Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 2177 lectures  - 5 commentaires [08 mai 2022 à 23:21:27]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque)

Game of Gods - Manipulation
[Histoire En réécriture]
Auteur: Anubis Vue: 26021
[Publiée le: 2013-01-18]    [Mise à Jour: 2015-05-31]
G  Signaler Action-Aventure Commentaire : 1
Description:
Athéna a enfin réussi à convaincre le Maitre du Temps qu'elle pouvait encore protéger la Terre et laisse l'Humanité faire son chemin. Mais alors que le Sanctuaire retrouve à peine son ordre habituel, dans l'ombre, on complote. Histoire de remuer le passé et s'emparer de l'avenir.

Et si depuis tout ce temps, Athéna n’était en réalité qu’une pièce sur un échiquier ? Larmes, faux-semblants, origine, concept... Le jeu entre les Dieux va commencer. Mais avant de comprendre le pourquoi, il faut savoir le comment du Jeu.
Crédits:
Les personnages issus de l'oeuvre original appartienent a Masami Kurumada / Toei / Suiesha / Etc.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

The Final Couldown

[7104 mots]
Publié le: 2015-05-31Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Onze est le chiffre de l'accouchement

Le fruit des entrailles d'une mère

Mais quand celui-ci viendra au monde

La fin sera imminente

 

— This is the end of all hope ! Autrement dit : la fin de tout espoir.

 

— Pourquoi ! Pourquoi as-tu tué Integra alors qu’elle est de ton sang !  S’insurgea Sonia d’une voix empreinte de colère.

 

— De mon sang ? Rétorqua Ereshkigal avec mépris. Je laisse ce fluide vital et abject aux éphémères formes de vie que vous êtes. Ce qui parcourt mes veines n’est d’autre que du divin ichor.

 

— Réponds ! Pourquoi as-tu tué une de te propre descendante !? Lui ordonnait la fille de Mars en haussant le ton.

 

— Une de mes descendantes dis-tu ? Moi je n’y vois qu’une bâtarde dont la seule existence est due à un viol commis des temps jadis de la mythologie. Répondit-elle avec encore plus de détachement.

 

Ereshkigal, tu me répugnes au plus haut point. S’exclama-t-elle de colère.

 

— Trêve de considération stérile et inutile. Il y a plus d’une façon de mater une révolution et la plus simple d’en être elle d’en couper la tête. S’exprima la souveraine des enfers avec un effrayant sérieux.

 

À ces mots, un frisson général parcourut l’échine de chacun. Tous savaient de quoi ils en retournaient et de quoi était capable la souveraine des enfers. Sous-entendait-elle par là qu’elle allait décapiter Saori qui est à la tête de cette révolution ? Tous appréhendaient avec une très grande crainte ce que cela pouvait signifier, en particulier Koga.

 

Ershkigal tendit son bras en avant tandis que son dunamis commença à s’agiter dans le creux de sa main afin d’engendrer des atomes qui formeront de la matière. Au fil des secondes, l’objet en phase d’être créé commença à se préciser. Il était circulaire et d’une lueur dorée, mais sa réelle utilité restait pour l’instant un mystère.

 

— Qu’est-ce que cette chose ? Se demanda Koga.

 

— La question est : à quoi va-t-elle servir ? Répondit Sonia tout aussi intrigué par la chose.

 

— Vous n’allez pas tarder à le découvrir.

 

Cette voix empreinte de malice sur la quel a été annoncé la chose n’inspirait guère la confiance aux Saints comme aux Animæs présent. Une sphère plus bas, les ténèbres s’agitèrent de façon inquiétante et se jetèrent sur la déesse de la sagesse qui fut dévorée par ces dernières sans laisser de trace. Ces mêmes ténèbres réapparurent sur le socle dans la main de la Matriarche. Celles-ci se dissipèrent et ce qui suivit consterna au plus haut point l’assemblé. Chacun restait sans voix suite à ce qu’ils avaient sous les yeux. Ce qui venait d’apparaitre sur le socle était Saori.

 

Ereshkigal avait usé de son archimagie magie noire afin de la transformer en figurine. Elle la posa par la suite sur un échiquier qui venait d’apparaitre tout droit de nulle part. À nouveau une profonde peur s’empara de l’assistance suite à ce nouveau tour de force de la souveraine des enfers.

 

— Athéna n’est désormais plus un problème si toutes fois elle en représentait un à la base.

 

— Que… que lui as-tu fait ? Lui demanda Koga d’une voix confuse.

 

— Votre douce et miséricordieuse Athéna n’est désormais plus qu’une banale pièce d’échiquier à son effigie.

 

Saori… plus qu’une figurine à son effigie ? Répéta Sonia à plusieurs reprises d’une voix effarée. Même avec les faits sous les yeux, elle n’en revenait pas.

 

— Peut-être qu’une seconde démonstration sera plus éloquente.

 

La souveraine des enfers fit apparaitre cette fois-ci un socle dans chaque main. Sur le premier apparut Integra vêtu de sa tenue civile et sur l’autre Paradox paré de sa God Cloth. Alors que tous avaient été abasourdis par ce qui avait été infligé à Saori. Cette nouvelle démonstration, laissa place à présent peur et à la crainte parmi l’assistance. La Matriarche pour sa part se contentait de ricaner de façon méprisante et hautaine en les posant sur l’échiquier aux côtés de Saori.

 

Paradox et Integra… elle les a aussi… Sonia ne put finir sa phrase, trop choqué par ce qu’elle voyait.

 

— Elles font de beaux trophées n’est-ce pas ? Mais admirer plus donc ce qui va suivre !

 

Annonça-t-elle sur la plus angoissante et funeste voix qu’il soit. Tous craignaient ce qui allait suivre et préférait d’ailleurs ne pas y penser. Ereshkigal claqua des doigts et aussitôt les ténèbres s’attaquèrent à tout un chacun une sphère plus bas et tous sans exception réapparurent changer en trophée sur l’échiquier. La souveraine des enfers y constata d’ailleurs la présence de celle qui avait pour devoir de la représenter. Elle la prit dans sa main et commença lui parler, comme si elle pouvait l’entendre dans cet état, bien que cela ne soit pas le cas.

 

— Ainsi Sibylline, tu as décidé de me trahir et à présent tu en payes le prix. Quelle ingratitude après tous ce que j’ai faite pour toi depuis ton plus jeune âge.

 

Elle la reposa ensuite sans un bruit sur l’échiquier avant de reporter son attention sur ses hôtes encore dotés de liberté de mouvement. Ceux-ci ne cessaient d’ailleurs de l’accuser de tous les maux de la terre, ce qui n’était pas faux à une époque pour ainsi dire.

 

— Il ne reste plus que nous à présent. Annonça-t-elle sur une sinistre voix

 

— Nous ferons tout ce qui est encore en notre pouvoir pour contrecarrer tes ambitions ! S’exclama Koga.

 

— Tu vas payer pour la mort de Ryuho et d’Integra ! Ajouta Sonia d’une voix agressive.

 

— Ainsi qu’aux autres ! Clama à son tour Yuna.

 

— Veuillez m’excusez, j’avais oublié votre présence.

 

À nouveau la souveraine des enfers claque des doigts et infligea le même sort aux Saints et Animæs présent dans la pièce. L’échiquier se divisait à présent en deux parties distinctes, d’un côté avec les Saints et les trois déesses et de l’autre leurs « ennemis » devinrent par la suite leurs alliés tout unis contre elle. Seules restaient à présent dans l’angoissante pièce noyée dans les ténèbres Koga et Sonia autrement dit l’incarnation du Yin et l’incarnation du Yang. À présent que les gêneurs ont été définitivement écartés, plus personne ne l’empêchera de mettre la main dessus.

 

— La vue de cette God Cloth incommode m’a vue… faisons-la disparaitre !

 

Ereshkigal propagea une onde de choc qui partit de la paume de sa main. Cette simple et unique onde de choc suffit à faire voler en éclat la God Cloth du Scorpion comme du verre. Sonia en restait d’ailleurs estomaquée, Koga comme elle était à présent sans défense face à une ennemie qui ne semble n’avoir aucune limite de puissance.

 

— Ils ont tous été changés en pièce d’échiquier.

 

— Et nos armures sont réduites à néant.

 

La souveraine des enfers s’approchait à présent d’eux lentement. Ils n’avaient plus aucun renfort sur lequel compter et leurs armures n’étaient plus que poussière à présent. Tout cela sans compter qu’il avait intégralement épuisé leur cosmos pour engendrer un Big Bang. Il n’avait plus qu’aucun moyen d’attaque comme de défense et pourtant l’heure pressait, dans un peu moins d’une heure, l’univers s’effondrerait.

 

— Il ne nous reste plus qu’une solution à présent.

 

— C’est notre dernière chance pour protéger l’univers.

 

Koga et Sonia tendirent leur bras en avant et apposèrent la paume de leur main contre celui de l’autre. L’incarnation du Yin et l’incarnation du Yang rentrèrent dès lors en résonance qui provoqua l’harmonieux écho témoignant de cela. Chacun fit dès lors jaillir son pouvoir en dehors de son corps. Une lumière aveuglante engloba Koga tandis que les ténèbres recouvrirent le corps de Sonia. Ainsi, ils étaient chacun parés d’une nouvelle armure que la souveraine des enfers ne pourrait pas briser à l’instar des autres. Ces armures n’étant d’autre que la représentation physique du Yin pour l’un et du Yang pour l’autre.

 

— À présent nous sommes prêts à reprendre le combat !

 

Ereshkigal ! Viens t’opposer à la puissance du Yin et du Yang !

 

— Avec plaisir. Répondit-elle avec malice

 

Koga et Sonia se projetèrent sur Ereshkigal et commencèrent à lui porter une série de coups. La vitesse à laquelle tous se déroulaient à présent occultait et transcendait toute notion de temps devenu à présent nul et non avenue.

 

Les coups fusaient avec une violence et une rage inouïe capable de terrasser n’importe quel être humain ou divinité existante. Cependant. Aussi aberrant que cela puisait paraitre, la souveraine des enfers était capable d’anticiper chacun de ceux-ci et les esquivait d’une tel manière que cela en était méprisant et hautain. N’arrivant à rien, le Yin et le Yang cessèrent leurs offensives parce que même si leur vitesse d’exécution ignore toute notion de temps, celui-ci s’écoule néanmoins. Cinquante minutes, il ne restait plus que cinquante minutes pour la vaincre. Jamais une course contre la montre auparavant ne leur a paru si malsaine et si cruciale.

 

— Vous perdez votre temps ! Vous ne pouvez rien contre moi !

 

— C’est ce que nous verrons bien ! Rétorquèrent-ils en même temps

 

Koga et Sonia se mirent à courir en passant l’un de devant l’autre sur une longue distance tandis que leur corps se dématérialisa. Le corps de l’un devient une lumière aveuglante tandis que le corps de la seconde devint des ténèbres à l’état pur. Tous deux s’unifièrent afin de ne former plus qu’une seule entité toute puissante. Ils firent une grande boucle en arrière en s’élevant dans les airs et revirent à la charge avec encore plus de violence. L’impact fut un déchainement indescriptible de lumière et de ténèbres cumulé jaillissant de toute part. Dans le temps dans les geôles oubliées de tous, une discussion allait bon train entre obstination et désespoir.

 

— Cette puissance déployée par Sonia et Koga est incommensurable. Ils finiront bien par avoir cette pouffiasse !

 

— C’est inutile d’espérer quoi que ce soit Mileena. Contrairement aux autres divinités quel que soit leur panthéon que vous affronté. Contre Ereshkigal, tout espoir de victoire est vain parce qu’elle omnipotente !

 

Ouai… tu veux que je te fasse la liste de toutes les divinités qui ont tenu le même discours débile avant de canner la gueule grande ouverte ? Ils ont affronté de nombreuses divinités, décimé son armée et massacré les membres de sa famille. Elle est la prochaine à y passer et pour de bon !

 

— Tu ne comprends vraiment rien à rien ! Ereshkigal est une véritable immortelle ! Elle ne peut pas mourir ! De par ce fait, qu’importent la violence et la puissance qu’ils pourront déployer. Ereshkigal ne peut être vaincu.

 

Si ce que disait la divinité sumérienne était exact, cela voudrait dire que tout était déjà perdu d’avance. Que toutes les luttes auxquelles chacun a participé étaient donc vaines et sans utilité. Que ce conflit qui a lieu en ce moment est lui-même voué à l’échec. Cependant, une question demeure, si tout était déjà joué d’avance et qu’elle n’a qu’à tendre le bras pour prendre ce qu’elle désire. Pourquoi a-t-elle alors engagé ce conflit dans les Enfers unifiés ? Il y avait vraiment un élément manquant qui échappait à Mileena pour comprendre le raisonnement d’Ereshkigal.

 

La souveraine des enfers pour sa part venait d’encaisser de plein fouet l’offensive avec laquelle Sonia et Koga avaient abattu Abzu qui ne leur avait laissé guère le choix. Elle l’avait reçu de plein fouet et une fois de plus parvient à se jouer d’eux et les renvoya avec brutalité contre le sol. Que fallait-il faire se demandaient-ils pour l’atteindre sans qu’elle ne puisse retourner la situation à son avantage.

 

Le Yin et le Yang n’avaient cependant pas dit le dernier mot, il leur restait encore d’autres cartes à abattre pour tenter d’inverser la tendance. À cet effet, Koga fondit frontalement sur Ereshkigal et rabattit son poing en avant lorsqu’il fut à bout portant. D’innombrables rayons de lumière apparurent et s’entrelacèrent les uns les autres. Laissant de ce fait un espace nul où se tenir sains et sauf. Toutefois, la souveraine des enfers se décorpora sous forme de ténèbres pour réapparaitre juste face à Koga qu’elle châtia avec son odieux dunamis. Néanmoins, ce dernier lui afficha un large sourire de satisfaction dont elle mit un instant à en comprendre la signification. La Matriarche s’était fait prendre au piège de leur petite diversion.

 

Sonia se trouvait dans son dos à seulement quelque mètres en arrière. Elle rabattit ses bras en avant et projeta une salve de Ténèbres canalisée sous la forme d’un imposant rayon. Il s’en fallut de peu, mais elle parvient à l’esquiver in extremis. Elle punit par la suite à son tour le Yin pour cette insolente offensive en lui fauchant les jambes et l’envoya par après avec fracas contre le Yang. Péniblement ceux-ci se relevèrent comme il le pouvait vu leur état de fatigue très avancé. Alors qu’ils s’apprêtaient à repartir à la charge un son strident provoqué par ce qui semble être des secousses sismiques leur vrilla les tympans.

 

— Mais c’est quoi ce bruit !

 

— C’est insupportable !

 

— Ce que vous entendez à présent n’est ni plus ni moins que les prémices de l’écroulement universel qui se produira dans plus ou moins une demi-heure. Mais regardez donc plutôt le spectacle !

 

Ereshkigal transposa dans l’univers à une échelle indescriptible qui permettait de l’observer dans sa globalité. Ce à quoi Koga et Sonia purent être témoins était encore plus indicible et effrayant. L’Univers était comme secoué par de violentes secousses qui semaient le chaos et l’anarchie. Des planètes bouleversées dans leur orbite se télescopaient avec violence, engendrant d’aveuglantes supernovas. Les comètes et astéroïde et tant d’autres corps célestes tout aussi perturbés dans leur trajectoire se fracassèrent les uns dans les autres et volait en éclat. Cette vision d’apocalypse à échelle universelle n’était pas soutenable tant pour la semi-déesse romaine que pour le fils adoptif de la déesse grecque. Il n’y avait que la déesse infernale sumérienne pour trouver ce spectacle de toute beauté.

 

— Que se passe-t-il donc ?

 

— L’univers est en proie au chaos !

 

— Ce chaos c’est vous qui l’engendrez qui plus est.

 

— Comment ça !? S’exclamèrent-ils avec stupéfaction.

 

— Tout était calculé depuis le début ! Si votre présence était impérative dans ces lieux, c’était pour provoquer ce spectacle témoignant de ma toute-puissance ! Kultha et Sippar ont été envoyés pour vous récupérer pour accélérer le processus. Ils ont échoué, mais cela importait peu parce que vous vous êtes vous-même jeté dans la gueule du loup !

 

— C’est encore une de tes manipulations odieuses !

 

— Effectivement ! Je savais que fidèle à votre devoir aussi stupide et inutile, vous viendriez à moi pour tenter de m’abattre. Autrement dans les faits, je n’ai eu qu'à attendre que vous veniez vous-même gentiment jusqu’à moi pour enclencher le processus final du Game of God. Le chaos ambiant qui règne à présent dans l’univers, c’est vous qui le provoqué Ha Ha Ha !

 

Suite à ces dernières paroles, Ereshkigal laissa peser un lourd silence dans la pièce, un silence qui exprimait parfaitement la jubilation de cette dernière. Combien de manipulation odieuse leur cachait-elle encore de la sorte ? Koga et Sonia déduisirent que si c’était leur présence qui provoquait cette anarchie universelle, ils n’avaient qu’à quitter l’Irkalla et se séparer au plus vite pour y mettre un terme.

 

Cependant, cela était facile, trop facile et un mur se chargea de coupa court à leur enthousiasme. Si personne d’autre que leurs amis et les sœurs jumelles de Cérès étaient venu leur prêter main-forte. Cela était pour la simple et bonne raison que les sept portes de l’Irkalla étaient scellées depuis le début de l’affrontement. Autrement dit, il était pris au piège et forcé d’assister à la destruction de l’univers jusqu’à sa fin.

 

— Dans moins de trente minutes, vous ferez ce que je vous ordonne par ce que vous n’autre d’autre choix toute faç

 

— Et ta sœur salope !!! Vociféra une nouvelle intervenante.

 

Une silhouette jaillit des ténèbres et prit forme sous leurs yeux, vu le langage employé à l’encontre de la souveraine des ténèbres, il ne pouvait s’agir que de Mileena. Celle-ci vêtit à présent d’une God Scale.

 

— Ça, c’est pour avoir forcé Sonia et moi-même à nous affronter ! « Ice Sword » !

 

L’avant-bras droit de Mileena se recouvrit de glace et continua de s’allonger au-delà de sa main afin de former une épée. D’un coup vif et précis, la Générale du Kraken sectionna la corne latérale droite de la Matriarche à ras du crâne. Il filet d’ichor en gicla tandis que la déesse infernale se porta la main l’emplacement de la mutilation lui ayant été infligé.

 

— Espèce de…

 

— Et ça, c’est pour nous avoir manipulés ! Ainsi que toutes les tortures que ta famille m’a infligées !

 

Le temps que la souveraine des enfers se retourne, un second coup partit à une vitesse inqualifiable qui lui sectionna la seconde corne latérale de l’autre côté de la tête. De nouveau Ereshkigal poussa un cri suraigu à en percer les tympans. Pour sa part, Mileena se tenait à présent. Entre le Ying et le Yang et l’odieuse divinité infernale.

 

— La prochaine fois que tu voudras opposer deux amies à s’affronter, pense à vérifier que l’une d’elles n’est pas une demi-déesse et qui plus est l’incarnation d’un pouvoir ancestrale !

 

— Tu vas me payer ça !!! Fulmina Ereshkigal.

 

La souveraine des enfers fit exploser son dunamis qui déploya une importante onde de choc qui pulvérisa la God Scale du Kranen. Cependant, Mileena campa sur ses positions et renvoyait un regard noir à l’encontre de la Matriarche. Un regard dénué de peur et de toute forme de crainte. Après tout ce qu’on lui avait infligé depuis cette nuit-là, il lui en fallait plus, beaucoup plus pour la terrifier et il n’est pas dit que ça fonctionne.

 

Lorsque le corps est soumis à une intense douleur atteignant un certain seuil, on ne la ressent plus parce que le cerveau interrompt le centre de la douleur. Dans le cas de la peur, il en allait de même à présent pour Mileena qui en était désormais inhibé. Ereshkigal pour sa part usa de son ichor pour résorber ses plaies et de son dunamis pour restaurer ses cornes. Elle était à présent plus en colère que jamais et allait infliger un traitement à la hauteur de son courroux envers l’impudente mortelle ayant osé faire couler son ichor en la mutilant à la tête.

 

— Hors de ma vue misérable !!!

 

Ereshkigal déchaina toute l’entendue de sa colère au travers de son dunamis envers la Générale du Kraken à présent dépourvue de protection pour la protéger. Toutefois, vu la puissance de la souveraine des enfers, cela ne lui aurait été d'aucuns recourent.

 

Mileena ! Bouge de là !!! Lui hurla Sonia qui avait peur pour son amie d’enfance.

 

— Il n’en est pas question ! Je ne ferais pas ce plaisir à cette salope !

 

Obstiné et têtu, la Générale du Kraken camps sur ses position afin de tenir tête à la divinité infernale. Alors qu’elle allait être frappée par ce déchainement de dunamis furieux, Shamash s’interposa et encaissa de plein fouet l’intégralité de l’offensive étant destinée à abattre Mileena.

 

— Shamash ! Mais t’es cinglé ou quoi !?

 

Koga… Sonia… vous qui êtes l’incarnation du Yin et du Yang… écoutez-moi jusqu’à la fin sans m’interrompre. Ereshkigal est immortelle, vous ne pourrez pas la vaincre en la tuant. Cependant, vous avez le pouvoir de la sceller a jamais en combinant votre puissance…

 

Suite à ces dernières paroles Shamash s’effondra au sol, il avait été mortellement touché en s’interposant pour protéger Mileena qui n’en ressortit pas indemne non plus, mais n’avait été atteinte que très superficiellement dans les faits.

 

— Imbécile ! Tu t’es sacrifié en vain Shamash parce que dans vingt minutes tout sera terminé.

 

— C’est là que tu te trompes Ereshkigal !!!

 

— Tu es peut-être immortelle et de ce fait nous ne pourrons jamais te vaincre

 

— Néanmoins, nous allons intensifier le pouvoir du Yin et du Yang jusqu’à son extrême paroxysme.

 

— Nous brulerons pour se faire la flamme de notre vie et de notre âme également à son paroxysme pour y arriver !

 

Koga et Sonia croisèrent une main dans les doigts de l’autre et par la suite tendirent leur second bras dans la direction de leur terrible ennemi. Ensemble et mutuellement, ils firent s’embraser leur formidable pouvoir de toutes sa splendeur, engendrant l’écho le plus harmonieux jamais provoqué jusque-là. La lumière commença à tourbillonner dans la salle dans le sens des aiguilles d’une montre tandis que les ténèbres tourbillonnaient dans le sens inverse. N’importe quelle forme de vie aurait été intimidée par la puissance qui emplissait à présent la pièce, mais Ereshkigal restait cependant d’un calme effarant.

 

Koga et Sonia prirent dès lors appui contre le sol et se projetèrent droit sur Ereshkigal tout en gardant leur main fermée dans celle de l’autre. Et de leur bras libre frappèrent la souveraine des enfers de toute leur force dans la paume de la main de cette dernière. Le tourbillon de lumière et de ténèbres rétrécit alors spontanément de taille afin de les prendre tous les trois au piège.

 

— Qu’est-ce que !? Je ne peux plus bouger !

 

— Maintenant c’est fini Ereshkigal !

 

— Tu vas disparaitre avec nous !

 

— Ça ne se passera pas ainsi sale petit merdeux !!!

 

Koga et Sonia se départirent de leur protection respective qui s’ajouta au reste de la colonne de lumière et de ténèbres qui ne cessa de croitre en puissance exponentiellement au fils des secondes. Une indescriptible et épouvante explosion se produisit alors, les corps du Yin et du Yang furent éjectés avec violence et retombèrent avec fracas contre le sol.

 

— C’est fini… enfin…

 

Ereshkigal est scellé… l’univers est sauvé.

 

L’un comme l’autre se laissa aller à une profonde torpeur quand soudain cette dernière fut brutalement interrompue par la vision d’une masse ténébreuse s’élevant du sol. Celle-ci prit forme humaine qui laissa réapparaitre la souveraine des enfers, cependant, elle n’était pas très jolie à voir. Son corps était ruisselant d’ichor et sa tenue sévèrement abimée.

 

— C’est… impossible…

 

— Elle est… parvenue à… s’en sortir…

 

— Je dois reconnaitre que vous avez presque réussi à me sceller, cela n’est pas passé loin et je n’en suis pas sorti indemne.

 

Une fois de plus le silence qui prit sa place dans la pièce exprimait une certaine jubilation pour la Matriarche teintée d’amertume pour les deux Saints qui avait tout donné dans cet ultime espoir qui venait de se briser à l’instant et s’estompais de plus en plus pour laisser place au désespoir.

 

— Je dois reconnaitre que si vous aviez la force de réitéré votre exploit d’il y un instant, je serais complètement incapable de m’en dépêtrer. Cependant, ce n’est pas le cas et pour ma part dans un instant mon ichor va résorber mes plaies et mon dunamis ne tardera plus à se régénérer. Quelle divine ironie n’est-ce pas ?

 

Ils n’avaient plus aucune force sur laquelle s’appuyer, plus aucun rempart sur lequel s’aider. Cependant, Koga comme Sonia refusaient d’abandonner tant qu’il pouvait encore se battre, tant qu’il était encore en vie, tant que le décompte du Game of God n’est pas achevé.

 

— Pourquoi vous relevez-vous encore ? Vous avez vu votre état ? J’ai brisé vos armures et vous ait privé de vos précieux amis et vous avez gaspillé en vain vos forces de toutes natures dont vous disposiez. Alors pourquoi vous relever encore en vain ce n’est pour souffrir ?

 

— Tu te trompes ! Ils ne sont pas partis ! Même réduits à l’état de pièce d’échiquier, ils sont avec nous par la pensée et par le cosmos ! S’exclama haut et fort Koga en s’empoignant l’emplacement du cœur

 

— Tu ne pourras jamais nous séparer d’eux, pas plus que tu ne pourras briser ce lien qui nous unit dans l’adversité ! Nous sommes le dernier rempart de l’univers ! Tant qu’il restera ne serait-ce qu’une fraction de seconde, nous nous battrons ! Tu nous as entendu Ereshkigal ! Nous nous battrons ! Et s’il y a une chose dont je suis sûr c’est que quand bien même Paradox et Integra descendent de toi ! Elles valent beaucoup mieux que ce que tu représentes !!! Lui hurla Sonia dédaigneusement à gorge déployée.

 

— Vous commencez à me casser les oreilles avec vos discours sur l’amour et l’amitié. À force de vous sermonner des conneries à longueur de journée, Athéna vous a rendu complètement con ! Cessez de croitre au conte de fée et aux issues heureuses alors que l’achèvement du Game of God est imminent et inéluctable !!!

 

— On va t’éclater ensemble la gueule sale pouf !!! Renchérit Mileena toujours aussi hargneuse.

 

Tous les trois se jetèrent une fois de plus sur Ereshkigal avec toute la force du désespoir. Et ce n’est qu’à la force de seules volontés de croire à un avenir heureux jusqu’au dernier instant qu’ils assénaient des coups de poing dérisoires sur la souveraine des enfers. Une fois de plus elle brisa leurs vains espoirs de victoire avec une cruauté sans égal.

 

— Non… l’univers…

 

— Nous ne pouvons pas l’abandonner.

 

— Sonia, tu devrais me remercier.

 

— Te remercier ? De quoi !

 

— Si je n'avais pas tué ta mère,  Eden ne serait jamais venu au monde. Mileena et toi ne seriez pas devenues des guerrières aguerries. Tu n'aurais pas rencontre Soma, l'amour de ta vie et il serait dans les bras d'Alexandra qui ne serait pas devenu Générale de Poseidon. Tu n'aurais jamais fait la rencontre d'Evangeline et de Pavlin qui sont devenues tes meilleures amies. Sans moi tu ne serais qu'une banale semi-déesse vivant une vie puérile qui serait à l'heure actuelle emmerdée par les services du chômage.

Ce que tu es devenu aujourd'hui, tu me le dois !

 

Cette fois-ci Koga et Sonia ainsi que Mileena étaient à bout et durent se résoudre à abandonner aussi dur que cela leur parût. À quoi bon s’obstiner à combattre un ennemi dont même les plus grandes puissances déployées à son encontre n’ont pas suffi à la vaincre. Ce n’était pas avec des coups de poing dénué de force physique qui allait la terrasser.

 

— Je vois que vous vous rendez afin à l’évidence et abandonner tout espoir. Il ne reste plus que quinze minutes, soyez patients.

 

— Je dirais plutôt qu’il reste encore quinze minutes. Intervient une voix familière pour couper les élans d’enthousiasme d’Ereshkigal.

 

Un être qui ne subissait aucune contrainte du temps et de l’espace déforma celui-ci et pénétra de force dans l’Irkalla pourtant scellé hermétiquement par Ereshkigal. Cette personne qui était parée d’une armure relativement complexe n’était d’autre que Saturne.

 

— Tiens… tu daignes enfin te montrer après que tes chiens de garde comme Athéna ont été neutralisés ? Quelle preuve de courage… vraiment.

 

— Je reconnais que dans ce conflit j’ai énormément délégué la tâche de le résoudre à Athéna et ses Saints. Ce n’était pas juste et je reconnais avoir fait preuves de lâcheté dans l’histoire. À présent ça va être entre nous deux de régler ce différend une bonne fois pour toutes !

 

— Vient donc Saturne ! Je vais prendre plaisir à te massacrer comme j’ai massacré Tiamat !

 

Il s’en suivit suite à ces paroles un titanesque combat qui n’est pas humainement descriptible tellement la compréhension de ce dernier dépasse l’entendement. Les dunamis s’entrechoquent accompagnés par le temps et l’archimagie noire qui s’anéantissent mutuellement dans une rencontre sans merci. Tout ce que peuvent faire Koga, Sonia et Mileena, c’est de rester bien, sagement à leur placer et d’observer en silence pour ne pas recevoir un mauvais coup. À l’issus de l’échange de coup, la souveraine des enfers réussis tout de même à détruire le Chonotector du dieu personnifiant le temps et usa de l’un de ses vicieux sortilège de sorte qu’il ne puisse pas être restauré.

 

— Je sens… l’apogée de mon règne se profiler de plus en plus à chaque seconde.

 

— Tu ne devrais pas tirer de conclusion hâtive avant que cela ne se produise néanmoins.

 

— Penses-tu réellement pouvoir me mettre hors d’état de nuire en moins de dix minutes ?

 

Ereshkigal…tu as passé un long moment à sommeiller dans le corps d’une humaine qui se trouvait être qui plus est ta descendante. Et pourtant… tu ne comprends toujours rien à la nature humaine.

 

— Qu’est-ce qu’il y a comprendre de ces formes de vie inférieure ?

 

— Regarde donc, tu as brisé leurs armures, tu as changé leurs amis en pièce d’échiquier et ils se sont fatigués en vain en déchainant toute leur puissance contre toi. Et… en dépit de tous ces facteurs, ils se relèvent encore et encore pour s’opposer à toi tant qu’il restera le moindre espoir de victoire.

 

— À vouloir fréquenter les humains, tu es devenu aussi stupide qu’eux !

 

— Lorsque je me suis dissimulé sous le couvert de l’identité de Subaru, j’ai cru que je pourrais faire abstraction de tout ce que j’avais vécu en tant qu’humain et tant que Saint. Et au final… c’est cette humanité et mon devoir de Saint en tant que Subaru qui m’a rattrapé au galop alors que j’affrontais Koga.

 

— LA FERME !!!

 

Koga, Sonia et Mileena s’étant relevé pour s’interposer dans la trajectoire d’Ereshkigal furent balayés par son dunamis. Elle plaqua ensuite Saturne au sol impitoyablement et lui enfonça sur pied avec fermeté sur la cage thoracique.

 

— Un jeu d’échec compte trente-six pièces : la tour, le cavalier, le fou, le roi et la dame. Laquelle est la plus puissante ? La Dame est toute puissante ! JE… suis toute puissante !

 

D’un tour de poignet, la souveraine des enfers ordonna à l’échiquier où se trouves tous les guerriers et déesses changées en pièces à leur propre effigie de venir auprès d’elle. Elle approcha sa main de celle représentant Saori et lui mit une pichenette qui renversa la pièce sur le plateau.

 

— Échec et mat ! Accepte de reconnaitre ta défaite Saturne !

 

Ereshkigal s’apprêtait ôter la vie de Saturne de ses propres mains, confortant ainsi sa toute puissance. Personne ne pouvait s’opposer à elle et penser pouvoir s’en sortir en vie. Elle était à l’extase de la jubilation, sans attendre elle porta le coup de grâce a Saturne quand quelque chose vint la frapper avec fracas aux omoplates, la faisant misérablement chuter à terre où elle s’étala de tout son long.

 

— C’est ce qui s’appelle tomber a piqué ha ha ha !

 

— Toi aussi tu es là !?

 

L’arrivée à point nommée de Kairos avait sauvé Saturne et c’est le moins que l’on puisse dire. Cependant, ce dernier reconnaissait qu’il avait eu raison de faire confiance à son frère cadet. Le temps commençait de plus en plus à presser, le décompte du Game of God venait de passer sous la barre des dix minutes, il fallait agir au plus vite.

 

— Son corps et son dunamis ne sont pas encore pleinement régénérés après les blessures qu’ils lui ont été occasionnés lorsque Koga et Sonia ont tenté de la sceller.

 

— C’est donc maintenant qu’il faut agir pour tenter de la démolir pour de bon.

 

Saturne et Kairos enchainèrent immédiatement et passèrent à l’attaque pour affaiblir encore et toujours plus Ereshkigal. Ils ne devaient pas lui laisser l’occasion de pouvoir se régénérer. Koga et Mileena partirent en avant pour les y aider, cependant, Sonia ne leur avait pas emboité le pas. Le bruit de l’eau s’écrasant sur le sol commençait à retentir tandis que la fille de Mars avait le regard exorbité par une soudaine douleur avec une main posée sur le ventre.

 

— Sonia, qu’est-ce qui t’arrive ? S’enquit Mileena

 

— Il arrive ! Je perds les eaux !

 

— Tu perds les eaux, ça voudrait dire que… QUOI !!! Tu es venu combattre alors que tu étais enceinte !? Hurla Koga de surprise à l’annonce de cette découverte.

 

Sonia serra les dents et se dépêcha de défaire les liens de son corsage sous ses vêtements pour l’ôter au plus vite. Aussitôt fait, son ventre reprit son apparence normale à présent qu’il n’était plus contraint. Suite à cela, elle tomba à genoux suite aux contractions qui commençaient à se faire sentir de plus en plus forte. Mileena se rendit tout de suite auprès de son amie et l’aida à s’allonger avant de passer à la suite.

 

— Il ne faut pas ! L’avisa Saturne .

 

— Et pourquoi donc tiens !? Retorqua Mileena.

 

— Il s’agit de « l’être parfait », c’est à l’incarnation du Yang d’aidé l’incarnation du Ying à le mettre au monde.

 

— L’incarnation du Yin était enceinte de l’incarnation du Yang ? Qu’est-ce représente cette mascarade ! Vociféra Ereshkigal.

 

— L’enfant ! Il vient ! Il vient ! Il vient hi hi hi ! S’esclaffait Kairos de son rire tonitruant.

 

— Vous avez fumé quoi la ? Demanda Mileena avec sarcasme.

 

Mileena, va tenir la main de ton amie, Sonia va en avoir besoin. Je me charge du reste. Lui demanda amicalement Koga.

 

— Fais mal a Sonia et je t’étrangle, foire ton coup et je te tue ! Lui rétorqua la Générale du Kraken.

 

Les encouragements de Mileena n’avaient pour ainsi dire rien d’encourageant. Koga n’y prêta pas attention et se prépara pour ce qui allait suivre. Chose qui était plus facile à faire entre les hurlements de Sonia à chaque contraction et le regard noir de Mileena qui le guettait du coin de l’œil. À chaque contraction, la semi-déesse devait bloquer sa respiration et pousser aussi fort qu’elle pouvait, comme elle le pouvait au vu de son état physique. Le tout toujours agrémenter entre deux par des hurlements, mais concernant ce détail, Abzu lui avait dit que cela se particulièrement douloureux.

 

Au fur et à mesure que cet être censé être parfait quittait l’endroit qui l’avait conçu afin de venir au monde. La puissance du Yin et celle du Yang ne cessaient de se déchainer et de s’unifier. Dans le même temps, en arrière se déroulait toujours le titanesque affrontement entre les trois divinités. Saturne et Kairos faisaient tout ce qui était en leurs pouvoirs pour maintenir la souveraine des enfers en respect. Elle ne devait en aucun cas approcher de l’enfant.

 

— Dans trois minutes, ça sera la fin !

 

— Oui, ça sera la fin, mais pas celle que tu penses.

 

— Il ne faut jamais sous-estimer une situation paraissant dérisoire et négligeable. Celles-ci ont un peu trop tendance à vous péter à la gueule et se terminent en Deus ex Machina inopportun ruinant toutes nos belles machinations.

 

Parallèlement aux belles tirades entre déités, la semi-déesse romaine met toujours au monde un être dont sa seule existence sera un paradoxe, une contradiction. Au fur et à mesure que celui-ci sort du ventre protecteur de sa mère, ce dernier commence à dégager de lui une puissance que rien ne serait décrire. L’ampleur de celle-ci et les émanations qu’il en dégage sont telles que le sortilège maintenant les enfers unifiés commence à se briser peu à peu, ramenant les enfers à leur état respectif. Cependant, ce n’était pas tout, tous ceux ayant été changés en pièce d’échiquier, guerriers comme déesses commencèrent à être libérés également du sortilège les frappant. Chacun retrouvait ainsi son aspect normal et sa liberté au sein de l’Irkalla.

 

— Tu es peut-être immortelle, mais ton corps reste composé de chair et de sang. Il a atteint ses limites lorsque tu as réussi à échapper à ton scellement. Lui fit savoir Saturne.

 

— Qui plus est, nous avons fait en sorte de détruire ton horloge biologique. Je me tiendrais calme à ta place ! L’en avertit Kairos.

 

— Misérable !!! Dans moins d’une minute, je serais incontesté au sein de ce nouvel univers et je vous ferais payer vos affronts envers ma personne !!! Déclama haut et fort Ereshkigal à s’en déchirer les cordes vocales.

 

La souveraine des enfers, en dépit de tous les avertissements lui ayant été adressé fulmina de colère qui s’en ressentit au travers de son dunamis relâché comme une bête sauvage. Saturne et Kairos n’eurent d’autre choix que de tenir bon tant que Sonia n’aurait pas terminé d’accoucher de l’enfant. Cependant, elle serait-elle capable sur moins de soixante secondes ? Aussi absurde que cela pouvait paraitre. Elle n’avait pas d’autre choix.

 

— Je comprends ce que ma mère a ressenti lorsqu’elle m’a donné la vie ! Je sens… je sens… je…

 

— Sonia, ce n’est pas le moment de perdre conscience, encore un petit effort et c’est finis. L’en implora Koga qui fais tout son possible pour l’aider du mieux qu’il peut.

 

— Tu as aussi le chic pour annoncer ça toi ! Lui rétorqua Mileena. Sonia, je suis prêt de toi et je ne te lâcherais pas la main tant que ça ne sera pas fini. Je sais que tu as mal et que tu es fatigué, mais tu ne dois pas perdre connaissance. Tu vas prendre une profonde inspiration et puis la bloquer et pousser de toutes tes forces comme si tu… enfin, tu vois quoi. Tu es la semi-déesse la plus forte que je connaisse, je sais que tu en es capable.

 

— L’univers est à moi comme cet enfant ! S’égosilla la souveraine des Enfers d’une voix stridente.

 

La souveraine des enfers força le passage en balayant les deux divinités temporelles qui barraient le passage et se jeta sur les Saints. Toutefois, Mileena se releva à la hâte et encastra son poing en plein dans la figure d’Ereshkigal, lui brisant le nez au passage. Cela força la Matriarche à faire quelque pas en arrière. Cette fois-ci ça en était de trop et elle rentra dans une colère noire à l’égard de cette impudente mortelle qui l’avait humilié une fois de trop.

 

Le dunamis d’Ereshkigal s’amplifia à l’infinie, cependant son corps sévèrement affaibli qui ne s’était pas encore entièrement régénéré ne supporta plus l’immense puissance le parcourant. Le dunamis consuma dès lors son corps de l’intérieur et l’incinéra à un point qu’il ne resta plus aucune trace de la souveraine des enfers.

 

À la fraction de seconde prête, le Game of God dérailla et s’écroula sur lui-même jusqu’à l’anéantissement de ce dernier. Ereshkigal, la matriarche et toute puissante souveraine des enfers n’était plus. Cette chose innommable qu’est le Game of God était également détruite a jamais, l’univers était désormais bel et bien délivré d’une sombre et funeste menace fantôme qui planait depuis trop longtemps sur lui.

 

— Tout est fini à présent. Le crépuscule universel n’a pas eu lieu.

 

À peine l’enfant fut-il mis au monde que sans le moindre ménagement, Mileena éjecta Koga et se pris la décision unilatérale de s’occuper du reste. Après tout, la nativité était plus dans ses cordes que dans celui d’un Saint qui frappe avant de réfléchir. Dans le même temps, tous reprenaient lentement conscience après avoir été libérés du sortilège qui les avaient frappés. L’heure était désormais aux célébrations et à la victoire qui s’est jouée tout de même à une fraction de seconde.

 

— Si je comprends bien, c’est la naissance de cette enfant qui a compromis toutes les manigances d’Ereshkigal ? Se demanda Pallas, perplexe face à cela.

 

— Dans les faits : le Game of God canalisait le pouvoir du Yin et du Yang présent en ce lieu afin de précipiter la fin de l’univers. Abzu avait bien compris ce que voulait faire Ereshkigal depuis le début. Sachant qu’elle convoitait le Yin et le Yang, c’est à cet effet qu’il mit Sonia enceinte contre son gré. Lors de la naissance de l’enfant, l’unification du Yin et du Yang en un être de chair et de sang déploya une telle puissance que tous ses sortilèges furent brisés.

 

— Moi, je n’appelle pas ça une grossesse, mais une bombe à retardement hi hi hi !

 

— Quelle comparaison… pertinente. Répondit Saori avec un air dépité. Le comble dans toute cette situation inextricable jusqu’à son dénouement fut que c’est à Abzu que l’on doit le salut de l’Univers.

 

— Comme quoi, il ne faut jamais se fier aux apparences, même aux gestes dans son cas. Ajouta Artémis

 

Malgré l’ivresse de la victoire qui gagnait tous les guerriers présents, qu’ils soient Saint, God Warriors, Généraux, Spectres ou Animæs. Il y avait cependant une personne qui n’avait pas le cœur à toutes ces facéties, malgré que cela fût la concrétisation de leur acharnement au travers tant de combat difficile.

 

Integra, je t’en prie, ouvre les yeux. Ne me laisse pas seule petite sœur.

 

Malgré toutes les supplications et larmes versées par Paradox, sa sœur jumelle conserva les yeux clos. Cela lui faisait on ne peut plus mal. Jusqu’à la fin, l’ainée des Gémeaux aura été dans l’incapacité à remarquer le mal qui rongeait sa cadette et encore plus à la protéger. Alors que Saturne s’apprêtait à s’en aller avec son frère, il fut apostrophé par une Paradox larmoyante.

 

— Je vous en prie… rendez-moi ma sœur jumelle.

 

— Je suis désolé Paradox, mais elle était lié à Ereshkigal qui s’en était servi comme réceptacle depuis tout ce temps. Lui rendre la vie en remontant le temps de son corps implique une trop grande menace de la ramener avec elle.

 

Devant la détresse sentimentale de cette Gold Saint qui s’était donné corps et âme dans un affrontement sans mesure afin de protéger son prochain. Saturne ressentit son humanité en être bouleversée. D’une certaine, façon Paradox et Integra n’était que les victimes collatérales des ambitions d’une ancêtre sans pitié.

 

— Il existe bien un autre moyen pour ressusciter Integra, mais cela va te demander un sacrifice conséquent pour se faire.

 

— Que m’importe l’ampleur du sacrifice du moment qu’il me ramène ma sœur.

 

— Dans ce cas alors

 

La divinité personnifiant le temps posa un genou à terre et apposa sa main contre le haut du torse de l’ainée des Gémeaux. Le processus ne se fit pas attendre, toute la jeunesse biologique de Paradox commença alors à lui être ôtée afin d’être redirigée vers le corps d’Integra. Dans la manœuvre sa chevelure turquoise commença perdre de son éclat bleuté et vira a l’argenté. Elle sentit également une grande fatigue et le poids de ses jeunes années pourtant peser sur ses épaules. Néanmoins, quand le processus s’acheva, le corps d’Integra se cambra avec vigueur au premier battement de son cœur. Cela fut accompagné d’une profonde inspiration comme celle d’un premier-né ouvrant ses bronches pour respirer la première fois.

 

— Evangeline… que s’est-il passé ?

 

Integra, tu es vivante et c’est tout ce qui compte.

 

Douze est le chiffre parfait

Il préfigure le début et la fin des temps.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2022