Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • My boss and I (Mon patron et moi)
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : érotique - romance
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • La journée avait bien commencé
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 2 000 - 4 700 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 15/07/2020
  • Romance paranormale
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance - fantastique
    Délai de soumission : 24/12/2020
  • Repas de famille
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 5 000 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/07/2020
  • Des Astres humains
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 01/09/2020
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire 2021
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 600 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Une fumée épaisse recouvrait le village
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : < 3 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/06/2020
  • Ado et jeunes adultes
    Marathon Editions
    Nb de signes : > 350 000 sec
    Genre : enquête - suspense - young adult - réaliste - thriller - policier - noir
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Célibataire sans enfant
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2020
  • Halloween
    Les Éditions Octoquill
    Nb de signes : 200 000 - 400 000 sec
    Genre : épouvante - bit-lit - fantastique
    Délai de soumission : 30/06/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 569 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Livres-Romans

 > 

Eragon

Fiction du T4
[Histoire Terminée]
Auteur: Ombe Vue: 6797
[Publiée le: 2011-12-19]    [Mise à Jour: 2012-07-27]
13+  Signaler Action-Aventure/Heroic Fantasy/Amitié Commentaires : 48
Description:
Eragon vient de perdre ses maîtres et doit se débrouiller seul avec les Vardens pour vaincre le roi tyran.
De plus, Murtagh est toujours un prisonnier sans chaîne. Il sait comment se libérer, mais parviendra-t-il à changer son vrai nom ?
Leur rencontre avec une jeune femme nommée Sarah va-t-elle changer leurs destins à tous deux ?
Crédits:
La plupart des personnages sont de Paolini, mais certains sont de moi ou tirés de légendes.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 3 : Luce

[2504 mots]
Publié le: 2011-12-24Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Voilà,des informations sur le passé de Sarah qui pourraient vous intéresser.

Chapitre 3 : Luce

 

Le lendemain matin, Sarah se réveilla une demi-heure avant l’aube. Elle s’habilla rapidement et mit sa cape de voyage après avoir passé son sac en bandoulière. Elle sortit et parcourut le campement vide en silence. Elle se rendit aux cuisines et récupéra un peu de provisions pour le voyage. Elle se rendit alors à la porte Nord, le soleil se levait à peine lorsqu’elle arriva. Seul Arya était présente. Elle dit lorsque Sarah arriva à sa hauteur :

 

-          Comme par hasard, c’est encore Eragon qu’on attend.

-          Vous voyagez souvent ensemble ?

-          Non, pas vraiment. Mais il est toujours en retard.

-          Qui est en retard ? lança une voix derrière elles.

 

Elles se retournèrent et le virent arriver et poser un sac sur le sol. Saphira atterrit à côté de lui et il ajouta, amusé :

 

-          Je ne suis pas en retard, on avait dit à l’aube. C’est vous qui êtes en avance. Nuance.

-          C’est vrai, concéda Sarah.

 

Eragon sourit, mais Arya n’admit pas qu’il avait raison. Elle plaça plutôt son sac sur la selle de Saphira. Eragon fit de même, et Sarah garda son sac avec elle. Le jeune homme monta, Arya suivit et enfin Sarah, avec un peu de difficulté. Une fois ses trois passagers sur le dos, la dragonne saphir décolla. Sarah se crispa lors du décollage, elle n’avait pas-du-tout confiance quant à cette expérience. Eragon, qui était derrière elle et devant Arya, lui dit :

 

-          Ne t’inquiète pas, Saphira te rattrapera au vol si tu tombes.

-          Très rassurant assurément, répliqua-t-elle.

-          Je croyais que tu avais confiance en les dragons, cria Arya par-dessus le vent déplacé par les ailes de la dragonne.

-          En Doran oui. Je ne connais pas Saphira. Et je n’ai jamais volé de ma vie.

-          Tu t’y feras très vite, dit Eragon d’un ton rassurant. Tu as d’ailleurs de la chance, mon premier vol s’est passé sans selle et n’a pas était une partie de plaisir.

-          Que s’est-il passé ? demanda avidement l’elfe.

-          Disons que… J’ai démontré que les écailles de dragon sont plus aiguisées que des rasoirs. Je n’avais presque plus de peau sur les jambes. Après Saphira a dû me forcer à remonter sur son dos.

-          Ça a du faire mal, grimaça Sarah.

 

Le jeune demi-elfe sourit et ajouta :

 

-          Tu vois, tu es déjà plus détendue. Profitez du paysage, on sera en vol jusqu’à la nuit.

-          Combien de temps prendra le voyage ?

-          Je ne sais pas, quelques jours, tout dépend de la météo et de l’endurance de Saphira. De toute façon les funérailles sont dans une semaine. Nous allons longer la Crête pour plus de sécurité, ce qui nous fait faire un léger détour. Au mieux, nous serons arrivés dans quatre jours à la tombée du jour.

 

Les deux jeunes femmes acquiescèrent et ils profitèrent du paysage le reste de la journée. Au soir, ils se posèrent dans une clairière sur la Crête. Eragon descendit d’un bon du dos de Saphira et aida Arya et Sarah. Elles avaient les jambes légèrement flageolantes après avoir passé autant de temps en selle. Sarah partit chercher du bois pendant que les deux autres montaient le camp. Lorsqu’elle revint, elle posa le bois dans l’espace qu’avait dégagé Eragon et utilisa sa magie pour l’allumer. À ce moment, Eragon demanda :

 

-          Qu’est-ce que tu viens de dire ?

-          Comment ça ?

-          Le sort que tu as utilisé, ce n’était pas Brisingr.

-          Bien sûr que non, je ne connais même pas le mot que tu as dit.

-          Mais dans ton livre, les sorts sont en ancien langage.

-          Euh… Non, c’est le langage de l’ancien culte, dit Sarah qui n’y comprenait rien.

 

Elle sortit son livre et l’ouvrit. Elle le posa au sol et les pages se tournèrent seules jusqu’à une page. Elle montra à Eragon :

 

-          Tu vois ? C’est ce sort.

-          C’est ce que je dis, c’est marqué en ancien langage.

-          Mais non, c’est la langue de l’ancien culte. Tu dois avoir des problèmes de visions.

-          Je ne crois pas, intervint Arya.

 

Elle s’approcha alors que les deux autres se taisaient. Elle prit le livre et Sarah vit au changement de main que les caractères changeaient et que d’autres mots se formaient. Arya ajouta :

 

-          Je pense que l’écriture et la langue s’adaptent au type de magie qu’utiliser le lecteur. Toi, tu y vois ta langue et nous, nous y voyons l’ancien langage.

 

Sarah reprit son livre et les caractères redevinrent normaux. Elle dit :

 

-          Merlin me l’a donné pour que je puisse apprendre la magie, je ne pensais pas qu’il était aussi magique.

-          Qu’est-ce que l’ancien culte ? demanda Eragon.

-          La magie. C’est comme cela qu’on l’appelle. Les créatures de l’ancien culte sont rares de nos jours. Merlin en est une. Tous ceux qui ont des dons sont des créatures de l’ancien culte.

-          Comment se fait-il que le livre réponde à ta volonté ? demanda Arya.

-          Oh ! ça, c’est juste que je parviens à bouger les objets avec mon esprit donc je tourne les pages jusqu’au sort qui m’intéresse. C’est la méthode des fainéants pour éviter de chercher une page, ajouta-t-elle avec un sourire amusé.

 

Arya hocha la tête avant de s’asseoir et de poser une marmite sur le feu. Sarah soupira avant de se poser aussi, suivit rapidement par Eragon. Elle les laissa faire la nourriture et poursuivit sa lecture. Elle avait ce livre depuis longtemps, mais elle n’en connaissait pas encore tous les secrets. Mais là, elle cherchait un sort bien précis, celui servant à déplacer un objet inconnu d’un point inconnu vers soit, autant dire une chose difficile à réaliser.

Ils mangèrent rapidement et Sarah se proposa pour le premier tour de garde. Eragon allait protester, mais elle dit :

 

-          De toute façon, je ne dors jamais beaucoup, il vaut mieux que je monte la garde.

-          Pourquoi ne dors-tu pas ? questionna Arya.

-          Mauvais rêves, je n’arrive jamais à me rendormir et je reste éveillée toute la nuit. Allez vous coucher, je vous réveillerez s’il y a un problème.

-          Très bien, concéda Eragon. Réveilles-moi dans trois heures.

 

Sarah hocha la tête avant de regarder Arya, elle semblait se méfier d’elle. Mais l’elfe finit par se coucher à son tour. Sarah planta son épée dans le sol et s’assit en tailleur, posant son livre ouvert sur ses jambes. Elle tendait toujours l’oreille aux bruits extérieurs tout en étudiant les divers sorts pouvant lui servir. Trois heures plus tard, elle réveilla Eragon et partit se coucher.

 

Deux enfants de dix ans jouaient dans les rues d’une ville devant un grand château. Elles se couraient après en tenant des buts de bois avec lesquels elle se battaient. Soudain, un chevalier se plaça entre elles et attrapa celle aux cheveux bruns. Elle voulut partir mais il la fit monter sur son cheval. Elle lança :

-          Laisse-moi jouer Gauvain.

-          Sarah, vous savez très bien que vous ne pouvez quitter les murs du château.

-          Mais, Luce ne peut pas venir au château avec nous ?

-          Désolé, les ordres du roi sont clairs.

La jeune fille baissa la tête avant de donner un coup dans le bas ventre du garde et de sauter du cheval. Elle saisit son amie par le bras et elles coururent dans les ruelles, fuyant les gardes. Elles riaient en courant, elles connaissaient si bien ce lieu.

Elles se réfugièrent dans la maison que Luce partageait avec son grand frère. Une fois à l’intérieur, elles éclatèrent de rire et se reposèrent un moment. Mais les gardes connaissaient la maison et vinrent bientôt frapper à la porte. Elles s’enfuirent par la porte de derrière et grimpèrent les rues jusqu’à la forge. Elles s’installèrent sur le toit et Sarah dit :

-          J’aimerais tellement être à ta place. Tu n’as pas à assister à des conseils et des banquets plus ennuyeux les uns que les autres et tu es libre de faire ce que tu veux.

-          Et moi alors ! Tu as tout pour toi.

Sarah haussa les épaules. Luce quant à elle semblait réfléchir. Elle finit par dire, timidement :

-          Et si nous échangions nos places.

-          Ne raconte pas d’idioties, tu ne me ressemble pas.

Effectivement, l’enfant avait les cheveux blonds et les yeux bleus. Elle était aussi plus pâle et maigre que Sarah. Mais elle dit :

-          Il y a un moyen. Tu sais, la magie.

-          Luce ! Tu sais bien que si tu fais cela, tu risques de te faire prendre.

-          Pas si nous jouons bien le jeu. Tu me dis juste ton programme de la journée et de demain et nous n’aurons plus qu’à échanger d’identité. Nous sommes tellement amies qu’ils ne remarqueront pas la différence.

-          Tu dois avoir raison. Allons dans la forêt.

Elles sautèrent du toit et foncèrent en direction de la forêt. Elles se cachèrent entre des pierres et Luce sortit de sa poche des objets magiques. Elles s’assirent l’une en face de l’autre et se tinrent les mains. Luce se mit alors à réciter une formule magique. Il y eut un flash de lumière et elles s’évanouirent.

Lorsque Luce se réveilla, elle était dans une chambre du palais. Une personne entra et la servante dit :

-          Princesse Sarah, vous êtes enfin debout. Cette sale sorcière ne vous a pas fait de mal au moins.

-          Quelle sorcière ?

-          Celle qui prétendait être votre amie, Luce. On l’a trouvé debout à côté de vous avec un objet magique à la main. Elle allait les cacher ou les jeter lorsque les gardes sont arrivés. Elle est enfermée dans les cachots.

-          Quoi !

Luce se leva et se précipita au dehors, mais la servante l’arrêta et dit :

-          Vous devriez vous habillez d’abord.

La jeune fille remarqua qu’elle portait une chemise de nuit. Elle accepta et s’habilla rapidement. Elle descendit ensuite les escaliers avec la servante et se rendit dans les cachots. Elle trouva Sarah, sous son apparence enfermée dans une cellule. Les gardes ouvrirent et les lassèrent seules. Sarah dit aussitôt :

-          Luce, ils me prennent pour toi et inversement. Ils comptent m’exécuter demain.

-          Non, on ne peut laisser cela se produire. Je vais annuler la permutation et tu seras libre.

-          Oui, mais tu finirais sur le bucher. Je ne veux pas de ça.

-          Mais…

-          Ecoute, prends ma place. Devient la princesse, pour moi, s’il te plait. Je t’en conjure.

-          Sarah.

La jeune fille avait les larmes aux yeux. Mais la princesse secoua la tête et la serra dans ses bras.

-          Vit pour moi Luce, tu es ma seule amie.

-          Il doit y avoir un moyen.

-          Non, il n’y en a aucun. Va maintenant.

Luce regarda son amie sourire doucement et hocha la tête. Elle sortit en séchant ses larmes et remonta dans sa chambre.

Le lendemain matin à l’aube, elle observa depuis la fenêtre son amie monter sur le bucher, des larmes coulaient sur son visage. Elle était tentée de lancer un sort pour que Sarah survive et puisse s’enfuir, mais elle n’en eut pas le courage. Surtout que la servante l’observait. Le bourreau alluma le feu et Luce entendit Sarah hurler de douleur.

 

Elle se réveilla en sursaut dans la clairière en se tenant la tête entre les mains. Des larmes coulaient sur ses joues. Elle faisait se rêve presque toutes les nuits. C’était de sa faute, c’était elle qui avait proposé cette idée à Sarah. Elle laissa les larmes couler sur ses joues alors que quelqu’un s’approchait d’elle. Elle sentit une main se poser sur son épaule et vit Arya. Cette dernière demanda :

 

-          Qu’est-ce que tu as ?

-          Un mauvais rêve, rien d’autre.

 

Arya la regarda d’un œil suspicieux mais finit par la laisser, elle n’avait pas confiance en Sarah. Elle dit juste :

 

-          Tu devrais te rendormir, nous avons une longue route demain.

-          Je ne pense pas pouvoir dormir.

 

Sarah s’assit et essuya ses larmes avant de prendre son livre. Arya l’observa un moment avant d’aller se rasseoir près du feu. Elle demanda au bout d’un moment :

 

-          Qu’est-ce qui peut te bouleverser à ce point ?

-          Rien, je te l’ai dit, c’est juste un cauchemar.

-          Je ne te crois pas.

 

Sarah tourna la tête vers elle et vit qu’elle ne lâcherait pas l’affaire. Elle finit par dire :

 

-          Lorsque j’étais petite, j’avais une amie. Un jour, j’ai utilisé la magie et elle s’est fait prendre à ma place. J’ai voulu la protéger en disant que c’était moi qui avais lancé le sort, mais elle me l’a interdit. Elle est morte, par ma faute. Je ne me le pardonnerais jamais. Toutes les nuits je revois cette journée en rêve. J’aurais dû me dénoncer, j’aurais dû aller au bucher à sa place.

 

Arya voyait bien que cela emplissait Sarah de remord. Elle en perdait même le sommeil. L’elfe s’adoucit et dit :

 

-          J’étais chargée de transporter l’œuf de Saphira des Vardens jusqu’aux elfes. Mais, mes compagnons sommes tombés dans une embuscade, ils sont tous les deux morts pour me protéger. J’ai réussi à m’enfuir assez longtemps pour mettre Saphira à l’abri. Je me disais que je ne me remettrais pas de leur mort et cela me hanta durant mon emprisonnement. Mais, j’ai fini par les laisser aller. Tu dois faire de même. Laisse-la partir, tu te sentiras mieux.

Sarah ne répondit rien. Laisser aller, elle avait bien essayé. Mais elle avait repensé à son amie chaque jour où elle avait usurpé son identité. Elle ne pouvait se défaire de son amie. Elle murmura néanmoins :

 

-          Merci Arya.

 

L’elfe hocha la tête. Sarah reprit sa lecture, ravivant le feu quand elle manquait de lumière.

L’aube pointa finalement et Eragon se réveilla. Il trouva les deux femmes déjà réveillées, Sarah préparant le repas et Arya assise en position de méditation. Il se leva et Sarah le salua d’un air joyeux, il n’y avait plus aucune trace de ses larmes sur ses joues.

Ils mangèrent en silence avant de reprendre la route des airs.

Commentaire de l'auteur J'attends vos commentaires avec impatience.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales