Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1520 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

BD-Comics-DA

 > 

W.i.t.c.h

Du Serpent et du Félin Auteur: Chae-yun Vue: 1779
[Publiée le: 2011-10-27]    [Mise à Jour: 2014-06-08]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Heroic Fantasy Commentaires : 35
Description:
Les WITCH et derrière elles la forteresse de Kandrakar ont remporté une victoire définitive suite au long affrontement qui les opposait à l'Alchimiste Ludmoore. Dans la paix illusoire et précaire précédent le prochain combat,il demeure une ombre de mélancolie: la guerrière Orube.
Unique dépositaire du regret quant à la perte de leur allié contre son gré, le libraire maudit Lord Cédric, magicien reptilien entouré d'ouvrages, et trahit par le monde fantasque que recelait un de ses livres.
Quand l'espoir qui subsiste encore menace de la détruire, Orube est hantée par une interrogation dont la réponse est hors d'atteinte: peut-on parler de mort dans un monde de mots? Mort à force de chercher une issue, à force de tourner les cartes du possible.
Mort d'avoir voulu renaître.

Crédits:
Les personnages appartiennent... à qui déjà? Ah mais oui, c'est à Disney, j'avais oublié^^ Le nom de la scénariste italienne de la BD? Laissez tombez^^
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Un songe

[694 mots]
Publié le: 2011-11-01Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Voici deux petits chapitres plus courts... Vous comprendrez pourquoi.

  Poids. Engourdi. Confusion. Lourdeur.

Les premiers instants suivants le réveil étaient toujours difficiles.

Elancements dans les tempes. Vertige. Et cette impression, que jamais, jamais elle ne parviendrait à se relever.

Mais cette fois-ci était différente. Orube était encore pénétrée d’une puissante réminiscence, un arrière goût puissant des songes qui l’avaient traversée.

Ses rêves.

Ces derniers temps, ils étaient particuliers. D’une puissance et d’une étrangeté singulière. Il y avait des périodes comme celle-ci, comme il en arrive à tout le monde.

Mais cette nuit avait été encore plus spéciale. Différente. En s’asseyant et en se prenant la tête dans ses mains, elle essaya de se souvenir, mais déjà ce qui lui en restait fuyait comme de l’eau entre ses doigts, comme tous les songes dont on ne garde que quelques images floues au réveil, à notre grande frustration. De quoi avait-elle rêvé déjà ? Tout s’estompait, à part cette impression de force, comme la grande lumière d’une pièce qu’elle aurait quittée mais qui filtrerait encore à la lisière de sa conscience, par rais dans les fissures, derrière la porte fermée.

Il y avait une route… non, un tunnel…

 

Toutes les nuits c’est la même chose. Quand je ne dors pas d’un sommeil lourd et rassasié de souvenirs, je marche. Je marche en toute sorte de lieux, dans tous les mondes que j’ai vu, et dans tous ceux que j’ai imaginé, avec toutes les personnes que j’ai connues et toute celles que j’ai rêvées, et je ne le trouve pas. Je dois le rencontrer, ou nous avons rendez-vous, ou je dois aller le chercher quelque part ; il n’est jamais là. Sans que jamais il n’apparaisse, toutes ces images, ces sensations et ces pensées sont hantées par sa présence. Obsessionnelle.

Mais est-ce que je cherche ? Je ne veux plus me souvenir.

                                                                 

Un passage se détacha, clair comme de l’eau de roche.

 

Maintenant je marche encore. Je ne sais pas où je suis, je ne connais pas ce lieu. Ou je ne m’en rappelle pas. Je marche dans un tunnel sombre. Au début je ne voyais pas les parois, mais maintenant elles se sont rapprochées et m’entourent, oppressantes, noire et humides comme celles d’une grotte. Des niches sont parfois creusées sur le côté, me laissant entrevoir en passant une obscurité encore plus profonde que celle qui m’entoure déjà, des yeux rouges fugaces et parfois un cliquetis de griffes raclant la pierre, menaçant.

J’ai peur.

 

Evidemment, ces pensées ne venaient pas du rêve. Elle les rajoutait, enjolivant, déformant tout, sans pouvoir s’en empêcher. Son propre cerveau était un traître.

Après, le souvenir s’effilochait, perdait consistance et devenait intangible.

 

Une pièce, une grande pièce. Aux murs gravés d’étranges symboles. Une lumière venait d’en haut…

 

Trop imprécis. Cette dernière prérogative était-elle réelle, enfin réellement rêvée, ou l’avait-elle inventé ?

Orube se mordit qu’elle se mordit la lèvre. Il fallait qu’elle se rappelle. Quelque chose de capital s’était passé dans cette pièce.

Quelque chose de capital ? Comment un rêve pouvait-il être important, quand tous vos espoirs les plus précieux pouvaient s’effondrer en un instant ? La vie s’était chargée de lui apprendre. Il était temps d’interrompre son petit délire et de renoncer à poursuivre cette chimère, cette fabulation nocturne. Elle ne voulait pas être en retard.

Il ne fallait plus croire aux rêves.

Sur le point de laisser tomber, une inspiration soudaine vint.

 

Elle avait… oui.

Elle avait parlé à quelqu’un.

 

Une haute silhouette se dresse. Comment est-elle venue ? Je l’ignore, mais elle est là. Il me semble qu’elle portait un habit bleu. Elle se tourne, je vais voir son visage.

 

Trois coups secs à la porte.

-          Orube, le maître veut te voir.

Des pas qui s’éloignent.

 

Raté.

Elle ne se souvenait plus de la scène. Une longue conversation, impossible de savoir ce qui avait été dit. Des bribes colorés, futiles, de ce qui avait alors suivit. Lorsque le rêve avait changé, qu’il était redevenu un simple rêve habituel, embrouillé, sombre et indistinct. Fébrile et confus.

Loin de la lumière.

 

C’était raté, rien ne reviendrait plus.

Elle se leva et commença à se préparer.

Elle avait dans la bouche un goût de cendre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaire de l'auteur Ça ne respire pas la joie, je sais.
Mais j'essaye de respecter le désespoir d'Orube, au fond du gouffre.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales