Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Articles

(Consulter tous les articles)

Questionnaire auteur.ices et lecteur.ices de fanfictions !
 par   - 882 lectures  - 4 commentaires [3 décembre 2022 @ 16:04]

Bonjour tout le monde,

Je me permets de poster sur ce site afin de m'aider dans une étude que je mène actuellement sur les auteur.ices et lecteur.ices de fanfictions. Nous nous appelons Lucie, Maud, Pauline et Manon et sommes en master 2 de Médiation et Création Artistique à l'Université Sorbonne Nouvelle.
Dans le cadre d'un cours sur la Conception de projet et la participation culturelle, nous nous intéressons au public (lecteur.ices et auteur.ices) des fanfictions en France.
Si vous habitez en France et que vous êtes lecteur.ices et auteur.ices de fanfictions, ce questionnaire est pour vous !

Les données recueillies ne seront utilisées qu'à des fins d'analyse et ne seront divulguées qu'à notre professeur.

Voici le lien si vous êtes lecteur·rice·s :
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSc6_1itz9IVJhUfLejHlxD4zotRwUFU8wl2bTlfC_hHKzoRWg/viewform?fbclid=IwAR2T-hRSCR1g2Sys-LUqyEU4M4KA9uNKNmUB0gWXr_cnSXosVq_gsro6_qQ

Voici le lien si vous êtes auteur·rice·s :
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSccZedHtCGfet4edRy2iPPhTXYEUusmsZU2feTEqGByRPrgDQ/viewform?fbclid=IwAR1RkBx6Fj1ZZ9_oH1I2L1-YaoMUg6fCZPWZbjH4nkF-BOC5rNctEsmCPqI

Vous pouvez bien entendu répondre aux deux questionnaires si vous vous sentez concerné.es par les deux.

Merci pour votre aide qui nous sera précieuse !!

Lucie, Maud, Pauline et Manon

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 4043 lectures  - 6 commentaires [1 septembre 2022 @ 23:42]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Défis

 > 


Défi : Pas D'idée de Titre xD
Les Plus belles années de ma vie Auteur: Florana Vue: 27407
[Publiée le: 2008-04-12]    [Mise à Jour: 2010-08-29]
13+  Signaler Romance/Humour/School-Fic Commentaires : 97
Description:
« Les plus belles années de ma vie », c’est ainsi qu’on nomme les années de lycée. Assez mature pour être pris au sérieux, suffisamment jeune pour ne pas avoir trop de responsabilités, que demander de plus ? Peut-être un rêve à réaliser, quelque chose à changer…
Quand Sakura Haruno, fille richissime de sénateur, arrive à Sarutobi, lycée public de Konoha, peut-être aura-t-elle enfin une chance de découvrir la véritable valeur des choses ? Et si Sasuke Uchiwa arrivait à sortir de son mutisme habituel ? Quant à Hinata Hyûga, il est temps pour elle de s’ouvrir au monde extérieur. Plus facile à dire qu’à faire, mais, en trois années de lycée, bien des choses peuvent changer.

Voilà ma réponse au défi de Kmille. Je suis la troisième à y répondre, j'espère que ma fic ne ressemblera pas trop aux deux autres (que je n'ai pas lues afin de ne pas être influencée).

Si vous voulez savoir les couples finaux, sachez que je garderai les mêmes que ceux imposés par Kmille (c'est-à-dire les classiques) car non seulement je réponds à un défi mais en plus ils me plaisent bien.

Bonne lecture à tous !
Crédits:
Non, les personnages de Naruto ne m’appartiennent pas et, si je disais le contraire, personne ne me croirait !
Quant à l’idée de départ, elle vient de Kmille. Alors dans ce cas, qu’est-ce qu’il me reste ? Bah, les évènements, les réactions des personnages… enfin bref, le déroulement de l’histoire ^^.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Il faut sauver Hinata !

[5607 mots]
Publié le: 2008-10-26
Mis à Jour: 2008-10-26
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 11 : Il faut sauver Hinata !

 

Ce matin-là, Sasuke observait la rue d’un air triste. Tous les gens qu’il voyait passer, profitant de leur vie, n’arrivaient pas à le rendre heureux. A vrai dire, il les enviait. Pourquoi avait-il fallu que sa famille, autrefois brillante et prospère, plonge ainsi dans la misère ? Ils avaient connu des jours bien plus heureux, mais Sasuke ne s’en souvenait presque plus. Il était trop jeune à l’époque.

Le claquement de la porte d’entrée le tira de ses pensées morbides. Il tourna la tête et vit son frère passer devant lui, lui adresser un sourire triste, puis se diriger dans la minuscule cuisine de l’appartement. Sasuke attendit qu’il ressorte, un sandwich à la main, pour lui parler :

– Pas trop dur ce matin ?

– Ça allait, répondit Itachi en avalant une bouchée de son en-cas. Bon, le réveil à cinq heures c’est pas le top pendant les vacances, mais le boulot est plutôt bien payé.

Sasuke acquiesça. Comme à chaque vacances, son grand frère avait pris un petit travail pour compenser les dettes familiales. Itachi s’affala alors dans l’unique canapé de la pièce pour terminer son déjeuner.

– Tu ne manges pas ? demanda-t-il entre deux bouchées.

– Non, j’ai rendez-vous avec quelques potes. J’allais justement partir.

A ces mots, Sasuke se leva et attrapa son blouson, celui qu’Ino lui avait offert lors de son dernier anniversaire. Son amie avait beau par moments paraître superficielle, il ne pouvait s’empêcher de penser que son attention était touchante. Sachant qu’il n’aurait pas de quoi se payer un nouveau manteau pour l’hiver, elle s’était débrouillée pour lui en offrir un.

Sasuke referma son blouson avec un léger sourire avant de reporter son attention sur Itachi. Celui-ci avait fini son repas mais semblait trop fatigué pour se relever.

– T’y retournes ? demanda le jeune frère.

– Ouais, faut bien.

– Sakura a appelé ce matin, je lui ai dit que tu la rappellerais.

Itachi acquiesça et son visage sembla se détendre un tant soit peu. Contrairement à lui, Sasuke paraissait déçu.

– Je ne comprends toujours pas comment tu fais pour sortir avec cette fille ! s’exclama-t-il brusquement en s’asseyant à côté de son frère. Elle est… insupportable !

– Tu ne vas pas me dire qu’elle est laide non plus ? répliqua Itachi, impassible devant l’agacement de son frère.

– Hum, je pensais que la beauté ne faisait pas tout, Itachi.

– Tu as raison, mais bon, cette fille est quand même généreuse. Elle me prête sa voiture pendant toutes les vacances, ça me facilite énormément les trajets.

– Ce n’est pas de la générosité mais de l’hypocrisie !

Pour toute réponse Itachi le fixa en silence. Sasuke s’apercevait, une fois de plus, de la différence qu’il pouvait y avoir entre le comportement de son frère en public et à l’intérieur leur appartement. Celui-ci se montrait charmeur et même séduisant devant les autres mais, une fois rentré, il devenait plus froid et beaucoup moins bavard.

– Sakura est peut-être une hypocrite mais, en attendant, elle fait des efforts pour moi. Je ne fais que lui rendre la pareille, expliqua-t-il après quelques secondes de réflexion.

– Alors ça te gonfle de sortir avec elle ? demanda Sasuke, un air vainqueur au fond du regard.

– Non, elle ne me gonfle pas. C’est juste que je sais que je ne passerai pas le restant de mes jours avec elle. Mais bon, on est jeunes, faut bien en profiter !

Il tourna alors son visage dénué d’expression vers son frère qui, lui, cherchait une logique dans tout cela. Cependant, Itachi décida de clore la conversation :

– Allez, va donc retrouver tes potes !

A ces mots, il lui envoya une pichenette sur le front, geste que Sasuke détestait depuis sa plus tendre enfance. Après un regard noir pour son grand frère, il quitta tout de même l’appartement et se dirigea vers le lieu convenu pour fêter l’anniversaire de Naruto. Même si celui-ci était né le 10 octobre, il n’avait pas pu trouver d’autre date pour réunir la plupart de ses amis. Quant à l’endroit qu’il avait choisi, cela n’avait rien d’une salle de fête : il s’agissait en fait du chantier qu’il avait mentionné un peu avant les vacances.

Quand Sasuke arriva, Naruto et Kiba s’étaient déjà installés : entre des buissons épineux et une énorme butte de terre, ils se trouvaient à l’abri des regards et avaient disposé quatre blocs de pierre de façon à former un carré dans lequel ils entassaient à présent du bois. Comme pour les accompagner, Akamaru sautillait entre eux et aboyait régulièrement. Shikamaru, lui, les regardait faire d’un air nonchalant, à moitié appuyé contre son scooter.

– Yo, Sasuke ! lui lança Naruto, tandis que Kiba tentait tant bien que mal de faire démarrer le feu. Allez, fais-nous un sourire ! Regarde, Shika a apporté sa mob’ !

Sasuke leva les yeux au ciel, comme si l’enthousiasme de son meilleur ami le désespérait.

– A ce propos, tu pourrais pas nous aider, le tire-au-flanc ? demanda Kiba en soufflant sur les flammes naissantes.

Loin de vouloir bouger le petit doigt, Shikamaru bâilla ouvertement avant d’aller s’asseoir sur l’un des rondins de bois qui avaient été placés autour du feu en guise de sièges. Naruto posa alors la grille sur leur barbecue improvisé.

– Coucou tout le monde ! les salua une voix familière.

Naruto et Kiba bondirent chacun leur tour, tandis que Shikamaru écarquillait brusquement les yeux. Il ne s’était pas retourné mais le simple ton de cette voix lui suffisait pour deviner qui Naruto avait encore invité.

– Temari ! s’exclama celui-ci en adressant un sourire à l’arrivante. T’as pu venir finalement ?

– Oui, ça me permet d’échapper à mes parents et de quitter mon bled pendant une journée, alors je n’allais pas refuser !

Kiba lui souhaita la bienvenue à leur barbecue improvisé. Sasuke la salua d’un signe de tête, tandis que Shikamaru se retenait d’aller se cogner la tête contre son scooter. Pourquoi Naruto avait-il invité cette fille plus que galère ? Il aurait largement préféré que Ino vienne, elle était l’une des rares filles qu’il supportait. Pour lui, Temari était la pire de toutes. Elle avait trop d’énergie, un tempérament trop fort et, surtout, prenait un malin plaisir à le contredire.

– Je vois que ma venue t’enchante, Nara ! lança-t-elle, sarcastique.

– Tu ne peux pas savoir à quel point, maugréa-t-il pour toute réponse.

Comme pour le provoquer, Temari choisit alors de s’asseoir sur le même rondin que lui. Il soupira bruyamment, faisant rire Naruto et le visage de Sasuke se détendit légèrement. L’ambiance était plutôt bonne, comme à chaque anniversaire de Naruto.

– Bon, tu nous fais cuire ces saucisses, Kiba ? demanda celui-ci. J’ai faim, moi !

– Prends ça, au lieu de m’embêter ! répliqua l’Inuzuka en lui balançant un paquet de chips à la figure.

Naruto, visiblement ravi, alla s’asseoir à son tour pour faire circuler l’apéritif. Sasuke prit les canettes de soda qu’ils avaient apportées et commença à les distribuer. Lorsqu’il passa près de Shikamaru et de Temari, celle-ci lui adressa un sourire chaleureux. Sasuke était réellement mignon et aucune fille, pas même Temari, ne pouvait s’empêcher d’essayer de lui plaire, ne serait-ce qu’un peu.

– Tiens Shikamaru, fit Sasuke en tendant une canette à son ami. Evite donc de faire cette tête, c’est pas un laideron qui est assis à côté de toi !

Shikamaru se renfrogna davantage. Sasuke ne parlait jamais. Pour une fois qu’il ouvrait la bouche, pourquoi fallait-il qu’il lui fasse une remarque de ce genre ? Bien sûr que Temari n’était pas laide, mais cela n’empêchait pas le fait qu’elle ne soit qu’une grande casse-pieds à ses yeux. Temari, elle, rougit légèrement à cause du compliment avant de se forcer à reprendre contenance.

Quelques minutes plus tard, Kiba avait réussi à faire cuir le repas comme un chef et ils mangeaient tous en riant et bavardant. Temari se sentit à l’aise, malgré le fait qu’elle ne fut entourée que de garçons. Naruto était joyeux et sympathique, comme à son habitude, et elle pouvait prendre plaisir à échanger des concours de vanne avec Shikamaru.

– Bon, on passe aux cadeaux avant le dessert ? suggéra Kiba.

– Bonne idée les gars ! approuva Naruto avec un grand sourire.

Tout le monde se mit à rire, excepté Sasuke qui ne le faisait jamais, et Temari eut l’honneur de donner le premier. Naruto déballa le paquet avec avidité avant d’en tirer une longue étoffe qui lui arracha un immense sourire.

– Une écharpe, orange, en plus ! Merci Temari ! Comment t’as su que c’était ma couleur préférée ?

– Oh, je me demande où j’ai été cherché ça…, fit Temari en fixant les vêtements du blond.

– Idiot, t’es toujours habillé en orange ! répliqua Kiba en le poussant d’un coup de coude.

– Ah oui, c’est vrai ! s’exclama Naruto en se regardant lui-même.

Le paquet suivant fut donné par Shikamaru et Kiba. Naruto le déballa et afficha un nouveau sourire en brandissant quatre mangas.

– Les tomes suivants de Turano ! s’exclama-t-il.

Turano ? répéta Temari. C’est le manga qui fait un carton !

– Oui, c’est l’histoire géniale sur les ninjas au Village Caché de la Noisette ! poursuivit Naruto, débordant d’enthousiasme. J’adore le héros, il est trop classe !

– Tu parles, il est bête comme ses pieds, fit remarquer Shikamaru. Moi je préfère le fainéant, je trouve qu’il me correspond bien. Par contre, niveau fille, ce sont un peu des terreurs je trouve, en particulier la blonde qui vient du Village Caché de la Plage.

A ce moment-là, Temari intervint en affirmant que le fainéant n’était qu’un machiste et que la fille blonde savait parfaitement le remettre à sa place et il fallut bien l’aide de Kiba pour les arrêter dans leur argumentation poussée. Puis, après quelques remarques de la part de tous sur leurs personnages et passages préférés, Shikamaru tendit un autre cadeau à Naruto.

– C’est de la part d’Ino, elle m’a demandé de te le donner, précisa-t-il.

Naruto fixa quelques secondes le petit paquet rectangulaire qui tenait au creux de sa main avant d’en sortir un étrange pendentif formé d’une chaîne noire et d’une pierre verte tombant à la façon d’une goutte.

– Classe ! s’exclama-t-il. Je vais le mettre tout de suite !

Au milieu de toute cette excitation, Sasuke resta silencieux. Il savait que Naruto n’allait pas lui demander de cadeau car il était mieux que quiconque informé de sa situation. Cependant, il tenait quand même à offrir quelque chose à son meilleur ami et, pour cette année, il avait trouvé la solution idéale.

– Tiens, déclara-t-il en sortant une enveloppe de sa poche. Je n’ai pas eu le temps de mieux l’emballer, tu m’excuseras.

– Mais il n’y a pas de problème, Sasuke ! assura Naruto en lui souriant d’un air décontracté.

Néanmoins, Naruto se demandait ce que son ami pouvait bien lui offrir. Certainement pas un chèque, il n’avait pas d’argent à dépenser dans les cadeaux. Pris de curiosité, Naruto ouvrit l’enveloppe et en sortit un papier sans doute découpé dans un magasine.

– La recette des râmens au bouillon de poulet ! s’exclama-t-il en bondissant sur ses pieds, ce qui faillit renverser Kiba. Sasuke, t’es un génie !

A la grande surprise de Temari, Sasuke esquissa un maigre sourire à la tape amicale de son ami. A vrai dire, elle n’avait pas imaginé qu’un être si renfermé et si dénué d’expression puisse laisser passer, le temps de quelques secondes, un sentiment sur son visage, mais il fallait croire que la présence de Naruto le rendait plus ouvert.

Finalement, ils attaquèrent le dessert, un quatre-quarts choisi par les soins de Naruto, et, peu après, Shikamaru, qui avait apporté son scooter, entreprit de donner son premier cours à Sasuke.

– Bon, tu tournes ici pour accélérer, mais vas-y doucement au début, expliqua-t-il tandis que Sasuke enfourchait le véhicule. La pédale pour démarrer, et c’est parti !

Sasuke examina l’engin tout en suivant les indications de Shikamaru. Les autres s’assirent côte à côte, prêts à assister au spectacle.

– J’aurais été à la place de Shikamaru, je n’aurais pas accepté, glissa Kiba. Sasuke va lui défoncer son scooter en moins de deux !

Et, comme pour confirmer ses dires, un puissant bruit de moteur lui coupa la parole. L’avant du scooter se souleva légèrement et Sasuke accéléra maladroitement. Le véhicule prit brusquement de la vitesse et fonça dans une motte de terre du chantier. Le conducteur fut désarçonné et tomba dans le tas, la tête la première.

La première réaction de Naruto fut d’éclater de rire. Il entraîna rapidement Kiba avec lui, tandis que Temari, elle essayait de se retenir.

– Arrêtez, les réprimanda-t-elle avec peu de conviction, il s’est peut-être blessé !

Heureusement, Sasuke ressortit indemne. La motte avait grandement amorti sa chute et, du coup, il n’avait rien. Cependant, il ne riait pas comme les autres et, d’ailleurs, il n’était pas le seul. Shikamaru l’observait avec une air tétanisé.

– O.K., c’est peut-être pas la meilleure solution de commencer comme ça, décida-t-il en ramassant le scooter. On va aller un peu plus doucement.

Ainsi, durant l’heure qui suivit, Sasuke essaya de dompter le véhicule, tout en exécutant régulièrement des chutes spectaculaires, pour le plus grand plaisir de Naruto et Kiba qui n’en pouvaient plus. Temari finit par les accompagner et ce n’était pas les regards assassins de Sasuke qui les arrêtaient.

– Eh bien, on dirait que vous vous amusez bien !

Cette voix féminine et familière tira les trois adolescents spectateurs de leur fou rire et ils se tournèrent vers les deux nouveaux arrivants.

– Salut, vous deux ! les salua Naruto. Alors, vous avez finalement pu venir ?

– Oui, mon père a fini par céder, répondit Tenten, qui n’en revenait d’ailleurs toujours pas.

– On a même apporté un cadeau ! ajouta Lee en tendant un paquet.

Naruto le reçut avec plaisir et l’ouvrit rapidement. Il en sortit une étrange chose verte que Temari reconnut sans peine pour l’avoir vue chaque mercredi matin.

– Mais… c’est la même tenue de sport que la tienne, Lee ! s’exclama Naruto, tout excité. Génial, elle est trop bien !

Kiba et Temari ouvrirent la bouche d’un même geste. Naruto ne comptait tout de même pas porter cette horreur ? En plus, comble de tout, il semblait réellement heureux de recevoir un tel cadeau.

– C’est la même tenue que professeur Gai, ajouta Lee en prenant sa pose du mec cool.

– Qu’est-ce qui se passe ici ?

Ils se retournèrent tous d’un coup et virent Sasuke et Shikamaru qui les rejoignaient, couverts de terre.

– Mais… qu’est-ce qui vous est arrivé ? demanda Tenten, perplexe.

Cette simple question eut pour effet de faire rire Naruto, à tel point qu’il dut se tenir les côtes pour ne pas tomber par terre. Il tenta d’expliquer la situation, mais seuls des mots incohérents sortirent de sa bouche.

– J’apprends à conduire, répondit Sasuke d’un air dépité.

– Ah, attendez, je vais vous aider ! décida Lee.

Sasuke accepta. Après tout, au point où il en était, même Lee pouvait le tirer d’affaire. Pendant qu’ils récupéraient le scooter avec Shikamaru, Tenten alla s’asseoir à côté des autres.

– Alors, il paraît que Neji a décidé de te donner des cours ? lui demanda Temari en lui proposant une part de cake.

Moui, confirma Tenten en mâchant. C’est pas évident, mais je préfère ça que mon père.

– Et tu as des nouvelles de Hinata ? intervint Kiba.

– Un peu. Elle est chez elle à Kyoto pour les vacances et ne reviendra que samedi. Enfin, il ne pense pas pour autant qu’elle retournera au lycée à la rentrée.

Cette nouvelle jeta un soudain silence sur le groupe. Seul le moteur lointain du scooter perturbait le calme qui s’était brusquement installé. Puis, à la grande surprise de tous, Naruto lâcha d’un ton triste :

– Ah, bah non, c’est trop bête !

Les regards convergèrent vers lui. Ils ne s’attendaient sans doute pas à ce quelqu’un d’aussi joyeux et jovial devienne si déçu pour une nouvelle concernant une personne qui ne figurait pas encore parmi ses amis.

– Elle est gentille la petite Hinata, expliqua-t-il. Bon, parfois, elle rougit et je ne comprends pas pourquoi, mais, au moins, elle, n’est pas aussi terrifiante que Sakura…

– Sakura est terrifiante ? répéta Temari, suspicieuse.

– Oui, quelques jours avant les vacances je voulais voir ce que je donnais auprès des filles et je lui ai demandé de sortir avec moi. Résultat, elle m’a foutu une gifle que je ne suis pas prêt d’oublier !

A ces mots, les yeux de Temari s’exorbitèrent. Naruto l’avait-il fait exprès ou était-il complètement idiot ?

– Naruto, elle sort avec Itachi, pourquoi aurait-elle accepté de se mettre avec un idiot comme toi ? demanda Kiba, sarcastique.

– De toute façon, tu vaux mieux qu’elle, c’est une abrutie, ajouta Temari, catégorique. Par contre, c’est ennuyeux pour Hinata. Il faudrait faire quelque chose pour la convaincre de revenir.

– Oui, je pense aussi, approuva Kiba. Quelque chose pour lui prouver qu’il y a des gens prêts à l’accepter à Sarutobi.

A ces mots, un nouveau silence s’installa car chacun cherchait une idée de son côté. Ce moment ne fut interrompu que par l’arrivée de Lee dont les vêtements s’étaient finalement couverts de terre.

– Bon, bah il a décidé d’arrêter pour aujourd’hui ! annonça-t-il avec le sourire qui le caractérisait. Ben, qu’est-ce qui se passe ? Vous en faîtes des têtes !

– J’ai trouvé ! s’exclama Naruto, un air victorieux dans ses yeux bleus.

Chacun parut surpris et Sasuke et Shikamaru approchèrent à leur tour. Naruto prit un air espiègle sur le visage et commença à exposer sa pensée :

– Ecoutez, j’ai peut-être une idée pour convaincre Hinata de revenir…

 

 

La veille de la rentrée était un dimanche et Tenten devait sans doute être la seule élève à étudier encore les mathématiques. Cependant, aux côtés de Neji, la matière lui paraissait bien moins ennuyeuse. Pour la cinquième fois des vacances, elle se retrouvait dans la demeure Hyûga, installée à la table de la salle à manger, essayant de faire son devoir maison avec l’aide du génie.

– Racine carrée de deux fois racine carrée de deux, ça fait ? demanda-t-il en inspectant sa copie.

– Deux ?

Neji releva légèrement la tête pour lui dire d’un air faussement désespéré :

– Alors pourquoi tu as mis quatre ?

Tenten haussa les épaules. Elle aurait bien répondu qu’elle suivait son intuition, mais Neji n’aurait jamais compris. Finalement, celui-ci délaissa l’exercice pour demander :

– On passe au suivant ou on fait une pause ?

– Une pause !

Cette remarque lui arracha un faible sourire. Tenten ne supportait pas plus les mathématiques qu’au début des vacances. Il se leva donc en déclarant qu’il allait chercher du thé. Tenten en profita pour s’informer :

– Hinata est revenue, au fait ?

– Oui, mais elle n’a pas osé me parler de son séjour dans sa famille.

Tenten acquiesça et laissa son camarade de classe et professeur de mathématiques disparaître dans la cuisine. Aussitôt, elle sortit son portable de sa poche et composa un SMS en vitesse.

Neji revint quelques minutes plus tard avec deux tasses fumantes. Tenten soupira de contentement et commença à siroter la boisson. Il n’y avait selon elle rien de tel qu’un bon thé pour oublier un instant les devoirs.

– On ne peut pas dire que ça te passionne, fit remarquer Neji en jetant un coup d’œil à la copie.

– Certainement pas ! Par contre, s’il y a quelque chose que j’adore, c’est le théâtre !

– Tu en fais ?

– Oui, depuis quatre ans maintenant. Et Lee est venu à chacune de mes représentations !

Tenten ne put s’empêcher de sourire à ce souvenir. Elle en avait d’ailleurs bien d’autre avec lui et le connaissait depuis si longtemps qu’elle n’avait jamais craint de se confier à lui. Elle pouvait tout lui dire sans éprouver la moindre honte ou la moindre gêne. C’était pour elle formidable de s’entendre aussi bien avec une personne.

Neji, lui, s’apercevait une fois de plus que Lee comptait vraiment pour Tenten. Ce gars était inoffensif, sympathique, plein de bonne volonté. Alors pourquoi ne réussissait-il pas à ressentir la moindre amitié à son égard ? Plus le temps passait et plus Neji trouvait Lee antipathique, contre sa volonté même.

Le court silence qui s’était imposé fut rompu par la sonnette de l’entrée. Neji se leva et alla ouvrir sous le regard faussement curieux de Tenten.

– Vous ? s’exclama Neji en reculant d’un pas. Mais…

Cependant, il n’eut pas le temps d’achever sa phrase car une voix familière l’interrompit.

– Salut Neji, on vient voir Hinata ! déclara Naruto en faisant quelques pas dans l’entrée. Wahou ! Jolie baraque !

– Fais gaffe, faut maîtriser son langage ici ! ajouta Kiba avec un air moqueur.

– Vous pouvez me dire ce que vous faîtes ici ? les interrompit Neji avec fermeté.

– On vient voir Hinata ! répéta Naruto.

Il ouvrit alors grand la bouche pour l’appeler, mais Neji le bâillonna d’une main et lui intima de se taire.

– Imbécile, tu veux lui faire une crise cardiaque ? demanda-t-il en relâchant enfin Naruto.

Tandis que ces deux-là se disputaient, Kiba adressa un signe de main à Tenten qui observait la scène depuis la salle à manger. Puis il se tourna vers Neji et lui glissa à l’oreille :

– Je vois que t’as pas perdu de temps avec Tenten.

– Idiot ! Elle vient parce qu’elle a besoin d’aide en maths !

– Bien joué, mon gars ! Le coup du prof qui vient les sauver, ça les séduit toutes !

Neji soupira et remercia intérieurement Naruto d’être suffisamment distrait pour ne pas avoir écouté. D’ailleurs, celui-ci braillait tellement qu’il était bien en peine d’écouter les autres :

– Ah, coucou Tenten ! Bon, Neji, elle est où Hinata ?

– Pourquoi voulez-vous la voir ? répliqua le Hyûga.

– Parce qu’on s’inquiétait pour elle !

La réponse de Naruto avait été si franche et si directe, prononcée sans aucun sarcasme, que Neji resta sans voix durant quelques secondes. Naruto s’inquiétait pour Hinata ? Pourtant, il n’avait pas le souvenir qu’ils étaient très proches. Il fallait croire que c’était dans sa nature de s’inquiéter pour n’importe qui.

– Elle est dans sa chambre, mais je me vois mal vous laisser y monter…, fit remarquer Neji.

– Hé, tu nous prends pour qui ? s’offusqua Kiba. On ne compte pas l’effrayer !

Neji jeta un bref coup d’œil en direction de Naruto. Il savait que Hinata en pinçait pour lui et avait énormément de mal à s’exprimer en sa présence. Si elle le voyait débarquer dans sa chambre, elle risquait d’être plus tétanisée que d’ordinaire. Enfin, d’un autre côté, Neji l’avait récupérée en pleurs à la gare la veille et il ne voyait pas ce qui pourrait empirer la situation.

– Soit, suivez-moi. Tenten, je reviens, je conduis ces deux énergumènes là-haut.

Tenten acquiesça avec un sourire. Au passage, Kiba et Naruto lui firent un clin d’œil. Elle avait accompli sa mission en les prévenant par SMS, il ne leur restait plus qu’à agir.

Arrivé en haut, Neji sembla hésiter un instant devant la porte de la chambre de sa cousine, mais finit par frapper. Un faible « entrez » leur parvint et il glissa sa tête à l’intérieur, tout en repoussant Naruto qui s’apprêtait à débouler dans la chambre sans aucune discrétion.

– Ça va, Hinata ? demanda Neji. Tu n’as pas faim ?

– Non.

– Hum, tu as de la visite…

Il ouvrit alors un peu plus largement la porte et fit signe aux deux garçons de le suivre. Hinata, recroquevillée sur son lit, encore en pyjama malgré l’heure et les cheveux en batailles, les regarda entrer avec des yeux exorbités.

Kib… Kiba…, Naruto ! balbutia-t-elle comme si l’air lui manquait.

– Alors, ça va Hinata ? demanda Naruto avec un sourire mais d’une voix soudainement beaucoup plus calme et douce.

– Ne fais pas cette tête, ajouta Neji, ils sont venus parce qu’ils s’inquiétaient pour toi. Tiens, couvre-toi avec ta robe de chambre, tu vas avoir froid comme ça !

Il lui jeta le vêtement qu’elle s’empressa de l’enfiler pour cacher son pyjama. Neji toisa les deux garçons avec l’air de leur dire « au moindre problème, je vous descends tous les deux » et sortit en laissant la porte ouverte.

– Ne tardez pas trop. Si mes parents vous voient là, j’aurai des ennuis ! ajotua-t-il.

Puis ses pas s’éloignèrent et ils l’entendirent redescendre les escaliers. Un court silence s’installa dans la chambre. Hinata était pétrifiée et ne pouvait plus sortir un seul mot de sa bouche. Voyant que Naruto allait s’asseoir sur le lit, juste à côté d’elle, Kiba le retint par le col et le força à s’asseoir sur la chaise du bureau.

– Tu n’es pas venue au lycée avant les vacances et on se demandait si t’allais revenir, expliqua Kiba avant que Naruto n’ait pu parler.

Hinata baissa la tête et la secoua en signe de dénégation. Les deux garçons se regardèrent d’un air entendu et ce fut, cette fois-ci, Naruto qui parla :

– Hinata, tu dois venir ! Tu sais, on aimerait que tu reviennes. C’est pas Sakura qui te fait peur quand même ?

Kiba leva les yeux au plafond en se rappelant que Naruto avait lui-même affirmé que Sakura lui fichait la trouille trois jours plus tôt.

– C’est… ce n’est pas vraiment ça, répondit Hinata.

Kiba et Naruto se penchèrent en avant, attendant ses explications. Hinata semblait hésiter sur ses mots.

– C’est que je me suis plutôt sentie…

– Trahie ? proposa Naruto.

– Oui, c’est ça. Je… J’ai perdu une amie, enfin quelqu’un qui comptait pour moi. J’arrive pas à croire qu’elle me détestait… Je n’étais pas assez bien pour être avec elle !

A ces mots, des larmes coulèrent sur les joues de Hinata. Sans que Kiba ne puisse intervenir, Naruto posa une main sur son épaule, ce qui l’effraya dans un premier temps, et lui parla avec gentillesse :

– Je comprends Hinata. J’ai eu un peu le même problème avec Sasuke. En primaire, il a voulu s’éloigner de moi et renier notre amitié parce que toute sa fortune avait subitement coulé. J’ai vraiment été malheureux à ce moment-là. Mais, au final, j’ai réussi à le ramener vers moi.

Hinata leva les yeux et son regard rencontra celui de Naruto. Elle se sentit aussitôt mieux et sut qu’il ne se moquait pas d’elle. Kiba, lui, observait l’échange en silence. Il ne savait pas vraiment ce qui s’était passé entre Sasuke et Naruto au début du collège car il ne les connaissait pas encore, mais Ino lui avait souvent confié qu’ils avaient beaucoup souffert de cette période.

– Et puis, tu n’as pas que Sakura comme amie. Il y en a d’autres ! Temari, Tenten, Lee, moi, Ino…

– Je… Je n’ai pas l’impression que Ino m’aime beaucoup, fit remarquer Hinata, un peu gênée.

Kiba s’aperçut qu’il pensait un peu la même chose. Ino avait toujours eu un ton sec lorsqu’il lui parlait de Hinata et il n’avait pas compris d’où pouvait venir cette antipathie.

– Ouais, enfin Ino c’est Ino, elle a un sacré caractère ! répliqua Naruto d’un air décontracté.

Hinata n’en fut pas rassurée pour autant. C’est alors que Kiba jeta un coup d’œil à sa montre et dit à Naruto :

– Il est quinze heures cinquante-huit.

– Quoi ? Déjà ? fit le blond en sursautant. Hinata, où est ton portable ?

– Quoi… Comment ?

– Ton portable, s’il te plait, Hinata, la supplia Naruto. J’aimerais vraiment voir à quoi il ressemble !

Naruto avait prit un air bête en formulant cette demande, ce qui ne fit qu’étonner davantage Hinata. Elle chercha une réponse dans les yeux bruns de Kiba, mais celui-ci se contenta de hausser les épaules avec un sourire énigmatique sur les lèvres. Désemparée, elle ouvrit le tiroir de sa table de chevet et en sortit le petit objet tant convoité. Naruto s’en empara et l’alluma.

Wahou ! La classe ! Le dernier ultraplat de la société Hyûga ! Comment tu l’as eu ?

– Naruto, ça ira, le coupa Kiba d’un air exaspéré.

– Ah que je suis con ! C’est vrai, Hinata, tu fais partie des Hyûga ! Tu fais ton code PIN ? Je veux absolument essayer toutes les sonneries !

Hinata, toujours impressionnée, ne put faire autrement qu’obéir. Elle composa le code et tandis son portable à Naruto qui s’en saisit immédiatement pour scruter l’écran.

– Ah, il est seize heures ! remarqua-t-il. Ça ne devrait pas tarder…

– Qu… Qu’est-ce qui ne devrait pas tarder ? demanda timidement Hinata.

– Hé, hé, un truc trop bien !

Hinata, curieuse malgré tout, se pencha légèrement sur l’écran et attendit. Le silence dura et une minute passa. Lorsque seize heures deux s’affichèrent, Naruto commença à perdre patience.

– Kiba ! Ne me dis pas qu’ils ont…

Sa voix fut interrompue par un léger bruit, un petit sifflement, une sonnerie. Il regarda à nouveau l’écran pour y voir l’inscription « Nouveau message » apparaître en grand.

– Ah, ça y est ! s’exclama-t-il victorieux.

Alors, une deuxième sonnerie se fit entendre, puis, presque simultanément, une troisième et une quatrième. Hinata saisit son portable en se demandant ce qui pouvait bien se passer. Elle ne recevait jamais de message, c’était même à se demander à quoi cela lui servait d’avoir un téléphone. Alors forcément, quand la cinquième sonnerie retentit, elle se dépêcha d’ouvrir la boîte de réception.

– Mais, qu’est-ce que…

Les mots se figèrent dans sa gorge. Sous ses yeux, défilaient des messages dont le mot d’ordre était le même : « Reviens au lycée, Hinata ». Se demandant s’il ne s’agissait pas là d’une farce elle regarda les expéditeurs : Temari, Shikamaru, Lee, Tenten et même Sasuke.

– Alors, maintenant tu veux bien revenir au lycée ? lui demanda Naruto d’un air suppliant.

Elle baissa la tête mais ne répondit pas. Inquiet, Kiba s’approcha à sont tour et remarqua alors des larmes écrasées sur l’écran du portable. Il crut qu’ils l’avaient inconsciemment blessée mais s’aperçut aussitôt que, malgré ses pleurs, un faible sourire étirait les lèvres de Hinata.

Elle n’y croyait tout simplement pas. Les gens, autres que sa famille, ne s’étaient jamais inquiétés de ses dépressions. Elle était si transparente que c’était à peine s’ils la remarquaient. D’ailleurs, personne ne se souvenait d’elle sur son passage et elle ne manquait à personne. Alors, voir ces cinq messages, si simples et si touchants à la fois, l’avait tellement émue qu’elle en avait perdu la parole.

Lentement, elle tendit les bras, en passa un sur l’épaule de Kiba, l’autre sur celle de Naruto. Les deux garçons, rassurés, s’approchèrent et la laissèrent les serrer contre elle.

– M… Merci, bredouilla-t-elle.

– Dites, en haut, ce n’est pas fini ?

La voix de Neji traversant le plafond les surprit tous les trois. Après un rire commun, Kiba et Naruto se levèrent et proposèrent à Hinata de sortir de sa chambre. Quelques secondes plus tard, ils entrèrent dans la salle à manger, devant un Neji complètement ahuri.

– Hinata ? fit-il comme s’il n’y croyait pas.

– Je veux bien un peu de thé, Neji, dit-elle d’une petite voix.

Neji se contenta d’acquiescer, encore trop choqué pour en placer une. Comment ces deux-là avaient-ils pu tirer sa cousine de sa chambre en à peine un quart d’heure alors qu’il n’y était pas parvenu au bout de deux semaines d’efforts ?

Tenten, elle, adressa un sourire de bienvenue à Hinata et celle-ci se sentit tout de suite en confiance. Naruto avait raison. Sakura avait été une amie, mais d’autres pouvaient le devenir.

De son côté, le blond de la bande lisait avec délectation les messages envoyés sur le portable. Tout à coup, il écarquilla les yeux, avant d’éclater de rire, à tel point qu’il en frappa la table.

– Qu’est-ce qui se passe ? demanda Kiba avant que Neji n’ait pu intervenir.

– C’est Sasuke ! Je lui ai prêté mon portable pour qu’il puisse participer et il n’a mis qu’un seul mot dans son message : idem !

 

Le lendemain matin fut, pour le plus grand malheur d’un nombre incalculable d’élèves, le 10 novembre, soit la rentrée. En revanche, quand le groupe de Naruto, Sasuke, Shikamaru, Ino et Tenten vit Hinata arriver aux côtés de Neji, la matinée leur sembla soudainement bien moins lourde. Sakura, elle ne fit aucune remarque en voyant son ancienne « amie » entrer en classe. Si cette petite idiote s’était réveillée, tant mieux pour elle ! Elle, elle avait Itachi, et c’était tout ce qui comptait.

 

Note de l’auteur : Et voilà, je suis enfin en vacances (d’ailleurs, ce sont les mêmes que celles qui sont relatées dans ce chapitre ! Quelle belle concordance ^^). Je vais donc avoir un peu plus de temps pour écrire (si c’est pas merveilleux ?). Enfin, j’ai quand même pas mal de devoirs, donc je ne ferai pas que ça non plus ;).

Bon, j’espère sinon que ce chapitre vous aura plus. Il y a peut-être, à mon sens, un peu moins d’action, mais il fallait ramener Hinata et j’ai profité de l’anniversaire de Naruto pour mettre un peu de cohésion (et de dispute entre Shikamaru et Temari xD). Bon, j’espère que vous aurez compris que Turano n’est autre que l’anagramme de Naruto ^^.

D’ailleurs, au passage, une grande part de ce chapitre est tirée d’éléments et évènements réels.

J’ai commencé le prochain chapitre, j’espère que j’aurais le temps de le finir assez rapidement !

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2023