Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Elements
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Début(s)
    Débuts - la revue
    Nb de signes : < 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Isthme
    Poétisthme
    Nb de signes : < 6 000 sec
    Genre : avant-garde - art visuel - libre - poésie
    Délai de soumission : 20/12/2020
  • Folies
    Editions Hurle-Vent
    Nb de signes : < 31 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Artistes (re)confinés
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction réaliste - témoignage - contemporain - fiction - récit de vie - réaliste
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Revue Encre[s] N°7
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : poésie - blanche - érotique - noir
    Délai de soumission : 30/11/2020
  • Enfance
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 500 - 40 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Eclats d'Etoiles
    Eclats de Lune Editions
    Nb de signes :
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 02/11/2020
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 318 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 381 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1882 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Livres-Romans

 > 

Harry Potter

Le Soldat
[Histoire Terminée]
Auteur: snakeBZH Vue: 3740
[Publiée le: 2009-04-10]    [Mise à Jour: 2009-09-18]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Mystère Commentaires : 26
Description:
Le sergent Steven Right appartient au Marines Recon, l'unité de forces spéciales des U.S.Marines. Alors qu'il est engagé dans une opération en territoire ennemi, lui et son groupe son pris à parti. une roquette explose près de lui, le mettant KO. a son réveil, il se retrouve dans un étrange château et y rencontre une jeune fille cherchant à s'enfuir...
Crédits:
L'univers appartient à Mme Rowling. Je n'ai fais que créer le personnage de Steven Right et les situations.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre IX Les raisons de combattre

[2008 mots]
Publié le: 2009-06-27Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

NDA : Désolé de l’attente pour ce nouveau chapitre du « Soldat » mais je suis actuellement au Gabon pour raison professionnelle. Avec le départ, et les difficultés à trouver une liaison internet, cela explique ce retard et le fait que les prochaines publications seront parfois irrégulières. Je vous remercie d’avance de votre compréhension.

 

            CHAPITRE IX : LES RAISONS DE COMBATTRE

 

            Ginny et Hermione ne purent s’empêcher de prendre Neville dans leurs bras quand ils arrivèrent à la maison. Neville ne se défendit pas, content d’être l’objet de tant d’attention. Steven alla déposer son matériel dans un coin. Il retira les chargeurs de ses armes ainsi que la cartouche restée en chambre. Il dévissa les silencieux. Par des gestes précis et sûrs, il démonta les armes pour nettoyer les chambres et vérifier qu’elles étaient toujours en état de fonctionner. Ron ne put s’empêcher de l’observer attentivement.

            Cinq minutes plus tard, les armes étaient remontées.

« Impressionnantes, ces armes moldues, dit Ron. Plus efficaces que nos baguettes pour tuer.

-Mais vos baguettes n’ont pas besoin d’être rechargées ni entretenues, dit Steven. Et vous avez à votre disposition un choix conséquent de…

-Sortilèges, enchantements et maléfices.

-Oui.

-Mais il nous faut incanter, la plupart du temps. Enfin, vous avez réussi à sauver Neville. Nous vous en sommes reconnaissants.

-De rien.

-Peut-être pourrions-nous nous tutoyer ? demanda Ron.

-Avec plaisir, sourit Steven.

-Combien as-tu tué de mangemorts ce soir ?

-J’en ai compté huit pour moi, un pour Neville. Mais avec ma grenade, peut-être un de plus. Et je pense en avoir blessé un en tirant au jugé durant la fuite.

-Donc neuf sûrs. Voldemort va savoir que nous sommes encore là et penser que nous avons durci le combat. Nous n’avons pas mené d’action d’éclat depuis longtemps. Nous attendions une occasion qui ne viendrait peut-être jamais. D’une certaine manière, ton arrivée va nous sortir de notre torpeur.

-Je suis d’accord, intervint Neville. Ton arrivée a été providentielle. Tu permets que je te tutoie moi aussi ?

-Bien sûr, fit Steven. Mais je ne compte pas rester. Dés que ta femme aura trouvé le moyen de me renvoyer là où je dois être, il faudra que je parte.

-Nous en sommes conscients, assura Ron. Nous ne te demanderons rien de plus. Après tout, ce n’est pas ta guerre. Tu as déjà fait beaucoup pour nous.

-Steven, fit une voix derrière lui. »

            Steven se retourna et s’arrêta sur les yeux noisette de Ginny. La rouquine lui souriait timidement.

« Merci d’avoir sauvé Neville, dit-elle simplement.

-J’avais une dette envers lui, répondit Steven. Comme envers vous tous. »

Steven bailla largement.

« Je vais dormir, annonça t-il. A demain. »

            Ginny le suivit des yeux. Ron invita Neville à se restaurer. Hermione s’approcha de sa belle-sœur.

« C’est vraiment quelqu’un de bien, dit-elle.

-Oui, acquiesça la rousse.

-Tu as de la chance d’être tombée sur lui à Poudlard.

-Je n’aurais pas pu m’enfuir sans ce hasard. Mais je commence même à me demander si c’est vraiment un hasard. Je sais que tu ne crois pas en le destin, mais je ne trouve pas d’autres explications.

-Je ne sais pas. Ce qui est sûr, c’est que ce que tu ressens n’est pas dû à une force extérieure.

-Ce que je ressens ? Que veux-tu dire ?

-Il te plait, n’est-ce pas ?

-Je ne sais pas. Je crois, oui. Mais Harry…

-Harry n’est plus là, coupa Hermione. Tu dois penser à toi de nouveau. Je sais que tu aimais Harry et que tu garderas le souvenir de ce sentiment toute ta vie. Mais tu ne dois pas t’interdire d’autres sentiments pour autant.

-Tu as raison. Comme d’habitude. Mais Steven ne ressent peut-être rien pour moi ?

-Pour ça, je ne peux pas vraiment t’aider. »

 

            Le lendemain matin, Steven se leva tôt malgré la courte nuit. Vieille habitude de soldat. Personne d’autre n’était levé. Steven sortit profiter de la fraîcheur matinale. Il fit quelques mouvements d’échauffement et fit du renforcement musculaire. Quelques séries de pompes, d’abdominaux et même des tractions en se suspendant à la branche d’un arbre. Ensuite, il fit du shadow, se battant à mains nues contre un adversaire inexistant. Il ne remarqua même pas la présence de Ginny qui l’observait.

            Quand il eut terminé, il se tourna vers la maison pour rentrer. Il lui sourit. Ginny lui répondit pareillement.

« Impressionnant, dit-elle.

-Juste quelques petits enchaînements pour réveiller le corps de bon matin, fit-il. Ça me détend. Après la soirée d’hier, j’en avais besoin.

-Je pensais que vous étiez habitué à ce genre de chose.

-On ne s’habitue jamais vraiment à risquer sa vie et à tuer. Disons juste, qu’on s’habitue à la sensation. Mais elle ne nous quitte jamais vraiment.

-Cette sensation, c’est la peur ?

-Oui et non. C’est un mélange de peur et d’excitation. Cela peut sembler malsain mais au bout d’un moment, on a l’impression de ne plus pouvoir se passer de ce cocktail. Et on se surprend à attendre comme un gosse la prochaine fois qu’on ira au combat.

-Je sais que pour nous c’est différend. Nous ne souhaitons que vivre en paix. Nous espérons tous qu’il n’y aura pas d’autres guerres après celle-ci.

-Je l’espère pour vous. Vous avez de la chance. Vous vous battez pour une cause que vous avez choisie. Pour les vôtres.

-Et pas vous ?

-Je me bats pour les causes des dirigeants de mon pays. A chaque fois je me dis que c’est pour protéger mon pays et son peuple. Mais même pour ça je ressens de plus en plus de lassitude à me battre. Il va être temps pour moi de raccrocher.

-Cela fait longtemps que vous vous battez ?

-Trop longtemps. »

            Un silence s’installa. Ginny ne savait plus quoi dire. Elle se contenta de lui proposer de prendre un petit-déjeuner. Steven accepta mais commença par faire un détour par la salle de bain  pour se débarrasser de la sueur. Lorsqu’il entra dans la cuisine, il trouva Ginny seule. Elle agitait sa baguette par des mouvements rapides et précis. Du café jaillit pour venir remplir une tasse qui elle-même vint se poser sur la table. Des tartines grillées se couvrirent de beurre sans aide et se placèrent juste à côté de la tasse.

« Voulez-vous du jus de citrouille ? questionna Ginny.

-Avec plaisir, acquiesça Steven. »

Un verre plein vint immédiatement rejoindre la tablée.

« Impressionnant, dit-il.

-C’était ma mère l’experte ménagère à la maison. Elle pouvait faire n’importe quoi comme tâche avec sa baguette. Elle faisait souvent tout en même temps. Obligé avec sept enfants et un mari.

-Sept !

-Oui. Mais à part Ron et moi, et un autre que je ne citerai pas, ils sont tous morts.

-Un que vous ne voulez pas citer ?

-Mon frère Percy, il est passé à l’ennemi. Pourtant, on a cru qu’il était des nôtres quand il est venu participer à la bataille de Poudlard. Mais quand la mort d’Harry a été annoncée, il a aussitôt retourné sa veste.

-Je ne le connais pas, mais peut-être voulait-il seulement protéger sa famille en faisant ça.

-Je ne sais pas. Mais il n’a rien fait quand ils ont capturé Georges et qu’ils l’ont exécuté pour l’exemple. Et avant l’exécution, il n’a rien fait pour dissuader Charlie de risquer sa vie en tentant de le libérer. Charlie y a perdu la vie. Et il n’a pas prévenu Bill et sa femme Fleur que les mangemorts allaient venir chez eux pour les tuer. Fleur était enceinte. Et nos parents ! Traqués comme des animaux jusqu’à être capturés et exécuté comme Georges ! Et je me demande même s’il a vraiment rien pu faire durant la bataille pour éviter la mort de Fred ! »

La voix de Ginny trahissait son énervement et sa tristesse. Elle pleurait. Steven se leva et vint la prendre dans ses bras pour la soutenir. La jeune fille se laissa aller contre l’épaule de l’américain.

            Ils restèrent ainsi durant un long moment. Mais Hermione entra et ils se séparèrent avant d’être vu ainsi. Ginny avait le cœur qui battait la chamade.

Le reste de la journée fut tranquille. Ginny essayait de ne pas rester trop longtemps en présence du soldat car elle sentait une chaleur s’emparer de ses entrailles à chaque fois que leurs yeux se croisaient.

            Le soir, Neville repartit. Il allait rejoindre d’autres résistants cachés en Irlande. Il embrassa ses amis avant de partir. Lorsqu’il arriva à Steven, il lui dit :

« Merci encore une fois pour tout.

-C’est normal, répondit simplement Steven.

-Veille bien sur Ginny.

-Je ferai ce que je peux.

-Je ne parle pas vis-à-vis des mangemorts. »

Laissant Steven dans l’expectative, Neville repartit.

 

            Ce soir là, Hermione et Ron devaient se rendre chez des amis moldus en ville. Si au début de la résistance ce genre d’actions avait pour but de les cacher en les faisant passer pour des gens comme les autres, ils avaient fini par se lier réellement d’amitié avec les habitants. Ils laissèrent donc Ginny et Steven seuls.

            Ils partagèrent un dîner simple mais chaleureux. Ensuite, ils s’installèrent devant la télévision. La maison devait au maximum passé pour une habitation moldue. Ginny ne connaissait pas vraiment ce genre de soirée. Elle était fascinée par cette fenêtre où des gens s’animaient. Le film racontait l’histoire d’une guerre. Mais une guerre dans l’espace. Les armes utilisées ressemblaient à celles de Steven mais elles tiraient des rayons de lumière. Et parfois, les protagonistes parlaient d’un pouvoir étrange appelé « la Force ». Était-ce une forme de sorcellerie ?

            Sans qu’elle ne puisse rien y faire, des larmes coulèrent sur les joues de Ginny au moment où un des personnages devait se faire congeler. Les adieux avec la femme qu’il aimait avaient été courts mais émouvants.

            Lorsque le film se termina, Ginny remarqua qu’elle avait pris la main de Steven sans s’en rendre compte. Elle regarda leurs doigts entremêlés durant quelques instants et la retira.

« Pardon, fit-elle. Je ne sais pas ce qui m’a pris.

-Ce n’est rien, dit-il. Ça m’a fait du bien. Votre main était chaude. »

Un silence gêné s’installa quelques secondes.

« Ce film était bien, dit Ginny. C’était une guerre mais il y avait autre chose. Et puis ils avaient une bonne raison de se battre. Comme nous.

-Il y a toujours de bonnes raisons de se battre. Tout dépend juste de notre point de vu. Vous avez une bonne raison de vous battre. Mais selon vos ennemis, elle ne l’est pas et ce sont leurs raisons qui priment.

-Vous disiez que vos raisons de vous battre étaient celle de vos dirigeants.

-C’est ce qu’on appelle le patriotisme. Une notion qui a été trop de fois détournée. Mon combat est peut-être injustifié. A vrai dire, je ne sais plus pourquoi combattre dans mon monde. Alors qu’ici, je me suis trouvé des raisons personnelles et bien plus justifiées pour combattre. La Liberté, mais surtout vous tous. Je ne vous connais pas depuis longtemps mais cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti de l’amitié. Et puis il y a vous Ginny.

-Moi ? »

            Steven lui reprit la main, caressant son dos de ses doigts.

« Je veux que vous viviez dans un monde en paix, dit-il. Je ne pourrais sûrement pas aider à le construire. Mais je peux aider à abattre celui en guerre. »

Les pensés se bousculaient dans la tête de Ginny. Elle se souvenait d’Harry mais également des paroles d’Hermione. Son cœur battait si fort qu’elle était sûre qu’on pouvait l’entendre à l’autre bout de l’Ecosse. Elle se rapprocha de Steven et vint se blottir dans ses bras. Elle murmura un « merci ». Puis, sans attendre elle s’approcha de son visage et l’embrassa.

            Ce soir là, ils se couchèrent dans le même lit mais ne dormirent pas beaucoup. Ils ne cessèrent de s’embrasser que vaincu par la fatigue.

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales