Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Journalistes du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 04/11/2018
  • Revenir de l'avenir
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - dystopie - humour - steampunk - space opera - uchronie - dark fantasy - fiction
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • La Paix
    Mouvement de la Paix du Rhône
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction - policier - humour - imaginaire
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Rindaya
    Boz'Dodor
    Nb de signes : < 12 600 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 07/08/2018
  • #exclusif
    J'ai lu
    Nb de signes : 250 000 - 350 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Sur un malentendu…
    J'ai lu
    Nb de signes : 50 000 - 70 000 sec
    Genre : comédie romantique
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Dystopie
    H2 Fanzine
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : science-fiction - jeunesse
    Délai de soumission : 10/08/2018
  • Cthulhu
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : horreur
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • Femmes de l'étrange
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2018
  • Prix Saint-Nicolas du Conte de Noël
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 25 000 sec
    Genre : conte - noël - tout public
    Délai de soumission : 15/09/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Amateurs de KPOP, cette nouvelle devrait vous plaire !
 par   - 784 lectures  - 2 commentaires [16 juin 2018 à 18:29:29]

Sur mashable FR une nouvelle a retenu mon attention :
L’anglais ne sera bientôt plus la langue universelle de la pop music

Il semblerait que le coréen devienne l'une des langues les plus écoutées au États-Unis avec l'espagnol.

 

Google et les données...
 par   - 417 lectures  - Aucun commentaire

Depuis quelques mois j'ai supprimé Google Analytics du site. J'y perds en analyse, mais gangne en vitesse et c'est un suivi de moins par Google.
Dès que Google a fourni un outil pour se conformer au RGPD j'y ai désactivé le suivi pour la personnalisation des pubs.

Ça signifie, par exemple, que vous ne devriez plus voir de pub correspondant à ce que vous regarder sur d'autres sites.

Le plagiat des livres, parlons-en
 par   - 610 lectures  - Aucun commentaire

Le plagiat des livres, parlons-en. Suite aux nombreuses affaires de plagiat dans lesquelles nous sommes intervenus avec Manon, je me suis dit qu’il serait important de vous en informer. Ce sujet touche autant les écrivains en herbes que les auteurs confirmés. Hélas, de nombreuses personnes ignorent les enjeux du plagiat. Dorénavant, vous serez informés. J’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter que le plagiat continue à se répandre dans le futur.

Qu’est-ce que le plagiat ?

Tout d’abord, le plagiat est une faute d'ordre moral, civil ou commercial. Elle consiste à recopier ou à s’accaparer une oeuvre sans le consentement sur papier de l’auteur, ou de l’éditeur s’il y a, avec sa signature à l’appui. Un simple mail ne suffit pas. De plus, prévenir que l’oeuvre n’est pas la nôtre, car nous avons copié-collé le livre d’untel, c’est tout bonnement avouer un délit.

En d’autres mots, plagier, c’est copier/coller une oeuvre en modifiant ou non l’oeuvre originale (nom, sexe, univers…). Plagier, c’est aussi reprendre entièrement un scénario. De même que plagier, c’est traduire une oeuvre sans l’autorisation signée de son auteur original. En agissant ainsi, le plagieur contribue, inconsciemment ou non, à une faute juridique grave : un non-respect des droits patrimoniaux et moraux de l'auteur original. De ce fait, au risque de le répéter, le plagiat est considéré comme un délit. En s’y adonnant, le plagieur risque :

Selon le Code pénal :

L'article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle prévoit que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Le plagieur risque :

○ 2 ans d'emprisonnement
○ 150 000 € d'amende pour dommage et intérêt
○ Peine civile voire même pénale si l'auteur qui en est victime a un bon avocat

De plus, les auteurs connus comme Gilles Legardinier ou Guillaume Musso, ont une certaine notoriété et emprise sur le marché du livre. Lorsqu’ils en publient un, les gens vont se ruer dessus. Ils connaissent leurs styles d’écriture et savent qu’ils ne seront pas déçus. Par conséquent, leurs oeuvres seront bien vendues. Si l’éditeur apprend que leurs écrits sont mis gratuitement à disposition sur un site, il ne va certainement pas apprécier. De ce fait, il peut attaquer le plagieur en justice. En raison d’un bon avocat, le verdict sera bien plus important que 150 000 € d’amende ou 2 ans d’emprisonnement.

Ce qu’il faut savoir sur les auteurs et le plagiat

L’auteur, connu ou non, choisi tout lorsqu’il écrit son histoire. Cela passe du nom des personnages, aux caractères et caratéristiques physiques en passant par les lieux, les nationalités, etc. Il passe du temps à mettre en place son scénario, à choisir ses mots, à écrire ses phrases. En somme, faire en sorte que ce soit cohérent. Cette phase d’invention et d'écriture peut aussi bien être courte que durer des années.

Imaginez seulement sa réaction lorsqu’il apprendra qu’un de ses lecteurs a tout bonnement repris l’histoire, pire, l’a déchiquetée en un temps record juste pour la reprendre, par exemple, avec son pairing favori. Ou juste simplement la faire partager à des lecteurs. Comparez trois ans de dur labeur et de stress à… cette misère.

De plus, si le livre a été traduit, copier/coller le travail du traducteur, c’est aussi le voler. Le plagier. Pour rappel, le travail d’un traducteur c’est de de comprendre le sens qu'a voulu donné l'écrivain à sa phrase et la retransmettre au mieux dans sa langue à lui, garder la cohérence. Ça prend du temps.

Par contre, nous ne pouvons rien faire lorsqu’une oeuvre, comme par exemple, Alice aux pays des merveilles, se trouve sur un site gratuit. Ou toute autre oeuvre ancienne. L’histoire devient un bien public 70 ans après la mort de l’auteur.

En résumé

Généralement, lorsque nous souhaitons partager une oeuvre que nous avons appréciée, le plus simple est d’en parler, par exemple, à la fin d’un chapitre. Vouloir la partager en la copiant-collant, non. Même si l’auteur ne répond pas au message. Je dis ça, parce qu’une personne m’a répondu ainsi. De plus, lorsque nous citons un auteur, nous devons le mettre avec les guillemets et la référence bibliographique. Cela se rapporte à des bouts de lignes, et non à un livre entier.

Pour rappel, Wattpad et Fanfic-fr avaient lancé leur site pour que les auteurs fassent connaître leur oeuvre. Et non celle d’un autre.

Maintenant que vous le savez, j’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter cela. Prévenez-moi en cas de doute. J’interviendrai pour en informer le plagieur. S’il ne souhaite pas supprimer l’histoire plagiée (oui, il y a des gens têtus et immatures), j’inviterai les administrateurs à s’en occuper.

Au nom du respect, je vous en prie.

STOP AU PLAGIAT
(#contreleplagiat)

Petites informations supplémentaires :

○ Sachez que si le plagieur écrivait ses propres fictions, je ne l’empêche absolument pas de les continuer. Au contraire. Mais, il doit supprimer l’oeuvre plagiée.

○ De plus, je n’ai rien contre les personnes imaginant d’autres personnages lorsqu’elle lise un livre, avec par exemple, leur pairing favori. Néanmoins, elles n’ont pas le droit de reproduire leur envie, à moins de s’inspirer de l’oeuvre pour écrire leur fanfiction.

Le Discord de la Ligue des Chroniqueurs vous ouvre joyeusement ses portes !
 par   - 843 lectures  - 1 commentaire [21 mai 2018 à 22:43:44]

Bonjour à toutes et à tous !

Je suis Etsukazu, un humble auteur de fanfictions du fandom Naruto, et je viens vous annoncer que le groupe Discord de la Ligue des Chroniqueurs, formé il y a quelques mois, s’ouvre officiellement à la communauté de Fanfic-Fr.

Envie de discuter avec les auteurs de vos fandoms favoris ? Ce groupe est fait pour vous.

Naturellement, vous vous demandez aussitôt tous ce qu’est un groupe Discord (Non ? Mince alors !), mais surtout, qu’est-ce que la Ligue des Chroniqueurs ? Laissez-moi donc vous répondre dans l’ordre.

Discord est une plateforme de discussion instantanée dont l’interface permet des discussions écrites élaborées aussi bien que des discussions vocales. Cette application est très utilisée par les communautés de joueurs de jeux vidéo, quels que soient leurs genres, et elle a été conçue principalement pour eux – en premier lieu – toutefois, son utilité ne se cantonne pas à eux. Effectivement, elle est utilisée par beaucoup de monde, et il se trouve que la Ligue des Chroniqueurs l’utilise également.

La Ligue des Chroniqueurs, quant à elle, est une petite communauté – de 160 membres actuellement – qui regroupe de nombreux auteurs publiant sur Fanfic-Fr comme sur fanfiction.net, ainsi que les lecteurs qui souhaitent venir s’exprimer et échanger autour de notre passion commune qu’est la fanfiction.


Lire la suite...
Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 848 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...
Concours d'écriture by Shaku #1
 par   - 1184 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour, je vous propose un concours d'écriture dont les règles sont plutôt simple. Je répondrais à toutes vos questions si vous en avez.

Par contre, sachez avant toute chose que je m'excuse envers les personnes n’habitant pas en France. Je ne peux accepter votre texte, car je ne pourrais pas financer les frais de port si jamais vous gagnez un lot... Cependant, vous pouvez participer si vous ne souhaitez rien gagner !

Le principe de ce premier concours

• Ce concours est anonyme.
○ Les participants m'enverront leur texte par mail en PDF à cette adresse (morganeperro@outlook.fr)
○ Titre du mail : Prompt#1 + Titre de leur fiction + n° du prompt
○ Le titre de leur fiction devra être au-dessus du corps du texte. Ce nombre de mot ne sera pas compris dans la limite autorisée.

• Écrire une fiction entre 3000 et 10 000 mots sur la base d’un prompt choisi au préalable à partir du 15 avril sur le document google indiqué en bas de la page.
○ Le prompt choisi doit être libre au moment de la réservation. Dans le cas contraire, choisissez un autre prompt où il n’y a pas marqué (réservé par « nom »)

Mais… qu'est-ce qu'un prompt ?
• Un prompt c’est un petit plan ou idée de quelques lignes pour écrire une fiction. On remplace aussi "A", "B", ect, par le nom du personnage.

○ Exemple :
• A et B se promènent dans la forêt et se font téléporter par des extra-terrestres. Comment vont-ils s'en sortir sans que ces monstres ne décident de copuler avec eux ?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

One Piece

Memento Mori
[Histoire En hiatus]
Auteur: Linksys Vue: 29174
[Publiée le: 2013-01-11]    [Mise à Jour: 2015-04-08]
R  Signaler Romance/Amitié/Lime/Lemon Commentaires : 55
Description:
[Souviens-toi que tu vas mourir.]

Zoro et Perona. Deux ans de cohabitation sur une île pas très grande. Mais qu'a-t-il bien pu se passer ? En voilà le récit !

NEWS 08/04 : Vous n'y croyiez plus ? Eh bien, voici venir le chapitre 57 ! Banzai !

♦ AVANCEMENT :
Chap. 58 : 10%
Crédits:
Tout l'univers décrit et les personnages présents sont la propriété de Eiichiro Oda, sauf quelques personnages et lieux inventés par mes soins.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Holy days [2]

[2147 mots]
Publié le: 2015-04-08Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Non, je ne suis pas mort ! Et Memento Mori non plus ! Allez, c'est parti pour le cinquante-septième chapitre, et le début du nouvel arc ! Trois, deux, bonne lecture !

Le bruit s'intensifiait. C'était un bruit étrange, inconnu aux deux jeunes gens. Mais Mihawk semblait y être habitué, car il ne broncha même pas. Soudain, deux formes sombres se détachèrent contre la voûte céleste, à une centaine de mètres de distance, pour autant que le seul œil valide du bretteur put en juger. Il se refusait catégoriquement à croire à ce qu'il voyait, car il reconnut la forme lorsqu'elle fut assez proche pour se détacher clairement dans le halo lunaire.

Le bruit finit par attendre son paroxysme quelques instants pus tard. Sous le vrombissement, ils entendirent le bruit sourd d'un léger impact, à une dizaine de mètres d'eux. Le bruit se coupa sèchement.

- Notre taxi est arrivé, commenta Mihawk.

La lumière lunaire était tout juste assez claire pour permettre de distinguer le contour de ce qui venait d'arriver sur l'île.

- Des avions … Marmonna Zoro, qui finissait par accepter la réalité qui avait cours devant ses yeux.

- Des avions, confirma Mihawk.

L'aviation était encore une pratique extrêmement rare, et dont la technologie balbutiante ne permettait pas de longues traversées transocéaniques. Seule la Marine menait des recherches sur ce mode de transport. Cependant, comme l'espace aérien n'était pas contrôlé par la Marine, l'avion était rapidement devenu un outil prisé des révolutionnaires et autres pirates pressés d'aller d'île en île.

- Mon père m'en parlait, quand j'étais petite, souffla Perona. Il rêvait d'avoir le sien, pour survoler l'archipel …

- J'en ai pas mal entendu parler, aussi, répondit Zoro.

- Ce sont des amis à moi qui pilotent ces appareils, déclara Mihawk. Ils ont accepté de nous emmener à Kazanonsen, car eux aussi s'y rendent, pour leurs … affaires.

Soudainement, une lumière s'alluma devant deux. C'était la lumière d'une puissante lanterne, qui venait du cockpit du plus petit des deux appareils. La vitre bombée dudit habitacle se souleva, et en sauta souplement une silhouette longiligne. C'était un homme, assez grand mais plutôt fin. Il portait un épais pantalon kaki assorti à ses rangers. Le col de sa grosse veste de pilote, en cuir, lui dissimulait la moitié du visage. Le reste était conjointement dissimulé par d'épaisses lunettes d'aviateur et une grosse casquette anglaise, elle aussi en cuir. Le pilote leva haut sa lanterne autour de lui, comme pour détecter quelque souche dissimulée, puis s'avança vers les habitants du château. De même, une lanterne s'alluma dans le cockpit du second appareil, mais en sortit par une petite porte sur le côté de la carlingue. La pénombre laissa deviner une silhouette plus courte que la précédente. C'était cette fois une femme, car l'uniforme de pilote tout à fait similaire à celui de son collègue, laissait discrètement voir ses courbes. Elle n'avait toutefois pas de lunettes d'aviateur, ce qui permettait de mieux voir son visage.

- C'était pas évident, de se poser ici, commenta le premier des deux pilotes à être sorti.

- Commence pas à te plaindre, répondit le second pilote en le fixant sévèrement.

Sans tenir compte de l'avertissement, le premier pilote s'avança vers Mihawk. Il lui tendit la main, pour une poignée virile.

- Comment va Clansey ? Demanda le pilote.

- Plutôt bien, ma foi, répondit le Corsaire.

- La dernière fois que je l'ai vu, il se faisait encore martyriser par Søren parce qu'il négligeait son travail, expliqua le pilote en rigolant.

- Ça ne m'étonne pas, sourit Mihawk.

Le second pilote s'avança à son tour.

- Ça faisait longtemps.

- Quelques années, au moins.

Le Corsaire se tourna vers ses locataires.

- Zoro, Perona, je vous présente Hareton et Ludmilla. Ce sont des révolutionnaires, qui doivent aller à Kazanonsen, pour une mission.

- Un Grand Corsaire, acoquiné avec des révolutionnaires ? Demanda Zoro, haussant le sourcil qui surplombait son œil valide.

- Officiellement, je ne connais pas ces personnes. Et il n'y a qu'officiellement, que je suis un Corsaire. Je serais mort sans ces gens-là, et beaucoup d'entre eux seraient morts, sans moi. Disons que nous avons un objectif … convergeant, eux et moi.

- Bidonjour ! S'exclama jovialement Ludmilla.

- Bidonjour, ajouta Hareton, avec un flegme presque trop marqué.

- Euh … Bonjour … marmonna Perona, déconcertée.

- Bonjour … Grogna Zoro.

- Tu es Zoro ? Le vrai Roronoa Zoro, le chasseur de pirates? Demanda Hareton, en s'approchant de lui.

- Lui-même et en personne, rétorqua le bretteur avec une méfiance presque palpable.

- Robin a parlé de toi.

- Tu connais Robin ?

- Bien sûr, que je la connais ! Tout les révolutionnaires la connaissent, maintenant ! Répondit Hareton presque en rigolant, comme s'il s'agissait d'une blague.

- Bref, coupa Ludmilla d'un ton autoritaire. Faudrait peut-être qu'on décolle avant l'aube, t'en penses quoi ?

- J'arrive, j'arrive, dit Hareton en retournant en direction de son appareil.

Ludmilla, après avoir salué les voyageurs, les amena en direction des avions.

- Laisse-moi leur présenter, supplia Hareton, en s'agenouilla mains jointes, devant sa coéquipière.

- Vas-y, déclara-t-elle en soupirant. Mais t'as intérêt à faire vite.

À peine avait-elle terminé sa phrase, qu'Hareton était déjà debout. Il brandit sa lanterne en direction de son appareil. C'était un engin monoplace, long de neuf mètres et d'une envergure de dix. Le bout des ailes était arrondi.

- Voilà mon appareil, déclara Hareton avec fierté. Il s'agit d'un A6M1, il n'y en a que quatre dans le monde. Mais c'est un nom à la noix, oubliez-le. Peu importe la couleur de la veste, tout le monde qui sait ce qu'est cet engin l'appelle un chasseur Zero. Le meilleur bombardier léger jamais construit, je vous dis !

Puis, il se dirigea vers l'appareil de sa coéquipière.

- Et voici un B17, aussi appelé Flying Fortress. C'est un bombardier lourd, mais celui-ci a été aménagé pour le transport.

Sa voix était subitement beaucoup moins enthousiaste.

- Tu pourrais faire preuve d'un peu plus d'entrain ! S'exclama Ludmilla. Je vais finir par croire que tu tiens plus à cet avion qu'à moi !

- Je regrette parfois que ce ne soit pas le cas, répondit Hareton, en regagnant le cockpit de son appareil.

- Quel rustre … Soupira sa coéquipière. Bon, ça va être l'heure de décoller. Si vous voulez bien embarquer.

Elle ouvrit la porte dans la carlingue par laquelle elle était sortie, et invita ses voyageurs à prendre place.

- Pourquoi deux avions ? Demanda Perona, en passant la porte.

- Mesure de sécurité, répondit Ludmilla. Au-dessus de Grand Line, on n'est pas les seuls à voler. Et pas les plus gros.

- Plutôt rassurant, maugréa Zoro.

La pilote leur indiqua où poser leurs bagages, puis leur montra leur place. Un court instant plus tard, un bruit de moteur déchira l'air.

- Décollage imminent, dit Ludmilla sans se retourner.

L'appareil pivota de manière à profiter du maximum de distance sur la bande de terrain dégagé qui encerclait le château. Venant de la droite, le bruit des moteurs de l'appareil d'Hareton s'éloignait.

- Il a décollé, dit Mihawk.

- Et nous aussi ! S'exclama Ludmilla.

À peine avait-elle achevé sa phrase, que l'appareil s'élança vers l'avant, avec une vivacité que Zoro n'aurait jamais crue possible pour un tel engin.

- J'ai toujours rêvé de pouvoir voler dans les airs … Soupira Perona d'un ton rêveur, en regardant par le hublot.

- C'est ce que tu fais pourtant tout les jours, marmonna Zoro avec un regard noir.

- J'essayais d'être poétique ! Répliqua Perona, agacée.

Les premières minutes du vol se déroulèrent sans encombre. Cependant, à peine avaient-ils quitté la vue de l'île, qu'ils virent le bombardier d'Hareton piquer en chandelle vers le ciel.

- On prend de l'altitude, dit Ludmilla à ses passages.

Elle tira sur le manche à balai de son appareil, et Zoro crut que la gravité allait s'inverser. Ils restèrent à la verticale pendant de longues minutes. Perona faisait de son mieux pour rassembler ses boucles folles, Zoro essayait de paraître le plus impassible possible alors qu'il était affecté par la poussée de l'accélération et Mihawk dormait. Aucune émotion ne transparaissait sur son visage, si ce n'était sa sérénité habituelle.

- On n'a pas tous les mêmes valeurs, visiblement, maugréa le bretteur.


Peu avant le terme de l'ascension, les appareils s'enfoncèrent dans une épaisse couche nuageuse. Juste après l'avoir traversée, ils reprirent leur vol à l'horizontale.

- Bienvenue à bord du vol Obscuria - Kazan'onsen, annonça Ludmilla, en imitant le ton drd hôtesses qui accueillaient les voyageurs sur les ferries de certaines compagnies privées. Nous vous remercions d'avoir choisi la compagnie Revolutionnary Express, et vous souhaitons un bon voyage !

- On est au-dessus de la mer de nuages ? Demanda Zoro, après un rapide regard par le hublot.

- C'est exact, et on va encore monter un peu. Il y a des choses qui se cachent dans ces nuages, et qui n'apprécient pas vraiment les avions.

C'est alors qu'un détail revint à Zoro. Il s'avança sur son siège.

- J'y pense ! Hareton et toi, vous venez …

- On vient des îles célestes, en effet. On vient de Skypiea, pour être précis. Même si je suis née à Weatheria, pour être encore plus précis …

De fil en aiguille, Zoro en vint à mentionner son passage à Skypiea, avec le reste de l'équipage. À ce moment, Ludmilla et Hareton étaient déjà sous les nuages, apprit-il. Mais ils avaient eu vent de comment le despote Ener avait été chassé par un équipage d'inconnus. Rencontrer l'un de ceux-là semblait un grand événement pour Ludmilla, et si elle n'avait pas été occupée à piloter, elle aurait sans doute demandé un autographe au bretteur.


Vers midi, ils déjeunèrent de sandwiches préparés la veille. Alors qu'ils s'installaient pour digérer, Zoro détecta un mouvement par le hublot. Un mouvement dans les nuages. Alerté, il regarda, ce qui alerta également Mihawk, qui regarda à son tour.

- C'était quoi, ça ? Demanda le bretteur.

- De quoi, ça ?

- Le truc qui vient de bouger dans les nuages !

L'instant d'après, la surface nuageuse gonfla, à une centaine de mètres devant l'appareil. Sous les yeux étonnés des passagers, en sortit un immense oiseau au plumage bigarré. Il s'agissait d'une espèce très peu connue à la surface, mais que les célestiens semblaient connaître. Au même moment, l'escargophone de bord se mit à sonner. Ludmilla prit la communication : il s'agissait d'Hareton.

- Il est pas tout seul ! Il est pourchassé ! S'exclama l'autre pilote, à travers l'animal de communication.

- Poursuivi par quoi ?

- Je sais pas, mais ça a l'air gros !

Au moment où Hareton terminait sa phrase, un rugissement fendit l'air. Le visage de Ludmilla devint livide, et elle se retourna lentement vers ses passagers.

- Accrochez-vous, ça va secouer !

L'avion se renversa, volant sur le dos. Avant de disparaître dans les nuages, Zoro eut le temps de voir deux grandes ailes battre l'air. Puis, la pénombre de la couche de nuages.


- Qu'est-ce que c'était ? Pressa Perona, dont le cœur n'avait pas apprécié la surprise.

- Je crois que tu n'as pas envie de savoir, répondit Ludmilla. Moi non plus, d'ailleurs.


Le reste du voyage se déroula à peu près sans encombre. Le soleil commençait à se coucher, lorsqu'ils amorcèrent la descente vers l'île. En repassant sous la couche nuageuse, ils découvrirent Kazanonsen, en contrebas. À cette altitude, l'île ne leur apparaissait pas plus grosse qu'un petit gravillon, mais à mesure qu'ils descendaient, l'île s'élargissait. Quand ils furent capables de distinguer les bâtiments des zones non construites, quelque chose attira le regard de Mihawk.

- Les vacances risquent de ne pas être aussi calmes que prévu, dit-il.

- Pourquoi donc ?

- Regardez attentivement dans le port. Regardez la couleur des bateaux. Ce sont des vaisseaux de guerre de la Marine, il y en a toute une flotte.

- Ma parole, mais c'est vrai, s'étonna Ludmilla, qui n'avait visiblement pas prêté attention à ce détail.

Elle regarda attentivement l'île qui s'agrandissait.

- Et ça, sur le côté, c'est normal ?

Elle désigna du doigt une grande tour.

- Non. Il n'y avait pas de base de la Marine ici, la dernière fois que je suis venu, commenta Mihawk.

- Pardon ? Demandèrent Perona et Zoro, en choeur. Une base de la Marine ?

- On dirait bien, malheureusement.

Devant l'air atterré de ses locataires, il ajouta :

- Ne croyez pas que ça m'amuse, non plus !

Commentaire de l'auteur Et voilà que se termine ici cette rapide mise en bouche pour le prochain arc, qui contiendra beaucoup d'action ! Encore faudrait-il que je l'écrive ... Bref, je ne fais aucune promesse quand à la sortie du prochain chapitre, je suis déjà beaucoup occupé par mes autres projets en cours, donc ça sortira quand ça sortira ! Je vous supplie de ne pas me lyncher, en attendant >w< En tout cas, j'espère que ce court et médiocre chapitre ne vous aura pas trop déçu de l'attente, je me rattraperai sur la suite ! Banzai !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales