Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1964 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Livres-Romans

 > 

Harry Potter

Renouveau et imprévus Auteur: kakashi.gk Vue: 7192
[Publiée le: 2011-03-25]    [Mise à Jour: 2013-04-19]
13+  Signaler Romance Commentaires : 58
Description:
La guerre est finie et le monde se remet de ses blessures. Severus Rogue a survécu et entame une nouvelle vie. Mais l'accident d'une certaine jeune femme va tout bouleverser. Le maître des potions va alors se retrouver aux prises d'un complot rocambolesque pour venir en aide à cette âme en détresse.

C'est un Rogue/Hermione
Crédits:
Je ne peux malheureusement revendiquer que le scenario...tout le reste appartient à JKRowling
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Reducto, Eureka!

[7095 mots]
Publié le: 2012-05-08Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Salut la compagnie !
Je fais mon coming back avec ce chapitre, et sans plus attendre, sans plus de blabla, le voilà :

La semaine s'écoula à la vitesse d'un torrent furieux. Aussi furieux que les événements qui secouèrent le château. Deux autres incidents, deux autres victimes et deux coups de chance phénoménaux puisqu'aucun mort n'était à déplorer cette fois ci. Néanmoins toujours le même mode opératoire.

Severus savait qui était derrière tout ça, mais il n'avait encore aucune preuve. Il avait bien tenté de surveiller le bougre mais ses obligations professorales et autres, étaient un frein à ses investigations. D'autant que ce garnement était aussi malin que le diable en personne.

Bien entendu, le plus sage aurait été de faire part à la directrice de ses suppositions. Cependant, vu les circonstances, il lui semblait que pour attraper ce criminel, mieux valait ne pas le poursuivre. Enfin il s'entendait quand il pensait ça : mieux valait ne pas trop montrer qu'on le cherchait. Le maître des potions savait que Dumbledore approuverait son choix. Si jamais il avait le malheur de se confier à Minerva, nulle doute que celle ci mettrait en place tout un plan choc pour traquer Lestrange. Mais ce serait trop voyant, trop perturbateur pour que cela ne modifie pas les actions de l'assassin. Surtout que, l'affaire ne s'étant pas encore ébruitée (probablement sous l'impulsion de Dumbledore) en dehors de Poudlard, les aurors du ministère n'étaient pas encore venus fouiner au château (Il manquerait plus que ces balourds incapables vienne faire échouer tout ses efforts, pensait-il). Pour le moment, aux yeux de tous, la malheureuse avait bel et bien été victime d'une chute de balai mortelle … une insulte à son talent, mais justice serait faite tôt ou tard.

Et puis, allez raconter à cette vieille gâteuse que sa Gryffondor adorée, sa fragile miss je sais tout était sûrement la prochaine victime sur le carnet noir du meurtrier...

Non, décidément, pour le salut de tous et surtout celui d'Hermio... de Granger ! il devait mener seul son enquête. Enfin enquête est un bien grand mot. Quelque chose lui échappait et cela le faisait rager … Il était sûr que ce détail était là, devant son nez … un truc tellement évident, aussi gros que ce balourd de Hagrid … pourtant il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus …

Il était d'autant plus épuisé nerveusement et physiquement que, sous sa forme de professeur ou d'étudiant, il ne quittait pas la jeune femme d'un moment, la surveillant sans cesse de prêt mais aussi souvent de loin. Il atteignait un tel degré de fatigue que même les sabliers n'en pâtissaient plus.

Rogue avait été rassuré d'apprendre que le serpent démoniaque avait décidé de rejoindre son nid pour les vacances : à partir de ce samedi Poudlard serait en sécurité. Du moins pour le temps des vacances. En effet son retour risquait d'être fracassant, puisque Rogue ne doutait pas que Lestrange père ne continue à sa manière, la formation de son rejeton.

Dans cette ambiance pesante arriva le fameux vendredi qui matérialisait pour lui la première partie de son calvaire, et pour ces hordes de mollusques sans cervelle la liesse des fêtes et des vacances.

Conformément à ce qui avait été prévu, il attendait maintenant devant le portrait de la grosse dame, que la miss je tout daigne montrer le bout de son nez. Ces Gryffondors n'avaient décidément aucune considération pour les autres : déjà une minute qu'il était là planté comme un poireau.

_ Que vous arrive-t-il jeune homme ? Vous avez oublié le mot de passe ? A mon avis non, je ne vous ait encore jamais vu entrer ici.
_ Pourquoi ces questions débiles puisque vous y répondez très bien vous même, répliqua Niréus à la grosse dame.
_ J'y suis ! Vous attendez miss Granger, c'est ça! Je vous ai déjà aperçu en sa compagnie. Alors c'est vous le beau gosse dont elles parlent toutes là dedans (Rogue failli s'étrangler avec sa salive à cette révélation). Hum.... C'est vrai que vu de près vous êtes plutôt pas mal … pas mal du tout même (Granger bougez vous, pensa-t-il). Quel dommage que vous êtes vivant (ah ben merci!) … Tant pis (c'est que ça a vraiment l'air de l'embêter, la grosse) … Mais vous semblez tendu dites moi, laissez moi vous chanter quelque chose ! Vous verrez, avec ma voix d'or je charme les esprits et brise les coeurs (les oreilles oui!)... hum, hum ...ahah...ahahahh (Hermione pitié!) ahahahhhAAAAAAHHHHH

En ce moment Rogue regrettait ne pas pouvoir reprendre sa forme professorale qui à coup sûr aurait coupé le sifflet à cette cantatrice calamiteuse. Qu'il est bon parfois d'inspirer la crainte …

Alors que Niréus portait hâtivement ses mains à ses oreilles pour essayer de conserver au maximum ses facultés auditives, un salvateur grincement se fit entendre, jusqu'à ce que l'horrible braillement soit étouffé par le mur contre lequel alla se plaquer le portrait. A ce moment une pensée incongrue frappa le Serpentard : pourvu que le dicton ne soit pas vrai car si les murs ont effectivement des oreilles, les pauvres risquent de souffrir atrocement.

Niréus fut sorti de cette étrange considération par la voix d'Hermione. Cependant, il ne l'écouta pas, trop préoccupé par la vision du tableau qui, glissant sur ses gonds, était en train de reprendre sa place initiale. D'un geste, il empoigna le bras de la jeune femme avec une délicatesse toute roguienne et la traîna littéralement derrière lui sur plusieurs étages, jusqu'à ce qu'il estime que la distance les séparant de la grosse folle soit assez sécuritaire à son goût. Pour résumer, il ne s'arrêta qu'une fois la lourde porte d'entrée passée.

_ On peut savoir ce qui vous passe encore par la tête ! Râla Hermione en se frottant son poignet endolori.
_ Oh vous c'est pas le moment ! Vous pouvez toujours courir pour que je vienne vous chercher ou vous raccompagner quand vous décidez d'aller à votre salle commune !
_ Hein ?
_ Hors de question que je m'approche de cette grosse folle !
_ De ?
_ Trois ! Vous le faite exprès ?
_ Ça serait peut être plus simple si vous m'expliquiez, vous croyez pas ! Répliqua la jeune femme sans se démonter.
_ Il semblerait que je plaise à la truie bavarde qui vous sert de garde chiourme !
_Qui ? La grosse dame ?
_ Précisément, répondit-il
_ Oh ce n'est que ça. Tu n'as pas à t'en faire, le rassura-t-elle. C'est courant, quand elle rencontre des nouveaux ou bien à la rentrée des vacances aussi. Je crois qu'elle doit se sentir un peu seule …
_ M'étonne pas !
_Elle a certainement dû vouloir te chanter quelque chose ?
_ Mes oreilles en sifflent encore, répondit Niréus dépité.
_ Petite nature va, ricana Hermione. Si nous y allons ?

En réponse Niréus grogna quelque chose d'incompréhensible, et la suivit un rien boudeur. Non content de devoir galérer à piétiner un après midi entier, voilà en plus qu'on osait l'insulter alors qu'il venait de subir une expérience traumatisante … décidément rien ne va plus quant il n'est plus lui même.

Le voyage jusqu'à Pré au Lard fut silencieux, Niréus refusant catégoriquement de décrocher les dents. Hermone de son côté était trop absorbée à ressasser la liste de tout ce qu'elle devait acheter, pour prêter attention à la mauvaise volonté de son accompagnateur.

Arrivés à bon port, pour ne pas dire à bon Pré, les choses sérieuses commencèrent, et la jeune femme rompit sans s'en rendre compte le mutisme de son compagnon.

_ Alors ! Il me faut des cadeaux de mariages, des cadeaux de Noël, et une tenue bien sûr, annonça-t-elle guillerette
_ Vous savez que nous n'avons qu'un seul après midi, lâcha-t-il avec ironie
_ Je suis bien obligée de faire avec, répondit-elle d'un même ton. Par quoi suggères-tu qu'on commence ?
_ Pourquoi pas une série de petites cartes de visites, fit-il sérieusement.
_ Des cartes de visites ? Interrogea Hermione, ne sachant trop si c'était du lard ou du cochon.
_ Oh rien de bien grandiose. Des petits cartons avec cette simple phrase : Navré de te décevoir mais étant donné la conjoncture actuelle, il n'y aura aucun cadeau cette année... Ça a le mérite d'être peu encombrant, pas long ni compliqué à obtenir et pas cher.

Un grand vide s'empara des deux acolytes alors qu'Hermione lâchait :

_ Je crois que je te préfère en être ronchon et cynique, plutôt qu'en gai luron.
_ Moi aussi, surenchérit Rogue encore sous le choc de l'énormité qui venait de franchir ses lèvres (mais il ne put s'empêcher de penser que l'idée des cartes était pas si mal … au cas où)

_ Si nous passions d'abord par Gai Chiffon, proposa la Gryffondor.
_ Peu importe, du moment que vous n'y passez pas la nuit, fit-il désespéré.
_ Très drôle … Et toi ? As tu quelque chose à acheter ?
_ Non, mes stocks d'ingrédients ont déjà été renouvelés, répondit-il naturellement.
_ Je ne parlais pas de ça, reprit-elle exaspérée, mais des cadeaux de Noël.
_ Pourquoi voulez vous que j'achète des cadeaux de Noël ?, dit-il sans prendre garde qu'il s'exprimait là plus en Rogue qu'en Niréus.
_ Et bien, c'est la période, répliqua-t-elle moqueuse croyant qu'il se payait encore une fois sa tête.
_ Vous avouerez que l'intérêt de votre argument est assez limité, railla-t-il
_ Mais … je … enfin … il doit bien y avoir quelqu'un non ? Bafouilla-t-elle gênée en prenant conscience du fond de vérité qui nimbait les paroles de son ami.

Niréus ne comprit pas de suite la source de l'embarras de la jeune femme. Ce n'est qu'au moment où il allait s'enfoncer encore un peu plus, qu'il se rendit compte de sa bévue, ce qui donna à peu près ce résultat :

_ Qui voulez vous que, mais bien sûr je vous fais marcher.

Une réponse claire, nette et précise comme dirait l'autre.

_ Pardon ? Demanda Hermione qui, bien entendu, n'avait rien compris.
_ Euh je disais...
_ Ah non je t'arrête de suite : c'est inutile de me répéter ce que tu viens de dire, ça n'avait absolument aucun sens, répliqua Hermione qui prenait un malin plaisir à rendre la monnaie de son gallion à son rustaud préféré. (préféré ? Avait-elle pensé « préféré »).
_ Si nous y allions, fit-il du ton le plus calme dont il était encore capable.

Voyant qu'elle s'apprêtait à rétorquer, il fit mourir sa remarque dans l'oeuf en ajoutant :
_ Et pour vous répondre, j'ai déjà tout prévu. Je vous menais en bateau bien sûr.
_ Ah, se contenta-t-elle soulagée de ne pas avoir commis de boulette.

Son esprit fut alors titillé par une petite question insidieuse qui n'avait pas lieu d'être mais qui s'imposait d'elle même : faisait-elle partie des prévisions de père noël Niréus ?
Sitôt ceci en tête, Hermione s'ébroua mentalement pour se remettre les idées en place. Pourquoi donc pensait-elle à de telles bêtises. C'était déjà très sympathique, secourable voire même miraculeux (aux vues du caractère de l'individu) que le jeune homme se soit intéressé à elle et lui ait tant apporté. Et puis il lui avait fait le plus beau des cadeaux, un présent qui n'avait pas de prix : il lui avait quasiment rendu la vue. Depuis quelques jours déjà Hermione se torturait l'esprit pour savoir quel cadeau elle pourrait lui offrir. Elle tenait à ce que ce soit quelque chose de spécial, mais elle n'avait aucune idée de ce que cela pourrait être …

_ Nous y sommes, signala Niréus.
_ C'est vrai ? Demanda-t-elle bêtement encore perdue dans ses pensées.
_ Non, c'est juste mon nouveau passe temps.
_ A question idiote, réponse idiote je suppose, dit la jeune femme amusée.
_ Précisément. Allons y, fit-il résigné avant d'être arrêté par une Hermione qui piquait un fard phénoménal.
_ Euh...
_ Quoi encore ?
_ Si ça ne te dérangeait pas, j'aimerais faire ces achats seule …
_ Je suis sensé être votre chien de garde vous oubliez ? Si jamais madame je joue le général apprenait que je vous ai laissé seule une seule seconde, je ne donne pas cher de ma peau !
_ Mais c'est que j'aurais des choses assez personnelles à acheter, balbutia Hermione qui préférait jouer les jeunes filles timides plutôt que d'avouer qu'elle voulait choisir sa robe seule... Bien que ce soit inutile puisqu'il ne venait pas avec elle...
_ Pfff les bonnefemmes. Vous en faites pas je survivrai, soupira-t-il.
_ Je dirai à la directrice que tu ne m'as pas quitté d'une seconde et que j'ai profité d'une pause toilette pour te semer, tenta-t-elle.
_ Oh divine providence ! Enfin une bonne nouvelle ! Je crois que je vais en profiter pour aller boire un verre en face. Je reviens vous prendre dans disons un quart d'heure … Bon d'accord une demi heure (corrigea-t-il aux vues de sa moue perplexe).Mais pas une minute de plus.
_ Evidemment, ricana Hermione.

Alors qu'ils se séparaient, Rogue saisit l'occasion pour se débarrasser d'une tâche particulièrement ennuyeuse qui lui pesait sur les épaules.
_ Euh Hermione?
_ Qu'y-a-t-il ?
_ Tenez, dit-il en lui fourrant une bourse dans les mains. Pendant que vous y êtes, dénichez moi une tenue de mariage.
_ Tu vas te marier ? Toi ? Qui donc a bien put être assez …
_ Pas moi idiote ! Je vous accompagne, la coupa-t-il.
_ C'est vrai !
_ Oh Merlin, c'est repartit...
_ Non... enfin... je voulais dire … Tu acceptes de venir avec moi ?
_ Faut vous le dire en quelle langue !
_ C'est … très gentil... mais ne te sens surtout pas obligé.
_ Moi ? Obligé ? Mais non (c'est vrai si on oublie Dumbledore, MacGonagal, la miss je sais tout, et sa fichue conscience, personne ne l'obligeait à y aller). C'est un... hum, hum... plaisir (ne pas s'étrangler en disant ça, ne surtout pas s'étrangler) de vous y accompagner, finit-il dans une grimace dégoutée.
_ Vraiment ?
_ Bien sûr, puisque je vous le dis, s'énerva-t-il. Maintenant dépêchez vous d'aller nous dégotter des tenues !
_ Bien, bien, j'y vais. Mais je croyais que tu avais tout prévu, le taquina-t-elle.
_ On va dire que ma résolution est très récente...

Leur échange terminé, il attendit de la voir entrer dans la boutique avant de se rendre à une des tables extérieures du petit bistro le plus proche, tout en s'installant de telle manière qu'il puisse avoir une belle vue sur la boutique de Gai Chiffon. Il n'était pas dupe, elle ne réussira jamais à être dehors à l'heure, alors autant qu'il puisse rester attablé le maximum possible. Alors qu'il touillait machinalement son deuxième chocolat chaud, il appréhendait déjà de l'horreur qu'il s'attendait à la voir ramener. Et le pire c'était qu'il allait être obligé de la porter cette horreur. Pourvu qu'elle ait la bonne idée de se contenter d'une robe de sorcier simple et sans fantaisie. En ce moment, Rogue regrettait ses lacunes en métamorphose. Si seulement il avait été un peu plus habile avec sa baguette dans ce domaine, il aurait certainement pu se confectionner lui même sa mise. Oh ce n'était pas non plus un cancre. Il se débrouillait tout de même assez honorablement, la preuve en est qu'il parvenait à changer ses robes de professeur en tenue du petit étudiant de base ; mais de là à réaliser une tenue de mariage. D'autant que l'esthétique n'était pas tellement son fort... Et puis en quoi est ce qu'une tenue de mariage pouvait-elle être différente du reste ? Il n'avait jamais été convié à l'une de ces fêtes étranges. En effet on ne peut pas véritablement considérer les unions de mangemorts comme de véritables mariages étant donner que l'uniforme des ténèbres y était de rigueur. Pour être plus juste, la seule fois où il avait été invité à ce genre de chose, il avait préféré ne pas s'y présenter : comment aurait-il pu supporter de voir sa belle Lily dire oui à ce crétin binoclard … Néanmoins elle avait pensé à lui malgré tout, et il en avait été très touché, et très déçu aussi … Dire que seulement quelques semaines après il allait s'engager auprès du Lord noir pour finalement la trahir … quelle honte …

Pour s'extraire de ces douloureuses parties de son passé, Rogue refocalisa ses pensées sur le problème que le touchait en ce moment : allait-il ou non ressembler à un clown. Dire qu'il ne pouvait même pas compter sur sa tenue de soirée du bal de Noël du tournoi des trois sorciers, étant donné qu'à l'instar de ses collègues, il avait revêtu exactement la même tenue que celle qu'il portait habituellement. Et les regards réprobateurs d'Albus, Minerva et les autres n'y avaient rien changé. Dire que la directrice des Gryffondors avait été jusqu'à apprendre à ses élèves à danser pour qu'ils ne ridiculisent pas l'école. Pathétique ! Fort heureusement que lui n'était pas responsable de pingouins, et que les Serpentards, en bon petits sang purs, étaient habitués à ce genre de mondanités. Il frémit rien qu'à s'imaginer au bras de Bullstrode ou Parkinson en train de faire une démonstration devant l'ensemble des vert et argent … Il se demandait ce qui aurait été le plus catastrophique : sa démonstration ou sa partenaire …

Ayant épuisé le sujet, Rogue repensa à l'incident de Poudlard. Vainement, il ressassa tous les événements encore et encore, essayant de trouver l'élément qui lui manquait. Il n'y parvint malheureusement pas. Il était tellement absorbé par ses pensées, qu'il ne vit pas Hermione sortir (à l'heure) et fut surpris lorsqu'il se rendit compte qu'elle était attablée face à lui. Elle avait réussi à le retrouver dans le village ? Par Merlin, dire qu'il n'y a pas si longtemps elle se prenait tous les murs du château …

_ Oh, déjà là ?
_ Ça t'étonnes ?
_ Un peu je dois dire.
_ La vendeuse a été adorable et m'a aidé d'un bout à l'autre. En réalité ce qui m'a pris le plus de temps a été ta tenue. C'est bien beau de me refiler le sale boulot mais tu aurais pu au moins me dire ta taille !
_ Boarf, ça ce n'est pas le problème je saurai très bien me débrouiller pour réajuster ça, confirma-t-il.
_ C'est bien ce que je pensais. Donc voilà, j'espère que ça te convient. De toutes façons tu n'as pas vraiment le choix. Le magasins n'a que peu de tenues de soirées.

Niréus déballa le paquet et examina les frusques qu'il contenait : bon au moins elle n'avait pas fait dans l'excentricité pour la couleur. Il trouva tout d'abord une paire de chaussures noires vernis qui scintillaient. Ensuite vint un costume noir mat composé d'un pantalon à pinces et d'une veste en queue de morue dont le col et les ourlets de manche étaient agrémentés de velours noir. S'en suivit une chemise à col haut d'un blanc immaculé, plissée sur le devant et d'une jaquette noire très largement ouverte sur le devant. Dans un petit sachet, à part, il trouva un noeud papillon blanc accompagné de boutons de manchette et d'une chevalière. Enfin il trouva une large cape noire doublée d'une étoffe en satin noir. Sur la cape, au niveau des épaules, de gracieux motifs étaient brodés avec des perles (noires bien entendu).

Le tout était très chic et en un mot, il s'en sortait vraiment bien (à son plus grand soulagement) mais ça, jamais il ne l'avouerait.

_ Mouais, vous pouviez pas trouver quelque chose avec moins de fanfreluches ? Regardez moi ça, est ce qu'on avait vraiment besoins de rajouter toutes ces perles ? Et les plis sur la chemise : quel gaspillage de tissu. Et puis une bague ! Non mais vous m'avez pris pour qui ? Je suis un homme moi, je ne porte pas de bagues ! Critiqua-t-il.
_ Oh ! Tiens ! Et va te faire voir chez les trolls si tu n'es pas content ! On est jamais mieux servi que par soi même !

Hermione excédée quitta la table en fulminant (ce type là est vraiment impossible !). Niréus, amusé, prit tout son temps pour quitter la boutique et prit même le soin de replacer correctement son siège. Cela ne l'empêcha pas de garder un oeil sur sa...euh, hum, la Gryffondor qui se retrouvait maintenant au beau milieu de l'allée centrale à ne pas savoir où donner de la tête. Non mais qu'est ce qu'elle croyait, pouffa-t-il intérieurement. Elle n'était rien sans lui. Non mais regardez là, elle ne serait même pas capable de retrouver le chemin du retour. (Tu en est sûr mon gros ? Regarde, lui dit cette agaçante petite voix qui ne semblait plus vouloir le quitter.) Mais c'est qu'elle avait raison cette fichue voix ! Constata Niréus en se décrochant la mâchoire de surprise. Non elle n'allait tout de même pas oser faire ça ? Si ? Si ! Hey ! Mais elle était sensée être perdue sans moi !s'insurga-t-il en lui même toujours scotché à sa table (Non, mais tu croyais quoi ? Qu'elle allait accéder à tous tes caprices simplement parcqu'elle a un petit soucis mécanique?). Ben oui (Crétin ! C'est de la miss je sais tout qu'on parle mon gars...).

_Oh toi, la ferme ! Vociféra-t-il sans se rendre compte qu'il était sorti du domaine de ses pensées.
_ Plait-il Monsieur ? Demanda un peu trop cordialement un passant qui s'était sentit visé par l'ordre discourtois du jeune homme.
_ Respirez un peu moins fort ! On ne s'étend plus penser, grogna-t-il au malheureux qui n'y était absolument pour rien (il n'allait tout de même pas avouer qu'il se parlait à lui même ! Mieux valait encore passer pour un fou !)

Alors qu'il se débarrassait de cet importun braillard qui l'abreuvait d'insultes en tous genres, Niréus, put constater qu'effectivement Hermione l'avait fait. Elle avait accoster le 1er bellâtre du coin (comment faisait-elle pour les choisir sans rien y voir ?), lui avait surement demandé la route du magasin qu'elle cherchait, et comme par hasard, celui ci, en bon samaritain il l'y conduisait bras dessus bras dessous. Comment cet imbécile d'emplumé osait-il toucher son insupportable miss je sais tout ! ( Ah parce qu'elle t'appartient maintenait) « Il me semblait t'avoir demander de la fermer ! » (pfff, moi ce que j'en dis... M'enfin tu ferais mieux de te dépêcher avant qu'il n'en arrive au baisemain... Et essaie au moins de faire un effort !)

Rogue n'en croyait pas ses oreilles : comment pouvait-on en arriver au point de se faire sermonner par sa propre conscience. Il dévala calmement les quelques mètres qui déjà le séparaient des deux tourtereaux.
_ Hum, hum, se racla-t-il la gorge pour signaler sa présence.
_ Qu'y-a-t-il demanda l'autre crédulement
_ Je suis avec la demoiselle, déclara-t-il d'un ton un peu trop appuyé.
_ Ah ! Ça y est vos maux de ventre sont passés. Je te laisse alors Hermione, tu sembles être en de bonnes mains... et promis je ne dévoilerai rien tant que tu ne seras pas prête. A la prochaine.

Non mais quel culot pensa Niréus la mine déconfite. Comment se fait-il qu'il l'appelle par son prénom d'abord ? Ils sont restés ensemble à peine deux minutes ! En plus ils ont déjà un petit secret, et ils ont prévu de se revoir. Les jeunes de nos jours sont bien expéditifs !
Niréus prit parti d'interroger la jeune femme l'air de rien.

_ Qu'est ce que c'est que cette histoire de maux de ventre ?
_ Je n'allais tout de même raconter à tout le monde que je suis accompagnée par un rustre sans éducation, un goujat caractériel et une tête de mule. Même pour ma réputation se serait mauvais.
_ Il n'y a que moi qui vous accompagne …
_ Justement.
_ Humpf … Et qui est ce joli coeur ?
_ Ce quoi ?
_ La tête de prix nobel qui vient de vous quitter à l'instant, et avec qui vous faites des cachoteries.
_ Qui ? … Oh … Tu veux parler de Mickaël. Il était de mon année à Poudlard, chez les Serdaigles. Mais dis moi ? Ne me ferais-tu pas une crise de jalousie par hasard ?
_ Comment volez vous que je vous protège efficacement si vous sympathisez avec le premier zouave venu. Dois-je vous rappeler pourquoi vous ne pouvez pas effectuer des choses aussi simples que des achats seule ? Dois-je vous rappeler ce qui s'est passé au château ? Dois je vous rappeler la menace qui pèse encore sur vos épaules ! sermonna-t-il courroucé.
_ Non, mais, je … C'est bien beau vos discours ! Pourtant vous m'avez laissé chez Gai Chiffon ! Seule !
_ Ah, figurez vous que de ma table j'avais une vue imprenable sur la vitrine et sur ce qui se passait derrière (ce qui n'était pas totalement faux) ! Parce que vous me croyiez assez idiot pour ne pas vous surveiller ?
_ Euh … et bien c'est que …
_ Question rhétorique, soupira-t-il.
_ Excuse moi, fit Hermione penaude.
_ Mouais, on a pas que ça sur le feu. C'est quoi le programme ?
_ Et bien j'aurais besoin d'aller chez Honeydukes.

Aussitôt dit, aussitôt fait : les deux amis prirent gaiement le chemin de la confiserie sorcière. Enfin gaiement est un bien grand mot. Hermione se sentait plutôt mal au contraire. Elle s'en voulait terriblement d'être si volage alors que sa vie était menacée. D'autant qu'elle embarquait avec lui cet attachant olibrius qui lui servait d'ami (oui, inutile de se voiler la face, elle le trouvait attachant en son genre). Oh comme elle s'en voudrait si jamais il lui arrivait malheur par sa faute … Il fallait absolument qu'elle se ressaisissent. Ce petit accès de soit disant colère n'aurait pas dû exister. Niréus avait raison. Elle avait eu la chance de tomber sur Mickaël, mais qui sait qui elle aurait pu rencontrer à la place …

Rogue était pour sa part extrêmement contrarié. Il avait beau avoir réussi à camoufler ça derrière une leçon de morale bien sentie, il n'en demeurait pas moins qu'il venait effectivement d'être en proie à une crise de jalousie type … Il n'avait même pas été fichu de reconnaître Mickaël Mayard, qui pourtant avait été un de ses élèves, qui plus est un de ceux qui n'étaient pas trop mauvais. Il se maudissait d'avoir réagi de la sorte … Pourtant cela avait été plus fort que lui. Il n'avait plus eu le contrôle ni même la conscience de ses actes. Quelle triste histoire. Voilà que le redoutable Severus Rogue, ex mangemort espion, professeur de potion, directeur de maison et terreur des cachots, se retrouvait comme un jeune à ses premiers émois … « ce qui n'est pas totalement faux » lâcha cette même petite voix qui commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs.
Non ! C'était faux ! Il avait déjà aimé sa Lily d'un amour qui n'avait jamais dépéri. Et puis pourquoi, aborder ce sujet, puisque de toutes façons ce manège avec Granger n'avait rien à voir. S'il était à ses côtés, c'était uniquement par devoir et par honneur ; parce qu'il avait une dette envers elle et une mission que lui avait confié la directrice.
Rogue n'eut pas le temps de démentir de nouveau sa pseudo conscience qui lui lançait « A d'autres ! » car ils étaient arrivés.

Ils entrèrent tous deux dans la boutique qui était assez calme pour une fois. Bénie soit Minerva de ne pas avoir organisé de sortie au village, pensa Severus.

_ Bien ! Il va me falloir des plumes en sucre, des patacitrouilles, des chocogrenouilles, des fondants du chaudron, des dragées surprises de Bertie Crochue, des sucres d'orge siffleurs …
_ Waw ! Et vous comptez nourrir combien de régiments ?
_ Humpf. N'oublie pas de me signaler s'il y a des nouveautés !

Les emplettes allèrent bon train chez le confiseur, et une grosse demi heure plus tard, Hermione et Niréus sortaient de chez Honeydukes avec au moins 4kilos de sucreries. Et malgré la farouche résistance de la jeune femme, Severus persistait à dire qu'elle en faisait trop.

Hermione voulut s'arrêter chez Zonko, mais celui ci était malheureusement fermé pour changement de propriétaire. A priori, dans peu de temps s'élèvera ici une succursale de Farces pour Sorciers Facétieux. Pauvre Georges … Hemione savait que malgré les apparences, le jumeau survivant devait terriblement souffrir depuis la perte de son frère … Et elle le comprenait que trop bien … Refusant de s'enfoncer de nouveau dans une crise de mélancolie, la Gryffondor accéléra le pas.

Ils passèrent aussi par un magasin spécialisé dans le quidditch où Hermione s'arrêta pour faire quelques achats. Elle dénicha une paire de gants antidérapants pour son ami Giny, des protections extrêmement légères en carbone pour Ron et des sur-chausses à adhésion renforcée pour Harry, le spécialiste des acrobaties sur balai. Nul doute que ces cadeaux là leur seraient utiles. En effet, si Harry et Ron avaient préféré se lancer dans une carrière d'auror, Giny, tout en aidant son frère dans son affaire de farces et attrapes, avait obtenu une place de poursuiveur au sein de l'équipe galloise des Harpies de Holyhead. Les garçons quant à eux n'avaient cependant pas abandonner ce sport qu'ils chérissaient tant puisqu'ils s'étaient engagé dan une des équipes du Ministère de la magie qui évoluait dans un championnat parallèle, que Hermione avait rapproché des coupes sportives moldues fsgt.

Pendant que celle ci faisait la queue à la caisse, Niréus examina, d'un oeil scientifiquement intéressé, le prototype exposé en vitrine du balai de compétition nouvelle génération, baptisé l'eyeshield 21.
Le fuselage du manche étaient on ne peut plus classique et ressemblait à s'y méprendre aux vieux nimbus 2000 : un s allongé et aplati. Les brindilles de l'arrière, quoique laissées libres, ne présentaient pas la même indomptabilité que celles de l'éclair de feu, et se rangeaient parfaitement, de telle manière à ce que le tout ait la forme de l'oeuf, forme reconnue comme étant la plus aérodynamique. Ces dernières étaient des branches de sapin. Un choix assez astucieux étant donné la grande souplesse de ce bois pourtant assez résistant. La composition du manche était plus intrigante. En effet celui était composé de deux bois différents. Au coeur se trouvait du balsa, enrobé d'une couche de chêne. Le Serpentard savait que le chêne était un bois dur et très résistant, mais il n'avait jamais encore entendu parlé de ce balsa. Un petit coup d'oeil à l'étiquette lui indiqua qu'il s'agissait du bois d'un arbre du même nom, originaire d'Amérique du Sud. Un bois extrêmement léger, plus encore que le liège, et cassant. A cette description sommaire, il comprit pourquoi celui ci avait été renforcé par du chêne.
Le tout formait un balai très léger, aux alentours d'un kilo, capable de passer de 0 à 300km/h en 8 secondes : soit deux secondes de moins que l'éclair de feu pour 60km/h de plus. Savoir manier cet engin ne serait surement pas une mince affaire.
Niréus voulut regarder de plus près les différents sortilèges dont le balai était doté, mais Hermione avait déjà fini, et il leur fallait maintenant se rendre à leur prochaine escale.

Et l'après midi fila ainsi. Plusieurs heures et un bon mal de pieds plus tard, Niréus invita Hermione aux Trois Balais pour boire un verre et se restaurer : vu l'heure, le temps de rentrer ils auront manquer le dîner. Le moment fut très agréable pour nos deux improbables amis qui discutèrent de tout et de rien et surtout de choses très intéressantes. L'un et l'autre apprécièrent de constater que leur vis à vis ne papotait pas toujours des mêmes banalités que la plupart des gens. Ils parlèrent de livres, de potions, de balais, de sortilèges, et même ils en arrivèrent à une comparaison critique de la culture moldue et de la culture sorcière. Parfois ils étaient du même avis, mais souvent leurs opinions divergeaient. Et dans ces cas là chacun s'évertuait à vouloir démontrer à l'autre ses torts. Dans ce domaine Niréus était bien évidemment le plus calé mais il dut s'incliner quelques fois devant les démonstrations implacables de la miss je sais tout. Il s'étonna à trouver sa compagnie très agréable, et se surprit même à détailler les traits fins de son visage alors qu'elle vérifiait une dernière fois ses achats.

Soudainement, alors que son regard tombait sur les lanières du casque de quidditch qu'elle était en train de ranger, un déclic se fit dans son esprit et toute une série de clichés qui refusaient obstinément de se relier, s'assemblèrent d'un coup en un film macabre.

_ Que venez vous de faire ? L'interpella-t-il brusquement.
_ J'ai réduit le casque avec un reducto pour qu'il puisse tenir dans ma poche … comme chaque fois …
_ Reducto, Eureka !
_ Et en version traduite ça donne quoi ?
_ Le reducto !
_ Quoi le reducto ?
_ C'est la clé !
_ La clé ?
_ Oui !
_ De quoi parles-tu ? Je n'y comprends absolument rien, se désespéra Hermione.

Le Serpentard reprit ses esprits. Enfin il découvrait ce qui le tourmentait depuis une semaine maintenant. Sitôt arrivé au château, il devrait filer en parler avec Dumbledore et MacGonagal. Cependant, en attendant, il devait se taire. Et puis cela l'ennuierait de gâcher la fin de journée en remuant des histoires aussi sordides.

_ Ce n'est rien ne vous en faites pas, s'excusa-t-il précipitamment.
_ Ça n'en avait pas l'air, répliqua Hermione suspicieuse.
_ Non, je vous assure …
_ Que me caches-tu ?
_ Bon d'accord. Voilà, depuis une semaine, j'essaie de voir comment il est possible de retirer le maximum de suc des mues de botruc. Le souci c'est que une fois le suc expulsé d'une cellule, celui ci a tendance à pénétré dans la cellule voisine occasionnant ainsi des pertes considérables de matière. Mais en réduisant la mue le produit aura surement plus de mal à effectuer cette circulation intracellulaire, laissant ainsi au préparateur quelques secondes de répit suffisantes pour récupérer le suc, mentit-t-il

Et Hermione, naïvement, plongea :
_ Mais si tu réduis l'ensemble de la mue, tu vas aussi réduire les particules de suc. Ça ne change rien au problème, fit-elle.
_ Vous avez surement raison, feint-il de s'incliner, satisfait qu'elle ait gobé son histoire.

Le retour à Poudlard fut rapide. Il parut pourtant interminable à Severus qui bouillait de faire part de sa déduction aux directeurs.
Il conduisit la Gryffondor jusqu'à ses appartements, soulagé qu'elle ne décide pas de retourner à la salle commune. Pourtant, tout dérapa au moment de prendre congé.

_ Bien nous y voilà. Je passerai vous prendre demain vers 16h pour que nous puissions nous rendre chez vos amis. Et n'emportez pas trop de bagages, c'est gênant pour le transplanage, la taquina-t-il une dernière fois.
_ J'y penserai. Mais me permettras-tu de prendre un change ? C'est qu'avec tous mes paquets, je ne sais pas si j'aurais encore de la place, demanda-t-elle d'un air candide, en entrant dans son jeu.
_ Admettons, répondit-il d'un ton sérieux. Ça m'ennuierait de devoir revenir vous le chercher ici.

Hermione pouffa de rire, tandis que Niréus s'autorisa un sourire.

_ J'ai passé un excellent après midi, déclara-t-elle. Encore merci pour tout.

Il la vit hésiter une nanoseconde, puis elle le gratifia tout naturellement d'une légère bise amicale sur la joue droite, avant de s'engouffrer dans son appartement.
A ce moment, le Serpentard était comme un pantin. Dire qu'il avait toujours trouvé idiot tous ces pauvres abrutis qui restaient cloué sur place en ce genre d'occasions : voilà qu'il réagissait exactement de la même manière. Il était bel et bien un abruti ! Comment tout cela avait-il pu arriver ? Tout ça ne devait pas arriver !
Ne dérogeant pas à la règle du crétin transi de base, il porta la main à cette partie sensible de sa joue qui à présent diffusait une agréable chaleur. Il ne pouvait pas, sans véritablement savoir pourquoi, s'empêcher d'être troublé par ce geste, pourtant anodin.

« Bon sang ressaisis-toi andouille ! Ce n'était rien d'autre qu'une nouvelle effusion d'amitié, d'un de ces faibles Gryffondors. Décidément il n'y en a pas un pour relever l'autre, tous pareils ceux là, à porter fièrement leur coeur en bandoulière sans aucune dignité ! Merci Merlin de ne pas m'avoir envoyé dans cette maison de dépravés. »

Bien que son esprit tournait à plein régime dans des remontrances et critiques, Niréus n'avait toujours pas bougé d'un poil. Il s'insulta mentalement encore quelques minutes, avant que, dans un éclair de lucidité, sa première préoccupation ne refit surface : « Lestrange ! »

Il cloisonna, cet incident embarrassant dans un coin reculé de ses pensées, et profitant de la pénombre d'une niche, redevint lui même, pour finalement se diriger à grands pas vers le bureau du directeur.

Arrivé à destination, il avala les escaliers quasiment quatre à quatre (ses jambes ne lui permettant effectivement que d'en monter trois à la fois), pour finalement entrer avec fracas dans la pièce.

_ Albus, j'ai tout compris !

Cette entrée impromptue, et pour le moins bruyante et inattendue, surprit la directrice à demi somnolente, qui était occupée à remplir différentes paperasseries administratives ennuyeuses : à savoir des ordres de paiement pour le salaire de son personnel, destinés à Gringotts. Celle ci fut tellement déroutée qu'elle balaya par mégarde son bureau d'un revers de main, envoyant ainsi valser l'encrier, qui atterrit en plein sur sa robe de sorcière en velours vert bouteille pour l'en maculer copieusement.

Rogue ignora la directrice, si ce n'est pour lui lancer cette remarque narquoise : «  Une nouvelle robe Minerva ? Quel curieux motif. »

MacGonagal n'en crut pas ses oreilles, comment ce,ce... ce ! osait-il ! Elle n'eut pas le temps de rétorquer que déjà son homologue Serpentard était en grande conversation avec le portrait de Dumbledore. Vexée d'être ainsi mise à l'écart (c'était elle la directrice après tout), elle s'approcha tout de même pour écouter la conversation, non sans remarquer un petit détail étonnant chez son collègue : elle tenait sa vengeance.

_ … je sais comment il a fait. Vous vous souvenez la corde dont nous n'avons même pas retrouvé ne serait ce que des cendres, celle qui a servi au meurtre ; il l'a toujours sur lui. Surement voulait-il la faire disparaître pendant les vacances, loin de Poudlard. Ou peut être considère-t-il ça comme un trophée qu'il est fier d'exhiber. C'est avec elle qu'il noue ses cheveux, après l'avoir réduite avec un bête réducto ! Je suis persuadé qu'un luminoli revelio, fera ressortir le sang qu'a dû absorber le cordage.
_ Effectivement Severus, tu as bel et bien levé le voile sur cette affaire, répondit le portrait soucieux avant de poursuivre. Maintenant, reste un problème, que faire de lui …
_ Le faire arrêter bien sûr ! Albus, c'est un assassin, une menace !
_ C'est un jeune garçon manipulé, il a le droit à une seconde chance.
_ Vous êtes désespérant. Vous croyez vraiment que ça va changer quelque chose ? Ce gosse baigne dans les forces du mal depuis sa naissance.
_ Ainsi tu connais son histoire.
_ Oui, bien sûr. Même le plus bête des mangemorts a trouvé ça étonnant de voir Lestrange revenir avec un mouflet alors qu'il croupissait à Azkaban depuis des années.
_ Tu comprends donc qu'il n'est surement pas à l'origine de tout cela.
_ Qu'espérez vous changer ! Il est pourri jusqu'à la moelle !
_ Je préfère tenter le coup.
_ Par Merlin Albus, votre tendance à toujours accorder une seconde chance est une véritable malédiction...
_ Je suis pourtant très fier de ce que ça a donné pour toi, Severus.
_ Humpf …
_ Ramène-le moi demain matin, j'aimerai discuter avec lui.
_ Pourquoi pas maintenant ?
_ Ce serait trop douteux.
_ Bien.

La directrice, qui jusque là n'avait pas pipé mot, décida de passer à l'action avant que son impossible confrère ne lui échappe.

_ Hum, dites moi Severus ?
_ Qu'y-a-t-il Minerva ?
_ Vous avez couru ?
_ Non
_ Avez vous pris de la pimentine ?
_ Non
_ Mangé un plat épicé peut être ?
_ Euh... non
_ Alors peut être avez vous encre jouer les beuglantes envers les élèves de ma maison ?
_ Bien que ce soit mon activité favorite, je n'ai pas eu ce privilège dernièrement... Mais pourquoi toutes ces questions idiotes ?
_ Oh, c'est que vous avez les joues toutes rouges, lâcha-t-elle aussi innocemment que peut l'être un contribuable du fisc sorcier.

A cette remarque, Severus se rappela immédiatement la cause de cette coloration inhabituelle et rougit de plus belle. Chose qui ne passa pas inaperçu.

_ Tenez, ça recommence. Mais regardez Albus, peut être est ce mes pauvres yeux qui commencent à fatiguer, déclara la directrice
_ Non, vous avez raison Minerva, s'amusa à répondre le portrait.
Il n'hésita pas à ajouter : « Mais peut être que notre Severus était en charmante compagnie »

Le dit Severus, face au dangereux de la situation, se faufila en grognant : « Pas un pour relever l'autre ».

Commentaire de l'auteur Bon, ben.... surtout n'hésitez à m'assassiner parce que là je crois que j'ai perdu le rythme …. enfin, c'est à vous de me le dire -auteuse se ronge les ongles stressée- j'espère que ça vous a plu quand même.

Ça commence à bouger entre nos deux larrons ^^ je sais pas vous, mais moi je trouvais ça plus plausible que ce soit Hermy qui fasse le 1er pas. Enfin si pas il y a, parce qu'après tout, ça n'a rien de faramineux une bise entre amis … mais c'est sûr que quand on est un asocial revêche comme ce pauvre Sev ça prend de suite des proportions pas croyables XD je pouffais toute seule en imaginant MacGo se moquer de ce pauvre Severus.

si vous voulez voir à quoi ressemble la tenue de Severus allez sur cette video:
http://www.youtube.com/watch?v=-ibWT4x84s4
A environ 3minutes y a un beau plan de la cape et à partir de 4.55 sans la cape ^^ Faut enlever le chapeau, et le masque bien sûr ^^ ça risquait de faire un peu trop pour Sevy XD
Un grand merci à tous ceux qui m'ont lu et aussi ceux qui ont laissé des reviews A la prochaine !

Un grand merci à tous ceux qui m'ont laissé des reviews au chap précédent : pitié m'en voulez pas trop mais je sais plus du tout à qui j'ai répondu et à qui j'ai pas répondu XD

A la prochaine !

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales