Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Films-Séries TV

 > 

X-Men

X-men: Continuum
[Histoire Terminée]
Auteur: Abie Vue: 16396
[Publiée le: 2011-09-12]    [Mise à Jour: 2013-03-04]
13+  Signaler Action-Aventure/Science-Fiction/Surnaturel Commentaires : 39
Description:
Cinq années se sont écoulées depuis ''la bataille finale''...
Tornade est à la tête de l'école Xavier et le monde s'est plus ou moins remis de la présence des mutants. Logan, Tornade, Kitty, Bobby, Warren et Malicia sont les nouveaux X-Men. Mais une nouvelle va venir bouleverser leur vie maintenant parfaitement calme.
Crédits:
Les personnages sont ceux de X-men et d'autres sont à moi!

JE VAIS ETRE PUBLIEE !!! allez voir ma page fb pour en savoir plus : https://www.facebook.com/amandineweber.auteure?ref=hl
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Réveil

[1733 mots]
Publié le: 2013-01-05Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Désolée pour le temps que j'ai mis à mettre la suite... comme le titre l'indique... Angélique va reprendre connaissance.
Bonne lecture

 

 

 

 

    Il y avait quelque chose qu’elle devait faire.

De cela, elle était certaine. Mais quoi ? Là était toute la question. Et puis finalement, pourquoi y réfléchir ? Elle n’avait pas envie. Mais pas du tout.

Puis, à défaut de sensation, se furent des souvenirs qui s’assaillirent.

De la douleur.

Non, de la souffrance.

Ce n’était même plus de la souffrance en réalité. Ce qu’elle avait ressenti était au dessus des mots. Elle se souvenait d’avoir rêvé de cette horreur. Mais finalement le rêve avait été en dessous de la réalité.

Puis une question lui traversa l’esprit. Etait-elle morte ?

Si elle se posait la question, c’était que la réponse était négative non ?

Mais si elle n’était pas morte, comment expliquer qu’elle ne sentait plus rien ? Pas même la douleur.

Elle retrouva la sensation qu’elle avait eu avant que tout ne disparaisse… son cœur, elle avait senti chaque battement douloureux de son cœur qui luttait pour la maintenant en vie pendant que ces satanés bestioles la rongeaient partout, à chaque seconde, sans interruption.

Mais qui était-elle ? A force de se souvenir de la douleur, cette question finit par lui traverser l’esprit aussi.

Au bout de ce qui lui sembla être des heures, elle se souvint de tout.

Angélique.

Puis d’autres noms lui traversèrent l’esprit… et les souvenirs affluèrent en même temps que la sensation de sentir son corps. Elle entendit la voix du professeur. Elle le vit apparaître devant lui. Il marchait dans un magnifique costume blanc. La pièce où elle se trouvait ne comptait ni de sol ni de mur… tout était dans l’obscurité la plus profonde. Pourtant, elle discernait parfaitement ce qui l’entourait… même si rien ne l’entourait. Mais elle ne s’étonna pas de cela. Soudain, auréolé de lumière radieuse mais non éblouissante, Angélique vit Charles s’approcher d’elle.

- Professeur ? S’étonna Angélique en fronçant les sourcils. Mais que faites-vous ici ? Et… depuis quand marchez-vous ?

- Angélique ! Lui sourit-il, j’ai eu beaucoup de difficulté à te retrouver.

- Et bien je suis là, sourit-elle. Où vouliez-vous que je sois ?

- Angélique… sais-tu où nous sommes ?

La jeune femme regarda autour d’elle et se tut quelques instants avant de regarder de nouveau le professeur qui s’était arrêté à quelques pas en face d’elle. La jeune femme, assise dans le… dans les airs haussa les épaules en souriant.

- Je n’en ai pas la moindre idée.

- Angélique, tu te perds dans son inconscient.

- Ha oui ? Demanda-t-elle, neutre.

Charles soupira. C’était ce qu’il craignait. Elle se perdait.

- Angélique, s’il te plaît, trouve-nous un lieu plus… commode, pour discuter.

La jeune femme soupira et fit mine de se lever. A l’instant où elle allait poser les pieds sur le sol – qui n’existait pourtant pas – le paysage changea et ils se retrouvèrent dans un jardin à l’anglaise. Le professeur fronça de nouveaux les sourcils. Angélique se tourna vers lui. Elle portait une magnifique robe blanche, longue, immaculée et ses longs cheveux noirs et bouclés tombaient en cascade sur sa taille fine. Elle caressait les hautes herbes en les effleurant.

- Savez-vous où nous sommes ? Demanda-t-elle.

- Non.

- Nous sommes dans le jardin du petit Trianon, à Versailles.

Elle lui montra en effet un bâtiment à une centaine de mètre sur sa droite et à gauche de la jeune femme. Pieds nus, elle n’écrasait pas les herbes qu’elle foulait. Il la laissa marcher quelques instants au bord du petit cours d’eau.

- Angélique, que faisons-nous ici ?

- C’est vous qui avez voulu un autre lieu pour discuter.

- Angélique ! Il lui fit face et la prit par les épaules. Il faut que tu te réveilles. C’est terminé maintenant ! Tu n’as plus rien à craindre.

Elle scruta son regard une seconde puis éclata de rire.

- Bien essayé Docteur, je ne sais pas comment vous avez réussi mais bravo. Non, laissez tombé. Je ne me ferai pas avoir. Vous m’avez faite assez souffrir, je préfère l’inconscience. Au moins ici, je ne souffre pas… et peut-être que je finirai par mourir ! Allez, retournez à vos petites expérimentations sur ma personne et laissez-moi en paix !

Il tenta de la suivre puis de la convaincre mais rien n’y fit.

 

    Les mains sur les tempes d’Angélique, Charles rouvrit les yeux et soupira profondément. Logan tenait toujours la main de la jeune femme inconsciente que Kitty avait reliée à un respirateur artificiel, à plusieurs machines pour surveiller ses constantes mais aussi pour la maintenir en vie. Kitty, Tornade et Raven attendaient des nouvelles et fixaient avec inquiétude le professeur qui émergeait d’une transe de plusieurs heures.

- Alors ? Demanda en premier Logan.

- Je l’ai enfin trouvée.

Il y eut un soulagement instantané.

- Mais… pourquoi ne se réveille-t-elle pas ? S’étonna Tornade en s’approchant.

- Elle est perdue. Elle sait qui elle est, c’est déjà ça mais elle est persuadée que je suis Iakov Ligor… j’ai essayé de la convaincre mais rien n’y a fait.

Cela faisait plus de trois semaines maintenant qu’ils avaient retrouvé Angélique et qu’ils étaient de retour à l’école. Amélie venait la voir tous les jours et elle ne comprenait pas pourquoi sa sœur ne se réveillait pas. Mais la bonne nouvelle – si c’en était une – était qu’Angélique s’était enfin soignée seule. Logan n’avait plus trouvé depuis deux semaines la moindre cicatrice sur le corps d’Angélique. Pour Kitty, il n’y avait aucune raison pour qu’Angélique ne se réveille pas. Le professeur était donc entré en action. Il avait découvert que la mutante française s’était réfugiée derrière une puissante barrière mentale. Il lui avait fallu plus de dix jours pour la traverser. Et depuis trois jours, il la cherchait dans son âme. Aujourd’hui, il l’avait trouvée.

Et il avait conscience qu’il entrait seulement dans la phase la plus compliquée. Il lui fallait reconstruire Angélique et qu’elle puisse faire la paix avec elle-même et avec son corps.

- Je retournerai la voir demain… pour le moment, je ne peux rien faire de plus et il faut que je me repose.

Sans rien ajouter, il quitta la pièce.

Logan reprit la main de la jeune femme puis demanda à Kitty :

- Tu penses qu’elle va se réveiller ?

L’étudiante en médecine s’arrêta et posa une main compatissante que l’épaule de Wolverine qui la regarda, triste.

- Oui, je pense que s’il y a une personne au monde qui peut survivre à ce qu’elle a vécu c’est bien elle. Elle a surmonté le plus difficile… laisse-lui un peu de temps pour se remettre.

- Tu as sans doute raison.

- Je pense que beaucoup de personne sorte du coma. Et là, le professeur va l’aider. Angélique va s’en sortir, tu verras.

- Merci Kitty.

- Ne me remercie pas, c’est ce que je pense.

Pendant une semaine, les jours ressemblèrent à celui-ci. Charles arrivait après le déjeuner et il passait presque quatre heures avec Angélique, dans les limbes de son cerveau torturé avant de se retirer, épuisé. Cependant, il affirmait faire des progrès. Mais ce fut finalement d’elle-même qu’Angélique reprit connaissance.

Au milieu de la nuit, la jeune femme ouvrit les yeux. Paniquée, elle se mit à tousser. Comprenant qu’elle avait un tube dans la gorge, elle tâta son visage dans le noir puis le retira d’un mouvement lent et tremblant, ce qui la fit tousser. Elle fronça les sourcils, se demandant où elle pouvait bien être puis alluma les lumières d’un haussement de sourcils. Elle appréciait le contrôle de l’électricité. Elle avait d’ailleurs presque réussi à s’échapper grâce à lui. Ces imbéciles à Wendacorp l’avaient gorgée de tellement de mutations différentes avant de la mettre dans la cuve qu’elle ne les connaissait pas toutes. Ce qui pouvait être dangereux, elle en convenait. Mais pour le moment, ce n’était guère ce qui lui importait.

Pourquoi s’était-elle réveillée d’ailleurs ? Elle fit la grimace. Pourquoi maintenant ?

Elle se souvenait avoir presque réussi à s’enfuir mais ils l’avaient rattrapée en lui injectant plusieurs seringues d’antimutant dans le cœur. Oui ça l’avait calmée mais pas longtemps car plus elle en recevait souvent, plus son corps s’y était habitué et plus rapidement elle retrouvait ses dons… sauf que cette fois là, le Docteur en avait sans doute eu assez de ses révoltes et il l’avait mise dans la cuve dévorante.

Elle avait beaucoup moins ri.

Elle frissonnait encore rien que de songer à cette douleur… elle portait une blouse d’hôpital. Elle n’était donc plus prisonnière de Wendacorp. Hum… alors qu’elle détachait méthodiquement les ventouses, sparadraps ou élasto, seringues qui reliaient son corps à des machines, elle comprit qu’elle était de retour à l’école. Elle sourit.

Oui, ces murs… elle était dans le sous-sol dans l’infirmerie de Kitty. Ce ne fut qu’à cet instant qu’elle vit que quelqu’un dormait à quelques pas de son lit dans un siège tout ce qui semblait de plus inconfortable.

Son sourire s’élargit.

James. Il était là pour elle. Il avait donc bien entendu son appel ! Et sa sœur ? Soudain inquiète, elle ferma les yeux et rechercha Melli par la pensée. Elle rouvrit les yeux quelques secondes après en poussant un soupir de soulagement. Amélie dormait, dans la chambre qu’elle occupait déjà à l’époque à ce qui lui semblait. Aussi silencieuse qu’un chat, la jeune femme s’approcha de l’éternel mutant et s’agenouilla devant lui. Elle posa délicatement sa main sur Logan qui ouvrit les yeux en tressaillant légèrement.

- James ? L’appela-t-elle doucement.

Angélique avait l’impression qu’elle ne l’avait vu depuis des siècles. Pourtant, lorsque ses yeux rencontrèrent les siens, c’était comme s’ils ne s’étaient jamais quittés.

- Angélique, murmura-t-il, la voix empreinte d’émotion et d’amour.

Une larme coula sur la joue de la jeune femme.

- Oui, je suis là.

- Ho merci ! Merci !

Des larmes coulèrent sur le visage de Logan, surprenant Angélique qui ne l’imaginait pas pleurer. Il la prit en même temps dans ses bras et la posa sur ses genoux pour la serrer fort contre lui.

- Je suis désolé Angélique, murmura-t-il. Pardonne-moi. J’ai agi comme un imbécile… tout est de ma faute.

Elle desserra vivement son étreinte et plongea son regard dans le sien, soudain sévère.

- Ce n’est pas de ta faute si j’ai été enlevée, souviens-toi que ça fait des années que je l’avais vu… mais pour le reste, ça fait longtemps que je t’ai pardonné. Ho James ! Tu m’as tellement manqué !

Prenant le visage en coupe de la jeune femme avec ses mains, James Logan, dit Wolverine, l’embrassa avec tendresse et passion.

 

 

 

 

 

 

Commentaire de l'auteur Je vous préviens, il ne reste que deux chapitres (je pense)
Des commentaires ? A bientôt
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales