Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 2180 lectures  - 5 commentaires [08 mai 2022 à 23:21:27]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque)

Game of Gods - Manipulation
[Histoire En réécriture]
Auteur: Anubis Vue: 26027
[Publiée le: 2013-01-18]    [Mise à Jour: 2015-05-31]
G  Signaler Action-Aventure Commentaire : 1
Description:
Athéna a enfin réussi à convaincre le Maitre du Temps qu'elle pouvait encore protéger la Terre et laisse l'Humanité faire son chemin. Mais alors que le Sanctuaire retrouve à peine son ordre habituel, dans l'ombre, on complote. Histoire de remuer le passé et s'emparer de l'avenir.

Et si depuis tout ce temps, Athéna n’était en réalité qu’une pièce sur un échiquier ? Larmes, faux-semblants, origine, concept... Le jeu entre les Dieux va commencer. Mais avant de comprendre le pourquoi, il faut savoir le comment du Jeu.
Crédits:
Les personnages issus de l'oeuvre original appartienent a Masami Kurumada / Toei / Suiesha / Etc.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

l'affrontement des âmes

[6528 mots]
Publié le: 2015-03-13Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Le contact des larmes de Cérès avec la surface de la peau de Juventas venait de provoquer une réaction pour le moins étrange. Elle relâcha son étreinte sur sa gorge et fit quelque pas en reculant en poussant d’horribles cris indéfinissables. La pureté du cosmos de l’Animæ d’Agricultura s’opposait diamétralement à ses ténèbres.

 

Cela s’était déjà produit une première fois lorsque Sippar toucha Cérès et que sa protection issue de ces ténèbres se désagrégea alors sans explication possible. Cette pureté était un grain de sable dans les rouages d’une mécanique bien huilée, en l’occurrence ici cela représentait carrément un caillou. La mécanique du sortilège força malgré la présence de ce caillou dans ses rouages et finit par se détruire elle-même à force. Le sortilège fut rompu et rendit sa liberté à Juventas. L’Animæ d’Agricultura ne comprit pas tout ce qui s’était passé sur le moment. Quand elle comprit que c’était ses larmes imprégnées de son cosmos empreint de pureté qui avait produit ce qui venait de se passer, elle saisit sa chance de sauver ses sœurs.

 

Cérès bondit sur ses sœurs qui esquivèrent son offensive et se jetèrent en suite sur elle pour contrattaquer. Elle esquiva d’abord le coup de Cybèle et se saisit de sa main pour appuyer ses doigts contre son œil droit. Proserpine vint alors et l’attaque et érafla la face gauche du visage de Cérès, rentrant en contact avec ses larmes. L’Animæ de Fertilitate et l’Animæ de Ver semblèrent souffrir lorsque le sortilège bridant leur volonté se brisa.

 

Enfin libre de toute entrave, leur Iorica qui n’était que des répliques allant de pair avec le sortilège se désagrégea avant de s’évaporer. Les trois Animæs chutèrent sur leurs genoux et gémirent quelque instant avant de retrouver leur esprit et d’ouvrir les yeux. Quelle ne fut pas la surprise de Cybèle et de Proserpine quand elles constatèrent qu’elles étaient nues devant leur sœur jumelle Cérès, mais également devant Koga.

 

Les sœurs Animæs poussèrent un cri exprimant leur honte de se retrouver dans un tel état dans pareil contexte. Bien que leur gène devait être plus dû à la présence du Saint de Pégase qui se trouve être un homme qu’autre chose. Cependant, leurs corps seront très vite recouverts par leurs Iorica respectives.

La forge démarrée un peu plutôt dans la journée par Minerve et Fortuna que ces dernières n’avaient pas eu l’occasion d’arrêter lors de leur fuite suite précipité lors de l’unification des Enfers. La forge avait donc poursuivi sa procédure et répara donc intégralement toutes les Iorica. Ces dernières avaient reconnu la présence de leur détentrice légitime et se fractionnèrent pour aller recouvrir leur corps.

 

Les yeux de Cérès rougirent à nouveau et cette dernière sauta au cou de ses sœurs en pleurant toutes les larmes de son corps. Tout était enfin fini et pour le meilleur. Koga qui observait la scène au loin était également heureux que l’Animæ d’Agricultura ait pu retrouver ceux lui étant chers. Les pleurs et les étreintes cessèrent tandis que l’Animæ de Fertilitate et l’Animæ de Ver tournèrent leur regard vers la Saint de l’Aigle et se rendirent à son chevet sans un mot.

 

- Elle est dans un sale état, constata Cybèle

 

- Et c’est nous qui en sommes responsables, répliqua Proserpine

 

- Je vais m’occuper de son bras pétrifié, occupe-toi de soigner Yuna pendant ce temps.

 

Cybèle apposa ses mains contre le bras de marbre revêtu d’une pièce d’armure également changé en pierre. Elle commença à faire usage avec attention du « Vellei Rejuvenation » afin de rendre son aspect initial au bras de Yuna. Pendant ce temps Proserpine utilisa en premiers lieux le « Curae Flos » afin de faire disparaitre la douleur, l’effet ne fit pas attendre. Les traits du visage de la Saint de l’Aigle se détendirent immédiatement.

 

L’Animæ de Fertilitate poursuivit ce qu’elle était en train de réaliser et peu à peu la pétrification du bras de la Saint de l’Aigle s’estompait et finit par disparaitre. De son côté, L’Animæ de Ver fit également usage du « Vellei Rejuvenation » afin de ramener son corps dans un état antérieur à l’offensive. Toutes les blessures de Yuna commencèrent à se résorber sans laisser de trace. Il en fut de même pour les traces de sang et autres entailles sur ses habits.

 

Elle reprit un souffle normal et rouvrit les yeux lentement. Cette fois-ci la Saint de l’Aigle était bel et bien hors de danger. La Clothstone attachée à son cou s’illumina d’une lueur rosée et recouvrit à nouveau son corps pour lui octroyer sa protection. Yuna mit un temps à se redresser en position assise et constata que Cybèle et Proserpine se tenaient chacune d’un côté. Ce sera l’Animæ de Fertiltiate qui brisera le silence en tendant sa main à la Saint de l’Aigle qui la serra et se releva sans tout comprendre à la situation toute fois.

 

- Yuna.

 

- Oui… Cybèle… Qu’il y a-t-il ?

 

- Je voudrais te remercier.

 

- Me remercier de quoi ?

 

- Malgré que nous combattions sans pitié, nous n’en étions pas moins conscientes, mais n’avions pas le choix et cela nous faisait mal. Voir avec quelle violence nous nous attaquions à vous et surtout à notre sœur nous était insoutenable. Nous avons réalisé cette redoutable attaque jumelée, mais tu n’as pas hésité à t’interposer afin de faire bouclier de ton corps pour protéger Cérès.

 

- Et ce, en dépit de ton bras pétrifié qui représentait déjà un lourd handicap. Et pour tout ça nous voulions te remercier. Nous savons à présent que notre sœur s’est trouvé des véritables amis prêts à tout pour la protéger. Ajouta Proserpine à la suite de sa sœur.

 

- Vous êtes des Animæs de Pluton et nous sommes des Saint d’Athéna, mais avant tout nous sommes des êtres humains. Et ce que Cérès nous a prouvé cette nuit-là, c’est que l’amitié et les sentiments ne connaissent pas de frontière malgré nos divinités respectives. Répondit solennellement Yuna

 

- Vos armures ont été rajeunies et ramenées à un état antérieur, mais nous pouvons leur rendre leur aspect initial. Fit savoir Juventas.

 

- Cela ne sera guère nécessaire, fit savoir amicalement Yuna. Ce n’est pas l’apparence de l’armure qui fait notre force, mais celle de notre cosmos. Conclut-elle sur une note pleine d’espoir.

 

- Ce n’est pas que votre compagnie nous déplait, mais chaque seconde compte, nous devons nous hâter. Fit savoir Koga avec insistance.

 

Koga partit en courant dans une direction et Yuna lui emboita le pas sans attendre. Ils se doutaient tous les deux que Cérès resterait avec ses sœurs et son maitre enfin retrouvé. Le Saint de Pégase et la Saint de l’Aigle crurent donc bon de ne pas l’attendre afin de ne pas rendre les séparations plus douloureuses qu’elles ne le sont déjà et poursuivirent leur chemin sans elle. Chose que l’Animæ d’Agricultura ne comprit pas de cette façon.

 

- Qu’est-ce que tu attends ? Demanda Cybèle avec affection.

 

- Quoi donc Cybèle ? Répondit Cérès.

 

- Nous sommes tes sœurs jumelles, l’aurais-tu oublié ? Fit savoir Proserpine avec tendresse.

 

- Je ne comprends pas ou tu veux en venir Proserpine, pas plus que Cybèle d’ailleurs. Dit Cérès qui ne comprenait pas où voulaient en venir ses sœurs jumelles

 

- Nous avons remarqué ce regard que tu portes à Koga. Alors, cesse d’attendre ici et va le rejoindre. Insista Juventas avec douceur

 

- Mais… vous êtes sur Dame Juventas ? Balbutia Cérès quelque peu gênée.

 

- C’est une chose qu’une sœur ou une mère, même de substitution remarque. Allez dépêche-toi. Conclut Juventas avec bienveillance envers l’une de ses disciples visiblement amoureuses de ce Saint comme elle l’avait si bien remarqué.

 

Cérès les regarda avec un regard plein de bonheur et de tendresse et puis partit en courant dans la direction empruntée par Koga et Yuna en criant leur nom pour les avertir qu’elle arrivait également. L’Animæ de Fertilitate et l’Animæ de Ver regardèrent leur sœur disparaitre au loin avec un regard attendri tandis que la Temporallys du Passé restait pensive. Tout cela s’était produit si vite, aurait-elle du les retenir pour le faire par de ce qu’elle sait à propos d’elle.

 

La simple évocation de son souvenir ou de son nom l’horrifie à un tel point qu’elle n’ose même pas prononcer son nom même en pensée. Ses pensées se dirigèrent ensuite vers Mileena qui ne peut rien faire si ce n’est attendre l’instant fatidique et inexorable où elle deviendra son réceptacle lorsqu’elle se réveillera. Il restait un espoir, mais il était mince, mais bien existant.

 

Elle devait retrouver la Générale du Kraken et lui ôter la vie comme elle le souhaite afin de mettre des bâtons dans les roues des machinations de cette divinité sumérienne. Ce « Game of God » est bien le concept le plus odieux jamais inventé et imaginé par un esprit complètement malade et tordu.

 

- Il y a quelque chose qui vous préoccupe Dame Juventas ? S’enquit Cybèle.

 

- Ce n’est rien Cybèle, ne t’inquiète pas, répondit-elle en prenant soins d’éluder la question.

 

- Vous aviez l’air désolé par quelque chose on aurait dit, fit Proserpine.

 

- Ne t’en fais pas Proserpine je vais bien, cependant nous devons nous aussi prendre part au combat comme Cérès. Il en va de la vie et de l’existence de l’Univers.

 

- Vous pouvez compter sur nous ! Firent-elles en même temps.

 

Juventas partit en toute hâte dans une autre direction que le précédent groupe, Cybèle et Proserpine lui emboitèrent le pas sans attendre. Elles mirent un instant à trouver un passage menant vers une sphère supérieure de la structure. À présent qu’elles étaient libres de tout mouvement, la structure pouvant être admirée par le « tunnel » reliant les sphères entre elles leur parut encore plus grande et insensée.

 

Étant donné la nature hautaine et méprisante de ces divinités, ils ne devaient même pas avoir remarqué que le sortilège les bridant s’était brisé. C’était une occasion unique d’inverser la tendance et de les prendre au piège de leur propre jeu. Le groupe d’Animæs finit par atteindre la sphère et quel ne furent pas leur choc en découvrant l’endroit en question. Il s’agissait ni plus, ni moins de l’endroit où elles ont vécu et grandit en Enfers. Cet endroit où elles se sont entrainées si durement et qu’elles ont ensuite protégé de leur vie.

 

- Restez sur vos gardes, il doit s’agir surement d’une méthode pour nous déstabiliser.

 

La Temporallys du Passé ne fut pas si loin du compte, le sol se mit à trembler sans raison apparente. Un instant après quelque chose de gigantesque tomba au sol, provoquant encore plus de fracas et de tremblement. Quand tout cessa afin de remuer, les trois Animæs purent constater ce qui leur faisait face. Celui qui se tenait face à elles, accompagné de ses subalternes tout aussi zélés que lui n’était d’autre qu’Orcus de Mortem, le Temporallys du Futur. Ce qui recouvrait son corps n’était cependant pas une Iorica pas plus que les protections qui recouvraient Kerta et Libitina.

 

- On dirait bien que des marionnettes ont coupé leur fils pour retrouver leur liberté.

 

- Orcus ! Sale Traitre ! Comment as-tu osé trahir Pluton pour te déranger de son côté !?

 

- Tu peux bien parler sale traitresse, tu fus la première à te ranger du côté de la déesse Athéna ! Une déesse grecque en plus !

 

- Son idéal n’était pas si éloigné que celui promis par Pluton et il est bien plus louable que celui prôné par ces divinités sumériennes !

 

- Trêve de bavardage ! Il est temps de faire couler le sang ! Vous allez avoir un aperçu de la nouvelle puissance d’Orcus d’Humbaba, le Démon Gardien de la Foret!

 

Le Démon Gardien brandit son imposante masse en l’air et la rabattit sur l’emplacement des Animæs. Il pulvérisa le sol dans un grand fracas qui laissa un large cratère dans le sol. Cela fit beaucoup de bruit pour rien étant donné que Juventas ainsi que Cybèle et Proserpine esquivèrent le coup, mais cela ne les laissa pas insensibles pour autant. Il détruisait sans scrupules ce lieu aux quel elles ont voué leur existence.

 

- Je m’occupe de Juventas ! Kerta ! Libitina ! Occupez-vous des deux autres !

 

- À vos ordres maitres !

 

Les subalternes d’Orcus engagèrent le combat en occultant la présence de Juventas et se précipitèrent sur Cybèle et Proserpine. L’affrontement entre Animæs venait de commencer, avec d’un côté ceux croyant en la miséricorde de la déesse Athéna et de l’autre ceux ayant vendu leur honneur et leur âme à la matriarche en échange du pouvoir.

 

- Quand on attaque la nature, la nature contrattaque sans pitié ! « Lamina Sheet » !

 

L’Animæ de Fertilitate intensifia son cosmos. Elle tendit son index en l’air et insuffla son cosmos dans l’environnement. Cybèle rabattit son bras en avant et projeta de nombreuses feuilles sous la forme d’une spirale envers Kerta pour le réduire en pièces.

 

- Ne pense pas vaincre le Shedu de la sorte ! « Ulula Mortis » !

 

Le Démon de Shedu intensifia son cosmos. Il inspira profondément pour gonfler ses poumons à bloc. Kerta poussa un terrifiant et tonitruant hurlement dont les ondes soniques propagées retournèrent l’offensive de l’Animæ de Fertilitate contre elle. Celle-ci se protégea le visage en croisant ses bras devant, mais quand elle voulut se mouvoir, cela lui fut impossible. Tout le corps de Cybèle tremblait d’effroi et la peur la paralysait sur place.

 

- Que m’arrive-t-il ?

 

- Les ondes propagées par mon hurlement provoquent l’effroi chez mes victimes et les paralysent sur place. Cybèle, tu trembles autant que tes feuilles et cette peur inscrite sur ton visage est d’ailleurs ravissante.

 

Pour sa part Proserpine n’en menait pas large non plus, mais n’escomptait pas se laisser faire de la sorte par un traitre à leurs divinités. Elle lui ferait payer le cout de sa félonie et de sa soif de pouvoir. Libitina n’en restait pas moins un adversaire redoutable pour autant face à qui elle risquait gros en cas d’inattention ou d’erreur.

 

Elle avait tenté de l’atteindre avec le « Sanguinarius Flos » mais le Démon de Shedu se préserva en faisant usage du « Invocationem Animarum ». Sa tentative était un échec total et à présent l’Animæ de Ver devait réfléchir vite à une autre approche avant que son opposant ne le fasse lui-même.

 

- À moi ! « Gladius Terra » !

 

L’Animæ de Ver intensifia son cosmos. Elle apposa sa main à terre et y insuffla son cosmos. Proserpine referma sa poigne et sortit du sol une épée intégralement constituée de terres. Proserpine pris appuie contre le sol et se projeta de tout ses forces contre Libitina. Le manche de l’épée saisit à l’envers, elle se heurta a son indestructible bouclier d’âmes quel tenta tant bien que mal d’éventrer de son épée. L’un comme l’autre était d’une puissance presque équivalente bien que Proserpine était reconnu pour être la plus puissante des Animæs de Pluton, mais est-ce que ça suffirait ?

 

Orcus ne faisait preuve d'aucunes finesse, il se contentait juste de faire éloge de sa force brute et primaire en abattant sa masse avec violence contre le sol ou dans les arbres. Ceux-ci s’en trouvaient déracinés par la force physique du mastodonte.

 

- Cesse un peu de bouger ! Que je puisse t’écraser comme un insecte !

 

- Tu n’espères tout de même pas que j’accède à ta demande !?

 

- Silence femme ! « Massa Mortem » !

 

Le Démon Gardien intensifia son cosmos. Il l’insuffla dans sa gigantesque masse ornée de pointe qu’il brandit haut dessus de sa tête. Orcus abattit son arme contre la surface du sol qui fut pulvérisée sur le coup, l’ampleur de l’impact fut d’une telle puissance qu’il engendra un véritable séisme. L’onde de choc emporta Juventas qui se réceptionna avec une main au sol et rebondit en avant pour reprendre sa place initiale. Elle devait contrattaquer avec tout autant d’ampleur et de violence que lui.

 

- Force de la terre entendez mon appel ! « Fractum Seismica » !

 

L’Animæ d’Iuvénis intensifia son cosmos. Elle apposa ses mains sur le sol et y insuffla son cosmos. Le sol autour d’Orcus se fracassa encore plus et ensuite Juventas fit jaillir de nombreuses pointes de terre meurtrières sur toute la longueur et la largeur des fractures présente au sol. Cette offensive a le potentiel de décimer toute une armée par empalement, mais quand sera-t-il dans le cas d’Orcus vu ça taille ?

 

Cybèle de son côté était allongée sur le sol et le visage déjà défiguré par la douleur. À l’emplacement où elle se tenait, il ne reste plus qu’un cratère fumant. Le « Circulus Exitium » était une arcane de destruction à l’état pur sans aucune autre utilité que semer le chaos et la mort.

 

Lourdement l’Animæ de Fertilitate se releva et essuya le filet de sang coulant de sa bouche. C’est d’ailleurs à ce moment précis qu’elle ressentit un pic de douleur la vriller à l’emplacement de la jointure entre l’épaule et le bras. Son visage se décomposa sous le coup de la douleur soudaine pour le plus grand plaisir de Kerta.

 

- Alors, on a mal ainsi ?

 

- La ferme ! Ce n’est pas ça qui m’empêchera de te terrasser ! « Lamnia Herba » !

 

L’Animæ de Fertiltiate intensifia son cosmos. Elle apposa sa main contre le sol et y diffusa son cosmos. Cybèle fit jaillir plusieurs brins d’herbe du sol pour tenter de lacérer le Démon sur la pointe de celle-ci. Elle agissait toujours de manière très tactique et stratégique comme Yuna, mais Kerta parvenait toujours à en échapper de peu. Chose qui avait le don de faire lui faire grincer les dents.

 

- « Circulus Exitium » !

 

L’Animæ de Fertilitate regarda à ses pieds et constatait qu’un nouveau vaste cercle cosmique s’était dessiné. Non seulement il s’était joué d’elle, mais qui plus est, il l’avait pris au piège en réalisant ce cercle en détournant son attention. Le cercle explosa avec violence avec Cybèle en son centre dont le cri exprima toute sa souffrance.

 

Proserpine augmenta la pression de sa poigne sur le manche de son arme et grinça des dents. Sa sœur jumelle était mal en point et elle ne pouvait rien faire pour l’aider. Cela faisait un moment qu’elle tentait d’éventrer l’orgueilleux bouclier constitué d’âme de défunt du Démon. Mais jusqu'à présent ce fut sans résultat.

 

- Qu’il y a-t-il Proserpine ? On fatigue ?

 

- Rira bien qui rira le dernier !

 

- Je n’aurais pas mieux dit ! «Dilacerant Ethereal » !

 

Le Démon de Shedu intensifia son cosmos. Il fit changer la trajectoire des âmes qui ne fut plus circulaire, mais rectiligne. L’épée vola en éclats et Proserpine fut emporté par le flux d’âmes commandé par Libitina. N’étant pas matériels, ils traversèrent toute forme de matières et infligèrent bon nombre de blessures et de lésions internes à l’Animæ de Ver qui retomba lourdement à terre et recracha de longs filets de sang à cause de ses blessures.

 

- Voilà le travail. Proserpine ! Tu es vaincu !

 

- Je n’ai pas encore dit mon dernier mot ! Je ne m’avoue pas encore vaincu !

 

L’Animæ de Ver se releva d’un bond avec détermination et bravoure. Proserpine porta une main à son sternum et d’un revers de la main se débarrassa de sa cape. Malgré le sang dégoulinant des commissures de sa bouche, les traits de son visage et l’expression de ses yeux exprimaient parfaitement son état d’esprit à combattre coute que coute.

 

Libitina était toujours protégé par sa damnée barrière des âmes infranchissable. Elle avait essayé par deux fois de la briser en déchainant toute la fureur de son cosmos. Cependant, Proserpine avait une dernière carte à jouer et jetterait toutes ces forces dans cette troisième et ultime tentative.

 

- Quoi que tu comptes faire, tu perds ton temps Proserpine, tu ne pourras pas briser ma barrière protectrice d’âmes

 

- La troisième est la bonne comme on dit ! Et puis à cause de ma sœur Cérès, j’ai pris les mauvaises manières des Saints à s’obstiner envers et contre tout.

 

- Fais-le si ça t’amuse parce qu’ensuite… tu mourras !

 

- « Terra Percute » !

 

L’Animae de Ver intensifia son cosmos. Elle plaça ses mains opposées l’une à l’autre devant elle. Une réplique démesurée surgit de la terre et prit le Démon en sandwich. Proserpine prit une longue inspiration et poussa ensuite un profond hurlement en frappant ses mains l’une contre l’autre. Libitina s’attendait à tous sauf à ça et fut pris à revers. Elle exerça une importante pression dans ses mains qui fut amplifiée par son cosmos et répercutée dans la réplique de terres.

 

Elle cessa son offensive au bout d’un certain moment, tout était à présent calme, trop calme d’ailleurs. Un flash argenté se produisit et celui-ci fut accompagné par un hurlement poussé par Proserpine. Elle plaça sa main sur son épaule qui venait d’être sérieusement entaillée par quelque chose. Avant que l’Animæ de Ver ait eu le temps, de faire quoi que ce soit, elle hurla à nouveau, s’était au tour de sa seconde épaule d’être conséquemment mutilé.

 

- Tu as voulu jouer avec la mort et c’est la mort qui aura le dernier mot !

 

Libitina réapparut, son bouclier d’âme avait été détruit et sa protection était endommagée de façon non négligeable. Il était à présent armé de sa redoutable faux dont le fil dégoulinait de sang. Le Démon de Shedu s’approchait lentement de l’Animæ de Ver qui se tenait sur un genou au sol, la main gauche sur sa première épaule mutilée.

 

- Proserpine… tu es… MORTE !!!

 

Libitina rabattit sa faux sur sa victime et décapita Proserpine sur place, sa tête vola quelque mètres plus loin tandis que son corps s’effondra lourdement. Il savourait à présent sa victoire et la vue de ce corps sans tête. Il avait vaincu la plus puissante des Animæs. Celui ne se retenu d’ailleurs pas d’éclater de rire, un rire dément et psychotique dénotant de sa folie et de son sadisme.

 

- C’est fini ? Tu as bien jubilé ?

 

Libitina ravala son rire de travers et se retourna et constata que Proserpine se tenait les bras croisés juste dans son dos à quelque pas de lui. Ses épaules étaient bel et bien porteuses des traces des mutilations lui ayant été octroyées alors quand a-t-elle put réaliser son entourloupe ? Mais surtout qu’avait-il décapité à l’instant ? Libitina reporta son attention et constata que le corps sans tête s’était désagrégé en terre.

 

- Subis la fureur de ma plus puissante fleur ! « Mortem Flos » !

 

L’Animæ de Ver intensifia son cosmos. Il se diffusa dans le sol et une imposante fleur germa à ses pieds. Proserpine resta bras croisé et ordonna à la Dioné de se refermer sur Libitina. Le corps du Démon fut instantanément broyé par la plante qui en fit son repas.

 

Cybèle avait été grandement éprouvée par cette seconde explosion dont elle n’était pas sortie intacte. C’était à présent son autre bras qui avait fait les frais de ce déchainement de destruction non contrôlés. La protection de son avant-bras gauche était fêlée et elle souffrait d’une double fracture au bras et d’une fracture ouverte à l’avant-bras. L’Animæ de Fertilitate avait repris ses distances et se tenait à nouveau debout en serrant les dents, mais sur le coup elle avait hurlé comme une damnée.

 

- Cybèle, tu perds ton temps. Tu ne fais que retarder l’inévitable sans compter le nombre de fractures que je peux encore t’infliger. ?

 

- Casse-moi les jambes ou mon autre bras et même les cotes si ça t’amuse, mais je ne me rendrais pas !

 

- Tu as beau avoir un quotient intellectuel de trois cents, ce n’est pas ça qui t’aide lors d’un combat. Apprête-toi à connaitre à nouveau la peur !

 

- Comme les Saints ont coutume de le dire : une technique ne fonctionne pas deux fois d’affidé ! « Impero Phaenomenorum » 

 

L’Animæ de Fertilitate intensifia son cosmos. Une fois chose faite, elle l’expulsa purement et simplement en dehors de son corps. Malgré toute l’ampleur du cosmos que Cybèle déploya, il ne se passa pas le moindre évènement.

 

- Tremble Cybèle ! « Ulula Mortis » !

 

Le Démon de Shedu intensifia son cosmos. Il inspira profondément pour gonfler ses poumons à bloc. Kerta poussa un terrifiant et tonitruant hurlement. Cependant, Cybèle pouvait toujours se mouvoir comme elle le prouva en réajustant sa chevelure de sa seule main valide et ne semblait pas plus effrayer que ça. Le Démon de Shedu était consterné, il ne comprenait pas ce qui avait bien pu se produire. L’Animæ de Fertilitate répondit à son interrogation au travers des vibrations de son cosmos.

 

- J’ai fait un vide d’air comme il en existe dans l’espace autour de moi dans une très large zone. Le son a besoin d’air pour être porté et sans ce dernier il n’existe pas.

 

Kerta avait beau beugler autant qu’il le désirait, Cybèle ne l’entendrait pas de toute façon à cause du vide d’air. Face à l’agacement du Démon, l’Animæ de Fertilitate ne put se retenir de lui répondre avec cynisme et sarcasme

 

- Tu vois mon quotient intellectuel il peut aussi servir à ça. Ce n’est pas le cas de tout le monde cependant.

 

Kerta rentra dans une colère après que Cybèle lui ait adressé cette pique en appuyant clairement sur la différence de quotient les séparant. Il ne laissera cependant pas le temps au Démon de réaliser quoi que ce soit.

 

- « Terra Fluctus » !

 

L’Animæ de Fertilitate intensifia son cosmos. Elle insuffla son cosmos dans le sol qui commença à s’ameublir et remua telle une mer remué par les flots en pleine tempête. Cybèle poussa un cri guerrier et brandit son seul bras encore valide vers les cieux. Kerta se retrouva catapulté en l’air par une vague de terre.

 

- À présent le coup de grâce ! « Lamnia Herba » !

 

L’Animæ de Fertilitate intensifia son cosmos. Elle l’insuffla dans le sol et conserva son bras brandi en l’air. Cybèle fit jaillir du sol de nombreux brin d’herbe sous la forme de trois cercles concentriques qui frappèrent inlassablement le corps de Kerta. Aussi effilé que la lame d’une épée, le corps du Démon se fit transpercer de part et d’autre et retomba inerte au sol.

 

C’était fait à présent, Kerta et Libtina venaient d’être abattus par Cybèle et Proserpine, il ne restait plus qu’une personne à terrasser, le plus redoutable de tous : Orcus. Bien qu’il était peu concevable pour les sœurs Animæs qu’il ait pu survivre à l’offensive brutale et violente de leur maitre. Juventas pour sa part ne parierait pas là-dessus en vue de la réputation du colosse.

 

D’un fracassant coup de poing gorgé de cosmos. Le Démon fit voler en éclat tous les pics rocheux et atteignit la Temporallys du Passé en plein ventre dans sa trajectoire de son coup. Celle-ci fut emportée par la violence à l’état brut de la décharge cosmique et envoyée au sol sans avoir rien pu faire. Mais Orcus n’en resta pas là et bondit dans les airs avant de redescendre sur l’emplacement de son opposante tel un boulet de canon.

 

Les sœurs Animæs eurent juste le temps d’attraper chacune un bras de leur maitre et de battre en retraite. Mais l’impact de l’atterrissage du Démon amplifié par son cosmos fut d’une terrible ampleur qui fit chuter également les deux sœurs.

 

- Il est d’une force équivalente à Dame Juventas, fit Proserpine.

 

- Nous allons devoir nous donner à fond si nous voulons avoir une chance de le vaincre, fit Cybèle.

 

- Allons-y ! Alraune ! Abreuvez-vous de son sang ! « Sanguinarius Flos » !

 

L’Animæ de Ver intensifia son cosmos, elle passa sa main dans sa longue queue de cheval argentée et projeta une flopée de graine. Proserpine provoqua leur floraison immédiate, un nombre considérable de fleurs de sang tournoyant sur elle-même se dirigèrent à présent sur le Démon.

 

- Feuilles ! Taillez-le en pièce ! « Lamina Sheet » !

 

L’Animæ de Fertilitate intensifia son cosmos. Elle tendit son index en l’air et insuffla son cosmos dans l’environnement. De nombreuses feuilles se détachèrent des arbres que Cybèle projeta en rafale afin d’accompagner l’offensive de sa sœur jumelle Proserpine.

 

L’offensive combinée des Animæs fonça à une allure fulgurante sur le Démon. Celui-ci sûr de lui et méprisant au plus haut point Juventas et ses disciples ne chercha même pas à esquiver l’offensive, ni même à la parer. Orcus encaissa en silence le tranchant des Alraunes et des feuilles, pire encore il ne semblait même pas en souffrir.

 

- C’est… impossible… dis Cybèle d’une tremblante.

 

- Notre offensive… elle ne lui a rien fait… balbutia Proserpine.

 

- Vous êtes fatigué et amoindri par votre précédent combat alors que je suis en pleine possession de ma force ! Passons à présent véritablement aux choses sérieuses !

 

Le Démon Gardien intensifia son cosmos. Celui-ci s’échappa de son corps et commença à l’auréoler et en même temps à faire pourrir et décomposer tout ce qui se trouvait à proximité. La musculature et la taille d’Orcus commencèrent à se démultiplier tandis que sa protection commença a entré en symbiose avec lui. Au terme de cette hideuse et répugnante transformation qui écœura profondément Cybèle et Proserpine.

 

Orcus était devenu à présent un gargantuesque colosse dont la taille était tel qu’il pouvait les écraser sous ses pieds si celui lui plaisait. Mais ce qui lui plaisait d’abord et avant tout c’est la stupéfaction et une certaine forte de peur sur leur visage de ses adversaires.

 

- « Inanimata Possessionem » !

 

Le Démon Gardien intensifia son cosmos. Il laissa son cosmos vicié se répandre partout sans même tenter de le contenir. La longue chevelure brune et ondulée de Cybèle s’anima à l’insu de celle-ci et se mit à vibrer comme des serpents. Les longues mèches tombantes à l’avant de son corps se murent et s’enroulèrent avec une terrible force autour de sa gorge.

 

- Qu’est-ce que ! Ma chevelure… que… lui… arrive… t-il ?

 

- Cybè… !

 

Proserpine n’eut même pas le temps de finir sa phrase que son opulente chevelure argenté attachée en queue de cheval s’enroula autour de sa gorge également. Les sœurs Animæs étaient étranglées par leur propre chevelure mue par une volonté qui n’était pas la leur. Le plus effrayant restait que ni Proserpine, ni Cybèle ne parvenaient défaire l’étreinte de leurs cheveux qui exerçaient une pression de plus en plus grande sur leur gorge.

 

- Je… ne parviens pas… à défaire l’étreinte…

 

- Je… ne peux plus… respirer…

 

- Cette comédie a assez duré ! Maintenant vous allez connaitre la douleur ! « Massa Mortem » !

 

Le Démon Gardien intensifia son cosmos. Il l’insuffla dans sa gigantesque masse ornée de pointe. D’une seule main, Orcus asséna un coup d’une violence déraisonné qui balaya Proserpine sans difficulté ou résistance. Dans un mouvement de revers, il percuta à son tour Cybèle qui fut arrachée du sol et précipitée au loin comme sa sœur jumelle.

 

L’une comme l’autre était à présent hors d’état de combattre et complètement inconsciente à terre. Juventas avait assisté à toute la scène en tout impuissante. Sans ménagement, elle se releva et se dirigea vers Orcus. La cruauté et la barbarie de ce dernier n’avaient aucune limite et s’il avait bien réussi une chose de par son dernier acte de violence gratuite, c’était d’avoir mis la Temporallys du Passé en colère.

 

- Orcus ! Tu n’aurais pas dû ! Tu n’aurais pas dû t’attaquer à mes disciples ! À présent je suis en colère et tu vas en subir les conséquences !

 

- Parce que tu penses être en position de force ? « Ossa Chorea » !

 

L’Animæ d’Iuvénis intensifia son cosmos. Elle l’insuffla dans son épée constituée d’os qui prit son aspect de fouet. Juventas le fit claquer avec violence à de nombreuses reprises contre la surface du corps d’Orcus. Le fil dentelé de l’épée occasionna de nombreuses fêlures en plus d’arracher çà et là des morceaux de métaux.

 

- « Ossa Viperae » !

 

L’Animæ d’Iuvénis insuffla de nouveau son cosmos dans son arme. Celle-ci se rigidifia et la partie constituant son extrémité partit en ligne droite en fendant l’air pour aller directement se planter dans le corps du Démon, transperçant sa protection au passage. Ils étaient à présent reliés l’un à l’autre au travers de l’épée osseuse.

 

- « Iuvenis Transfero » !

 

L’Animæ d’Iuvenis insuffla une fois de plus son cosmos dans son arme, au travers de celle-ci elle commença à absorber la jeunesse du Démon. La chevelure blonde de Juventas commença à virer au noir, la couleur de cheveux d’Orcus. En plus de drainer sa jeunesse, elle aspirait son cosmos, mais cela n’étant pas sans mal, étant vicié jusqu’à son essence. Le simple fait de le ressentir s’écouler dans son corps provoquait un mal intense a la Temporallys du Passé.

Une fois le processus terminé, elle rappela son arme elle et se mit en position pour ce qui allait suivre. Elle n’aurait pas la moindre pitié pour lui.

 

- « Iuvénis Amphora » !

 

L’Animæ d’Iuvénis intensifia son cosmos. Elle concentra son potentiel cosmique entre ses mains réunies haut dessus de sa tête qui formait un bol. Son cosmos ainsi que celui d’Orcus cumulé à sa jeunesse lui ayant été dérobé formait désormais un amalgame de puissance a l’état pur. Juventas rabattit ses mains en avant et déchaina la fureur de son cosmos au travers d’une fulgurante décharge cosmique.

 

La décharge tirée par l’amphore de la jeunesse représentée par les bras de Juventas parti en ligne droite et atteinte Orcus de plein fouet. Soudain le visage de la Temporallys du Passé se liquéfia avec horreur. Le Démon qu’il était bloqua la décharge de cosmos fulgurante à l’aide de la paume de sa main. Elle avait mis toutes ses forces cumulées à celle drainée à son adversaire et ça n’avait cependant pas suffi. Orcus était bel et bien devenu un véritable Démon.

 

La fatigue se fit bien ressentir chez Juventas qui s’écroula sur un genou à terre avec une main posée au sol. Son souffle était profond et rapide, témoignant de son état de fatigue avancé aggravé par sa dernière action qu’elle pensait salvatrice et décisive.

 

- Tu as bout de force à présent Juventas. Je vais te réduire en bouillie !

 

Le Démon se saisit de son imposante et terrifiante masse qu’il abattit sur l’emplacement de la Temporallys du Passé trop affaiblie que pour se mouvoir. Quand soudain… les brins d’herbe s’agrandirent et se soulevèrent pour s’entortiller autour de l’arme afin de l’entraver sur place. Les regards se tournèrent instinctivement dans le même sens.

 

Cybèle se tenait à genoux en s’aidant de son bras fracturé pour maintenir son équilibre tandis qu’elle se servait de sa seule main valide pour commander son offensive. Elle était en piteux état, un filet de sang coulait de son front et se séparait en deux sur le cartilage du nez. En outre de cela, elle exhalait par la bouche par coup de grande bouffé d’air.

 

- Sale petite merdeuse ! Je vais te remettre à place !

 

D’un puissant coup de bras, Orcus dégagea sa masse en arrachant l’herbe avec et de sa seconde main, il asséna un impitoyable et implacable coup de poing à l’Animæ de Fertilitate. Le regard de Cybèle s’exorbita sous le coup de la douleur, elle retomba sur le dos au sol et ne semblait presque plus respirer. Il venait de lui briser toutes les cotes d’un coup et le simple fait de respirer était à présent un véritable supplice pour Cybèle.

 

Une idée des plus odieuse et cruelle traversa l’esprit du Démon lorsqu’il vit l’horreur se figer sur le visage de la Temporallys du Passé. Il tendit sa main vers Cybèle et referma sa poigne dessus et dans la seconde qui suivit, il se saisit de Proserpine. Ce qu’il comptait faire d’elles se passait de commentaire. Sans attendre, il augmenta drastiquement sa poigne sur leur corps faisant ainsi hurler de douleur les sœurs jumelles. Ces cris suppliciés provenant de Cybèle et Proserpine vrillèrent les tympans de Juventas qui ne pouvait rien faire cependant.

 

- Cybèle ! Proserpiene ! Non !!!

 

- Il y a un problème Juventas ?

 

- Je t’en supplie Orcus ! Inflige-moi ce que tu veux, mais ne leur fait rien !

 

- Tu es faible Juventas ! Tu concèdes a te laissé tuer si j’épargne la vie de ces deux petites merdeuses, là ou moi je n’éprouve aucun remord et aucune pitié n’a massacré mes ennemis et leur proche. Voilà la différence qui nous sépare !

 

- Tu es un être abject !

 

- Merci pour ce compliment et à présent, Cybèle, Proserpine, regarder votre cher maitre mourir pour vous !  « Inanimata Possessionem » !

 

Le Démon Gardien intensifia son cosmos. Il insuffla son cosmos vicié dans son arme qui commença à se mouvoir par sa seule volonté. Celle-ci grimpa dans les airs et se positionna juste haut dessus de l’emplacement de la Temporallys du Passé. La masse se laissa ensuite tomber tel un boulet de canon sur Juventas afin de réduire son corps à l’état de tas de viande informe. Cependant sans explication, de nombreuse ronce jaillir du sol tout autour de Juventas et s’enserrent autour de la masse qui finit complètement immobilisée au sein des ronces. La pression exercée par celle-ci augmenta et brisa en morceau la masse.

 

- Que s’est-il !?

 

Juventas était dénué de cosmos tandis qu’il retenait Cybèle et Proserpine en otage alors qui avait bien pu faire cela se demandait le Démon. Le responsable de tout cela ne tarda pas à faire son entrée en grande pompe sur le champ de bataille. La Temporallys du Passé regarda derrière et aperçut un homme paré d’une armure dorée brillante comme le soleil. Il n’y avait aucun doute sur son appartenance

 

- C’est un Gold Saint de la déesse Athéna, mais que je n’ai jamais vu auparavant.

 

- Ce n’est pas une façon très galante et respectueuse de traiter des femmes.

 

- Est-ce que je t’ai demandé ton avis !?

 

- Tu vas les reposer au sol sans faire d’histoire à présent.

 

- Je n’ai aucun ordre à recevoir de toi !

 

Orcus leva sa jambe et la rabattit avec violence contre le sol qui se fractura de toute part jusqu’au pied du Gold Saint dont la joue fut éraflée par débris rocheux expulsé du sol. Il essuya le sang du revers de sa main et prit la parole.

 

- Ce n’est pas une décision très sage. Ta force n’as donc d’équivalent que ton horrible et écœurante apparence ? Je vais te laisser trois secondes pour obéir, passer ce délai, tu assumeras la conséquence de tes actes.

 

- Pour qui donc te prends-tu !?

 

- Un… Deux…

 

- Je vais t’exploser ton joli minois !

 

- Trois ! Observe donc ce qu’est la véritable puissance ! « Crismon Thorn » !

 

Le Gold Saint des Poissons intensifia son cosmos. Il pointa son index et son majeur en direction de celui qu’il désigne comme étant son ennemi. Son sang se durcit et prit l’apparence d’une infinité d’aiguilles qui furent projetées à une vitesse photonique contre l’imposant géant. Orcus fut traversé de part en part par les aiguilles sanguines empoissonnées. Celui-ci relâcha sa poigne sur les sœurs jumelles Animæs et s’effondra lourdement en arrière dans un grand assourdissant fracas en reprenant sa véritable apparence et taille. Dès qu’il fut en contact avec le sang, le poison présent dans ce dernier provoqua sa mort fut quasi instantanément.

 

- Ta laideur était une insulte à ces femmes et a ces lieux.

 

Le Gold Saint des Poissons se retourna et se rendit au chevet de la Temporallys du Passé afin de lui proposer sa main pour l’aider à se relever et à poursuivre sa route. Celle-ci accepta sans rechigner cependant une question tarauda Juventas.

 

- Vous est l’un des douze Gold Saint de la déesse Athéna, mais qui êtes vous ?

 

- Je me nomme Aphrodite des Poissons.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2022