Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Journalistes du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 04/11/2018
  • Revenir de l'avenir
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - dystopie - humour - steampunk - space opera - uchronie - dark fantasy - fiction
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • La Paix
    Mouvement de la Paix du Rhône
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction - policier - humour - imaginaire
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Rindaya
    Boz'Dodor
    Nb de signes : < 12 600 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 07/08/2018
  • #exclusif
    J'ai lu
    Nb de signes : 250 000 - 350 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Sur un malentendu…
    J'ai lu
    Nb de signes : 50 000 - 70 000 sec
    Genre : comédie romantique
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Dystopie
    H2 Fanzine
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : science-fiction - jeunesse
    Délai de soumission : 10/08/2018
  • Cthulhu
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : horreur
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • Femmes de l'étrange
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2018
  • Prix Saint-Nicolas du Conte de Noël
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 25 000 sec
    Genre : conte - noël - tout public
    Délai de soumission : 15/09/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Amateurs de KPOP, cette nouvelle devrait vous plaire !
 par   - 784 lectures  - 2 commentaires [16 juin 2018 à 18:29:29]

Sur mashable FR une nouvelle a retenu mon attention :
L’anglais ne sera bientôt plus la langue universelle de la pop music

Il semblerait que le coréen devienne l'une des langues les plus écoutées au États-Unis avec l'espagnol.

 

Google et les données...
 par   - 417 lectures  - Aucun commentaire

Depuis quelques mois j'ai supprimé Google Analytics du site. J'y perds en analyse, mais gangne en vitesse et c'est un suivi de moins par Google.
Dès que Google a fourni un outil pour se conformer au RGPD j'y ai désactivé le suivi pour la personnalisation des pubs.

Ça signifie, par exemple, que vous ne devriez plus voir de pub correspondant à ce que vous regarder sur d'autres sites.

Le plagiat des livres, parlons-en
 par   - 610 lectures  - Aucun commentaire

Le plagiat des livres, parlons-en. Suite aux nombreuses affaires de plagiat dans lesquelles nous sommes intervenus avec Manon, je me suis dit qu’il serait important de vous en informer. Ce sujet touche autant les écrivains en herbes que les auteurs confirmés. Hélas, de nombreuses personnes ignorent les enjeux du plagiat. Dorénavant, vous serez informés. J’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter que le plagiat continue à se répandre dans le futur.

Qu’est-ce que le plagiat ?

Tout d’abord, le plagiat est une faute d'ordre moral, civil ou commercial. Elle consiste à recopier ou à s’accaparer une oeuvre sans le consentement sur papier de l’auteur, ou de l’éditeur s’il y a, avec sa signature à l’appui. Un simple mail ne suffit pas. De plus, prévenir que l’oeuvre n’est pas la nôtre, car nous avons copié-collé le livre d’untel, c’est tout bonnement avouer un délit.

En d’autres mots, plagier, c’est copier/coller une oeuvre en modifiant ou non l’oeuvre originale (nom, sexe, univers…). Plagier, c’est aussi reprendre entièrement un scénario. De même que plagier, c’est traduire une oeuvre sans l’autorisation signée de son auteur original. En agissant ainsi, le plagieur contribue, inconsciemment ou non, à une faute juridique grave : un non-respect des droits patrimoniaux et moraux de l'auteur original. De ce fait, au risque de le répéter, le plagiat est considéré comme un délit. En s’y adonnant, le plagieur risque :

Selon le Code pénal :

L'article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle prévoit que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Le plagieur risque :

○ 2 ans d'emprisonnement
○ 150 000 € d'amende pour dommage et intérêt
○ Peine civile voire même pénale si l'auteur qui en est victime a un bon avocat

De plus, les auteurs connus comme Gilles Legardinier ou Guillaume Musso, ont une certaine notoriété et emprise sur le marché du livre. Lorsqu’ils en publient un, les gens vont se ruer dessus. Ils connaissent leurs styles d’écriture et savent qu’ils ne seront pas déçus. Par conséquent, leurs oeuvres seront bien vendues. Si l’éditeur apprend que leurs écrits sont mis gratuitement à disposition sur un site, il ne va certainement pas apprécier. De ce fait, il peut attaquer le plagieur en justice. En raison d’un bon avocat, le verdict sera bien plus important que 150 000 € d’amende ou 2 ans d’emprisonnement.

Ce qu’il faut savoir sur les auteurs et le plagiat

L’auteur, connu ou non, choisi tout lorsqu’il écrit son histoire. Cela passe du nom des personnages, aux caractères et caratéristiques physiques en passant par les lieux, les nationalités, etc. Il passe du temps à mettre en place son scénario, à choisir ses mots, à écrire ses phrases. En somme, faire en sorte que ce soit cohérent. Cette phase d’invention et d'écriture peut aussi bien être courte que durer des années.

Imaginez seulement sa réaction lorsqu’il apprendra qu’un de ses lecteurs a tout bonnement repris l’histoire, pire, l’a déchiquetée en un temps record juste pour la reprendre, par exemple, avec son pairing favori. Ou juste simplement la faire partager à des lecteurs. Comparez trois ans de dur labeur et de stress à… cette misère.

De plus, si le livre a été traduit, copier/coller le travail du traducteur, c’est aussi le voler. Le plagier. Pour rappel, le travail d’un traducteur c’est de de comprendre le sens qu'a voulu donné l'écrivain à sa phrase et la retransmettre au mieux dans sa langue à lui, garder la cohérence. Ça prend du temps.

Par contre, nous ne pouvons rien faire lorsqu’une oeuvre, comme par exemple, Alice aux pays des merveilles, se trouve sur un site gratuit. Ou toute autre oeuvre ancienne. L’histoire devient un bien public 70 ans après la mort de l’auteur.

En résumé

Généralement, lorsque nous souhaitons partager une oeuvre que nous avons appréciée, le plus simple est d’en parler, par exemple, à la fin d’un chapitre. Vouloir la partager en la copiant-collant, non. Même si l’auteur ne répond pas au message. Je dis ça, parce qu’une personne m’a répondu ainsi. De plus, lorsque nous citons un auteur, nous devons le mettre avec les guillemets et la référence bibliographique. Cela se rapporte à des bouts de lignes, et non à un livre entier.

Pour rappel, Wattpad et Fanfic-fr avaient lancé leur site pour que les auteurs fassent connaître leur oeuvre. Et non celle d’un autre.

Maintenant que vous le savez, j’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter cela. Prévenez-moi en cas de doute. J’interviendrai pour en informer le plagieur. S’il ne souhaite pas supprimer l’histoire plagiée (oui, il y a des gens têtus et immatures), j’inviterai les administrateurs à s’en occuper.

Au nom du respect, je vous en prie.

STOP AU PLAGIAT
(#contreleplagiat)

Petites informations supplémentaires :

○ Sachez que si le plagieur écrivait ses propres fictions, je ne l’empêche absolument pas de les continuer. Au contraire. Mais, il doit supprimer l’oeuvre plagiée.

○ De plus, je n’ai rien contre les personnes imaginant d’autres personnages lorsqu’elle lise un livre, avec par exemple, leur pairing favori. Néanmoins, elles n’ont pas le droit de reproduire leur envie, à moins de s’inspirer de l’oeuvre pour écrire leur fanfiction.

Le Discord de la Ligue des Chroniqueurs vous ouvre joyeusement ses portes !
 par   - 843 lectures  - 1 commentaire [21 mai 2018 à 22:43:44]

Bonjour à toutes et à tous !

Je suis Etsukazu, un humble auteur de fanfictions du fandom Naruto, et je viens vous annoncer que le groupe Discord de la Ligue des Chroniqueurs, formé il y a quelques mois, s’ouvre officiellement à la communauté de Fanfic-Fr.

Envie de discuter avec les auteurs de vos fandoms favoris ? Ce groupe est fait pour vous.

Naturellement, vous vous demandez aussitôt tous ce qu’est un groupe Discord (Non ? Mince alors !), mais surtout, qu’est-ce que la Ligue des Chroniqueurs ? Laissez-moi donc vous répondre dans l’ordre.

Discord est une plateforme de discussion instantanée dont l’interface permet des discussions écrites élaborées aussi bien que des discussions vocales. Cette application est très utilisée par les communautés de joueurs de jeux vidéo, quels que soient leurs genres, et elle a été conçue principalement pour eux – en premier lieu – toutefois, son utilité ne se cantonne pas à eux. Effectivement, elle est utilisée par beaucoup de monde, et il se trouve que la Ligue des Chroniqueurs l’utilise également.

La Ligue des Chroniqueurs, quant à elle, est une petite communauté – de 160 membres actuellement – qui regroupe de nombreux auteurs publiant sur Fanfic-Fr comme sur fanfiction.net, ainsi que les lecteurs qui souhaitent venir s’exprimer et échanger autour de notre passion commune qu’est la fanfiction.


Lire la suite...
Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 848 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...
Concours d'écriture by Shaku #1
 par   - 1184 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour, je vous propose un concours d'écriture dont les règles sont plutôt simple. Je répondrais à toutes vos questions si vous en avez.

Par contre, sachez avant toute chose que je m'excuse envers les personnes n’habitant pas en France. Je ne peux accepter votre texte, car je ne pourrais pas financer les frais de port si jamais vous gagnez un lot... Cependant, vous pouvez participer si vous ne souhaitez rien gagner !

Le principe de ce premier concours

• Ce concours est anonyme.
○ Les participants m'enverront leur texte par mail en PDF à cette adresse (morganeperro@outlook.fr)
○ Titre du mail : Prompt#1 + Titre de leur fiction + n° du prompt
○ Le titre de leur fiction devra être au-dessus du corps du texte. Ce nombre de mot ne sera pas compris dans la limite autorisée.

• Écrire une fiction entre 3000 et 10 000 mots sur la base d’un prompt choisi au préalable à partir du 15 avril sur le document google indiqué en bas de la page.
○ Le prompt choisi doit être libre au moment de la réservation. Dans le cas contraire, choisissez un autre prompt où il n’y a pas marqué (réservé par « nom »)

Mais… qu'est-ce qu'un prompt ?
• Un prompt c’est un petit plan ou idée de quelques lignes pour écrire une fiction. On remplace aussi "A", "B", ect, par le nom du personnage.

○ Exemple :
• A et B se promènent dans la forêt et se font téléporter par des extra-terrestres. Comment vont-ils s'en sortir sans que ces monstres ne décident de copuler avec eux ?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

One Piece

Memento Mori
[Histoire En hiatus]
Auteur: Linksys Vue: 29164
[Publiée le: 2013-01-11]    [Mise à Jour: 2015-04-08]
R  Signaler Romance/Amitié/Lime/Lemon Commentaires : 55
Description:
[Souviens-toi que tu vas mourir.]

Zoro et Perona. Deux ans de cohabitation sur une île pas très grande. Mais qu'a-t-il bien pu se passer ? En voilà le récit !

NEWS 08/04 : Vous n'y croyiez plus ? Eh bien, voici venir le chapitre 57 ! Banzai !

♦ AVANCEMENT :
Chap. 58 : 10%
Crédits:
Tout l'univers décrit et les personnages présents sont la propriété de Eiichiro Oda, sauf quelques personnages et lieux inventés par mes soins.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Poulet aux champignons et problèmes de douche

[3169 mots]
Publié le: 2014-05-09Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Le cinquante-et-unième chapitre ! Un peu de fun ! Beaucoup de lemon ! Bonne lecture ! (oui, il y a une scène de lemon mal écrit au milieu du chapitre, j'ai balisé le tout pour éviter les surprises)

- C'est absolument fameux, décréta Mihawk, après s'être resservi une généreuse platée de la volaille aux champignons préparée par Perona.

- Ge chuis d'accord, renchérit Zoro, qui ne pouvait attendre la fin de la mastication pour affirmer son accord.

Flattée de ces compliments, la cuisinière se sentit fière d'elle. Elle n'était en général pas douée pour les tâches ménagères, mais au moins, la cuisine, elle savait y faire.

Le volatile avait été acheté la veille lorsque Mihawk était parti en mer pour acheter des vivres, et les champignons étaient bien évidemment ceux que Perona et Zoro étaient sorti cueillir en fin d'après-midi. La jeune femme avait aussitôt décidé de ce qu'elle allait préparer pour les "deux autres idiots incapables de survivre seuls" (qui n'étaient autres que Mihawk et Zoro). Il s'agissait en l'occurrence d'une vieille recette jadis enseignée par sa mère, et dont elle avait oublié certains détails d'accompagnement avec le temps. Mais le résultat fut tout de même très bon, ne serait-ce qu'à en juger par la propreté des assiettes et du plat à la fin du repas.

- On serait morts depuis longtemps, sans toi, commenta le bretteur après avoir repoussé son assiette.

- Vous ne seriez pas même nés, sans les femmes, fit observer la jeune femme.

Zoro ne releva pas la pointe d'esprit, et continua, s'adressant à Mihawk pour continuer.

- J'y pense, avant que Perona ne condescende enfin à nous préparer à manger, on ne mangeait que de la conserve, matin, midi, soir, et même au goûter, et ça fait au moins huit ans que vous êtes ici ... Depuis tout ce temps, vous vous contentez de patates et de pâtes à l'eau ?

Le Corsaire s'offrit bien le temps de siroter le restant de sa coupe de vin rouge, avant de prendre la parole.

- Les patates et les pâtes à l'eau, comme tu dis, m'ont mainte fois sauvé la vie, en pleine mer. Mais ici, je n'ai jamais eu à me rationner de la sorte. N'oublie pas que l'île civilisée la plus proche, Mirre, est à moins d'une demi-journée de navigation, il y a toujours à manger là-bas. Et puis, tu ne t'en est peut-être pas rendu compte, mais les eaux qui baignent l'île sont très poissonneuses, et la forêt abrite bien d'autres animaux que des Humandrilles. J'ajouterai que ...

Il hésita un quart de seconde avant de révéler cette information, mais cela n'échappa ni à Perona ni à Zoro.

- J'ai parfois disposé d'un service de cuisine particulier, à certaines occasions.

Pour signifier la fin de la conversation, il mit ses couverts dans son assiette, se leva et amena le tout dans la cuisine. Comme c'était son soir de vaisselle, Zoro et Perona lui amenèrent le restant des couverts.

Une fois la table entièrement débarrassée, Zoro commença de retourner au confort de son canapé en cuir, et Perona fit mine de vouloir le rejoindre pour s'installer sur ses genoux et se blottir contre lui. Mais cela fit rappeler au bretteur qu'il devait aller à la douche.

- Désolé, faut que j'aille me laver, dit-il en s'éclipsant.

Perona voulut protester contre ce départ intempestif, mais ne put rien changer à la volonté du bretteur, qui eut bientôt quitté la pièce. D'autres pensées fleurirent dès lors dans l'esprit de la jeune femme, qui s'efforça de les chasser. Pour ce faire, elle se plongea dans la lecture que Zoro avait abandonnée derrière lui, ouverte et retournée sur le bras droit du fauteuil. Elle ne fut guère surprise de lire le nom de plume de son père, Louis Walter, sur la couverture : avant même que Zoro ne sache que ce n'était que le pseudonyme du père de Perona, les livres dudit papa figuraient déjà parmi les préférés du bretteur. Le titre sur la couverture était ARRIVEDERCI (N.B. : cela signifie "au revoir" en italien) tout en majuscules. Elle l'ouvrit, car elle n'avait jamais lu auparavant ce que les critiques avaient unanimement considéré comme le dernier grand ouvrage de Louis Walter. Elle put lire, en première page, la dédicace suivante : "À P.S.A.N.A., ma fille, et comme toujours, à ma femme". Elle repensa un court instant à sa famille, pour la première fois depuis longtemps, sinon depuis sa crise de souvenirs. Elle savait, pour l'avoir lu l'an passé dans le journal, que son père n'écrivait plus, mais elle ne savait pas, au contraire, si sa mère était toujours la directrice du site de production Criminal de West Blue. Elle se demanda également un court instant ce que ses parents penseraient en la découvrant, devenue femme, pirate et femme de pirate. Son père se gonflerait d'orgueil, car même si cela allait à l'encontre de la philosophie de sa mère, il avait toujours souhaité que sa fille réussisse là où elle voulait réussir. Mais sa mère, justement, bien que n'ayant jamais eu aucune velléitè de contrôler l'avenir de sa fille, ne serait pas des plus heureuses de voir sa petite fille adorée devenue une dangereuse hors-la-loi. Et aucun d'eux ne le savait, mais le titre du livre que Perona lisait prendrait tout son sens bien avant la fin.


Une fois nu, Zoro se hâta de rejoindre la baignoire, et tira le rideau. Il hésita un court instant entre bain et douche, et opta pour le second choix, plus rapide. Il enclencha le mitigeur et se laissa submerger par le flux de l'eau brûlante. Il se sentit revivre alors que l'eau coulait sur lui. L'entraînement serait rude, demain, mais tel un mur sale sous la pluie, toutes ses pensées, qu'importe leur nature et leur objet, furent rincées par l'écoulement de l'eau. Il releva la tête, exposant son visage au jet de la douche. Sa cicatrice le picota. Il n'y pensait plus du tout, mais il était réellement devenu borgne suite à sa première rencontre avec Illjoe. Cependant, le globe oculaire en lui même n'avait été qu'endommagé en surface par la pointe effilée de la lame, et il gardait l'espoir de retrouver un jour la vue par cet oeil.


(L'auteur se permet de vous signaler aimablement que le lemon commence maintenant)


Il se passa une dizaine de minutes pendant lesquelles Perona resta assise sur le fauteuil de Zoro, trop occupée à penser pour pouvoir donner du sens aux suites de pictogrammes qui défilaient incessament sous ses yeux, à mesure qu'elle tournait inconsciemment les pages du livre. Que faire, que penser ? La moitié droite de son cerveau se demandait ce qu'elle allait bien pouvoir faire comme bentô pour le lendemain, et la moitié gauche se demander ce qu'elle allait bien pouvoir faire à Zoro lorsqu'elle l'aurait rejoint dans la salle de bain. Imaginer cette première expérience externe à la douceur de la chambre la faisait frissoner d'excitation, même si la salle de bain restait assez classique comme endroit. Finalement, après avoir pensé qu'elle risquait d'arriver trop tard, elle se leva en trombe et courut à la salle de bain, ou plutôt en y lévitant, pour éviter de produire un bruit de course audible aux quatre coins du château. Une fois devant la porte, elle se posa doucement, et poussa l'épais battant de manière tout aussi délicate. Fort heureudement, Zoro était toujours sous la douche, ce qui non seulement ne contrariait pas les idées de la jeune femme, mais aussi lui permettait une approche des plus discrètes.

Elle eut un grand mal à ôter ses bottes rouges sans causer de cataclysme, mais une fois les chaussures enlever, elle s'effeuilla avec facilité, et bientôt, il ne restait plus que ses cheveux pour couvrir ses charmes, ce qui en fait en couvrait bien peu. Son coeur battait la chamade, comme avant de faire sciemment une bêtise. En passant devant le miroir, un détail l'interpella, un détail des plus anodins. Ses cheveux recommençaient à boucler, faute de les avoir tenus lisses ces derniers jours. Mais cela n'allait rien changer à ce qu'elle s'apprêtait à faire.

Zoro allait se saisir du shampooing quand soudainement, un bruit infinitésimalement supérieur au bruit de la douche le fit sursauter. Sur ses gardes, il se retourna, pour découvrir que Perona, toute nue, tirait le rideau pour se permettre d'entrer derrière lui.

- M-mais ... Qu'est-ce que tu fais ... Là ? Bredouilla-t-il, hagard.

- Je viens prendre ma douche avec toi, on gagnera du temps et de l'eau, se justifia-t-elle.

Et elle fut la première impressionnée par son aplomb. En temps normal, il ne lui en aurait pas fallu plus pour déguerpir à toutes jambes, mais il y avait trop de temps qu'elle fantasmait sur ça pour se permettre de se défiler ainsi.

- Et puis on pourra se frotter le dos, affirma-t-elle, en feignant de se presser contre Zoro après avoir enjambé le rebord de la baignoire.

- Tu voudrais pas frotter autre chose d'autre, toi ? Rétorqua suspicieusement le bretteur.

- Comme si ça te gênait !

Et sur ces mots, elle palpa sans ménagement la virilité de Zoro, qui s'érigeait déjà avant le contact.

- Non, ça ne me gêne pas, au contraire ...

Une telle perche ne pouvait être ratée.


Contre toute attente, et au grand dam de Zoro, Perona s'en tint tout du long à se savonner elle-même et à frotter le dos du bretteur.

Après avoir fini de se laver, Perona se tourna vers son chéri, et lui dit :

- À toi de me frotter le dos maintenant ...

Et rajouta, voyant qu'il prenait le gant de toilette :

- Avec tes mains !

Loin d'être décu, Zoro s'y plia avec une joie presque dissimulée. Après s'être versé un peu de savon-douche au creux de la main, il commença par de grands gestes circulaires entre les omoplates. Puis il descendit timidement le long du dos, et décida une limite à peu près à hauteur des reins, pour ne pas déborder de manière incontrôlée. Mais, alors qu'il lui frottait le bas du dos, au ras de sa limite imaginaire, il entendu Perona lui chuchoter :

- Tu peux frotter plus bas, aussi ...

N'y croyant pas au début, Zoro fini par s'enhardir, mais la gêne qui le dominait le fit déplacer ses mains jusque sur les hanches de son amoureuse, plutôt larges pour sa carrure frêle et toute en courbes. Amusée, Perona lui saisit les poignets et les dirigea plus avant, en direction de son bas-ventre. C'est alors qu'il se passa plusieurs choses en très peu de temps. Zoro fit pivoter Perona vers lui, la serra dans ses bras et l'embrassa, puis il l'adossa au mur, saisit sa jambe droite et la releva pour permettre l'union, étant déjà tout prêt à l'office. Le tout sans interrompre le baiser. Mais Perona le rompit, alors qu'elle sentait Zoro, trop hâtif, essayer de s'immiscer en elle. Alors, posant ses deux mains sur son torse, elle le repoussa doucement, d'un demi-mètre. Incompréhensif, il protesta.

- Cette fois, laisse-moi faire, dit-elle avec fermeté. Tu ne me laisses pas assez le dessus, alors j'ai décidé de le prendre moi-même, pour cette fois.

Zoro comprit ce qui allait lui arriver quand, le repoussant encore un peu, Perona s'agenouilla à ses pieds.

- Tu ne vas pas ... ?

- Si ... Je vais le faire ... Juste avec ma bouche.

Cependant, un genre de timidité la bloqua juste avant d'entamer le geste, presque comme la crainte inhérente à une première fois. Elle n'était pas impressionnée ni par la quinzaine de centimètres du désir de Zoro, ni par l'aspect de ce désir, car après tout elle l'avait souvent eu entre les mains, sinon entre ses cuisses, durant le mois écoulé. Mais le prendre dans sa bouche, ça, c'était totalement nouveau, et pour les deux.

Rien ne pressant, la jeune femme commença par quelques mouvrments de main le long du membre déjà rigide, puis elle passa ses doigts autour de l'épaisseur vert foncé - manifestement plus sombre que la courte chevelure du bretteur - qui dissimulait efficacement toute la peau de l'entrejambe.

- Tu sais, rien t'obli ... Commença le bretteur, lorsque sans prévenir, Perona posa les lèvres sur son gland. Aussitôt après, elle les avança de quelques centimètres, et Zoro apprécia tellement cette nouvelle sensation qu'il oublia sa phrase.

Le mouvement se réitéra mais en arrière.

Pour Perona, c'était une activité très spéciale et elle n'en retirait aucun plaisir autre que celui qu'elle trouvait en contentant le bretteur. Tout ce qu'elle sentait, physiquement, c'était la chaleur émise par le bretteur, et les tressaillements du membre lorsqu'elle avançait de nouveau. Pour peu de se concentrer, elle parvenait à sentir vaguement sur sa langue le compliqué réseau de veines qui couraient et battaient sous la peau. Pour Zoro, c'était moins doux et jouissif qu'un rapport normal, mais c'était mieux dans le sens où il était passif et où Perona avait tout pouvoir sur son plaisir. Il craignait pour le déroulement de la fin, mais préféra s'oublier au mouvement un peu plus rapide exercé par Perona.. Bientôt, il ne percevait plus que les sensations de son bas-ventre, qui irradiaient dans tout son corps. Par moments, également, il sentait la langue de Perona venir frotter contre son gland, ce qui, loin de lui déplaire, ne faisait que décupler l'effet prodigué.

Cependant, au bout de quelques minutes, il sentit Perona interrompre le mouvement. Intrigué, il voulut s'en informer, mais elle le devança ...

- Pardonne-moi ... Il faut que je m'habitue, c'est ... Pas évident.

Pendant les secondes suivantes, elle s'occupa de lui à la main avec application, avant de retrouver son courage et d'y revenir. En reprenant le geste, elle sentit les mains de Zoro, fébriles, venir se poser sur ses épaules. Alors, elle les prit dans les siennes et les plaqua au mur, de manière à empêcher toute intervention, de l'un, comme de l'autre. De plus, elle se permit d'augmenter l'amplitude du geste en acceptant quelques centimètres supplèmentaires, ce qui ne tarda pas à faire réagir le bretteur.

Après près de dix minutes de stimultion, Perona commença à songer à la fin de cet acte, et ce qu'elle ferait alors. Le livre avait été très clair sur les informations données. Recevoir directement la semence, au dénouement, lui semblait une idée assez étrange, mais la faire disparaître lui paraissait encore plus étrange. D'un côté, elle considérait ça comme un geste pervers et bizarre qu'elle ne pouvait se forcer à faire, mais d'un autre côté, il y avait cette curiosité presque malsaine qui l'avait déjà mise dans la situation actuelle, cette curiosité qui voulait savoit si Zoro allait apprécier, qu'elle le fasse ou pas.

Peu à peu, Zoro se sentait quitter le monde matèriel, à mesure que ses sensations s'intensifiaient. C'était différent de d'habitude, car d'habitude, c'était de lui que découlait leur rythme d'ascension (Perona, plus rarement, aimait à occuper le dessus). Or donc, en l'occurrence, il était totalement passif, seule Perona décidait de l'accomplissement. Et il s'y sentait arriver peu à peu. À mesure qu'il en approchait, il commença à gémir et à se tortiller, en quelque sorte. Cela n'échappa pas à la jeune femme, qui alternait main et lèvres sur ces dernières minutes. Elle le sentait se raidir plus encore dans sa bouche, et le souffle du bretteur se faisait de plus en plus court.

- Ça va ... Commença-t-il.

Il termina dans un grondement presque sourd, sans se soucier sur le moment de savoir où il s'était écoulé. Les sensations qui le parcouraient encore étaient trop intenses pour lui permettre de penser à autre chose que ce que Perona venait de lui faire découvrir. En se redressant, la jeune femme passa sa main sur les testicules de Zoro, puis enserra une dernière fois le sexe déclinant du bretteur, récupérant au passage d'ultimes traces de plaisir. Et elle se colla contre lui avant de l'embrasser sans lui demander son avis.

- Préviens-moi un peu avant, la prochaine fois, lui dit-elle, en souriant.

En se reculant de quelques centimètres, Zoro put voir la fin de son oeuvre répandue entre le haut de la poitrine et la gorge de sa partenaire, les premiers assauts ayant atteint l'angle du menton.

- Je ... Désolé ... Se répandit-il en excuses, confus.

- C'est bien la première fois que ça te gêne ! S'esclaffa Perona. Quand c'est sur ma main ou mon ventre, du moins.

Sans attendre de réponse, elle actionna le mitigeur, et un flot d'eau brûlante s'abattit sur eux.


(l'auteur se permet de vous signaler aimablement que le lemon se termine ici)


En quittant la salle de bain, Perona brisa enfin le silence réciproque qui s'était installé dès la fin de leur petit jeu.

- Tu ... C'était ... Bien ?

- Si j'avais eu à me plaindre, je l'aurais fait avant, répondit calmement Zoro, tout en faisant jouer la clenche de la porte pour refermer celle-ci discrètement.

Perona prit ça pour un oui (ce qui en était effectivement un), et, toute fière de cette première réussite, se promit de réitérer l'expérience ultérieurement.

Ils se rendirent rapidement à la chambre, et y entrèrent sans plus tarder. Perona, qui avait passé sa chemise de nuit pour sortir de la salle de bain, se glissa directement sous les couvertures, mais elle dût attendre Zoro, qui s'était refroqué rapidement pour quitter la pièce. Mais celui-ci ne tarda pas à ôter le fameux froc (du reste il était sorti torse nu) et à rejoindre la place qui était la sienne, sous les couettes, près de Perona. Et dire qu'il y a à peine six mois, alors qu'il dormait encore dans un coin avec son bon vieux hamac, Zoro n'aurait jamais osé espérer rêver de venir partager le lit avec l'occupante, même sous l'emprise de stupéfiants. Et dire que dans quelques instants, il allait sans doute être autorisé à retirer à cette même occupante sa chemise de nuit, pour continuer les activités de la salle de bain ...

Il n'y eu pas de suite véritable, car Zoro souhaitait se reposer avant la reprise de l'entraînement. Perona, n'étant pas de cet avis, dut attendre le sommeil du bretteur avant de remédier par elle-même à ses envies. Puis, sans avoir remis sa nuisette, elle se serra contre son amoureux, qui dormait déjà à poings fermés. Et elle pensa à son avenir à court et moyen terme avant de s'endormir.

Commentaire de l'auteur Et voici pour ce nouveau chapitre indécent ! Pour en parler un peu, c'est un lemon qui a mis du temps à être élaboré, car je ne voulais écrire ni une deuxième première fois, ni une routine redondante, alors mon choix s'est porté sur quelque chose qu'ils ne connaissaient pas encore. Désolé si le texte vous paraîtra brut et mal dégrossi, je m'en excuse, ma carrure ne me permet pas de faire de la dentelle x) Bref, le chapitre 52 est en bonne voie, j'ai de bonnes idées pour dans l'immédiat ;) Bonne lecture, merci d'avoir attendu une semaine, merci à ceux qui sont là depuis janvier 2013 (je les oublie trop souvent), merci à ma dessinatrice qui se donne tant de mal en ce moment pour illustrer mes créations, et à la prochaine fois ! (j'ai bien envie de dire "à la semaine prochaine !" mais rien ne garanti que je serai ponctuel ... x)
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales