Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 700 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 29/02/2020
  • Pourtant
    Revue Pourtant
    Nb de signes : 1 500 - 46 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2020
  • Animaux fabuleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 01/06/2020
  • Terre du futur
    Cabinet d'édition Plumes Ascendantes
    Nb de signes : < 59 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 31/05/2020
  • La midinette et l'homme sandwich
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 5 000 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 17/02/2020
  • Plaisir, tabou, vertu
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : contemporain - absurde - blanche - érotique - noir
    Délai de soumission : 14/02/2020
  • Les héros en uniforme
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance
    Délai de soumission : 06/06/2020
  • Romance de Noël
    Evidence Editions
    Nb de signes : 200 000 - 400 000 sec
    Genre : romance contemporaine - romance
    Délai de soumission : 18/03/2020
  • Chats et espoir
    Editions de la Caravelle
    Nb de signes : 15 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Passion
    Revue neuf trois
    Nb de signes : < 18 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/02/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Découvrez le manga indépendant francophone !
 par   - 506 lectures  - Aucun commentaire

Entrez dans un tout nouveau monde, celui des auteurs de BDs et de mangas indépendants sur internet !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

la voix du désert
[Histoire Terminée]
Auteur: crackle Vue: 1100
[Publiée le: 2007-04-12]    [Mise à Jour: 2007-04-12]
G  Signaler Romance/One-Shot Commentaires : 9
Description:
tout commence par une visite du Kazekage à Konoha...
venez lire et laissez vos coms' !!
Crédits:
persos pas à moi
chanson : Talulla d'INDOCHINE
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

la voix du désert

[8535 mots]
Publié le: 2007-04-12Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

-         Kazekage-sama ! Un message de Konoha ! Hokage-sama voudrait vous rencontrer !

-         Faut-il que je me déplace ou préfère-t-elle venir elle-même ? Demanda Gaara à son secrétaire qui venait d’entrer, un parchemin à la main.

-         Elle vous demande de lui rendre visite et vous prie d’amener Temari avec vous.

-         Ah ! Soupira Gaara. Déjà…

-         De quoi parlez-vous Kazekage-sama ?

-         De rien, préviens ma sœur que nous partons demain à l’aube.

-         Très bien. Répondit le ninja avant de disparaître.

-         Elle a répondu plus vite que je le pensais… murmura le Kazekage pour lui-même.

 

Temari était très en forme et reprocha à Gaara sa nonchalance.

Fatigué et de mauvaise humeur il n’avait pas envie de subir ses réflexions pendant tout le trajet et décida d’être direct.

-         Temari.

-         Oui ? Gaara.

-         Tu sais ce que ça implique d’être une kunoichi de Suna, non ?

-         Oui, bien sûr ! Pourquoi es-tu aussi grave tout d’un coup ?

-         Depuis que je t’ai nommée ambassadrice de Suna à Konoha tu as changée…

-         Je … la jeune fille rougit légèrement et détourna la tête.

-         Je ne peux pas me permettre de perdre un ninja aussi puissant que toi, Temari. Dit Gaara sans tourner la tête vers elle.

-         … La jeune fille rougit encore plus et pinça les lèvres.

-         Tu dois aussi comprendre que Konoha ne peut pas se priver d’un ninja comme ce Nara Shikamaru.

-         Gaara, je…

-         Car c’est bien pour ça que Tsunade-san veut me voir, non ?

-         Que comptes-tu faire ? Demanda la jeune fille.

-         Je ne sais pas, je dois en discuter avec Tsunade-san. Vous nous mettez dans une situation difficile. Tu as oublié qu’un ninja n’est pas libre de choisir.

-         Je suis…

-         Ne t’excuses pas Temari ! Ne me fais pas l’affront de regretter ce que tu as fait, assume jusqu’au bout !

-         …Oui Gaara.

-         Bien, n’en parlons plus. Conclu le jeune homme.

 

Le voyage se passa dans un silence quasi-total.

Temari ne se faisait plus aucune illusions sur son sort.

Quant à Gaara, il était tiraillé entre son devoir de Kazekage et son affection pour sa sœur.

 

Arrivés à Konoha ils furent guidés vers les appartements qui leur étaient réservés.

Gaara interdit à Temari de quitter sa chambre et sortit.

Il n’eut pas à aller loin pour trouver celui qu’il cherchait.

A peine sortit-il du bâtiment qu’il le trouva adossé au mur, de l’autre côté de la rue.

Il lui fit un signe de la main et l’invita à le suivre.

Ils entrèrent dans un petit restaurant de ramen et prirent une table dissimulée dans un coin.

Quand leurs commandes arrivèrent ils mangèrent en silence, chacun étudiant l’autre.

Quand les bols furent vides Gaara s’adossa au mur et croisa les bras.

-         Tu déserterais pour elle ? Demanda-t-il abruptement.

-         Non, elle me tuerait. Répondit Shikamaru en soutenant le regard dur du Kazekage. Mais dans l’hypothèse où elle me le demanderait, alors oui, sans hésiter et sans aucun remord.

-         Tu sais qu’un ninja n’est pas maître de sa vie.

-         Ce n’est pas par choix qu’on tombe amoureux.

-         Tu l’aimes ?

-         Oui.

Gaara se leva et Shikamaru l’imita.

-         Cette discussion est terminée. Temari est consignée dans sa chambre, je te demanderai de ne pas chercher à la voir ni à communiquer avec elle s’il te plaît. Tu m’en donne ta parole ?

Shikamaru s’inclina légèrement.

-         Vous avez ma parole, Kazekage-sama.

-         Bien, sais-tu où est Naruto ? Demanda Gaara avant de partir.

-         A l’hôpital, il a ramené Sasuke il y a deux jours et ils étaient tous les deux en mauvais état.

Sans ajouter un mot Gaara laissa de quoi payer les repas et prit la direction de l’hôpital.

 

Il trouva Naruto, le bras en écharpe, au chevet de Sasuke.

L’Uchiwa était encore dans le coma et Naruto raconta à Gaara qu’il était venu à son secours alors qu’Itachi et Kisame l’avaient piégé.

-         Il m’a sauvé la vie Gaara ! Il a blessé son frère et au lieu de l’achever il s’est interposé entre Kisame et moi alors que ce fichu poisson allait m’avoir en traître. Son intervention m’a juste donné le temps de blesser Kisame pour qu’on puisse s’échapper. Sasuke était inconscient et blessé comme je l’étais je n’avais aucune chance contre eux.

-         Et Kyuubi ?

-         J’ai réussit à le refoulé juste avant qu’il ne prenne le dessus sur moi. Si je l’avais laissé agir j’aurai pu achever Sasuke.

-         Je comprends, tu deviens fort…

-         Mais, pourquoi es-tu là ? Tu es seulement en visite ou c’est officiel ?

-         Cette fois c’est officiel, je dois régler un problème délicat entre Suna et Konoha.

-         Grave ?

-         C’est possible…

La porte s’ouvrit sur Sakura.

-         Oh ! Gaara ! Heu, Kazekage-sama ! Pardon je reviendrais plus tard...

-         Non, c’est bon Sakura, j’allais partir de toute façon. Répondit Gaara en sortant. A bientôt Naruto.

-         A bientôt Gaara. Merci d’être passé !

 

Quand Sakura ressortit un peu plus tard elle fut surprise de trouver Gaara adossé au mur.

-         Sakura ? Tu as un instant ?

-         Oui, bien sûr. Répondit-elle étonnée.

Elle l’emmena dans une chambre inoccupée et se retourna brusquement en entendant la porte se fermer.

Gaara fit un geste d’apaisement et s’avança vers elle.

Il la dépassa et alla jusqu’à la fenêtre.

-         Comment vont-ils ? Demanda-t-il sans se retourner.

La jeune fille soupira et s’adossa au mur.

-         Naruto a été gravement blessé à plusieurs endroits et il a perdu beaucoup de sang mais grâce à Kyuubi il devrait être complètement rétablit dans les prochains jours.

-         Et Sasuke ?

-         Il a subit la technique de son frère mais apparemment il a réussit à lui échapper. Mais il a prit une attaque électrique de Kisame de plein fouet ainsi qu’un coup de son épée. Il est dans le coma et on ne sait pas comment il sera à son réveil… s’il se réveille…

-         Je vois…

-         Naruto reste 24 heures sur 24 à son chevet, il est très inquiet.

-         Et toi ?

-         Moi ? Oh, je m’inquiète pour eux, mais si je sais qu’il n’y a rien de plus que je puisse faire pour Sasuke, je m’inquiète que les blessures de Naruto ne guérissent pas plus vite.

-         Tu ne sais pas ce qui se passe ?

-         J’ai bien ma petite idée là-dessus mais je ne pense pas qu’aborder le sujet avec Naruto changera quoi que ce soit.

-         Il lui transmet du chakra c’est ça ?

-         Je… Oui, j’en suis presque sûre.

-         Alors tu n’as pas à t’inquiéter.

-         Tu crois ?

-         Je pense que Naruto connaît ses limites.

-         Tu as peut-être raison.

-         Bien, je vais te laisser maintenant. Merci pour les infos.

-         De… de rien.

Sur le pas de la porte Gaara se retourna.

-         Je voulais aussi te remercier de ce que tu as fait pour mon frère, Temari m’a raconté ta détermination à trouver l’antidote au poison de Sasori.

-         C’est mon travail, et j’ai eut un bon professeur. Répondit Sakura en s’inclinant.

-         Kankuro t’envoie toutes ses amitiés et m’a chargé de te dire de l’appeler le jour où tu auras besoin d’aide.

-         C’est…La jeune fille rougit. C’est gentil de sa part…

-         Selon son point de vue il te doit la vie donc il a une dette envers toi.

-         Mais je suis une médic-nin ! C’est mon travail ! Se récria Sakura. Il ne me doit rien !

-         Il ne fonctionne pas comme ça. Dit Gaara avant de se détourner et de partir.

Sakura se précipita dans le couloir pour le retenir mais il n’était déjà plus là.

 

Tsunade se leva pour accueillir son homologue de Suna.

-         Bienvenue à Konoha, Kazekage-sama.

-         Merci de votre courtoisie Hokage-sama.

-         Puisque nous sommes entre nous que pensez-vous de moins de formalisme ?

-         Pas de problème Tsunade-san.

-         Bien, je préfère comme ça Gaara-san. Je suppose que vous avez une idée de la raison de mon invitation.

-         Temari et Shikamaru.

-         Oui. Il me semble que nous nous dirigeons vers une impasse. Je ne peux pas donner Shikamaru à Suna…

-         Tout comme je ne peux vous céder Temari.

-         Pourtant il nous faut trouver une solution.

-         J’ai peut-être une idée…

-         Je vous écoute.

-         Un échange…

-         Un échange ?

-         Oui, je vous propose de vous échanger Temari contre un de vos ninja…

-         De niveau équivalent… compléta Tsunade.

-         Oui.

-         Ça pourrait être une solution, mais je suppose que si vous faites cette proposition c’est que vous avez déjà une idée sur le ninja que vous voulez…

-         Effectivement.

-         Je ne peux pas laisser partir Naruto !

-         Ce n’était pas à lui que je pensais, non seulement il est plus puissant que ma sœur mais en plus il est bien placé pour être le prochain Hokage… et il n’acceptera pas d’être séparé de l’Uchiwa.

-         A qui avez-vous pensé alors ?

-         Haruno Sakura.

-         Sakura ? Mais pourquoi ?

-         Elle a été votre élève et vous connaissez sa force mieux que moi. De plus elle est une excellente médic-nin et nous en manquons cruellement à Suna. Bien qu’étant une excellente kunoichi, elle n’est pas irremplaçable à Konoha tandis qu’à Suna elle serait une recrue de choix.

-         Vos arguments sont justes mais croyez-vous qu’elle acceptera de venir à Suna ?

-         Je n’ai aucune certitudes mais je pense que c’est possible.

-         Vous la laisserez décider ?

-         Oui. Si elle accepte alors Temari restera à Konoha.

-         Et si elle refuse ?

-         On réfléchira à un autre arrangement. Mais je ne veux pas qu’elle soit au courant du marcher. J’ai besoin d’un ninja en qui je puisse avoir confiance, il est donc primordial qu’elle fasse son choix sans aucune pression.

-         Très bien, je suis d’accord.

-         Je vous laisse le soin de lui poser la question.

-         Voulez vous être présent ?

-         Non, ma présence risque de la déranger plus qu’autre chose. J’attendrais dans la pièce à côté.

-         Très bien, je la fais appeler immédiatement.

 

Sakura frappa et entra dans le bureau.

-         Vous vouliez me voir, Tsunade-sensei ?

-         Oui Sakura. J’ai eut la visite du Kazekage et nous avons parlé de toi.

-         De moi ? S’étonna la Kunoichi.

-         Oui. Il voudrait savoir si tu accepterais d’aller à Suna.

-         Vous voulez dire pour une mission ?

-         Non, pas exactement… accepterais-tu d’aller vivre à Suna ?

-         Vivre… ? Définitivement ?

-         Il aimerait que tu deviennes une kunoichi de Suna.

-         …C’est… C’est possible ?

-         Oui, si tu le souhaites.

-         Ça veut dire quitter Konoha… murmura la jeune fille.

-         Oui, réfléchis bien.

-         Est-ce que je peux en discuter avec…

-         Non, je suis désolée mais c’est une décision que tu dois prendre seule.

-         Je comprends…

-         Qu’en penses-tu ?

-         Je ne sais pas… je pense que si le Kazekage a demandé ça c’est que je peux être utile à Suna. Réfléchit-elle à voix haute. C’est vrai qu’ils ont peu de médic-nin. Je ne sais pas si je suis très utile à Konoha mais c’est là où je suis née et où j’ai vécu. J’y ai ma vie et mes amis. Et Sasuke-kun est finalement rentré…

«  Aïe, elle va finir par refuser de partir à Suna… » pensa Tsunade tout en gardant un visage impassible.

-         Tsunade-sensei, j’ai deux questions à vous poser.

-         Je t’écoute.

-         Tout d’abord je voudrais savoir où j’en suis de mon apprentissage avec vous.

-         Hé bien, de mon côté je n’ai plus rien à t’apprendre. C’est à toi de découvrir ce que tu ne sais pas encore.

-         Très bien, et ensuite… quand est-ce que je dois partir ?

-         Tu es sûre de toi ?

-         Oui, répondit Sakura en souriant, oui j’en suis sûre.

-         Tu sais qu’après être devenue une ninja de Suna il n’y aura pas de marche arrière possible !

-         Oui, j’en suis consciente, mais je pense que je fais le bon choix.

-         Très bien. Dans ce cas… Tsunade se tourna vers la porte à sa droite. Gaara-san, vous voulez bien venir ?

 

Gaara ouvrit la porte et entra dans la pièce.

-         Quelle est ta réponse Sakura ?

-         J’accepte de venir à Suna.

-         Acceptes-tu de devenir ninja de Suna ?

-         Oui.

-         De quitter ta famille et tes amis ?

-         Oui.

-         De me reconnaître comme ton supérieur ?

-         Oui.

-         De mettre ta vie au service de ta nouvelle partie ?

-         Oui.

-         Et en cas de guerre entre Konoha et Suna, combattras-tu pour ou contre Suna ?

-         Je souhaite que ce choix ne se pose jamais mais si ça devait arriver alors je ferrais de mon mieux pour rester fidèle à Suna.

-         Ça me convient. Répondit Gaara en laissant un léger sourire lui échapper.

Le jeune homme plongea la main dans une poche de son manteau et en sortit un bandeau frontal au symbole de Suna.

Immédiatement Sakura détacha son propre bandeau et le tendit à Tsunade.

Sa main tremblait un peu quand elle saisit le bandeau que lui présentait Gaara et elle le lâcha.

Le jeune homme le rattrapa au vol le lui déposa doucement dans la main.

Elle prit une inspiration et le fixa sur sa tête.

-         Bien, sourit Tsunade, tu es officiellement membre de Suna à partir de cet instant.

 

Sakura ayant quitté le bureau de l’Hokage, Gaara et Tsunade parlèrent brièvement de l’entrée de Temari à Konoha et de son futur mariage.

Quand tout fut terminé Gaara se rendit auprès de sa sœur.

Il la trouva prostrée dans sa chambre.

Elle n’avait même pas prit la peine de déballer ses affaires, s’attendant à repartir dans la journée.

Impassible Gaara fit chauffer l’eau pour le thé et posa une tasse en face d’elle.

-         Nous partirons dans trois jours. Commença-t-il.

Elle leva vers lui un regard éteint.

-         Temari, soupira-t-il, tu l’aimes ?

-         Plus que tout au monde… répondit-elle doucement.

-         Alors va le lui dire…

La jeune femme se redressa brusquement, de l’espoir plein les yeux.

-         Tu…

-         Demain tu prêteras serment de fidélité à Konoha et tu deviendras officiellement membre de ce village. Quant à ton mariage avec ce… Nara, il aura lieu dans deux jours.

-         Gaara… Je…

-         Remercie l’amie de Naruto, Sakura, elle a accepté de devenir membre de Suna.

-         Un échange ?

-         Officiellement, oui.

-         Merci, Gaara ! Merci pour…

-         Tais-toi et va le rejoindre, il est resté planté devant le bâtiment toute la journée. Coupa-t-il d’un ton bourru.

A peine Gaara eut-il fini sa phrase que la jeune femme sortait de l’appartement en courant.

De la fenêtre il l’aperçut se jeter dans les bras d’un Shikamaru abasourdi et heureux.

Le jeune homme leva les yeux vers Gaara et inclina la tête en souriant avant d’être entraîné par sa fiancée.

-         J’aurais jamais put les séparer ces deux-là. Murmura Gaara en souriant doucement.

 

Quand Sakura quitta le bureau de l’Hokage elle se dirigea directement vers l’hôpital et plus précisément, la chambre de Sasuke.

Elle entra sans frapper et Naruto sursauta et s’écarta précipitamment de Sasuke.

-         J’ai rien fait, Sakura-chan ! S’écria-t-il.

-         Pas la peine de t’affoler Naruto, je savais déjà que tu transférais une partie de ton chakra à Sasuke pour accélérer son rétablissement.

-         Tu savais ?

-         Je m’en doutais plutôt, parce que tes blessures guérissent plus rapidement d’habitude.

-         Hé hé, rigola bêtement Naruto, j’aurai dû m’en douter… mais…, il écarquilla les yeux, pourquoi t’as un bandeau de Suna ?

-         En fait c’est pour ça que je suis là… dit Sakura en se rapprochant de lui. Assied-toi s’il te plaît.

Naruto obéit et reprit sa place aux côtés de Sasuke.

Sakura contourna le lit et s’assit de l’autre côté.

-         Je vais partir, Naruto.

-         Tu vas en mission ?

-         Non, je vais quitter le village.

-         Mais pourquoi ? Alors que Sasuke vient à peine de rentrer.

-         Je sais mais c’est comme ça. Gaara m’a proposé de venir à Suna et j’ai accepté.

-         Mais je suis pas d’accord !

-         Naruto, soupira Sakura, comprends-moi, ton rêve c’est de devenir le prochain Hokage, c’est ça qui te fait avancer ! Moi, ici je n’ai rien de tel, au contraire ! Je me suis toujours sentie inutile, mais là-bas j’ai la possibilité de changer tout ça ! Ils ont besoin de moi et j’ai besoin de me sentire utile ! Et puis, il me reste tant de choses à apprendre, de techniques médicales à découvrir ! Personne ne m’a forcé à prendre cette décision, c’est mon propre choix. Tu me comprends ?

-         Mais… et Sasuke ?

-         C’est de toi qu’il a besoin, pas de moi. C’est toi son meilleur ami…

-         Sakura…

La jeune femme soupira.

-         Essaye de me comprendre Naruto.

-         Hé ! C’est pas moi qui aie parlé ! S’exclama Naruto.

Aussitôt Sakura tourna la tête vers le lit et elle croisa le regard profond de Sasuke.

-         Sasuke ! Souffla-t-elle.

-         Sakura… Répéta le jeune homme. Pardon d’être parti.

La jeune fille essuya les larmes qui commençaient à couler sur ses joues.

-         Je n’ai rien à te pardonner, tu avais ton propre chemin à suivre, je ne pensais qu’à moi à cette époque, j’aurai dû mieux comprendre ta situation.

-         Mais tu n’as pas arrêté tes recherches…

-         Pour Naruto, le coupa-t-elle, c’est lui qui a le plus souffert de ton départ.

-         Sakura-chan ! S’exclama ce dernier.

-         Si Naruto, c’était uniquement pour toi que je continuais à le chercher, parce que vous êtes mes amis…

-         Sakura, reprit Sasuke, ne nous oublis pas à Suna.

Elle eut un petit rire étranglé.

-         Pas de danger, avec tout ce que vous m’avez fait subir !

Elle se leva et se pencha vers Sasuke.

Elle lui embrassa le front puis fit le tour du lit et prit Naruto dans ses bras.

-         Vous allez me manquer tous les deux. Leur dit-elle avant de sortir.

 

Comme plus tôt dans la journée elle trouva Gaara adossé au mur.

-         Dur ? Demanda-t-il.

Elle hocha la tête et essuya ses dernières larmes.

-         Plus que je le pensais.

-         Des regrets ?

-         Non, c’est mon tour de partir cette fois.

-         Mais c’est sans retour.

-         Je sais, ça me va comme ça.

-         Très bien, nous quitterons le village dans trois jours.

-         Pourquoi si tard ?

-         Nous devons assister à la cérémonie d’entrée de Temari à Konoha, demain.

-         C’est un échange ?

-         En quelque sorte.

-         Elle et Shikamaru…

-         Oui, après-demain.

-         Et le jour suivant nous partons.

-         Non… nous rentrons…

Sans attendre une quelconque réaction de la jeune fille il disparut dans l’escalier.

 

Les trois jours passèrent à toute vitesse pour Sakura.

Elle assista à l’entrée officielle de Temari à Konoha puis à son mariage avec Shikamaru.

Elle fit le tour de ses amis pour leur dire au-revoir et passa autant de temps que possible avec Naruto et Sasuke.

Depuis le réveil de ce dernier Naruto avait diminué ses transferts de Chakra et s’était vite rétabli.

Sasuke leur raconta comment il avait fini par tuer Orochimaru et avait suivit la trace de son frère jusqu’au moment où il avait retrouvé Naruto engagé à deux contre un.

Ils parlèrent aussi beaucoup du passé et des missions qu’ils avaient effectuées avec Kakashi et partagèrent quelques bons fou-rires.

 

Quand vint le jour de son départ Sakura salua ses parents et rejoignit Gaara à l’entrée principale du village.

Le soleil se levait à peine et tout était désert.

Gaara arriva en même temps qu’elle et donna immédiatement le signal du départ.

Ils avaient à peine parcourut quelques mètres que des cris se firent entendre.

-         Gaara ! Sakura !

Les deux jeunes gens se retournèrent pour apercevoir Naruto qui courrait vers eux.

Il tendit une enveloppe relativement épaisse à Sakura.

-         On a pensé que ça serait trop dur pour toi de partir si on venait tous vous saluer alors ils m’ont désigné pour te porter cette lettre. Chacun a marqué un mot personnel comme ça tu ne nous oublieras pas.

Sakura prit l’enveloppe et la rangea dans son sac.

-         Merci. Dit-elle les yeux brillants. Tu les remercieras tous de ma part.

-         Pas de problème ! Naruto se tourna vers Gaara et lui tendit la main. Attends-moi Gaara ! Peut-être que la prochaine fois que nous nous verrons je serais Hokage !

-         Je t’attends, mon ami. Répondit le jeune Kazekage en serrant la main de Naruto.

Sur ces mots Gaara et Sakura reprirent la route qui devait les emmener à Suna.

 

Ils voyageaient en silence et lors d’une pause Sakura questionna Gaara.

-         Kazekage-sama…

-         Appelle-moi Gaara, s’il te plaît.

-         D’accord, Gaara-san, j’aimerai vous poser une question.

-         Je t’écoute.

-         Pourquoi m’avoir demandé d’intégrer Suna ? Etait-ce juste un échange ?

-         Officiellement, oui. Mais ça faisait un moment que je pensais à ça. Cette idée m’est venue peu après que vous soyez venus à mon secours quand Akatsuki m’a extrait Ichibi Shukaku. Je dois avouer que Kankuro n’est pas étranger à cette idée, il m’a raconté des centaines de fois comment tu l’avais sauvé.

-         Oh ! Fit Sakura en rougissant.

-         Mais l’opportunité s’est présentée quand Shikamaru m’a demandé l’autorisation d’épouser Temari. J’ai mis Tsunade-san au courant et nous avons décidé de nous rencontrer pour en discuter. Si ça t’inquiète tu n’es pas juste la remplaçante de ma sœur, ce sont tes qualités qui m’ont poussées à te demander de me rejoindre.

-         Merci Gaara-san.

-         Ne me remercies pas, la vie à Suna n’est pas facile et tu n’y connais personne excepté Kankuro et moi-même.

-         Je sais, ce n’est pas pour ça que je vous remercie, c’est pour m’avoir parlé comme ça et pour ne pas me considérer comme une pièce de rechange.

Gaara ne put retenir un sourire devant l’image employée par la jeune fille.

 

Le reste du voyage se passa calmement et ils furent bientôt en vue de Suna.

 

Sakura fut relativement bien accueillie par les habitants de Suna qui se rappelaient qu’elle faisait partie de l’équipe qui avait sauvé le Kazekage.

Les ninja se rappelaient aussi sa détermination lors de la mise au point de l’antidote qui avait sauvé Kankuro.

Gaara lui avait demandé de remplacer Temari à ses côtés en tant que conseiller.

Il appréciait son intelligence et sa franchise, bien qu’elle reste toujours polie et respectueuse elle lui faisait souvent penser à Naruto.

Elle était aussi droite et passionnée que lui et tout comme lui ne revenait jamais sur sa parole.

Malgré tout Sakura était souvent seule.

La plupart du temps ça ne la dérangeait pas car, plongée dans ses études et ses recherches sur le chakra, elle oubliait souvent l’heure.

Quand elle s’en rendait compte la nuit était souvent bien avancée et le bâtiment médical était désert.

Un soir qu’elle était restée encore plus tard que d’habitude elle croisa Kankuro.

-         Sakura ? Que fais-tu dehors en plein milieu de la nuit ?

-         Oh ! Kankuro-san ! Je rentrais chez moi.

-         Tu travailles trop tard… Lui dit-il en calquant son pas sur celui de la jeune fille.

-         C’est que je suis en train de travailler sur une nouvelle technique médicale et je perds souvent la notion du temps.

-         Je comprends… mais tu devrais prendre un peu de distance, ça te permettrait peut être d’y voir plus clair. Ne t’es-tu pas fait quelques amis qui pourraient t’aider à te changer les idées ?

-         En fait… je n’ai pas eut beaucoup de temps et j’ai l’impression que tout le monde est trop… je ne sais pas… c’est comme si je leur faisais un peu peur… il y a bien Baki-san, mais il est très occupé lui aussi…

-         C’est vrai que les gens de Suna sont très discrets et respectueux de la hiérarchie. Et tu as rapidement prit la place de ma sœur, donc ils n’osent pas trop t’approcher. Je pense qu’on peut l’expliquer ainsi.

-         C’est un peu difficile parfois.

-         Pourquoi ne m’en as-tu pas parlé plus tôt ? Ou à Gaara ?

-         Ça ne me semblait pas très important et puis je n’aime pas me plaindre…

Le jeune homme sourit dans l’ombre.

-         Tu rentres chez toi maintenant ?

-         Oui, même si je ne sais pas si je vais trouver le sommeil.

-         Accepterais-tu de venir un moment avec moi ? J’ai quelque chose à te montrer…

-         D’accord, qu’est-ce que c’est ?

-         Tu verras…

Kankuro lui prit la main et l’entraîna dans le dédale de rues du village jusqu’à la muraille.

Curieuse elle ajusta son pas sur le rythme rapide de son compagnon.

Ils escaladèrent la muraille et juste avant le sommet Kankuro demanda à Sakura de fermer les yeux.

Confiante, elle obéit.

Il l’aida à terminer l’escalade et ils arrivèrent sur une surface plate près d’un poste de gué.

-         Je peux ouvrir les yeux ?

-         Non, pas encore.

Le jeune homme fit un signe au ninja de garde qui le salua et disparut.

Une main dans le dos de la kunoichi il la fit avancer de quelques pas puis la lâcha et s’éloigna un peu.

-         Maintenant tu peux les ouvrir.

Sakura obéit et resta un instant sans voix.

La pleine lune baignait le désert d’une douce lumière blanche.

Les dunes semblaient onduler sous la brise et le sable avait l’apparence de l’eau.

-         C’est magnifique. Murmura la jeune fille. On dirait l’océan.

-         C’est ça le secret du désert. Lui répondit Kankuro en venant à ses côtés.

-         Il paraît vivant.

-         Parce qu’il l’est.

Kankuro s’assit au bord de la muraille et s’adossa au mur du poste de gué.

Sakura prit place près de lui sans quitter le paysage des yeux.

-         Le désert est vivant, Sakura. Répéta le jeune homme. Il peut aussi bien te dévorer comme un monstre que te protéger comme une mère. Il lit dans les cœurs et s’il t’en trouve digne il te confiera ses secrets.

-         C’est ce en quoi vous croyez ?

-         Non, c’est ce que je sais. Tu le comprendras aussi si tu es attentive à la voix du désert.

-         La voix du désert… murmura Sakura en écho.

 

Les deux jeunes gens restèrent silencieux à observer la vaste étendue sablonneuse qui s’étendait jusqu’à l’horizon.

Au bout d’un certain temps Kankuro se résigna à briser le silence.

-         Sakura, il est temps de rentrer chez toi.

N’obtenant pas de réponse il se tourna vers la jeune fille et découvrit qu’elle s’était endormie.

Il hésita à la réveiller mais elle avait l’air tellement détendue qu’il ne put s’y résoudre.

Il se leva précautionneusement et entra dans le poste de gué.

Il prit la couverture qui s’y trouvait et en couvrit la jeune fille.

Il la laissa dormir pendant qu’il montait la garde et surveillait le désert.

Juste avant l’aube un ninja se présenta pour le relever et il retourna s’asseoir auprès de Sakura, toujours endormie.

Le soleil levant joua dans les cheveux roses de la jeune fille que Kankuro ne put s’empêcher d’admirer.

Pourtant, en l’observant à la lumière du jour naissant il ne put retenir un froncement de sourcils.

Le visage de Sakura gardait les traces de ses trop longues veilles.

Elle était fatiguée et ne sortait pas assez.

Il secoua la tête et se promis d’en toucher deux mots à son frère.

 

Une odeur de café chaud tira Sakura de son sommeil et elle se redressa brusquement en se rendant compte qu’elle n’était pas dans son lit.

Une tasse fumante apparut devant elle.

-         Bonjour, fit Kankuro, bien dormi ?

La jeune fille cligna des yeux et accepta la tasse qu’il lui tendait.

-         Pourquoi ne pas m’avoir réveillée ?

-         Tu avais l’air d’avoir besoin de sommeil et j’étais de garde…

-         Oh ! Je suis désol…

-         C’est bon, la coupa le jeune homme accroupis devant elle, pas la peine de t’inquiéter pour ça, tu ne m’as pas dérangé…

-         Quelle heure est-il ? Demanda Sakura en se relevant.

-         Tu as une bonne heure devant toi avant la réunion avec Gaara, tu as le temps de passer chez toi. Lui répondit Kankuro en l’imitant.

 

Le jeune homme accompagna Sakura jusqu’à sa porte puis se rendit au bureau de son frère.

Quand Sakura se présenta devant Gaara ce dernier la surprit en lui demandant d’arrêter ses recherches et de se ménager un peu plus.

-         C’est Kankuro-san qui vous a parlé ? Demanda la jeune fille.

-         Il n’a fait que confirmer mes soupçons sur le fait que tu étais épuisée.

-         Mais je vais bien ! Je vous assure qu…

-         Ouvre les yeux Sakura ! L’interrompit Gaara d’une voix tranchante. Tu tiens debout par ta seule volonté, tu es pâle comme la craie et tu as beaucoup maigri ces derniers temps.

Sakura baissa la tête, elle ne pouvait pas prétendre le contraire, mais elle ne pouvait pas non plus lui dire que son état n’était pas simplement dût à la fatigue.

-         A partir d’aujourd’hui tu es en repos forcé. Ajouta le Kazekage.

Sakura releva brusquement la tête.

-         Mais j’ai encore…

-         J’ai chargé Kankuro de te surveiller. Déclara Gaara sans tenir compte de son interruption. Prends ça comme un ordre de ton Kazekage. Conclut-il.

-         Très bien. Capitula Sakura à contre-cœur.

Elle salua et sortit du bureau lentement.

 

Elle erra au hasard dans les rues de Suna et finit par arriver à la porte du village.

Sans y penser vraiment elle emprunta le défilé.

-         Tu ne devrais pas te rendre seule dans le désert. Fit une voix dans son dos. Sans guide tu t’y perdras.

Elle se retourna vivement en reconnaissant la voix.

-         Kankuro-san ?

-         Oui, c’est moi. Lui répondit-il en sortant de l’ombre. Si tu veux je peux t’emmener faire un tour dans le désert, à moins que tu préfère être seule et que je te surveille de loin ?

-         Quels sont les ordres du Kazekage ? Demanda-elle.

-         « Ne la quitte pas des yeux. »

-         Oh !

-         Oui, sourit Kankuro, il paraît froid mais il est très attentif aux autres.

-         Je sais. Répondit-elle en lui rendant son sourire.

-         Alors ? Tu acceptes ma proposition ?

-         Hé bien, c’est d’accord. Montrez-moi le désert Kankuro-san.

-         Et tant qu’on y est, tu ne voudrais pas arrêter de m’appeler Kankuro-san ? J’ai que 18 ans, tu n’as pas besoin de m’appeler ainsi et de me vouvoyer.

La jeune fille rougit puis secoua la tête.

-         Je ne peux pas faire ça, vous êtes une personne importante du village, et…

-         Très bien, l’interrompit-il, n’en parlons plus, je ne voulais pas te mettre mal à l’aise. Il lui sourit. On y va ?

 

Ils passèrent une bonne partie de la journée dans le désert.

Contrairement à ce que pensait Sakura la vie était partout.

Kankuro lui fit découvrir les animaux et même les plantes qui vivaient en harmonie avec le désert.

Elle était curieuse de voir et enthousiaste comme une enfant et Kankuro se surprit à vouloir tout lui expliquer.

Les jours qui suivirent il l’entraîna à la découverte du désert qu’il aimait et connaissait mieux que quiconque.

Il lui expliqua que c’était surtout à l’aube et au crépuscule que le désert vivait.

A ces moments où les températures sont moins extrêmes les animaux quittent leur cachette pour manger.

Il lui montra le terrier d’un renard et l’entraîna à la recherche des écureuils terrestres.

Pour chacune de leurs découvertes il parlait de ses caractéristiques et de ses besoins.

Il lui apprit à se repérer grâce au soleil le jour et aux étoiles durant la nuit.

Il lui enseigna comment se déplacer dans le sable sans se fatiguer, comment gérer l’eau et la chaleur, et comment faire du désert un allié.

Sakura découvrit aussi la diversité physique du désert.

Il n’y avait pas que du sable, il y avait aussi des étendues pierreuses, des ravins et des canyons, marques du passage de grands cours d’eau dans les temps anciens.

Kankuro faisait attention à ce que Sakura se nourrisse correctement et ne se fatigue pas trop.

Petit à petit son corps retrouva toute son énergie et ils purent bientôt passer plus de temps dans le désert.

 

Un jour ils assistèrent à un combat entre une mangouste et un cobra.

Kankuro expliqua à Sakura que la mangouste était un des rares animaux connus à ce jour pour utiliser leur chakra.

Comme la jeune fille s’en étonnait il lui expliqua qu’elle avait une faculté naturelle à se servir de son chakra pour modifier le poison du cobra et le neutraliser.

En entendant ses explications Sakura ne put retenir une exclamation de joie.

Quand il lui en demanda la raison elle lui répondit qu’il lui avait peut être donne l’élément qui lui manquait pour avancer dans ses recherches.

-         Que veux-tu dire Sakura ?

-         Quand je me trouve face à un poison je commence par le classer en fonction de sa nature et de ses effets sur le corps. Une fois que j’ai une idée du poison auquel je suis confrontée je cherche une ou plusieurs substances que je traite et mélange de façon à contrer, combattre le poison. C’est un peu comme dans un combat entre shinobi, quand l’un attaque avec une technique l’autre doit riposter avec une autre technique, à la différence que l’esquive ne marchera pas dans le cas des poisons.

-         Ça je comprends, mais en quoi mes explications sur la mangouste peuvent t’aider ?

-         En fait, c’est dans la façon d’aborder le problème. J’aurai dû y penser plus tôt parce que j’ai déjà utilisé une approche dans ce genre quand j’ai créé l’antidote au poison de Sasori. L’idée principale est de ne pas chercher à lutter contre le poison mais au contraire de le transformer pour le rendre inefficace.

-         Comme tu avais transformé le poison de Sasori en simples protéines ?

-         Oui, c’est ça.

-         C’est ingénieux !

 

Le soir approchait mais ils ne croisèrent que peu d’animaux.

Kankuro s’efforçait de rester calme mais il fit presser le pas à Sakura.

Cette dernière sentit la tension de son compagnon et s’efforça de suivre ses indications.

Soudain Kankuro obliqua et s’éloigna du village.

-         Kankuro-san ?

-         Pardon Sakura, je n’ai pas été assez attentif. Il va bientôt y avoir une tempête de sable.

-         Pourquoi ne se dirige-t-on pas vers le village alors ?

-         Nous n’aurons pas le temps de nous mettre à l’abri, il vaut mieux aller vers le petit canyon.

Courant aussi vite qu’ils le pouvaient les deux jeunes ninja se dirigèrent donc vers le seul endroit où ils pouvaient espérer échapper à la fureur des éléments.

Déjà le vent se levait et faisait claquer les pans de leurs habits.

La paroi rocheuse était proche quand Sakura jeta un coup d’œil dans son dos.

La surprise la fit trébucher et elle serait tombée sans le réflexe de Kankuro qui lui attrapa le bras.

-         Plus vite Sakura ! Souffla-t-il.

Dans leur dos un nuage de sable avait envahi la moitié du ciel et semblait foncer vers eux.

Ils n’étaient qu’à quelques mètres du canyon quand ils reçurent les premiers grains de sable.

Dans le même temps un grondement assourdissant résonna à leurs oreilles faisant trembler le sol sous leurs pieds.

Se protégeant le nez et la bouche d’une main et tirant Sakura de l’autre Kankuro cherchait désespérément un endroit où s’abriter.

Enfin il trouva l’étroite grotte qu’il cherchait et y poussa la jeune fille.

Il la suivit jusqu’au fond tandis que la tempête déchaînait sa violence.

Malgré que la grotte soit étroite et bien orientée le sable s’y insinuait sans mal.

Assis tout contre la paroi du fond les deux jeunes gens étaient encore trop exposés.

Kankuro sortit un rouleau d’une de ses poches et invoqua un grand tissu léger qu’il se dépêcha d’envelopper autour d’eux en prenant garde à ne pas laisser d’ouvertures.

Recroquevillés épaule contre épaule sous le tissu il ne leur restait plus qu’à attendre la fin de la tempête de sable.

Sentant le corps de Sakura parcourut de frissons il passa un bras rassurant autour de ses épaules et l’attira contre lui.

-         Ne t’inquiètes pas, nous ne risquons rien comme ça. Lui dit-il doucement.

Elle ne répondit pas mais se serra plus étroitement contre lui.

La tempête dura si longtemps que Sakura et Kankuro finirent par s’endormir.

 

Au village de Suna toutes les mesures avaient été prises et chacun était calfeutré chez soi.

Depuis son bureau le Kazekage observait la fureur de la tempête par la fenêtre.

On frappa à la porte et son ancien sensei, Baki, entra.

-         Gaara ! Je viens de recevoir le rapport, tous les villageois sont rentrés sauf Kankuro et Sakura.

Les yeux perdus dans la contemplation de la tempête le jeune homme ne sembla pas avoir de réaction.

Baki s’approcha et fut surpris de voir un mince sourire sur ses lèvres.

-         Ecoute Baki, écoute les hurlements de la bête, murmura Gaara, elle est furieuse que sa proie lui ait échappé.

-         Gaara…

-         Kankuro connaît le désert mieux que quiconque, ils sont à l’abri. Prépare une mission de secours, qu’ils se mettent en marche dès la fin de la tempête. La nuit sera froide et ils ne sont pas équipés.

 

C’est le silence qui réveilla Kankuro et Sakura.

Elle voulut sortir de la grotte mais le jeune homme la retint.

-         Il fait nuit depuis longtemps et tes vêtements sont trop légers pour sortir. Ici, au milieu du désert la température descend plus bas qu’aux alentours du village.

Sakura resta donc à sa place, elle tira un rouleau de sa ceinture et invoqua une lampe.

Alors qu’elle s’asseyait plus confortablement, elle fit un faux mouvement et lâcha la lampe qui roula aux pieds de Kankuro avant de s’éteindre.

Ce dernier tendit la main pour la ramasser quand il poussa un cri étranglé.

Quelques secondes plus tard il rallumait la lampe et Sakura put s’apercevoir qu’il tenait sa main droite dans une drôle de position.

-         Kankuro-san, que s’est-il…

-         Un scorpion m’a piqué le doigt, j’ai déjà la main paralysée. Répondit-il dans un souffle.

Aussitôt les réflexes de Sakura refirent surface.

-         Ok, surtout évitez de vous agiter.

Elle lui prit la lampe des mains et la posa sur une pierre.

Elle se leva et examina la surface où elle se trouvait.

-         Bon, vous allez vous allonger doucement à ma place, lui dit-elle en l’aidant à bouger.

Quand il fut allongé elle explora le reste de la grotte et délogea deux autres scorpions qu’elle attrapa prudemment et lança à l’extérieur.

A la place où se trouvait Kankuro quand il avait été piqué elle découvrit un gros scorpion rouge avec une croix noire sur le dos.

Immobile l’animal avait la queue dressée en position d’attaque. 

Elle se força à contrôler sa respiration et l’attrapa par la queue délicatement.

-         C’est ce scorpion qui vous a piqué Kankuro-san, dit-elle en le lui montrant.

-         Oh merde ! Fit-il la voix cassée. Akuma no sasori, j’aurai pas put tomber plus mal.

-         Akuma no sasori ? Répéta Sakura. Le scorpion du démon ? Que savez-vous sur lui ?

-         Il n’existe pas d’antidote à son venin, c’est un neurotoxique qui agit en moins d’une heure. Il paralyse le corps au fur et à mesure qu’il progresse dans l’organisme jusqu’à ce qu’il atteigne le cœur et les muscles respiratoires. En plus ce scorpion, contrairement aux autres peut piquer plusieurs fois de suite…

-         D’accord, j’en sais assez. L’interrompit Sakura. Maintenant vous devez rester le plus calme possible et contrôler votre respiration pour la ralentir au maximum.

-         Ça ne servira à rien d’autre qu’à retard…

-         Qui de nous deux est le médecin ici ? L’interrompit elle encore une fois. Contentez-vous de faire ce que je vous dis !

Kankuro ne répondit pas et s’exécuta.

Sakura bénie la pénombre qui lui permettait de cacher ses yeux humides au jeune homme.

« Bien, pensa-t-elle, c’est le moment de tester ma théorie. »

Elle ne put retenir un faible gémissement de douleur quand elle enfonça volontairement le dard du scorpion dans son doigt avant de lancer l’animal à l’extérieur de la grotte.

Kankuro tourna brusquement la tête vers elle.

-         Qu’as-tu fais ? Il remarqua sa main qui commençait déjà à se paralyser. Ne me dis pas que tu t’es fait piquer volontairement ! S’exclama-t-il.

Sakura tourna vers lui un regard noir.

-         Je t’ai dit de rester calme, il me semble. Dit-elle d’une voix plus dure qu’elle voulait. Je sais ce que je fais.

Un tiers du bras déjà paralysé et le corps parcourut d’une douleur qui allait en s’intensifiant Kankuro se calma et détourna la tête.

-         Non, tu ne sais pas ce que tu fais, jamais personne n’a survécu à une piqûre de ce scorpion. Murmura-t-il.

-         Hé bien tu seras le premier ! Lui répondit Sakura. Maintenant fais ce que je t’ai dis et laisses-moi tranquille, j’ai besoin de concentration.

Peu à peu submergé par la douleur Kankuro plaça tous ses espoirs dans les dernières paroles de la jeune fille et s’efforça de ralentir sa respiration.

Assise en tailleur près de lui Sakura ferma les yeux et commença à malaxer son chakra.

Elle se concentra sur sa main paralysée et chercha à visualiser le venin.

Elle était paralysée jusqu’au coude et son corps était parcourut de spasmes de douleur quand elle réussit enfin à l’isoler.

Sans lâcher sa concentration elle ouvrit les yeux et regarda Kankuro.

Son bras était atteint aux trois-quarts et il commençait à avoir de plus en plus de difficultés à respirer calmement.

Elle se remit au travail et finit par neutraliser le venin.

Son sang contenait à présent l’antidote qui lui permettrait de sauver Kankuro mais il lui fallait agir avant qu’il ne soit trop tard.

Elle tendit le bras vers sa sacoche et en sortit un rouleau qui lui permit d’invoquer du matériel médical.

Elle planta une aiguille dans son bras et plaça une sorte de perfusion entre elle et Kankuro.

Il ouvrit à peine les yeux quand elle lui planta l’aiguille dans le bras et elle pria de toutes ses forces pour ne pas avoir trop tardé.

Peu à peu elle transfusa de son sang vers le jeune homme.

Elle ne le quitta pas du regard, guettant le moindre signe d’amélioration.

Pendant un moment il ne se passa rien puis il se mit à respirer plus régulièrement et ses traits se détendirent un peu.

La douleur quitta son corps et la paralysie régressa.

Quand Sakura estima qu’il était totalement tiré d’affaire elle poussa un soupire de soulagement.

Au cas-où, elle laissa encore la perfusion branchée quelques minutes supplémentaires.

Quand elle l’ôta elle sût qu’elle l’avait sauvé.

Elle avait la tête qui tournait et tremblait de tous ses membres mais elle avait réussit.

Cependant son état de faiblesse lui fit comprendre qu’elle avait perdu un peu trop de sang.

Elle relégua ce détail dans un coin de son esprit et posa la main sur le front de Kankuro.

Il était légèrement chaud mais tout allait bien.

Avec précautions elle alla jusqu’à la sortie de la grotte.

La nuit était glacée et elle frissonna.

Elle était sûre que Suna enverrait une équipe de secours à leur recherche dès la fin de la tempête de sable et elle attacha un foulard à l’entrée de la grotte.

Elle eut un vertige et s’assit un instant.

Appuyée contre la roche, ses bras nus caressés par la brise glaciale de la nuit elle s’accorda un bref instant de repos.

Et le vent du désert lui apporta soudain les échos d’une mélodie.

Toute entière bercée par ces sons magiques elle ferma les yeux et oublia sa fatigue et le froid.

Il lui semblait entendre la voix de sa mère lui chantant le même poème que lorsqu’elle était petite, à Konoha.

 

Ferme les yeux, le temps s’en va
Et si tu veux, rêve avec moi
Nous deux sous les étoiles sur les montagnes
Sous les étoiles
Ensemble hissons les voiles
Comme un signal
Hissons les voiles
Par milliers tes baisers te diront avec le vent, les oiseaux
Bonne nuit bonne nuit
Par millions les poissons te diront avec les vagues, les sirènes
Talulla Talulla
Lalalala

(Talulla, Indochine)

 

Elle rouvrit les yeux quand la mélodie se tue et alors qu’elle allait retourner à l’abri elle entendit des voix crier son nom et celui de Kankuro.

Elle voulut répondre mais aucun son ne sortit de sa gorge.

Elle maudit sa faiblesse un instant puis se reprit et plaçant deux doigts entre ses lèvres elle siffla aussi fort qu’elle put.

-         Ils sont là ! Cria une voix. Dépêchez-vous !

-         Sakura-san, vous allez bien ? Demanda le ninja qui la rejoignit en premier.

Elle hocha la tête en guise de réponse et tendit le doigt vers l’intérieur de la grotte.

-         Kankuro-sama est dans la grotte ?

Encore une fois elle hocha la tête.

Une main se posa sur son épaule et en levant les yeux elle reconnut Baki.

-         Tu as l’air mal en point, constata-t-il, que s’est-il passé ?

-         … scorpion, répondit Sakura la voix éraillée.

-         Il faut vite rentrer à Suna ! S’exclama le ninja.

Sakura voulut ajouter quelque chose mais ses forces la trahirent et elle sombra dans l’inconscience.

 

Quand elle se réveilla elle était à l’hôpital de Suna dans un lit confortable.

Elle voulut porter la main à sa tête mais quelque chose de lourd la bloquait.

Elle se redressa et découvrit Kankuro assoupie sur le bord du lit, tenant fermement sa main entre les siennes.

Elle rougit et dégagea sa main doucement.

En faisant attention à ne pas le réveiller elle sortit de son lit et enfila une robe de chambre.

Alors qu’elle sortait de la pièce sur la pointe des pieds elle se retrouva face à face avec Gaara.

Ce dernier la regarda sévèrement, les bras croisés.

-         Tu ne devrais pas quitter ta chambre.

-         Mais je vais bien Gaara-san. Lui répondit-elle.

Il fronça les sourcils.

-         Tu ne quitteras pas ta chambre avant de m’avoir raconté ce qui s’est passé et pourquoi l’équipe de secours vous a retrouvé dans cet état. Gronda-t-il.

Devant le Kazekage Sakura se sentit soudain toute petite, elle n’avait pas d’autre choix que de lui obéir et de rentrer dans sa chambre.

Gaara l’y suivit et s’arrêta en voyant Kankuro toujours endormi.

Sakura rougit alors qu’il souriait.

-         Voilà pourquoi il n’était pas dans sa chambre. Murmura Gaara.

Il fit signe à la jeune fille de reprendre sa place et s’approcha de son frère.

-         Kankuro, réveille-toi !

Le jeune homme ne bougea pas alors Gaara posa une main sur son épaule et le secoua légèrement.

N’obtenant toujours aucune réaction Gaara tourna la tête vers Sakura qui peinait à se retenir de rire.

Le Kazekage eut un petit sourire en coin qui lui fit froid dans le dos et la calma aussitôt.

Gaara était effrayant parfois.

-         Kankuro, murmura Gaara, Sakura a disparut.

Il avait à peine fini sa phrase que son frère se levait en sursaut.

-         Quoi ? Que…

Kankuro s’interrompit brusquement quand ses yeux tombèrent sur une Sakura plus rouge qu’une écrevisse et un Gaara souriant l’air extrêmement fier de lui.

Comprenant qu’il s’était fait avoir Kankuro prit une belle teinte écarlate parfaitement en accord avec celle de Sakura.

Pour la première fois depuis qu’elle était à Suna, Sakura entendit le rire du Kazekage.

Après un moment d’embarras profond Sakura l’imita et Kankuro finit par les suivre.

Le rire de Gaara était léger et joyeux comme celui d’un enfant qui a fait une bonne blague, le même rire que Naruto.

En se faisant cette réflexion Sakura se rendit soudain compte qu’il avait presque le même âge qu’elle.

-         Hum, bien, fit Gaara en reprenant son sérieux, j’aimerai quand même que vous m’expliquiez pourquoi on vous a retrouvé dans cet état.

-         C’est de ma faute, répondit Kankuro, je n’ai pas été assez attentif et je n’ai pas senti la tempête de sable assez tôt.

-         Et que s’est-il passé ensuite ? N’essaies pas de me faire croire que c’est la tempête qui vous a laissé à moitié morts.

-         Non, ce n’est pas la tempête, c’est un scorpion, un énorme Akuma no sasori.

-         Impossible ! Personne ne peut survivre à sa piqûre !

-         Sakura a trouvé le moyen de neutraliser le venin.

-         Comment ?

-         Je ne sais pas, j’étais à peine conscient.

Gaara se tourna vers Sakura qui baissa la tête.

-         Je me suis faite aussi piquer par le scorpion et…

-         Tu veux dire que tu l’as fait sciemment ? L’interrompit Gaara.

-         Je… oui, quand le venin a commencé à faire effet je l’ai isolé et je l’ai neutralisé. Une fois cette étape terminée j’ai effectué une transfusion à Kankuro, mon groupe sanguin est O et je suis donc donneur universel alors je savais qu’il n’y avait aucun risque à lui donner un peu de mon sang.

-         Un peu de ton sang ? Répéta Gaara comme abasourdi. Sakura, les médecins ont dit que tu avais perdu plus du tiers de ton sang, un peu plus et tu pouvais mourir. Sans compter que t’inoculer volontairement ce poison était aussi très dangereux. Où as-tu appris une telle technique ?

La jeune fille pressa ses mains l’une contre l’autre.

-         Nulle part, j’y avais songé dans la journée quand Kankuro m’avait parlé de la capacité de la mangouste à neutraliser le venin du cobra grâce à son chakra. Et sur le moment c’est la seule chose qui m’est venue à l’esprit…

Les deux jeunes hommes étaient stupéfaits.

-         Pourquoi as-tu fait ça pour moi ? Demanda Kankuro ému.

La jeune fille releva la tête et le fixa de ses yeux verts.

-         Je ne sais pas exactement, je ne pouvais simplement pas accepter cette situation sans rien tenter…

-         Mais il y avait peut-être d’autres solutions, moins dangereuses pour toi. Lui dit-il.

-         Non, je savais que c’était ta seule chance, tu m’as dit toi-même combien ce venin était violent… je ne pouvais pas faire autrement. Et puis, je… , elle rougit, depuis que je suis à Suna tu… tu as pris plus d’importance dans ma vie et… je crois que… enfin… je…ta mort…

Les yeux de Sakura se remplirent de larmes et les mots se coincèrent dans sa gorge.

Kankuro se rapprocha d’elle et la prit doucement dans ses bras.

Silencieusement Gaara quitta la chambre, un sourire aux lèvres.

La jeune fille s’accrocha à Kankuro comme à une bouée de sauvetage et enfouis sa tête au creux de son épaule.

Il colla sa bouche contre son oreille et murmura.

-         Je t’aime Sakura.

Elle se redressa et le regarda.

Délicatement il essuya ses larmes d’une main douce.

Il se pencha vers elle, lui laissant la liberté de reculer mais elle ne bougea pas et attendit son baiser.

Il posa ses lèvres sur les siennes un bref instant avant de prendre possession de sa bouche.

Quand ils se séparèrent elle colla son front sur celui de Kankuro et lui sourie.

-         Je t’aime. Lui dit-elle.

Il la serra dans ses bras et l’embrassa à nouveau.

Au bout d’un moment il se rendit compte que leurs baisers se faisaient plus passionnés, plus charnels, emprunts de désir.

Il dût faire appel à toute sa volonté pour ne pas lui faire l’amour immédiatement sur son lit d’hôpital.

Il ne voulait pas aller trop vite et brûler les étapes au risque de lui faire peur, aussi mit-il fin à leur étreinte.

Les joues rouges et les yeux brillants Sakura se reprit et remit de l’ordre dans sa tenue.

-         Merci Kankuro. Murmura-t-elle.

Il lui sourit et l’enlaça.

-         On a tout notre temps maintenant. Lui répondit-il.

Elle l’entraîna vers la fenêtre qu’elle ouvrit.

Une légère brise pénétra dans la chambre apportant un parfum de sable chaud.

Le dos appuyé contre le torse de Kankuro elle sourit.

-         Je l’ai entendue, dit-elle doucement, la voix du désert…

Il resserra ses bras autour d’elle.

-         Que t’a-t-il dit ?

-         Que tout ira bien. Répondit-elle avant de se mettre à fredonner

Ferme les yeux, le temps s’en va
Et si tu veux, rêve avec moi
Nous deux sous les étoiles sur les montagnes
Sous les étoiles
Ensemble hissons les voiles
Comme un signal
Hissons les voiles
Par milliers tes baisers te diront avec le vent, les oiseaux
Bonne nuit bonne nuit
Par millions les poissons te diront avec les vagues, les sirènes
Talulla Talulla
Lalalala

Kankuro ferma les yeux et se laissa bercer par la voix douce de Sakura.

 

 

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

 

Petite dédicace à ma petite sœur que j’adore et pour qui j’ai écrit cette fic : Joyeux anniversaire mon choux !!

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales