Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Permanent et athématique
    Club Présences d'Esprits
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 06/11/2020
  • Summer Party
    Éditions Plumes de Marmotte
    Nb de signes : 240 000 - 360 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Crappy Princesses
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - humour
    Délai de soumission : 01/02/2020
  • L’horizon perpétuel
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 15 000 - 150 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les créatures de l'espace
    L'Imagin'arium et Livresque
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 21/12/2019
  • La revue Ornata n°7
    Eurydema Ornata Éditions
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/12/2019
  • Pôle emploi
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 06/12/2019
  • Carnets de voyages
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : > 20 000 sec
    Genre : récit de vie - témoignage
    Délai de soumission : 15/11/2019
  • Les meutes
    animal DEBOUT
    Nb de signes : 6 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Demain
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 7 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/10/2019

Studio Infinite

  • ATELIER D’ÉCRITURE : écrire le côté obscur au Comics Corner (10 PLACES) [ Le 01/12/2019]
    Participez à un atelier d'écriture créative au Comics Corner dimanche 1er décembre 2019 pour créer votre personnage avec notre studio infinite !
  •  [ Le Atelier d’écriture : écrire de l’imaginaire à la librairie Le Nuage Vert (COMPLET)]
    Venez écrire sur l'univers de votre roman et échangez avec d'autres auteurs de littératures de l'imaginaire mardi 15 octobre à la librairie Le Nuage Vert avec Caroline Viphakone-Lamache du studio infinite !

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Yondaime Gaiden: le récit de l'éclair jaune de Konoha Auteur: Dammit Vue: 22890
[Publiée le: 2007-12-29]    [Mise à Jour: 2009-10-30]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Tragédie Commentaires : 110
Description:
Au lendemain de trois épouvantables guerres, le monde des ninjas peut enfin savourer une nouvelle ère de paix et de quiétude. Le village caché de Konoha est ressorti grandi de ses nombreuses victoires et savoure alors l'avènement de son nouveau dirigeant dans la liesse générale.

Mais alors qu'il vient tout juste d'être nommé Yondaime Hokage, Minato Namikaze reçoit la visite d'un messager d'Uzu no kuni lui annonçant l'offensive d'Iwa gakure no satô sur son village qu'il vient tout juste de quitter. Le jeune dirigeant se trouve alors face à un dilemme: sauver la nation avec laquelle le village de la feuille entretient des rapports privilégiés et ce, au risque d'impliquer son village dans une nouvelle bataille ou abandonner des centaines de personnes à leur sort.

Ce dernier choisira finalement de commanditer une attaque afin de porter secours à ses voisins du pays des tourbillons. Là bas il rencontrera une vieille connaissance qui changera à jamais le cours de sa vie.

------


Petite précision: Uzu no kuni est le pays où séjournait Kushina avant, mais le manga ne précise pas quel est le nom du village caché. J'ai donc inventé son nom: Senpuu gakure no satô. Donc ne vous étonnez pas si vous rencontrez ce nom. Ce n'est pas une erreur. ;) Bonne lecture !
Crédits:
Tous les personnages appartiennent au dessinateur du manga Naruto: Masashi Kishimoto
Exceptés: La jeune Hyuuga membre de l'ANBU, les stratèges, Dosan, Urumi et Uragi
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Monstrueux desseins

[4227 mots]
Publié le: 2009-03-01
Mis à Jour: 2009-08-29
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)



Assis nonchalamment sur un banc aux abords de la forêt et vêtu d'un simple pantalon de toile blanc ainsi que d'un gilet de la même couleur, l'Hokage patientait. Sa chevelure encore plus désordonnée que d'ordinaire était couverte d'une fine pellicule de neige tandis que son visage, figé en une moue gentiment contrariée, virait au rouge. Des cernes blafardes creusaient le dessous de ses yeux azurés éclaircis par le reflet du soleil levant sur le manteau blanc revêtu par le village. Scrutant les cieux safranés de l'aube, le jeune dirigeant ne vit pas se poser sur lui les yeux cérulescents de sa compagne qui, debout au milieu du chemin dissimulé sous un dépôt immaculé, ne put s'empêcher de sourire.


Elle aurait pu contempler ce visage marmoréen des heures durant à essayer de lui trouver un défaut. Ses yeux en amandes dissimulant des prunelles bleutés tantôt chaleureuses tantôt glaciales selon l'interlocuteur, son nez fin et aussi droit que la justice qu'il s'évertuait à faire régner dans son village, ses lèvres fines et toujours souriantes qui n'appartenaient qu'à elle ; cet ensemble pouvant être aussi bien avenant qu'effrayant, décelait une beauté froide que la jeune femme savait rare. 

Une vague de chaleur dissipant le froid dont elle était sujette s'empara d'elle à la seule pensée que cet homme assis et sûrement contrarié par le fait de s'être levé aussi tôt, était sien. 


Leur première nuit avait fait naître en elle l'espoir qu'un avenir radieux et prospère se dessinait ; la seconde l'en avait convaincue. Jamais elle ne trouverait un être semblable, jamais elle n'avait songé pouvoir être à même de le quitter un jour. Il l'avait sauvée en temps de guerre et libérée des mains de l'infâme Sannin alors qu'il venait de l'héberger. Non seulement elle lui devait la vie, mais également la disparition de cet étau de solitude qui étreignait son coeur chaque seconde durant et de cette carapace lourde et encombrante qui lui convenait de porter pour ne pas sombrer sous les assauts répétés de cette presse. A défaut d'abandonner son comportement farouche et méfiant, elle s'accrochait éperdument à son sauveur et amant à qui elle accordait une confiance aveugle; peu importaient ses anciens réflexes inutiles de garçon manqué qui lui sommaient de se méfier, d'être indépendante, fière et hautaine car elle était profondément convaincue qu'à présent, sans lui, elle n'arriverait pas à grand chose ... Et même si la jeune femme ne le formulerait jamais en dépit de sa nouvelle sagesse et douceur féminine, elle le savait.      


Debout au milieu d'une tombée de flocons, la jeune femme à la chevelure flamboyante contrastant avec la blancheur presque irréelle du bois, se mit elle aussi à fixer les cieux colorés et comprit alors ce qui captivait ainsi le blondin. Une envolée d'oiseaux transcenda les nuages qui laissaient entrevoir un océan doré en cette matinée singulière. Mais très vite, contrairement à son amant, Kushina se désintéressa de ces volatiles qui -à ses yeux- n'étaient pas plus libres qu'elle. Eux devaient sans cesse se déplacer au gré des saisons. Elle, avait un avenir stable à portée de main et même si elle avait dû se déplacer pour finalement l'obtenir, jamais elle ne pourrait retourner dans son pays natal. Et quand bien même la jeune femme en aurait eu l'occasion, elle serait restée, car seul le village de la feuille avait su lui proposer autre chose qu'un avenir jonché de sacrifices patriotiques en tant que kunoichi. Ici, elle pourrait soutenir son compagnon, lui rendre la pareille jour après jour en n'étant pas un poids, en allégeant un peu le fardeau du pouvoir par une présence qu'elle voulait chaleureuse.    



- Pourquoi souries-tu ? s'enquit joyeusement le blondin qui s'était manifestement délesté de sa mauvaise humeur. 

- Lorsque j'ai vu qu'il neigeait, je me suis dit que ce serait bien de sortir. Mais finalement tu n'as pas l'air d'apprécier ... Je me suis sacrement plantée, hein ?   

- As-tu seulement connaissance des températures ? Et pour ne rien arranger on a pas beaucoup dormi ... déclara posément et sans sous-entendu le dirigeant; ce qui n'empêcha pas la jeune femme de rougir légèrement. 

- Tu n'avais qu'à mieux t'habiller ... 

- Je ne sais pas si tu es au courant, mais à Konoha il fait rarement aussi froid ... même en Janvier. 

- Pauvre chou, il ne supporte pas le froid ! Comment faisais-tu alors lorsque tu partais dans des pays voisins faire des missions ? Au pays de la cascade ? de la neige ? de la pluie ? 

- Je me préparais psychologiquement ... ce n'était pas au saut du lit que l'on m'avertissait que j'allais marcher dans la neige, ironisa le blondin. 

- Il va falloir t'y habituer ... 



Un même sourire illumina les visages du jeune couple. Kushina avait bel et bien l'intention de rester aux côtés l'Hokage encore un moment; il pourrait avoir pleinement confiance en elle car plus dans la crainte qu'elle l'abandonnât, lui et ses encombrantes responsabilités. Minato se leva de son banc glacial et vint près de sa compagne avant de doucement poser les mains sur ses hanches en un geste maîtrisé, concis, non sans rappeller l'habileté dont il faisait preuve dans leur intimité. Posant ses mains gantées sur les larges épaules du meneur en un mouvement étrangement gracieux pour l'impulsive kunoichi, cette dernière réduisit la distance qui les séparait, un sourire lascif ornant son visage dont elle sous-estimait la beauté. Et tandis que le puissant shinobi lui rendit son expression un tantinet plus provocatrice, la douce chimère d'un avenir rayonnant devint plus tangible encore aux yeux de la jeune femme que son obscur passé, plus concret que ce qui ne semblait être qu'une vie antérieure, que le prélude de ce bonheur tout récent, mais qu'elle savait immuable. 



- Je pense pouvoir m'y habituer encore longtemps, dit-il en insistant bien sur ce dernier mot. Je crois avoir eu quelques aperçus depuis que tu es venue en Octobre. 

- Tu rigoles ?! Détrompe toi car tu n'as encore rien vu, déclara la jeune femme, fanfaronne. 



------



Le repère des prétendus justiciers ne semblait avoir subi aucune modification en deux jours. L'appartement désert abritait le même nombre de déserteurs, l'arôme du bois était toujours aussi distincte et malgré l'opacité matinale, les visages malfaisants ne semblaient toujours pas daigner dévoiler autre chose que des yeux peu amènes. Seul le froid hivernal s'imposait aux puissants scélérats telles diverses morsures glacées que nul ne voulait soulever, contraints par les apparences, contraints à se montrer forts devant leurs semblables. Chacun préférait endurer le froid plutôt que de sembler troublé face à quelque chose d'aussi trivial que des températures pourtant très incommodes. 

La voix rauque et posée de celui qui semblait être le leader rompit le silence pesant mais coutumier de l'immuable demeure.    



- Où en sommes-nous à présent ? 

- Un de mes espions de Suna m'a informé que la naissance du réceptacle d'Ichibi aurait lieu dans environ deux semaines. Avant cela, le Kazekage va faire une visite à Konoha; les dignitaires voulaient s'entretenir avec lui, déclara une voix grave et voilée émanant d'une ombre plus petite que les autres. 

- Le timing entre le changement d'hôte et la requête du Yondaime Hokage est trop bon; il doit certainement entrevoir mes desseins, d'autant plus qu'il sait pour la future attaque de Kyuubi à cause des ninjas d'Iwa. 

- N'était-ce pas ce que vous vouliez ? s'enquit la voix amusée de l'ancien ninja de Konoha. 

- Tout se déroule selon mon plan, bien que j'aurais préféré l'écourter avec la simple apparition des démons à queues. 

- J'aimerais vous poser une question ... Pourquoi relâcher tous ces fléaux après vous être donné autant de mal pour les réunir ? 

- Patience mon ami ... tu le sauras bien assez tôt. Avant de te le révéler, nous devons nous préparer; nous partons dès à présent pour le pays du feu. 



------



L'aube éclaira le modeste campement des voyageurs du pays du vent, leur annonçant alors la reprise de la marche jusque vers la secrète entrevue des dignitaires. Le puissant shinobi de Suna esquissa un demi sourire, hautain et arrogant. Il avait hâte de pouvoir faire face à cette légende vivante, de la défier et de la vaincre. Le Kazekage allait venger sa nation décadente et assouvir le désir grandissant d'anéantir le glorieux éclair jaune.

Le menton fièrement levé, il épousseta du dos de la main le pantalon verdâtre qu'il avait coutume de vêtir en tant que Jônin alors que le Sandaime Kazekage était encore au pouvoir. Puis, il tira sur un pan de son sombre chandail avant d'interpeller son conseiller encore à l'intérieur de leur abri. 



- En route Uragi ! Nous devons être demain au village de Konoha ... J'ai très envie de rencontrer le nouvel Hokage. 

- Vous avez l'air confiant Kazekage-sama. Qui vous dit que ce n'est pas une embuscade ? Peut être que l'éclair jaune de Konoha avait prévu votre réaction, présuma le conseiller depuis l'intérieur de la grande tente alors qu'il ramassait le reste de ses affaires. 

- Foutaises ! Jamais je ne me ferais avoir si facilement ! Et laisse moi te rappeller que c'était là ton idée. Quoi qu'il en soit, si l'Hokage avait pour but initial de se déplacer en personne, cela signifie qu'il est au pied du mur pour une raison que j'ignore, déclara le Kazekage un étrange sourire satisfait sur le visage. 

- De toute évidence, vous ne le portez pas dans votre coeur ...



Le rictus s'évanouit aussitôt des lèvres du dirigeant, et avec une rapidité déconcertante, ses sourcils se froncèrent, sa bouche se crispa et ses yeux se plissèrent. La simple éventualité d'apprécier celui qu'il se plaisait à appeler un "ennemi naturel" - de par la rivalité historique de leur nation respective- suffisait à le faire sortir de ses gonds. Dès lors, l'impartialité du juste qu'il prétendait être et l'assurance qu'il croyait posséder en tant que ninja s'envolèrent.



- Ce présomptueux vient tout juste d'être nommé que l'on ne fait que parler de lui ! Konoha nous humilie depuis des années avec ses "légendes" plus que contestables ! Et à présent, voilà que les dignitaires le nomment, lui, cet abominable éclair jaune, ce soit-disant héros de guerre alors qu'ils avaient Jiraiya: l'un des Sannin. Qu'est-ce que cela signifie ? Que la nouvelle génération surpasse des ninjas exceptionnels ? Qu'un homme de mon âge peut naturellement surpasser les trois légendaires shinobis ? C'est impossible ! Impossible ! Ce n'est que du bluff ! C'est évident qu'il a usurpé son titre; il n'est pas digne d'être parmi les cinq grandes ombres ! 

- Pourtant, on raconte qu'il a éliminé un bataillon ennemi à lui tout seul lors de la troisième grande guerre, qu'il a mis fin à un conflit avec seulement dix shinobis à ses côtés et qu'il a même repoussé le légendaire Sannin Orochimaru. Avec tout mon respect, je ne pense pas que sa réputation soit surfaite.  

- REPUTATION SURFAITE OU PAS, CELA NE CHANGE RIEN ! hurla à bout de nerf le Kazekage. 



Le leader au sang-froid discutable jaugea son conseiller avec la haine qu'il vouait à son pair du pays du feu. Il était conscient que son attitude déshonorait son rang, mais l'ignominie de l'éclair jaune allait au-delà de tout ce qu'il pouvait imaginer. Rabaisser sa nation tout en lui demandant de l'aide ... Irrité, il s'éloigna de son sage conseiller pour s'adosser à un arbre tandis que ce dernier finissait de tout ranger. Lorsqu'il eut fini, il s'avança posément vers son dirigeant.



- Nous ne l'aiderons pas, n'est-ce pas ? 


Ce n'était pas une question, seulement une affirmation.


- S'il a tant besoin de nous, je me déplacerai pour lui. Je laisserai volontiers mon village sans chef des mois entiers afin de lui faire face et de lui susurrer qu'il n'aura jamais le soutien de Suna. Je veux le voir sans espoir. Je veux voir Konoha sans espoir.



------



Un peu plus tard dans la matinée, les températures firent fondre presque toute la neige qui avait, l'espace de quelques heures, transformé Konoha en un paradis blanc. Le village se réveillait alors, insconscient de la féerie qui l'avait survolé tandis que deux figures emblématiques marchaient posément dans les couloirs déserts de la bâtisse protectrice. Le plus petit, le visage marqué par le temps ne cessait de sourire alors qu'il scrutait les moindres détails du bâtiment comme s'il le découvrait, une pipe dans la main droite, la main gauche dans la poche d'un pantalon de toile marron. Son cadet qui le dépassait de plus d'une tête fixait le sol, les mains dans le dos, dissimulant ainsi des yeux emplis de sérieux et d'une tristesse habilement dissimulée; sauf pour le vieil homme. 



- Je suis heureux de te voir Minato, déclara l'ancien dirigeant la voix altérée par un large sourire.

- Je suis également enchanté de vous revoir, répondit respectueusement le jeune homme sans pour autant réussir à imiter l'enjouement de son aîné.  

- Cela fait combien de temps que tu es Hokage ? Quatre mois, hein ? Avec tout ce qui s'est passé, j'ai l'impression que cela fait deux ans ! s'exclama-t-il alors faisant mine de ne pas avoir perçu le malaise de son successeur.  


 

Sans cesser de marcher, les deux puissants combattants patientèrent calmement. Le blondin ne cessait de songer à la manière de présenter le destin de Konoha. Quant à l'avisé vieillard, celui-ci attendit une intervention qui finalement, ne vint jamais; ainsi, il se décida à écourter ce début de discussion superflue afin de directement passer à l'essentiel. 

 


- Puis-je te demander ce que me vaut cette invitation ? s'enquit le vieux Sarutobi recouvrant l'aplomb de son ancienne fonction. 



Portant à présent le regard droit devant lui, le jeune meneur procéda à une rapide mais minutieuse inspection afin de s'assurer qu'aucun de ses subalternes ne pourrait entendre leur future conversation. Cet examen pourtant discret n'échappa nullement à l'aîné qui ne doutait plus de la gravité de la situation. Si le très talentueux Minato voulait s'entretenir avec lui, cela devait certainement être sérieux. 

Sentencieusement, le Sandaime Hokage tira sur sa pipe; le Yondaime Hokage poussa un profond soupir. 



- Konoha est en danger, déclara-t-il gravement sans oser croiser le regard de son aîné qui conserva un silence religieux. Lorsque nous sommes allés à Uzu no kuni afin de leur fournir notre aide, les stratèges -sous la menace- nous ont affirmés qu'ils agissaient sur ordre d'une organisation de déserteurs naissante : l'Akatsuki. 

- Continue.

- Selon ces mêmes stratèges d'Iwa, ils prévoient d'utiliser les démons à queues afin d'asseoir leur puissance. De toute évidence, cette organisation prétend posséder et contrôler ces bêtes depuis des décennies.

- Cela fait plus de trois générations maintenant que certaines nations se sont vues acquérir leurs pouvoirs démoniaques. Cette Akatsuki posséderait dans ses rangs, des shinobis capables de dompter des démons. Penses-tu qu'ils se transmettent ces techniques depuis près d'un siècle ? 

- Aucune idée. Ils oeuvrent dans l'ombre. Ils se dissimulent astucieusement. Mais de là à ce que nous ne les ayons jamais remarqués ... Je vous avoue que je suis perdu. 

- Ce pour quoi tu m'as demandé de venir, non ?  

- C'est exact. 



Simultanément, les deux meneurs stoppèrent leur marche. 

Si au moment de croiser leur regard, le Sandaime Hokage ne laissa rien paraître quant à ses craintes -pourtant omniprésentes et véhémentes-, la pâleur exsangue de l'actuel dirigeant de même que son regard atterré, suffisaient à le trahir. 

Cette matinée avait vu se lever un meneur digne et fier, à priori à même de tout endurer. En apparence, rien n'avait changé. Il portait toujours la tenue informelle ivoirine qui mettait en valeur la splendeur de ses yeux azurés tout en accentuant le teint clair de l'homme. Oui, en apparence rien n'avait changé. Cependant, en l'examinant de plus près, on pouvait se rendre compte que la mine cadavérique n'avait plus rien à voir avec les teintes blanches et rosées arborées quelques heures plus tôt, et la fatigue exacerbée était à présent explicitement dévoilée. Les cernes s'étaient creusées, violacées sous des yeux affligés et méconnaissables.


Face à son mentor, à celui qui lui avait remis pour la première fois cette coiffe symbolique, le jeune adulte n'arrivait plus à masquer ses plus grandes inquiétudes. Il n'osait plus jouer la comédie, et dans un sens, pouvoir exprimer une once du désespoir qui l'animait était une libération. Ne plus se cacher derrière ce sourire d'une gaieté souvent jouée et ne plus essayer de dissimuler ses doutes et ses craintes était reposant mais étrangement difficile car en plus d'émousser la carapace qui lui assurait confiance et contrôle, laisser libre court à ses émotions était non seulement contradictoire avec son statut de plus puissant ninja de son pays mais également nouveau. Se reposer sur une façade joyeuse était finalement plus sécurisant pour lui, plus rassurant pour les villageois et shinobis de Konoha qui se fiaient inconditionnellement à leur dirigeant. Mais cette superficialité était étouffante, injuste. Pour rassurer les citoyens du village de la feuille, jamais personne ne saurait réellement qui était le Yondaime Hokage ? Devrait-il toujours porter avec fatalisme ce masque tantôt joyeux tantôt sinistre et mauvais ? La seule personne qui daignait vraiment comprendre les vrais sentiments de l'individu qu'il était et non du shinobi, s'avérait persuadée de la longévité de leur relation. Tel un nouvel échec, un énième rappel sur l'imminence de cette épée de Damoclès, la pensée qu'il la laisserait d'ici quelques années seulement afférait sans cesse. 

La mort faisait partie intégrante de la vie du ninja. Il l'avait accepté et s'était engagé à mourir pour sa patrie si l'occasion se présentait. Mais à présent, la situation se compliquait car le problème, même s'il était né dans le Ninjutsu, trouvait sa source dans sa vie privée -vie qu'il n'avait pas lors de sa noble résolution. Egoïstement, ce n'était pas la mort qui l'effrayait, mais le renoncement qui en découlait. Il ne voulait renoncer à son union mais paradoxalement, cet attachement valait la peine que l'on se sacrifie pour lui. Récente et déjà condamnée, sa relation aussi puissante qu'éphémère était le dernier rempart qui séparait le légendaire éclair jaune de sa décision versatile. 



- Il se passe autre chose, n'est-ce pas Minato ? 

- Je ne suis pas dupe. Personne au monde, ne peut affronter une de ces créatures. Et encore moins la plus puissante: Kyuubi. 



Ce nom arracha une expression effrayée au sage et imperturbable Sandaime Hokage.



- Toujours ces mêmes stratèges, hein ? Peut-on réellement avoir confiance en leurs propos ? Après tout, je ne serais pas surpris si l'on apprenait que "l'Akatsuki" n'est que pure invention de leur part afin de dissiper nos rangs et de t'embrouiller l'esprit. Tu es Hokage à présent ! Tu ne peux pas te laisser aller ainsi ... 

- Je ... Je le sais. 

- Il faut que tu sois intransigeant, ferme et juste; ce que tu es déjà. Je ne t'ai pas choisi par hasard ! Tu as les épaules suffisamment larges pour pouvoir endosser de telles responsabilités. Seulement, tu as changé ... très peu, mais changé quand même, dit-il en posant une main amicale sur l'épaule de son interlocuteur. Quoi qu'il en soit, penses-tu que les paroles de ces ninjas d'Iwa soient fondées ? 

- Rien dans leurs yeux, leur visage ou dans leurs gestes ne m'a laissé entendre qu'ils mentaient. De plus, -étrangement- après être sorti de la tente, une puissante technique Katon a tué ces shinobis et détruit tous les papiers pouvant constituer des preuves. Je ne pense pas me tromper mais pour la première fois depuis longtemps, j'espère avoir tord. 

- Dans ce cas, que comptes-tu faire pour repousser ce fléau ? T'es-tu renseigné auprès des autres nations ? 

- Peu de nos voisins nous apprécie. Mais malgré cela, j'ai demandé au Kazekage si je pouvais aller le voir. D'après une de mes escouades spéciales, l'hôte du démon à une queue se fait vieux; ils devraient le changer incessamment sous peu. Je veux savoir comment ils vont s'y prendre. 

- C'est le Yondaime Kazekage, non ? Parfois, j'oublie que le Sandaime Kazekage nous a déjà quitté ... c'était un brave homme. Alors ? Qu'a-t-il répondu ? 

- Bizarrement, c'est lui qui se déplace. Il doit certainement imiter ma manoeuvre d'Uzu no kuni; à savoir qu'en tant que récent Kage, personne ne pourrait soupçonner qu'il daigne abandonner son village. 

- Il veut surtout te prendre au dépourvu. 

- C'est évident.

- Et tu penses sincèrement qu'il va nous aider ? 

- Avec l'enlèvement de leur précédent dirigeant, le Yondaime Kazekage doit rassurer son village. La dernière chose qu'il souhaite c'est une autre guerre, à plus forte raison lorsqu'il s'avère que notre armée est bien plus puissante et qu'elle compte plus d'effectifs. 

- Le menacer peut être à double tranchant, Minato. S'il répond à tes provocations, ce sont tes ninjas que tu enverras sur le front. 

- Je suis sûr de ce que je fais. 

- Mais ..

- J'en suis sûr, interrompit le blondin en détachant chaque syllabe.

- Néanmoins, laisse moi te prévenir d'une chose. Les ninjas de Suna sont peut être à ta merci aujourd'hui, mais un jour viendra où leur haine conduira à ta perte ou à celle de ton village. De plus, si tu souhaites enfermer un esprit dans le corps d'un humain, tu y laisseras la vie; ça je pense que tu le sais. 


"Et c'est pour cela que tu es dans un tel état, n'est-ce pas mon garçon ?" continua en pensées le vieil homme.     


- Oui. En outre, il va falloir que je trouve un hôte, et je suis à peu près certain que personne ne voudrait posséder une telle chose en soi. Je ne peux me résoudre à gâcher la vie de quelqu'un. Non seulement ça, mais il faut que j'ai une totale confiance en ce ninja. 

- Pour quelle raison ? 

- Ce shinobi sera puissant. S'il s'avère qu'il s'agit d'un ninja instable psychologiquement ou que j'ai un doute sur sa personne, je ne le choisirais pas. Je veux m'assurer que je ne laisse pas le village sous la menace d'un démon -peu importe sa forme. Quitte à donner ma vie à Konoha, autant faire en sorte que l'hôte aime et protège le village de la feuille. Je ne veux pas faire de lui une arme secrète. Cela reviendrait à faire ce que nous condamnions en temps de guerre. J'aimerais que le Jinchuuriki soit un ninja d'Hi no kuni à part entière. Ainsi, sa puissance serait mise à contribution pour protéger ceux qui lui sont chers ... comme n'importe quel autre shinobi de notre village. Il défendra sa patrie par sa propre volonté au lieu d'être en première ligne lors de vulgaires conflits. 

  - C'est une noble intention que de vouloir le bonheur d'un homme et ce, même s'il possède un démon en lui. 

- Il y a des hommes plus pourris que des monstres sans qu'ils aient besoin que l'on enferme en eux des bêtes à queues; même au sein de notre village. 

- Mais penses-tu que les villageois accepteront le Jinchuuriki ? Dans chaque village et de tout temps, les hôtes étaient haïs. 

- Parce que tous faisaient l'amalgame entre le démon et la personne. Il faut réussir à faire la part des choses, à faire prendre conscience aux gens que celui qui se désignera -de façon désintéressée-, sera digne d'un héros et non d'un paria. 

- Je vois que tu as beaucoup réfléchi à la situation, dit le vieil homme en souriant avec effort. 


Bien évidemment." Comment parvenir à penser à quoi que ce soit d'autre lorsque l'on doit orchestrer son propre trépas dans un but purement altruiste ? " songea amèrement l'ancien meneur alors que son interlocuteur avait peine à retourner un sourire. 


- Il ne me reste plus qu'à connaître la technique et à choisir l'hôte. Après, je n'aurais plus qu'à attendre... patiemment. 


   

  



  






  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales