Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nature et biodiversité du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 16/02/2020
  • Femmes fortes
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/09/2019
  • Le fleuve
    Revue CONGO ECRIT
    Nb de signes : 250 - 2 000 sec
    Genre : poésie - conte
    Délai de soumission : 21/09/2019
  • La ville de Somnore
    Otherlands
    Nb de signes : < 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 10/01/2020
  • Le grand jeu
    Observatoire de l'Espace du CNES
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : réaliste - théâtre - poésie - libre - pastiche - imaginaire - art visuel - contemporain
    Délai de soumission : 14/10/2019
  • Nutty Seas : débauche marine
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : romance - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 23/11/2019
  • Revue Encre[s] N°4
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 12/09/2019
  • Insurrections
    ImaJn'ère
    Nb de signes : 22 500 - 27 500 sec
    Genre : policier - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/10/2019
  • Fantasy humoristique
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : humour - fantasy
    Délai de soumission : 20/12/2019
  • Livres Oubliés
    Aeternam AS Éditions
    Nb de signes : 200 000 - 800 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique
    Délai de soumission : 31/12/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque)

Enfance délaissée
[Histoire Terminée]
Auteur: Mysthe Vue: 5841
[Publiée le: 2011-05-31]    [Mise à Jour: 2012-05-04]
G  Signaler Amitié/Tranche de vie Commentaires : 27
Description:
Quelle était la vie de nos futurs chevaliers de bronze quand ils étaient encore enfants ? Comment cela se passait-il dans la fondation Graud ?
A priori, pas de spoilers, et vu qu'ils sont encore enfants, fiction tout public.
Crédits:
Les personnages de Saint Seiya appartiennent à Kurumada (oh maître vénéré ! ^^;)
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 6 : Hyôga

[1150 mots]
Publié le: 2011-07-02
Mis à Jour: 2011-07-17
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

        Les bruits des pas s’assourdissaient dans les tatamis. Les mouvements courts se perdaient dans les respirations rapides et les cris brefs. Eclairée grâce à la lumière filtrée par le papier fin des shôji, une photo ancienne surplombait la salle, permettant au maître en arts martiaux de poser son regard de fer sur les jeunes garçons.

        Il ne savait pas trop quoi faire là. Glissant les pouces dans sa ceinture, il balança son pied nu. Il n’y connaissait rien en katas, ces figures de combat. Pourquoi lui avoir demandé de venir ici alors qu’il devait apprendre les bases ? Il longea les murs, pour se cacher dans un coin de la salle. Par petits groupes, les autres exécutaient une chorégraphie bien répétée. Regardant négligemment, il tenta de se souvenir des gestes précis. Il y avait une certaine logique. Ses muscles se tendirent inconsciemment.

  « Hyôga ! », l’appela soudain une voix grave.

        Il leva les yeux vers l’homme en kimono d’entraînement.

  « Tu es en retard !, le réprimanda-t-il.

  – Excusez-moi. »

        Un adolescent rit derrière. Le professeur se retourna, et les mains sur sa ceinture, se rapprocha du garçon.

  « Jeune homme, qu’avez-vous donc ? »

        L’adolescent déglutit.

  « Rien Monsieur, pardonnez moi. »

        Le professeur jeta un bref coup d’œil à Hyôga.

  « Présente nous le kata que l’on vient d’apprendre », ordonna-t-il.

        Hyôga écarquilla les yeux. Des moqueries se chuchotèrent. Même inaudibles, Hyôga savait ce qu’elles racontaient. Sale Russe, t’es incapable de maîtriser un art japonais. Il serra les poings en se positionnant au centre de la salle. Le professeur lança le début d’un cri rauque. Instinctivement, Hyôga reproduisit le ballet étrange qu’il avait vu. Il vivait chaque mouvement, bougeait chaque membre de son corps pour expliquer la scène, l’incarnant dans chaque mouvement. C’était un enchaînement bref, mais il provoqua un silence soudain. Le professeur sourit.

  « Bien, ne rate plus le début des séances maintenant Hyôga. »

        Relevant le menton, le jeune garçon se plaça dans le groupe, le coin des lèvres légèrement retroussé sur une moue orgueilleuse. Personne n’osa lui faire de remarques durant le cours.

 

        La brise se levait sur le soleil couchant, allongeant l’air mouillé dans les cheveux blonds de Hyôga. Un sac léger sur l’épaule, le jeune Russe remontait l’allée vers l’entrée du manoir, plongeant son dédain de surface sur les fleurs fragiles du parterre. Les galets crissèrent derrière son pas, et il s’arrêta pour regarder qui le suivait. Cheveux longs trop gorgés d’humidité pour flotter au vent, col mao lui serrant la gorge, démarche calme, Shiryû était caractéristique dans cette masse d’enfants. Il continua de marcher jusqu’à Hyôga.

  « Tu es vaniteux », déclara-t-il sans préambule.

        Le visage de Hyôga se durcit.

  « Non, je suis juste meilleur que les autres », répliqua-t-il.

        Ses yeux de glacier glissèrent vers Shiryû. Nullement impressionné, ce dernier poussa une mèche brune derrière son oreille.

  « Tu n’avais qu’à faire le kata, pas à le jouer.

  – Pourquoi ne faire qu’effleurer la perfection ?

  – La perfection ?, hoqueta subitement Shiryû. Tu n’as rien compris. L’important du kata, c’est le sens, pas son esthétisme. Tu n’as joué que du second, voulant éblouir, nous écraser de ta supériorité. »

        Hyôga eut un rire sourd en recommençant à marcher.

  « Crois ce que tu veux… Mais dis-moi, rajouta-t-il avec un léger coup d’œil en arrière, ne veux-tu pas nous écraser de ton intelligence ? Dis-moi Shiryû ? »

        L’adolescent brun le regarda en silence, sans répondre. Hyôga ricana.

  « Un passage de la Bible dit qu’il faut regarder la poutre dans nos yeux avant de critiquer la paille de notre voisin. A plus Shiryû ! »

        Il fit un geste moqueur de la main vers son camarade. Pour qui se prenait-il ? Comment osait-il lui faire la morale ? Lui qui croyait tout connaître su monde ? Hyôga enrageait. A une exception près, il n’aimait pas les gens d’ici, ça se confirmait. Il se mordit les lèvres. On lui faisait partager sa chambre avec ce maudit Shiryû. Ce dernier en avait conclu qu’il pouvait morigéner son camarade à volonté semblait-il. Hyôga poussa un soupir d’exaspération.

 

        C’était l’un des rares souvenirs qu’il lui restait avec son chapelet. Une vieille bible d’étude, au cuir rongé par le temps, les pages si fines que de petits trous les avaient percées. Mais elle était son trésor. Les mots en cyrillique avaient la voix douce de sa mère quand elle les prononçait, l’odeur de son parfum était restée prisonnière sur l’encre noire. Cérémonieusement, chaque soir Hyôga en lisait un passage. Il s’asseyait sur son lit, ramassait ses pieds nus sous ses genoux, et ouvrait le livre au hasard. Puis il s’imprégnait du passage, tentant de se souvenir de ce que sa mère en disait.

        Vanité des vanités, dit l'Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité.

 

        La porte s’ouvrit, accueillant un Shiryû à l’air grave. Il regarda son camarade de chambrée, blotti sagement sur son lit. Ses mains étaient ouvertes sous la couverture brune, l’index retenant la page. La bouche serrée s’adoucissait sur les mèches d’or fin la frôlant. Les yeux d’un bleu pur se relevèrent soudain sur l’intrus. Shiryû referma la porte.

  « Je voulais m’excuser », commença-t-il.

        Le regard ferme de Hyôga ne plia pas.

  « Je t’ai jugé trop vite, poursuivit Shiryû. Je ne crois pas que tu aies quasiment dansé ton kata pour briller. »

        Il s’assit aux côtés du jeune Russe, les doigts s’écarquillant sur le drap blanc.

  « En fait… Je te comprends mieux que tu ne crois. Ici, personne ne le sait mais… »

        Il avait rejeté sa tête en arrière, les yeux posés sur ses pensées vagues.

  « Dans mon orphelinat, on croyait — peut-être à juste titre — que je ne suis pas complètement japonais. On me raillait sur ça. Alors, je me suis plongé dans la culture qu’on me prêtait, et m’y suis abrité. Ici, je n’en ai rien dit, on croit juste que c’est ma passion. Et tu as raison… Je me cache derrière ma culture, je fais croire que je suis sage, alors que je ne sais rien. Un jour, j’aimerais l’être tu sais, mais là, je triche. »

        Il se redressa, posant sa vision sur son voisin. Ce dernier avait adouci son regard.

  « Peut-être que j’ai fait exprès d’exagérer les mouvements cette après-midi, finit par dire Hyôga. Peut-être. »

        Shiryû sourit :

  « Alors, faisons la paix, ça te dit ?

  – D’accord », sourit aussi Hyôga.

        Il replongea les yeux sur sa lecture.

        J'ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse, et à connaître la sottise et la folie; j'ai compris que cela aussi c'est la poursuite du vent.

        Car avec beaucoup de sagesse on a beaucoup de chagrin, et celui qui augmente sa science augmente sa douleur.

        Hyôga agita la tête en souriant délicatement

Commentaire de l'auteur Un shôji est une cloison coulissante japonaise, avec du papier traditionnel glissé dans une trame en bois.

Le passage de la Bible est "L'Ecclésiaste".
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales