Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Journalistes du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : 7 - 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 04/11/2018
  • Revenir de l'avenir
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - dystopie - humour - steampunk - space opera - uchronie - dark fantasy - fiction
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • La Paix
    Mouvement de la Paix du Rhône
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction - policier - humour - imaginaire
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Rindaya
    Boz'Dodor
    Nb de signes : < 12 600 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 07/08/2018
  • #exclusif
    J'ai lu
    Nb de signes : 250 000 - 350 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Sur un malentendu…
    J'ai lu
    Nb de signes : 50 000 - 70 000 sec
    Genre : comédie romantique
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Dystopie
    H2 Fanzine
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : science-fiction - jeunesse
    Délai de soumission : 10/08/2018
  • Cthulhu
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : horreur
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • Femmes de l'étrange
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2018
  • Prix Saint-Nicolas du Conte de Noël
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 25 000 sec
    Genre : conte - noël - tout public
    Délai de soumission : 15/09/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Amateurs de KPOP, cette nouvelle devrait vous plaire !
 par   - 753 lectures  - 2 commentaires [16 juin 2018 à 18:29:29]

Sur mashable FR une nouvelle a retenu mon attention :
L’anglais ne sera bientôt plus la langue universelle de la pop music

Il semblerait que le coréen devienne l'une des langues les plus écoutées au États-Unis avec l'espagnol.

 

Google et les données...
 par   - 348 lectures  - Aucun commentaire

Depuis quelques mois j'ai supprimé Google Analytics du site. J'y perds en analyse, mais gangne en vitesse et c'est un suivi de moins par Google.
Dès que Google a fourni un outil pour se conformer au RGPD j'y ai désactivé le suivi pour la personnalisation des pubs.

Ça signifie, par exemple, que vous ne devriez plus voir de pub correspondant à ce que vous regarder sur d'autres sites.

Le plagiat des livres, parlons-en
 par   - 545 lectures  - Aucun commentaire

Le plagiat des livres, parlons-en. Suite aux nombreuses affaires de plagiat dans lesquelles nous sommes intervenus avec Manon, je me suis dit qu’il serait important de vous en informer. Ce sujet touche autant les écrivains en herbes que les auteurs confirmés. Hélas, de nombreuses personnes ignorent les enjeux du plagiat. Dorénavant, vous serez informés. J’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter que le plagiat continue à se répandre dans le futur.

Qu’est-ce que le plagiat ?

Tout d’abord, le plagiat est une faute d'ordre moral, civil ou commercial. Elle consiste à recopier ou à s’accaparer une oeuvre sans le consentement sur papier de l’auteur, ou de l’éditeur s’il y a, avec sa signature à l’appui. Un simple mail ne suffit pas. De plus, prévenir que l’oeuvre n’est pas la nôtre, car nous avons copié-collé le livre d’untel, c’est tout bonnement avouer un délit.

En d’autres mots, plagier, c’est copier/coller une oeuvre en modifiant ou non l’oeuvre originale (nom, sexe, univers…). Plagier, c’est aussi reprendre entièrement un scénario. De même que plagier, c’est traduire une oeuvre sans l’autorisation signée de son auteur original. En agissant ainsi, le plagieur contribue, inconsciemment ou non, à une faute juridique grave : un non-respect des droits patrimoniaux et moraux de l'auteur original. De ce fait, au risque de le répéter, le plagiat est considéré comme un délit. En s’y adonnant, le plagieur risque :

Selon le Code pénal :

L'article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle prévoit que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Le plagieur risque :

○ 2 ans d'emprisonnement
○ 150 000 € d'amende pour dommage et intérêt
○ Peine civile voire même pénale si l'auteur qui en est victime a un bon avocat

De plus, les auteurs connus comme Gilles Legardinier ou Guillaume Musso, ont une certaine notoriété et emprise sur le marché du livre. Lorsqu’ils en publient un, les gens vont se ruer dessus. Ils connaissent leurs styles d’écriture et savent qu’ils ne seront pas déçus. Par conséquent, leurs oeuvres seront bien vendues. Si l’éditeur apprend que leurs écrits sont mis gratuitement à disposition sur un site, il ne va certainement pas apprécier. De ce fait, il peut attaquer le plagieur en justice. En raison d’un bon avocat, le verdict sera bien plus important que 150 000 € d’amende ou 2 ans d’emprisonnement.

Ce qu’il faut savoir sur les auteurs et le plagiat

L’auteur, connu ou non, choisi tout lorsqu’il écrit son histoire. Cela passe du nom des personnages, aux caractères et caratéristiques physiques en passant par les lieux, les nationalités, etc. Il passe du temps à mettre en place son scénario, à choisir ses mots, à écrire ses phrases. En somme, faire en sorte que ce soit cohérent. Cette phase d’invention et d'écriture peut aussi bien être courte que durer des années.

Imaginez seulement sa réaction lorsqu’il apprendra qu’un de ses lecteurs a tout bonnement repris l’histoire, pire, l’a déchiquetée en un temps record juste pour la reprendre, par exemple, avec son pairing favori. Ou juste simplement la faire partager à des lecteurs. Comparez trois ans de dur labeur et de stress à… cette misère.

De plus, si le livre a été traduit, copier/coller le travail du traducteur, c’est aussi le voler. Le plagier. Pour rappel, le travail d’un traducteur c’est de de comprendre le sens qu'a voulu donné l'écrivain à sa phrase et la retransmettre au mieux dans sa langue à lui, garder la cohérence. Ça prend du temps.

Par contre, nous ne pouvons rien faire lorsqu’une oeuvre, comme par exemple, Alice aux pays des merveilles, se trouve sur un site gratuit. Ou toute autre oeuvre ancienne. L’histoire devient un bien public 70 ans après la mort de l’auteur.

En résumé

Généralement, lorsque nous souhaitons partager une oeuvre que nous avons appréciée, le plus simple est d’en parler, par exemple, à la fin d’un chapitre. Vouloir la partager en la copiant-collant, non. Même si l’auteur ne répond pas au message. Je dis ça, parce qu’une personne m’a répondu ainsi. De plus, lorsque nous citons un auteur, nous devons le mettre avec les guillemets et la référence bibliographique. Cela se rapporte à des bouts de lignes, et non à un livre entier.

Pour rappel, Wattpad et Fanfic-fr avaient lancé leur site pour que les auteurs fassent connaître leur oeuvre. Et non celle d’un autre.

Maintenant que vous le savez, j’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter cela. Prévenez-moi en cas de doute. J’interviendrai pour en informer le plagieur. S’il ne souhaite pas supprimer l’histoire plagiée (oui, il y a des gens têtus et immatures), j’inviterai les administrateurs à s’en occuper.

Au nom du respect, je vous en prie.

STOP AU PLAGIAT
(#contreleplagiat)

Petites informations supplémentaires :

○ Sachez que si le plagieur écrivait ses propres fictions, je ne l’empêche absolument pas de les continuer. Au contraire. Mais, il doit supprimer l’oeuvre plagiée.

○ De plus, je n’ai rien contre les personnes imaginant d’autres personnages lorsqu’elle lise un livre, avec par exemple, leur pairing favori. Néanmoins, elles n’ont pas le droit de reproduire leur envie, à moins de s’inspirer de l’oeuvre pour écrire leur fanfiction.

Le Discord de la Ligue des Chroniqueurs vous ouvre joyeusement ses portes !
 par   - 783 lectures  - 1 commentaire [21 mai 2018 à 22:43:44]

Bonjour à toutes et à tous !

Je suis Etsukazu, un humble auteur de fanfictions du fandom Naruto, et je viens vous annoncer que le groupe Discord de la Ligue des Chroniqueurs, formé il y a quelques mois, s’ouvre officiellement à la communauté de Fanfic-Fr.

Envie de discuter avec les auteurs de vos fandoms favoris ? Ce groupe est fait pour vous.

Naturellement, vous vous demandez aussitôt tous ce qu’est un groupe Discord (Non ? Mince alors !), mais surtout, qu’est-ce que la Ligue des Chroniqueurs ? Laissez-moi donc vous répondre dans l’ordre.

Discord est une plateforme de discussion instantanée dont l’interface permet des discussions écrites élaborées aussi bien que des discussions vocales. Cette application est très utilisée par les communautés de joueurs de jeux vidéo, quels que soient leurs genres, et elle a été conçue principalement pour eux – en premier lieu – toutefois, son utilité ne se cantonne pas à eux. Effectivement, elle est utilisée par beaucoup de monde, et il se trouve que la Ligue des Chroniqueurs l’utilise également.

La Ligue des Chroniqueurs, quant à elle, est une petite communauté – de 160 membres actuellement – qui regroupe de nombreux auteurs publiant sur Fanfic-Fr comme sur fanfiction.net, ainsi que les lecteurs qui souhaitent venir s’exprimer et échanger autour de notre passion commune qu’est la fanfiction.


Lire la suite...
Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 838 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...
Concours d'écriture by Shaku #1
 par   - 1128 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour, je vous propose un concours d'écriture dont les règles sont plutôt simple. Je répondrais à toutes vos questions si vous en avez.

Par contre, sachez avant toute chose que je m'excuse envers les personnes n’habitant pas en France. Je ne peux accepter votre texte, car je ne pourrais pas financer les frais de port si jamais vous gagnez un lot... Cependant, vous pouvez participer si vous ne souhaitez rien gagner !

Le principe de ce premier concours

• Ce concours est anonyme.
○ Les participants m'enverront leur texte par mail en PDF à cette adresse (morganeperro@outlook.fr)
○ Titre du mail : Prompt#1 + Titre de leur fiction + n° du prompt
○ Le titre de leur fiction devra être au-dessus du corps du texte. Ce nombre de mot ne sera pas compris dans la limite autorisée.

• Écrire une fiction entre 3000 et 10 000 mots sur la base d’un prompt choisi au préalable à partir du 15 avril sur le document google indiqué en bas de la page.
○ Le prompt choisi doit être libre au moment de la réservation. Dans le cas contraire, choisissez un autre prompt où il n’y a pas marqué (réservé par « nom »)

Mais… qu'est-ce qu'un prompt ?
• Un prompt c’est un petit plan ou idée de quelques lignes pour écrire une fiction. On remplace aussi "A", "B", ect, par le nom du personnage.

○ Exemple :
• A et B se promènent dans la forêt et se font téléporter par des extra-terrestres. Comment vont-ils s'en sortir sans que ces monstres ne décident de copuler avec eux ?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

One Piece

Memento Mori
[Histoire En hiatus]
Auteur: Linksys Vue: 29138
[Publiée le: 2013-01-11]    [Mise à Jour: 2015-04-08]
R  Signaler Romance/Amitié/Lime/Lemon Commentaires : 55
Description:
[Souviens-toi que tu vas mourir.]

Zoro et Perona. Deux ans de cohabitation sur une île pas très grande. Mais qu'a-t-il bien pu se passer ? En voilà le récit !

NEWS 08/04 : Vous n'y croyiez plus ? Eh bien, voici venir le chapitre 57 ! Banzai !

♦ AVANCEMENT :
Chap. 58 : 10%
Crédits:
Tout l'univers décrit et les personnages présents sont la propriété de Eiichiro Oda, sauf quelques personnages et lieux inventés par mes soins.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Sinfonietta

[2955 mots]
Publié le: 2013-06-28Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Chapitre vingt-six ! Bonne lecture !

Perona eut grand-mal à convaincre ses parents de pouvoir sortir seule, et elle ne le dût qu'à son père, qui intercéda en sa faveur, sous prétexte que c'était les vacances. Toute joyeuse, elle quitta la propriété presque en courant.

La résidence secondaire était en fait érigée au beau milieu d'une immense clairière, et il fallait bien dix minutes de marche au travers de la forêt, via le chemin principal, pour rejoindre la civilisation.


Perona atteignit les Quatre Vents une demi-heure avant l'heure prévue, et se résolut à attendre. Mais Itô arriva quelques minutes plus tard, et se montra fort surpris.

- Je voulais te faire la surprise d'être en avance, mais je crois que t'as eu la même idée, constata-t-il, quelque peu déçu.

Il se pencha sur Perona et l'embrassa longuement, sans coup de semonce. La jeune fille ouvrit de grands yeux étonnés au contact, mais se laissa faire avec plaisir.

Ce fut une des après-midi les plus joyeuses qu'il fut donné à Perona de vivre. Elle et Itô firent le tour de l'île par un chemin de promenade, puis, avant de rentrer, ils firent escale dans aux Quatre Vents. Là, ils se promirent de se retrouver le lendemain, même endroit, même heure. La jeune fille retourna toute guillerette à la maison. Mais elle arrêta bien vite d'être joyeuse. Sa mère l'attendait sur le pas de la porte.

- J'étais d'accord pour que tu sortes, mais pas avec un garçon, dit-elle d'entrée de jeu lorsque sa fille fut à portée de voix.

- Mais ...

- Pas de mais. Le gérant des Quatre Vents m'a appelée pour me dire qu'il t'avait vue avec un garçon.

- Quoi ? Tu me surveilles ?

- C'est mon droit. Je suis ta mère, je te rappelle. Il me semble que je t'avais interdit de sortir seule avec un garçon.

Lisbeth inspira, avant de déclarer sa sentence :

- Tu sais quoi ? Plus de sortie sans nous jusqu'à la fin du séjour.

- Pardon ?

Perona voyait tous ses plans s'effondrer.

- Tu as très bien entendu. Plus de sortie solo. Allez, monte dans ta chambre.

Pour la jeune fille, c'était une véritable catastrophe. Elle avait prévu de sortir tous les jours avec Itô, mais voilà que cette idée était mise à mal. Au bord des larmes, Perona se jeta dans sa chambre. Elle y resta toute la soirée, et ne descendit pas pour manger, même quand ses parents l'appelèrent. Elle avait la ferme intention de protester contre cette interdiction, qu'elle jugeait totalement injuste. Puis, une idée germa dans l'esprit de la jeune fille. Elle possédait des pouvoirs de Fruit du Démon, qui lui permettaient apparemment de voler. Pourquoi ne pas s'en servir ? Le problème, c'est qu'elle n'avait pas la moindre idée de comment apprendre à manier cette capacité, et elle ne connaissait personne qui était en mesure de lui apprendre.

Le lendemain, elle eut du mal à appeler Itô et à lui expliquer la situation, car sa mère rôdait dans la maison. Cela se fit d'ailleurs de justesse car, au moment de raccrocher, Lisbeth fit irruption dans la pièce et lui demanda ce qu'elle faisait avec l'escargophone.

L'après-midi, les parents de Perona s'absentèrent jusqu'au dîner, pour une longue randonnée. La jeune fille ne les accompagna pas, car il faisait beau. Elle voulait profiter du soleil. Aussitôt ses parents partis, elle enfila son bikini et accourut à la piscine. Elle prit la température de l'eau, et gonfla son matelas pneumatique. Le souvenir de la noyade était encore cuisant, et elle ne l'avait pas oublié. Elle posa le matelas sur l'eau après s'être appliqué un peu d'écran solaire, et s'allongea précautionneusement dessus, veillant à ne pas chavirer. Quelques minutes plus tard, à peine, elle remit pied à terre pour ôter son maillot de bain : elle détestait les marques de bronzage.

La jeune fille passa une majeure partie de l'après-midi sur le matelas gonflable, et ne quitta le poste qu'une dizaine de minutes avant le retour prévu de ses parents. Elle se propulsa jusqu'au bord, sortit et retourna à l'ombre de la maison, prenant juste le temps de remettre son slip de bain. Elle fila jusqu'à sa chambre et s'y isola.


Hamarrow descendit de sa branche avec souplesse, et s'étira longuement. Il venait de passer tout l'après-midi à se rincer l’œil, et avait bien noté l'adresse.


Le soir venu, Perona s'isola dans sa chambre et commença une nouvelle page de son journal. Il faisait tellement chaud que, même pas plus habillée qu'un simple tee-shirt, et fenêtres grandes ouvertes, elle transpirait à grosses gouttes. Elle maudissait l'absence de ventilateur dans cette maison.


11 juillet

Journée très ennuyante, je n'ai pas pu aller voir Itô. J'essayerai de le voir demain. Aujourd'hui, pour la première fois depuis un mois, je me suis caressée, ça m'avait un peu manqué ... Je me demande si c'est aussi bien, avec un garçon.


C'était une page plutôt banale pour un tel jour de vacances, car Perona n'hésitait pas à parler de sa sexualité (encore timide, certes) dans son journal. Puis, alors qu'elle se levait dans le but d'ôter son dernier habit, elle aperçut du coin de l’œil une lueur dans le jardin. Intriguée, elle s'approcha de la fenêtre. C'était un éclat clair et vif, sans doute celui d'une lampe-torche. La lumière venait du ras du sol, au niveau de la haie de thuyas qui délimitait la propriété. La lampe devait souffrir car son propriétaire l'actionnait sans arrêt : il envoyait un message en morse.

Mais Perona comprenait autant le morse que l'écriture des Ponéglyphes, et plissa les yeux pour voir de qui il s'agissait. Les impulsions courtes - longues cessèrent, et la lumière pivota vers le haut, éclairant un visage qui était familier à Perona. C'était Itô. Il voulut s'avancer et se redresser, mais la jeune fille lui fit de grand signes des bras pour lui intimer de rester à sa place.

Perona descendit les marches aussi discrètement que possible, pour ne pas éveiller l'attention parentale. Elle aurait beaucoup donné pour apprendre à utiliser son pouvoir de lévitation. Beaucoup de monde venait la voir sans autorisation, et cela la dérangeait un peu. D'abord, Hamarrow, ensuite, Itô (même si c'était moins grave, dans le deuxième cas).

Elle sortit par la porte de derrière, et courut presque les cinquante mètres qui la séparaient de la haie. Elle avait totalement oublié que le bas de son tee-shirt (plutôt court pour servir de pyjama) pouvait se relever à tout moment, et qu'elle ne portait rien en-dessous.

- Ma chérie ! S'exclama Itô à voix basse.

Il prit Perona dans ses bras, et ils s'embrassèrent avec passion. Ce contact leur avait réciproquement manqué. Ils restèrent enlacés une dizaine de secondes, avant que le jeune homme ne se recule pour glisser un mot doux à l'oreille de sa compagne.

- Ça te dit qu'on aille se promener un peu dans la forêt ? Demanda le jeune homme, en faisait tournoyer en l'air sa lampe-torche.

Il connaissait l'île comme sa poche, et quand il n'étudiait pas, il en faisait le tour.

- Pas ce soir, désolée. Je ... Je suis fatiguée, et en plus je suis en pyjama.

Intrigué, Itô braqua sa lampe-torche sur Perona. Il avisa les jambes fines à découvert et le tee-shirt un peu trop court, et se recula d'un pas, tout rouge.

- Ah, merde ... Demain, alors ?

- Demain, si tu veux !

- Okay. On peut rester un peu ensemble, quand même ?

- Si ma mère te voit, je garantis pas que t'en sortes vivant ...

- À ce point ?

- Et encore, c'est que des détails.

- Bon, dans ce cas, je repasserai ...

Déçu, Itô embrassa Perona sur la joue et tourna les talons. La jeune fille ne le quitta pas du regard, jusqu'à ce qu'il disparaisse dans l'ombre nocturne de la forêt environnante. Un sentiment de vide s'empara de Perona, et elle voulait absolument le combler. Mais Itô était déjà loin. Alors, de manière furtive, elle rebroussa chemin jusqu'à sa chambre, à l'insu de ses parents. Une fois en sécurité dans son repère, elle acheva ce qu'elle avait commencé, c'est-à-dire de se déshabiller, et se mit au lit.

Le lendemain, Perona se leva aux aurores, et passa toute la matinée à tourner en rond dans sa chambre. Elle négocia durement avec sa mère pour obtenir une permission de sortie. Mais Lisbeth se montra intraitable, et l'après-midi fut aussi très long. La jeune fille s'ennuyait tellement qu'elle n'avait même pas l'envie de descendre à la piscine. Quand le soleil commença à décliner vers l'horizon, une excitation incontrôlable s'empara de Perona. Elle changea de tenue pas moins de trois fois, dans l'optique d'être la plus jolie possible. Mais elle se rappela alors que le soir, elle sortait en forêt, et que des bas de laine ne correspondraient pas trop à l'occasion.

Et enfin, à peine le soleil avait-il atteint l'horizon que les signaux lumineux revinrent. Perona fut à la fenêtre avant même la fin de la première impulsion. Itô avait réapparu au même endroit que la veille. La jeune fille traversa la pièce à fond de train, et descendit les marches à toute allure, tout en essayant d'être discrète. En bas, elle enfila ses chaussures de marche, et s'éclipsa par la porte de derrière, sans éveiller l'attention de ses parents.

Dehors, il faisait encore chaud, malgré la nuit qui s'avançait. Itô transpirait, et avait le souffle court.

- Salut ! Lança joyeusement Perona.

Elle ne laissa pas le temps au jeune homme de répondre, car elle avait appuyé ses lèvres sur les siennes.

- Salut, ma chérie. Alors, t'es prête ?

- Ça dépend. Tu veux m'emmener où ?

- Pour commencer, je voulais qu'on fasse le tour de la forêt par le sentier vingt-et-un. Tu sais, celui qui traverse toute l'île. Et après, on pourrait aller se poser pas loin du cénote, histoire de se reposer un peu.

- Si tu veux, dit Perona.

Elle avait déjà hâte d'arriver à l'étape de repos.

Itô lui prit la main et l'attira dans la forêt.

- Je te préviens, on va en avoir pour longtemps, sur le vingt-et-un.

- Pas grave, on a toute la nuit. Tant que je suis chez moi avant l'aube ...

Il fallut une dizaine de minutes au jeune couple pour traverser les fourrés et atteindre le sentier en question. C'était un des plus fréquentés de l'île, et il permettait d'en faire le tour complet.


- Perona ... Tu vas trouver ça bizarre, comme question, mais ... Hésita Itô.

- Oui ?

Ils étaient au beau milieu du chemin, se donnant la main. Les étoiles et la lune les éclairaient.

- T'as déjà pensé à comment tu voudrais appeler tes enfants ?

- Oui, ça m'est déjà arrivé. Abe, pour un garçon. J'aimerais bien. Après, pour une fille ... Je sais pas. Mais dis donc, tu parles comme si on allait avoir un enfant.

- Je suis juste curieux, c'est tout ... Et je veux aller le plus loin possible avec toi, tu le sais.

- C'est vrai ... Concéda Perona. Et toi ?

- De quoi, moi ?

- Comment tu appelleras tes enfants ?

- Yuki pour une fille, Ame pour un garçon.

- Sympathique ...

Ils s'embrassèrent brièvement. À ce moment, rien ne semblait pouvoir altérer leur amour, et chacun se voyait déjà épouser l'autre dans une grande cérémonie. C'était sans compter sur un certain vagabond très bien renseigné, et aussi sur un cactus ambulant dont il serait question dans quelques années.


La promenade dura jusqu'à deux heures du matin, et ils avaient à peine fait un tiers du chemin. Le cénote n'était plus très loin, au beau milieu d'une clairière. C'était un trou profond d'au moins soixante mètres, rempli d'eau pour un quart de sa hauteur. Les racines des arbres et la végétation couvraient les parois sur les dix premiers mètres, puis laissaient place à la roche nue. Si on faisait attention, il était possible de discerner un escalier qui longeait la paroi, et dont les marches étaient affaissées à force de temps et de passage.

- Suis-moi, dit Itô à Perona.

Il l'attira jusqu'à l'entrée des marches.

- Fais attention, ça glisse, dit-il.

La jeune fille le suivit, peu rassurée. Ils descendirent ainsi une cinquantaine de mètres, jusqu'à une petite corniche d'à peine deux mètres carrés, sur laquelle ils pouvaient à peine tenir en équilibre.

- Regarde, il y a une petite caverne au niveau de la surface. On y sera tranquilles. L'escalier y mène directement, mais on peut aussi plonger pour rejoindre l'endroit.

L'évocation de la natation remémora à Perona le douloureux souvenir de la noyade.

- Je ne sais pas ... Plus nager ... Avoua-t-elle, honteuse.

- Comment ça, "plus nager" ?

- J'ai mangé un Fruit du Démon ...

- Ah, c'est que ça ... T'as obtenu quel pouvoir ?

Perona fut étonnée par cette réaction, beaucoup plus positive que ce à quoi elle s'attendait.

- Je sais pas encore.

- Tu me le diras dès que tu le sauras, hein ?

- Oui, affirma la jeune fille.

Ils descendirent quelques marches, vu que la perspective du bain de minuit semblait être écartée.

- Mon oncle a mangé un Fruit, lui aussi, déclara Itô.

- Ah, lequel ?

- Le Fruit Fumigène, je crois. Un Logia. Ça fait longtemps que je l'ai pas vu, mon oncle … Il est dans la Marine depuis longtemps.

Forte de cette nouvelle connaissance, Perona continua à descendre précautionneusement l'escalier. Puis, avec soulagement, elle posa un pied, puis deux, sur le sol de la caverne.

- Nous y voilà, annonça Itô.

Il coupa sa lampe-torche et la posa au sol

La lune tombait pile dans le cénote, et se réfléchissait à l'infini sur l'eau ondoyante, traçant des motifs dansants sur les parois de l'abri.

- Un petit nid d'amour, dit Perona, donc le cœur allait bientôt lâcher.

Elle s'assit au sol, cérémonieusement, et Itô fit de même. Puis, sans attendre, le jeune homme embrassa avec ferveur sa compagne, et l'allongea doucement sur le rude sol de pierre.

Ils passèrent plus de quinze minutes à se dire "je t'aime" par leurs lèvres, jusqu'à ce que la jeune fille ne manifeste le besoin de respirer un peu. Alors, le couple s'allongea côte à côte, et fixa stoïquement le plafond. Il faisait toujours aussi chaud. Itô enleva son tee-shirt. Perona, par jeu, fit de même. Le jeune homme eût du mal à garder son calme et à ne pas lorgner sur la jeune fille, laquelle retira chaussures et chaussettes.

- Chiche de te déshabiller entièrement, dit-elle, joueuse.

Au début, elle voulait qu'ils s'effeuillent mutuellement, mais elle avait trop hâte de savoir ce qu'il allait se passer ensuite.

- D'accord, dit Itô, très gêné. Mais dans ce cas, toi aussi, ajouta-t-il avec plus d'assurance. Et en même temps que moi.

Perona, qui s'était préparée à cette situation, entreprit de dégrafer son soutien-gorge. Dans la pénombre, ils ne se voyaient pas clairement, mais les reflets de l'eau couraient sur leurs corps.

- C'est la première fois que je me retrouve tout nu avec une fille, avoua Itô, mal à l'aise.

- Moi aussi ...

La jeune fille leva les yeux un instant.

- C'est ... Romantique, dit-elle.

- C'est le plus bel endroit que je connaisse, répondit Itô.

Ils s'embrassèrent timidement. Une fièvre brûlante s'empara d'eux. Pendant un instant infinitésimalement court, Perona se demanda ce qu'elle faisait là, nue, sur le sol d'une caverne, avec un garçon, nu lui aussi. Machinalement, elle se retourna vers Itô et porta sa main sur le membre dressé du jeune homme. Au même instant, elle songea à l'interdiction de sortie qui la frappait, et faillit en sourire.

"Mais qu'est-ce que je fais ?" Pensa Perona, dans un dernier instant de lucidité, car elle avait commencé à explorer du bout des doigts.

Elle se laissa emporter par la main douce qu'Itô posa sur sa poitrine.


Zoro faisait de son mieux pour ne pas trop secouer Perona, et celle-ci le sentait, bien qu'à moitié inconsciente. Un désir frénétique monta en elle, celui de revivre, avec le bretteur, le rêve de la caverne. Tout son corps tremblait, et une fine pellicule de sueur lui recouvrit bientôt le front.

- Zoro ... Haleta-t-elle.

- Chut, ne parle pas. Je t'amène au salon, Mihawk sait peut-être ce qui t'arrive !

- Je sais ... Ce que j'ai ...

- Eh bien, dis-le ! Tonitrua Zoro, mécontent.Ça m'épargnera de traverser tout le château en te portant !

Dans un souffle, Perona dit :

- L'amour ...

Avec plus d'énergie que ne pouvait laisser deviner sa condition maladive, elle sauta au sol, et se hissa sur la pointe des pieds. Elle embrassa Zoro avec passion. Mais elle perdit l'équilibre et tomba vers l'avant, entraînant le bretteur dans sa chute. Ils restèrent là, quelques secondes, stupéfaits de cette situation.

"Décidément, je ne suis pas douée pour les baisers ..." Songea Perona, presque amusée, en faisait le rapprochement avec l'épisode de la baraque à frites, où elle avait basculé par-dessus la table pour embrasser Zoro.

Commentaire de l'auteur C'en est tout de ce chapitre 26 ! Je ne vous cache pas que j'ai de plus en plus hâte d'en finir avec cet arc, car j'ai imaginé tellement de trucs pour la suite dans le présent que j'ai envie de tout raconter au plus vite :o Il y avait quelques passages érotiques dans ce chapitre, que j'ai finalement coupés au montage : je préfère entrer dans le vif du sujet par du Perona x Zoro. Pour l'instant, vous pouvez encore compter sur une fin de l'arc au chapitre 29, car d'après le nombre de vues (en nette baisse sur les chapitres de l'arc actuel), vous vous lassez de cet arc. Désolé, mais c'est un passage obligé pour la suite de l'histoire :P Pour la peine, dès qu'on revient au présent, ça va accélérer un peu entre nos deux jeunes gens, avec, peut-être, le premier véritable lemon de cette fiction ... Je profite aussi de ce commentaire de fin pour faire deux annonces :

1) Je serai à la Japan Expo le samedi 6 juillet, avec un cosplay tiré du manga Bleach (photos disponibles plus tard) ! Je serai à 15h au stand Square Enix (stand BD22), et sans doute non loin du stand Tôei Animation - One Piece, pour une IRL avec ceux qui, parmi vous, qui seront là ce jour-ci :P (les lecteurs intéressés peuvent me contacter par MP, et je vous tiendrai au courant via Twitter)

2) Pour un projet encore secret, lié de très près à cette fiction, je recrute un dessinateur doué dans les artworks de couple, et qui sache imiter de manière crédible le style de maître Oda. J'invite ceux qui se reconnaissent dans cette description, à me contacter par MP, pour plus d'informations !

Merci d'avoir lu jusqu'ici, bonne vacances à ceux qui viennent de passer le brevet, et à la semaine prochaine !
(ça y est, voici le commentaire de fin le plus long de cette histoire)
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales