Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Dans la ville
    Aleph-Écriture
    Nb de signes : 2 500 - 5 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/06/2019
  • Noir
    Noir d'Absinthe
    Nb de signes :
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2019
  • Torbalan #2
    Torbalan
    Nb de signes : 3 500 - 25 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 24/06/2019
  • Micro-édition à l'atelier
    Association Constellation
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : contemporain
    Délai de soumission : 31/12/2019
  • Faux-Semblants
    YBY Editions
    Nb de signes : 20 000 - 60 000 sec
    Genre : lgbt
    Délai de soumission : 29/09/2019
  • Amour, sexe et nourriture
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 3 500 - 8 000 sec
    Genre : érotique
    Délai de soumission : 21/05/2019
  • Prix Zadig de la nouvelle policière 2019
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : policier
    Délai de soumission : 30/08/2019
  • Roman inspirant
    INDIGRAPHE édition inspirante
    Nb de signes : 235 000 - 500 000 sec
    Genre : fiction - contemporain
    Délai de soumission : 31/12/2019
  • Revue Gaueko no 2
    Éditions Les ruminant-e-s
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - horreur - poésie - merveilleux
    Délai de soumission : 31/07/2019
  • Amours Surnaturelles
    L'Alsacienne Indépendante
    Nb de signes : < 90 000 sec
    Genre : paranormal - romance
    Délai de soumission : 30/10/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Films-Séries TV

 > 

Sue Thomas - L'oeil du F.B.I.

7 - Doudou, couche culotte et FBI
[Histoire Terminée]
Auteur: FandeSerie Vue: 5353
[Publiée le: 2006-05-26]    [Mise à Jour: 2006-05-26]
13+  Signaler Romance/Action-AventurePas de commentaire
Description:
Une week-end bien mouvementé pour notre cher Jack
Crédits:
Les personnages et les lieux sont la propriété de la PAX. Ce fanfic a pour but de divertir les fans de la série Sue Thomas, FBEye.

Il fait partie d
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

7 - Doudou, couche culotte et FBI (partie 6)

[5821 mots]
Publié le: 2006-05-26Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

 

Chambre de Jack

 

Il était minuit passés. Bobby avait dit à Jack de rejoindre Sue et Mackenzie dans sa chambre. Qu'il allait monter la garde et qu'il viendrait le chercher un peu plus tard dans la nuit.

 

Mackenzie ne dormait toujours pas. Elle était trop contente de voir son oncle Jack et le faites qu'il s'amuse avec elle avait chassé la fatigue.

 

Myles et Laverty dormaient déjà à point fermé. La journée avait été rude pour eux et les émotions fortes avaient été au rendez-vous pour une affaire qui aurait dû être banale.

 

Après quelques minutes, Sue et Jack avaient enfin réussi à endormir Mackenzie, envoûtée par l'histoire que venait de lui raconter Sue. Elle s'était laissé bercer par les bras de Sue. Jack observait la scène. Elles s'étaient magnifiques toutes les deux.

 

Sue s'avança et déposa Mackenzie dans son lit. Lorsqu'elle se redressa, elle sentit deux bras l'entourer. Jack s'était blotti contre elle. Elle prit ses mains et les reposa sur celles de Jack qui la tenait serré contre lui.

 

Ils restèrent un long moment ainsi, regardant l'image de ce petit être assoupi, si attendrissants. Jack déposa un léger baiser sur la joue de Sue. Elle se retourna pour lire sur les lèvres de Jack.

 

Sue : (+signant) On ferait bien de dormir un peu nous aussi !

Jack : (+signant) Tout à fait d'accord !

Sue : Et puis cette petite puce ne va pas non laisser de répit !

Jack : Dans la famille Hudson, on sait se faire remarquer !

 

Sue sourit.

 

Sue : J'au pu le constater en effet !

Jack : Qu'est-ce que vous insinuez  Mlle Thomas ?!

Sue : Rien du tout à part que je ne peux pas résister au charme naturel des Hudson.

 

Il lui sourit et l'embrassa. Le baiser fut tendre et très lent. Ils apprécièrent tout les deux le moment.

 

Sue passa les bras autour du coup de Jack et passa ses mains dans les cheveux de son partenaire. Jack avait resserré son étreinte.  Elle lui avait énormément manqué. Il avait besoin de la sentir contre lui.

 

Le baiser devint plus instant et plus profond. Aucun des deux ne souhaitaient rompre le contact comme si être ensemble était vital. Les mains de Jack commencèrent à parcourir le corps de Sue et trouvèrent rapidement le chemin de sa peau sous la chemise.

 

Sue s'écarta légèrement de lui et brisa le contact. Elle plongea son regard dans celui de Jack. Elle n'avait aucune envie de s'arrêter mais ils n'étaient pas seuls.

 

Sue : On n'est pas seul...

 

Jack ne la laissa finir sa phrase qu'il l'embrassait déjà dans le cou. Sue sourit tout en essayant d'échapper à ses baisers.

 

Jack : On sera discret...

Sue : Jack !!

 

Il se redressa et la regarda. Elle avait raison. Il y avait Mackenzie et Myles et compagnie à côté. Il ferma un instant les yeux puis la regarda de nouveau.

 

Jack : Tu as raison !

 

Mais ils restèrent dans les bras l'un de l'autre.

 

Jack : Et moi, qui rêvais d'un week-end tranquille tout les deux.

 

Sue lui sourit et déposa un léger baiser avant de s'écarter.  Jack resta un instant les yeux fermés pour apprécier au maximum le dernier baiser. Puis il ouvrit les yeux.

 

 

DIMANCHE

 

Le lendemain

Appartement de Jack

 

Sue et Jack dormaient blotti l'un contre l'autre. Ils avaient passé une partie de la nuit à veiller sur Mackenzie. Le jour laissait quelques rayons du soleil pénétrés dans la chambre.

 

Mais lorsqu'ils virent que Mackenzie dormait profondément, ils décidèrent à leur tour d'aller se coucher. Jack avait prêté un tee shirt et un caleçon à Sue pour qu'elle puisse dormir confortablement.

 

Lorsque Jack s'était couché, il n'avait pas pu s'empêcher de sourire. Il avait prit Sue dans ses bras en jetant un œil sur le petit lit de Mac. Il adorait ce tableau et ne pouvait s'empêcher de penser à ce que pourrait être sa vie avec Sue et un enfant. Il s'était endormi avec cette idée en tête.

 

Sue avait dormit nichée dans les bras de Jack. Elle commençait à s'y habituer et elle adorait cela.

 

Mackenzie aussi dormait à point fermé. Notre couple était couché dans le lit de Jack, quand une main vint se poser sur l'épaule de Jack.

 

Voix : Jack...Jack !

 

Jack ouvrit les yeux difficilement, ils leurs faillaient s'habituer à la lueur du jour qui entrait dans la chambre. Sue était encore endormie dans les bras de Jack alors que Levy regardait le couple allongé sur le lit.

 

Après quelques secondes, lorsque la lueur du jour n'éblouissait plus Jack, il reconnu la silhouette de Bobby, se tenant devant lui.

 

Jack : Bobby ?

Bobby : Debout mon vieux. Tu as du travail qui t'attend !

 

Jack se redressa lentement pour ne pas réveiller Sue. Il se glissa tout doucement hors du lit. Sue bougea légèrement mais ne se réveilla pas.

 

Jack : (gêné) Ca fait longtemps que tu nous observe ?

Bobby : Comme si j'avais que ça à faire !

 

Jack alla voir Mackenzie. Elle aussi dormait toujours à point fermé. IL rejoignit Bobby près de la porte et sortit accompagner Levy sur ses talons.

 

Jack : Qu'est ce que tu voulais ?

Bobby : Wallace a appelé sur ton portable.

 

Jack réfléchi quelques secondes avant de se rappeler qu'il avait laissé son téléphone portable dans sa veste, dans l'entrée, pour ne pas réveiller Mackenzie.

 

Jack : Désolé de t'avoir réveillé. Et qu'est-ce qu'elle voulait ?

Bobby : Elle a du nouveau. Il semblerait qu'Orwell est été localisé.

Jack : Et en ce qui vous concerne, toi, Myles et Laverty ?

Bobby : Elle nous a dit de rester caché jusqu'à l'arrestation d'Orwell.

Jack : D'accord ! La voiture noire est toujours là ?

Bobby : Oui. Wallace a dit qu'elle envoyait une équipe pour se poster dans la rue au besoin.

Jack : Bien.

 

Bobby fit volte face, laissant Jack devant la porte de la chambre.

 

Jack : Bobby !

 

Bobby se retourna en direction de Jack.

 

Jack : Est-ce que tu pourrais éviter de parler de ce que tu as vu dans la chambre au sujet de Sue et moi...

 

Bobby restait de marbre face à Jack qui essayait de se dépêtrer, il risquait d'avoir beaucoup de mal à ce que Bobby tienne sa langue.

 

Jack : Parce que tu sais comment peut-être Lucy et...

Bobby : Dans la chambre ? Quelle chambre ?

Jack : Merci !

Bobby : Mais ça vaudra un bon steak !

Jack : Un steak !

Bobby : Peut-être même deux si tu me cherche trop !

 

Bobby quitta Jack le sourire aux lèvres. Jack ne changerait jamais, toujours aussi inquiet pour Sue.

 

Chambre

 

Jack entra doucement sans faire de bruit. Il allait devoir réveiller Sue. Il devait les raccompagner à son appartement. Il s'approcha du lit et s'y assit doucement pour ne pas réveiller Sue trop brusquement.

 

Il la regarda un moment dormir. Elle était magnifique. Il repoussa légèrement une mèche de cheveux, puis il se penche et déposa un baiser sur la joue de la jeune femme.

 

Sue bougea légèrement et un sourire apparut sur son visage. Elle ouvrit lentement les yeux et rencontra ceux de Jack.

 

Jack : (chuchotant) Bonjour.

Sue : (chuchotant) Bonjour.

 

Sue s'étira dans le lit puis se redressa. Jack ne l'avait pas quitté des yeux. Elle regarda en direction du petit lit de Mackenzie, puis se tourna à nouveau vers Jack.

 

Sue : Elle dort toujours ?

Jack : Oui, une vraie petite marmotte.

 

Sue sourit. Il n'y avait pas à dire, Mackenzie était une enfant adorable. Elle faisait déjà des nuits complètes de plus de 8 heures.

 

Jack : Je dois retourner au bureau. Wallace a eu du nouveau. Je vais vous déposer Mac et toi à ton appartement avant d'y aller.

Sue : Et la voiture devant l'immeuble ?

Jack : Toujours là mais Wallace va envoyer une autre équipe pour la surveillance et pour seconder Bobby et Myles.

 

Sue n'était pas vraiment rassurer. Elle avait peur pour Bobby et Myles. Ils avaient échappé au pire.

 

Jack : Je pense que l'on peut faire confiance à Wallace. Elle ne refera pas la même erreur.

 

Sue lui fit signe de la tête. Il avait raison.

 

Sue : Je vais me préparer et après je m'occuperais de Mac...

Jack : Je vais le faire...

Sue : Tu devrais tout d'abord te préparer et aller régler les derniers détails avec Bobby.

Jack : Tu es sûre ?

Sue : Oui... et puis tu connais les filles ! On met toujours un certain temps à se préparer.

 

Elle se pencha et déposa un rapide baisé avant de se lever pour se préparer.

 

Bureau du FBI

 

Tara était la première à arriver au bureau. Elle avait passé la nuit à vérifier les fichiers des ordinateurs du bureau pour savoir qui y avait eu accès. Elle n'avait pas eu trop de mal à trouver la faille dans le système de sécurité puisqu'elle avait installé elle-même le pare feu de l'ordinateur.

 

Après quelques minutes, elle avait trouvé que l'ordinateur du chargé des dossiers avait été utilisé sans autorisation. Le dossier que Wallace avait eu en charge avait été modifié et changeait le niveau de sécurité de l'affaire.

 

Elle avait trouvé le code de l'agent qui avait fait cela et avait appelé Wallace pour lui en parler. Elles avaient décidé de se retrouver au bureau pour en parler plus tranquillement pendant que Wallace avait prévenu Jack et Demetrius.

 

Alors qu'elle pianotait sur son ordinateur, Wallace, Lucy, Demetrius  entrèrent dans le bureau.

 

Wallace : Qu'est-ce que vous avez trouvé Williams ?

Tara : J'ai découvert d'où venait la faille dans le système informatique du chargé des dossiers.

 

Chacun se plaça devant l'écran pour s'informer des nouveautés de l'affaire.

 

Tara : (regardant la vidéo) On peut voir le chargé des dossiers quitté son bureau, il y a 3 jours.

 

Sur la vidéo, on voyait le chargé des dossiers sortir de son bureau après avoir verrouiller la porte. Il s'avance vers l'ascenseur et disparaît de l'écran. Quelques minutes plus tard, un homme, vêtu d'une combinaison d'homme de nettoyage s'arrêta devant la porte et pénétra à l'intérieur. Après quelques minutes, il en ressortit se dirigeant rapidement vers l'ascenseur.

 

Tara : Voilà.

Wallace : Est-ce vous avez pu l'identifié ?

Tara : Pas encore mais la société de nettoyage a confirmé n'avoir envoyé personne.

Demetrius : Les choses se précisent.

 

Wallace hocha la tête pour féliciter Tara de sa trouvaille.

 

Wallace : Joignez l'inspecteur Evans. Montrez lui les images, il a peut-être un suspect pour nous.

 

Devant l'appartement de Sue

 

Jack arrêta la voiture. Sue et lui descendirent. Tandis que Jack sortait les sacs de sa nièce, Sue détachait la nacelle et la sortit de la voiture. Elle ferma la portière et se tourna vers Jack qui se dirigeait vers elle.

 

A ce moment là, elle vit Charlie arriver à leur rencontre.

 

Charlie : Bonjour vous deux.... (En se penchant vers la nacelle) Alors voilà la petite princesse dont tout le monde parle.

Sue : Bonjour Charlie !

 

Elle interrogea Jack du regard.

 

Jack : j'ai demandé à Charlie de venir. Je serais plus tranquille si je sais que vous n'êtes pas toutes seules.

 

Sue ne l'admit pas mais elle était elle aussi rassurer. Charlie prit les sacs des mains de Jack. Celui-ci se rapprocha de Sue.

 

Jack : Je t'appelle dès que j'arrive au bureau.

 

Sue lui sourit légèrement. Jack regarda Mackenzie dans sa nacelle avant de lever à nouveau les yeux vers Sue.

 

Jack : S'il y a quoi que ce soit, tu n'hésite pas à appeler.

Sue : Promis.

 

Il regarda Charlie puis Sue. Ils se regardèrent un long moment. Jack savait que Sue l'appellerait s'il se passait quoi que ce soit. Mais cela ne signifiait pas qu'il aimait les laisser seules.

 

Sue : File ! Tu vas être en retard !

 

Jack se pencha et déposa un baiser sur les lèvres de Sue avant de s'écarter doucement et de remonter en voiture. Sue et Charlie regardèrent la voiture de Jack s'éloigner. Sue regarda Charlie. Elle n'aimait pas le laisser partir sans être avec lui.

 

Charlie : Tout va bien se passer ma belle !

 

Sue lui fit un tout petit sourire puis ils se dirigèrent tout les trois vers l'entrée de l'immeuble.

 

Plus tard au bureau

 

Jack avait rejoint le reste de l'équipe et Tara lui avait fait un topo sur ce qu'elle avait trouvé.

 

Alors que le reste de l'équipe continuait les recherches, l'inspecteur Evans entra dans le bureau.

 

Evans : J'ai reçu des informations concernant l'homme de votre vidéo.

Jack : Vous avez fait vite.

Demetrius : Et alors ? Vous avez appris quoi ?

 

Evans s'arrêta devant Tara qui se trouvait près du tableau en compagnie de Lucy.

 

Evans : L'homme qui est sur cette vidéo travaille avec Orwell, c'est l'un de ses sbires.

Jack : Vous savez où l'on peut le trouver ?

Evans : (regardant Jack avec un léger sourire) J'ai encore mieux !

 

Tous lancèrent un regard interrogatif à Evans alors que Wallace entra dans la pièce.

 

Wallace : Ne vous arrêtez pas pour moi inspecteur.

 

Evans se retourna en direction de l'entrée où Wallace était adossé à la porte.

 

Evans : J'ai visionné la vidéo que l'agent Williams m'a envoyée. J'y ai reconnu l'un des acolytes de ce cher Orwell. Une équipe de surveillance l'a suivi discrètement jusqu'à un entrepôt.

Wallace : Très bien. Nous allons prendre la suite.

 

Evans s'approchait de Wallace.

 

Evans : Vous ne comptez pas m'évincer de cette affaire agent Wallace ?

 

Wallace n'avait pas envie d'avoir un bleu dans ses pattes durant l'intervention mais il fallait avouer qu'il avait fait beaucoup pour l'avancement de cette affaire. Wallace vit la détermination dans le regard de cet homme qui semblait honnête.

 

Wallace : Très bien ! Mais vous êtes sous mes ordres.

Evans : (avec un grand sourire) Bien évidemment ! C'est vous la patronne !

Wallace : Et si vous me faites une entourloupe, je vous descends moi-même !

 

Le sourire de Evans disparu à la seconde même où Wallace lui fait cet aveu. Il l'a fixait toujours. Elle n'avait l'air pas l'air de plaisanter et personne dans le bureau d'ailleurs.

 

Wallace : Je vais prévenir l'équipe d'intervention.

 

Wallace quitta le bureau laissant l'inspecteur avec un sourire amer sur le visage.

 

Evans : Elle était sérieuse ?

Tara : (d'un ton sec) Très !

Jack : Elle a été gentille là !

Evans : J'ai de la chance alors !

Jack : Vous ne pouviez pas avoir plus de chance.

 

Entrepôt désaffecté

 

L'équipe de surveillance n'avait pas lâché le complice d'Orwell depuis qu'il était allé chercher à manger dans un drugstore à l'extérieur de la ville.

 

L'homme les avait conduits dans un entrepôt isolé à l'extérieur de la ville. Après quelques minutes, Wallace avait donné l'ordre à une équipe d'intervention d'encercler le bâtiment.

 

Une caméra miniature de surveillance avait montré l'état des lieux aux différentes équipes pour qu'elles ne soient pas prises au dépourvu. Wallace avait fait un plan d'attaque dans la fourgonnette qui les emmenait sur les lieux.

 

Tous voyaient dans les yeux de Wallace, la détermination d'en finir avec cette affaire au plus vite. Elle avait été chamboulée par l'affaire depuis l'attaque dans la chambre d'hôtel et c'était compréhensible.

 

Wallace : (radio) les équipes d'intervention sont en place ?

Equipe1 : Oui !

Equipe2 : Oui !

Wallace : Parfait.

 

L'inspecteur était dans la camionnette aux côtés de Wallace. Elle avait accepté qu'il les accompagne car il les avait prévu quand le complice d'Orwell avait était repéré. Néanmoins, elle avait refusé qu'il se joigne à l'équipe d'intervention au plus grand regret de Tara qui était tout près de lui dans le camion exigu.

 

Inspecteur : Je vais voir une intervention du FBI, c'est impressionnant !

Tara : On agit avec une équipe spécialisée et nos agents sont entraînés à ce genre de mission.

Tara : Tout est Ok, l'intervention peut commencée.

Wallace : L'équipe 3 est prête. On donne l'assaut dans 5...4...3...2...1...GO !

 

Les 3 équipes pénétrèrent dans le bâtiment. Une des équipes arrivèrent par le toit du hangar. Les 3 hommes qui faisaient leur repas furent surpris.

 

Orwell fut plus rapide que ses 2 autres comparses et s'enfuit par une trappe.

 

Wallace, Jack et Demetrius s'engouffrèrent dans le tunnel mal éclairé. Ils avancèrent lentement jusqu'à ce que leurs yeux commencent à s'habituer à l'obscurité des lieux.

 

Les agents fédéraux marchèrent les uns derrières les autres jusqu'à un embranchement qui partait dans deux directions opposées.

 

Wallace fit signe à Jack et Dem de suivre une direction pendant qu'elle irait dans l'autre. Ils acquiescèrent de la tête et s'engouffrèrent dans l'un des tunnels.

 

Soudain, Wallace eut une sueur froide. Cette situation lui rappelait étrangement une autre. Elle s'arrêta quelques secondes.

 

Flash back

 

Elle marchait dans la pénombre du bâtiment quand le couloir devant elle se sépara en deux. Jason lui fit signe qu'il allait prendre à droite et qu'il restait en contact radio. Elle fit un signe de la tête et s'avança dans l'autre ouverture, celle de gauche.

 

Fin du flash back

 

Non, ce n'était pas le moment. Elle devait se concentrer sur ce qu'elle vivait à l'instant et non se replonger dans son passé, à ce moment si douloureux.

 

Elle avança jusqu'à une porte devant elle quand elle s'arrêta encore une fois.

 

Flash back

 

Elle avançait doucement, s'arrêtant à chaque bruit suspect qui résonnait dans le couloir. Elle arriva jusqu'à une porte. Elle se mit sur le côté avant de l'enfoncer violement à coup de pied pour s'apercevoir que la pièce était vide. Un léger soulagement lui fit baisser sa garde, elle avait pensé que le criminel avait pu se trouver une meilleure cachette que ça. Elle fit demi tour pour rejoindre Jason quand elle sentit un regard sur elle. Un regard inquiétant et glacial à la fois. Elle avait fait une erreur.

 

Fin du flash back

 

Les choses étaient différentes. Elle ne devait pas se laisser submerger par une émotion qui l'empêcherait de réagir. Elle avait fait une erreur qui ne devait pas se reproduire, ni aujourd'hui, ni jamais.

 

Elle enfonça la porte avec un coup de pied et ne trouva personne à l'intérieure de la pièce. Elle scruta les environs comme pour se rassurer et quitta la pièce.  Elle jeta un dernier coup d'œil quand elle sentit un regard posé sur elle...comme la dernière fois.

 

Flash back

 

Elle sentit soudain son corps projeté sur le côté. Des coups de feu retentirent. A cet instant tout c'était embrouillé dans son esprit. Elle ne comprenait pas ce qui c'était passé. Cette douleur qui la faisait souffrir. Elle pleurait, les larmes coulaient sur ses joues et devenaient incontrôlables. Ses yeux qui observèrent la scène impuissante. Elle voulait faire quelque chose mais quoi ? Du sang qui coulait sur le sol mais ce n'était pas le sien. Jason ainsi que le brigand était sur le sol. Elle regarda autour d'elle et vit son ami, son partenaire, couché sur le sol. Jason était là, son arme encore fumante dans la main.

 

Elle accourut près de lui oubliant même que le criminel était à quelques mètres d'eux. Jason la regardait en lui lançant un petit sourire comme pour la rassurer. Elle souleva sa tête pour la poser sur ses genoux avant de l'appeler désespérément d'une voix mélangeant tristesse et colère. Elle le regarda dans les yeux avant qu'il ne lui sourie. Il lui dit quelques mots, lui caressa la joue avec son pouce pour essuyer les larmes et le sang qui s'étaient mélangés avant de fermer mes yeux et de la quitter...pour toujours.

 

Un cri s'échappa dans la bâtisse, un cri de douleur et de désespoir. Elle venait de le perdre...lui aussi. Elle ne se le pardonnerait jamais. Elle entendit des bruits de pas. C'était les autres agents qui la regardaient comme si elle l'avait tué. Et pendant une fraction de seconde, c'est ce qu'elle pensa. C'était à cause d'elle si il était sans vie dans ses bras, ses mains étaient tâchées de son sang.

 

Fin du flash back

 

Elle se retourna, brandissant son arme en direction de Demetrius et Jack qui avaient fini d'inspecter l'autre partie du bâtiment. Elle s'essuya les yeux comme pour se persuader que ce qu'elle venait de se rappeler n'était qu'un mauvais souvenir.

 

Demetrius : (à voix basse) On a fouillé l'autre sortie mais elle est verrouillée, il doit se cacher par ici.

Wallace : (en sueur) Très bien !

Jack : Ca va ?

 

Wallace fixa un moment les 2 agents avant de leur répondre.

 

Wallace : Je n'aime pas particulièrement les endroits comme ceux là.

 

Les 3 agents s'enfoncèrent dans les galeries du tunnel avant de voir Orwell se présenter devant eux. Orwell resta figé quand il vit les 3 agents braqués leurs armes vers lui.

 

Orwell : Ne tirez pas ! Je me rends.

 

Salle d'interrogatoire

 

Wallace avait dit aux agents ainsi qu'à l'inspecteur Evans qu'elle se chargerait personnellement de l'interrogatoire. L'inspecteur avait demandé à l'épauler mais elle ne lui avait permis uniquement d'assister à la discussion qu'à travers la vitre sans teint.

 

Orwell était dans la pièce. Il était là depuis une heure. Wallace l'avait laissé mariner. Il avait tiré sur un des ces agents et tenter de blesser un autre. Ca, elle ne le laissera pas passer aussi facilement. Wallace entra dans la salle suivie de Demetrius. Elle s'assit sur une chaise un peu à l'écart de la pièce pendant que Demetrius commençait l'entretien.

 

Demetrius : Vous n'avez pas beaucoup de solution.

Orwell : Je ne dirais rien.

Demetrius : Si vous ne parlez pas, on va vous inculper de tentative de meurtre sur un témoin dans une affaire fédérale, de tentative sur un agent du FBI et de délit de fuite.

Orwell : Et le mot « avocat » ! Ca vous dit quelques choses ?

 

Wallace se leva de sa chaise et se mit en face du criminel.

 

Wallace : Si j'étais vous j'écouterais cet agent. Parce que si je n'en mêle ça sera différent.

Orwell : (souriant) Vous allez faire quoi ? Me donner une tape sur la main pour que je vous donne ce que vous voulez savoir ? Laissez-moi rire !

 

Demetrius vit le visage de Wallace changer. Il vit Wallace donner un coup dans la chaise du suspect et la faire voler à l'autre bout de la pièce, tandis qu'Orwell était tombé à genoux devant la table. Wallace s'approcha de lui et le força à rester à genoux.

 

Wallace : Je n'ai pas vraiment envie de discuter avec vous ! Surtout lorsque la vie de mes agents sont en jeu.

Orwell : Vous n'avez pas le droit...

Wallace : On vous a mal renseigné ! Vous n'êtes pas tombée sur la bonne personne avec moi !

 

Orwell envoya un regard désespéré à Demetrius. Celui-ci lui sourit.

 

Demetrius : C'est elle le mauvais flic !

Wallace : Vous avez le choix soit nous parler, soit certains amis à moi vont être heureux de vous revoir. Je crois que vous leur devez quelques dollars suite à une petite affaire de drogue.

 

Orwell commençait à pâlir à vu d'œil. Il avala sa salive avant de reprendre un peu de contenance pour défier Wallace.

 

Orwell : Je ne sais pas de quoi vous parler. En plus, il n'y a pas de traité d'extradition entre les Etats-Unis et ces pays.

Wallace : Vous avez raison mais vous croyez que c'est cela qui m'arrêterais ?! Vous vous trompez lourdement.

 

Demetrius observait la scène. Il devait avouer que Wallace savait très bien jouer les flics méchant. Elle n'avait vraiment aucunes intentions de discuter pendant des heures avec ce type.

 

Wallace : Seulement, malheureusement pour vous, j'ai beaucoup d'amis... et il se peut que je parle de vous à certain de mes amis et ... si vous êtes libéré alors il vous ferait prendre l'avion.

Demetrius : Un voyage gratuit en aller simple.

 

Orwell fixa les 2 agents qui étaient aussi sérieux l'un que l'autre.

 

Orwell : Vous n'êtes pas sérieux ?

 

Wallace se redressa en lâchant le type et en se plaçant devant lui.

 

Wallace : Je ne plaisance jamais. Vous avez 1 minute.

 

Wallace quitta la pièce, laissant Demetrius avec lui. L'agent du FBI se leva et alla chercher la chaise qui avait volé puis réinstalla Orwell dessus.

 

Orwell : Elle n'est pas sérieuse quand elle parle de m'extrader ?

Demetrius : Depuis que je travaille avec elle, je l'ai vu plaisanter...

 

Demetrius parut réfléchir un instant.

 

Dem : Jamais.

 

Il regarda sa montre.

 

Dem : Il vous reste 35 secondes !

 

Orwell réfléchit puis Wallace entra dans la salle, un téléphone à la main.

 

Wallace : Vous êtes décidé à coopérer ?

Orwell : C'est du bluff, vous me faites marcher ?

 

Wallace composa un numéro sur son téléphone.

 

Orwell : Qui vous appelez ?

Wallace : Un ami qui travaille en Indonésie. Il va être ravi de savoir qu'il va bientôt vous avoir dans sa prison.

Orwell : Si c'est une blague...je veux mon avocat !

Wallace : (au téléphone) Allo ? Oui, c'est Karen...Je vais bien et toi ?...Quel heure il est de ton côté ?...Oui, ils vont bien aussi...Justement je suis sur une affaire et j'ai pensé à toi vu que le prévenu avait déjà eu affaire à tes services...Il s'appelle Orwell. Oui, le trafiquant de drogue...

Orwell : Raccrochez ! Je vais parler !

 

A travers le miroir sans teint

 

Inspecteur : Elle est très persuasive votre boss !

Jack : Et encore, vous n'avez rien vu !

Evans : Vous pensez qu'elle appelait réellement en Indonésie ?

Jack : Avec Wallace plus rien ne m'étonne !

 

Bureau du FBI

 

L'interrogatoire de Orwell et ses sbires avaient porté leurs fruits. Wallace entra dans le bureau pour faire le point sur les poursuites de l'affaire.

 

Wallace : Orwell nous a donné les informations que nous voulions et il témoignera contre son ancien patron Tom Caine pour ne pas être extradé.

Dem : Les noms que va nous fournir Orwell vont nous permettre de démanteler le réseau de Caine.

Tara : En ce qui concerne le fait que le dossier soit arrivé sur le bureau de Wallace au lieu ce celui du bureau de la protection des témoins et bien. L'un des sbires de Orwell avait appris que Wallace était au FBI et a voulu se venger.

Demetrius : Se venger ?

Wallace : Il était le frère d'un homme que j'avais arrêté il y a longtemps mais maintenant il est lui aussi derrière les barreaux.

Lucy : Ces sont encore les gentils qui gagnent !

 

Alors que tous jubilaient de la réussite de la mission, Bobby et Myles venaient de faire leur rentrer dans le bureau sous les yeux de Wallace et Tara qui ne les avaient pas vus depuis l'attaque.

 

Wallace : J'espère que ces quelques jours ne vous ont pas trop fatigués messieurs ?

Myles : Je pourrais faire ça tous les jours !

Bobby : Sans moi ! J'ai assez donné à trimballer ta carcasse à travers la ville.

 

Myles envoya un sourire ironique en direction de Bobby avant de s'asseoir à son bureau après que Tara lui ai posé la main sur l'épaule pour lui montrer sa sympathie.

 

Wallace : (gênée) Comme vous êtes tous réunis, je voulais m'excuser encore une fois de vous avoir donné une affaire qui aurait pu vous coûter la vie et que dorénavant, je serais plus méticuleuse dans l'affectation de vos missions.

Jack : Et on vous a déjà dit que ce n'était pas votre faute.

Bobby : C'est vrai. Comme ça on a pu rendre une petite visite à Jack à son appart avec Sue.

Myles : Oui, et d'ailleurs j'ai appris une chose !

 

Tous fixèrent Myles pour savoir ce qu'il avait en tête.

 

Myles : Je ne veux plus faire de mission d'infiltration dans des hôtels bas de gamme.

 

Tous éclatèrent de rire. Myles ne changerais jamais. Mais avec cette blague, il avait détendu l'atmosphère.

 

Wallace regarda chaque membre de l'équipe un à un. L'idée de partir n'avait plus sa place. Elle se sentait enfin bien. Et elle avait la conviction qu'avec cette équipe, ils allaient accomplir de grandes choses. Mais elle se promit une chose. Qu'elle ne laisserait plus personne faire du mal aux membres de cette équipe.... Cette famille.

 

Elle esquissa un léger sourire qui ne passa pas inaperçu aux yeux de Jack. Ils l'avaient pas mal observé ces derniers jours et ils savaient que toutes les rumeurs au sujet de Wallace n'avaient aucun fondement. Enfin quelques unes car les rumeurs parlant du fait qu'elle était la meilleure était, quand à elles, tout à fait fondées.

 

Demetrius : Et si on allait fêter ça dans un bon resto !

Myles : Excellente idée ! Je propose celui qui est au bout de la rue. J'ai vu qu'il avait un nouveau plat dans leur menu...

Dem : Dis plutôt que c'est à cause de cette nouvelle serveuse !

Jack : Tu crois qu'elle acceptera d'aider un blessé à manger ?

Myles : Et tu crois qu'ils acceptent les bébés.

Bobby : Je suis sûr que tu étais déjà entrain d'appeler Sue pour la rassurer !

 

Bobby était venu près de son ami et le prit par les épaules.

 

Bobby : Surtout que l'on vous a gâché votre petit week-end en amoureux !

Jack : Je te rappelle que je devais garder Mac.

Bobby : Ca n'empêche rien.

 

Ca y est ! C'était fait. Il avait réussit à le mettre mal à l'aise devant tout le monde. Wallace était toujours présent et souriait aux taquineries faites par Bobby à Jack.

 

Wallace : Et puis cela a pu vous donner un avant goût de votre futur et je dois dire que vous vous débrouillez plutôt bien Hudson.

 

Jack ferma un instant les yeux en souriant. Si Wallace si mettait aussi, il n'avait aucune chance.

 

Myles : Désolé de troubler  les plans de futur de Jack... mais je suis affamé et blessé, je vous le rappelle.

Wallace : Vous ne devriez pas tardé sinon Mr Leland risque de nous faire un malaise ! ... Bonne soirée !

 

Wallace allait sortir quand Tara l'interpella.

 

Tara : Madame...

 

Elle regarda ses collègues puis de nouveau Wallace.

 

Tara : Vous vous joignez à nous ?

 

Wallace les regarda. Elle savait que cette invitation était sincère mais elle n'était pas encore prête pour cela.

 

Wallace : merci mais j'ai pas mal de travail qui m'attend encore...

Bobby : Ca fait du bien de décompresser quelques fois...

Wallace : J'en prends bonne note agent Manning et je vous promets qu'une fois, j'essaierai de suivre votre conseil.

 

Elle les regarda une dernière fois puis sortie du bureau. Myles prit sa veste et commença à se diriger vers la sortie.

 

Myles : Si vous n'avez pas faim tant pis pour vous !

 

Tout le monde sourit à la remarque.

 

Jack : On se rejoint au restaurant. Je vais passer prendre Sue et Mac.

Lucy : Bien sûr... je vais m'occuper du grand blessé en vous attendant alors ne trainer pas ! Sinon vous aurez à faire à moi.

Myles : Que dois-je comprendre ?

Lucy : D'après toi Myles !

Demetrius : Je vous accompagne !

 

Myles et Demetrius marquaient la marche suivie de Lucy qui était impatiente de savoir ce que Bobby et Myles avait découvert chez Jack. Elle était bien décidée à tirer les vers du nez de Myles.

 

Jack : (à Bobby et Tara) Vous venez ?

Bobby : Juste un truc à ranger et j'arrive !

Tara : J'arrive.

 

Bobby était à son bureau rangeant les derniers papiers qui traînaient sur son bureau quand Tara s'avança timidement à ses côtés.

 

Bobby : Alors Tara, je t'ai manqué pendant ces quelques jours !

Tara : Et bien en fait, je me demandais si on n'avait pas une meilleure vue de ton bureau.

 

Ils se fixèrent un instant avant d'éclater de rire.

 

Bobby : J'aime bien la vue que j'ai de mon bureau.

 

Tara regarda dans le sens du bureau de Bobby. Il était en face du sien.

 

Tara : Oui...

 

Bobby remarqua que quelque chose troublait Tara. Il l'a côtoyait assez pour la connaître suffisamment.

 

Bobby : Qu'est-ce qu'il y a ?

Tara : Rien ! Je suis juste contente que tu...vous alliez bien.

Bobby : Tu m'as manqué aussi.

 

Tara ne pouvait plus regarder Bobby en face. Les larmes s'annonçaient déjà sur ses joues et l'émotion était telle qu'elle ne pouvait plus se contenir.

 

Tara : J'ai cru...

Bobby : Je suis là, c'est le plus important.

 

Bobby serra Tara contre lui pour apaiser ses craintes et la rassurer. Elle se laissa faire. Elle avait eu cette peur qui l'avait fait pleurer, cette peur incontrôlable qui l'avait empêché de se concentrer et qui dirigeait ses pensées vers lui. Elle ne voulait pas le perdre. Il était important dans sa vie. Elle se blotti encore plus contre lui pour le sentir vivant dans ses bras et sentir son cœur battre.

 

Elle se détacha lentement de son étreinte. Ils restèrent un petit moment l'un près de l'autre comme pour se rassurer mutuellement.

 

Tara : Je suis désolée. Je pleure alors que c'est un moment heureux.

Bobby : Tout va bien. Je suis là.

 

Tara fixa Bobby qui l'avait laissé pour prendre leurs manteaux. Elle observait cet homme qu'elle connaissait depuis des années maintenant. Elle l'avait toujours regardé avec les yeux d'une amie, d'une partenaire mais ce soir-là, elle le regarda comme une femme qui aimait.

 

Le regard empli de tendresse, elle regarda Bobby revenir avec sa veste et l'aider à la mettre sur ses épaules. Au contact de leurs mains, ils échangèrent un regard qui s'éternisa. Bobby avança lentement son visage vers celui de Tara.

 

Leurs battements de cœur accélérèrent. Leurs respirations devinrent plus rapides également. Ils restèrent un moment immobiles. Leurs regards se croisèrent laissant entrevoir qu'ils avaient pensé l'un à l'autre durant cette mission. Tara mit son manteau et Bobby fit de même.

 

Ils quittèrent le bureau côte à côte la tête remplie de sentiment confus. Il était encore trop tôt mais peut-être qu'un jour...

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales