Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Divers


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Partenaires

Coupon GeekMeMore

Le 1er site de rencontre 100% Geek !


Appels à Textes


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Qui participe au concours GMM ?
 par   - 344 lectures  - 2 commentaires [30 janvier 2018 à 03:52:29]

Bonjour.

Je viens aux nouvelles car je ne vois aucune publication associée au concours Geekmemore.
J'aimerais donc savoir s'il y a des participants et, si c'est le cas et que vous avez déjà publié quelque chose, rencontrez-vous des problèmes pour que votre texte soit associé au concours ?

Je rappelle qu'un sous-forum a été ouvert pour que vous puissiez discuter et poser vos questions au sujet de ce concours.

Merci ^^

 

Concours Geekmemore
 par   - 823 lectures  - 1 commentaire [24 janvier 2018 à 22:52:03]

Fanfic FR et Geekmemore lancent un concours d'écriture.

Les histoires doivent être lisibles par tous, par conséquent seules les histoires classées G sont acceptées.

Vous avez de la chance, vous avez droit à deux thèmes ayant pour fil conducteur la Naissance de la nouvelle année. Naissance, au sens propre ou au sens figuré ?

1 - Est-ce une occasion pour des réjouissances ou son arrivée est-elle vue avec horreur ?
Que vous considériez la nouvelle année comme un être vivant, une entité ou un événement, que se passe-t-il ?

2 - Et si 2018 n'avait jamais existé ? Que nous ne passons pas en 2018, mais à une toute autre année ?

Un thème au choix.
Type d'histoires : Originales
Longueur du texte : novelette (entre 7 500 et 17 499 mots)
Date de début : 1er janvier 2018
Date limite : 31 janvier 2018 à minuit Échéance repoussée au 15 février 2018 à minuit

Un jury composé de bêta-lecteurs de FFFR et d'un responsable de Geekmemore décidera des gagnants.
Il y aura trois (3) gagnants : un (1) par thème peut-être (donc deux (2)), ainsi qu'un (1) coup de cœur en plus.

À vos plumes !

 


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

One Piece

Memento Mori
[Histoire En hiatus]
Auteur: Linksys Vue: 28932
[Publiée le: 2013-01-11]    [Mise à Jour: 2015-04-08]
R  Signaler Romance/Amitié/Lime/Lemon Commentaires : 53
Description:
[Souviens-toi que tu vas mourir.]

Zoro et Perona. Deux ans de cohabitation sur une île pas très grande. Mais qu'a-t-il bien pu se passer ? En voilà le récit !

NEWS 08/04 : Vous n'y croyiez plus ? Eh bien, voici venir le chapitre 57 ! Banzai !

♦ AVANCEMENT :
Chap. 58 : 10%
Crédits:
Tout l'univers décrit et les personnages présents sont la propriété de Eiichiro Oda, sauf quelques personnages et lieux inventés par mes soins.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

... Back again.

[2604 mots]
Publié le: 2013-05-17Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Dix-neuvième chapitre, taïaut ! Bonne lecture !

- Mademoiselle Perona ! Veuillez cesser cela immédiatement ! S'exclama sèchement une voix, à la fois douce et sévère.

La fillette sursauta et descendit de la chaise sur laquelle elle était montée. Avec l'air contrit d'un enfant qui sait qu'il a fait une ânerie, elle baissa les yeux.

- Que faisiez-vous ?

- Ben ... Je ... Je voulais essayer de toucher Akoi ...

Elle se retourna mélancoliquement vers le petit poisson rouge aux immenses nageoires flamboyantes, qui tournoyait dans un bocal rond, large comme une tête, posé sur un épais buffet en bois, de facture excellente.

La personne qui l'avait interpellée était sa gouvernante, une ravissante jeune femme de vingt-cinq ans, nommée Seren. Elle n'était pas physiquement séduisante, mais possédait une grandeur d'âme incomparable, et beaucoup de soupirants attendaient après elle. Elle ne se montrait stricte que par nécessité, et était d'un naturel gentil. À ce jour, elle était la seule et unique personne extérieure à la famille de Perona qui eût été engagée pour assurer un service (en l'occurrence, s'occuper de la petite). Les raisons de cette entorse à la règle ancestrale, qui n'admettait aucun domestique au service de la famille, étaient que les emplois respectifs des parents de Perona ne leur permettaient pas de prendre en charge leur fille eux-même. La mère était chef de ligne dans la plus grande usine de textile de West Blue (basée sur l'île voisine de la leur) et le père était écrivain (tous ses livres étaient des best-seller, ou bien peu s'en fallait). Cependant, comme il écrivait sous pseudonyme, peu de monde était au courant de son activité.

- J'y pense, dit Seren à la fillette.

Elle s'agenouilla à hauteur de son interlocutrice, et continua, souriante :

- Nous sommes le douze juillet, et c'est votre anniversaire dans quatre jours ! Quel âge allez-vous avoir ?

- Cinq ans ! Répondit Perona, plus fière que si elle avait touché la Lune en bondissant.

Elle compta sur ses doigts et montra à sa gouvernante.

- Eh bien, vous serez bientôt une grande fille !


Le souvenir s'arrêtait là. C'était le plus ancien dont Perona se souvenait encore clairement, même seize ans plus tard.


Un bruit de métal réveilla Perona. Elle se trouvait en un lieu très élevé, et le vent de la nuit la fouettait. Ses cheveux battaient comme des étendards. Le ciel était parfois zébré d'éclairs, et une fine pluie perçante tombait du ciel sombre, où aucune étoile ne luisait. Une forte odeur de bois résineux lui parvint. Elle se trouvait sur ce qu'elle prit au début pour une plateforme de bois, travaillée par le temps et le climat. Elle rampa jusqu'à trouver un bord, puis un autre bord. Elle en trouva quatre. Reprenant ses facultés de réflexion, elle regarda autour d'elle. Les dernières lueurs du crépuscule se hasardaient encore à l'ouest, mais fournissaient encore une lumière suffisante à la perception de la scène. Perona se pencha dans le vide, curieuse d'en savoir plus sur sa position. C'est alors qu'elle réalisa.

"Je suis au sommet de la grande croix de bois !" Pensa-t-elle immédiatement.

En bas, trois formes fonçaient l'une vers l'autre, s'éloignaient comme séparées par une déflagration, se tournaient autour, dans un incessant ballet de froids éclats d'acier. Zoro, Illjoe et Core combattaient violemment. Elle vit une quatrième silhouette s'avancer et prendre part aux réjouissances.


Quand Zoro retrouva enfin les ravisseurs, le soleil se couchait, et la lumière tardive qui traversait les nuages sombres paraît le monde d'une touchante beauté, malgré sa rudesse. Quelques gouttes de pluie s'écrasèrent sur le visage du bretteur, renforçant l'irréalisme de la situation.

Il se trouvait dans la vaste clairière de ruines où il avait fait la connaissance des Humandrilles, et où trônait l'immense et majestueuse croix de bois. Perona gisait au sol juste devant, Core était assis sur un proche débris et Illjoe palpait le grume de la sculpture. Il semblait marmonner quelque chose. Ses habits blancs contrastaient avec l'environnement sombre dans lequel il évoluait.

- Je te retrouve ! S'exclama Zoro en s'avançant.

Il tira ses sabres et couvrit en quelques secondes la cinquantaine de mètres qui le séparait des malfaiteurs. Core bondit et s'interposa, brandissant sa matraque. Même blessé, il constituait encore un terrible adversaire.

- Pousse-toi, c'est pas toi que je veux, ordonna Zoro en continuant de progresser.

Mais le pirate n'arrêta pas sa course.

- La passe du loup ! Clama le bretteur, fermement déterminé à passer.

Mais Core esquiva souplement les lames, et écrasa son poing dans l'estomac du bretteur. Celui-ci manqua de peu de vomir sous la puissance du coup. Il se ressaisit, et vit venir au dernier moment le coup de matraque qui filait droit sur sa tempe gauche. Il para de ses lames et roula au sol, quelques mètres en arrière. C'est alors qu'il vit Illjoe se pencher sur Perona, et la soulever de terre comme une poignée de feuilles mortes. Ignorant tout des intentions du pirate, qui n'étaient sans doute pas bienveillantes, Zoro courut aussi vite qu'il le put. Il se glissa le long d'Illjoe, en remettant ses sabres au fourreau, et lui arracha Perona en la serrant contre lui. La jeune femme eut un petit cri plaintif, comme un animal blessé. Le bretteur continua sa course et contourna le socle de la croix. Il leva les yeux et avisa le sommet. Mettre Perona en sécurité : voilà ce qu'était sa priorité absolue pour le moment. Elle ne semblait pas en état de se battre.

- Accroche-toi, ça va secouer un peu, dit-il à sa passagère.

Il s'élança. Le choc contre le bois de la croix fut rude, et il fit de son mieux pour que Perona ne le ressente pas. Elle était visiblement affaiblie.

Mais Zoro n'avait pas prévu la suite de l’ascension, et il commença à redescendre en glissant sur le bois humide. La pluie fine qui tombait était particulièrement froide. Le bretteur assura Perona d'un bras, et dégaina un sabre de l'autre. Il planta la lame avec force dans la croix, et se réceptionna souplement dessus.

"Si Tashigi me voyait faire ça, elle me tuerait !" Pensa Zoro.

Il prit son élan et bondit une nouvelle fois, à hauteur de l'embranchement. Il s'accrocha d'une main, toujours en maintenant de l'autre Perona. Au prix d'un intense effort de traction, il se hissa sur le bras de la croix, et de là, sauta jusqu'au sommet de la sculpture.

- Tu veux t'envoler, c'est ça ? Lança la voix d'Illjoe, depuis le pied de la croix.

Zoro ne répondit pas. Il déposa délicatement Perona sur le bois, puis s'approcha du rebord. Il se retourna, jeta un regard triste à la jeune femme, et sauta dans le vide. Illjoe fit le tour en courant, de manière à se retrouver du côté de sa cible.

- Pas de lune ! S'exclama-t-il.

Il s'envola à la rencontre de Zoro. Celui-ci se rattrapa au manche du sabre qu'il avait planté, le Troisième Kitetsu, et le tira avec force de la croix. Il vit Illjoe foncer verticalement sur lui. Il équipa ses sabres.

- Calibre soixante-douze !

Illjoe, qui n'avait pas accusé le coup, ne put que se protéger de ses bras et de sa lame. Il s'écrasa violemment au sol, et Zoro s'arma pour une nouvelle projection. C'était sans compter sur le puissant coup que Core lui asséna dans les côtes. Il avait totalement oublié le second, qui était revenu pour prêter main-forte à son capitaine.

- Je suppose que tu crois pouvoir nous battre, dit Core.

- Je ne suppose pas. Je vais vous battre.

Illjoe rigola franchement en se redressant.

- Pour commencer, tu n'arrives même pas à me vaincre, moi, alors ne compte même pas sur une victoire contre Core et moi-même réunis !

Il se jeta sur Zoro.

- Huitième feinte ! Découpe !

Il donna un coup de taille rageur, qui manqua de peu de sectionner un bras à Zoro.

- "Ne compte pas sur une victoire contre Core et moi-même" ? Je n'en serais pas si sûr, à ta place, dit une voix calme.

Mihawk quitta le couvert des arbres et s'avança, brandissant son épée. Illjoe blêmit, et Core recula.

- Tu ne manques pas d'air, venir ainsi sur ma propriété et t'en prendre à mes locataires, sans raison !

- Sans raison, je n'irais pas jusqu'à dire ça, répliqua Illjoe, qui se reprenait. J'ai un compte à régler avec Roronoa. Et j'avais aussi ça à récupérer.

À ces derniers mots, le pirate brandit le deuxième fourreau accroché dans son dos. Il était presque aussi long que celui d'Umi, mais de couleur brune, comme un chêne en été.

- Tu as réussi à trouver Yama ... Mais sans Sora, cela ne te sers à rien. D'autant que je n'aurai pas grand-mal à te reprendre la lame que tu m'as subtilisée.

- Va pas t'inquiéter pour ça, je sais où est Sora.

- Je sais aussi dans quel cercle d'Impel Down tu seras incarcéré quand j'en aurai fini avec toi. Zoro, je peux te faire confiance ? J'aimerai que tu m'aides pour ces deux brigands.

- Avec plaisir, rétorqua le bretteur.

Quelle occasion pour celui-ci de comparer les niveaux de chaque belligérant ! Ne manquait plus que Clansey, et le tableau aurait été complet.

- Un règlement de comptes en règle entre toi et moi au pied de la tombe de maître Althe, c'est trop beau pour être vrai, dit Illjoe qui semblait ravi.

Intrigué, Zoro se retourna vers son maître.

- Althe ?

- Je te raconrerai plus tard. Pour le moment, on doit se débarrasser de ces deux-là. Et où est Perona ?

- Ils l'ont blessée, alors je l'ai mise en sécurité, expliqua le bretteur.

Il désigna le sommet de la croix d'un geste du menton.

- Là-haut.

- Je me demande de combien ma prime va augmenter quand j'aurai séparé vos têtes de vos épaules, dit Illjoe qui n'en pouvait plus d'attendre.

- Tu as changé, Illjoe Gart, et pas en bien, répondit Mihawk. C'est à en regretter le temps où nous étions camarades.

Zoro, interloqué, prit la parole :

- De quoi ? J'ai mal entendu ?

- Je t'ai dit que je t'expliquerai, rétorqua le corsaire. C'est ... Comment dire ... Compliqué. Et pour l'instant, il y a plus important à faire que de ressasser le passer : renvoyer nos invités là d'où ils viennent.

- Ne met pas la charrue avant les bœufs, Mihawk ! S'exclama Illjoe. Tu risquerais d'être surpris.

- Je suppose que je dois m'occuper de Roronoa ? Demanda Core, resté muet tout ce temps.

- Ouais, mais l'abîme pas trop, okay ? J'ai envie de le faire crier un peu avant de le zigouiller.

- Vu.

Illjoe tira alors Yama au clair.

- J'oubliais, déclara-t-il. Je sais aussi très bien me servir de deux sabres à la fois.

Il fléchit les genoux, et brandit un sabre en avant, un sabre en arrière.

- Mille ans dans la Mer, Mille ans dans la Montagne ! S'exclama le pirate, uniquement pour le style.

Et il se jeta sur Zoro et Mihawk, Core dans son sillage. Le corsaire donna un large coup d'épée, déchaînant un puissant mouvement d'air qui freina Illjoe. Mais celui-ci ne démérita pas, et tout en brandissant ses sabres, il sauta. Core, quand à lui, opta pour une stratégie de vitesse. Avec l'état de son bras droit, il ne pourrait pas faire preuve de sa puissance maximale.


Perona se pencha dans le vide. En bas, les réjouissances commençaient, et elle brûlait d'y prendre part. Mais comment descendre de son perchoir ? Elle ne pensa pas immédiatement à utiliser ses pouvoirs de lévitation. Quand l'idée lui vint, cela commençait à barder au pied de la croix. De sombres événements de son passé se remémorèrent à elle. Le vent lui fouettait toujours le visage, et elle avait de plus en plus envie de descendre pour participer à la petite fête improvisée. C'était sans compter sur le terrible mal de tête qui ravageait sa conscience depuis son réveil, et qui la lançait horriblement dès qu'elle tournait le visage un peu trop vivement.


Au bout de quelques minutes, Zoro avait oublié Mihawk et Illjoe, et ne pensait plus qu'à annihiler Core, qui se défendait admirablement pour un semi-manchot. Les coups de matraque pleuvaient, et le bretteur n'aurait pas refusé un bras et un sabre supplémentaire pour parer toutes les offensives. Il avait déjà la jambe gauche ankylosée à partir de la mi-cuisse, suite à un rude coup que Core lui avait porté, et un large hématome se formait à vue d'oeil sur son épaule droite. Les deux adversaires se demandaient d'ailleurs pourquoi et comment aucun os n'avait encore cédé.

Mais Zoro n'était pas le seul à pouvoir compter les blessures douloureuses. Il avait gratifié Core de nombreuses petites coupures, et notamment une sanglante estafilade sur le torse, au niveau du muscle pectoral droit. Le second s'était montré particulièrement énervé par la destruction de sa chemise.

Soudain, alors que Zoro s'apprêtait à projeter un coup de sabres, Core disparut de son champ de vision, dans un puissant bruit de vibrations. Abasourdi, il leva les yeux et regarde en tous sens. À part la majestueuse croix et Illjoe et Mihawk qui combattaient férocement, il ne voyait rien.

- Montre-toi, espèce de lâche ! Tonitrua le bretteur.

Un bourdonnement résona, quelques mètres au-dessus de lui, suivi d'une voix puissante, celle de Core :

- A caelo usque ad centrum ! (Du ciel jusqu'au centre [de la Terre] !)

Celui-ci avait sauté haut au-dessus de Zoro, et brandi sa matraque. Sa cible n'eut que le temps de voir arriver l'impact.

Une puissante déflagration eut alors lieu, qui déséquilibra Zoro, et envoya Core valser un peu plus loin. Le bretteur reprit rapidement ses esprits, et se releva promptement. Il jeta un bref coup d'oeil à Mihawk et Illjoe. Aucun des deux n'avait, semble-t-il, remarqué l'explosion. Puis il pensa d'abord qu'il avait une dette envers Perona (car c'était sans aucun doute un ecto-blast qui l'avait sauvé), et ensuite qu'il n'aimait pas les dettes, surtout celles avec un taux d'intérêt de cent cinquante pour cent. Core se releva en titubant, sonné par l'explosion.

- C'était ... Quoi ? Souffla-t-il.

- Un cadeau, répondit Zoro.

Il réarma ses sabres, et se rua sur le second. Celui-ci, remis, dévia l'acier de sa matraque. Le bretteur sentit alors son épaule droite se contracter.

- Voici mon cadeau, murmua Core, hargneux, le regard vengeur.

Zoro se laissa aller, le temps de porter une main à son épaule. Le muscle deltoïde était contracté à l'extrême, et la peau bleuissait.

- Putain, qu'est-ce qu'il m'arrive ?

- Rien, c'est le pouvoir de mes yeux, appliqué sur la chair humaine. Ça fait mal, hein ?

Mais détendre un muscle était bien l'enfance de l'art pour qui pratiquait la musculation au niveau de Zoro, et celui-ci eût tôt fait de se remettre.

- Il est temps d'en finir, dit-il, déterminé.

- Bien dit, rétorqua Core.

Tous deux coururent l'un vers l'autre, hurlant sauvagement.

- La chasse au crabe !

- Dernier écrasement !

Le choc fut rude.

Commentaire de l'auteur Ce chapitre annonce du lourd, du très très lourd ! (le prochain aussi, mais je vous laisse découvrir ça dans quelques instants) Je confirme qu'il y aura bien un arc à propos du passé de Mihawk, que j'ai considérablement densifié avec les révélations de ce chapitre. (je crois l'avoir déjà dit avant, mais j'aime mieux me répéter). Le titre du chapitre se complète avec celui du précédent, et donne, en entier : "There and back again". Les plus cultivés d'entre vous auront deviné qu'il s'agit du titre original de Bilbo le Hobbit (en entier, "The Hobbit, or there and back again"), mais, plus qu'une simple référence à l’œuvre de J.R.R. Tolkien, il s'agit d'une réutilisation """philosophique""" (notez les triples-guillemets) du titre, qui en français se traduit par "aller et retour". Je vais m'arrêter là pour aujourd'hui, sinon je n'aurais plus rien à écrire dans les explications de titres du chapitre "secrets de fabrication" x) Dans quelques instants, le chapitre 19-2 !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales