Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Elements
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Début(s)
    Débuts - la revue
    Nb de signes : < 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Isthme
    Poétisthme
    Nb de signes : < 6 000 sec
    Genre : avant-garde - art visuel - libre - poésie
    Délai de soumission : 20/12/2020
  • Folies
    Editions Hurle-Vent
    Nb de signes : < 31 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Artistes (re)confinés
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction réaliste - témoignage - contemporain - fiction - récit de vie - réaliste
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Revue Encre[s] N°7
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : poésie - blanche - érotique - noir
    Délai de soumission : 30/11/2020
  • Enfance
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 500 - 40 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Eclats d'Etoiles
    Eclats de Lune Editions
    Nb de signes :
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 02/11/2020
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 290 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 362 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1861 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Fics Originales

 > 

Nouvelles

Chute et néant
[Histoire Terminée]
Auteur: Shima-chan Vue: 66
[Publiée le: 2008-12-07]    [Mise à Jour: 2008-12-07]
G  Signaler Angoisse/Tragédie/One-ShotPas de commentaire
Description:
Nouvelle sur la guerre (un peu), mais surtout la mort et le vide (du moins c'est comme ça que je le résumerais).
Crédits:
Tout est à moi.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Chute et néant

[850 mots]
Publié le: 2008-12-07Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

La douleur . . .

 

            Un rictus de souffrance tordit son visage alors qu’il remuait ses membres endoloris. Il lui semblait que son corps tout entier se consumait. Ses bras, ses jambes étaient lacérées, et il sentait les griffures qui s’enfonçaient dans sa chair. Et cette plaie béante sur son ventre . . . Il tenta de se relever, mais ses membres, trop faibles le lâchèrent au dernier moment. Il sentit la souffrance des fractures multiples se propager dans tous son corps. Et pourtant. . . Après plusieurs tentatives, il parvint à se mettre debout. Les yeux fermés, il s’attacha à rester sur ses pieds le plus longtemps possible.

 

Le sang . . .

 

            Il recouvrait son visage, ses mains, son corps, son cœur . . . Il le sentait dégouliner le long de son dos, goutter des plaies ouvertes, glisser sur son ventre. Son odeur emplissait ses narines, et il sentait son goût dans sa bouche, un peu ferreux. Son sang. Le sien, et celui de beaucoup d’autres. Levant la tête au ciel, il huma l’air, et les effluves de chair morte l’assaillirent.

 

Le sacrifice . . .

 

            Il ouvrit les yeux. Parcourut l’endroit du regard. Tout autour de lui, sur la surface entière de la plaine, s’étendaient des milliers de morts. Les cadavres étaient les uns sur les autres, parfois les armes encore à la main. Certains pourrissaient déjà. Il fixa tour à tour les visages qu’il pouvait apercevoir. Les yeux ouverts étaient vides de toute expression. Quelquefois, il devinait la dernière émotion sur les traits immobiles. La terreur, la douleur . . . la haine aussi . . . et le désespoir. Tous ces hommes qui avaient combattu, pour un idéal, pour une cause, qui avaient vécu, ri, pleuré . . . Ils n’étaient plus que des corps sans vie, des morceaux de chairs inanimées . . . des sacrifiés.

 

Le froid . . .

 

            Le pas titubant, lentement, il s’avança parmi les corps. Des adolescents, hommes et des femmes, des anciens . . . des enfants aussi. Les cadavres défilaient sous ses yeux. Des frissons s’emparèrent de son corps, remontant le long de son échine. Il lui semblait qu’une main fraîche agrippait sa gorge, le faisant suffoquer. Tout son corps se refroidit, il sentait presque son sang se solidifier dans ses veines, tant il avait l’impression de se glacer. Un regard sur ses mains : elles tremblaient.

 

 

L’oubli . . .

 

            Il étouffait toujours plus. Pourquoi avaient-ils combattu, déjà ? Pourquoi cette guerre ? Il ne savait plus . . . Soudain, tout lui sembla vain et inutile. Tout s’effaçait de sa mémoire, à mesure qu’il tentait de rattraper ses souvenirs. Désirait-il même recouvrer cette mémoire qui s’enfuyait ? Il ne savait pas, il ne savait plus. Même l’horreur qu’il contemplait, seul survivant dressé parmi les restes humains, peut-être plus pour longtemps, disparaissait progressivement dans sa tête.

 

Le vide . . .

 

            Sa tête se vida. Sa vue se brouilla, et les sons s’estompèrent. Même les odeurs disparaissaient. Les couleurs dansaient autour de lui, pâles dans l’aube naissante. Ses sentiments l’abandonnèrent, ses émotions, aussi, et la vacuité l’envahit. Si ses souvenirs de guerre s’étaient dissipés, ceux d’avant semblaient n’avoir jamais existé. Il avait oublié jusqu’à son nom, la notion d’identité ayant totalement disparu de son esprit. Il avançait toujours, titubaient entre les corps, écrasant parfois les morts sans même s’en rendre compte. Ses plaies ne le faisaient plus souffrir, il ne sentait plus les piques de douleur s’enfoncer dans ses chairs. Il n’était plus un homme, même pas une bête : juste  une entité qui ne pensait plus, au milieu de décombres d’êtres vivants.

 

La chute . . .

 

           Soudain, il trembla. Son corps ne pouvait plus le porter, même lui l’abandonnait définitivement. Quelques pas encore, et tout lâcha. Le sol tourbillonna un instant en dessous de lui, se rapprocha . . . il tomba, sa tête heurta durement le sol. Il resta immobile : il ne pouvait pas faire autrement, de toutes façons. Ses yeux ouverts fixaient le visage d’une petite fille mutilée, à quelques centimètres à peine de lui. Il ne détourna pas le regard : ça non plus, il ne le pouvait plus, après tout. Le visage était lisse, doux . . . stoïque. Il était tourné vers le ciel, les yeux morts fixaient le vide, ils ne voyaient même pas les nuages gris qui défilaient, et le soleil qui avait disparu.

            Alors, il versa une larme. Puis une autre. Et ce fut une pluie sur ses joues et sur le monde, alors qu’il était là, blessé, meurtri, amnésique et vide de tout. Les couleurs disparaissaient, s’effaçaient, noircissait. Il ne voyait plus rien, il ne le savait même pas. Il continuait de fixer le visage qu’il ne voyait plus.

 

La mort . . .

 

            Et puis, son souffle imperceptible s’apaisa un peu plus. Son cœur se calma, le noir prit place devant ses yeux, totalement. Et il était là, immobile, seul, dans ce cocon de ténèbres . . . mais il ne voyait plus la petite fille.

            Et c’était dommage. . . Oui, vraiment dommage . . .  il aimait bien les petites filles. Ça lui rappelait quelque chose . . . mais quoi ? De quoi pouvait-on se souvenir, au seuil du néant ?

 

            Quelque part dans sa tête, alors même qu’il ne pouvait plus l’entendre, le rire d’une enfant résonna :

            « Papa ! Papa ! »

Oui, vraiment, c’était vraiment dommage . . .

 

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales