'ai encore dû faire une tête bizarre parce qu'il rit. Il prends mon téléphone dans ma main alors que je ne bouge plus, pris dans un état de bonheur suprême. Il le trifouille un peu, sourit et me le rend.

-A Plus JiHoon.

Je fais un geste de la main sans m'arrêter jusqu'à ce qu'il ait disparut au coin d'une rue et je reviens à moi. J'ai... J'ai... J'ai son numéro?! Moi, j'ai le numéro du mec qui me fait baver ma glace?!! J'ai envie d'hurler tellement je suis heureux. Je cours chez moi, balance vite fait mes tennis et va directement vers ma chambre. Là, je me laisse tomber sur le lit et lâche tout mon bonheur sur mon coussin. Reste calme, JiHoon, reste calme.

La nuit arrive vite, j'étais trop pris par les événements que j'en ai oublié mes devoirs. Il est 22h, et je suis encore en train de galérer sur ma dissertation. "Choco Ice cream say! I say choco, you say Ice cream... " Je continus à chanter cette petite chanson... Ah non, mon téléphone. Qui ça peut être? Numéro inconnu... J'ouvre quand même on sait jamais.

-Salut joli cœur .

Je penche la tête.

-C'est qui?

- Boah c'est vexant TT^TT c'est ton pire cauchemar x).

-Maman?

-Oh, je lui dirais

-Hélo' , si c'est toi, c'est pas drôle :<

-Non, c'est pas Hélo' .... C'est qui elle d'ailleurs? D8<

Et là, mon cœur s'emballe.

-JoungUp?

-Eh oui, le petit copain de Barbie XD, j't'ai manqué?

J'hésite à répondre "oui" mais il vaut mieux que je m'abstienne. Je décide de ne rien répondre. Mon téléphone sonne à nouveau.

-Vu ton silence je prends ça pour un oui

-Pardon? °0°

-Je rigoleuh, je paris que tu fais tes devoirs.

Comme un idiot, je regarde autour de moi.

-T'es où? *^*

-Dans ta tête XD

-Haha, très drôle X(

-C'est de l'humour, moi aussi je suis en train de les faire...

-Oh, tu as quoi?

-DES MATH!!!!

Je souris en l'imaginant en train de péter un câble devant son cahier.

-Courage ^o^$

-Oh, ça me va droit au cœur *^* t'es trop gnon.

-Merci *////*

ça fait maintenant 1 heure qu'on parle, que je rigole comme un fou furieux tout seul devant mon téléphone.

-Tu fais quoi?

Je repose mon téléphone qui résonne aussi tôt.

-Je pense à toi :$

Je beugue sur l'écran.

-Hein?

-Non rien, tu commence à quelle heure tout à l'heure?

Je regarde l'heure: 00:35. Je soupire

-9h et toi?

-10h on prend le bus ensemble?

Je relis plusieurs fois.

-Tu vas arriver trop tôt... et je compte pas sécher.

-Hahaha~ Je vais pas te demander de sécher, je veux juste prendre le bus avec toi.

Je lâche un soupire, vraiment trop heureux.

-Ok, mais si t'es en retard, je t'attends pas.

-Ohom, t'es cruel JiHooni >w<

-Oui, je sais

-Donc, à demain joli cœur. Fais de beaux rêves

Je souris.

-Bonne nuit JoungUn.

J'embrasse mon téléphone... Ce mec me tus.

Le lendemain, je me réveil comme une fleur, en chantonnant. Il fait beau, peut être qu'il fait un peu froid dehors mais je m'en moque puisque je sais que j'aurais chaud quand même. Je fais attention à mes vêtements, à ma coiffure et puis finalement, je laisse tomber, prends un jean, un tee short et une paire de tennis au hasard et ne cherche même plus à arranger mes cheveux. Au pire, il m'a déjà vus pire que ça.

J'attrape mon sac et pars en courant, faudrait pas que je sois en retard. Je m'arrête à la boulangerie et sens ma bonne humeur s'étouffer sous les mines triste et fatiguées des clients. Le matin à un étrange pouvoir sur l'humeur des gens. Mais je ne cesse de sourire, je suis content et ça se voit au point que j'arrive à arracher un sourire à la boulangère qui m'offre même un croissant en plus. Je le lui donnerais. J'ai presque envis de sautiller mais n’exagérons rien, je reste un mec donc je prends une démarche assurée. Mais je n'en mène pas large, en réalité, j'ai le cœur qui va exploser.

Et là, je m'arrête au bout de la rue: Il est là, pelotonné dans sa grosse veste en cuir, les cheveux en bataille. Il est vraiment trop canon! Je commence à baver mais je me retiens, secoue la tête et avance vers lui en essayant de paraître normal. Et là, je marche sur mon lacet et trébuche au ralentis. Mes genoux amortissent le choque mais une décharge me traverse tout le corps. J'ai la tête baissé, les larmes qui me piquent les yeux et je sens que mon sang s’égoutter sur le béton. ça brûle et je suis mort de honte.

Alors je vois une main tendue, je lève la tête: C'est lui qui me souris. J'accepte sa main, un peu hésitant et garde la tête baissée. J'entends le bus se rapprocher mais la douleur est cuisante au point que je ne puisse pas avancer. Il ne bouge pas, attendant peut être que je fasse le premier pas. J'entends le bus s'arrêter et soupirer avant d'ouvrir ses portes, je sais que les gens montent, je sens les portes se fermer et pourtant, ma main reste dans la sienne. Lui, il s'en moque, il commence après.

Soudain, je sens une légère pression sur ma main. Il me tire vers lui et ma tête se loge naturellement dans son cou. C'est fout ce qu'il sent bon, j'en ai la tête qui tourne. Finalement, il tire encore une foi sur mon bras et il m'entraîne sur le chemin inverse. Je le suis, difficilement parce que j'ai encore mal. Il va lentement, traîne un peu des pieds mais à l'air d'être sûr de lui, tout le contraire de moi quoi.

Je me repère à peu prés dans les rues puis plus du tout. Je ne sais pas où est ce qu'il m’emmène et je m'en moque, j'ai juste envie de rester avec lui. Mes genoux me font encore souffrir mais je n'y prête plus attention, je suis trop occupé à le regarder et à suivre sa cadence qui s'est un peu accélérée. Il tourne une dernière foi et s'arrête devant une porte en verre. Je ne fais pas attention aux détails de la maison, elle est juste un peu plus grande que la mienne. Il pousse la porte du pied et me fait passer devant. et ferme derrière lui. Je ne pose pas de questions, la douleur me prend à la tête et mon jean colle à cause du sang.

-Enlève-le! Me fait il en se dirigeant vers ce qui devait être la cuisine.

L'information à du mal à passer. Enlever quoi? Il revient vers moi avec une trousse rouge. Il me regarde en souriant et rigole parce que je fais une grimace en voyant le désinfectant. Il me fait signe de le suivre et me pousse gentiment sur le canapé. Je me laisse faire, un peu désorienté. Il regarde un peu mes genou puis lève les yeux vers moi.

-Tu l'enlèves ou pas?

Je fais ce qu'il me demande, un peu timide et finalement, je me rassois, en caleçon, sur son canapé. Il passe un coton sur mes genoux, tout doucement pour ne pas me faire mal, je sers les dents mais j'ai envie d'hurler mais je me retenais. Il appliqua deux gros pansements et souffla dessus, je frissonnait en sentant ce petit vent. Il frôle mes genoux du bout des doigt et se relève. Je le suis du regard, toujours en caleçon, s'en aller je ne sais où. J'attend patiemment et souris en voyant les deux gros pansements: Il l'a vraiment bien fait.

Il revient en trottinant, l'air heureux. Mais moi, quelque chose me tracasse.

-Je vais devoir y aller, fais-je en allant ramasser mon pantalon.

Son sourire s'évanouis, il s'avance vers moi, l'air sérieux. Je commence à avoir un peu peur, je recul. Il me plaque contre le mur.

-Tu veux aller où?

Je n'ose pas répondre, il m'intimide.

-Je vais... en cours...

Ma réponse paraît bancale et même moi je n'y crois pas.

-Je ne veux pas...

Sur ces moi, son visage se rapproche du mien au point que je sens son souffle chaud.

-Reste avec moi... JiHoon...

Sa voix résonne dans ma tête, j'obéis sans me poser de question. Un frisson me parcours: Ses lèvres frôlent doucement les miennes, je crois que j'ai arrêté de respirer. Elles de collent aux miennes, sa langue passe délicatement sur ma bouche, demandant un accès VIP, elle part à la rencontre de la miennes, la frôle. Elles font maintenant connaissance, se touchent, timidement d'bords puis plus assurément, elles entament un slow puis une danse endiablé. Et moi, je sens mon corps défaillir quand sa main caresse ma nuque, mon dieu, qu'il est doué. Sans arrêter de maltraiter mon pauvre cœur, je le soulève, ses jambes entourent naturellement ma taille, mes bras le tiennent aussi fort que je pourrais tenir un bouée de sauvetage.

J'avance, monte les escaliers mais je ne veux plus faire marches arrière. J'ai juste une pensée pour mon pantalon que j'ai abandonné sur le carrelage. Mais je l'oublis bien vite en tombant sur le lit. La chaleur monte considérablement, puis ses lèvres glissent sur mon cou et moi je m'accroche comme je peux. Les tee shorts volent, puis son pantalon. Les mains se font plus audacieuses, les baiser aussi, on s'aventure sur le corps de l'autre, on découvre qu'au final, on n'est pas si similaire. Puis finalement, ce sont les sous vêtements qui sont mis sur le banc de touche. Je tremble, je soupire, je rougis. Je le ménage un peu, prenant le dessus. Puis je prends la place de dominant, un peu maladroit dans mes gestes. Je me sens bien et heureux, j'essais de faire passer ma joie mais il a mal, ça se voit. Je ralentis la cadence mais il en demande toujours plus. Je veux le contenter sans trop le faire souffrir. Je ne suis pas expérimenté, lui non plus apparemment mais je fais de mon mieux, laissant parler le désir et la passion. Ma position me brûle les genoux mais ce n'est rien comparé au feu qui ce consume dans mes veines. J'y vais franchement quand la douleurs semble disparaître de son visage. Ses cris se mêlent aux miens.

Un dernier soupire, un dernier spams avant de m'écrouler à ses côtés. Ma respiration ralentis, je ferme les yeux, je le sens se serrer contre moi, sa main passe dans mes cheveux. "Je t'aime, JiHoon..." je m'endors sur ces mots.



Mes yeux ont du mal à s'ouvrir. Je ne sais pas quelle heure il est et je m'en moque, j'ai juste chaud. Je me retourne en grognant et entends quelqu'un pouffer de rire. J n'y prête pas attention. Je sens un baiser se déposer sur mon front, j'ouvre un œil en souriant. "JoungUp..." mon souffle se perd dans le cousin. Il souris et me caresse le front. e me redresse sur mes coudes et souris comme un idiot. Il s'allonge à coté, sur le dos, après avoir remis son pantalon.

-Tu sais quoi? fit-il en regardant le plafond.

-Hum?

Il roule sur le ventre et se colle à moi.

-ça fait presque un moi que je t'aime.

Je n'ose pas y croire. Il rit en voyant que je fais une tête bizarre.

-J'en ai eu marre que ça n'avance pas donc j'ai "accidentellement" déclenché l'alarme incendie.

Il ris et sifflote. L'information à du mal à passer. Il continu quand même

-En voyant que tu me souriais, j'ai dus monter un plan pour voir si je te faisais de l'effet sans me faire griller.

Il baisse la tête en rougissant.

-... Je pensais pas que je pouvais te faire baver...

Là, c'est moi qui baisse la tête en rougissant. Mais je suis incroyablement heureux. Je tire sur son bras et le serre contre moi.

- Et tu sais quoi? Fis-je en lui caressant la tête.

-Non, quoi?

-ça fait un moi que je t'aime et dans mille ans je t'aimerais encore.

Voilà comment toi et moi ça a commencé. ça fait, quoi, un an que ça dure? peut être plus, peut être moins mais une chose est sûr, je t'aime et toi aussi tu m'aimes puisque tu me le répète tout le temps. Et tu sais quoi? être juste ton amant, ça me suffit largement.

Commentaire de l'auteur alors? ça vous a plû? *o* dies le moi, me laissez pas dans l'igorance T_T ce serait vraiement cruel. Si j'ai suffisement de réactions, je pense que je ferais plusieurs petites histoire comme ça. Encore merci à Totoniolo, je t'adore! *o* (ok, j'm'embale là XD) Sur ce Kiss!!!!
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales