Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Divers


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Partenaires

Coupon GeekMeMore

Le 1er site de rencontre 100% Geek !


Appels à Textes


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

One Piece

Memento Mori
[Histoire En hiatus]
Auteur: Linksys Vue: 28957
[Publiée le: 2013-01-11]    [Mise à Jour: 2015-04-08]
R  Signaler Romance/Amitié/Lime/Lemon Commentaires : 53
Description:
[Souviens-toi que tu vas mourir.]

Zoro et Perona. Deux ans de cohabitation sur une île pas très grande. Mais qu'a-t-il bien pu se passer ? En voilà le récit !

NEWS 08/04 : Vous n'y croyiez plus ? Eh bien, voici venir le chapitre 57 ! Banzai !

♦ AVANCEMENT :
Chap. 58 : 10%
Crédits:
Tout l'univers décrit et les personnages présents sont la propriété de Eiichiro Oda, sauf quelques personnages et lieux inventés par mes soins.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

In Memoriam

[1903 mots]
Publié le: 2013-05-17Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Vingtième chapitre, et du lourd ! Bonne lecture !

Zoro sentit ses lames lacérer la chair de Core, au niveau du torse. Mais il sentit aussi un puissant impact au plexus solaire, qui l'envoya rouler au sol en hurlant. Le second, agenouillé, tentait d'enrayer l'hémorragie en comprimant son torse de ses bras. Il perdit connaissance et tomba, face contre terre. Illjoe s'en rendit compte.

- CORE ! Hurla-t-il, sans se soucier des coups d'épée qui pleuvaient vers lui.

- J'ai pas coupé ... Profond ... Dit Zoro dans un râle.

Chaque mouvement de poitrine le faisait horriblement souffrir, et il se savait au moins deux côtes de fêlées. Il brûlait d'envie de prêter main-forte à Mihawk mais, dans les conditions actuelles, il risquait plus de s'esquinter et de gêner que d'aider.

- Moi non plus, je vais pas couper profond, déclara Illjoe.

Il s'effaça pour éviter le coup de taille de son adversaire, et se jeta sur Zoro, brandissant Umi et Yama.

- Hirondelle écarlate !

L'acier fusa, selon une trajectoire quasiment aléatoire. Mais Mihawk s'interposa de justesse, et les pointes des lames du pirate crissèrent contre le métal noir de l'épée du corsaire.

- Oh non, n'y compte pas, dit-il. Tu l'as déjà assez abîmé comme ça.

Illjoe éclata d'un rire gras, et rétorqua, sans baisser ses sabres.

- C'est tellement drôle de t'entendre parler te protéger ton disciple, toi qui n'a pas hésité un seul instant à tuer ton ... Non, nôtre maître !

- Tais-toi donc, tu ne sais rien ! S'exclama Mihawk, qui perdait son calme. Ne crois pas que je l'ai fait de gaieté de coeur ! C'était une nécessité ! Pourquoi crois-tu que j'ai érigé une telle sépulture ?

- Uniquement pour flatter ton ego, Mihawk ! T'as toujours été comme ça !

Devant la justesse de ses propos, le corsaire se rembrunit.

- On n'est pas là pour rejouer le match, dit-il. Maintenant, ôte-toi de là, ou je n'hésiterai pas à trancher dans le tas.

- Ho, je tremble de peur, dit Illjoe, qui pourtant s'écarta.

Mihawk s'approcha de Zoro. Il le saisit par l'épaule et le remit d'aplomb, tout cela sans quitter son adversaire des yeux.

- Ne reste pas dans mes pattes, Zoro. C'est entre lui et moi.

- Mais ...

- Pas de mais. Avec tes blessures, tu risques plus d'être estourbi que d'être vainqueur. Va donc chercher Perona, et rentrez au château.

Core remua faiblement.

- Illjoe, c'est à toi de voir. Soit tu pars immédiatement avec ton second, et je ne te fais rien. Soit tu vas jusqu'au bout, tu laisses ton second crever, et on règle nos comptes.

- Nos comptes d'abord. Core ne risque pas de clamser pour si peu, il a le cuir épais.

- Au risque que je te tue ?

- Aucune chance. Ne pense pas que je n'ai pas progressé, depuis la mort de maître Althe.

Zoro s'éclipsa. Il gravit à nouveau la croix, de la même manière. Perona était assise en tailleur, très inquiète. Elle se releva aussitôt en voyant le bretteur arriver au sommet, et se jeta à son cou.

- Zoro ! S'exclama la jeune femme.

Elle fondit en larmes dans les bras de son sauveur, qui aurait bien aimé être ailleurs.

- J'en ai fini avec Core, et Mihawk s'occupe d'Illjoe, dit Zoro en s'écartant légèrement. On rentre au château.

Il s'approcha du bord pour redescendre, mais Perona s'interposa en lévitant.

- On ira plus vite en volant, dit-elle.

- Toi oui, mais moi, je sais pas voler.

- Je peux te porter, andouille ! S'emporta la jeune femme.

Zoro, interloqué, répéta :

- Me ... Porter ?

Perona s'exclama, faussement énervée :

- N'en rajoute pas, c'est déjà assez difficile pour moi de m'abaisser à faire ça !

- En fait, je crois que je vais rentrer à pied.

Et Zoro se laissa choir dans le vide. Il se rattrapa aux poignées de ses sabres qui dépassaient, et atterrit souplement au sol. Perona le rejoignit en virevoltant, et ils rentrèrent au château dans un silence morbide et gêné.


- Euh ... Comment tu t'appelles ... En entier ? Demanda Zoro, très gêné, en passant les portes de la bâtisse.

La jeune femme, qui voletait quelques mètres devant lui, se retourna et lui lança un regard surpris.

"C'est vrai qu'il ne sait sans doute pas mon nom complet ... Je lui dis ou pas ?" Pensa-t-elle, indécise.

Il ne lui vint même pas l'idée de faire preuve de circonspection, et de lui demander pourquoi il voulait ce renseignement.

- Suis-moi, je vais te montrer, dit-elle en redescendant au sol.

"J'espère que je peux lui faire confiance."

Perona regarda sa bague, celle que lui avait offert Zoro. Ce dernier lui emboîta le pas.

Dans le salon, ils s'arrêtèrent, le temps d’assommer les quelques pirates réveillés, et de les traîner au pied du château. Ils remirent un semblant d'ordre dans la pièce, et reprirent leur progression.


- Je ne ferai pas de quartier, Illjoe, prévint le corsaire en brandissant son épée.

- Moi non plus, Mihawk, répondit l'interpellé.

Il jeta au sol Yama, après l'avoir remis au fourreau. Les deux combattants se fixèrent quelques secondes. Durant l'infinitésimal instant que dura la course précédant le premier aussi, chacun revit des souvenirs du temps où ils étaient tous deux condisciples, auprès du maître Thyme D. Althe. La passe d'armes fut si intense que les coups de l'acier contre l'acier résonnaient comme des coups de feu. Mihawk était quelque peu désavantagé sur le plan de la maniabilité par rapport à Illjoe, mais les dimensions de sa lame lui fournissait en contrepartie un espace vital autrement plus important que celui de son ennemi. Au terme de l'échange, chacun fit un bond en arrière. Ils se jaugèrent à nouveau, prêts à repartir à l'assaut.

- Tu ne me vaincras pas, déclara Mihawk. Maintenant, pars et va faire soigner ton second.

- Il résistera, assura Illjoe. Et quant à ce que je ne puisse pas te vaincre, je suis curieux de voir ça.

Il se précipita en avant.

- Feinte du chat ! S'exclama-t-il.

Mihawk, qui connaissait cette technique, agit en conséquence. La lame d'Illjoe traça une longue éraflure sur son flanc droit, ce à quoi il ne s'attendait pas le moins du monde.

- Alors, tu m'as feinté, dit le corsaire en se redressant.

- Eh oui. Tu connais une grande partie de mon style, alors si j'annonce mon attaque, ça sert à rien. Et j'innove un peu, aussi.

- Il va falloir que tu ailles plus vite, si tu veux m'avoir, dit Mihawk.

Il avait apparu dans le dos d'Illjoe. D'un revers de l'épée, il le fit voler à quelques mètres. Celui-ci se réceptionna difficilement.

- Je te laisse une dernière chance de fuir, prévint Mihawk.

- Compte pas sur moi pour me défiler. Ça fait trop longtemps que j'attends une telle occasion de venger notre maître.


Perona prit de la vitesse, de manière à être la première à entrer dans la chambre. Une fois dedans, elle se posa au sol, se précipita sur son armoire, et l'ouvrit. Au fond du meuble, posée dans un coin, il y avait une épaisse et large enveloppe marron. Perona la prit vivement, et tira l'avis de recherche qui s'y trouvait. C'était le sien. Un bruit de pas l'avertit que Zoro allait faire irruption. Elle contempla une dernière fois la prime indiquée, et se retourna vers la porte. Zoro entra.

- Tu voulais savoir mon nom, c'est ça ? Demanda la jeune femme.

Elle lui tendit l'avis de recherche.


Mihawk se pencha en avant, pour éviter la lame d'Illjoe. Il tenta de le faucher à hauteur des pieds, dans un grand geste d'épée, mais celui-ci fit un petit bond en arrière, évitant ainsi la morsure de l'acier.

- Ça me rendrait presque nostalgique du bon vieux temps, lâcha le pirate.

- Et moi donc ! Je me demande encore ce qui m'a poussé à ne pas te trancher la tête, ce jour-là.

- Sans doute parce que tu avais déjà assez du sang de maître Althe sur les mains.

- Je peux parfaitement me rattraper aujourd'hui même. Mais je t'avoue que je préférerai te voir croupir à Impel Down. Il y a déjà une cellule à ton nom, là-bas.

- Je suis curieux de voir ça, Mihawk !

Illjoe détacha sa gourde, et but une longue rasade de saké. Puis, il en versa un peu sur sa lame.

- Hmm ... Ainsi donc, tu as trouvé comment fabriquer le fameux amazake (N.B. : l'amazake est une variante sucrée du sake traditionnel japonais) que buvait Althe.

- Oui, et tu vas voir à quel point il est bon ! J'ai même réussi à retrouver la même teinte dorée.

Il fléchit les jambes, l'air concentré à l'extrême. Mihawk se prépara à le recevoir.

Soudain, Illjoe s'élança en avant à toute vitesse, comme propulsé par un formidable élastique. Le corsaire courut à sa rencontre.

- C'est moi qui t'ai appris cette botte, alors ne pense même pas à la retourner contre moi, dit-il.

Il se recula, et tira sa lame noire hors d'Illjoe. Le pirate avait été transpercé au niveau de l'abdomen.

- J'ai évité un maximum de points vitaux, et tu devrais survivre, déclara Mihawk. Mais n'y vois pas un nouveau geste de pitié : je fais ça uniquement pour que tu puisses méditer sur tes erreurs durant le reste de ta vie que tu passeras à Impel Down.

Il fit tournoyer son épée, et assomma sèchement Illjoe d'un coup du pommeau dans la tempe. Puis, il serra les dents. La lame du pirate lui avait entaillé la cuisse droite, et, à moins d'un centimètre près, l'artère fémorale aurait été sectionnée. Cela nécessitait des soins urgents, mais pour l'instant, il ne pensait qu'à livrer Illjoe à la Marine. Il sortit l'escargophone portable qui ne quittait jamais sa poche, et composa brièvement un numéro. Il pria pour que le signal puisse atteindre la plus proche base navale. Et il eut plus de chance que prévu. L'appel fut reçu par un bateau de la Marine, qui croisait en vue des côtes de l'île, et qui portait à son bord un vice-amiral.


Mihawk se retourna par réflexe. Trop tard. L'éclat sombre d'acier qui l'avait alerté avait déjà disparu dans les chairs. Illjoe avait une expression de fou furieux. Umi et Yama était plantés jusqu'à la garde, dans le ventre de Mihawk.

- Ça marche pas comme ça, dit le pirate dans un souffle rauque.


Zoro, estomaqué, n'arrivait pas à détacher ses yeux du montant de la prime, même pour admirer le visage souriant de la photo. Cent trente-deux millions de berries pour la capture de Perona. Il lui fallut plusieurs instants pour rapporter cette somme à la sienne, et comprendre qu'il avait une prime inférieure.

- Alors ton nom, c'est ... Perona Salem ? Et c'est quoi ton prénom, alors, dans tout ça ?

- Le nom sur l'avis n'est pas complet, avertit la jeune femme. Mon nom entier, c'est ...

Elle baissa les yeux, et hésita quelques instants.

- Perona Salem Amona Nelson Arnote, troisième du nom, dit-elle avec courage.

Commentaire de l'auteur Chapitre beaucoup plus court que le précédent, mais aussi fourni en révélations ! J'ai (très) longuement réfléchi au nom complet de Perona, qui aurait dû s'appeler à l'origine Perona Salem (son nom se prononçant comme chez nous). Mais je me suis dit, puisqu'elle est censée être d'une grande famille, autant lui inventer un nom digne. Et c'est comme ça qu'est né ce nom à rallonge, qui complète les initiales "P.S.A.N.A.III" vues dans un chapitre précédent. Pour la prime, je voulais quelque chose de plus important que celle de Zoro, juste pour pouvoir lui foutre le seum après ... Euh, pour pouvoir le rabaisser un peu par rapport à Perona, que j'ai trouvé un peu trop minimisée jusqu'à maintenant. Voilà, merci d'avoir lu jusqu'ici, et à la semaine prochaine ! Mais, vu que je n'ai plus qu'à peine 2 chapitres d'avance, il se peut, je dis bien "il se peut" qu'il n'y aie pas de chapitre la semaine prochaine, pour que je puisse reprendre un peu d'avance si je ne progresse pas assez.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales