Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Articles

(Consulter tous les articles)

Questionnaire auteur.ices et lecteur.ices de fanfictions !
 par   - 882 lectures  - 4 commentaires [3 décembre 2022 @ 16:04]

Bonjour tout le monde,

Je me permets de poster sur ce site afin de m'aider dans une étude que je mène actuellement sur les auteur.ices et lecteur.ices de fanfictions. Nous nous appelons Lucie, Maud, Pauline et Manon et sommes en master 2 de Médiation et Création Artistique à l'Université Sorbonne Nouvelle.
Dans le cadre d'un cours sur la Conception de projet et la participation culturelle, nous nous intéressons au public (lecteur.ices et auteur.ices) des fanfictions en France.
Si vous habitez en France et que vous êtes lecteur.ices et auteur.ices de fanfictions, ce questionnaire est pour vous !

Les données recueillies ne seront utilisées qu'à des fins d'analyse et ne seront divulguées qu'à notre professeur.

Voici le lien si vous êtes lecteur·rice·s :
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSc6_1itz9IVJhUfLejHlxD4zotRwUFU8wl2bTlfC_hHKzoRWg/viewform?fbclid=IwAR2T-hRSCR1g2Sys-LUqyEU4M4KA9uNKNmUB0gWXr_cnSXosVq_gsro6_qQ

Voici le lien si vous êtes auteur·rice·s :
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSccZedHtCGfet4edRy2iPPhTXYEUusmsZU2feTEqGByRPrgDQ/viewform?fbclid=IwAR1RkBx6Fj1ZZ9_oH1I2L1-YaoMUg6fCZPWZbjH4nkF-BOC5rNctEsmCPqI

Vous pouvez bien entendu répondre aux deux questionnaires si vous vous sentez concerné.es par les deux.

Merci pour votre aide qui nous sera précieuse !!

Lucie, Maud, Pauline et Manon

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 4043 lectures  - 6 commentaires [1 septembre 2022 @ 23:42]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Défis

 > 


Défi : Pas D'idée de Titre xD
Les Plus belles années de ma vie Auteur: Florana Vue: 27406
[Publiée le: 2008-04-12]    [Mise à Jour: 2010-08-29]
13+  Signaler Romance/Humour/School-Fic Commentaires : 97
Description:
« Les plus belles années de ma vie », c’est ainsi qu’on nomme les années de lycée. Assez mature pour être pris au sérieux, suffisamment jeune pour ne pas avoir trop de responsabilités, que demander de plus ? Peut-être un rêve à réaliser, quelque chose à changer…
Quand Sakura Haruno, fille richissime de sénateur, arrive à Sarutobi, lycée public de Konoha, peut-être aura-t-elle enfin une chance de découvrir la véritable valeur des choses ? Et si Sasuke Uchiwa arrivait à sortir de son mutisme habituel ? Quant à Hinata Hyûga, il est temps pour elle de s’ouvrir au monde extérieur. Plus facile à dire qu’à faire, mais, en trois années de lycée, bien des choses peuvent changer.

Voilà ma réponse au défi de Kmille. Je suis la troisième à y répondre, j'espère que ma fic ne ressemblera pas trop aux deux autres (que je n'ai pas lues afin de ne pas être influencée).

Si vous voulez savoir les couples finaux, sachez que je garderai les mêmes que ceux imposés par Kmille (c'est-à-dire les classiques) car non seulement je réponds à un défi mais en plus ils me plaisent bien.

Bonne lecture à tous !
Crédits:
Non, les personnages de Naruto ne m’appartiennent pas et, si je disais le contraire, personne ne me croirait !
Quant à l’idée de départ, elle vient de Kmille. Alors dans ce cas, qu’est-ce qu’il me reste ? Bah, les évènements, les réactions des personnages… enfin bref, le déroulement de l’histoire ^^.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Tenten chavire complètement

[6764 mots]
Publié le: 2009-03-05Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 14 : Tenten chavire complètement

 

Neji mangeait tranquillement dans la cuisine, quand il entendit un bruit de pas précipités sur le carrelage de la maison. Brusquement, la porte s’ouvrit et Hinata entra pour le prendre par le bras et le secouer gentiment.

– Tu as bientôt fini ? demanda-t-elle avec empressement.

– Si tu continues à me secouer, je vais en mettre plein partout ! fit remarquer Neji, sans même prêter attention au bonheur de sa cousine.

– Allez, on va être en retard !

– Tu plaisantes ? Il est moins vingt ! On a largement le temps.

– Allez, s’il te plait ! J’ai tellement hâte de le revoir !

Disant cela, Hinata se tordit les mains en rougissant. L’amour avait beau la transformer, certains de ses tics n’avaient pas disparu. Neji soupira, amusé par le comportement enfantin de sa cousine. Finalement, il vida son bol et se leva.

– Je vais me brosser les dents et j’arrive, annonça-t-il.

Heureuse, Hinata retourna dans l’entrée pour se préparer à partir. Quand Neji redescendit en bas, son sac sur le dos, elle était déjà prête et, même si elle avait cessé de sautiller sur place, elle bouillonnait d’impatience.

– Je ne t’ai jamais vue comme ça, fit remarquer Neji. Ah, si, hier matin, en fait !

– Arrête de m’embêter avec ça, gémit-elle en rougissant.

Neji afficha un sourire victorieux, comme si la gêne de sa cousine constituait une vengeance pour son petit déjeuner ainsi raccourci. Au moins, il y avait une élève du lycée Sarutobi heureuse de reprendre les cours. Effectivement, le lundi 5 janvier était arrivé avec une rapidité déconcertante. De toute façon, il était de notoriété publique que les vacances de Noël avaient toujours été trop courtes. Cette année-là, il n’y avait que Hinata pour ne pas être de cet avis-là.

Le trajet jusqu’au lycée se passa dans le silence. Hinata, même si elle était surexcitée quelques minutes auparavant, ne laissait pas beaucoup transparaître ses sentiments dès qu’ils sortaient de la maison.

Le parvis du lycée n’était pas désert, bien au contraire. Il restait encore dix minutes avant la sonnerie et déjà des groupes d’amis discutaient à l’écart des portes. Neji jeta un coup d’œil par la fenêtre et remarqua que Naruto, Temari et Kiba étaient déjà là. Sa cousine allait être heureuse.

La portière de la voiture s’ouvrit et ils descendirent sur le trottoir. A peine avait-il fait quelques pas que leurs amis les aperçurent. Enfin, ce fut surtout le cas de Kiba. Ses yeux bruns s’illuminèrent en les apercevant et il agita le bras en courant vers eux.

– Hinata ! appela-t-il.

Hinata ne répondit pas à son appel. Rouge pivoine, elle se contenta d’accélérer le pas pour finir dans les bras de son petit ami. Kiba la serra contre lui en l’embrassant doucement. Neji, qui ne tenait pas à assister au spectacle, rejoignit Naruto et Temari.

– Ils ne se sont pas vus pendant toutes les vacances ? demanda cette dernière, amusée.

– Si, en plus, Kiba est venu hier, répondit Neji d’un air exaspéré.

Naruto et Temari ne purent s’empêcher de rire en chœur devant la tête de leur camarade. Apparemment, il avait passé le dimanche seul alors que sa cousine se précipitait vers son nouveau et premier copain.

– Au fait, bonne année Neji ! s’écria Naruto en lui plaquant une bise sur la joue.

– Oui, bonne année ! ajouta Temari en l’imitant.

Ces démonstrations d’amitié déridèrent Neji l’espace d’un instant. Il leur répondit de même et écouta la conversation jusqu’à ce qu’il aperçoive les nouveaux arrivés. Tenten et Lee discutaient un peu plus loin tout en marchant vers le lycée. Bien sûr, il ne pouvait pas entendre leur conversation.

 

– On ne s’est pas vu pendant les vacances, fit remarquer Lee alors qu’il tenait sa copine par les épaules. En plus, j’étais chez ma grand-mère et elle surveillait de près la facture du téléphone ! Ça s’est bien passé ?

– Oui, Noël s’est très bien passé et je me suis beaucoup amusée chez mes cousins ! répondit Tenten avec entrain. On a fait la fête jusqu’à trois heures du matin et puis…

Elle ne termina pas sa phrase. Ses yeux bruns venaient de se poser sur Neji. Il la fixait intensément, malgré la distance qui les séparait. La scène de leur baiser n’avait pas quitté Tenten durant toutes les vacances. Elle frissonna, sans que Lee ne le remarque.

– Regarde, il y a Naruto et Temari, là-bas ! s’exclama-t-il en leur faisant un signe de la main. On va les voir ?

– Heu… vas-y, moi je vais voir la concierge.

– Tu vas lui demander si elle n’a pas trouvé ton portable ?

Tenten acquiesça et partit vers les portes du lycée. Neji le remarqua et décida de la rejoindre. Avant qu’elle ne puisse entrer, il posa sa main sur la porte qu’elle s’apprêtait à tirer.

– Neji ? fit-elle, affolée. Laisse-moi, je vais chercher mon portable !

– C’est moi qui l’ai.

Tenten, qui s’apprêtait à se débattre, s’arrêta dans son élan.

– Tu l’as gardé pendant toutes les vacances ?

– Tu l’avais perdu à la fête, expliqua Neji. T’inquiète, je n’ai rien regardé.

A ces mots, il lui tendit le petit objet noir. Tenten le prit et, ce faisant, effleura sa main du bout des doigts. Cette sensation aussi douce qu’étrange la ramena des semaines auparavant, le jour de la rentrée de septembre, lors de leur première rencontre. De la même manière, il lui avait rendu son portable et elle s’était alors laissée envoûtée par ses yeux.

– Ecoute, Tenten, pour ce qui s’est passé au bal…

La voix de Neji la ramena immédiatement à la réalité.

– Je suis désolée de ce qui s’est passé Neji, je n’aurais pas dû m’énerver. On oublie ?

– Non.

Tenten demeura interloquée. Elle était sûre et certaine que Neji n’avait aucune autre envie que celle qu’ils restent amis.

– Non ? répéta-t-elle, encore surprise.

– Je ne suis pas désolé, moi, expliqua Neji en avançant d’un pas vers elle. Je ne regrette pas.

Ce disant, il avait posé sa main sur son bras. Tenten frémit en sentant cette poigne se refermer sur elle, comme s’il allait l’empêcher de s’enfuir.

– Neji… je sors avec Lee.

– C’est ça, ta seule excuse ?

La voix dure de Neji lui fit prendre du poil de la bête. Pour qui se prenait-il pour la dénigrer ainsi ? Elle allait lui montrer qu’elle aussi avait du répondant !

– Non, il y a aussi le fait que je ne t’aime pas !

– Alors pourquoi m’avoir embrassé, dans ce cas ?

– C’est toi qui m’as embrassée !

– Tu n’as pas eu l’air de t’en plaindre !

– Arrête Neji, arrête !

Elle avait crié ces mots. Il venait de la pousser à bout. Neji lisait en elle comme si ses yeux pouvaient deviner ses pensées. Elle y avait réfléchi toutes les vacances à ce baiser et il avait raison sur un point : elle ne s’en était pas vraiment plainte, du moins au début. Cependant, Tenten ne pouvait pas l’admettre. Elle ne pouvait pas admettre qu’elle pourrait faire du mal à Lee.

Les deux lycéens mirent quelques secondes avant de s’apercevoir que tout le monde avait pu entendre Tenten. Le groupe de Naruto les fixait d’un air inquiet et Lee s’approcha en dévisageant Neji, les sourcils froncés.

– Qu’est-ce qui se passe, Tenten ? demanda-t-il en voyant que ses lèvres tremblaient encore.

– Rien, Lee. J’ai récupéré mon portable.

Sur ce, elle s’éloigna vers Temari et Naruto. Elle ne pouvait plus supporter le regard accusateur de Neji. Il lui en voulait, ça sautait aux yeux. Il lui en voulait de ne pas lui laisser sa chance. Mais comment aurait-elle pu ? Malgré toute l’attirance et l’affection qu’elle lui portait, elle aimait trop Lee pour l’abandonner. Lee qui était si fragile sous sa carapace, Lee qui n’avait jamais eu beaucoup de chance dans sa vie. Lee qui comptait tant sur elle pour avancer avec elle et qui avait fait tant de choses pour elle. Non, elle ne pouvait l’abandonner en chemin.

Désolée, Neji.

Dans son dos, Lee la regarda s’éloigner avant de se retourner vers Neji. Depuis quelques temps, Tenten se comportait bizarrement et il semblait que tout cela ait un lien avec lui.

– C’est quoi le problème ? demanda-t-il sans plus de cérémonie.

– Rien, Tenten avons eu une divergence d’opinion, mais maintenant, c’est réglé.

Divergence d’opinion. Neji préférait utiliser ce genre de terme plutôt que de se laisser aller à ses pulsions. Si ça avait été le cas, nul doute qu’il se serait jeté sur Lee, l’aurait attrapé par le col et lui aurait hurlé en plein visage qu’il aimait Tenten et qu’il la débarrasserait d’un idiot comme lui. A présent, Tenten avait choisi de rester avec Lee. Neji soupira et préféra s’éloigner plutôt que de rejoindre le petit groupe.

 

Temari et Naruto n’avait pas osé poser de question à Tenten. Ils étaient pourtant les deux plus grandes gueules du lycée, mais son air sombre les rebuta immédiatement. Leur amie n’avait pas l’air d’aller bien.

– Ah, tiens, voilà Ino ! fit remarquer Naruto, en espérant détendre l’atmosphère.

En effet, une fine silhouette emmitouflée dans son manteau s’approchait d’eux. Ses cheveux blonds jouant avec le vent, la tête baissée vers ses pieds, Ino semblait revenir de loin. Naruto l’accueillit avec un chaleureux sourire et se jeta pratiquement sur elle pour lui faire la bise.

– Alors, comment ça va Ino ? lui demanda-t-il. Ça s’est bien passé tes vacances ?

Ino avait une petite mine, mais elle sourit gentiment à l’attention de Naruto. Temari, elle, laissait son regard aller de Tenten à Ino, puis de Ino à Tenten, cherchant ce que ces deux-là pouvaient bien avoir. En ce qui concernait Ino, elle avait sa petite idée : elle n’avait pas encore digéré le fait que Sasuke ait refusé de sortir avec elle. Cependant, pour Tenten, elle ne comprenait pas. Pourtant, ça n’avait pas l’air d’être une histoire de cœur, à en juger par la présence de Lee qui venait de s’approcher par derrière pour poser ses mains sur ses hanches. Elle se promit intérieurement de l’interroger dans les jours à venir.

Kiba et Hinata s’étaient finalement rapprochés d’eux et leur présence remonta le moral du groupe. Même Ino ne put s’empêcher de sourire en songeant que l’un de ses amis était heureux. Après tout, Kiba était extrêmement gentil, il méritait de sortir avec une personne aussi douce que l’héritière des Hyûga. Leur relation, bien qu’encore timide, n’était plus un secret et Naruto entreprit même de taquiner un peu son ami tandis que Hinata rougissait comme une pivoine.

 

Plus loin, Neji s’était assis sur un banc et avait plongé sa tête entre ses mains. Qu’est-ce qui pouvait bien retenir Tenten auprès de Lee ? A présent, il en était sûr, il était tombé sous le charme de cette fille. Comment cela avait-il bien pu se produire, il n’en avait aucune idée. Etait-ce leur proximité, le fait qu’elle lui parlait librement, qu’elle lui confiait beaucoup de choses, qu’il avait passé des heures auprès d’elle à lui expliquer le fonctionnement de divers théorèmes scientifiques ? Sans doute un peu de tout.

Cependant, Neji ne cherchait plus à comprendre ce qui les avait menés jusque là. Il voulait savoir comment se sortir de cette situation. Il n’avait jamais été dépendant de qui que ce soit et le fait de sentir jusqu’au fond de ses tripes qu’il avait besoin de Tenten l’irritait plus que tout. Elle ne voulait pas de lui ? Alors il allait lui prouver qu’il pouvait se passer d’elle !

Son affection refusée se changea en sourde colère, quand il entendit deux voix familières approcher. Il leva la tête pour apercevoir les frères Uchiwa. Ces deux-là, plongés dans leur discussion, ne l’avaient pas remarqué.

– Purée, Itachi ! râla Sasuke. J’arrive pas à croire que t’ais fait ça ! C’est la voiture de Sakura, tu ne peux pas te permettre de prendre le risque de faire tes livraisons à la con avec !

– Tu sais combien elles nous rapportent, mes livraisons à la con ? Et puis, je risque rien !

– Non, mais si tu te fais prendre, ça va retomber sur elle !

– Depuis quand tu te soucies de Sakura, petit frère ? D’abord, avant tout, tu ferais mieux de te soucier de ta relation avec l’autre blonde !

– Qu’est-ce que j’ai fait avec Ino ?

– Il y a que tu l’as envoyée promener. Je ne pense pas qu’elle l’ait déjà digéré !

Neji ne bougea pas d’un poil, ne perdant pas une miette de la conversation. La partie sur Ino l’avait beaucoup moins intrigué que la première. Itachi profitait de la générosité de Sakura ? Ça avait pour mérite d’être intéressant ! Il se promit de le ressortir la prochaine fois que cette fille viendrait lui chercher des noises, à lui ou à sa cousine d’ailleurs.

Il suivit les deux frères des yeux et remarqua qu’Itachi allait rejoindre sa copine. Celle-ci, vêtue d’un somptueux manteau d’hiver, l’attendait en sautillant de joie. Elle avait l’air d’une gamine qui attendait son cadeau. Etait-ce donc ainsi que Sakura considérait Itachi ? Comme un jouet qu’on lui avait offert ? Neji pensa que oui et, finalement, se releva pour rattraper Sasuke. Celui-ci n’avait pas osé approcher du groupe formé par ses amis, où il avait repéré Ino.

– Salut, Sasuke ! le salua Neji.

Hn. Salut Neji.

Sasuke n’était jamais très chaleureux, mais Neji y était habitué. Shikamaru et Kiba l’entraînaient souvent avec eux durant les récréations, et cela incluait de passer du temps avec Naruto et Sasuke.

Le jour et la nuit, ces deux-là.

– Je vous ai entendu parler, avec ton frère.

Sasuke soupira, comprenant où Neji voulait en venir. Les mains dans les poches, il accorda un regard au couple qui s’embrassait à présent avant de reporter son attention sur Neji.

– J’ai presque pitié d’elle, avoua-t-il. Elle est persuadée que mon frère est le parti idéal alors qu’il n’en est rien !

– Elle finira par ouvrir les yeux.

– Oui, mais quand ?

Cette question causa un silence entre les deux jeunes hommes, mais aucun ne s’en plaignit. Habitués au calme, ils ne le considéraient pas comme étant gênant, mais plutôt reposant. C’était sans doute pour ça qu’ils ne parlaient jamais pour ne rien dire, au contraire de Naruto.

– Au fait, pourquoi tu ne les rejoins pas ? demanda Neji.

– Je pourrais te retourner la question.

Sasuke eut un mince sourire satisfait et Neji le lui rendit. Ils ne se connaissaient que très peu, mais cela ne les empêchait pas de s’entendre. La sonnerie mit fin à leur bref échange et ils se dirigèrent vers les portes du lycée. Déjà, la proviseur pointait son nez dans le froid de janvier pour crier aux derniers de se dépêcher. Tandis que Kiba et Hinata passaient près d’elle, main dans la main, Ino et Tenten sur leurs talons, les yeux bruns de Tsunade s’écarquillèrent et elle cria encore plus fort qu’à l’habitude :

– Nara, si dans deux secondes vous n’êtes pas à l’intérieur, vous aiderez à la vaisselle ce midi, au lieu de manger avec les autres !

A ces mots, le groupe d’amis se retourna et Naruto et Temari ne purent que rire en voyant la tête affolée de Shikamaru qui courait, son sac à la main et son manteau dans l’autre. Il parvint juste à temps dans l’enceinte du lycée, sous le regard réprobateur de la proviseur.

– Et que je ne vous reprenne plus à traîner des pieds pour aller en cours ! ajouta-t-elle, achevant de le faire fuir vers sa classe.

 

Il était dix heures passées, le mardi 13 janvier, et une semaine s’était passée depuis la rentrée de Noël. Dans la classe de 2°6, le silence était assez bien respecté. Le cours d’anglais n’était pas spécialement passionnant, mais personne ne s’avisait de contrarier Mr Orochimaru depuis qu’il avait menacé Naruto de glisser des serpents dans son sac le jour où celui-ci avait introduit une grenouille dans la salle.

Temari et Hinata s’était assises côtes à côtes, comme dans la plupart des cours. La première dessinait sur son cahier tandis que la seconde, rêveuse, admirait par la fenêtre les toits recouverts de givre blanc. Depuis qu’elle sortait avec Kiba, elle se sentait beaucoup moins vulnérable. Temari elle-même l’avait constaté, il avait fallu moins d’une semaine pour que Hinata prenne de l’assurance. Celle-ci bégayait de moins en moins et avait cessé de trembler dès que Mr Orochimaru posait son regard sur elle.

– Au fait, ça se passe comment avec Sakura ? lui demanda Temari en abandonnant son dessin qu’elle considérait comme raté.

– Elle ne me parle plus, répondit Hinata.

Temari acquiesça. Si Chewing-gum Géant avait cessé de l’embêter, c’était plutôt bon signe. Comme ça, elle pourrait éviter de retourner chez la proviseur. Elle se souvenait encore de la dispute violente qui avait éclaté entre elle et son père quand il avait reçu une lettre du lycée annonçant que sa fille se battait. « Comment veux-tu que je m’en sorte avec ton frère, si toi tu ne lui montres même pas le bon exemple ? » avait-il crié. Temari avait conscience de son rôle de grande sœur mais, en l’occurrence, son frère était loin et Hinata avait eu besoin de son aide.

– Au fait, il a quoi ton cousin en ce moment ? s’enquit-elle après quelques minutes de silence. J’ai voulu lui parler hier, mais il n’avait pas l’air dans son assiette !

– Je n’en sais pas plus que toi, avoua Hinata en prenant une mine inquiète à son tour. Tout ce que je sais, c’est que Tenten n’est pas venue pendant les vacances pour ses cours de soutien.

– Ils ont arrêté ?

– Apparemment.

Temari se sentit satisfaite. Ainsi, le comportement de Tenten avait un lien avec celui de Neji ? Foi de No Sabaku, elle se promit d’interroger l’un des deux concernés dès qu’elle le pourrait. Elle décida de commencer par Tenten. Neji était sans doute trop renfermé pour cracher le morceau.

 

Au fond de la classe, Naruto se balançait tranquillement sur sa chaise, provoquant un mouvement qui faisait légèrement bouger la table. Sasuke, qui tentait d’écrire, vit plusieurs fois son stylo dévier contre sa volonté et tracer de grands traits sur son cahier. Au bout d’un moment, n’y tenant plus, il empoigna le dossier de Naruto et l’obligea à ne plus bouger.

– Arrête ! souffla-t-il, agacé.

 Naruto, sentant que son ami était sur les nerfs, n’insista pas. Il attendit quelques secondes – le temps pour que Sasuke se calme – avant de dire :

– Dis, j’ai remarqué que t’arrêtais pas de râler en ce moment !

– Qu’est-ce que ça peut te faire ? répliqua Sasuke sans lever les yeux de son cahier.

– Ça me fait que c’est chiant et que je m’inquiète pour toi, idiot !

– Bah tu ne devrais pas.

– Sasuke ! Tu veux qu’on reparle de la fois où on a arrêté de se parler ?

Sasuke cessa enfin d’écrire. Le souvenir douloureux du temps où, blessé, il avait renié tous ses amis en pensant que ça l’aiderait, lui revint en tête. Finalement, il reposa son stylo et tourna un visage exaspéré vers Naruto.

– Ino ne me parle plus, avoua-t-il.

– J’avais remarqué. Tu veux que j’aille lui parler ?

– Non, je ne veux pas la brusquer. Elle reviendra me voir quand elle le sentira.

– Peut-être, mais en attendant ça te met de mauvais poil !

Sasuke grogna pour toute réponse et Naruto soupira d’exaspération. Depuis la rentrée de Noël, il avait l’impression que rien n’allait plus dans sa bande d’amis. Neji s’énervait pour un rien dès qu’il lançait une bêtise, Ino déprimait lentement mais sûrement, Sasuke n’était jamais content et, comble de tout, Sakura traînait toujours avec Itachi ! Il n’y avait sans doute que Hinata et Kiba qui semblaient plus unis que jamais. A cette pensée, Naruto glissa un regard sur sa timide camarade. Pour une raison inexplicable, elle continuait à bégayer en sa présence. Par contre, il ne pouvait pas nier qu’elle était mignonne. Il comprenait parfaitement le choix de Kiba.

 

Dans la classe de 2°8, Ibiki Morino, professeur d’espagnol, observait d’un œil méfiant Shikamaru. Il était dix heures et demie et celui-ci ne dormait pas. Sûr, il y avait quelque chose qui clochait. Etait-ce les remontrances répétées de la proviseur qui avaient enfin porté leurs fruits ? Il n’osait pas vraiment y croire et se promit de garder un œil sur son élève.

Effectivement, Shikamaru ne dormait pas en cours et cela faisait une semaine que cela durait. Assis à côté d’Ino, il lui tenait compagnie, l’écoutait. Elle lui avait expliqué que le pire pour elle pendant les vacances avait été de se retrouver seule. Alors, elle avait désespérément cherché la compagnie de ses parents, de ses cousins et même d’amis lointains pour ne pas repenser à ce qui s’était passé le soir du bal.

Tenten, assise à la table juste derrière eux, était complètement affalée. Son esprit, loin d’essayer de comprendre quelque chose à ce que Mr Morino pouvait bien raconter, retournait sans cesse le problème dans sa tête. Bien qu’ils soient dans la même classe, elle avait réussi à éviter Neji depuis qu’il lui avait rendu son portable. Ou plutôt, ils s’ignoraient tous les deux. Neji avait l’air fâché. C’était la première constatation qu’elle avait faite le lendemain de la rentrée. Elle n’osait même plus lui demander un simple conseil en maths. Désespérée, elle s’était d’ailleurs tournée vers Kiba qui, lui, se trompait assez régulièrement.

Néanmoins, Neji n’était pas le seul à préoccuper Tenten. Il y avait aussi le cas d’Ino. Elle s’était tellement bien entendue avec elle dès le premier jour de la rentrée de septembre qu’elle avait eu la conviction d’avoir trouvé une nouvelle amie. Cependant, depuis la rentrée, Ino ne lui parlait plus que très peu. Toutes les deux blessées, leurs conversations étaient devenues vides de sens, évitant à tout prix les sujets qui faisaient mal. C’était ainsi que Tenten sentait Ino s’éloigner d’elle peu à peu, et la perte de cette amitié la blessait bien plus qu’elle n’aurait pu l’imaginer.

Tenten fut rassurée de ne pas pouvoir manger avec Lee ce midi-là. En effet, sa présence lui rappelait douloureusement qu’elle n’avait pas été honnête envers lui. Alors qu’il la couvrait d’attention, elle faisait tout pour réduire le temps qu’elle passait en sa compagnie. Sans s’en rendre compte, elle lui faisait mal. Tenten, le moral à plat, déjeuna d’un œil morne avec Shikamaru, Ino et Kiba. Neji ne mangeait plus avec eux depuis une semaine.

– Ah, ça m’embête que Neji ne vienne plus ! lâcha Kiba au milieu du repas. Je suis sûr qu’il a le cœur brisé !

Tenten redressa aussitôt la tête, comme prise de panique. Kiba l’avait-il repérée ?

 Je suis sûr que c’est No Sabaku qui l’a envoyé promener, mais il ne veut pas le dire ! ajouta Kiba d’un air goguenard.

Cette plaisanterie arracha un mince sourire à Ino. Shikamaru, quant à lui, décréta que Neji n’était pas non plus stupide au point de draguer Temari. Tenten, elle, soulagée, replongea le nez dans son repas – une assiette de riz surchargée de sauce et saucisses.

 

A la récréation de quinze heures, Tenten se retrouva seule. Ino avait fui dans son coin, Shikamaru la cherchait, Kiba avait filé rejoindre Hinata et Neji l’évitait encore. Quant à Lee, elle espérait pouvoir encore une fois l’éviter. Elle s’installa donc dans un coin assez discret de la cour et s’assit sur un banc où elle posa son sac de cours. Il lui paraissait dix fois plus lourd que d’habitude lorsqu’elle se sentait malheureuse.

– Tu boudes ?

Tenten leva la tête, surprise d’avoir été retrouvée par une de ses connaissances. Cependant, elle se détendit en croisant les yeux verts et rieurs de Temari. Tenten ne savait pas tellement que penser de cette fille. Elle ne lui parlait pas souvent, mais leur rencontre au centre commercial au mois de septembre faisait qu’elles se connaissaient déjà. Temari se montrait forte de caractère envers les garçons et douce envers les filles – exception faite de Sakura. Tenten avait l’impression de voir en elle une présence rassurante.

– Je dirais plutôt que ce sont les autres qui me boudent.

Temari leva les yeux au ciel, comme si elle n’y croyait pas, et posa ses fesses sur le banc, dégageant du même coup le sac de Tenten.

– Vous boudez tous en ce moment, de toutes façons. Je savais que notre proviseur n’avait que des idées à la con ! Un bal de Noël ! Rien de tel pour foutre le bordel !

– Tu ne crois pas si bien dire, soupira Tenten.

– Eh bien, Ino s’est faite jeter, Sasuke n’est pas content, et puis maintenant il y a toi qui râles ! Je comprends presque la motivation de Nara pour rester célibataire à vie !

– Tiens, en parlant de Shikamaru, je pensais que vous vous détestiez ?

– C’est toujours d’actualité.

Temari avait prononcé ces mots sans la moindre hésitation, mais Tenten, un sourire coquin sur les lèvres, insista :

– Pourtant, Neji m’a dit que vous aviez beaucoup dansé au bal de Noël.

– Cet imbécile m’avait lancé un défi, je ne pouvais pas refuser ! s’offusqua Temari, comme si son honneur avait été en jeu. Mais, au fait… comment ça, Neji te l’a dit ? Tu l’as vu au bal ?

Tenten perdit immédiatement son sourire. Elle s’était vendue ! A présent, elle était sûre que Temari n’était pas venue la voir par hasard. Cependant, elle acquiesça. Cela faisait trop longtemps qu’elle gardait tout ça pour elle.

– Oui, il est venu me voir, après que Lee m’ait abandonnée.

Lentement, tout se mit en place dans la tête de Temari. Pourquoi Tenten avait-elle l’air si sombre, pourquoi Neji se montrait si distant, pourquoi Lee n’arrêtait pas de couvrir sa copine d’attentions. Elle était presque sûre d’avoir deviné ce qui avait pu se passer.

– Et c’est parce qu’il est venu te voir que vous ne vous parlez plus ? demanda-t-elle en jouant celle qui n’avait rien compris.

– Non, c’est parce qu’il m’a embrassée.

Et avant que Temari n’ait pu réagir, Tenten lui raconta tout dans les détails. Comment il l’avait retrouvée, comment leur discussion avait approché sa relation avec Lee, comment il l’avait soudainement embrassée et, enfin, comment elle l’avait abandonné sur les marches des gradins. Temari ne l’interrompit pas une seule fois. Toute la frustration de Tenten se déversait devant elle, comme l’eau d’un barrage qui cédait.

– Je vois, soupira la No Sabaku quand Tenten eut fini. Et pourquoi n’en as-tu pas parlé à Ino ? Je pensais que vous vous entendiez bien !

– Oui, mais depuis que Sasuke lui a brisé le cœur, elle est tout le temps triste et je ne voulais pas l’embêter avec mes problèmes.

– Pourtant, c’est à ça que ça sert, les amies.

Tenten haussa les épaules. Elle ne savait plus quoi penser d’Ino. Elle s’apercevait seulement à présent qu’elle ne la connaissait que de surface. Peut-être que trois mois ne suffisaient pas à forger une véritable amitié.

– C’est gentil de m’avoir écoutée, Temari, finit-elle par dire.

– Ce n’est rien. En fait, je m’inquiétais un peu de savoir ce qui s’était passé. Quand je vais parler à Neji, c’est limite s’il ne m’envoie pas balader !

Tenten eut un maigre sourire. Neji avait toujours eu un comportement assez distant, mais là, il ressemblait à Sasuke.

– Il doit me détester maintenant, se lamenta-t-elle. Je l’ai envoyé promener alors qu’il s’était montré si gentil !

– Ça, c’est sûr qu’il t’en veut ! Mais, en l’occurrence, ce n’est pas lui qui m’inquiète le plus. C’est Lee.

– Lee ?

– Oui. Autant j’ai du mal à parler avec Neji, autant Lee, lui, n’arrête pas de venir me parler. Il me demande sans cesse ce que tu as !

– Quoi ? Pourquoi à toi ?

– Parce que lui et moi nous nous entendons bien et parce qu’il n’a pas osé demander à Ino.

Tenten hocha la tête et la posa sur sa main, comme si elle était devenue trop lourde à porter. Dans ce tourbillon d’évènements, elle avait presque oublié la réaction de Lee.

– Il est inquiet, Tenten, insista Temari. Il est à peu près sûr d’avoir fait une gaffe.

– Qu’est-ce que tu lui as dit ?

– Que te laisser seule au bal n’était pas très intelligent. Il m’a répondu qu’il ne s’était pas aperçu qu’il t’avait blessée, sinon il n’aurait jamais adressé la parole à Gai.

Tenten soupira à nouveau. Elle savait que Lee n’avait pas fait exprès. Il était tellement innocent, si naïf par moments, qu’il ne se rendait pas compte de la réaction des autres.

– Tenten, tu devrais être honnête avec lui.

Cette phrase sonna comme un glas aux oreilles de Tenten. Elle releva des yeux terrifiés vers Temari. Celle-ci la fixait d’un air dur, déterminé, les traits de son visage devenus aussi froids que ceux de Sasuke.

– Tenten, je comprends bien que ta situation n’est pas facile, mais tu n’es pas la seule à souffrir dans cette histoire. Lee et Neji sont au moins aussi victimes que toi. Tu dois être honnête. Tu dois aller dire à Lee que tu ne l’aimes plus comme avant.

Tenten demeura choquée. Elle n’avait même pas osé se l’avouer à elle-même. Même si elle était consciente de ne plus éprouver le même amour pour Lee qu’auparavant, elle se le cachait, l’enfouissait au fond d’elle-même pour ne pas faire souffrir le meilleur ami qu’elle ait jamais eu, celui qu’elle connaissait depuis le bac à sable.

– Je ne peux pas, Temari. Je ne peux pas le lui dire.

– Très bien, accepta Temari en se levant d’un geste brusque. Fais ce que tu veux, mais je ne veux plus l’entendre s’inquiéter auprès de moi.

Sur ce, elle tourna les talons et s’éloigna. Tenten eut l’horrible impression que Temari lui en voulait pour sa lâcheté. Honteuse, elle enfouit sa tête dans ses mains et tenta d’oublier, mais plus elle voulait oublier, et plus elle se rappelait.

 

– Naruto, je ne suis pas sûr d’avoir tout suivi…

– Mais, si, ça va être géant ! s’exclama le jeune blond en sautillant sur place. Tu vas voir, Kiba ! Sasuke va arrêter de faire la gueule, Shika va pouvoir se détendre, Ino on la fera boire jusqu’à ce qu’elle oublie et puis, Neji, on arrivera bien à le décoincer ! Sans compter que si on invite Temari, ça va être d’enfer !

– Je ne te suis toujours pas bien, Naruto, l’arrêta Kiba en plaçant une main devant lui. Pourquoi cette fête devrait se faire chez moi ?

Hinata ne put s’empêcher de rire discrètement. Elle était bien, assise sur les genoux de Kiba et Naruto était plus drôle que jamais. Elle sentit l’étreinte de son petit copain se resserrer autour d’elle tandis qu’il ajoutait :

– De toute façon, c’est fichu. J’ai un autre projet pour samedi soir !

Naruto, désespéré, tomba à genoux devant lui et, dans une posture ridicule, se mit à le supplier :

– Mais comment je vais faire, moi, pour recoller tous les morceaux, si tu ne m’aides pas un peu ? Kiba, pitié !

– Naruto, tu n’aurais pas vu Tenten ?

Naruto sursauta et se redressa pour faire face à Lee.

– Ah non, je ne m’occupe pas de tous les problèmes à la fois ! protesta-t-il.

Kiba ne put qu’éclater de rire tandis que Lee expliquait à Naruto qu’il ne voulait absolument pas l’embêter. Finalement, les deux garçons partirent tous les deux, ce qui permit aux deux amoureux de trouver un peu d’intimité.

– Il est casse-pieds quand il insiste ! grommela Kiba.

– Oh, ça part d’une bonne intention, tu sais, tenta Hinata.

– Je sais, Naruto n’a que des bonnes intentions, d’ailleurs. Ça en devient presque fatigant !

– Au fait, qu’as-tu de prévu, samedi soir ?

La main douce et timide de Hinata sur sa joue fit instantanément retomber la colère de Kiba. Il sourit, heureux de ne pas avoir autant de souci que les autres.

– Je pensais qu’on pourrait aller tous les deux au cinéma. Ce n’est pas toi qui me sautais au coup hier, en disant que je ne sais plus quel film tiré de ton bouquin préféré allait sortir ?

Hinata rougit légèrement, heureuse qu’il ait retenu un tel détail. Puis, reprenant ses esprits, elle répondit :

– On pourrait emmener Sasuke et Ino dans ce cas, non ?

– Hein ? s’exclama Kiba en manquant de la lâcher. Mais pour quoi faire ?

– Pour les aider à renouer contact.

– Hum, Hinata, je ne voudrais pas être pessimiste, mais il n’y a que les invitations de Naruto que Sasuke ne refuse pas !

– Eh bien, moi, je vais essayer ! affirma Hinata.

Puis, elle rougit à nouveau, surprise par sa propre audace. Kiba, attendri, ne put que lui sourire.

– Je veux bien accepter d’organiser la fête de Naruto si t’y arrives ! conclut-il, sûr que jamais Sasuke n’accepterait une quelconque demande de ce genre de la part de Hinata.

 

Deux jours plus tard, le jeudi, Naruto courait comme un fou dans les couloirs pour retrouver ses amis. Fendant la foule des élèves pour parvenir dans la cour de récréation, ses yeux bleus se posèrent sur deux personnes qu’il commençait à connaître de mieux en mieux.

– Lee ! Temari ! Kiba et moi, on organise une fête le 24 ! Ça vous dit ?

Tandis que Lee sautait de joie pour signifier son accord, Kiba arriva derrière Naruto, en traînant des pieds d’un air blasé.

– Ça n’a pas l’air de t’enchanter, lui fit remarquer Temari, un sourcil levé.

– Je ne voulais pas l’organiser chez moi, sa fête, mais Sasuke a accepté de venir voir un film avec Hinata et moi.

– Quel rapport ?

– Le rapport c’est que j’avais parié qu’elle n’arriverait pas à le convaincre. Je ne pouvais pas deviner, moi, que lui aussi avait lu le fichu bouquin dont est tiré le film !

Temari éclata de rire devant l’air bougon de Kiba. Apparemment, la douceur et le calme de Hinata avaient eu raison de la froideur de Sasuke. Elle avait déjà remarqué qu’il ne s’était jamais montré distant envers elle, comme s’il avait décidé de l’accepter tout bonnement parce qu’elle était discrète et qu’elle ne parlait pas pour ne rien dire. C’était à croire qu’ils étaient presque faits pour s’entendre.

– Fantastique comme idée, Naruto ! s’exclamait Lee en levant le poing. Reste là, je vais aller en parler à Tenten !

Temari le regarda s’éloigner. Ça faisait deux jours depuis sa conversation avec Tenten et elle n’en avait glissé mot à personne. Elle fronça les sourcils en se demandant comment, cette fois-ci, la jeune fille s’en sortirait.

 

Tenten se trouvait au fond de la cour, dans un coin formé par le mur du lycée. Elle avait pris cette habitude depuis la rentrée. Seule, elle évitait non seulement Lee et Neji, mais aussi l’envie d’aller voir Ino pour qu’elle lui parle. Elle savait qu’elle ne devait rien brusquer et préférait s’isoler plutôt que de commettre une gaffe.

– Ah, tu es là !

Elle leva les yeux, comprenant que Lee l’avait retrouvée. Elle lui sourit pour la forme, même si le cœur n’y était pas.

– Dis, je te trouve assez stressée en ce moment, dit-il en s’asseyant près d’elle tout en passant une man dans son dos.

– Oui… un peu. Mais ne t’inquiète pas, ce n’est rien !

Enorme mensonge. Lee le goba entièrement. Avec un grand sourire, il lui annonça :

– Naruto et Kiba organisent une fête le 24 ! Ça te dit de venir avec moi ?

– Ah.

Ce n’était pas la réponse attendue. Lee perdit aussitôt son sourire, clairement inquiet. Tenten avait changé. Elle ne réagissait pas comme d’habitude. En fait, elle ne se comportait pas comme d’habitude. Depuis combien de temps ne l’avait-elle pas embrassé ? Depuis combien de temps ne s’était-elle pas jetée sur lui ? Des jours étaient passés, devenant ainsi des semaines.

Soudain, Tenten se leva, sans doute pour se défaire de l’étreinte.

– Je n’irai pas avec toi, Lee.

Sa voix possédait un ton mélancolique, comme si elle regrettait déjà ce qu’elle venait de dire. Elle baissa les yeux vers ses pieds, honteuse. Lee, décidant de la rassurer, reprit son sourire et la saisit par les épaules.

– Laisse-moi deviner, ma princesse ! Ton père t’a encore fait une scène pour tes résultats en sciences ? Ne t’inquiète pas, je t’aiderai à le convaincre s’il le faut et, si on n’y arrive pas, je resterai avec toi !

Tenten avait toujours les yeux fixés sur ses pieds. Une boule monta à sa gorge alors que les battements de son cœur se faisaient violents dans sa poitrine. Elle devait le dire, elle devait la vérité à Lee. Lentement, avec crainte, elle leva les yeux. Le sourire éclatant qu’il lui adressait disparut peu à peu lorsqu’il s’aperçut que les larmes striaient ses joues. Tenten comprit au tremblement de sa main qu’il commençait à paniquer.

– Lee…

– Je n’aime pas ta voix, Tenten.

Tenten se crispa légèrement. Pouvait-il pressentir ce qu’elle allait lui dire ? En tout cas, son visage affichait une grande crainte, comme s’il avait peur de la suite. Malheureusement, elle ne pouvait que confirmer ses doutes. Elle s’en voulut énormément, mais il était trop tard pour reculer.

– Je suis désolée, Lee, s’excusa-t-elle d’une voix entrecoupée de sanglots. Je… Je suis tombée amoureuse de quelqu’un d’autre.

Le visage de Lee se décomposa complètement, comme si un coup fatal venait de lui être porté. Sa bouche s’entrouvrit légèrement, mais aucun son n’en sortit. Son teint devint blême et ses yeux d’habitude si joyeux se perdirent dans le vague, comme s’ils n’avaient plus de raison d’exister.

Tenten, elle, se tordait les mains si fort qu’on aurait dit qu’elle voulait les broyer. Ses bras tremblaient et son visage, crispé par la peine et l’angoisse, attendait la réaction de Lee. Pourtant, celui-ci ne répondait rien, trop anéanti pour formuler une phrase cohérente.

– Je t’en prie, Lee, dis quelque chose ! insista-t-elle.

Cela lui faisait mal de le voir comme cela, incapable de répondre. Au son de sa voix, il la fixa, la bouche toujours entrouverte. Il semblait dans un état second, comme s’il n’aurait pas pu supporter la nouvelle autrement.

– Je… Je peux savoir qui c’est ? demanda-t-il d’une voix qui se voulait ferme mais qui, dans le fond, tremblait.

– Neji, bafouilla Tenten en baissant la tête, honteuse du mal qu’elle faisait à celui qui comptait énormément pour elle.

Lee ouvrit davantage la bouche, complètement anéanti. Mais qu’avait-il fait ? C’était lui qui avait rapproché sa copine de ce type ! Evidemment, il ne s’était pas inquiété. A l’époque, il était persuadé que Tenten ne pouvait pas vouloir quelqu’un d’autre que lui.

– Et… vous vous êtes embrassés ? ajouta-t-il, comme s’il voulait enfoncer profondément le couteau dans la plaie, plutôt que d’apprendre ce genre de détail ultérieurement.

– Une fois, avoua Tenten, décidée à aller jusqu’au bout. Mais je te jure que je ne voulais pas ! J’ai pas fait exprès, Lee !

Elle avait relevé la tête à ces dernières paroles, présentant à nouveau son visage brouillé de larmes. Lee, lui, se contenta d’hocher la tête, l’air toujours aussi perdu. A présent, ses lèvres tremblotaient et Tenten eut l’impression qu’il ne pouvait plus tenir sur ses jambes. Elle voulut tendre un bras pour l’aider, mais il l’en empêcha et fit un pas de côté.

– Je… Naruto doit m’attendre, lâcha-t-il.

Il s’éloigna avec une démarche d’automate. Tenten se retourna lentement vers lui, toujours en pleurs. Elle venait de briser un lien très fort et, même si elle avait avoué être amoureuse de Neji, elle avait mal. Mal parce que sa relation avec Lee ne serait plus jamais la même, mal parce que plus jamais elle n’entendrait le nom de « princesse » sortant de ses lèvres. Finalement, elle s’effondra contre le mur du bâtiment et plongea sa tête dans ses mains, laissant couler ses larmes à flot.

 

***

 

Note de l’auteur : Après une pause, certes longue mais nécessaire, j’ai réussi à mettre sur papier la suite de cette histoire. En fait, j’ai plein d’idées, mais j’ai dû mal à savoir dans quel ordre le dois les mettre ! Bon, j’espère mettre moins de temps pour le prochain chapitre (qui est déjà entamé, au passage), parce que je commence à dépasser des records affreux…

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2023