Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nature et biodiversité du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 16/02/2020
  • Femmes fortes
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/09/2019
  • Le fleuve
    Revue CONGO ECRIT
    Nb de signes : 250 - 2 000 sec
    Genre : poésie - conte
    Délai de soumission : 21/09/2019
  • La ville de Somnore
    Otherlands
    Nb de signes : < 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 10/01/2020
  • Le grand jeu
    Observatoire de l'Espace du CNES
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : réaliste - théâtre - poésie - libre - pastiche - imaginaire - art visuel - contemporain
    Délai de soumission : 14/10/2019
  • Nutty Seas : débauche marine
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : romance - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 23/11/2019
  • Revue Encre[s] N°4
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 12/09/2019
  • Insurrections
    ImaJn'ère
    Nb de signes : 22 500 - 27 500 sec
    Genre : policier - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/10/2019
  • Fantasy humoristique
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : humour - fantasy
    Délai de soumission : 20/12/2019
  • Livres Oubliés
    Aeternam AS Éditions
    Nb de signes : 200 000 - 800 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique
    Délai de soumission : 31/12/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

secret sucré
[Histoire En hiatus]
Auteur: Aligato Vue: 6266
[Publiée le: 2008-04-07]    [Mise à Jour: 2009-08-01]
13+  Signaler Romance/Humour/Drame Commentaires : 20
Description:
Temari professeur de français ordinaire se voit confier une classe de perturbateurs plus complexes les uns que les autres. Ils cachent tous un secret douloureux, amoureux ou familiale. Temari, maitresse des secrets découvrira t'elle les secrets de ses élèves ?

couple: Tema/ ??? Saku/sasu Naru/Hina
Crédits:
les persos appartiennent à Masashi Kishimoto. Tout le reste m'appartient
Je me suis un peu inspiré du film "écrire pour exister" pour le métier de Temari
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

chapitre 4

[3616 mots]
Publié le: 2008-11-22
Mis à Jour: 2008-11-22
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)


Bonjours !

Conseil: Avec ce chapitre, je vous conseille d'écouter en même temps ce morceau (celui-là) pour la première partie (jusqu'à la première ligne de séparation. Puis jusqu'à la fin, celui là ---> ou celui là ---> ou celui là -->

Mercii <3

ps: ne faites pas attention aux images c'est la musique qui compte !






Chapitre 4




Une pièce illuminée de soleil. C'était le matin et le lycée était envahi pour une lumière nouvelle, signe du commencement de la journée. Les professeurs étaient déjà arrivés et commençaient à se préparer. Temari faisait partie de ceux là. Elle avait couru pendant une bonne demie-heure afin de ne pas arriver en retard. Malheureusement, ayant mal lu son réveil, elle avait cru qu'il était huit heure alors qu'il n'était que sept heures du matin.

Elle soupira un moment puis continua à marcher vers l'établissement.

Soudain, elle se stoppa. Une mélodie magique la frappa de plein fouet. Un piano ? Était-ce un piano qui jouait aussi bien ? D'où provenait ce son si mélodieux ?

De plus, il était accompagné par un violon ce qui donnait un petit quelque chose d'éblouissant au morceau.

Temari mis son sac à bout de bras. Elle se mit à courir. Courir aussi vite qu'elle pouvait vers l'endroit d'où venait cette musique. Elle voulait savoir qui jouait aussi bien. Qui pouvait être doué au point d'émouvoir son cœur ? Qui jouait de cette façon si belle ?

Elle s'arrêta finalement devant une petite porte et l'ouvrit sans faire aucun bruit. Là, elle les vit. Sasuke de dos, assis devant un piano et faisait courir ses doigts sur les touches de l'instrument. Ceux ci entamaient une danse folle et envoutante sur le clavier et Temari ne distinguait plus les doigts du jeune musiciens.

Au violon, Sakura évidemment. Celle-ci avait les yeux fermés et jouait le morceau par cœur – tout comme Sasuke d'ailleurs- ce qui impressionna encore plus la jeune professeur.

Le brun continuait, mêlant sa musique au cœur, à l'âme et à l'esprit. On pouvait voir la joie se lire sur son visage de pouvoir enfin jouer le morceau qui l'avait tant fait attendre. En effet, il venait juste de commencer sa troisième année et ayant extrêmement – voir trop- travaillé pendant ses deux premières années, il avait un excellent niveau.

Le morceau se prolongea. Temari se laissa glisser le long du mur et regardant ses deux élèves englobés par la mélodie, elle fut elle même happée par les sentiments s'échappant. De fines larmes lui coulèrent des joues et une myriade de souvenirs l'envahirent comme si on lui avait passé un film de sa vie ou des photos en accéléré.

Son père et sa mère, la photo de leur mariage. Son petit frère, Gaara, trois ans, jouant avec le sable à la plage. Kankuro, son autre frère, en grande conversation avec un chat, à 4 ans. Et puis la guerre, la mort, la souffrance, les larmes. Encore et encore, sans arrêt, sans entracte, sans pause. Un couloir de déchirures sans fin jusqu'à sa rencontre avec Airis. Elle se souvint du jour où l'elfe lui était apparu lui révélant qu'elle possédait le don des secrets.

Airis appelait Temari «maîtresse», mais elle savait parfaitement que leur relation n'était pas une relation maître/esclaves mais bel et bien une amitié très forte.

Quand Airis avait trouvée Temari, celle ci était très occupée par l'éducation de ses frères et le moyen de faire un travail convenable pour les nourrir. Alors, elle avait soutenue la jeune fille et avait veillé sur les frères de son amie pendant que l'autre allait en cour.

Cette relation d'échanges leur convenait à toutes les deux.

La dernière note retentit dans la salle et les deux élèves bouche bée se tournèrent vers leur professeur qui était en larme. Il furent émus, ébahis, inquiets qu'on les aient vus utiliser une salle interdite. Pourtant, le professeur eu une attitude toute autre. Elle prit ses élèves dans ses bras et les félicita encore et encore et encore sans s'arrêter de les remercier et des les féliciter pour leur travail. Ce qu'ils avaient joués était magnifique.

Les jeunes gens ne le savaient pas, mais oui, la Sabaku avait eu l'impression d'être remontée dans son enfance et le paysage avait complètement changée lors de son immersion musicale, se retrouvant dans la petite maison dans laquelle elle habitait avec ses parents et ses frères peu de temps avant la guerre. Le kotatsu bien rangé dans le placard. Le gros bocal de riz coincé entre la grazinière et le meuble à assiettes et couverts. Elle se souvenait de tout. Le paquet de gâteaux de Gaara abandonné durant l'attaque et le nounours de Kankuro oublié près de son lit.

Alors que jusqu'à aujourd'hui elle avait oublié, voilà que tout lui revenait en mémoire. Les moindres petits souvenirs enfouis et cachés. Sa poupée, appelée communément Alice et son petit lapin, dont le patronyme était «Chiaki». Et puis ce morceau. «Concerto pour piano en Do minor» par Rachmaninov. Évidemment, les adolescents avaient sûrement dût changer la partition puisque c'était une partition pour orchestre à la base. Le résultat n'en restait pas moins sublime et mariait à merveille les deux instruments. Une véritable perle pour l'oreille et pour la musique. Ces deux là était nés avec des instruments dans les mains et le professeur se jura de leur faire continuer leurs études musicale afin de ne pas gâcher ce potentiel fabuleux.





¤ Dix ans plus tôt ¤


La jeune blondinette courait le plus vite qu'elle pouvait. Son sac sous le bras, elle avait dût s'occuper de son petit frère au dernier moment et elle avait eut du mal à partir. Maintenant, elle était en retard. Elle vit le portail se dessiner devant elle. Elle piqua un sprint phénoménal, fit une roue contrôlée et passa juste quand le gardien fermait. Il resta bouche bée pendant que la fille continuait à courir.

  • Sabaku ! Sabaku ! Absente ?

  • Présente ! Cria une voix essoufflée.

  • Sabaku...en retard donc ? Comme d'habitude...

  • Excusez moi Ashitaka sempaï ! S'excusa la jeune fille en faisant une courbette. Mon frère allait mal alors...

  • Et vos parents mademoiselle ? A quoi servent...Oh...Excusez moi...J'avais...

  • Laissez tomber monsieur ! Cria la jeune fille. Pouvont nous commencer le cour ? Demande t-elle toute souriante sous l'air étonné de son professeur.

  • Bi...Bien sur...Va t'asseoir où tu veux...

    La jeune fille alla s'asseoir et posa son sac sur sa table. Elle sortit ses affaires et le cour reprit normalement. Pourtant, Temari – car s'était elle – se perdit dans la contemplation du ciel nuageux se jour là. Ses parents étaient morts depuis une dizaine d'années et Temari avait dût les élever seule depuis l'age de douze ans. Après la guerre qui avait eu lieu entre la Chine et la Russie*, Temari avait été confrontée à la douloureuse épreuve de vivre en communauté fermée, dans un orphelinat. De plus, comme elle ne voulait pas prononcer une seule paroles après qu'on les aient récupérés dans le bunker, elle fût placée avec ses frères dans un orphelinat. cinq ans plus tard, la jeune fille retrouvait la parole et partait vivre avec ses frères dans une ville. Elle avait atterrit ici, Konoha, une ville calme, paisible et où elle pouvait vivre tranquillement avec ses frères.

    Temari releva la tête. Le prof l'interrogeait et évidemment, elle connaissait la réponse car par chance – car elle en avait peu – la nature l'avait dotée d'une incroyable intelligence. Elle répondit don correctement puis le professeur la laissant tranquille, elle retomba dans ses rêves d'enfance. Quand le bruit de libération ce fit entendre, Temari se leva nonchalamment et sortit de la salle de classe. Une amie vint la rejoindre puis la laissa seule car le midi elle rentrait chez elle. La blondinette se dirigea vers un parc situé à deux pas du grand lycée où elle se trouvait et s'allongea sous un arbre pour dormir un peu puisque Kankuro ayant fait un cauchemar, elle avait du se réveiller dans la nuit pour le réconforter. Elle ferma doucement les yeux et s'endormit. Elle rêva. Un rêve serein comme le font nombre de lycéennes à cet age, elle rêva d'un garçon. Sauf que lui, elle ne l'avait jamais vu. Il était grand, son visage n'avait ni bouche, ni yeux. Un nez était là, perdu dans le rien. Il possédait une coiffure ananas et lui disaient des choses qu'elle n'arrivait pas à entendre. Elle se réveilla d'un seul coup et se retrouva nez à nez avec une petite chose ailée papillonnant gracieusement devant ses yeux. La «chose» souria et s'exclama:

  • Bonjours ! Je suis Airis, ta fée ! Et maintenant, tu es ma maîtresse de secrets !

  • Pardon ? Balbutia Temari. Je suis quoi ?

  • Une maîtresse de secret.

  • Euh...ça m'avance beaucoup ça tiens...

  • Si tu veux absolument tout savoir maîtresse, il existait il y a très longtemps de puissants magiciens détenant les secrets les plus convoités et les plus précieux du monde. Vous étiez l'un d'eux.

  • J'étais quoi ? Non...Tu dois faire erreur sur la personne. J'ai quinze ans ! Quinze ans ! Il y a très longtemps comme son nom l'indique c'est il y a TRES longtemps et je n'étais pas née.

  • Tu ne comprend pas maîtresse ou tu es butée ? Et ta vie antérieure alors ? C'était quoi tu crois ?

  • Une vie antérieure? Oh mon dieu...

    Temari s'était évanouie et l'elfe volant soupira en grommelant un « maîtresse... » désespéré. La fée dût pourtant rapidement se cacher car quelqu'un approchait de la jeune fille. C'était un petit garçon qui devait avoir aux alentours de cinq ans. Ses cheveux était mi- longs, remontés en un ananas – si je puis dire – et il possédait entre autre deux petits yeux verts dont le pouvoir hypnotiseur était démesuré. En réalité, ce petit faisait craquer tout le monde grâce à sa petite bouille et son intelligence supérieure lui offrait les faveurs des gens. Pourtant, malgré son age et sa capacité à réfléchir ce n'était qu'un gamin et lorsqu'il avait vu une fille endormie, il avait eut envie d'aller la voir pour jouer avec elle. Il voulut la réveiller et s'assit sur ses genoux. La jeune fille se réveilla instantanément et comme la fée avait disparue, elle ne se posa pas plus de questions. Ce n'est que lorsqu'elle vit le petit garçon sur ses genoux qu'elle reprit son sourire. Elle aimait beaucoup les enfants et celui là était très mignon. Il Sourit à son tour à la jeune fille et lui proposa avec des mots de tout petit de jouer avec lui ce qu'elle accepta immédiatement. Les nouveaux «amis» s'amusèrent tout l'après-midi car Temari n'avait pas cour et quand le petit garçon partit, elle lui demanda gentiment son nom.

  • Shikamaru ! Répondit il. Et toi ?

  • Temari.

  • Dis Tema...Tu veux bien me promettre un truc ? Demanda le petit garçon.

  • Bien sur...

  • Demain je vais partir pour Suna. Mes parents partent et m'emmènent. Est-ce-que quand Shika sera plus grand tu voudras bien te marier avec lui ?

  • Bien évidemment, s'exclama l'adolescente en voyant le visage du garçonnet s'illuminer. Promesse !

    Elle lui tendit son petit doigt qu'il saisit avec son propre auriculaire. Tout deux se firent la promesse et le petit garçon disparut. Temari rentra chez elle. Jouer avec cet enfant lui avait remis les idées en place et quand la fée apparut elle allait mieux que dans le parc où elle était complètement épuisée. La fée réussit à la convaincre en une nuit qu'elle était une porteuse de secret. Depuis ce jour, Temari mena une double vie. La vie où elle était la pétillante lycéenne toujours en retard et la vie où elle était Temari-SAMA, la porteuse de secrets qu'elle récoltait dans le cœur de chacun. Airis était issue d'une longue lignée de fées qui avant elle avaient dédiées leur vie à la protection et le conseil d'un porteur de secrets. C'était une princesse qui avait eu la garde de Temari car celle ci avait un rang très élevé dans le groupe de magiciens. Airis aimait tout comme Temari s'occuper d'enfants alors lorsque Temari termina le lycée et qu'elle entra à la fac, elle s'occupa de Kankuro et Gaara en changeant d'apparence. Elle devint une jeune femme aux cheveux rouges et très courts ayant seize ans et qui s'occupaient d'eux. Temari était plus rassurée et ainsi les secrets qui entraient en elle la faisait moins souffrir. Car oui, même si cela semblait d'une simplicité affligeante, être un magicien des secrets requérait une grande force morale et mentale car les douleurs infligées par la réception des secrets entiers était insupportables. Souvent, Temari restait prostrée dans sa chambre tellement elle avait mal. Un jour pourtant, une tactique qu'elle avait mise au point pour ne pas souffrir avait fonctionné. Elle avait mis de la musique en rentrant chez elle après avoir absorbé un secret – les effets ne se propageant dans le corps que plusieurs minutes après- et rien ne vint. Elle attendit dix minutes dans sa chambre puis une heure et toujours rien en se passait. Elle comprit: le musique bloquait les ondes négatives des mauvais secrets. Encore les secrets bon ou normaux ils ne lui faisaient rien. Mais alors les secrets terribles, ils la faisait souffrir comme si on eu prit plaisir à la torturer.

    La fin de la souffrance de la jeune fille était arrivée grâce à cette merveilleuse chose appelée lecteur de musique. Elle pouvait a présent happer plusieurs secrets en même temps et mettre un musique directement après pour se sentir très bien. Cependant, cela ne marchait pas à tout les coups car quand le secret était trop lourd, les mélodies n'y pouvaient rien.

    Temari était motivée pour son travail. Elle avait choisi un métier en contact avec des enfants et où les secrets étaient propices : professeur de français dans un lycée. Elle voulait que ses élèves extériorisent leur secret afin qu'elle n'ai pas à leur prendre. C'était moins douloureux pour la jeune fille de savoir que le secret enfouit pouvait tranquillement ressortir à la surface et qu'elle n'avait pas à s'en préoccuper. C'était là l'occupation préférée de Temari et qui l'avait menée à ce poste : sa parfaite maîtrise des langues et de la rédaction.





Shikamaru ouvrit les yeux. Il était affalé sur sa table depuis une dizaine de minutes et quelqu'un était en train de l'appeler en hurlant. Son professeur de maths sûrement puisque le pauvre adolescent s'était endormi pendant son cour. Le professeur se posta devant Shikamaru et il commença la chose qu'il préférait le plus: humilier ses élèves. Il commença doucement en donnant des petits surnoms crétins à Shikamaru puis il dérapa vers des sujets épineux comme la pseudo-intelligence du garçon et le fait qu'il s'était beaucoup battu durant son enfance. De plus, le professeur osa dire que si l'élève était ainsi, c'était la faute de ses parents si il était ainsi. Shikamaru vit rouge et tenta d'exploser la figure du professeur qui se recroquevilla derrière son bureau.

Soudain, Temari qui passait dans le couloir à ce moment là fit irruption dans la salle. Elle se plaça devant le professeur et Shikamaru qui venait de se libérer et qui s'élançait sur sa victime s'arrêta à 50 centimètres de Temari. Son corps ne lui obéissait plus une nouvelle fois. Pourtant, il aurait voulu frapper. Il baissa le poing, vaincu et baissa la tête. Il sentit son professeur le prendre par les épaules et le pousser hors de la salle de classe. Les autres élèves avaient suivis toute la scène et tous s'étaient rassis pendant que le professeur bien qu'un peu tremblant reprenait son cours.

Pendant ce temps, Temari avait conduit le perturbateur sur le toit. Elle lui avait sourit et l'avait prit dans ses bras alors que lui était complètement interloqué par la conduite de sa prof.

Celle ci le lâcha et le félicita. Ce professeur n'était qu'un sale con après tout et il n'avait eu que ce qu'il méritait, c'est à dire, une humiliation devant ses élèves.

Les deux personnes s'assirent sur le béton dont était conçu le toit et regardèrent les nuages. Shikamaru tourna son regard vers la prof. Décidément, elle embellissait de jour en jour. Peut-être Sakura avait elle raison. Peut-être était il réellement amoureux d'elle finalement.

Son professeur tourna à son tour son visage vers lui ce qui lui fit échapper un rougissement. Elle se mit à rire devant la mine de vierge effarouchée de son élève alors que celui-ci murmurait «idiote» en rougissant de plus belle.


A suivre...



Coucou !!!! ^^

WOUAAAAAAAAAAAA vous l'attendiez un peu je pense ^^ hum...désolée pour l'attente mais je suis quelqu'un qui met du temps à trouver l'inspi XD beaucoup de pannes m'arrivent.

Merci beaucoup à ceux qui laissent des commentaires. Pour les autres, j'aimerai que vous laissiez votre avis. Si j'écris c'est aussi pour avoir votre avis pas seulement pour moi. Merci de votre compréhension.

BiiSoOus et à la prochaine fois !!!


sadako-san <3


  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales