Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 700 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 29/02/2020
  • Pourtant
    Revue Pourtant
    Nb de signes : 1 500 - 46 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2020
  • Animaux fabuleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 01/06/2020
  • Terre du futur
    Cabinet d'édition Plumes Ascendantes
    Nb de signes : < 59 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 31/05/2020
  • La midinette et l'homme sandwich
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 5 000 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 17/02/2020
  • Plaisir, tabou, vertu
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : contemporain - absurde - blanche - érotique - noir
    Délai de soumission : 14/02/2020
  • Les héros en uniforme
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance
    Délai de soumission : 06/06/2020
  • Romance de Noël
    Evidence Editions
    Nb de signes : 200 000 - 400 000 sec
    Genre : romance contemporaine - romance
    Délai de soumission : 18/03/2020
  • Chats et espoir
    Editions de la Caravelle
    Nb de signes : 15 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Passion
    Revue neuf trois
    Nb de signes : < 18 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/02/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Découvrez le manga indépendant francophone !
 par   - 533 lectures  - Aucun commentaire

Entrez dans un tout nouveau monde, celui des auteurs de BDs et de mangas indépendants sur internet !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Fics Originales

 > 

Science Fiction

Crimson Warriors
[Histoire En réécriture]
Auteur: jackals400 Vue: 311
[Publiée le: 2011-03-21]    [Mise à Jour: 2011-08-15]
G  Signaler Action-Aventure/Mystère/Science-Fiction Commentaires : 6
Description:
Année 2297, l'humanité s'est unifiée sous le drapeau de l'union depuis prés de deux siècles après le fléau de la troisième guerre mondiale. Alors que l'union fête son bicentenaire une arme thermonucléaire touche Caelestis, la capitale de l'Union située sur Mars sur le plateau d'Amazonis Planitia prés du volcan d'Olympus Mons. Ce coup terrible portée par une faction indépendantiste de colonies eu pour conséquence de faire s'effondrer l'Union. De nombreuses planètes, lunes et stations spatiales proclamèrent leur indépendance, et nombre d'entre elles nourrissait de grandes ambitions et une puissante volonté d'expansion. La guerre qui en résultat dura prêt de 100 ans, bien plus tard cette période sombre fût appelée "Le siècle de feu".

N'aillant aucun appui et luttant désespérément les unes contre les autres, les colonies n'avaient aucun espoir de victoire ou de paix, il n'y avait que la guerre. Mais vers 2371, une arme changea radicalement le cour de la guerre. Un groupe de colonie orbitant sur l'un des points de Lagrange de la Terre relança avec succès un vieux projet militaire secret de l'Union, appelé « IronHeart » ou Armure de Combat Auto-Propulsée. Mais deux autre groupes de colonies eurent vent de ce succès, l'une d'Uranus, l'autre de Jupiter. Elles se battirent avec brutalité en orbite terrestre pour obtenir ce nouveau pouvoir qui conférerait la victoire à celui qui s'en saisirait. Après un combat acharné les forces venant de Jupiter volèrent le prototype et celles d'Uranus réussirent à copié toute les données techniques du projet. Quand aux colonies terriennes, elles disposaient par sécurité d'une sauvegarde dans un lieu sûr, ce qui leurs permis de continuer leurs recherches.

L'arrivée de cette nouvelle arme donna une puissance effrayante aux nations qui la possédait, n'ayant ni le temps ni les moyens de développé davantage le premier modèle, les trois puissances le produisirent en masse et conservèrent son nom de code : Alpha. Arme rapide, polyvalente et adaptable, il était parfait pour détruire les vaisseaux ennemis. Contemplant leur impuissance face à la montée des trois grands, les colonies qui étaient encore libre s'unirent pour tenter de contrecarré leurs plans, ce fût peine perdue, seule un ACAP pouvait battre un autre ACAP. Ainsi le système solaire se retrouva découpé en trois camps, L'alliance Uranienne, la Coalition et le Dominion Jupitériens, en à peine 10 ans la guerre éternel qui avait ravagé le système solaire prit fin en 2381.

Cela fait maintenant 21 ans que la guerre à cessé, elle s'était terminée avec la bataille de Dakara, la dernière station spatiale libre du système solaire, orbitant entre Mars et la grande barrière. Le Dominion avait tentée de la conquérir pour obtenir une tète de pont de l'autre côté du champs d'astéroïdes qui protégeait la coalition, mais après avoir prit possession de la colonies, les forces du Dominion furent attaquées par une flotte de la Coalition quatre fois plus grande que la leur. Dans la terrible bataille qui s'en suivit, la colonie fût détruite et tout ses habitants tués, Peu après cette tragédie un armistice fût signé entre les trois grandes puissances et la guerre cessa. En cette année 2402, les nations du système solaire se remettaient à peine de cette terrible guerre qu'une autre commençait déjà à menacer.
Crédits:
Cette fiction s'inspire de l'univers Gundam.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Partie 1 Les limbes de la peur / Chapitre 3 : Premier sang

[5784 mots]
Publié le: 2011-08-15Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Comme vous l'aurez remarqué j'ai fait quelques remaniement dans la distribution des chapitre afin de rendre les chapitres un peu moins long et plus agréable à lire, Enjoy It !

Au début, il n’y eu rien d’autre que les ténèbres abyssales, puis une lumière diffuse et grisâtre l’illumina, lui donnant l’impression d’être perdu dans un brouillard infini ou il flottait librement sans contrainte. Depuis combien de temps était-il là ? 10 secondes ? 10 heures ? 10 Ans ? Il aurait été incapable de le dire, mais alors que sa conscience commençait à s’éveiller de plus en plus, une lumière violente transperça son regard. Alors qu’il tentait de se débattre pour protéger ses yeux de cette agression soudaine, il se rendit compte qu’il était enfermé dans un tube en verre et qu’il était entouré d’une étrange matière froide et translucide. Il faisait tellement froid, il commença à paniquer, mais son corps semblait étrangement affaiblit, engourdie, il arrivait à peine à bouger ses bras. Puis subitement, son cocon de verre commença à se vidé de son liquide avant de s'ouvrir, aussitôt un feu insupportable envahit ses veines et il retrouva toute sa mobilité. Il se releva et se mit à tousser de manière incontrôlable en crachant des restes de cette matière translucide qui remplissait ses poumons et arracha les aiguilles de perfusion plantées dans ses bras avant de s'asseoir sur le bord de son caisson. Il venait de passer deux semaines sans faire le moindre mouvement et pourtant il avait l’impression d’être essoufflé. Il avait l’impression que l’atmosphère autour de lui était en feu, il faisait si chaud après avoir quitté son sarcophage glacial. C'était sa première fois en Cryostase.

La seconde conquête spatial ayant pour objectif la colonisation de tout le système solaire, ne pût se faire que grâce à deux évolutions technologiques majeures : Le réacteur à anti-matière, permettant de se déplacé rapidement entre les différentes colonies, et la Cryostase. La Cryostase que l'on appelle aussi « procédé de mort suspendue » ou encore « mort réversible » se rapproche énormément du processus d'hibernation que nombre de mammifères sur Terre avaient adopté, elle consiste à ralentir le métabolisme du sujet jusqu'à un seuil proche de la mort, permettant ainsi de supprimé les besoins en nutriment et en oxygène. D'ailleurs ce procédé se rapproche énormément de la Cryogénisation évoqué dans nombre d'œuvres de science-fiction de l'ère pré-spatiale, excepté que ces techniques était irréversible pour le sujet. Ceci à cause de la crystalisation du sang des sujets qui causait d'énormes dommages aux cellules, alors que la Cryostase avait résolu ce problème en remplaçant le sang du sujet par un Cryoconservateur, plus de sang, plus de crystalisation, et la conservation du corps était amélioré.

Tout à coup il sentit une main chaude sur son épaule.

- Ça va Jonathan ?

A côté de lui se tenait Arad, le visage soucieux, il regarda autour de lui et comprit enfin ou il était. Il se trouvait dans un long couloir froid rempli de câbles et de tuyaux de chaque côté duquel se trouvaient des caissons de Cryostase dont les autres membres de son unité étaient en train d'émerger.

- Arrête de le couvé ! Ce n’est pas comme s’il allait mourir ! Lança Lydie à l’autre bout du couloir.

- Oh ça va ! Je te rappelle qu’on était dans le même état lors de notre première mise en cryostase ! Répliqua le jeune homme originaire de Io avant de se tourner vers lui de nouveau. Respire calmement, il va falloir un moment avant que ton organisme ne se réhabitue à un rythme normal.

- Est-ce …. qu’on …. est arrivé ? Réussit il à demander dans un murmure.

- On est en orbite d’Europe et on est en phase d’approche du périmètre de défense extérieur de Daedalus. Répondit son meilleur ami.

L’ancien fils prodigue de la famille Ezechiel se releva en s’appuyant sur son camarade.

- C’est vraiment pas …. quelque chose d'agréable, je me demande comment vous faites pour supporter ça. Demanda t-il.

- J’ai déjà effectué des voyages en stase, je te rappelle que je suis originaire de Io.

- Je vois, comme je suis originaire de Ganymède en orbite de laquelle se trouve Jeremia, je n’est jamais eût à subir de stase vu qu'il n'y à que quelques jours de voyage.

- T’inquiète pas, t’es pas le seul à avoir expérimenté la mort réversible pour la première fois.

Sur ces mots le jeune pilote d’ACAP jeta un coup d’œil à droite et à gauche pour constaté que nombre de ses camarades restaient assis au bord de leur caisson ou s’aidaient des poignées fixées de part et d’autre des caissons de stase pour pouvoir se tenir debout.

- Écoutez moi tout le monde ! Lança le capitaine Damaris en s’adressant à ses coéquipiers. Je sais que beaucoup d’entre vous n’ont jamais effectué de voyage en état de mort suspendue, c’est pourquoi ceux qui ont déjà eu leur baptême vont aider les novice à marcher jusqu’aux douches, ont va devoir se laver pendant une bonne vingtaine de minutes pour éliminé tout les résidus de liquide de conservation.

Avec difficulté, les membres de l’unité du capitaine commencèrent à se diriger vers les douches et ils y passèrent beaucoup de temps à se débarrasser du Cryoconservateur dans lequel ils avaient baigné pendant deux semaines. Une demi-heure plus tard ils se retrouvèrent tous à la cantine du vaisseau autour d'un imposant repas.

- J'ai la dalle ! Hurla le Sous-lieutenant Eliezer en se jetant sur son plateau débordant de victuailles.

- Du calme ! Tenta Arad. Personne ne va te le prendre !

- Cha va laiche la ! Lançant Jonathan qui tentait de fourrer un morceau de poulet et une poignées de frites en même temps dans sa bouche

- Dites moi, vous avez jamais entendu parler de dignité humaine ? Désespéra le Sous-lieutenant Keynan.

Tout les membres de l'unité du capitaine Damaris déjeunaient à la même table et bien que les habitués de l'hibernation prolongé mangeait avec une certaine retenue, ceux qui n'en avait jamais fait l'expérience avalait tout ce qui se trouvait devant eux comme une bande de chacals affamés.

- Jo' c'est sa première fois, donc je comprend, mais TOI au moins Lydie, je pensait que tu saurait te tenir !

- Oh thca ja ! Ches pa comme chi on alech mourpfir ! Tenta répondre la jeune femme la bouche plus que pleine.

- Euh tu peux répéter dans un langage humain ? Demanda le natif de Io.

- Je crois qu'elle voulait dire qu'on n'allait pas en mourir. Répondit Jonathan à la place de Lydie après l'exploit d'avoir réussi à avalé une cuisse de poulet, un bon paquet de frites et de haricots, ainsi qu'une demi baguette de pain en moins de trois minutes sans même prendre le temps de mâché.

- Vivement qu'on arrive au QG de la défense. Murmura Arad, consterné.

- Moi aussi je suis impatiente ! Mon père m'en avais parlé et j'ai hâte de visiter la station Daedalus ! Lança joyeusement Lydie.

- Refrène ta joie, répliqua Jonathan, on ne va pas sur Daedalus.

- Quoi ? Cria la jeune femme incrédule. Mais pourtant on se dirige vers le QG de la défense !

- Bon sang il t'arrive de lire les manuels de procédure militaire qu'on t'a donné ? Lança l'héritier de la famille Ezechiel.

Un silence révélateur lui répondit.

- Et dire que c'est toi qui nous blâme tout le temps pour notre « manque d'assiduité ». Pensa t-il tout haut. Monsieur Keynan, auriez vous l'obligeance de lui expliquer ?

- Certainement, répondit le pilote à la peau mate. Europe est l’un des quatre grands satellites de Jupiter et l’une des colonies les plus prospères du Dominion, en orbite haute se trouve le QG de la défense du Dominion. La station Daedalus, le centre de coordination de la flotte du Dominion Jupitérien. En raison de son importance stratégique et militaire, la station bénéficie d’une protection maximale. Son orbite est surveillée par des satellites espions camouflés en astéroïde ou en débris spatiaux, la station elle-même est protégée par deux périmètres de surveillance dont la défense est assurée par des plate-forme de combat automatisée associé à de nombreuses escadrilles d’ACAP. Pour des raisons de sécurité visant à contrer une éventuelle menace terroriste aucun vaisseau n’est autorisé à pénétrer dans le périmètre de défense interne, pour pouvoir se rendre sur la station un vaisseau doit s’amarrer à l’un des innombrables docks spatiaux du périmètre de défense externe, puis les occupants désirant se rendre sur la station doivent prendre une navette, passé par l’une des stations d’entrée du périmètre interne pour être minutieusement fouillé, puis prendre une seconde navette pour aller sur la station et être fouillé une seconde fois. Ce système de sécurité extrême est encore aujourd'hui vivement critiqué par les visiteurs occasionnels de la station, mais force est d’admettre qu’il est efficace car aucune attaque d’aucune sorte n’a, à ce jour, réussi à atteindre le cœur de la défense Jupitérienne.

- En outre le Tsar Polka, le vaisseau sur lequel on est affecté, est amarré dans le périmètre extérieur, comme tout les bâtiments de guerre mouillant dans la zone du QG, donc on aura pas besoin de se rendre sur la station elle même. Compléta Jo'.

- Mais … on aura quand même l'occasion de se rendre sur la station non ? Notre vaisseau ne va pas partir tout de suite ! Désespéra la fille aux cheveux châtains.

- Premièrement, on ne peut se rendre sur Daedalus qu'avec une autorisation, et pour obtenir une autorisation il faut être affecté à la station, avoir un haut grade ou avoir une raison suffisamment importante pour avoir le droit de s'y rendre. Commença jonathan.

- Deuxièmement, tout ce dont on pourrait avoir besoin se trouve sur les docks spatiaux du périmètre externe, on à donc aucune raison de se rendre sur une autre station. Termina Arad.

Ainsi les deux jeunes hommes terminèrent le repas dans la bonne humeur tandis que Lydie, au tréfonds du désespoir, n'avait plus faim.

Le vaisseau qui transportait l'unité du capitaine Damaris s'arrima au dock spatial 17, la station faisaient prés d'une dizaine de kilomètres de diamètre et elle était conçu spécialement pour le mouillage des vaisseaux de guerre. Ces stations pouvaient réparé les bâtiments de la flotte tout en les ravitaillant, elles étaient idéale pour le support des vaisseaux de guerre. Le DS 17 disposait d'une dizaine de bassins de mouillage, actuellement seul trois vaisseaux, y stationnait. Faisant l'objet d'une révision, se ravitaillant ou tout simplement en attente d'un chargement important comme c'était le cas du Tsar Polka.

Le transporteur entra dans la caverne d'acier illuminée que constituait le hangar d'appontement N°4. Il s'y inséra avec douceur en utilisant ses fusées d'appoint et lorsqu'il fût arrivé en position, des bras d'amarrage se vérrouillérent sur sa coque pour l'immobilisé complétement. Puis un boyau d'arrimage se fixa sur le flanc du vaisseau, les voyants de verrouillage, d'étanchéité et de pression passèrent au vert et les portes s'ouvrirent. Devant elles se tenaient deux hommes, le premier était bruns, ses cheveux étaient constellés de mèches blanches et ses yeux en amande lui donnaient un air sévère, son visage était acéré et austère. Il portait l'uniforme de la flotte et une feuille de chêne en argent suivie de deux étoiles dorées à 8 branches ornaient son col, comme étant la preuve de son grade de capitaine de vaisseau. A côté de lui le second homme était visiblement plus jeune, ses cheveux étaient roux et son visage juvénile s'agrémentait de quelques tâches de rousseur discrètes, qui contrastait avec ses yeux verts pétillants. Il portait une feuille de chêne et trois étoiles toutes argentés lui conférant le grade de lieutenant-commander.

Lorsque le Capitaine Damaris et son unité de jeunes recrues eurent émergés de la galerie d'arrimage en flottant dans la pesanteur ambiante, ils se mirent au garde-à-vous devant les deux officiers. Les semelles magnétiques de leurs bottes leurs permettant de rester fixé au sol. Les deux hommes les saluèrent en retour et les jeunes pilotes purent se mettre au repos.

- Cela faisait longtemps que nous ne nous étions pas revus Gabriel. Lança le capitaine de vaisseau.

- Ça ne fait jamais que 19 ans depuis notre dernière rencontre capitaine Tibérius. Répondit l'éclair rouge.

- Je vous présente mon second, le lieutenant-commander James Ingram.

Les deux hommes se serrèrent la main.

- Ravi de vous rencontrer monsieur Ingram. Salua courtoisement le capitaine.

- Tout l'honneur est pour moi Capitaine Damaris. Répondit tout aussi courtoisement le jeune officier.

- Maintenant que les présentations sont faites James va montrer leurs quartiers à tes pilotes pendant que nous discuterons du bon vieux temps et des détails de la mission au messe des officiers de la station. Qu'en dit-tu Gab ? Proposa le vieil ami du capitaine.

- C'est exactement ce que j'avais imaginé Gédéon.

Ainsi les deux officiers s'éloignèrent tandis que le petit groupe d'aspirants suivait son guide, ils prirent le tram interne qui permettait de rejoindre les parties essentielles de la station rapidement sans avoir à parcourir ses interminables couloirs et atteignirent la station du bassin N°3. Après avoir passé quelques couloirs ils se retrouvèrent dans l'une des baies de transit des passagers. C'était une salle immense dont l'un des côtés donnait sur l'intérieur du bassin grâce à une imposante baie vitrée. Cela faisait presque plus d'un an et demi que ces jeunes recrues vivaient dans l'espace, il avait déjà eu l'occasion de voir de nombreux vaisseaux civils de différents tonnages, et quelques vaisseaux militaires de loin. Mais jamais il n'en avaient observé un d'aussi prés. Sa longue coque était peinte un blanc, seul la proue du vaisseau était peinte en noir, indiquant la présence d'un blindage thermique spécial et de puissants générateurs de champs magnétiques qui écartaient les micro-météorites et autres débris spatiaux afin de les empêcher de causer de grave dommage lors des transits à haute vitesse. Les réacteurs conventionnels qui propulsait le bâtiment étaient regroupés autour du réacteur à antimatière dans un énorme cylindre blindé qui pouvait être expulsé loin du vaisseau en cas de risque d'explosion. Ses hangars à ACAP faisaient toute la moitié avant du vaisseau, divisés en quatre rangées, deux sur chaque flancs, chaque rangée était équipé de onze Mass driver pour propulsé chaque armure hors du vaisseau.

- Je vous présente le Tsar Polka. Commenta le Lieutenant-Commander Ingram. Dernier né des vaisseaux de base de la récente classe Polaris. Il fait 1110 mètres de long, vitesse de pointe avec moteurs conventionnels : 50 000 km/h. Avec son moteur à antimatière il peut atteindre 150 000 km/h. Il dispose de canons léger et d'antimissiles pour se défendre contre les armures de combat ennemies et les missiles des autres navires. Comme armement offensif il ne dispose que de 6 tubes lance missile anti-vaisseaux, mais comme tout vaisseau de base sa principale force ce sont les escadrilles d'ACAP qu'il transporte.

Ils restèrent un moment songeur devant le géant en titane qui dormait dans le vide de l'espace de l'autre côté de la baie d'observation, puis le commandant en second du vaisseau regarda sa montre. Il fallait qu'il se dépêche. Il devait superviser personnellement le chargement des armures des nouveaux pilotes et il risquait d'être en retard.

- Bien ! Annonça t-il pour sortir les bleus de leur examen minutieux de la coque du vaisseau. Je vais maintenant vous montrer vos cabines …

- Mais c'est pas possible ! S'exclama Lydie.

- On sait, c'est la dix-septième fois que tu nous le dit. Soupira l'héritier de la famille Ezechiel.

Les chambres des pilotes comptaient quatre lits superposé, la jeune fille s'était par hasard retrouvé avec ses amis de toujours : Arad et Jonathan. Qui non comptant de partager la même chambre qu'elle s'étaient montré plus rapide pour prendre les lits du bas, l'obligeant à dormir sur l'un des lits du dessus. Le quatrième colocataire était elle aussi une fille : Marie Langley, une grande blonde aux yeux bleus qui n'était pas du genre à se plaindre. Contrairement a la recrue Eliezer.

- Et alors ? Je continuerait a me plaindre jusqu'à ce qu'on me change de chambre ! Je refuse de respiré le même air que vous deux !

- Mais bordel conduit toi en adulte pour une fois ! Répliqua Jonathan agressivement.

Et ainsi une longue dispute commença à secouer leur petit cabine, Marie mit une paire d'écouteurs sur ses oreilles pour écouter un peu de musique sans se préoccupé de la quatrième guerre mondiale qui se jouait à quelques centimètres d'elle. Quand a Arad, une seule question philosophique et existentielle agitait son esprit : « Mais qu'est ce que je fous là ? »

- Je vois, alors c'est ça leur plan ? Murmura Gédéon.

Lui et Gabriel étaient assis à l'une des tables du grand et luxueux messe des officiers, presque désert à cette heure.

- On ne t'en avait pas parlé ? Demanda l'éclair rouge.

- Si, mais l'agent des services de renseignement qu'on m'a envoyé est rester très vague. C'est bien un plan de Cornélius Drake.

- Le premier ministre ? Demanda le capitaine étonné.

- Lui même, c'est certainement lui qui à concocté cette mission suicide. Avant de faire de la politique il s'était engagé dans la flotte. C'est un excellent stratège qui atteint toujours ses objectifs, tout en faisant en sorte d'avoir le moins de perte possible, comme tout commandant qui se respecte. Mais ce que les gens savent moins c'est qu'il n'hésite pas une seconde à sacrifié ses hommes si ça en vaut la peine et qu'il n'a pas d'autre choix, là ou un autre aurait hésité et opter pour une solution moins fructueuse en terme de résultat mais ou l'on diminuait ses pertes.

- Tu à l'air de bien le connaître.

- Je l'ai déjà rencontré plusieurs fois au cours de remises de médailles et de bals organisés pour fêter la fin de la guerre. D'ailleurs tu à dût le rencontré à ces occasions, étant donné que tu y était présent toi aussi.

- Oui mais c'est pas par ce qu'il m'a accroché quelques médailles et qu'on à bu un peu de champagne ensemble que je le connais. Et puis tu sais les hommes politiques ça va ça vient ….

- C'est ça ton défaut, tu n'a jamais réussi à jauger les gens au premier regard.

- Contrairement à toi je présume.

- Exactement, mais j'ai quand même dût faire quelques recherches et j'ai fait jouer quelques relations pour avoir accès à son dossier militaire, c'est comme ça que je me suis fais une meilleur idée de son profil.

- Et c'est comme ça que tu en est venu à cette conclusion ?

- Exactement, ce plan est tout à fait son genre.

- Et alors ? Tu l'approuve ou tu le condamne ?

- Je l'approuve. Lança sérieusement le commandant du Tsar Polka. Ça peut paraître froid et calculateur comme plan pour le dirigeant de notre nation, mais étant donné les circonstances c'était la meilleur décision qu'il pouvait prendre, il peut paraître cruel mais il ne fait jamais de sacrifices inutiles. Avec lui au pouvoir les militaires étaient sûr et certain d'en déguster à la prochaine guerre, mais en même temps on était certain que s'il y en avait bien une, Cornélius Drake la gagnerait.

- Je vois, « Quand les temps sont durs il faut se montrer aussi dur qu'eux ». Murmura le capitaine.

- Je ne l'aurais pas mieux décrit ! C'est exactement sa façon de penser. Conclut le capitaine de vaisseau.

- Il faudrait peut-être prévenir les deux autres pilotes affecté sur ton vaisseau.

- Pas la peine, ils sont déjà partit pour Minerva.

- Quoi ? Mais on m'avait promit qu'ils seraient présents sur cette mission ! On ne peut pas se permettre de se passer de deux vétérans surtout sur cette opération ! S'exclama Gabriel.

- Calme toi Gab, c'est prévu, ils feront partit de la mission, en fait, les huiles ont apparemment décidé de vous donner une chance supplémentaire à toi et à tes petits jeunes. Mais avant de t'expliquer j'aimerais que tu me dise : Que sait-tu d'eux ?

- Tout ce que j'ai pût obtenir sur le réseau de la défense c'est que tu avait déjà deux bons pilotes mais qu'ils ont été remplacé il y à deux mois par deux vétérans, je n'est pas obtenu beaucoup d'informations sur cette réaffectation, je ne me souviens même plus de leur noms.

- C'est très bien comme ça, par ce que ce sont des faux.

- Je ne comprend pas.

- Les deux pilotes qu'on m'a réaffecté sont apparut comme par miracle après que l'agent des services de renseignements soit venu m'informer de la petite fourberie de Drake. Et pour cause ils font parti de Medusa.

- Les forces spéciales ? Je croyait qu'on ne pouvait pas se permettre la moindre irrégularité qui pourrait paraitre suspecte ?

- Toute à fait, mais seule une poignée d'officiers haut-gradé connaissent leur appartenance aux forces spéciales, plus toi et moi, en dehors de ce cercle très restreint personne n'est au courant. De plus l'existence de Medusa reste un secret même au sein de l'armée, seul quelques rares élus connaissent leur existence.

- Comme toi et moi.

- Oui et encore, s'ils n'avaient pas était impliqué à Dakara ont n'en aurait jamais entendu parler.

- Bon d'accord, va pour Medusa, mais pourquoi sont ils partis à Minerva ?

- Du peu qu'ils m'ont dit, de la-bas ils sont censé prendre un petit vaisseau furtif et se glisser discrètement jusqu'à notre objectif, lorsque l'opération débutera, ils se placeront de manière à pouvoir prendre l'ennemi à revers.

- Et comment allons nous présenter ça aux médias ?

- C'est simple, d'après la feuille de route ils sont toujours à bord et participeront à l'exercice en testant tes petits bleus dans une situation de combat réel lorsqu'on sera arrivé à Palas.

- Ce qui justifiera leur présence dehors et le fait qu'ils soient eux aussi armés je suppose ?

- Tout à fait.

Le capitaine poussa un soupir et s'adossa sur le dossier de la banquette.

- Tu as l'air … fatigué. Fit remarqué Gédéon.

- Je crois que ce n'est plus de mon age.

- Et oui, c'est ça la vieillesse, vivement la retraite !.

3 mois s'étaient écoulé Depuis que le Tsar Polka avait quitté l'orbite de Io, il venait de finir de décélérer et était entré dans la ceinture d'astéroïdes que constituait la grande barrière, qui, contrairement à ce que l'on pense d'habitude, n'avait de champ que le nom. En effet les astéroïdes de la grande barrière étaient peu nombreux et étaient éloigné les uns de autres de plusieurs millions de kilomètres, par contre les astéroïdes eux-mêmes attiraient de nombreux débris et autre poussières spatiales qui se rapprochaient de la vision qu'avaient les auteurs de science-fiction d'un champ d'astéroïdes. Le vaisseau se dirigeait vers Pallas, troisième plus grand planétoïde qui à lui seul contient 7% de la masse totale de la ceinture. Le bâtiment du Dominion s'était mis en orbite haute autour du planétoïde, bien à l'extérieur de son champ de débris pendant que le petit groupe d'ACAP s'y enfonçait inexorablement.

Dans son cockpit, Jonathan contrôlait les instruments de son armure toute neuve avec entrain, l'IA était plus puissante et plus vive que son précédent modèle et les commandes était plus fluide et plus énergiques. Il fut interrompu dans sa vérification par un discret signal lumineux envoyé par le capitaine leur signifiant qu'ils entraient dans la zone de combat. C'était vraiment étrange de se battre aux côtés du capitaine Damaris, étant donné que jusqu'à présent c'était lui leur adversaire durant les simulations et les entrainements. Mais après tout, de quoi pouvaient ils s'inquiéter ? « L'éclair rouge » était de leur côté, cet entrainement allait être une ballade de santé.

Gabriel quand à lui s'efforçait de rester concentré, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas participé à un vrai combat, il avait oublié le goût de la transpiration mêlée à celui de la nervosité. Et la peur, cette veille amie, ne l'avait pas envahie depuis prêt de deux décennies. Mais ce n'était pas pour lui qu'il avait peur, c'était ses recrues qui l'inquiétait, ayant lui même été une jeune recrues dépourvue d'expérience au cours du précédent conflit, il savait ce qu'il allait leur faire. Non, en faite c'était bien pire que ça, lorsque lui même était allé au front pour la première fois, il savait à quoi il s'exposait, il savait qu'il verrait des gens mourir, il savait qu'il aurait du sang sur les mains. Mais les jeunes pilotes dont il avait la charge ne savait pas qu'il les emmenaient à l'abattoir, il ne savait pas qu'ils allaient affronté la plus grande peur de leur existence, et pour cause: ils pensaient que ce n'était qu'un exercice.

Mais l'heure n'était pas à la culpabilité, il y avait des choix difficiles à faire et dans ces moment là, il faut savoir prendre ses responsabilités et assumer les conséquences de ses actes. Après tout, il avait déjà beaucoup de morts sur la conscience.

La petite troupe d'armure continuait de s'enfoncé de plus en plus profondément dans le champ de débris, la tension se faisait de plus en plus sentir, même s'il ne s'agissait que d'un exercice et que les balles en caoutchouc à faible vélocité ne pouvait pas traverser le blindage de leurs armures. Eux était équipés de véritables fusils, avec de vrais balles accélérées magnétiquement pouvant transpercer le métal le plus résistant comme du beurre. Pendant les entrainements à balles réels il fallait aussi bien craindre ses ennemis que ses amis.

Soudainement plusieurs lumières minuscules scintillèrent devant eux, les systèmes de reconnaissance identifièrent ces lumières comme étant le résultat du tir d'un fusil hybride poudre/magnétique et déclenchèrent les alarmes de collision. Ce système permettait d'évité les tirs ennemis au delà d'une certaine portée du fait que la lumière provenant du feu provoqué par la combustion de la poudre allait bien plus vite que les balles tirées, et laissait donc une ou deux seconde pour évité le tir. Au son de cette alarme qu'ils avaient mainte et mainte fois entendu, les jeunes pilotes actionnèrent leurs boosters pour s'écarté de la trajectoire des balles. Malheureusement deux d'entre eux furent trop lents. Les balles hypersoniques déchirèrent l'acier de leurs armures de combat comme si ce n'était que du papier, le premier à avoir été touché se mit à dérivé en tournant sur lui même, mais le réacteur nucléaire du second s'emballa et explosa dans une gerbe de lumière.

Le premier sang venait d'être versé.

Commentaire de l'auteur Il y à eu beaucoup de parlotte pendant ce chapitre, mais dans le prochain nous ferons place à l'action ! Il s'intitulera "La peur du soldat".
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales