Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 210 lectures  - 1 commentaire [21 novembre 2021 à 14:54:06]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Livres-Romans

 > 

Harry Potter

Enfant des fées Auteur: aqualyne Vue: 2085
[Publiée le: 2018-04-19]    [Mise à Jour: 2019-07-19]
G  Signaler Action-Aventure/Amitié Commentaires : 22
Description:
Cette nuit-là Harry fut emmené par une fée. Il grandit entouré de ces créatures magiques jusqu' au jour où il dû revenir dans le monde des sorciers. Les sorciers accepteront-ils la différence de leur Survivant? Et lui? Acceptera-t-il ce monde si différent de tout ce qu' il a connu jusqu' à aujourd'hui?
Crédits:
Harry Potter appartient à J.K. Rowling
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 8

[2856 mots]
Publié le: 2018-08-26Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Coucou tout le monde! Désolée pour le temps que ça m' a pris mais j' étais en vacances au milieu de nulle part ce qui rendait difficile d' écrire ou de publier. En tout cas j' espère que vous apprécierez ce nouveau chapitre.
Bonne lecture!

Enfant des fées


Chapitre 8


Yphgrid regardait ses compagnons de chambre dormir avec les sourcils froncés. Les affaires de Justin et Ernie dépassaient encore de leurs valises et étaient à moitié froissées puisque les deux avaient décidé de ranger leurs affaires plus tard et n' avaient sorti que leurs pyjamas et leurs affaires de toilette. Neville avait fait un peu mieux et avait grossièrement rangé ses affaires dans la commode mise à sa disposition avant d' aller dormir. Morag de son côté avait parfaitement rangé ses vêtements pliés avec soin avant de déposer ses affaires de toilette dans le casier de bois noir de la salle de bain qui était marqué à son nom et de déposer plusieurs livres parfaitement empilés du plus gros au plus fin sur sa table de nuit puis il avait suspendu un attrape-rêves bleu foncé avec des plumes blanches et des perles bleu clair au-dessus de la monture de son lit et était parti se coucher.

Dans la grande chambre ronde aux murs jaunes et au parquet noir seul Yphgrid ne dormait pas. Il entendait les respirations régulières et apaisantes de ses camarades de dortoir alors qu' il était assis en tailleur sur la couette en patchwork de son lit à baldaquin en bois clair. Il n' avait pas envie de dormir. Il avait fait comme les autres et avait rangé ses affaires dans la commode et le casier qui lui étaient attribués puis il avait posé sa flûte sur sa table de nuit avant d' enfiler une fine chemise de nuit blanche et de s' installer sur son lit tout en admirant les quelques plantes vertes qui donnaient de la couleur et pendaient de pots en étain fixés aux murs et les bouilloires de cuivre fixées à côté des lits pour les élèves frileux. Il avait eut l' intention de dormir mais cette idée avait été balayée lorsqu' il avait ressenti une étrange pression dans l' air. Il l' avait immédiatement reconnu. C' était celle de la magie féerique.

Il la sentait partout autour de lui et cela l' empêchait de dormir. La magie féerique n' était pas vraiment rare dans le monde. C' était une magie naturelle qui se répandait toute seule et était manipulable par n' importe qui. Elle ne devait son appellation qu' au fait que les fées étaient les seules à avoir pris conscience de son existence et donc elles étaient les seules à l' utiliser. Il avait l' habitude de ressentir cette douce magie mais ce qui l' ennuyait c' était qu' elle semblait sous pression à l' intérieur du château. Comme si le passage lui était interdit.

Yphgrid venait de passer les deux dernières heures à tenter de trouver l' origine de cette pression mais rien à faire. C' était très frustrant et ça l' empêchait de dormir. Au bout d' un long moment il rejeta ses jambes et les posa silencieusement sur le parquet de la chambre. Il trouvera l' origine de cette pression coûte que coûte.

Il avança silencieusement dans le tunnel au parquet noir et aux murs ronds et jaunes qui servait de couloir vers les dortoirs et déboucha dans la salle commune. Cette dernière avait le même parquet et les même murs que le tunnel ou les dortoirs mais était en plus pourvue de doux tapis jaunes, d' une imposante cheminée en bois noir sur laquelle des blaireaux dansaient au cours de la journée, de plusieurs fauteuils et canapés jaunes avec des coussins noirs et d' une multitude de petites fenêtres rondes qui donnaient sur la pelouse du parc de l' école. Yphgrid était tout de suite tombé amoureux de la salle commune. Tout y était si calme et reposant qu' il avait presque l' impression d' être de retour dans la forêt des fées. Du coin de l' œil il pouvait voir une peinture représentant une femme un peu ronde d' une trentaine d' années aux cheveux bruns, courts et bouclés et aux yeux noisettes. Elle avait un regard doux et un sourire tendre qui la rendait sympathique et pourtant. Pourtant quelque chose gênait Yphgrid avec cette peinture. Le professeur Chourave qui les avait accueillit et s' était présentée comme leur directrice de maison avait explique qu' il s' agissait d' une peinture d' Helga Poufsouffle qui était l' un des quatre fondateurs de Poudlard et si elle y ressemblait de loin Yphgrid doutait que ce soit un vrai tableau de la fondatrice. Il rayonnait de bien trop peu de magie pour être effectivement la représentation d' un être aussi puissant, sage et juste.

Secouant la tête pour repousser ce mystère à un autre jour Yphgrid sentit l' une de ses mèches lui tomber devant les yeux. Il réalisa alors avec un léger rougissement qu' il ne s' était pas habillé pour sa sortie nocturne. Il pesa rapidement le pour et le contre à l' idée de retourner dans son dortoir pour se changer avant de renoncer. Il ne voulait pas réveiller ses compagnons de chambre. D' un mouvement de la main ses cheveux furent attaché par un lien en cuir et un bermuda blanc apparu autour de ses jambes. Content de son compromis il sortit discrètement du dortoir en se souvenant des paroles de sa directrice de maison.


-Je sais déjà que beaucoup d' entre vous sortiront pendant la nuit. À cela j' ai plusieurs choses à dire. Tout d' abord sachez que c' est interdit et qu' en conséquence si vous êtes pris vous écoperez d' une déduction de points et d' une retenue. Ensuite je suis souvent la première à pardonner aux élèves leurs infractions mais aucune sortie nocturne n' aura ma clémence donc ne me demandez pas d' aide si vous êtes pris parce que la punition sera pire. Enfin si vous sortez prévenez au moins un élève afin qu' en cas d' urgence quelqu' un sache où vous allez.


Yphgrid retint un petit rire. Il ne pensait pas qu' il désobéirait aussi vite au règlement de l' école que tant de gens semblaient soutenir. Il pouvait comprendre certaines règles comme l' interdiction de lancer des sorts dans les couloirs ou de se battre mais certaines lui paraissaient assez obscures tel que l' obligation d' appeler les professeurs Monsieur ou Madame ou celle d' assister à une visite médicale au cours du premier mois d' école. Et c' est dans cet état d' esprit qu' il quitta la salle commune.

Les couloirs semblaient bien ternes sans les lumières dorées des chandelles et les discussions des tableaux vivants qu' ils avaient croisés pendant leur voyage vers la salle commune pourtant le château semblait baigner dans une atmosphère plus magique encore que lorsqu' il était animé. Yphgrid ferma les yeux pendant quelques instants pour profiter de la sensation que la magie créait sur sa peau. Un doux frisson le parcourrait alors qu' il entendait le vent siffler dans les couloirs vides de l' école. Finalement il rouvrit les yeux en soupirant. Il devait connaître l' origine de la pression qu' il ressentait.

Pendant plusieurs dizaines de minutes Yphgrid déambula dans les couloirs en cherchant l' origine de la pression mais à chaque fois qu' il pensait s' approcher il se rendait compte qu' il avait dérivé vers une mauvaise piste. Au bout de la dixième mauvaise direction Yphgrid fronça les sourcils. Pourquoi n' arrivait-il pas à la trouver ? Il sentait la magie féerique autour de lui complètement étouffée par cette étrange pression. Il la sentait qui tentait maladroitement de s' infiltrer dans les murs afin de s' aligner avec la magie ancestrale de Poudlard et ainsi la renforcer. Mais elle était repoussée par une une autre magie. Il pouvait la ressentir maintenant qu' il s' était approché de la source de la pression. Cette pression venait d' une magie sombre, une pulsion qui parcourrait les murs et affaiblissait le château. C' était étrange. À la fois fort et faible. Rapide et lent. Yphgrid fronça les sourcils et appuya son oreille contre le mur le plus proche. Il ferma lentement les yeux et resta dans cette position pendant une dizaine de minutes. Lorsqu' il les rouvrit un petit sourire fleurit sur ses lèvres. Il savait où aller.

La pièce dans laquelle il déboucha après une demie-heure de marche était magnifique. Il s' agissait en fait plus d' un jardin intérieur que d' une salle. Un petit chemin de pavés dorés parcourrait toute la longueur du jardin au milieu de l' herbe verte minutieusement tondue. Aux quatre coins du jardin des arbres aux troncs argentés et aux feuilles noires et une statue de bronze en forme de dragon en décorait le fond. Le plafond quand à lui était en pierre blanche et possédait quatre arches dans la même matière qui partaient des quatre coins de la pièce et se rejoignaient en son centre au niveau d' une clef de voûte représentant le blason de l' école : un P entouré d' un lion, d' un serpent, d' un aigle et d' un blaireau.

Dès l' instant où il pénétra dans le jardin Yphgrid se sentit immédiatement apaisé. Sa frustration et sa curiosité s' étaient envolées pour laisser place à un bien être qu' il avait rarement ressenti tant il était complet. Il s' avança tranquillement jusqu' à la statue de dragon qui piquait sa curiosité curieusement effacée. Elle semblait être la source de la magie sombre qui bloquait la magie féerique mais il semblait également qu' il ne s' agissait pas de son but premier. Les dragons sont des créatures protectrice et les sortilèges qui s' appuient sur un objet ont tendance à s' appuyer sur un objet plus ou moins lié à son but car la réalisation du sortilège en est facilitée. Ainsi mettre un sortilège destructeur sur une statue de dragon rendait le sortilège moins efficace que si' il avait été posé sur une statue de hyène par exemple.

Yphgrid toucha le museau du dragon en fermant les yeux. Immédiatement il sentit l' énergie sombre qui l' entourait mais en fouillant un peu il put également sentir une énergie lumineuse prisonnière de l' énergie sombre. Il semblait que l' énergie sombre tentait de l' étouffer mais qu' elle échouait. Malgré cela Yphgrid pouvait sentir la détresse et la douleur de l' énergie lumineuse. Elle luttait désespérément contre l' énergie sombre sans pouvoir lui échapper. Puis Yphgrid réalisa. Une larme dorée coula sur sa joue lorsqu' il comprit ce que faisait vraiment l' énergie lumineuse. Elle était un dragon. Donc elle protégeait. Elle avait scellé l' énergie sombre dans le dragon avec elle et luttait contre depuis. Et elle n' était pas juste de l' énergie. C' était une personne. Un être qui protégeait le château depuis longtemps.

Yphgrid s' écroula pleurant à chaudes larmes sur le socle de la statue. Il pleurait sur le sort de cette personne prisonnière d' une statue de bronze pour protéger le refuge qu' était le château pour les sorciers. Il pleurait sur la souffrance que cette personne supportait depuis si longtemps. Il ne savait combien de temps elle avait passé dans la statue mais d' après ce qu' il ressentait il s' agissait d' une âme plus vieille encore que le château. Et cette énergie sombre qui tentait de s' infiltrer partout était stoppée par la seule volonté de cette âme. De cette personne qui n' avait pas hésité à sacrifier son existence pour protéger cet endroit. C' était si cruel. Yphgrid se recroquevilla sur lui même en pensant à tout ce qu' il était prêt à faire pour aider cette personne. La faire sortir de cette statue tout en détruisant ce sortilège qui cherchait la destruction du château.

Soudain Yphgrid sentit la magie féerique l' entourer. Elle avait commencé lentement puis s' était renforcée petit à petit au point de devenir un véritable maelström qui finit par briser le lien en cuir retenant ses cheveux. Yphgrid regarda avec fascination la représentation physique de la magie féerique qui avait maintenant la forme d' un tourbillon de couleurs et de lumières qui ne cessaient de devenir plus brillantes au point qu' Yphgrid dû finalement fermer les yeux. Il attendit que le vent qui le secouait cesse pour les rouvrir et regarder autour de lui. Rien ne semblait avoir changé. Curieux Yphgrid voulut reposer sa main sur le dragon pour vérifier.


-Je te remercie ! S' écria une petite voix aiguë venant de son dos.


Surpris il se retourna pour faire face à une petite fille d' environ dix ans aux cheveux châtains et ondulés qui descendaient jusqu' à ses pieds nus et aux yeux violets. Elle était vêtue d' une simple robe blanche sans manches qui s' arrêtait au niveaux de ses genoux et avait le visage couvert de tâches de rousseur.

Yphgrid la dévisagea pendant quelques instants les yeux écarquillés par la surprise et la bouche à moitié ouverte avant de répondre.


-Et bien… Je ne sais pas vraiment ce que j' ai fais mais si ça t' a aidé alors tant mieux.


Il fit un timide sourire à la fille avant de continuer.


-Est-ce que je peux savoir qui tu es ?


-Je m' appelle Magia ! Et toi c' est Yphgrid pas vrai ?


-Oui. Comment le sais-tu ?


-Je connais l' identité de quiconque entre dans ce château. Par exemple Yphgrid est le nom que tu considères comme tien mais les sorciers t' appellent Harry Potter.


-C' est vrai.


-Je sais.


-Quelle était cette énergie contre laquelle tu te battais Magia ?


-Une terrible malédiction qui a été lancée contre l' école il y a mille ans.


Le visage de Magia était soudain devenu un masque de tristesse, de regrets et de culpabilité.


-Je vois. Fit Yphgrid. Et pourquoi me remerciais-tu ?


Magia lui fit un grand sourire.


-Pour briser la malédiction j' ai demandé à mes amis de m' enfermer dans cette statue de dragon de cette manière je savais que je pourrais la contenir. Mais il me fallait de l' aide extérieur pour y arriver.


-Quelle sorte d' aide ?


-De la magie féerique.


-Mais personne ne sait la maîtriser ici.


-Sauf toi. Il faut que tu comprennes que je n' avais pas prévu d' être sauvée.


-Pourquoi recourir à un tel moyen pour arrêter la malédiction alors ?


-Parce qu' il n' y en avait pas d' autres. C' était le seul qui existait et j' étais la seule capable de résister à l' énergie de la malédiction.


-Même comme ça tu aurais dû mourir au cours des mille ans que tu as passé scellée dans cette statue. Le temps s' écoulait normalement pour toi non ?


-Oui. Mais je suis immortelle.


-Immortelle ?


-Oui. Ça veut dire que je ne meurt pas. C' est plutôt pratique pour combattre une malédiction pendant mille ans.


-Que faisait cette malédiction ? J' ai senti qu' elle voulait détruire quelque chose et que pour cela elle cherchait à s' infiltrer dans la magie du château mais j' aimerais bien savoir ce que c' est.


-C' est un secret !


-Hein ?


-C' est un secret entre mes amis et moi. Personne d' autre n' a le droit de le savoir.


-D' accord. Et est-ce que je peux savoir qui étaient tes amis ?


-Il y a Hel, Rei, Ric, Row, Na et Sal !


-Ce sont des surnoms non ?


-Oui. Mais je ne les ai jamais appelé autrement donc je ne te dirais pas leurs vrais noms.


-Je vois.


-Tu devrais retourner te coucher Yphgrid. Il est tard. Si tu veux tu pourras revenir demain. Je répondrais à tes questions.


-Et que vas-tu dire aux gens que tu pourrais rencontrer ?


-Ils ne me verront pas. Je suis invisible.


-Mais moi je peux te voir.


-Parce que tu vis dans la magie féerique. Tu peux voir à travers n' importe quelle illusion voir même des sorts de protections si tu y mets un peu du tien.


-Tu connais vraiment beaucoup de choses sur moi.


-Je connais tout de chaque personne présente dans ce château. Je peux voir les capacités, les liens et les affinités sans le moindre souci et en me concentrant vraiment je peux même voir les héritages et les vraies natures.


-C' est impressionnant.


-Je sais ! Sourit Magia. Tu devrais vraiment aller te coucher maintenant. Demain tu as une dure journée qui t' attend et je refuse qu' un élève de ce château soit trop fatigué pour assister convenablement aux cours.


Yphgrid se contenta de sourire.


-Très bien. De toute façon tu ne me diras rien avant demain non ?


-Exactement alors maintenant va dormir.


Et Magia claqua des doigts. Le monde se mit à tourner autour d' Yphgrid qui ferma les yeux pour éviter d' avoir la nausée. Une seconde plus tard il se sentait atterrir sur une surface molle et confortable. Il ouvrit les yeux pour se rendre compte qu' il était allongé sur son lit dans le dortoir de Poufsouffle. Il réprima un petit rire qui montait dans sa gorge.


-En tout cas cette Magia sait ce qu' elle veut. Murmura-t il avant de s' allonger sur le lit et de s' endormir heureux que la pression dans l' air ait disparu.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales