Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • D'Eau et de Feu
    Les Amis du Livre
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 10/04/2020
  • Le fantastique et la mer
    IUT de Béziers
    Nb de signes : 6 750 - 11 250 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les Arts
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 22/03/2020
  • Coups de vent en mer
    Marathon Editions
    Nb de signes : 18 000 - 22 000 sec
    Genre : imaginaire
    Délai de soumission : 20/01/2020
  • Permanent et athématique
    Club Présences d'Esprits
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 06/11/2020
  • Summer Party
    Éditions Plumes de Marmotte
    Nb de signes : 240 000 - 360 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Crappy Princesses
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - humour
    Délai de soumission : 01/02/2020
  • L’horizon perpétuel
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 15 000 - 150 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les créatures de l'espace
    L'Imagin'arium et Livresque
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 21/12/2019
  • La revue Ornata n°7
    Eurydema Ornata Éditions
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/12/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Livres-Romans

 > 

Harry Potter

Léna à la poursuite de son destin
[Histoire Terminée]
Auteur: Maggie31 Vue: 427
[Publiée le: 2017-01-11]    [Mise à Jour: 2017-05-07]
G  Signaler Romance/Drame/Action-Aventure/Tragédie/AmitiéPas de commentaire
Description:
Léna quitte Poudlard et, quelques mois plus tard, elle obtient son diplôme de Médicomage ainsi que Chloé, sa meilleure amie de toujours. Désormais, elle peut goûter à la vie d’adulte et à la liberté qu’elle confère ainsi que, malheureusement, aux responsabilités qui y sont liées. De leur côté, ses amis entrent dans la vie active et se marient ce qui va entraîner des changements radicaux chez certains d'entre eux et les montrer sous un nouveau jour. La vie est ainsi et comme les autres, Léna y sera confrontée qu'elle le veuille ou non. Aussi, elle va devoir s'armer de courage et empêcher la réalisation des noirs desseins de son oncle, Richard, dont elle ignore encore où il se trouve et ce qu'il lui réserve. Parviendra-t-elle à contrecarrer ses plans ? Tom Jedusor va-t-il revenir comme il le lui a promis et l'aidera-t-il ? Nous ne savons jamais de quoi l'avenir sera fait et Léna le découvrira à ses dépens … ou pas !

NDA : Je ne mets pas de classement 13+ puisque je pense que cela n'est pas forcément nécessaire. Cependant, il y a quelques chapitres surtout les derniers qui peuvent contenir certains passages difficiles pour le jeune public (un petit peu d'hémoglobine par ci et de traumatismes crâniens par là).
Crédits:
Les personnes que vous connaissez ne sont pas à moi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre trois

[2125 mots]
Publié le: 2017-01-11
Mis à Jour: 2017-02-09
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 3 



Quelques jours plus tard, la formation de médicomage débuta. Pendant que Liz commençait la sienne pour devenir professeur et que Rose croulait sous la paperasse pour son projet d’auberge, Léna et Chloé purent assister à des cours de qualité et plus poussés que ceux qui avaient été dispensé à Poudlard. Elles avaient davantage de travail, néanmoins, elles étaient heureuse de leur choix de carrière. Aussi, plus elles avaient de boulot, plus elles étaient contentes – en bonne Serdaigle qu’elles avaient été.

Les mois passèrent sans qu’elles ne s’en aperçoivent vraiment, tellement elles étaient plongés dans leurs études. Bien sûr, elles avaient revu Rose, Liz et Carla plusieurs fois et les garçons qui construisaient eux aussi leur avenir de leur côté. Il y avait eu le mariage d’Alexander puis celui de Gabriel. Le dernier mariage prévu était celui de Lucas qui avait lieu pendant les vacances d’hiver. Il s’agissait d’une autre occasion qui permettaient à Chloé, Léna et Liz de lever le nez de leurs parchemins et de voir du monde. Quant à Rose, cela avait pour avantage de lui changer les idées puisque son projet rencontrait quelques difficultés et pour Carla, qui ne sortait presque plus, il représentait un moyen de revoir ses amies. En effet, son mari l’empêchait de voir et de communiquer avec ses amies surtout Rose et Léna qui n’étaient pas assez bien à ses yeux. Carla, jeune femme dynamique, commençait sérieusement à déprimer sans ses amies, d’autant plus qu’elle était obligé de fréquenter les personnes que son mari lui imposait – peu recommandable d’après elle. Chloé les soupçonnait de pratiquer la magie noire – théorie plus que plausible car Carla n’avait pas pour habitude de taire les détails concernant les personnes qu’elles n’aimaient pas et qu’elles qualifiaient de peu recommandable. Et pour eux, la jeune femme devenait muette lorsque le sujet venait sur la table.

 

Léna avait revu à plusieurs reprises ses parents et sa tante et avait organisé un repas pour que sa famille biologique et sa famille d’adoption se rencontrent. Le dîner avait été chaleureux. Son petit frère avait adopté tout le monde et sa mère adoptive, récemment veuve, avait retrouvé le sourire. De plus, Nathanaël lui avait dit que sa mère biologique, Rachel, depuis des années dépressive, sortait un peu plus chaque jour de sa mélancolie et devenait une autre personne que son cousin avait grand mal à reconnaître. En bref, tout était bien partie pour Léna et ses amis (sauf pour Carla …).

Un samedi matin, au milieu du mois de décembre, Léna sortit de la maison de sa mère et entama sa promenade habituelle. Malgré son travail qui l’attendait chez elle, elle prenait toujours le temps pour sortir s’aérer pendant le week-end. La jeune femme passa devant l’orphelinat où l’attendaient quelques enfants qui l’appréciaient beaucoup et papota avec eux un bon moment. La vue de la bâtisse grise face à elle lui faisait toujours penser à Tom Jedusor. Elle n’avait toujours pas eu de nouvelle de Tom Jedusor et son cousin non plus. Celui-ci ne cessait d’essayer de la rassurer. Cependant, étrangement, le jeune homme ne lui manquait plus tant que cela. En fait, un peu quand même mais pas autant qu’elle l’aurait cru. Avec la distance qu’il leur avait imposé, Léna avait fait le point sur ses sentiments envers lui. Il s’est donc avéré qu’elle n’était pas amoureuse de lui comme elle le pensait. Il était vrai qu’elle ressentait de l’affection pour lui – pas celle qu’elle éprouvait pour ses amis garçons comme Lucas ou encore Nathan. Le jeune homme avait bien sûr une place spéciale dans son cœur mais pas celui d’un amour. Il s’agissait d’une attirance physique et peut-être aussi d’une certaine admiration dû à son charisme et à son intelligence hors norme. Léna se rendait compte qu’elle était tombée dans le panneau comme beaucoup d’autres et cela la désespérait. Ainsi, elle s’était efforcée de cesser de penser à lui et cela avait fonctionner sauf lorsqu’elle voyait le vieux bâtiment de l’orphelinat. En même temps, sa formation lui prenait beaucoup de temps et lui accaparait ses pensées qui étaient envahies de formules magiques, de recettes de potions de guérissons et tout un tas de maladies « magiques », mais grâce à cela, elle pouvait l’oublier.

Le cœur plus léger, Léna continua sa promenade en longeant les bâtiments de la ville de Londres tout en respirant l’air pollué à pleins poumons. En effet, sortir « s’aérer » dans cette ville n’avait rien de bien passionnant entre les immeubles, les rues ou encore les gens. Tout était gris et morne en plus de l’air qui les faisait parfois tousser.

L’annonce de la fin de la guerre avait rendu tout le monde heureux. Cependant, la joie avait laissé la place à la tristesse – conséquence directe de la prise de conscience du nombre de morts et de villes rasées qui ramenait rapidement à la dure réalité que la vie ne serait plus jamais comme avant. Quelques mois s’étaient écoulées depuis la fin de la guerre et plus les jours passaient, plus ils s’apercevaient qu’il leur faudrait des années avant de reconstruire chaque pays touché par le conflit – qu’il leur faudrait des années pour se reconstruire. Léna avait entendu dire que les hôpitaux étaient bondés, que les orphelinats ne pouvaient plus accueillir d’enfants et que les administrations étaient débordées. Elle avait aussi entendu parlé des personnes qui avaient tout perdu et se retrouvaient à la rue et des personnes endeuillées qui apprenaient au compte-goutte le décès d’un proche identifié plusieurs mois plus tard car trop amochés pour que quelqu’un puisse le reconnaitre. Parfois même, certains étaient portés disparu et leur famille était forcé d’abandonner tout espoir de les retrouver …

De nombreuses personnes avaient mis fin à leur jour aussi puisqu’ils n’arrivaient plus à surporter cela … la perte d’un être cher et/ou de biens matériaux. La perte. C’était un sentiment terrible que tout être humain était forcé de ressentir un jour ou l’autre au cours de son existence. Léna pensait à son père. Elle espérait qu’il n’avait pas souffert et que là où il se trouvait, il était heureux ou en tout cas, bien mieux qu’il avait été dans ce bas monde.

Malgré l’ambiance morose qui régnait dehors, Léna aimait se balader dans les rues de Londres. La promenade matinale était devenue une telle habitude que les habitants la saluaient et parfois lui parlaient même s’ils ne la connaissaient pas vraiment. La jeune femme aimait cela. Elle y rencontrait du monde et allait saluer toujours les mêmes personnes comme les enfants de l’orphelinat ou encore la gérante d’une auberge qu’elle n’avait jamais fréquenté. Cette femme était petite et ronde et ses cheveux roux et bouclés ressortaient de son chapeau qui ne quittait jamais le sommet de son crâne. Malgré son fort caractère, elle avait un grand cœur. Un jour alors qu’elle rendait visite aux enfants, la femme était venue à sa rencontre et lui avait dit qu’elle la voyait souvent roder dans le coin. Malgré sa drôle de façon de l’aborder, à partir de ce moment-là, Léna et Mélinda, c’était son nom, s’étaient très bien entendue. La jeune femme l’avait mis en contact avec Rose pour son projet d’Auberge et Mélinda lui prodiguait des conseils et l’aidait comme elle le pouvait. Depuis, toutes deux étaient devenues de grands amies. Il n’était pas rare de voir Rose investir une table à l’auberge de Mélinda et de la noyer sous un tas de papiers. Parfois, Léna avait l’impression de voir en Rose la fille que Mélinda n’avait jamais eu hormis ses grand gaillards de fils et que cette dernière avait la même impression, même si cela ne faisait pas longtemps qu’elles se connaissaient. Elles avaient beaucoup de points communs.

Mais alors qu’elle tournait à l’intersection d’une rue, Léna aperçut une femme ou plutôt une jeune femme non loin d’elle. Elle n’avait pas pu voir son visage plus de deux secondes mais elle crut reconnaître quelqu’un qu’elle n’aurait jamais pensé revoir. Léna suivit alors discrètement la jeune femme. Elle était habillée d’une robe simple et d’un long manteau qui couvrait ses épaules frêles. Ses cheveux étaient cachés sous un chapeau rond et noir. Malgré les minces indices qu’elle avait, Léna était certaine qu’il s’agissait d’elle. Ou presque. Au pire, elle s’excuserait et l’histoire s’arrêterait là.

Déterminée, elle la rattrapa. Par chance, la jeune femme fit tomber quelque chose par terre et le ramassa ce qui permit à Léna de se retrouver à sa hauteur. Lorsqu’elle se releva, elle eut un geste de recule démontrant qu’elle ne l’avait pas entendu s’approcher. Léna lui sourit, d’une part, puisqu’elle l’avait bel et bien reconnue et d’autre part, elle était heureuse de la revoir.

-      « Bonjour, Lucy ! ».

Lucy mit du temps à lui répondre. Elle la regardait d’un air hébété comme si elle venait d’être prise en flagrant délit.

-      « B-bonjour, Léna ».

Le sourire de Léna s’agrandit encore. Elle la détailla de la tête au pied et s’aperçut qu’elle n’avait presque pas changé, à l'exception de la perte de poids et la mine fatiguée. Léna ne put s’empêcher de la serrer très fort dans ses bras. Lucy ne lui rendit pas tout de suite son étreinte comme si elle semblait de ne pas croire ce qu’elle voyait. Lorsqu’elle se recula, Léna l’observa encore un moment le sourire aux lèvres. Cependant, celui-ci s’effaça quand elle vit les traits du visage de Lucy s’affaisser.

-      « Oh, Léna … ».

Puis, Lucy s’effondra sur l’épaule de Léna.

 

Quelques minutes plus tard, les deux jeunes femmes étaient assises sur un banc dans un parc encore désert. Lucy avait repris contenance. Léna s’apercevait désormais qu’elle avait beaucoup changé. Son air sérieux presque froid avait remplacé sa joie de vivre qui se lisait chaque jour sur son visage au temps de Poudlard. Elle gardait le dos droit comme si le dossier du banc allait la contaminer ou même la brûler. Maintenant qu’elle avait enlevé son chapeau, Léna voyait ses cheveux blonds cendrés plaqués contre son crâne se finissant en un chignon tiré jusqu’en haut de sa nuque. Sa coiffure et son attitude dénotaient avec ses vêtements modestes et simples.

-      « Après que mes parents m’aient retirés de Poudlard, j’ai passé quelques mois dans un couvent jusqu’à ce qu’ils daignent enfin me regarder en face … Et qu’ils trouvent une solution à ma situation ».

Léna savait ce qu’elle voulait dire par là. Tout d’abord, Lucy avait dû subir l’éducation stricte des religieuses et la colère et la honte de ses parents, ce qui l’avait amené à changer à ce point. Ensuite, la solution qu’ils avaient envisagés pour elle était le mariage pour redorer son blason.

-      « Durant le mois de juillet, je me suis installée chez mon futur mari et le mois suivant, nous nous sommes mariés ».

Lucy fit une pause. Son regard se perdit dans le vague devant elle sur l’étendue d’herbe ou bien dans le ciel gris d’automne. Puis, soudain, elle revint dans la réalité et tourna son regard terne vers Léna qui attendait patiemment.

-      « Puis, il y a quelques jours, j’ai reçu un hibou de Colin, dit-elle en marquant une nouvelle pause comme si elle se remémorait ses souvenirs. Il voulait assumer ses responsabilités, signifiant par là qu’il voulait se marier avec moi et assumer son rôle de père. Le hic, c’est que je suis déjà mariée … ».

Sa voix se cassa. Léna posa une main sur les siennes, glacées.  

-      « Et ton enfant ? » Osa enfin Léna.

Son visage changea du tout au tout. Il sembla s’éclairer, se détendre et rajeunir en l’espace de quelques secondes.

-      « Il s’appelle Evan, répondit Lucy avec un petit sourire. Il est avec la nourrice pour le moment. Je pourrais te le présenter, si tu le souhaites.

-      Avec plaisir, fit Léna, soulagée que la conversation prenne une autre tournure.

-      Je t’envoie un hibou la semaine prochaine avec mes coordonnées, dit Lucy en rassemblant ses affaires. Je dois y aller. Mon mari m’attends.

-      D’accord, il n’y a pas de problème, répondit Léna en se levant en même temps que son amie.

-      Tu pourras aussi rencontrer Frank. C’est un homme charmant. Malgré ma situation précaire … J’ai eu beaucoup de chance dans mon malheur, ajouta Lucy avec un nouveau sourire qui signifia à Léna que son amie éprouvait, si ce n’est de l’amour, des sentiments pour son mari imposé.

-      J’en serais ravie, bien entendu. A bientôt, Lucy. J’étais très heureuse de te revoir, fit Léna.

-      Moi aussi ».

Et elle disparut dans la brume qui venait de s’installer et qui était signe de mauvais temps. Léna s’empressa alors de rentrer chez sa mère.



Commentaire de l'auteur A suivre ...
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales