Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 700 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 29/02/2020
  • Pourtant
    Revue Pourtant
    Nb de signes : 1 500 - 46 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2020
  • Animaux fabuleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 01/06/2020
  • Terre du futur
    Cabinet d'édition Plumes Ascendantes
    Nb de signes : < 59 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 31/05/2020
  • La midinette et l'homme sandwich
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 5 000 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 17/02/2020
  • Plaisir, tabou, vertu
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : contemporain - absurde - blanche - érotique - noir
    Délai de soumission : 14/02/2020
  • Les héros en uniforme
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance
    Délai de soumission : 06/06/2020
  • Romance de Noël
    Evidence Editions
    Nb de signes : 200 000 - 400 000 sec
    Genre : romance contemporaine - romance
    Délai de soumission : 18/03/2020
  • Chats et espoir
    Editions de la Caravelle
    Nb de signes : 15 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Passion
    Revue neuf trois
    Nb de signes : < 18 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/02/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Découvrez le manga indépendant francophone !
 par   - 522 lectures  - Aucun commentaire

Entrez dans un tout nouveau monde, celui des auteurs de BDs et de mangas indépendants sur internet !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Fics Originales

 > 

Science Fiction

Crimson Warriors
[Histoire En réécriture]
Auteur: jackals400 Vue: 310
[Publiée le: 2011-03-21]    [Mise à Jour: 2011-08-15]
G  Signaler Action-Aventure/Mystère/Science-Fiction Commentaires : 6
Description:
Année 2297, l'humanité s'est unifiée sous le drapeau de l'union depuis prés de deux siècles après le fléau de la troisième guerre mondiale. Alors que l'union fête son bicentenaire une arme thermonucléaire touche Caelestis, la capitale de l'Union située sur Mars sur le plateau d'Amazonis Planitia prés du volcan d'Olympus Mons. Ce coup terrible portée par une faction indépendantiste de colonies eu pour conséquence de faire s'effondrer l'Union. De nombreuses planètes, lunes et stations spatiales proclamèrent leur indépendance, et nombre d'entre elles nourrissait de grandes ambitions et une puissante volonté d'expansion. La guerre qui en résultat dura prêt de 100 ans, bien plus tard cette période sombre fût appelée "Le siècle de feu".

N'aillant aucun appui et luttant désespérément les unes contre les autres, les colonies n'avaient aucun espoir de victoire ou de paix, il n'y avait que la guerre. Mais vers 2371, une arme changea radicalement le cour de la guerre. Un groupe de colonie orbitant sur l'un des points de Lagrange de la Terre relança avec succès un vieux projet militaire secret de l'Union, appelé « IronHeart » ou Armure de Combat Auto-Propulsée. Mais deux autre groupes de colonies eurent vent de ce succès, l'une d'Uranus, l'autre de Jupiter. Elles se battirent avec brutalité en orbite terrestre pour obtenir ce nouveau pouvoir qui conférerait la victoire à celui qui s'en saisirait. Après un combat acharné les forces venant de Jupiter volèrent le prototype et celles d'Uranus réussirent à copié toute les données techniques du projet. Quand aux colonies terriennes, elles disposaient par sécurité d'une sauvegarde dans un lieu sûr, ce qui leurs permis de continuer leurs recherches.

L'arrivée de cette nouvelle arme donna une puissance effrayante aux nations qui la possédait, n'ayant ni le temps ni les moyens de développé davantage le premier modèle, les trois puissances le produisirent en masse et conservèrent son nom de code : Alpha. Arme rapide, polyvalente et adaptable, il était parfait pour détruire les vaisseaux ennemis. Contemplant leur impuissance face à la montée des trois grands, les colonies qui étaient encore libre s'unirent pour tenter de contrecarré leurs plans, ce fût peine perdue, seule un ACAP pouvait battre un autre ACAP. Ainsi le système solaire se retrouva découpé en trois camps, L'alliance Uranienne, la Coalition et le Dominion Jupitériens, en à peine 10 ans la guerre éternel qui avait ravagé le système solaire prit fin en 2381.

Cela fait maintenant 21 ans que la guerre à cessé, elle s'était terminée avec la bataille de Dakara, la dernière station spatiale libre du système solaire, orbitant entre Mars et la grande barrière. Le Dominion avait tentée de la conquérir pour obtenir une tète de pont de l'autre côté du champs d'astéroïdes qui protégeait la coalition, mais après avoir prit possession de la colonies, les forces du Dominion furent attaquées par une flotte de la Coalition quatre fois plus grande que la leur. Dans la terrible bataille qui s'en suivit, la colonie fût détruite et tout ses habitants tués, Peu après cette tragédie un armistice fût signé entre les trois grandes puissances et la guerre cessa. En cette année 2402, les nations du système solaire se remettaient à peine de cette terrible guerre qu'une autre commençait déjà à menacer.
Crédits:
Cette fiction s'inspire de l'univers Gundam.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Partie 1 Les limbes de la peur / Chapitre 4: La peur du soldat

[4162 mots]
Publié le: 2011-08-15Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur La bataille commence ! J'espère que ce nouveau chapitre enfiévré par le sang du combat comblera vos attentes !

La sphère de feu qui s'était formé emplissait son regard, elle continua d'illuminé ses yeux bien après qu'elle se soit dissipée. Puis une nouvelle salve fût tirée par les agresseurs et la seconde armure à avoir été touchée, celle qui n'avait pas explosé, fût de nouveau transpercée et disparue dans une immense boule de feu. Ils avaient tous assisté à ce spectacle derrière une poignée de débris. Ils étaient tous paralysés, incapable de penser, de réfléchir ou même de réagir. Jonathan ne pouvait croire à ce qui venait de se passé, les nouveaux programmes d'entrainements pouvaient êtres très réalistes, les explosions pouvaient donner l'impression d'être réelles, mais aucun équipement ne pouvait simulé l'onde de choc d'une explosion nucléaire frappant l'armure d'un ACAP. Il commença à avoir de plus en plus de mal à respirer, ses mains commencèrent à tremblées et il avait des sueurs froides. Était ce la réalité ? Ou juste un exercice ? Mais aux fonds d'eux, les jeunes recrues connaissaient la réponse et la panique commença à s'emparer d'eux, mais une voix dure et glaciale les ramenèrent à la réalité.

- A toute les unités, ici Leader, l'exercice d'entrainement est suspendu, nous sommes attaqués par des forces inconnus. Ceci n'est pas un exercice, les paramètres d'entrainements de vos armures ne sont plus adaptés à la situation, je vous donne l'autorisation d'utilisé les paramètres de combat. Le code est Delta, Bravo, Charlie 1-1-8-2. Je répète, nous sommes attaqués, ce n'est pas un exercice, passez sur les paramètres de combat, code Delta, Bravo, Charlie 1-1-8-2.

L'ordre sec lancé par leur supérieur sembla enclencher un mécanisme automatique dans leur esprit, l'entrainement intensif qu'ils avaient subis leurs intimaient d'obéir aux ordres malgré la peur et ils débloquèrent tous les capacités de combat de leurs armures. Gabriel fût soulagé de voir qu'aucun d'eux n'avait tenter de s'enfuir, mais en même temps il était inquiet, le délai entre le moment du tire et le moment ou les balles avaient touché leur objectif avait été trop long. Leurs adversaires devaient tirer de loin. Ce qui était illogique, la réussite d'une embuscade consiste à rester caché le plus longtemps possible et à laisser sa cible s'approcher le plus prés possible afin de s'assurer de la descendre à coup sûr.

- Recherche la position des hostiles d'après les données de tir reçues pendant l'attaque. Lança t-il à son ordinateur.

- Bien reçu, calculs en cours. Répondit la voix électronique désincarnée de l'IA.

Il fallut quelques secondes à l'ordinateur pour effectué tout les calculs et lui répondre, malgré le fait qu'il pilotait un modèle C, l'armure du capitaine Damaris ne disposait que d'une Intelligence Artificielle de série, le contrôle de l'ACAP demandait une énorme puissance de calcul et malheureusement celle-ci était limité. Du coup il fallait se contenté d'une faible capacité pour effectué ce genre d'opérations.

- Calculs terminés, position probable des assaillants affichée.

Une sphère rouge apparut devant ses yeux à un peu plus de 10 kilomètres. Ils ont attaqués d'aussi loin ? Nous sommes pourtant à la limite de leur portée efficace. Ce n'est pas logique, s'ils avaient attendu jusqu'à être à portée visuelle ils auraient descendus la moitié de notre section sans difficulté. Cela n'avait aucun sens, pourtant le capitaine savait qu'il devait y avoir une raison, mais laquelle ? C'est alors qu'une idée traversa son esprit.

- Ordinateur, détermine tout les chemins possible ayant une couverture maximal grâce aux débris entre la position supposée des assaillants et notre propre localisation.

Il fallut plusieurs minutes à l'ordinateur pour effectué la recherche et ces quelques minutes parurent durer une éternité, alors que les sueurs froides commençaient à envahir le corps de l'éclair rouge, l'IA afficha enfin la réponse.

- Il existe deux chemins avec une couverture de 98 % depuis la position ennemi jusqu'à la nôtre.

Le cœur de Gabriel rata un battement. Dans un champs de débris comme celui-ci les interférences et la multitude d'objets en mouvement perpétuel empêchait de détecté précisément la localisation des cibles ennemis. Mais d'un autre côté il était très difficile de trouver un trajet qui vous garantissait d'être totalement à couvert des détecteurs ennemis, on finissait toujours par être repéré, la couverture fournie par les débris environnant permettait juste d'être détecté plus tardivement et de pouvoir profité de l'effet de surprise. Mais devant les yeux du capitaine Damaris il y avait deux passage possible ou des armures ennemis pouvait passer sans se faire repéré et qui leur permettait de les prendre à revers. Il était d'ailleurs étonnant qu'ils mettent autant de temps, ils avaient dût partir juste avant que leur unité principal n'ouvre le feu et avaient gardé leur réacteurs au minimum pour réduire leur signature thermique et garantir leurs chances de succès. Le capitaine des forces ennemis devait être un grand paranoïaque pour avoir utilisé une tactique aussi complexe qui leur laissait aussi peu de chance. Il n'y avait pas grand chose à faire malheureusement, tout ce qu'il pouvait faire c'était d'espéré que ses jeunes recrues réussiraient à tenir le coup. Il leur envoya le résultat de sa recherche et s'adressa à eux.

- Ici Leader pour équipe, deux groupes d'armures ennemis vont tenter de nous prendre à revers, je vais m'occuper du premier groupe et vous devrait vous occuper du second. Je sais que vous avez peur, mais vous n'avez pas le choix, si voulez vivre battez vous ! Ne jouez pas au héros, restez prudents et tenez le coup ! Une fois que j'aurais fini de mon côté je viendrait vous aider. Blue 2, je vous charge de diriger l'équipe, placez-vous au meilleur point d'embuscade et tenez le coup jusqu'à mon retour, comprit Blue 2 ?

Le sous-Lieutenant Keynan tiqua lorsqu'il entendit son nom de code, mais il réussit à répondre.

- Ici … Blue 2 …. bien reçu, je dirige l'équipe jusqu'à votre retour.

Le capitaine fit pivoté son armure et fonça aussi vite que possible vers le premier groupe supposé d'assaillants pendant que Keynan tentait de se calmer, mais malgré ses efforts il n'arrivait pas à s'empêcher de trembler et cette responsabilité nouvelle n'arrangeait rien. Arad était probablement la recrue la plus intrépide du groupe du fait de ses origines modestes qui l'avait obligé à se battre de toutes ses forces pour se faire une petite place dans ce monde. Mais il était un homme comme les autres et il lui arrivait de faire des erreurs. On venait de lui confié la direction d'un groupe pendant sa toute première bataille, que se passerait-il s'il faisait une erreur et que d'autres hommes mourraient par sa faute ? Pire, qu'arrivaient t-il s'il ne faisait aucune erreur mais que son unité soit quand même décimé ? Toutes ces questions ajouté au stress du combat à venir le paralysait. Il ne savait plus ou il en était, pourquoi lui avait t-on donné ce commandement à lui ? Pourquoi le capitaine les avaient abandonnés . Pourquoi …

Soudainement, le jeune pilote originaire de Io retira son casque et déverrouilla les harnais qui maintenaient la partie supérieur de sa combinaison accroché à son siège. Il ferma les yeux quelques instants, semblant réfléchir. Puis brusquement il frappa le tableau de bord avec sa tète, du sang se mit à coulé d'une plaie au front et il était un peu sonné, mais tout allait mieux. Toute cette peur et ces questions idiotes s'étaient envolé, pour un moment du moins. Rien ne vaut un bond coup sur la tète pour relativisé les choses. Le sous-Lieutenant remit ses harnais, revérrouilla son casque et ouvrit un canal pour toute l'équipe.

- Équipe ici Leader 2, nous allons nous déployer au point 24-75-32, selon les données de Leader 1 nos adversaires devront passer entre ces deux astéroïdes pour conservé leur couverture. Nous les prendrons par surprise et les coinceront dans nos tirs croisés à cette endroit, comprit ?

Les voix de ses coéquipiers furent hésitantes, mais ils répondirent tous par l'affirmative et commencèrent à se déplacé lentement en utilisant la couverture des débris et en gardant leurs propulseurs aux minimum, tout comme leurs adversaires.

….

Pendant ce temps, sur la passerelle de croisière du Tsar Polka les officiers de quart étaient en proie à une grande agitation suite à la détection de deux explosions nucléaires. Les portes automatiques s'ouvrirent et le capitaine Tibérius pénétra sur la passerelle.

- Rapport de situation ! Demanda t-il à son second.

- Une explosion nucléaire à été détectée il y à prêt de 10 minutes, suivie d'une seconde deux minutes après. Elles se situaient toute les deux dans le secteur supposé ou doit se trouver notre équipe d'ACAP. Répondit le lieutenant-commander.

- Des nouvelles de Damaris ?

- Aucune, mais le champs de débris entrave nos capacités de détection et de communication.

- Avez-vous repérer quoique ce soit d'inhabituel avant les explosions ? Des émissions thermiques suspectes ou des mouvements insolites sur les détecteurs infrarouges ?

- Non capitaine, rien du tout.

Les deux hommes restèrent silencieux pendant quelques secondes alors que toutes les autres personnes présentes sur la passerelle couraient dans tout les sens.

- Capitaine, commença le commandant en second dans un murmure, je sais que vous êtes capables d'aller très loin pour rendre un exercice plus réaliste, mais ce n'est pas votre genre d'être aussi extrême, surtout sans m'avoir consulté. Je me dois donc de vous le demander: est-ce un exercice ?

Bien que l'ayant posé à voix basse, la question du Lieutenant-Commander Ingram n'échappa pas aux oreilles des officiers présents et le silence se fit soudainement. Tous attendaient anxieusement la réponse du commandant. Celui-ci observa calmement chacun des officiers qu'il avait sous les yeux puis reporta son regard sur l'écran affichant la sphère de détection du vaisseau.

- Condition rouge. Lança t-il simplement pour toute réponse.

James resta quelques secondes silencieux devant la réponse de son officier supérieur, elle était plus équivoque qu'aucune autre qu'il aurait pût donné, puis il se tourna vers les autres officiers présents.

- Vous êtes sourds ou quoi ? Vous avez entendu le capitaine, condition rouge !

Le silence qui auréolait la passerelle de commandement du vaisseaux quelques secondes auparavant fût remplacée par un chaos total, l'officier Ingram prit un communicateur se situant sur le bras du fauteuil du commandant et appuya sur un bouton pour que son appel soit entendu à travers tout le vaisseau.

- Ici le commandant en second, nous passons en condition rouge, tous à vos postes de combat, ceci n'est pas un exercice. Je répète: condition rouge, tous à vos postes de combat, ce n'est pas un exercice.

Dans une flotte spatiale militaire moderne, la réactivité de l'équipage était réglée par quatre niveaux d'alerte. La condition Bleu signifie qu'il n'y a aucun danger et que l'équipage pouvait se reposer et baisser sa garde, dans les faits ce niveau n'était utilisé que lorsque le vaisseau se trouvait amarré à une station ou immobilisé pour une raison quelconque dans un espace sécurisé. Comme l'espace a surveillé autour d'une planète était extrêmement vaste, un vaisseau ennemi pouvait aisément se faufilé et attaquer par surprise, c'est pourquoi seul les vaisseaux a quai était autorisé à relâché leur vigilance. La condition Verte indiquait qu'il y avait peu de risques d'être attaqué mais que l'équipage devait quand même se tenir prêt, c'était le degré d'alerte qui régularisait la vie des soldats de la spatiale la plupart du temps. La condition Jaune était utilisé lorsque l'on se trouvait dans un secteur non-sécurisé dans lequel il y avait un risque non négligeable d'attaque et enfin la condition Rouge servait pour le combat direct contre des unités ennemis.

Il reposa calmement l'appareil dans son emplacement et des alarmes se mirent à résonné partout sur le vaisseau comme pour ponctué son annonce. Mais ce n'était pas fini, il s'adressa aux officiers du poste de commandement pendant que le capitaine actionnait le chronomètre de sa montre.

- Évacuez tous vers la passerelle de combat !

Aussitôt toutes les personnes présentes se dirigèrent vers un ascenseur à déplacement omnidirectionnel qui les mènerait à la passerelle de combat en quelques secondes. Depuis la seconde conquête spatial de la fin du 21éme siècle les vaisseaux de combat ont systématiquement eût deux passerelles, une de croisière: située à l'extérieur, équipé de nombreux hublots servant à la navigation du vaisseau hors-affrontement et une seconde de combat, bien à l'abri au cœur du vaisseau qui servait pour les engagements militaires. La première était plus agréable lorsqu'il s'agissait de faire de longues patrouilles dans l'espace en période de paix mais était énormément exposé. La seconde, bien mieux protégé, n'avait aucune vue sur l'extérieur mais était mieux adapté aux rigueur d'une bataille. Le règlement de la flotte stipulait clairement qu'à partir de la condition jaune le personnel de commandement du vaisseau devait systématiquement s'établir sur la passerelle de combat et devait sceller la passerelle de croisière.

Le capitaine fût le dernier à entré dans la cabine avec son second, alors que les porte se refermaient il lança un dernier regard sur la salle de commandement extérieur de son vaisseau, elle symbolisait la paix, le calme et la tranquillité à bord d'un bâtiment militaire. Gédéon, sachant ce qui allait arriver, avait l'impression qu'il ne la révérait plus avant très longtemps. Le choc de l'ascenseur qui démarrait brutalement et la passerelle de commandement que la plupart des officiers avait connu depuis qu'ils avaient été affecté à ce vaisseau disparut derrière de nombreuses portes blindées au métal froid et intransigeant.

En moins d'une minute ils se retrouvèrent au QG de combat. C'était une grande pièce tout en longueur, l'atmosphère y été plus fraiche que sur le reste du vaisseau pour maintenir les sens en alerte et l'éclairage était rouge afin de permettre une lecture parfaite des moniteurs. Au centre se trouvait le siège du capitaine, entouré de plusieurs écrans l'informant sur l'état du vaisseau et le déroulement de la bataille, derrière celui-ci se trouvait la table de cartographie et en face un imposant écran montrait la sphère de détection du vaisseau. Le personnel de commandement se mit rapidement au travail pendant que le capitaine s'installait dans son siège.

- Systèmes de défense du vaisseau activé ! Anti-missiles et tourelles de défenses parées et en attente.

- Étanchéité de toute les sections confirmée !

- Réacteur à fusion nucléaire à 95% de puissance.

- Préchauffage des moteurs en cour.

Le second se tourna alors vers le capitaine.

- Tout le monde est à son poste et le vaisseau est prêt pour le combat.

Le capitaine Tibérius arrêta le chronomètre de sa montre: 7 minutes et 13 secondes, c'était inacceptable, en principe l'équipage de tout vaisseau militaire qui se respecte devait être capable de se mettre en condition de combat en moins de 5 minutes. Si le Tsar Polka avait été le premier à avoir été visé ils seraient tous morts, l'équipage n'était pas encore prêt pour la guerre. Mais c'est aussi le cas des recrues de Gabriel. Pensa sombrement le commandant du vaisseau.

….

Le froid, la peur et la solitude, c'était tout ce qu'il pouvait sentir dans ce cockpit exigu, ses mains tremblaient et son cœur battait à tout rompre. Jonathan était caché derrière un morceau d'astéroïde avec Arad, la peur lui tenaillait le ventre, mais si un simple soldat pouvait ressentir autant de peur, que devait ressentir celui qui commandait le groupe ? Le jeune pilote leva les yeux pour observer son ami, caché juste au dessus de lui. Lui n'avait pas seulement la peur de perdre la vie, mais aussi de perdre celle des hommes et des femmes sous sa responsabilité.

Un signal sonore retentit dans l'habitacle: plusieurs sources de chaleur se rapprochaient. Soudainement le froid qui avait envahit le cockpit fut remplacé par une chaleur intense, l'anxiété étreignit ses organes internes. La peur ne cessait de redoublé au fur et à mesure que le signal sonore devenait de plus en plus fort, il regarda de nouveau son ami et se dit que sa peur devait être bien pire. Puis une chose étrange se produisit, Jo' eu une sensation qu'il ne pensait jamais ressentir, une sensation qu'il pensait ne jamais expérimenté, une sensation de regret et de nostalgie pour son ancienne vie. Une vie toute tracée, sans aucune incertitude, une vie baignant dans le confort de la routine, il regrettait de ne pas avoir continué à vivre sa vie d'avant. Une existence dépourvue de toute peur et de toute anxiété. Mais il était trop tard pour ça, désormais sa vie était en jeu.

Un mot un seul fut prononcé sur la fréquence du groupe, un mot terrifiant qui portait les destin de toutes ces jeunes recrues.

- Attaquez ! Hurla le sous-lieutenant Keynan.

….

La seconde section d'armures de combat de la Coalition était presque en position pour prendre l'unité ennemi à revers, ils avançaient lentement tout système actif éteint, se servant le moins possible des propulseurs. Sans chaleur, ou sans l'émission provenant d'un radar actif, il était difficile de les repérer et de les différenciés des astéroïdes. Mais ils étaient visibles aux yeux de ceux qui savent où chercher. Le chef de section était tourmenté, la présence de cette patrouille ennemi imprévue le rendait nerveux. Cela mettait en danger toute l'opération, les conséquence de cette échec seraient inimaginables pour la Coalition Terrienne, il n'était pas envisageable. Soudainement il vit un faible éclat de lumière sur sa droite l'espace d'un instant, mais à peine cette lumière fugace était apparue qu'un obus ultra-perforant à vélocité hypersonique transperça le cockpit de son ACAP et ne réduise littéralement son corps en bouillie. L'absence de contrôle et le choc de l'impact changèrent la trajectoire de son armure et il se crasha sur un astéroïde tout proche dans un déluge de flammes. Les autres pilotes eurent à peine le temps de se mettre en garde qu'une ombre fonçait déjà dans leur direction avec une vitesse élevé.

Foncer au milieu d'un groupe d'armures ennemis n'était pas seulement dangereux, c'était suicidaire, si jamais l'une des armures adverses faisait une fausse manœuvre et se mettait sur votre trajectoire vous pouviez être sûr que vos deux ACAP seraient totalement désintégrés par le choc. Une rafale déchira la poitrine d'un des ACAP de la section juste avant que la silhouette qu'ils avaient entraperçu ne passe au beau milieu de leur groupe à pleine vitesse. Un Alpha de la Coalition fût instantanément tranché en deux par sa lame à oscillation sonique, dans le même temps le pilote ennemi tira une grenade sur un troisième pilote du groupe coalisé avant qu'il n'est dépassé leur groupe et changé de trajectoire de manière agressive pour disparaître derrière un autre astéroïde. Celui qui avait été touché par la grenade explosa dans un déluge de feu.

Aucun des hommes présents n'avait vu clairement l'ACAP qui les avaient attaqués, tout ce qu'ils avaient vues, c'était un éclair rouge.... Cette pensée traversa leurs esprits comme une flèche et la panique s'empara d'eux, ayant perdu leur leader et se retrouvant face à celui que l'on considère comme étant l'un des meilleurs pilote d'ACAP de tout le système solaire, ils n'avaient aucune chance.

Commentaire de l'auteur Dans le prochains chapitre "Le soldats de l'ombre" les combats se poursuivront et nos héros découvrirons dans la souffrance ce que sont le sacrifice et le devoir.

N'hésitez surtout pas à formulé des critiques et des remarques pour m'aider à amélioré cette histoire !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales