Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Revue Gaueko no 2
    Éditions Les ruminant-e-s
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - horreur - poésie - merveilleux
    Délai de soumission : 31/07/2019
  • Amours Surnaturelles
    L'Alsacienne Indépendante
    Nb de signes : < 90 000 sec
    Genre : paranormal - romance
    Délai de soumission : 30/10/2019
  • Collection Azurite
    Éditions Onyx
    Nb de signes : > 280 000 sec
    Genre : imaginaire - policier
    Délai de soumission : 01/07/2019
  • Collection Obsidienne
    Éditions Onyx
    Nb de signes : > 280 000 sec
    Genre : dystopie - imaginaire
    Délai de soumission : 01/07/2019
  • Collection Pierre de lune
    Éditions Onyx
    Nb de signes : > 280 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - dark fantasy - imaginaire
    Délai de soumission : 01/07/2019
  • Région Centrale#2
    milagro éditions
    Nb de signes :
    Genre : poésie
    Délai de soumission : 29/04/2019
  • Anthropocène, mon amour
    Le Chien à deux queues
    Nb de signes : 10 - 40 000 sec
    Genre : post-apocalyptique
    Délai de soumission : 07/07/2019
  • Saint Valentin : la lettre
    Reines-Beaux
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : romance
    Délai de soumission : 30/06/2019
  • Appel à manuscrits
    Éditions Sèment
    Nb de signes :
    Genre : jeunesse - young adult
    Délai de soumission : 20/03/2020
  • AP Thriller
    Editions du Saule
    Nb de signes : > 240 000 sec
    Genre : thriller - fiction
    Délai de soumission : 18/11/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Les personnages féminins dénigrées dans les fanfics
 par   - 3278 lectures  - 56 commentaires [31 mars 2019 à 19:43:00]

La fanfiction revêt un intérêt tout particulier pour les amateurs d'écriture car elle permet de faire durer un univers créé par un auteur dans notre imagination. On peut s'imaginer et jouer avec les personnages, moduler le monde qui nous facine de bien des manières.
Mais il est un constat flagrant et particulièrement déroutant qui est le dénigrement des personnages féminins surtout dans les fanfics du genre yaoi. Dans la plupart quand les filles ne servent tout simplement pas de décor, elles sont décrites comme cruches, écervellées seulement pour justifier l'orientation sexuelle des personnages masculins. Soit c'est une pleurnicheuse, soit une mijorée qui s'extasie devant le héros gay.
J'ai constaté que dans 90% des fics les personnages féminins sont totalement ridiculisées. Pourtant, la majorité des auteurs qui écrivent sur du yaoi sont des filles.
Alors je me demande: est-ce la vision que vous avez de la femme vous qui en êtes une? Vous vous voyez faible et cruches comme vos persos, incapables d'aligner un mot devant un beau garçon? Vous vous considérez réellement comme des pipelettes qui pleurnichent pour un ongle cassé? Car c'est comme cela que vos personnages féminins sont dans les fics. Pourtant si on regarde bien, en amour puisqu'il s'agit de cela, un homme réellement amoureux peut se montrer parfois bien  plus fragile qu'une femme lorsqu'il vit une déception amoureuse ou qu'il est dans une vraie relation. Soyez fière de ce que vous êtes et ne rabaissez pas la femme ainsi.
Je serais curieuse de savoir pourquoi tous ces auteurs ont besoin que dans une fic ou les personnages sont gays, la femme n'a pas sa place. Et dans le genre opposé pourquoi la fille est toujours celle qui joue le rôle de l'amoureuse transie au premier regard.
Evidemment, ce sont des généralités mais c'est rare de voir une fic yaoi réaliste avec une égalité des sexes.
Qu'en pensez-vous?

Cet article est une réflexion fondé sur des constat et après plusieurs recherches.
Merci d'avoir lu.


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Fics Originales

 > 

Nouvelles

Sakura, exhibitionniste malgré elle?
[Histoire Terminée]
Auteur: Qalair Vue: 413
[Publiée le: 2013-01-03]    [Mise à Jour: 2013-01-03]
13+  Signaler School-Fic/Erotique/Parodie/Tranche de vie/Hétéro/Absurde Commentaire : 1
Description:
[nudité, exhibitionnisme, attouchements]
Comme toute japonaise, Sakura obéira au règlement et se rendra donc dans son nouveau lycée en uniforme. Des bas et une ceinture pour tous vêtements, elle prendra le train aux heures de pointes, entre voyeurs et tripotteurs. Que va-t-il lui arriver?
Crédits:
Tous les personnages m'appartiennent.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Sakura, exhibitionniste malgré elle?

[4270 mots]
Publié le: 2013-01-03Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Première version d'un délire entre potes lors de notre premier voyage au Japon! Parfois (souvent?) les uniformes des lycéennes sont tellement courts (ce dont nous ne nous plaignons pas ceci dit!), autant ne rien mettre ça évitera aux mecs de tendre le cou pour apercevoir la face presque pas cachée de la lune!

Sakura, une jeune japonaise de 15ans, avait choisit elle-même le lycée où elle allait étudier à partir de son entrée en classe de seconde. Il était situé très loin de chez elle, soit 1h30 minimum si elle prenait le bus après deux trains, 2h si elle optait pour la marche après les deux trains. Elle avait aussi une dizaine de minutes à faire à pieds de chez elle à la gare. Le lycée était ouvert 7j/7 proposant en dehors des heures de cours beaucoup d'activités sportives ou culturelles, dont de nombreuses à l'extérieur de l'établissement. C'était justement ça qui l'avait décidé à y entrer, outre le fait qu'il n'y avait pas d'examen d'entrée pour les jeunes filles désirant intégré le lycée W. Un autre point important pour la jeune lycéenne était que les filles n'étaient acceptées qu'à partir de cette rentrée scolaire et aussi que leur uniforme, fournit par l'établissement, devait changer très souvent au cours de l'année. De plus, pour attirer de filles, une bourse d'étude leur était exceptionnellement offerte pour toute inscription cette année.

Les parents de Sakura l'avait laissé choisir, l'argent n'étant pas un critère dans cette famille très aisée et Sakura avait obtenu d'avoir l'argent d'une éventuelle bourse en tant qu'argent de poche supplémentaire.

Elle avait donné ses mensurations précises au tailleur de l'établissement, elle avait reçu son uniforme complet dans les semaines qui suivaient, juste au début des vacances de printemps, qui marquaient la fin de l'année scolaire au Japon. Évidemment elle avait voulu l'essayer immédiatement mais quand elle ouvrit son paquet elle crut à une erreur. Mais l'imprimé joint ne laissant aucun doute elle se jeta sur le règlement intérieur, qu'elle avait ignoré au moment au choix de son lycée, pour vérifier ce qu'il disait: Toutes les jeunes filles de l'établissement devront obligatoirement porter leur uniforme, et uniquement leur uniforme, tout les jours de classe et ce, au moins du départ de chez elles le matin jusqu'à leur retour le soir, ainsi que pendant toutes les activités scolaires, qu'elles se passent dans ou hors de l'établissement. L'ouverture de l'établissement à la mixité est dû au nombre important d'élèves de sexe masculin appartenant à la haute société et destinés à un avenir brillant. Les élèves de sexe féminin se verront occtroyer une bourse considérable ainsi que l'absence d'examen d'entrée malgré le niveau élevé de l'établissement, en contre-partie de quoi elles accepteront sans dérogation possible de porter l'uniforme qui leur sera fournit, celui-ci étant susceptible de changer de nombreuses fois durant l'année afin de maintenir l'effet de surprise, d'inovation et surtout d'encouragement destiné aux élèves de sexe masculin et accepter les attouchements, ceux-ci étant certifiés d'ordre non sexuel à moins du consentement écrit de l'élève de sexe feminin et de rester dans l'établissement jusqu'à ce qu'elles réussissent les examens de fin de troisième année.


Elle enfila rapidement un peignoir au dessus et se précipita voir ses parents pour demander un changement de lycée en leur présentant le dessin représentant l'uniforme qu'elle allait devoir porter tout les jours pendant les prochaines semaines, jusqu'à ce que le conseil en valide un autre. Ses parents firent semblant de pas comprendre le dessin et demandèrent à Sakura de leur montrer l'uniforme sur elle, si elle espérait se plaindre de quelque chose.

La jeune fille tourna le dos à ses parents et retira le peignoir qui recouvrait son uniforme tout neuf. Ses parents contemplèrent l'ensemble, commençant par les bas opaques noirs qui montaient jusqu'à mi-cuisses, puis la large ceinture noire reposant sur les hanches et s'arrêtant juste au dessus de la raie de fesses, et ensuite un chauffe-épaules noir également, à manches courtes bouffantes et à col chemisier. Ils demandèrent à Sakura de se retourner et découvrir alors l'avant. Deux gros nœuds papillon blancs venaient compléter l'uniforme, l'un autour du cou et l'autre en guise de boucle de ceinture au milieu du ventre, sous le nombril et au dessus du pubis. Hormis ceci, leur fille était complètement nue. Le couple admira leur fille et lui dirent que ça lui allait très bien et que s'était elle qui avait choisi son lycée, elle devait assumer son choix, surtout à quelques jours de sa rentrée en seconde.


Sakura, complètement choquée, occulta cet uniforme pendant le restant de ses vacances et au matin de sa rentrée, elle fit le triste constat qu'elle n'avait entamé aucune démarche pour changer de lycée. Sa mère la réveilla, lui sorti son uniforme et le posa au pied de son lit, lui demandant de se préparer rapidement parce qu'ils auraient un petit déjeuné en famille tout les matins maintenant que les vacances étaient finies. Ne sachant que faire, Sakura enfila son uniforme et remis un peignoir dessus pour dissimuler sa nudité et descendit dans la salle à manger.

Ses 4 frères et sa sœur étaient déjà attablés: Takaichi 14 ans, Hiroshi 13 ans, Sho 7ans et Hiromi 11 ans. Un regard de sa mère et la jeune fille comprit qu'elle n'avait pas d'échappatoire, alors elle retira son peignoir, dévoilant son nouvel uniforme au reste de sa famille. Elle était la seule à changer d'établissement scolaire et donc à porter un uniforme différent de l'année précédente. Elle dut présenter son uniforme en faisant plusieurs tours sur elle même, en tournant plusieurs fois autour de la table et en subissant l'éternelle séance photo de son père, photographe par métier et par passion, qui immortalisait ses enfants tout au long de leur vie. Il s'en donnait à coeur joie, tant cet uniforme et la perspective des prochains lui donnait beaucoup de raison de photographier son ainée.

Takaichi et Hiroshi décidèrent unanimement qu'eux aussi intègreraient ce lycée, parce que l'uniforme des filles leur plaisait vraiment beaucoup. C'était le paradis, même si le concours d'entrée était plutôt l'enfer pour les garçons. Leur père leur fit remarquer que l'uniforme des filles changeait très souvent et que le prochain serait peut-être une longue robe noire informe et tous rirent très fort en imaginant ce changement radical.


Une fois le petit déjeuné terminé, l'heure fatidique du départ arriva et Sakura, bien que n'y croyant pas du tout, espérait que ses parents ne la laisse pas sortir comme ça ou au moins qu'ils l'amènent jusqu'au lycée en voiture. Il n'en fut rien et une fois ses chaussures enfilées et son sac sur l'épaule, elle sortit. Il était 6h45 et le soleil était suffisamment haut dans le ciel pour qu'il fasse bien jour. Elle frissonna en sentant la brise fraiche de ce matin d'avril directement sur son corps, faisant durcir ses tétons instantanément. Son père ne lâchait pas son appareil et la suivit tout le long de l'allée jusqu'à ce qu'elle ai franchit le portail de la maison, et qu'elle soit maintenant nue sur la route. Il savait qu'il aurait beaucoup d'autres occasions pour immortaliser sa fille au cours des trois années à venir.


Tremblante et honteuse, elle marchait en rasant les murs, sentant ses seins bouger beaucoup plus que d'habitude au gré de ses pas. Elle avait une grosse poitrine pour une japonaise de 15 ans et ses deux seins biens fermes se dandinaient de gauche à droite et de bas en haut au gré de ses pas. C'était évidemment la première fois qu'elle se trouvait nue en public, mais ne le réalisait pas encore. Elle s'autopersuadait qu'elle devait rêver. Après tout, c'est un rêve bien commun que de se retrouver nu en public. Elle ralentit pour que ses seins ne rebondissent plus autant mais changea rapidement d'avis désirant arriver au plus vite à la gare et se mit donc à courir quelques instants, le temps de réaliser que c'était très inconfortable d'avoir les seins nus secoués dans tout les sens. Comme elle aurait aimé avoir une toute petite poitrine à cet instant. Elle opta pour de longues enjambés, ce qui laissait le haut de son corps le plus immobile possible.

Elle était même pas à la moitié du trajet jusqu'à la gare qu'elle aperçu des gens sur le trottoir d'en face. Elle chercha vainement où se cacher, mais ne trouva rien. Le couple la croisa sans la remarquer à son plus grand soulagement. Elle poussa un grand soupire et releva la tête pour voir un homme en face d'elle, sur le même trottoir, qui lui, la regardait en souriant tout en la photographiant avec son téléphone. Sakura rougit vivement et tenta de cacher ses seins et son sexe, mais déjà l'homme passa à côté d'elle, elle se retourna le temps de voir qu'il l'avait également photographiée de dos. Elle se sentit au bord des larmes et s'en voulait tellement d'avoir choisit cet établissement de pervers. Pourtant tout au fond d'elle, elle se sentait excitée. Pour la première fois quelqu'un la photographiait dans la rue, quelqu'un la remarquait! D'un naturel plutôt fermé aux autres, elle n'était jamais le centre d'attention et même si beaucoup de garçons voulaient sortir avec elle, peu d'entre eux osaient l'aborder, l'imaginant trop sérieuse ou trop stricte pour avoir une chance. Perdue dans ses pensée, les rires d'un groupe de jeunes enfants la firent revenir à la réalité. Ils avançaient vers elle en la regardant avec de grands yeux, se demandant à voix haute si elle n'avait pas froid et si elle avait oublié de s'habiller ce matin. Sakura accéléra le pas pour les dépasser et entendit encore leurs rires alors qu'elle avait tourné vers l'avenue de la gare. A partir de là, elle savait qu'il y aurait beaucoup plus de gens, de voitures, de bruits...

Elle en tremblait de peur et d'excitation à la fois, alors qu'elle se dirigeait vers les escaliers pour entrer dans la gare. Elle était assez en avance pour ne pas être à l'heure de pointe, mais il y avait quand même déjà beaucoup de gens autour d'elle. Elle sentait les regards sur elle et le frottement des vêtements de temps en temps. Elle sorti sa carte de transport et passa les portiques automatiques avant de prendre les escaliers pour aller sur son quai. Un train partait justement, elle avait 10mn d'attente jusqu'au suivant. Elle longea le quai pour attendre à l'emplacement de la première voiture. Elle était la première dans la file d'attente, son corps nu face aux rails et surtout face au quai d'en face où les voyageurs s'en donnaient à coeur joie avec leur téléphone portable. Elle entendait les déclics des photos prises juste à côté d'elle, mais ne pouvait rien faire d'autre que les ignorer. Elle disait que si elle s'énervait où si elle pleurait ça ne changerait rien, sauf peut-être leur donner encore plus de possibilités de prendre des photos avec des poses différentes. Elle resta de marbre, fixant les rails en espérant que le train arrive le plus vite possible. Ces dix minutes lui parurent une heure, mais le train entra enfin en gare. Elle repéra une place assise et s'y précipita. Elle était au milieu d'une voiture, entre eux hommes en costume cravate comme la majorité des hommes du train. Quelques élèves garçons et filles en uniformes divers parsemaient de couleurs ses costumes sombres. La jeune lycéenne posa son sac sur ses cuisses, cachant sexe et posa ses avant-bras dessus. Elle ne cherchait pas à cacher ses seins, se disant qu'elle attirerait que plus les regards, mais évidemment, des seins nus dans un train d'hommes en costume sombre ne passent pas inaperçus et elle fut encore prise en photos un nombre incalculable de fois. Elle tenta de se persuader que se serait qu'aujourd'hui, après ils seraient habitués à la voir et l'ignoreraient, mais elle savait que ce n'était pas toujours les mêmes gens qui étaient autour d'elle.

Elle s'était inquiétée d'éventuels attouchements, mais jusqu'à présent elle n'avait pas eu de problèmes. Elle préférait être prise en photos que tripotée. Après plusieurs stations, le train arriva à la gare où elle devait descendre et elle ne put que remarquer les téléphones braqués sur elle alors qu'elle se levait, dévoilant le reste de son corps. Le train étant maintenant bien plus plein, elle dû se frayer un passage entre tout les corps, sentant les vêtements contre sa peau, tantôt rêches, tantôt doux. Elle sentit aussi quelques mains qui l'effleuraient, volontairement ou non elle ne le savait pas, mais sans s'attarder.

Elle quitta le train sous les yeux intéressés de ceux qui voulaient y monter. Elle prit des escalators, marcha dans les couloirs, prit les escaliers et arriva enfin à son quai. Le train arrivait juste alors elle se dépêcha d'y monter. Elle se trouvait au milieu d'une rame, debout face aux gens assis sur la grande banquette dos aux fenêtres. Elle se tenait fermement au triangle au dessus d'elle de la main gauche, tenant son sac sur son épaule droite. Là encore les téléphones l'immortalisèrent. Elle sentit des mains sur ses fesses et alors qu'elle bougeait pour s'en libérer, elle sentait ses gros seins gigotter sous les yeux avides des voyageurs assis sous elle. Le train s'arrêtant en gare, elle senti et vit deux grandes mains prendre ses seins à pleine mains et les palper un bref instant avant de disparaîtrent dans la foule. Elle fut beaucoup tripotée dans ce train et fut soulagée d'arriver enfin en gare. Elle eut du mal à sortir à cause du nombre de mains qui se trouvaient sur son passage. Elle se sentait sale et accélérait le pas alors qu'elle quittait la gare, ignorant les remarques des gens sur son « uniforme ». Se disant qu'elle n'était finalement plus à ça prêt, elle décida de prendre le bus plutôt que de marcher. Le conducteur lui fit un énorme sourire en la voyant et Sakura le lui rendit par habitude. Une bande de gamins de maternelle entra dans le bus derrière elle et piaillant très forts. Quand ils virent la jeune fille, ils se précipitèrent vers elle, la bombardant de questions. Pourquoi t'es toute nue? T'as pas froid? T'as oublié ta jupe? Tu vas à quelle école? Je peux toucher? C'est tout doux? Pourquoi le bout est tout dur? Et les autres passagers regardaient la scène bouche bée. Sakura se laissa tripoter par ses petites mains encore innocentes et ne put s'empêcher de gémir que ses tétons furent pincés sans préavis. Le bus arriva enfin à destination mais elle n'avait pas encore vu une seule autre élève portant le même uniforme. Certes elle était assez en avance, mais pour la rentrée des classes s'était assez normal pensait-elle. Elle descendit du bus et longea l'avenue jouxtant son nouveau lycée. Il lui restait encore à traverser le grand carrefour et elle serait enfin arrivée à l'imposant portail d'entrée. Le feu pour piétons clignottait quand elle arriva au passage, désirant éviter que ses seins sautent encore dans tous les sens, elle décida de ne pas courir et d'attendre patiemment le feu vert. A l'autre bout elle aperçu plusieurs voitures aux vitres teintées desquelles sortaient des jeunes filles presque nues comme elle. Elle se sentit soudain très soulagée. Le lycée devenant mixte cette année, qu'aurait-elle fait si elle avait été la seule fille?

Un groupe de cinq garçons, donc l'embême cousu sur leur veste confirmait qu'ils étaient lycéens dans le même établissement qu'elle l'aborda. Ils éclatèrent de rire en apprenant qu'elle avait passé presque deux heures dans les transports en commun dans cette tenue. Elle apprit donc que les autres filles inscrites étaient toutes de bonnes familles et surtout qu'elles intégraient le lycée faute de mieux pour la plupart, trop mauvaises élèves pour entrer dans un établissement de bon niveau, mais de trop bonne famille pour que les parents n'acceptent qu'elles entrent dans un établissement pas réputé et beaucoup d'entres-elles, pour ne pas dire la totalité, avait déjà eut des problèmes avec la police pour exhibitionnisme voire même prostitution. Leurs parents les envoyaient dans l'établissement de un à trois ans jusqu'à ce qu'elles se calment. Cependant, ils ne voulaient pas que des étrangers s'en prennent à leurs filles et encore moins que le grand public ne soit au courant pour des dérives sexuelles de leur fille et donc les faisaint emmener en voiture jusqu'à devant la porte et rechercher le soir. Ces filles pouvaient donc continuer à assouvir leurs desirs mais pas avec n'importe qui puisque les mâles de l'établissement étaient de la haute société et/ou très intelligents pour avoir réussit l'examen d'entrée.

Sakura leur expliqua qu'elle n'avait pas lu le règlement mais comme elle n'était pas vraiment travailleuse ni intelligente, elle n'avait pas encore de passer d'examen d'entrée, d'où le choix de ce lycée. Elle reçu plusieurs claques retentissantes sur ses fesses en guise de félicitations pour son choix qu'ils estimaient très judicieux, surtout compte tenu de son grand développement mamaire qui tranchait beaucoup avec la moyenne japonaise. Entrant en première année comme elle, ils espéraient vraiment se retrouver dans la même classe afin de pouvoir faire plus ample connaissance!

Entendant le déclic de l'appareil photo du téléphone d'un passant, les garçons tentèrent leur chance, demandant à Sakura s'ils pouvaient prendre une photo ensemble. Sakura se disait qu'elle n'était pas à ça prêt, eux au moins lui avait demandé, mais comme le feu passait enfin au vert, elle leur demanda d'attendre d'être arrivés dans le parc du lycée, endroit beaucoup plus propice aux photos, elle n'en doutait pas! Jetant furtivement des regards autour d'elle, elle constat avec plaisir qu'effectivement les filles qu'elle voyait étaient loin de la battre sur le plan mamaires et ne pu s'empêcher de sourire. Les années à venir promettaient d'être très interessantes, elle allait passer du rôle plus que secondaire qu'elle avait eu jusqu'à présent à un rôle bien plus important au sein de ce lycée bien spécial! A défaut de pouvoir utiliser son développement cérébrale, il lui restait le mamaire! Et là elle avait plusieurs kilo de développement et c'était certainement pas terminé!

Devenue toute joyeuse en plus de son excitation, elle fit remarquer de la foutaine en pierres feraient un beau fond pour des photos, ce qui fut inanimement accepté par les garçons qui l'accompagnaient. S'en suivit une scéance de photos comme Sakura en avait l'habitude avec son père, exception faite que cette fois elle était pour ainsi dire nue et que les jeunes hommes désiraient non seulement la prendre en photo sous toutes les coutures ou presque mais également se faire prendre avec elle et qu'ils avaient des mains de plus en plus baladeuses. Quand l'un deux demanda à être prix en photo debout, avec elle dos contre son torse et qu'il pinça et tira gentillement en avant les deux tétons déjà biens durs en passant ses bras sous les aisselles de Sakura qui elle devait caresser ses cheveux, tous les autres acquiéssèrent et demandèrent la même pose. C'est ainsi que, dès lors quand ils voyaient Sakura, ils s'empêssaient de lui faire ce tiré-pincé de tétons comme salutations. La jeune fille émettait toujours un petit couinement qui les faisait rire et égaillait leur journée, surtout quand ils la voyaient tôt le matin.

Sakura se trouva être la seule fille de sa classe, normal vu que l'établissement ne comptait que 8 élèves de sexe féminin, toutes en première année, soit une par classe pour ne pas faire de jaloux. Cependant, pour éviter d'éventuelles jalousie de la part les élèves de deuxième et troisème année, les filles devait faire ce qui s'appellait leur devoir journalier, aller rentre visite à d'autres classes, pendant quelques minutes plusieurs fois dans la journée, classes changeant toutes les semaines par un système de rotation, permettant à tout les élèves de rencontrer toutes les filles.

Curieusement du point de vue des gens extérieurs à l'établissement, les filles n'étaient soumises à aucune violence sexuelle ou physique de la part de la gente masculine. Certes, entre elles s'était loin d'être l'entente cordialement, et tout était fait pour qu'elles se rencontrent le moins possible, et celles qui désiraient baiser trouvaient leur bonheur sans que ce soit une obligation. Les filles étaient là pour le moral, le plaisir des yeux et des sens dans la mesure où les attouchements étaient autorisés par le règlement intérieur de l'établissement.

Sakura était au final forte heureuse de la situation au sein de l'établissement. Certes les longs aller et retour entre chez elle et le lycée étaient assez éreintant mais malgré tout très excitant. A l'intérieur de l'établissement elle se considérait comme importante, voire indispensable, mais à l'extérieur elle devenait un objet que tout un chacun voulait caresser, tripotter, photographier. A l'exception du premier jour de classe où elle avait choisit d'arriver très tôt, elle devait prendre le train aux heures de pointe et l'été et les fortes chaleurs approchant, les hommes aussi s'échauffaient. Il n'était pas rare, même quasiement quotidient qu'elle se retrouve entourée par ses mains moites qui parcourraient son corps dans ses moindre recoins, de plus en plus souvent aidées par des bouches avides et collantes. Elle ne s'était jamais habituée au contact du verre glacé des vitres quand ses seins nus s'y applatissaient alors qu'un homme plus entreprenant que les autres lui caressait entre les jambes qu'il maintenaient ecartées en général en coiçant ses pieds sous les seins l'embêchant de bouger. Malgré tout ses efforts pour se retenir, elle avait orgasmé de trop nombreuses fois pour s'en souvenir, sous les doigts brûlants qui jouaient avec son clitoris, qui pénétraient son vagin ou son anus par des mouvements de vas-et-vient qu'elle aidait de ses hanches, plus ou moins malgré elle.


L'uniforme changeait régulièrement. Un uniforme rose pâle, composé d'une colerette frisotée autour du cou, des poignets, des cuisses et sous la poitrine, maintenant les seins en leur donnant plus de volume, avait son apparition pour les quelques jours de la floraison des cerisiers. Pendant les grosses chaleurs de l'été, l'uniforme était une paire de nus-pieds uniquement. Facilitant par là-même la prise régulière de douche, ou plus généralement le bain dans la fontaine pour enlever la sueur. Sakura appréciait particulièrement de pouvoir se nettoyer plus souvent sans problèmes. Le matin quand elle partait il faiait déjà très chaud, dans le train, la climatisation trop forte combinée aux attouchements moites la rendait toute collante alors même qu'elle arrivait à peine au lycée. Elle plongeait directement sous le jet d'eau de la fontaine et rejoignait sa classe sans plus de cérémonie, étant déjà sèche en y arrivant. L'hiver fut plus difficile avec le froid s'installant. L'uniforme lui variait légèrement. En guise de haut elle portait un pullover noir à col roulé, comportant des poches au niveau du ventre et du bas du dos pour y inserrer des chaufferettes était bien utile. Evidemment, le-dit pullover était fait sur mesure et laissant les deux gros obus pointer fièrement à l'air libre. Les jambes étaient recouvertes de bas noirs jusqu'à mi-cuisse et elle pouvait porter des gants et/ou un bonnet lorsqu'elle était en extérieur. Un modèle spécial Noël était égament prévu pour le mois de décembre. Très simple: un boléro à col roulé et à manches longues, rouge bordé de fourrure blanche au bout des manches, du col et tout autour du bas, au dessus des seins. Les bas rouges aussi étaient bordés de fourrure blanche aux cuisses et la ceinture en fourrure blanche, sous le nombril était terminée d'une ribambelles tout autour de clochettes qui sonnaient à chaque mouvements.

Beaucoup d'autres uniformes étaient crées tout au long des années et Sakura portait chacun d'eux avec plaisir, allant jusqu'à les mettre en dehors des jours de classe. Elle aimait se montrer, et prenait de plus en plus souvent le train pour de longues distances à des heures où elle le savait bondé, pour profiter les multiples attouchements et orgasmes qu'il ne manquait pas de lui procurer. Elle attendant avec impatience l'homme qui allait enfin la prendre complètement dans un train, au milieu des passagers qui regarderaient avant de la prendre à leur tour... enfonçant son membre brûlant dans son intimité dans de la pilloner avec force... Il ne devrait pas trop tarder vu l'évolution qu'avait prit les attouchements au fil de mois...



Commentaire de l'auteur J'ai même encore plusieurs autres versions se basant sur la même idée centrale... Un jour je serai directeur de lycée et mes élèves porteront les uniformes que je créerai!
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales