Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Elements
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Début(s)
    Débuts - la revue
    Nb de signes : < 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Isthme
    Poétisthme
    Nb de signes : < 6 000 sec
    Genre : avant-garde - art visuel - libre - poésie
    Délai de soumission : 20/12/2020
  • Folies
    Editions Hurle-Vent
    Nb de signes : < 31 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Artistes (re)confinés
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction réaliste - témoignage - contemporain - fiction - récit de vie - réaliste
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Revue Encre[s] N°7
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : poésie - blanche - érotique - noir
    Délai de soumission : 30/11/2020
  • Enfance
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 500 - 40 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Eclats d'Etoiles
    Eclats de Lune Editions
    Nb de signes :
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 02/11/2020
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 304 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 371 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1867 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Livres-Romans

 > 

Harry Potter

Blood and Legacy !
[Histoire En hiatus]
Auteur: Keysapocalypses Vue: 8251
[Publiée le: 2013-06-30]    [Mise à Jour: 2014-08-08]
G  Signaler Action-Aventure/Mystère/Angoisse/Heroic Fantasy Commentaires : 55
Description:
Harry a bientôt treize ans, mais malgré ses victoires passées, il n'est pas heureux. Vaincre Quirell et le Basilic lors de ses deux premières années à Poudlard ne lui faisait sentir aucun soulagement.

Alors que les vacances avant sa troisième année s'écoulent avec lenteur, Harry ne dort plus. Il passe son temps libre à réfléchir à son avenir. Jusqu'à présent, il n'avait jamais pensé pouvoir détesté quelque chose en lui plus que la célébrité associé à son nom.

Il avait tort !

Il avait découvert qu'il était un vampire, avec toutes les conséquences que cela engendrerait...

Par l'auteur de Fate/Stay Another Night, Mugen Tsukuyomi, Due Cieli, Keiki no Atarashii, Ryuuketsu, Le Kitsune, Burakumin
Crédits:
Les personnages appartiennent à J.K Rowling, je ne fais que les lui emprunter.

L'histoire est de moi, ou plutôt de mon esprit malade et détraqué.

J'espère que vous apprécierez cette nouvelle fiction sur un fandom tout à fait différent de mes dernières œuvres.

Bonne lecture !

EN HIATUS pour une durée indéterminée.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Entre deux mondes

[6044 mots]
Publié le: 2013-08-24Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Pour commencer...
Oui, je sais que j'ai en retard.
Non, je n'ai pas abandonné mes fictions.
Oui, je poste une suite sous peu.
Non, je ne sais pas dans quel ordre.
Oui, vous avez le droit d'être en colère.
Non, je ne recommencerais pas.
Oui, je ferais des efforts.

...

Bonjour au fait.
Comme je le disais, à cause des vacances, je n'ai pas eu de temps pour me consacrer à mes fictions. Mais je suis de retour pour un bon moment.

La suite en fin de chapitre !

Bonne lecture !

Sans se retourner, Harry courut à travers les rues. Il se fichait qu'on le recherche pour utilisation illégale de la magie. Il ne voulait pas être retrouvé. Il voulait juste être oublié. Soif... Le garçon s'arrêta et tenta de calmer ses pulsions sanguinaires. Ce n'était pas évident. Il avait jeûné pendant plus d'un mois. Le dernier sang qu'il avait goutté était tellement riche en magie que deux petites gouttes avaient suffi à le satisfaire pendant si longtemps. S'il avait su, il en aurait peut-être bu un peu plus.. Non, ça l'aurait certainement tué. Boire du sang dont la puissance magique est trop supérieure à celle du buveur était dangereux. Harry aurait risqué une overdose de magie. De nombreux vampires étaient mort en tentant de passer outre cette information. D'autant que le sang lui-même n'était pas totalement inoffensif... Assis sur un banc, les yeux fermés, le survivant agrippait de toutes ses forces au support sur lequel il était assis. Le métal crissa sous sa poigne, se déformant, mais ne céda pas. Reprendre le contrôle de ses émotions devenait crucial, à présent. Il était dans une ville contenant des milliers de moldus. S'il perdait le contrôle et que sa soif prenait le dessus, ce serait l'hécatombe. Il resta ainsi, immobile, à inspirant profondément puis expirer doucement, pendant plus de dix minutes. Sa valise, à coté de lui, était pleine. Il n'avait rien oublié de prendre dans son départ précipité, pour la bonne raison que la malle était faite depuis de nombreux jours.

Lorsqu'enfin Harry sentit qu'il pourrait se fier à son corps, il se détendit. Sa soif était toujours omniprésente, mais c'était déjà un peu plus supportable. Précautionneusement, il planta une canine au coin de ses lèvres et fit couler quelques gouttes de sang, qu'il avala. C'était une précaution plus qu'un besoin. Aussi longtemps qu'il resterait proche des moldus incapables de se défendre, il valait mieux ne pas prendre le risque de la tentation. Une goutte perla de sa bouche jusque sur son menton, avant de tomber au sol. Harry n'y fit pas attention., s'essuyant distraitement avec le pouce, avant de le lécher. La sensation de manque était présente, cette fois encore. Ce n'était pas arrivé la fois précédente. C'était bien la preuve que ce ressenti n'était présent que lorsqu'il buvait son propre sang. Que c'était compliqué d'être un vampire, et un dhampire encore plus. Le survivant devait faire face à des situations inédites, plus encore que celles qui venaient avec sa célébrité. Honnêtement, il n'aimait pas cela. Il n'eut toutefois pas le temps de se lamenter sur son sort, car un craquement se fit entendre. Se retournant, Harry vit apparaître un énorme chien noir sous un arbre. Était-il apparu de nul part, ou était-il simplement couché dans l'ombre ? Difficile à dire, mais la seconde hypothèse était plus probable. Remarque, dans le monde de la magie, la première n'était pas impossible non plus. Il devait vraiment, vraiment, vraiment cesser d'être paranoïaque.

Harry jeta à peine un regard à l'animal, avant de se rasseoir. Sans doute avait-il réagit à la présence du dhampire... Il grognerait certainement avant de s'en aller, comme Molaire au cours de la semaine passée. Plusieurs longues secondes passèrent, dans un silence absolu. Pas de gémissements, pas d'aboiements furieux, rien. Tournant la tête, il vit que le chien était toujours là, assis à coté de sa valise, la tête penchée sur le coté. Il l'observait avec attention, sa langue pendant négligemment de sa gueule ouverte. Dans ses yeux semblaient briller un lueur d'intelligence et de mystère. Étrange chien que voilà, mais sa présence était apaisante, d'une certaine façon. C'était le premier animal, en dehors de Hedwige, qui acceptait sa présence. Tous les autres le fuyait comme la peste. Après réflexion, ce n'était peut-être pas une si bonne idée d'avoir pris l'option de soin aux créatures magiques, s'il ne pouvait pas approcher lesdites créatures magiques... Enfin, pour cela il fallait qu'il fusse encore accepté à Poudlard, car après le coup fait à la tante Marge, rien n'était moins sur. S'il avait eu un avertissement parce qu'un elfe de maison avait usé d'un sort de lévitation, quel serait le prix à payer pour un acte volontaire, ou presque ? Harry ne voulait pas y penser, c'était trop d'émotions et il ne devait pas se laisser submerger à nouveau. Une fois en deux mois suffisait largement, d'autant que s'il cédait, il risquait d'attaquer un moldu. Et c'était là un crime bien plus grave que l'usage interdit de la baguette pour un sorcier de premier cycle.

Quelque chose de tiède toucha sa main. Baissant les yeux, Harry vit que cet étrange chien venait de la lui lécher. Malgré la gravité de la situation, cela le fit doucement sourire. Il était un peu plus calme, à présent. Il lui fallait trouver un plan d'action. Retourner chez les Dursley n'était pas une bonne idée après la scène qu'il avait fait en partant. Il n'avait pas de sou moldu en poche. Il n'irait pas bien loin ainsi. Virga en main, Harry se leva. Quitte à ne pas savoir quoi faire, autant avancer. Il n'avait pas besoin de s'arrêter pour se reposer, après tout. Il prit sa valise par la poignée, avant de faire demi-tour et de s'étaler au sol. Pourquoi ce chien s'était-il allongé à ses pieds juste derrière lui ? Harry était couvert d’égratignures. Heureusement qu'il n'avait pas plut depuis plusieurs jours, sinon il aurait en plus été trempé. Un bruit pétaradant se fit alors entendre, suivit d'un fort crissement de freins. Levant les yeux, Harry vit une lumière blanche aveuglante, qui l’obligea à plisser les yeux. Ce qu'il perçut ensuite fut la vue d'une énorme roue, à une trentaine de centimètre de sa tête. Heureusement qu'il avait été sur le trottoir, sinon il se serait fait écraser sans autre forme de procès... Analysant plus en profondeur, il vit que la roue appartenait à un bus. Et quel bus ! Outre la couleur violette vraiment peu commune du véhicule, il était composé, non pas d'un comme ceux de Londres, mais de deux étages. Un écriteau particulièrement visible indiquait en lettres d'or : Magicobus. Mais même sans le nom de l'engin sur-dimensionné, Harry avait compris qu'il appartenait au monde des sorciers. Premièrement, il était apparu de nulle part, alors que la rue était vide. Deuxièmement, un bus à deux étages ne pouvait tout simplement pas se déplacer convenablement dans les villes, surtout à cause des ponts omniprésents et juste assez haut pour un bus à impériale simple, alors un double... Enfin, troisièmement, aucun moldu sain d'esprit n'accepterait de conduire un bus, une voiture, ou n'importe quel véhicule, dès l'instant ou celui-ci était d'un violet aussi soutenu ! Un contrôleur, dont l'uniforme était de la même couleur que le Magicobus, sauta au sol et fit un discours apprit par cœur :

- Bienvenue à bord du Magicobus, transport d'urgence pour sorcières et sorciers en perdition. Faites un signe avec votre baguette magique et montez, nous vous emmènerons où vous voudrez. Je m'appelle Stan Rocade et je serai votre contrôleur pour cette tournée.

''J'en étais sur ! Mais tout de même... Le monde de la magie semble si en retard technologiquement parlant, c'est surprenant de voir une interaction aussi vive entre le monde moldu et le monde magique.'' se dit le garçon.

Stan fixa Harry avec un sérieux tout à fait troublant. Il semblait presque considérer le fait que la personne en face de lui soit étendu au sol comme normal. Ses yeux indiquaient qu'il n avait vu d'autres.

- Bonsoir, fit Harry en se relevant. Sans vouloir paraître ignorant, puis-je savoir la raison de votre présence ?

Ça par-contre, Stan n'avait pas dû le voir venir. Son visage boutonneux se figea pendant une seconde, tandis que ses sourcils se relevèrent. Il semblait gêné qu'on lui pose la question. Harry était curieux de savoir pourquoi.

- Nous avons perçu le signal de votre baguette, donc nous sommes venu vous prendre.

- Quel signal ?

- Vous ne le savez vraiment pas ? s'étonna le contrôleur. Pour lancer le signal du Magicobus, vous devez vous tenir au bord d'un trottoir et agiter votre baguette magique en l'air.

Harry réfléchit à ce qu'il s'était passé. Il était effectivement sur le trottoir au moment de sa chute. Il avait fait un rapide moulinet du bras en tombant. Comme il avait sa baguette à la main à ce moment là, cela avait dû enclencher le fameux signal. Se retournant rapidement, le garçon vit que le chien avait disparut. L'arrivée du Magicobus ne pouvait pas l'avoir effrayé, puisqu'il avait supporté la présence de Harry. S'était-il allongé intentionnellement de façon à ce que Harry appelle le bus des sorciers par hasard ? S'il venait du monde de la magie, c'était possible. Les animaux étaient plus intelligents que chez les moldus. La meilleure preuve était Hedwige, qui d'ailleurs n'était pas revenu depuis plusieurs jours... Le problème était que Harry ne se trouvait pas vraiment dans un lieu magique, alors l'explication était quelque peu bancale. Mais dans l'immédiat, il y avait plus important à gérer.

- C'était juste un accident, marmonna Harry.

- Vous ne souhaitez donc pas prendre place à bord de notre bus ? s'enquit Stan, les sourcils froncés.

- Je n'ai pas dit ça. Ou pouvez-vous m'emmener ?

- N'importe ou tant que c'est sur la terre ferme. Le Magicobus ne va pas sous l'eau.

''Autrement dit, n'importe ou tant que cela reste en Grande-Bretagne... Angleterre, Écosse et Pays de Galles.'' songea Harry.

- Combien pour aller à Londres ?

- Onze mornilles. Pour quatorze, on a droit à une tasse de chocolat chaud, et pour quinze, on vous ajoute une bouteille d'eau chaude et une brosse à dents de la couleur de votre choix.

- Un aller-simple pour Londes, dans ce cas. Je prendrais le tarif de base...

Un dhampire qui boit un chocolat chaud, et puis quoi encore ? Par-contre, la brosse à dent ne serait pas du luxe, Harry se promit d'en acheter une en temps voulu. Ce n'était pas un objet sorcier, du coup il n'avait pas pensé à en emporter dans sa valise.

- Dernière chose, continua Stan Rocade, vous vous appelez comment ? C'est la coutume de se présenter lorsque l'on monte à bord du Magicobus. Même si vous êtes un client régulier.

- Ne... Nelson Crugh.

- Bienvenu à bord, mon cher Nelson.

Harry hocha la tête et monta à bord avec sa valise, aidé par Stan. Il avait un instant hésité sur le nom à donner. Il ne pouvait tout simplement pas dire Harry Potter en présence de sorciers. Il n'aimait pas la célébrité et sa rencontre avec Gilderoy Lockhart avait achevé de le dégoutter. Particulièrement ce soir, il voulait rester discret sur son identité. Une chance que sa cicatrice fusse dissimulée par une mèche de cheveux. Il avait pensé à utiliser le nom de Neville Londubat, mais ce dernier étant un sorcier de sang-pur, il y avait une chance pour qu'il se soit déjà servit du Magicobus par le passé. Aussi avait-il opté pour Nelson Crugh, un nom inventé e toute pièce. Harry songea amèrement que s'il avait été au courant de l'existance de ce véhicule l'année passée, cela lui aurait évité l'incident entre la ford anglia de Mr Weasley et le saule cogneur. A l'intérieur du bus, il n'y avait pas de sièges, mais des lits en cuivre poli, alignés derrière les fenêtres masquées par des rideaux bordés de dentelle. Des bougies brûlaient dans des chandeliers, illuminant des parois lambrissées. Harry sursauta en voyant, accrochée au rétroviseur, une minuscule tête empaillée à la mode jivaro.

- Salut ! fit la tête.

Voilà qui sortait de l'ordinaire, enfin juste un peu. Harry, après lui avoir rendu la politesse d'une voix à peine hésitante, se dépêcha de gagner un lit vide, d'y installer ses affaires et de s'allonger. Il n'allait pas dormir, peu importe à quelle vitesse ils allaient, mais la position horizontale avait un effet apaisant.

- Notre conducteur s'appelle Ernie Danlmur, précisa Stan en désignant un vieux sorcier assis derrière le volant.

- J'aurais préféré ne pas le savoir, marmonna Harry entre ses dents car le vieil homme au volant semblait plus myope que le garçon avant son éveil en dhampire.

- On peut y aller, Ern, cria Stan en s'asseyant à côté de son collègue.

- Et c'est parti ! clama la tête réduite.

Une détonation assourdissante retentit et le lit de Harry recula d'un coup, déséquilibré par le démarrage en trombe du Magicobus. Le jeune sorcier se redressa légèrement et regarda dehors. L'autobus filait le long d'une rue très différente de Magnolia Crescent. Stan s'amusait beaucoup de l'expression stupéfaite de son nouveau passager.

- On était là avant que nous passions vous prendre. Quelque part au Pays de Galles, non ?

- Tout à fait juste, répondit la tête du rétroviseur.

- Comment ça se fait que les Moldus ne repèrent pas le bus ?

- Eux ? fit Stan, méprisant. Ils ne savent pas écouter... Savent pas regarder non plus, d'ailleurs. Ne font jamais attention à rien. Jamais.

''Ben… Ça n'explique pas grand-chose, en fait…'' grogna mentalement Harry. ''Et puis on ne connaît pas les mêmes moldus. Les miens font attention à tout ce qui concerne la magie pour me taper dessus dès qu'ils en trouvent… Je pense plutôt que le Magicobus est entouré de charmes repousse-moldus.''

- Faut réveiller Madame Dumarais, lança Ernie. On arrive à Abergavenny dans une minute.

Stan gravit rapidement un étroit escalier du bois. Harry regardait toujours la route. Il était très nerveux. Ernie ne semblait pas très bien maîtriser son véhicule et s'attirait toutes sortes de commentaires désagréables de la part de la tête momifiée qui ballottait sans cesse au gré de ses coups de volant. Le bus montait sur des trottoirs, mais il semblait que poubelles et réverbères s'écartaient d'un bond à son passage pour revenir à leur place une fois le danger écarté.
Stan revint alors, suivi d'une sorcière au teint verdâtre, emmitouflée dans une cape sombre.

- Vous êtes arrivée, Madame Dumarais, dit Stan d'un ton guilleret.

Ernie écrasa le frein et tous les lits glissèrent vers l'avant, entraînant les passagers avec eux. Madame Dumarais, un mouchoir plaqué contre sa bouche, descendit les marches d'un pas mal assuré. Quand elle fut sortie, Stan jeta sa valise derrière elle puis referma les portes dans un grand bruit de vitres secouées. Un profond soupir de soulagement de l'ensemble des clients accompagna le départ de la sorcière. Après une détonation supplémentaire, le bus fonça le long d'un étroit chemin de campagne bordé d'arbres. Harry, immobile sur son lit, se laissait ballotter au rythme des bonds successifs du Magicobus. Il était impossible de dormir dans ces conditions. Pour essayer de tromper son ennui, il jeta un œil au journal que lisait Stan. Harry reconnut la photo d'un homme maigre et sale aux cheveux noirs emmêlés qui faisait la une.

- C'est ce type, là, Black ! Les Moldus l'ont montré à la télé.

- Évidemment. Il fallait bien les avertir que ce taré rôdait dans le coin. Depuis son évasion, c'est chaos. Tu ne le savais pas ?

- Je n'étais pas en Angleterre le mois dernier. On a un peu manqué les dernières nouvelles...

Stan lui tendit la Gazette avec un sourire indulgent. Visiblement, le fait qu'il ne connaissait pas le Magicobus rendait crédible son ignorance sur le sujet. Harry put lire l'article consacré à l'évadé. S'il y avait bien une chose de certaine, c'était que le journal n'était pas des plus rassurants quant à la situation du fugitif…

SIRIUS BLACK TOUJOURS INTROUVABLE

Sirius Black, qui peut prétendre au titre de plus infâme criminel jamais détenu à la forteresse d'Azkaban, échappe encore et toujours aux recherches, nous confirme aujourd'hui le ministère de la Magie.

« Nous faisons notre possible pour capturer Black, nous a déclaré ce matin Cornélius Fudge, ministre de la Magie, et nous demandons instamment à la communauté sorcière de rester calme et sur ses gardes. »

Mr. Fudge a été critiqué par certains membres de la Fédération internationale des Mages et Sorciers pour avoir informé le Premier Ministre moldu de la situation.

« Il est clair que c'était mon devoir, a déclaré Cornélius Fudge non sans une certaine irritation. Black est un fou, il représente un danger pour quiconque se retrouve en face de lui, sorcier ou Moldu. J'ai obtenu du Premier Ministre l'assurance qu'il ne dirait pas un mot à qui que ce soit de la véritable identité de Black. D'ailleurs, ne nous y trompons pas : qui le croirait si jamais il le faisait ? »

Les Moldus ont été avertis que Black était armé d'un pistolet ( sorte de baguette magique dont les Moldus se servent pour s'entre-tuer ), mais ce que craint la communauté sorcière, c'est un massacre tel que celui qui s'est produit il y a douze ans, lorsque Black a tué treize personnes en lançant un seul sort.

Se demandant quel genre de massacre avait conduit cet homme en prison, Harry regarda la photo de Black. Se demandant quel genre de massacre avait conduit cet homme en prison, Harry regarda la photo de Black. Ses yeux sombres étaient la seule partie de son visage décharné qui semblait encore vivante. Si Harry n'avait pas été un vampire, et s'il considérait les croyance moldues sur leur compte, alors l'évaddé d'Azkaban aurait pu coller à la description. Une tête émaciée, la peau grisatre et le visage décharné, Sirius Black avait tout d'un mort vivant, à l'exception de ses yeux qui eux, étaient brillant de vie. Encore une fois, tant le nom que l'apparance de l'homme sembla familier à Harry, bien qu'il ne sut dire pour quelle raison.

- Il fait peur, pas vrai ? dit Stan.

- Il a vraiment tué treize personnes avec un seul sort ? Est-ce seulement possible ?

- Ça paraît dingue, c'est vrai, mais il l'a fait en plein jour, devant témoins. Ça a fait un de ces raffuts, à l'époque, pas vrai Ern ?

- Ouais, dit Ernie en grimaçant.

- Black était un des grands partisans de Tu-sais-qui, ajouta Stan.

- Vraiment ? s'étonna Harry. Il aurait donc tué ces gens pour son maître ?

- Ben non, justement. Quand le petit Potter a vaincu Tu-sais-qui, tous ses partisans on été traqués. Oh oui ! La plupart savaient bien que c'était fini pour eux, maintenant que leur patron n'était plus là, et ils se sont tenus tranquilles. Mais pas Sirius Black. D'après ce qu'on m'a dit, il pensait devenir le bras droit de Tu-sais-qui quand il aurait pris le pouvoir. Finalement, ils ont réussi à le coincer au milieu d'une rue pleine de Moldus. Alors il a sorti sa baguette et il a jeté un sort qui a dévasté toute la rue. Un sorcier et douze Moldus ont été tués sur le coup.

Sirius Black devait donc être très puissant. Ce que racontait Stan Rocade n'était pas forcément des informations fiables. Au mieux c'était éludé, au pire c'était inventé. Dans tous les cas, cela occupait Harry, qui n'avait rien de mieux à faire que d'écouter le contrôleur bavarder.

- Horrible, hein ? fit Stan en secouant la tête. Et tu sais ce que Black a fait après ça ? demanda-t-il après une pause dramatique.

- Non..

- Il a éclaté de rire, reprit Stan. Il est resté là, debout, à rigoler. Et quand des renforts du ministère de la Magie sont arrivés, il les a suivis sans résister en continuant à rire comme un bossu. Parce qu'il est fou, pas vrai, Ern ? Il est complètement fou.

- S'il ne l'était pas en arrivant à Azkaban, il l'est sûrement maintenant, dit Ern d'une voix grave. Je préférerais me faire exploser plutôt que de mettre les pieds là-bas. En tout cas, c'est bien fait pour lui, après tout ce qu'il a fait…
- Ils en ont eu, du travail, pour maquiller tout ça, hein ? Une rue entière ravagée avec des cadavres partout… Brrr… Qu'est-ce qu'ils ont dit, déjà ?

- Explosion de gaz.

- C'est en effet possible. Si le sort a frappé une conduite de gaz, cela aura certainement provoqué une réaction en chaîne à l'origine de l'explosion, suggéra Harry.

- C'est ça... Et maintenant, Sirius Black s'est évadé. C'est la première fois qu'un prisonnier arrive à s'échapper d'Azkaban.

- Vraiment ? interrompit Harry, qui se souvenait de l'état de Hagrid après seulement quelques semaines passée là-bas.

- Eh ouais ! Comprends pas comment il s'y est pris, ce gredin ! Ça fait peur… En tout cas, ça m'étonnerait qu'il ait beaucoup de chances de s'en tirer face aux gardiens d'Azkaban. Ils sont bien en colère contre lui…

Ernie fut secoué d'un frisson d'angoisse. Visiblement, la réaction du garde-chasse de Poudlard n'était pas exagéré. La mention d'Azkaban semblait provoquer des tremblements de peur chez n'importe quel sorcier.

- Tu ne voudrais pas parler d'autre chose, Stan ? Rien que de penser à eux, j'en ai mal au ventre…

Harry les laissa alors et retourna sur son lit. Ces gardiens… la façon dont Ernie et Stan en parlaient… Étaient-ce des humains ou des créatures magiques ? Probablement la seconde hypothèse. En dehors de Voldemort lui-même, aucun humain n'avait jamais provoqué une telle peur dans la communauté sorcière. L'idée d'avoir une pareille terreur aux trousses mit Harry mal à l'aise. Bien que ce Black fût un criminel, le garçon n'était pas sûr de lui souhaiter tout le mal auquel le vouaient les deux autres sorciers. Vivre comme une bête traquée par une chose a priori innommable… Mais peut-être que le manque de connaissances du garçon sur le sujet faussait son jugement. D'après la peur éprouvée par Hagrid l'année précédente, Azkaban devait vraiment être l'enfer sur Terre. Harry eut une vision fugitive de barbelés et de visages maigres pressés derrière les grilles. Le Magicobus roulait dans l'obscurité, écartant au passage lampadaires, cabines téléphoniques et buissons, sur les indications de la tête empaillée. Stan vint apporter une tasse de chocolat chaud à la voisine de Harry, mais renversa tout sur l'oreiller quand le bus passa brutalement d'Anglesey au Pays de Galles à Aberdeen en Écosse. Un par un, des sorcières et des sorciers vêtus de chemises de nuit et chaussés de pantoufles descendaient des étages supérieurs, l'air ravi de quitter ce maudit véhicule. Harry resta bientôt tout seul.

- Alors, Nelson, où te dépose-t-on à Londres ?

- Sur le Chemin de Traverse, répondit Harry.

- On y va !

- Tiens-toi bien, dit la tête réduite.

BANG ! Le Magicobus se retrouva dans Charing Cross Road. Harry ferma les yeux quand le bus passa au ras d'une maison, puis manqua d'écraser une vieille dame. Le jour se levait et Harry avait hâte de s'installer au milieu des sorciers. Il n'était pas fatigué, il ne pouvait plus l'être, mais lui aussi commençait à en avoir marre de la conduite chaotique du chauffeur du Magicobus. Ern aplatit brusquement le frein et le véhicule s'arrêta dans un long gémissement de pneus sur le goudron, devant la porte de Chaudron Baveur.

- Merci, dit Harry à Ern.

Il descendit ses bagages avec l'aide de Stan. Derrière lui, la porte du pub claqua.

- Bonjour, monsieur le Ministre ! clama Stan.

''J'avais moins d'une chance sur un million de tomber sur quelqu'un susceptible de poser problème, et il fallait que je tombe sur l'un des pires...'' gémit mentalement Harry.

- Ah ! Te voilà arrivé ! claironna Cornélius Fudge en avançant vers le survivant, qui ne cachait pas son évident désir de s'enfuir.

Harry était paralysé par la peur autant que la surprise. Là, il était vraiment mal. L'expression amicale de Fudge ne le rassurait en rien, car il avait eu presque la même en arrêtant Hagrid. De deux choses, l'une était qu'il affichait ce masque lorsqu'une affaire grave était en cours. L'autre était que c'était son expression habituelle. Dans les deux cas, cela ne rassurait que très modérément le garçon.

- C'est un plaisir de vous rencontrer, monsieur le Ministre !

- Oui, oui, c'est ça, répondit Fudge, visiblement agacé. Je suis ravi que le Magicobus ait amené Harry à destination, maintenant, nous avons à discuter.

- Comment avez-vous appelé... ? commença Stan, abasourdi.

Ne savait-il pas ce que signifiait mentir ? Il devrait vraiment rechercher la définition dans le dictionnaire. Le reste de sa phrase fut étouffé par la porte qui s'était refermée une fois que Harry était entré dans le pub sous la conduite du ministre. Ses bagages avaient suivit docilement et se déposèrent dans l'entrée. Tom, le patron du Chaudron, les accueillit avec un grand sourire.

- Ah ! Vous l'avez retrouvé, monsieur ! Vous voulez boire quelque chose ? Une bière ? Un cognac ?

- Une tasse de thé, plutôt, répondit Fudge, qui tenait fermement sa proie par l'épaule, ce qui était une bonne idée car Harry aurait fuit au moindre signe de faiblesse. Il tentait malgré tout de conserver son calme. Égorger le ministre de la magie dès la première rencontre n'était pas une bonne idée... Rectification, égorger le ministre de la magie n'était pas une bonne idée tout court. Fudge alla s'asseoir en compagnie de Harry à une table relativement éloignée de l'entrée principale. Tom rajouta du bois dans la cheminée et apporta un élégant chandelier garni d'une demi-douzaine de bougies allumées. Puis il s'éloigna. Malgré la bonne chaleur qui régnait à présent dans le pub, Harry frissonnait. Il venait d'être traversé par des sueurs froides. Le ministre enleva sa cape et la plia sur une chaise, puis s'assit en prenant garde de ne pas abîmer le pli de son pantalon vert bouteille.

- Harry, je me présente, je suis Cornélius Fudge, ministre de la Magie.

La première impression officielle que Harry eut de cet homme fut indubitablement mauvaise. Le garçon ne l'avait-il pas salué par son titre à peine deux minutes plus tôt ? Fudge le prenait-il pour un imbécile ou était-ce lui qui était un peu niais ? Harry décida de jouer au même jeu. Après tout, cela ne pouvait pas aggraver son cas.

- Je m'appelle Harry Potter, se présenta à son tour le garçon.

Le regard de Fudge se fit irrité un court instant, avant de reprendre leur bonne humeur. Tom revint avec un plateau sur lequel étaient posés deux tasses, une théière, du beurre et des petits pains. Il posa le plateau sur la nappe et repartit aussitôt.

- Eh bien, dit Fudge en versant le thé dans les tasses, on peut dire que tu nous a fait une belle peur ! S'enfuir ainsi de chez ton oncle et ta tante. Je commençais à me demander… Enfin ! Tu es sain et sauf, c'est l'essentiel.

Fudge se beurra généreusement un petit pain et poussa l'assiette vers Harry, qui leva vers lui des yeux étonnés, sans faire un effort pour se servir. Plus Fudge avait l'air amical, plus cela inquiétait Harry. D'autant que les non-dits étaient plus intéressants que les paroles du minitre de la magie.

- Mange, tu as l'air exténué.

Fudge était définitivement un mauvais manipulateur. N'importe qui voyant Harry aurait vu d'un coup d’œil qu'il n'y avait en lui aucune trace de fatigue. Il était un demi-vampire, après tout, même si cela ne se savait pas... Voyant que le garçon n'esquissait pas le moindre geste pour se nourrir, le ministre soupira de façon, selon lui, discrète.

- Tu seras sans doute heureux d'apprendre que nous avons mis un terme au sortilège ayant frappé Miss Dursley. Deux représentants du Département de Réparation des Accidents de Sorcellerie ont été envoyés à Privet Drive il y a quelques heures. Miss Dursley ne gardera aucun souvenir de l'incident, qui est donc définitivement clos.

Fudge souriait d'une oreille à l'autre, ce qui était définitivement étrange. Il n'aurait pas dû être si heureux de rapporter cet événement en personne à un simple sorcier de premier cycle. Harry eut l'impression qu'il lui manquait une information qui lui permettrait d'assembler toutes les pièces de cet étrange puzzle. Mais en attendant...

- Et… comme punition ? interrogea-t-il prudemment.

- Punition ? répéta le ministre entre deux bouchées de petit pain.

Le ton de Fudge s'était voulu décontracté, mais il avait mal dissimulé la légère tension de son corps. Que cachait-il qu'il refusait de dire à Harry ? Ce dernier n'était pas particulièrement intéressé de le découvrir, mais sa curiosité était piquée.

- Oui. J'ai fait de la magie chez des Moldus. Même si c'était accidentel. Elle avait un peu bu… et elle a commencé à raconter n'importe quoi sur mes parents…

- Bref, tu t'es mis en colère, coupa Fudge avec une indulgence qui sonnait faux. Chez les jeunes sorciers, il arrive… hem ! assez fréquemment, je dois le reconnaître, qu'une émotion forte déclenche une… Comment dire ? Poussée de magie incontrôlée. Ce n'était qu'un accident. Rien de plus qu'un malheureux accident qui n'a causé aucun dommage irréparable.

- L'année dernière, objecta Harry, sceptique, j'ai reçu un avertissement parce qu'un elfe de maison avait jeté un gâteau par terre dans la cuisine de mon oncle. Le ministère a bien dit que je serais renvoyé si un autre phénomène magique se produisait chez mon oncle.

- Les circonstances peuvent changer, Harry, répondit Fudge, soudain mal à l'aise. Nous devons prendre en considération… dans le climat actuel… Tu n'as pas CHERCHÉ à être renvoyé ?

- Non, évidemment, confirma le garçon qui eut la sensation d'avoir effleuré du bout des doigts la pièce manquante du puzzle.

- Bon. Dans ce cas… Pourquoi faire tant d'histoires ? dit Fudge en riant, tandis que Harry le regardait avec des yeux ronds derrière ses lunettes. Ton oncle et ta tante ont été d'accord, au fait, pour te reprendre chez eux l'été prochain, à condition que tu restes à Poudlard pour toutes les autres vacances. Je suppose qu'un peu d'éloignement favorisera le rapprochement futur...

- Bien sûr, dit ironiquement Harry tandis qu'il essayait de remettre de l'ordre dans ses idées. Pour ce qui est des vacances, que mon oncle et ma tante ne se fassent aucun souci. Mon emploi du temps se fera plus chargé cette année. Je passerais probablement mes vacances à travailler.

- Ah ? Alors tout va bien. Je vais demander à Tom si jamais il a une chambre de libre pour toi.

Fudge sortit et Harry se mit à réfléchir. La seule raison qui, selon lui, pouvait pousser le ministre de la magie lui-même à se déplacer pour une simple affaire d'usage non-autorisée de la magie chez un sorcier de premier cycle, était si cela avait un lien quelconque avec un événement récent. Or, le seul événement récent pouvant expliquer ce fait était l'évasion de Sirius Black. Mais dans ce cas, quel était le lien entre Harry et lui ? Et pourquoi lui était-il aussi familier ? Que le survivant ait un mangemort aux trousses… Il suffisait déjà d'avoir Lucius Malefoy après lui. La libération de son elfe de maison, Dobby, ne lui avait visiblement pas plu. Drago serait très probablement encore plus insupportable que d'ordinaire. Finalement, Harry avait été fort bien, quoique involontairement, renseigné. Dumbledore devait, d'une façon ou d'une autre, être impliquée dans cette soudaine indulgence. D'autant que Fudge, malgré ses tentatives, n'était pas parvenu à effacer son irritation et son agacement. Probablement à propos du fait qu'il s'était fait forcer la main... Harry ne s'imaginait pas Fudge tenir tête au grand Albus Dumbledore, tout ministre de la magie qu'il fût. Fudge revint finalement, accompagné de Tom.

- La chambre 11 est libre, Harry. Je pense que tu y seras très bien. Il y a juste une règle à observer durant ton séjour, je suis sûr que tu la comprendras très bien : je ne veux pas que tu ailles te promener à Londres du côté moldu, d'accord ? Reste sur le Chemin de Traverse. Et rentre toujours ici avant la tombée du jour. Je confie à Tom le soin de te surveiller.

- C'est entendu, mais pourquoi toutes ces précautions ?

- On ne veut pas te perdre une deuxième fois, tu comprends ? dit Fudge en riant. Il vaut mieux savoir où tu te trouves… Hem ! Hem ! Bon, je m'en vais, j'ai beaucoup de choses à faire.

- Vous avez réussi à repérer Sirius Black ? interrogea Harry, qui voyait chacune de ses suppositions confirmée par les non-dits de Fudge.

Les doigts du ministre glissèrent sur les boutons d'argent de sa cape et une grande pâleur se répandit sur son visage. Il n'avait pas prévu d'aborder le sujet, ce qui laissait supposer une réponse négative.

- Hein ? Euh… Ah oui, tu en as entendu parler… Non, pour l'instant, on ne sait pas où il est, mais c'est juste une question de temps, tu sais. Les gardiens d'Azkaban n'ont jamais connu d'échec. Ils le retrouveront. C'est certain.

Avec un petit frisson, Fudge salua Tom et Harry avant de quitter le pub. Le dhampire ne prit même pas la peine de se féliciter de ses hypothèses correctes. Le ministre était trop facilement déchiffrable, cela pourrait s'avérer dangereux pour le monde de la magie. Quiconque doué en politique serait en mesure de le manipuler à sa guise.

- Si vous voulez bien me suivre, Mr Potter, dit le patron. J'ai déjà monté vos bagages.

Harry suivit donc Tom dans un élégant escalier puis jusqu'à une porte portant une plaque de cuivre brillant gravé du numéro 11. Deux tours de clef plus tard, Harry entrait dans une petite chambre élégamment meublée d'un lit confortable, d'une table et de deux chaises soigneusement cirées,d'une poubelle et d'une haute armoire à glace. Quelqu'un était déjà présent dans les lieux.

- Skrêêk !

- Hedwige ?

La chouette claqua du bec et vint se poser sur l'épaule de son maître en ébouriffant ses plumes. Elle était de très bonne humeur, ce qui reflétait l'état d'esprit de Harry. Non seulement le garçon n'était pas sanctionné pour le petit incident, mais en plus il allait bénéficier de trois semaines sur le chemin de traverse. Il allait pouvoir faire ses achats la journée et étudier la nuit...

- Vous avez une chouette très intelligente, gloussa Tom. Elle est arrivée cinq minutes après vous. Si vous avez besoin de quelque chose, Mr. Potter, n'hésitez pas à m'appeler.

Après son départ, Harry resta un moment sur son lit tandis que sa chouette voletait dans la chambre avec entrain. Dehors, la petite lueur rose du jour naissant grandissait et s'étendait à tout le ciel, chassant les dernières étoiles. Les choses se présentaient assez bien. Une seule question se posait, cependant : devait-il faire semblant de dormir pendant quelques heures ? La réponse fut un non immédiat et catégorique. Il avait assez perdu de temps durant ses vacances et avait bien l'intention d'y remédier...

Commentaire de l'auteur Voilà, ce sera tout pour aujourd'hui.

Pour en revenir à ce que je disais, je vais doucement recommencer à écrire mes fictions. Pour la petite info, il y a un chapitre de Burakumin et un chapitre de Blood and Legacy qui sont presque terminés.

Le prochain sera donc le Kitsune, que j'ai délaissé depuis plusieurs mois.

A présent, s'il y a des commentaires et des rewiews...
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales