Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Imaginaire
    Seven Edition
    Nb de signes : 80 000 - 500 000 sec
    Genre : horreur - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Confinement
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction réaliste - témoignage - contemporain - récit de vie - réaliste - humour
    Délai de soumission : 08/05/2020
  • L'Indé Panda 9
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 500 - 6 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/04/2020
  • L'Ampoule n°7
    Éditions de l’Abat-Jour
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : atypique - étrange - noir
    Délai de soumission : 10/05/2020
  • Mauvais goût
    Bigornette
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2020
  • Prix Zadig de la Nouvelle policière
    Éditions Exæquo
    Nb de signes : 65 000 - 130 000 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 12/07/2020
  • Littératures de l'imaginaire
    Tirage de têtes
    Nb de signes : 2 000 - 20 000 sec
    Genre : imaginaire - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/05/2020
  • La sauvegarde des orang-outans
    L'ivre d'histoires
    Nb de signes : 15 000 - 45 000 sec
    Genre : steampunk - science-fiction - fantasy
    Délai de soumission : 01/06/2020
  • Dimension "Marmite et microonde"
    Rivière blanche
    Nb de signes : 1 000 - 50 000 sec
    Genre : steampunk - horreur - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • Depuis plusieurs jours, la plage était déserte.
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : < 4 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/03/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Découvrez le manga indépendant francophone !
 par   - 1346 lectures  - Aucun commentaire

Entrez dans un tout nouveau monde, celui des auteurs de BDs et de mangas indépendants sur internet !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

One Piece

L'amour fraternel d'un Capitaine pour ses Hommes
[Histoire Terminée]
Auteur: Mr.Manga93 Vue: 12735
[Publiée le: 2010-11-01]    [Mise à Jour: 2011-01-16]
13+  Signaler Action-Aventure/Tragédie/Amitié Commentaires : 29
Description:
2 ans se sont écoulés depuis la bataille survenue à Marinford. Monkey D. Luffy est parvenu à rassembler tous ses compagnons, et s'apprête à entrer dans le Nouveau Monde. Mais, il apprend dans le journal, une nouvelle l'obligeant à prendre des décisions, qui marqueront à jamais son destin et celui de ses amis.
Crédits:
Tous les personnages appartiennent à Eiichirõ Oda
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Chapitre Final : Tel qu'il me l'avait dit.

[5091 mots]
Publié le: 2011-01-16Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Je tiens à remercier ayant lu cette fan fic. Vos commentaires m'ont fait très plaisir.
Remarque: 100pseudo, j'ai pensé à toi.

Chapitre Final : Tel qu’il me l’avait dit.

A des dizaines de kilomètres de toutes ces considérations, les derniers rayons du soleil couchant projetaient leur lumière sur les mers du Nouveau Monde. Une légère brise printanière venait troubler la surface de cet océan calme et paisible. Mis à part cela, rien n’aurait pu annoncer que la sérénité de ce lieu allait bientôt être troublée. Rien, hormis ce léger bouillonnement dans l’eau, qui gagnait en intensité au fur et à mesure que les secondes passaient. Il y eut soudain une explosion de gerbes d’eau, tandis qu’un navire, enrobé dans une espèce de bulle arc-en-ciel, venait d’émerger des profondeurs abyssales. Après quelques instants, l’étrange bulle se volatilisa, et laissa apparaître un bateau : celui-ci était orné d’une tête de lion, aussi bien sur la proue, que sur chacun des drapeaux, qui étaient hissés au sommet de ses mâts.

Le Thousand Sunny venait enfin d’arriver dans le Nouveau Monde. Le chapeau de paille s’empressa de monter sur la proue de son bâtiment, afin de mieux pouvoir admirer le premier crépuscule qu’il voyait, depuis ce nouvel océan. Les membres de l’équipage du chapeau de paille se rassemblèrent derrière leur capitaine, et contemplèrent à leur tour le spectacle qui s’offrait à leurs yeux.

Nami : « Alors c’est ça, le Nouveau Monde ? C’est vraiment magnifique ! Je n’arrive pas à croire qu’on y est enfin ! »

Avec un cadre aussi somptueux, l’œil visible du cuistot se changea en cœur. 

Sanji : « Oooooh ! Ce paysage est si romantique ! Nami-chérie, laisse-moi t’offrir le baiser de mon amour pour toi ma douce princesse. »

Le cuistot tendit ses lèvres, remplies d’espoir, en direction de celles de la navigatrice. Mais ce fût une châtaigne monumentale en plein sur la caboche, qu’il reçut de la part de la rousse. Comme quoi, il y a certaines choses qui ne changent pas.

Nami : « Arrête de gesticuler ! Tu ne vois pas que tu m’empêches de regarder ! »

Zoro : « Mais quelle cloche, ce type ! Avec tous les marrons que Nami lui a administré, il a toujours rien compris ? »

Le cuistot se remis aussitôt sur ses pieds, pour faire face à la réplique cinglante que le jeune sabreur venait de lui adresser.

Sanji : « De quoi je me mêle, tête de cactus ? Je n’ai pas besoin de l’avis d’un abruti qui arrive à se perdre, même sur une ligne droite. »

Zoro : « En attendant, ce n’est pas moi le crétin, qui se fait marcher dessus par la première femme venue. »

Les 2 hommes finirent par en venir aux mains. Et même si ces chamailleries incessantes, entre le sabreur et le cuistot, étaient monnaie courante sur le navire, les autres membres de l’équipage tentèrent de calmer les ardeurs des deux combattants. Seuls Robin et Luffy n’avaient guère pris part aux réjouissances, ce qui d’ailleurs, étonna grandement la jeune archéologue.

Robin : « Y a-t-il un problème, capitaine ? »

Derrière eux, la dispute avait brutalement pris fin, suite aux mots prononcés par la jeune femme : tous les regards étaient à présent braqués sur le capitaine qui avait résolument conservé la même position depuis qu’ils étaient arrivés dans le Nouveau Monde. Debout sur la figure de proue du bateau, les bras croisés sur son gilet rouge, l’homme élastique continuait de scruter la ligne d’horizon.

Nami : « Est-ce que tout va bien, Luffy ? »

Toujours le dos tourné à son équipage, le capitaine s’efforça d’apaiser les inquiétudes de ses compagnons, avec une voix qui s’efforçait d’être rassurante.

Luffy : « Hein ? Euh, oui bien sur ! Pourquoi ça n’irait pas ? »

La jeune navigatrice chercha ses mots avec soin.

Nami : « C’est que, ce n’est pas vraiment dans tes habitudes de rester aussi calme et passif, quand il y a de l’animation sur le navire. A quoi penses-tu ? »

Luffy : « Je me disais, qu’on devrait jeter l’ancre sur cette petite île que l’on voit, là-bas, au loin. »

Une expression de surprise se dessina sur le visage de la rousse.

Nami : « Ben, pourquoi ça ? »

La jeune navigatrice n’était pas la seule à manifester de la surprise devant un ordre aussi inattendu, et par la façon dont le capitaine avait donné cet ordre.

Ussop : « C’est vrai ça. Pourquoi ? »

Chopper : « Oui, pourquoi ? »

Luffy : « Parce que ce soir, les gars….. »

Le capitaine descendit de la proue et se tourna enfin vers son équipage. Il leva les bras en l’air, tout en arborant un large sourire, lorsqu’il reprit la parole, d’une voix pleine d’entrain.

Luffy : « ON FAIT LA FÊTE !!! »

Le « OUAIS !!! » tonitruant d’un équipage, soulagé de voir leur capitaine retrouver de son exubérance habituelle, accueillît avec ferveur, les propos de Luffy.

A une centaine d’encablure de là, à l’intérieur de la taverne du grove 13 de l’archipel Shabaody.

Un vieil homme était en train de lire le journal, pendant que la barmaid, prénommée Shakkie, s’affairait derrière son comptoir. L’homme portait des lunettes, et arborait une chevelure blanche, ainsi qu’une barbe bien fournie : il s’agissait d’Hades Silver Rayleigh.

Devant lui, un autre journal était posé sur le comptoir. Le journal en question datait de 2 semaines. On pouvait voir en première page, le portrait de l’amiral-en-chef Kuzan. Le visage du marine n’avait vraiment plus rien d’humain. On pouvait voir que la partie gauche de son visage était à présent inerte : les nerfs avait été totalement brûlés par le chapeau de paille, à cet endroit. Son œil gauche était plus bas de quelques centimètres par rapport à son œil droit. Sur certaines parties de son visage, la chair semblait en état de putréfaction avancée. Enfin, sous la chaleur des doigts du fils de Dragon, l’œil droit du marine de glace avait été crevé : on pouvait désormais voir que l’intérieur de sa tête portait aussi des marques de brûlure.

Rayleigh : « Incroyable ! Il le savait. Il avait tout vu. Tout prévu. Tous les évènements dont il m’avait parlé, se sont réalisés. Et tout s’est enchainé tel qu’il me l’avait dit. »

Intriguée par les propos du Roi Sombre, la barmaid interrompît Rayleigh, dans ses réflexions à voix haute, afin d’obtenir quelques éclaircissements, sur les étranges paroles qu’il venait de prononcer.

Shakkie : « Attends un peu ! De qui tu parles au juste, Rayleigh ? »

Rayleigh : « De Roger, bien sûr ! De qui d’autre voudrais-tu que je parle ? »

Shakkie : « Mais enfin, qu’est-ce que tu racontes ? Quel est le rapport entre Gold Roger et les récents évènements qui se sont produits dernièrement ? »

Rayleigh : « Le rapport entre les deux, vient du fait, qu’avant de mourir, Roger m’a révélé une prédiction qu’il avait eu par son Haki, et qui lui montait le monde tel qu’il serait dans une trentaine d’années. »

Shakkie : « Allons, Rayleigh ! Tu sais bien que c’est impossible. Le Haki ne permet pas de faire de telles prévisions, aussi lointaines dans le temps. Tu me l’as dit toi-même qu’il t’était impossible de voir plus d’une dizaine de jours dans le futur. Et au cas où tu l’oublierais, la différence de pouvoir entre toi et Roger n’était pas si grande que ça. »

Rayleigh : « Je pense que le moment est venu de te révéler toute la vérité sur le Haki des Rois. »

Shakkie : « Quelle vérité ? »

Rayleigh : « Comme tu le sais déjà, ceux qui détiennent le Haki des Rois sont très rares, et que ce type de Haki regroupe tous les autres, à savoir le Haki de l’observation, le Haki des armements, ainsi que le Haki du conquérants. Ce que tu ignores par contre, c’est que même si un individu maîtrise complètement le Haki des Rois, il y aura toujours un des trois types de Haki qui sera prédominant chez l’individu. »

Shakkie : « Un Haki prédominant ? Qu’est-ce que tu veux dire par là ? »

Rayleigh : « Ce que je veux dire, c’est que le Haki prédominant permettra à l’individu, d’avoir un type de Haki, avec des pouvoirs très largement supérieurs à n’importe quel autre utilisateur de ce même type de Haki. »

Shakkie : « Mais…. Mais….. Mais alors, si ce que tu me dis est vrai, ça voudrait dire que chez Roger….. »

Rayleigh : « Le Haki prédominant était celui de l’observation. Cette prédominance lui permettait de voir très loin dans le futur. Plus loin que n’importe lequel d’entre nous. Et de faire des prédictions très précises, qui se sont toujours réalisés à 100%. »

Shakkie : « Et la prédiction dont t’as parlé Roger avant son exécution ? Qu’est-ce qu’elle disait ? »

Rayleigh : « Elle faisait mention d’un jeune homme qui serait appelé à lui succéder en tant que nouveau Roi des pirates. Le jeune homme en question porterait un chapeau de paille, et possèderait l’étrange faculté, de fédérer autour de lui des personnes qui, normalement, n’auraient jamais dû se côtoyer entre elles. »

Shakkie : « Tu penses à Luffy ? Tu penses que c’est lui, le jeune homme de la prédiction de Roger ? »

Rayleigh : « Je ne le pense pas, Shakkie ! J’en suis sûr ! »

Shakkie : « Mais comment peux-tu en être aussi sûr ? »

Rayleigh : « Parce que la prédiction de Roger disait aussi, que le jeune homme détiendrait le Haki des Rois, et qu’il serait à la recherche constante de la liberté ainsi que de l’aventure. »

Shakkie : « Alors, c’est pour ça que tu l’as formé au Haki des Rois ! Pour qu’il soit le prochain roi des pirates, c’est ça ? »

Rayleigh : « Oui, mais ce n’est pas l’unique raison. »

Shakkie : « Quoi ? Comment ça ? »

Rayleigh : « Au cours de notre périple sur Grand Line, Roger, moi, et les autres, avons découvert de sinistres choses sur le Gouvernement Mondial. Des choses en rapport avec le siècle oublié. »

Shakkie : « Je suppose que tu fais allusion aux ponéglyphes. »

Rayleigh : « Exactement ! Et lorsque Roger est devenu le Roi des pirates, nous savions, qu’hormis la maladie qui rongeait le corps du capitaine, il restait un ennemi que nous ne pouvions vaincre : Le Gouvernement Mondial. Nous savions aussi que tant que cet adversaire existerait, les habitants de ce monde ne pourraient jamais prétendre à la liberté, ni à une vraie justice. »

Shakkie : « Peut-être, mais je ne vois toujours pas le lien entre Luffy, et la nécessité pour toi de le former au Haki des Rois. »

Rayleigh : « Comme je te l’ai dit, chaque détenteur du Haki des Rois possède un Haki prédominant. Au cours de son entraînement au Haki, j’ai découvert que son Haki prédominant était celui du conquérant. »

Shakkie : « Et je suppose bien sûr, que tu lui as déjà fait part de tout ça, n’est-ce pas ? »

Rayleigh : « Bien sûr que non ! »

Shakkie : « Quoi ? Mais tu aurais dû le lui dire ! Il s’agit de son avenir après tout, pas du tien. »

Rayleigh : « Réfléchis un peu, Shakkie ! Si je lui avait tout dit, j’aurais pris le risque de mettre sa vie en danger inutilement. »

Shakkie : « Pourquoi ? »

Rayleigh : « Tout simplement parce que si Luffy connaissait par avance son avenir, il se serait alors crû capable d’entreprendre n’importe quelle action, en pensant que quoiqu’il dise ou fasse, il deviendrait le Roi des pirates ; alors que ce type d’agissements ne pouvait que le conduire à sa propre perte. Et cela aurait alors gravement compromis tout le plan de Roger. »

Shakkie : « Le plan ? Quel plan ? »

Rayleigh : « Roger était un visionnaire et quelqu’un qui aimait la liberté ainsi que l’aventure. Seulement à l’inverse de Luffy, il était incapable de rassembler autour de lui, autant de personnes ayant des points de vue aussi différent. Et Roger savait que pour vaincre le Gouvernement Mondial, il fallait un leader capable de rassembler chaque personne autour de lui, et qui chérissait la liberté, la justice, ainsi que l’aventure par-dessus tout. C’est pour cela aussi que Roger s’est rendu à la marine. Chaque geste, chaque parole prononcée lors de son exécution ont été soigneusement calculée. Ainsi, Roger avait pu insuffler dans chaque homme, chaque femme, l’envie de liberté, la soif d’aventure. Dès lors, tout était prêt, pour mettre en place le décor, dans lequel Roger souhaitait que Luffy évolue, et de pousser ce dernier à prendre la mer, afin qu’il accomplisse sa destinée. »

Shakkie : « Alors, Luffy est destiné à…. »

Rayleigh : « à devenir celui qui apportera à chacun des habitants de ce monde, une nouvelle société, dans laquelle la liberté ainsi que la justice ne sont pas simplement de belles paroles, mais une réalité qui existe bel et bien. »

Le Roi Sombre marqua une pause. Lorsqu’il reprit la parole, ses mots résonnèrent avec toute la force du destin.

Rayleigh : « Luffy deviendra très bientôt le nouveau Roi des pirates, et cela aura pour effet, de changer à jamais, l’équilibre des forces de ce monde, tel que nous le connaissions. Ce n’est plus qu’une question de temps. »

Un peu plus tard dans la nuit, du côté de l’équipage au chapeau de paille.

La petite fête improvisée sur le Thousand Sunny venait de se terminer depuis quelques minutes. Avec le ventre rassasié et repu, tous les membres de la bande du chapeau de paille étaient en train de dormir à poings fermés, à l’exception de Luffy. Le capitaine était accoudé au bastingage du navire, et contemplait la lune ainsi que les étoiles.

 Luffy : « Finalement, j’y suis enfin arrivé, dans ce Nouveau Monde. Mais à quel prix ! »

En y réfléchissant de plus près, le chapeau de paille se rendit compte que l’aventure lui avait déjà coûté terriblement cher. Le Gouvernement Mondial lui avait pris son frère Ace, et il avait dû sacrifier son honneur à ce même Gouvernement Mondial, pour sauver la vie de ses compagnons, ainsi que de ses amis. 

Mais alors, songea Luffy, que se passera-t-il si je poursuis l’aventure ? Faudra-t-il que j’endure toujours plus de peines, et de souffrances pour aller jusqu’au bout ? Vais-je donc devoir encore perdre une autre personne qui m’est cher ? Et tout ça pour quoi ? Juste pour pouvoir réaliser mon rêve d’être le prochain roi des pirates ?

Désemparé, le chapeau de paille s’affala sur la rambarde, les yeux remplis de larmes.

Luffy : « Non ! Non ! Non, je ne pense pas que j’y arriverais, cette fois ! Quand Ace est mort, j’ai failli ne jamais me relever. Et si je perds encore quelqu’un qui m’est cher, je crois que là je n’y survivrais pas. »

Le fils de Dragon ne fît rien pour empêcher ses larmes de couler. Accablé par la tristesse et le désespoir, Luffy sentît quelque chose émerger, des tréfonds de lui-même. Quelque chose dénué de toute trace d’humanité. Quelque chose de primitif, et d’impitoyable. La voix de cette chose, qui résonnait dans la tête du chapeau de paille, était semblable à la voix de l’amiral Akainu : « Tu l’as dit toi-même que tu deviendrais le futur roi des pirates, non ? Quelle importance si tu dois sacrifier certains de tes compagnons ! Du moment que tu atteins le but fixé, le reste n’a pas la moindre importance. »

L’homme élastique était effaré par ce qu’il venait d’entendre, et secoua la tête, dans l’espoir de chasser ces mots monstrueux de son esprit.

Luffy : « Jamais ! Jamais, je ne ferais ça. Il est hors de question que j’abandonne ou que je trahisse, ne serait-ce qu’un seul de mes amis »

La réponse de cette petite voix cruelle fût cinglante : « Ah ! Parce que tu crois que eux ne se sont pas gênés, peut-être ? Regarde la réalité en face ! Bon nombre d’entre eux, t’ont déjà trahi une fois. Et quand aux autres, ce n’est plus qu’une question de temps, avant qu’ils ne décident de te poignarder dans le dos ! »

Luffy : « Fermes-là ! Tous les bobards que tu débites ne sont que des mensonges ! »

L’ignoble voix primitive, qui susurrait son discours venimeux dans les oreilles du chapeau de paille, prît un ton faussement surpris : « Des mensonges, vraiment ? Je crois plutôt que c’est toi, qui te berce de mensonges et d’illusions, pour nier une évidence qui crève les yeux ! Et si tu ne me crois pas, fouilles dans ta mémoire, et tu verras que je dis vrai. »

Luffy fît le vide dans son esprit, afin de pouvoir se remémorer clairement de chacun des souvenirs qu’il avait vécu en compagnie de ses amis.

Le décor qui l’entourait changea subitement.

Luffy était sur le restaurant flottant appelé Le Baratie. Zoro se trouvait à ses côtés. Devant eux, 2 hommes venaient à leur rencontre en courant : il s’agissait de Johny et de Yosaku, des amis de l’homme aux trois sabres, du temps où ce dernier était encore un chasseur de pirates. Chacun d’eux portait un sabre à la ceinture, et affichait une mine affolée. En les voyants, Zoro ne put réprimer la colère qui montait en lui.

Zoro : « Mais qu’est ce que vous fichez là tous les deux ? Je croyais que vous étiez en train d’assurer la protection de Nami et du Vogue Merry ! »

Yosaku : « On est désolé Zoro ! Mais la rouquine nous a doublés. Elle nous a envoyés à la flotte, et elle est partie avec le navire ! »

La colère de l’homme aux trois sabres laissa place à une expression de surprise, devant les propos du chasseur de prime.

Zoro : «  Quoi ? Qu’est-ce que tu as dit ? »

L’autre chasseur de prime s’empressa de confirmer les paroles de son compagnon.

Johny : « C’est la vérité Zoro, je t’assure ! Je suis désolé Luffy ! Mais, je crois bien que vous vous êtes fait avoir par cette fille. »

Le décor environnant changea à nouveau.

Luffy était affalé sur le plancher de la salle médicale du Vogue Merry. Devant lui, Ussop tentait péniblement de se remettre sur ses pieds. Le corps de l’artilleur était couvert de bandages.

Ussop : «  Tu te fiches pas mal de jeter les compagnons inutiles, pendant que tu continues ta route. Luffy, tu deviendras peut-être le futur Roi des pirates. Mais tes ambitions, c’est trop haut pour moi. »

L’artilleur se dirigea vers la porte de la cabine, et posa sa main sur la poignée de cette dernière.

Ussop : « Alors je…. Je…. JE QUITTE CET EQUIPAGE !!!!! »

L’homme au long nez sortit de la pièce, et la porte de la cabine se referma derrière lui. 

Il y eût à nouveau un changement de décor.

Luffy se trouvait dans la chambre du maire de Water Seven, dans le siège de Galley-la Company. Zoro, Chopper, et Nami se tenait derrière lui. Devant lui, se trouvait Robin. La jeune archéologue était vêtue d’un manteau vert à capuchon.

Robin : « C’est fini ! Nous ne nous reverrons plus ! Plus jamais ! »

Nami : « Mais pourquoi, Robin ? Pourquoi ? »

Robin : « Parce qu’il y a un rêve que je veux accomplir. Et je sais qu’il ne réalisera jamais, tant que je resterai avec vous. »

A ce moment précis, l’espace entourant Luffy fût englouti par d’épaisses ténèbres.

Conscient que la volonté du fils de Dragon faiblissait, la voix primitive poursuivît inlassablement de déverser sa haine, dans le cœur déjà meurtri de Luffy : « Où étaient tes prétendus amis, quand Ao Kiji t’as mis la main dessus, sur Amazon Lily ? Et combien de fois, a-t-il fallu que tu risques ta vie, pour aller à leur secours, après qu’ils aient déserté ? C’est leur faute à eux, si tu n’es plus rien, aujourd’hui. Ils mériteraient de payer, pour toutes les souffrances que tu as dû subir. N’es-tu pas d’accord avec moi ? »

Cela aurait été effectivement le cas, si d’autres souvenirs de Luffy n’étaient venus à la rencontre de son esprit à la dérive.

Un nouveau décor se matérialisa devant lui.

Luffy était à présent sur l’île natale de Nami. Le village de Kokoyashi avait été laissé à l’abandon par ses habitants. Devant lui se trouvait la navigatrice. L’épaule gauche de la rousse saignait abondamment. Agenouillée dans la poussière, Nami tournait le dos au Chapeau de paille, pendant qu’elle pleurait à grosses gouttes, des larmes de chagrin et de désespoir. La navigatrice regarda l’homme élastique par-dessus son épaule valide, et lui demanda d’une voix agitée de sanglots :

Nami : « Luffy ! A…a…..aide-moi ! »

Le décor entourant le fils de Dragon se modifia de nouveau.

Luffy se trouvait maintenant au sommet du tribunal d’Enies Lobby. Zoro, Sanji, Ussop alias Sniper King, Nami, et Chopper avaient pris place à ses côtés. Devant eux se tenait la tour judiciaire, dont le sommet était surplombé par le drapeau en flammes du Gouvernement Mondial, et dans laquelle, Robin et Franky étaient retenus captifs. La jeune archéologue, menottée par du granit marin, se trouvait en état de choc, devant ce que ses compagnons avaient osé faire, pour pouvoir la sauver. Ses yeux se remplirent peu à peu de larmes de gratitude et de bonheur, qu’elle ne pouvait empêcher de laisser couler le long de son visage. Et d’une voix forte, empli d’une assurance ainsi que d’une volonté retrouvée, la jeune archéologue cria à ses compagnons :

Robin : « JE VEUX VIVRE ! MAINTENANT J’EN SUIS SÛRE ! EMMENEZ-MOI AVEC VOUS ! »

Le décor entourant Luffy changea une nouvelle fois.

Luffy se trouvait maintenant sur le pont arrière du Thousand Sunny. Un navire de la marine, orné d’une proue à tête de bouledogue, s’approchait du bateau de l’équipage au chapeau de paille par tribord. Au sommet de la proue du navire de la marine, se tenait le vice-amiral Garp. Le vieil homme s’acharnait à envoyer le bateau de son petit-fils par le fond, au moyen des boulets de canons qu’il projetait à partir de ses mains, avec une force phénoménale. Le Thousand Sunny était littéralement pris dans une tempête de boulets de canons. Chacun des membres de l’équipage au chapeau de paille se battait de toutes ses forces, pour protéger le navire des assauts violents du grand-père de Luffy. Devant le fils de Dragon,  à genoux, au milieu des tas de pièces de bois disséminées sur la petite bande de terre bordant les remparts de Water Seven, se trouvait Ussop.  L’artilleur était désemparé, et ne pouvait que regarder ses amis s’en aller, sans lui.  Les larmes se mirent à couler abondamment sur son visage. Dans une dernière tentative désespérée pour se faire entendre, l’artilleur se mît à hurler à ses compagnons, tout ce qu’il avait sur le cœur :

Ussop : « Je suis désolé ! Je m’excuse pour mon entêtement ! J’ai eu tort ! Même si j’ai été têtu… Même si j’ai dit que je voulais quitter l’équipage….. Je veux changer tout ça, mais je ne peux pas ! Je ne peux pas, alors je vous en supplie… Laissez-moi revenir dans l’équipage ! Encore juste une fois… Laissez-moi être votre compagnon ! »

Une lumière aveuglante occupa progressivement toute la scène, obligeant le chapeau de paille à fermer les yeux. Lorsqu’il pût enfin les rouvrir, Luffy était de nouveau dans la réalité. Mais à présent, il affichait un large sourire pendant qu’il contemplait la lune et les étoiles, avec au fond de lui-même un sentiment de bien-être. 

La paix venait de revenir dans son cœur et son âme, lorsqu’il répondit d’une voix sereine à son interlocuteur intérieur.

Luffy : « Non. »

La voix primitive parût déstabilisée : « Comment ? »

Luffy : « A un moment ou à un autre, chacun de nous, en vient à douter d’avoir sa place, parmi celles et ceux qui l’entoure. Et quand une personne doute d’elle-même, c’est là qu’elle est susceptible de commettre des erreurs stupides, qu’elle ne pourra que regretter par la suite. Tout bon capitaine qui se respecte doit savoir cela, et doit être capable de pardonner ce genre d’erreur à ses hommes. Je tiens à la vie de chacun de mes compagnons, et je sais aussi que pour eux, c’est pareil. Chacun d’eux a sa place sur bateau, et je les aime tous comme mes frères et comme mes sœurs : parce qu’ensemble nous formons une famille. »

Le discours haineux déblatéré par cette voix primitive, avait presque perdu toute crédibilité. Cependant, cette dernière ne s’avouait pas encore vaincu : « une famille, hein ? Allons ! Comment peux-tu prétendre un seul instant que ces gens sont tes frères, alors que tu n’es même plus un humain ? »

Luffy eût l’impression de recevoir une lame glacée en plein cœur.

L’horrible voix, qui résonnait sa tête, sentît, que la confiance de l’homme élastique en lui-même, était à nouveau en train de vaciller, et elle chercha à pousser son avantage plus loin encore : « Oui ! Regardes toi d’un peu plus près, et ose me dire en face que ce n’est pas la vérité ! »

Luffy déboutonna son gilet rouge, et observa son torse. La griffe des dragons célestes luisait d’un sombre éclat sur sa poitrine. Aux yeux du monde, celui qui portait cette marque, était considéré comme une bête abominable, à la vie insignifiante, et dont la simple existence relevait du crime mondial.

La voix primitive : « Tu vois. Malgré tout ce que tu es capable de faire, et quelque soit ce que tes amis peuvent dire : le résultat, lui, sera toujours le même. Tu es tout seul, Luffy ! Personne ne pourra te comprendre ou même te venir en aide. Comment le pourrait-il, d’ailleurs ? Comment pourrait-il savoir ce que ça fait, quand l’homme que tu es, se fait détruire par le Gouvernement Mondial ? »

Le chapeau de paille avait envie de hurler, de rejeter en bloc, toutes ces paroles insipides. Malheureusement, il devait se rendre à l’évidence. Il était effectivement tout seul. Seul sans personne pour pouvoir l’aider ou le comprendre. Seul face à lui-même. Seul face à une destinée, auquel il ne pouvait échapper.

Hancock : « Luffy ? »

La douce voix de l’impératrice pirate arracha le chapeau de paille à ses sombres pensées.

Hancock : « Luffy ? Est-ce que tout va bien ? »

 L’homme élastique tenta, avec son bras droit, d’essuyer ses yeux, rougis par les larmes qu’ils avaient versées, et  fît un énorme effort, pour arborer un grand sourire à son interlocutrice, lorsqu’il se tourna vers elle.

Luffy : « Euh… Oui ! Oui, tout va bien, je t’assure ! Pourquoi est ce que ça n’irait pas ? »

L’impératrice poussa un léger soupir.

Hancock : « Oh, Luffy ! Je le vois bien que ça ne pas. Tu cherches à sourire, pour montrer à ton entourage que tu es heureux, alors que c’est tout le contraire, en fait. »

Le sourire du fils de Dragon s’écroula instantanément comme un château de cartes. Il fixait l’impératrice pirate avec gravité. C’était impossible, pensait-il. Comment pouvait-elle aussi bien savoir, ce qu’il ressentait vraiment, à l’intérieur ?

Hancock : « Si tu savais combien de fois j’ai utilisé ce subterfuge pour cacher ma détresse aux autres, y compris à mes propres sœurs. »

Le chapeau de paille ne répondît rien. L’impératrice pirate se rapprocha de Luffy, et posa ses mains sur son visage.

Hancock : « Tu peux tout me dire Luffy, tu sais. Je sais ce que ça fait, quand le Gouvernement Mondial s’acharne à nous prendre tout ce qui fait notre identité. Je te promets de garder le secret sur  tout ce que tu pourrais me dire, comme toi tu l’as fait pour moi, quand je t’ai raconté mon passé. »

Luffy se figea dans une expression de totale stupéfaction, quand les mots de l’impératrice pirate atteignirent son esprit. Le souvenir de la conversation qu’il avait eu sur Amazon Lily refît surface dans sa tête, ainsi que le moment où l’impératrice pirate lui avait montré son dos totalement nu : la griffe des dragons célestes avait été gravé sur sa chair, lorsqu’elle n’avait encore que 12 ans.

Hancock avait été torturé et humilié, tout comme moi, pensait Luffy. Comment ais-je pu oublier cela ?

La réaction de Luffy suscita l’inquiétude chez l’impératrice pirate.

Hancock : « Luffy ? Luffy, qu’es ce qui se passe ? »

Ainsi donc, pensait Luffy, tout ce que m’a raconté cette élucubration de mon cerveau n’était que des conneries. Il n’était pas tout seul face à ses problèmes : il lui restait bel et bien quelqu’un pour l’aider et le soutenir. Quelqu’un qui pourrait réellement l’aider et le comprendre.

Hancock : « Luffy, parle-moi ! Dis-moi quelque chose ! »

La douceur des mains de l’impératrice pirate sur son visage, procurait au fils de Dragon, un sentiment de bien-être. Il en avait assez de réfléchir. Il était fatigué de devoir endurer sans cesse la souffrance. Pourquoi ne pas s’abandonner à ce doux contact, pensait-il ? N’ayant plus conscience de ce qu’il était en train de faire, Luffy enlaça Hancock de ses bras, et jeta ses lèvres sur celles de l’impératrice pirate.

D’abord surprise par ce geste aussi soudain qu’inattendu, l’impératrice pirate répondit bientôt aux lèvres du chapeau de paille, et déposa avec passion, ses  propres lèvres sur celles de son galant, tout en l’enlaçant, elle aussi, dans ses bras. Hancock et Luffy se jetèrent alors, à corps perdu, dans un baiser sulfureux et langoureux.

Elle, nageait dans le bonheur. L’homme, qu’elle avait choisi pour mari, venait enfin de répondre à ses appels.

Lui, voulait sombrer dans l’oubli. Oublier à jamais toutes ses souffrances. Oublier à jamais la folie du monde qui s’était abattue sur lui.

Pour le monde, ils étaient les bannis, les proscrits. Le seul fait qu’ils puissent encore être en vie,  relevait du crime le plus ignoble. Le baiser de Luffy et d’Hancock était leur réponse face à leurs bourreaux. Dans ce baiser, chacun d’eux y mettait sa rage de vivre. Car, ils avaient bel et bien la volonté de vivre. Et ils étaient prêts à se battre, jusqu’à leur dernier souffle, pour avoir le droit de vivre et de connaître le bonheur, comme n’importe quel être humain.

Hancock laissa échapper une exclamation de contentement, lorsque la chair de ses courbes généreuses, fut dévorée, sous le feu ardent, des baisers de Luffy.

Le chapeau de paille ne s’en était pas encore rendu compte, mais quelque part, au plus profond de son cœur, une flamme venait de s’allumer en lui. Une flamme que ni le temps, ni la folie du monde, ne pouvait altérer.

C’était la flamme d’un amour véritable, flamboyant, et fusionnel.

Ce que Luffy ignorait, c’est que la force de l’amour réciproque entre Hancock et lui-même, allait être l’étincelle, à l’origine de la chute finale de Barbe Noire, ainsi que de l’élite mondiale, dont la cruauté et la barbarie avaient gangrené ce monde depuis bien trop longtemps.

 

FIN

Commentaire de l'auteur Cette histoire est terminée. N'hésitez pas à donner votre avis. Vos commentaires seront toujours les bienvenus.
Remarque: Cette histoire est ma toute première fan fic.
Post Scritum: la prochaine fanfiction portera sur le manga Ôban Star-Racers.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales