Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • My boss and I (Mon patron et moi)
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : érotique - romance
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • La journée avait bien commencé
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 2 000 - 4 700 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 15/07/2020
  • Romance paranormale
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance - fantastique
    Délai de soumission : 24/12/2020
  • Repas de famille
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 5 000 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/07/2020
  • Des Astres humains
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 01/09/2020
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire 2021
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 600 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Une fumée épaisse recouvrait le village
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : < 3 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/06/2020
  • Ado et jeunes adultes
    Marathon Editions
    Nb de signes : > 350 000 sec
    Genre : enquête - suspense - young adult - réaliste - thriller - policier - noir
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Célibataire sans enfant
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2020
  • Halloween
    Les Éditions Octoquill
    Nb de signes : 200 000 - 400 000 sec
    Genre : épouvante - bit-lit - fantastique
    Délai de soumission : 30/06/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 531 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Yondaime Gaiden: le récit de l'éclair jaune de Konoha Auteur: Dammit Vue: 23067
[Publiée le: 2007-12-29]    [Mise à Jour: 2009-10-30]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Tragédie Commentaires : 110
Description:
Au lendemain de trois épouvantables guerres, le monde des ninjas peut enfin savourer une nouvelle ère de paix et de quiétude. Le village caché de Konoha est ressorti grandi de ses nombreuses victoires et savoure alors l'avènement de son nouveau dirigeant dans la liesse générale.

Mais alors qu'il vient tout juste d'être nommé Yondaime Hokage, Minato Namikaze reçoit la visite d'un messager d'Uzu no kuni lui annonçant l'offensive d'Iwa gakure no satô sur son village qu'il vient tout juste de quitter. Le jeune dirigeant se trouve alors face à un dilemme: sauver la nation avec laquelle le village de la feuille entretient des rapports privilégiés et ce, au risque d'impliquer son village dans une nouvelle bataille ou abandonner des centaines de personnes à leur sort.

Ce dernier choisira finalement de commanditer une attaque afin de porter secours à ses voisins du pays des tourbillons. Là bas il rencontrera une vieille connaissance qui changera à jamais le cours de sa vie.

------


Petite précision: Uzu no kuni est le pays où séjournait Kushina avant, mais le manga ne précise pas quel est le nom du village caché. J'ai donc inventé son nom: Senpuu gakure no satô. Donc ne vous étonnez pas si vous rencontrez ce nom. Ce n'est pas une erreur. ;) Bonne lecture !
Crédits:
Tous les personnages appartiennent au dessinateur du manga Naruto: Masashi Kishimoto
Exceptés: La jeune Hyuuga membre de l'ANBU, les stratèges, Dosan, Urumi et Uragi
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Se donner la comédie de la fatalité

[2583 mots]
Publié le: 2009-02-01
Mis à Jour: 2009-02-10
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)



A des centaines de kilomètres des angoisses du Yondaime Hokage, un groupuscule ayant choisi comme repère une petite bourgade du village de la pluie, ourdissait une compromission de grande envergure cependant qu'ils venaient de recruter un nouveau membre. Le martèlement incessant des gouttes de pluie résonnait dans la vaste pièce obscure et déserte de tout meuble pouvant attester d'une vie à l'intérieur de l'étrange demeure. Le conventicule semblait s'être accommodé de l'odeur âcre du bois humide ainsi que de la fraîche bourrasque qui s'engouffrait dans l'austère tanière. Les multiples personnages présents étaient postés dans l'ombre, de sorte à ce qu'aucun visage ne soit perceptible; seuls leurs yeux s'avéraient ostensibles.   



- Nous sommes proches du dénouement mes amis. A l'aube d'une nouvelle ère dans laquelle les ninjas seront inutiles et où la vertu dominera les hommes, nous serons les garants d'une paix immuable. Et toi aussi Orochimaru tu y contribueras de par ta connaissance du pays du feu.

- Si cela peut détruire l'impact de Konoha sur le monde des shinobis et nuire à ses dirigeants, je serai plus qu'heureux d'y contribuer en effet. 

- La paix et la quiétude sont nos principaux objectifs. Le village caché de la feuille et ses habitants doivent d'abord souffrir comme d'autres nations ont souffert par le passé et ce, afin de créer un ébranlement tel que la violence paraîtra comme une solution absurde. Seulement c'était sans compter la dextérité des Kages, ces ombres pédantes et malfaisantes qui croient protéger une félicité chimérique avec l'animosité qu'ils s'évertuent à combattre. Corrompus, ils condamnent le vice dans un effort démagogue et inutile afin de préserver une image qui ne dupe que les faibles d'esprit. Nous pensions que les fléaux viendraient à bout de ces nations affaiblies par des guerres triviales et outrancières. Mais les ninjas s'améliorent au fil des générations que j'ai le luxe d'observer, plus particulièrement celles d'Hi no kuni. 

- Il est vrai que Konoha est de loin le pilier de l'art ninja ... pour le moment. Que comptez-vous faire pour asservir le pays du feu ? 

- Le monde ninja tout entier doit sombrer. L'attaque des démons à queues n'est que la toute première étape d'un dessein vieux de presque un siècle. Soyons patients et attendons de voir comment se débrouille le nouveau dirigeant du village de la feuille ...  



----



On frappa violemment à la porte. Irritée, Kushina qui venait tout juste de rentrer d'un entraînement éreintant alla ouvrir à celui qu'elle croyait être un subalterne de Minato, car selon les habitudes qui s'étaient installées entre eux depuis maintenant deux mois, le dirigeant rentrait chez lui en fin d'après-midi, voire plus tard. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle accueillit finalement la dernière personne qu'elle s'attendait à voir et ce, dans un état qu'elle ne lui connaissait pas. 


Le jeune leader au sang froid et à l'aplomb incontestés avait le regard hagard, presque dément tandis qu'une étrange lueur y résidait. Ses prunelles brillaient d'une détermination arrêtée, la peur assaillait son visage et faisait trembler ses poings fermés. La combattante porta alors ses mains sur le visage de son amant dans un élan de compassion et de grande inquiétude. Quels événements étaient susceptibles de mettre le plus puissant shinobi dans un tel état ? Son coeur manqua un battement cependant qu'une multitude de scénarios tragiques prenaient vie dans son esprit. 


Le blondin quant à lui, cherchait dans les traits de son amante un semblant de réconfort, mais ce fut l'effet inverse qui se produisit. Sottement, il avait cru que retrouver la personne qui actuellement comptait le plus à ses yeux allait le convaincre du bien fondé de son plan pour repousser le démon. Il s'était imaginé que s'il parvenait à lui révéler son funeste destin, il retrouverait foi en ses capacités afin de la protéger. Il s'était attendu à ce que sa détermination devienne inébranlable et quand bien même son destin serait scellé, sa partenaire pourrait couler des jours heureux sans être dans la crainte de l'attaque qui se préparait. Malheureusement, le simple fait de la voir ne faisait que renforcer son désir de vivre. Ils n'étaient ensembles que depuis peu de temps. Pourquoi le destin jouait-il ainsi avec ses sentiments ? Minato caressait à peine son rêve de quiétude et de bonheur que le sort s'acharnait déjà à tout compromettre. 


Partagé entre son devoir et l'impérieuse envie de rester aux côtés de sa fiancée, le masque de sérénité arboré en tant que ninja se brisa littéralement. Le jeune homme s'évertuait à conserver son calme, serrant les poings jusqu'au sang quand bien même la colère l'incitait à saccager son appartement. L'injustice de la situation l'exaspérait, le requiem se mystifiant de lui l'affligeait. Le sentiment de perdre la vie, de la perdre, s'abattit sur lui en une insondable souffrance; il exultait de chagrin, omettant jusqu'à la majorité des suppliques de la jeune femme. 



- Je t'en prie ! Dis moi ce qui se passe Minato ! supplia la jeune femme désespérément dans ce qui devait être une énième tentative d'appel.  

 


Subitement, avide du désir de vivre, une ardente passion s'octroya sa raison. Le visage déformé par une rage contenue mêlée à une subtile once de désespoir, le puissant et malheureux dirigeant s'empara des lèvres de sa compagne. Cette dernière surprise, tenta d'interroger son amant sur les sentiments qui le torturaient mais fut vite contrainte d'abandonner les armes dans un grand élan de faiblesse dont elle ne s'offusqua nullement, à plus forte raison qu'une main qui s'était glissée sur le creux de ses reins lui arracha un gémissement et lui fit oublier par la même occasion les questions qu'elle voulait lui poser. La seconde main qui s'immisça dans sa veste lui fit oublier jusque l'endroit où elle se trouvait; la jeune femme n'entendit ou ne vit pas le blondin claquer la porte d'entrée avec son pied.   


Ses respirations saccadées presque bestiales, le regard cruel trahissant quelques lubriques pensées, ses caresses violentes mais sensuelles étaient étrangers au jeune leader, davantage comparables à des pulsions animales, à la nature humaine qui réclamait une apparition derrière cette épaisse carapace de shinobi actuellement émoussée. Serrant de plus en plus fort celle qui le ceinturait de ses jambes, le guerrier dépourvu d'esprit se laissa guider par son appétence. Il ne décolla ses lèvres de celles de son amante que lorsqu'elles ne lui suffirent plus, nichant son nez dans son cou, humant sa fragrance, goûtant sa peau. Le souffle court, les expirations audibles, bruyantes, la rouquine se cambra cependant que lascivement, son partenaire lui ôta sa veste de mission qui tomba lourdement au sol. 


Peu à peu, ils freinèrent leurs pulsions. Soulevant toujours sa compagne, le blondin leva des yeux plus humains vers elle, l'interrogeant du regard. Ce à quoi elle répondit avec un doux baiser ainsi qu'un léger sourire aussitôt imité par le shinobi qui, recouvrant ses instincts charnels, se dirigea dans leur chambre. 



---- 


- Pourquoi veut-il venir ici ? 

- Nous ne connaissons pas toutes les raisons, mais il doit s'agir d'un événement de la plus haute importance; ils ont envoyé leur messager le plus rapide Kazekage-sama, répondit un grand shinobi brun aux yeux verts dont le long vêtement blanc le singularisait des autres ninjas. 

- Je trouve ça louche qu'il veuille venir en personne ... Quelles idées traversent les esprits de ces arrogants dignitaires de Konoha pour que l'Hokage daigne abandonner son village ? Il sera seul qui plus est ... 

- C'est cela. Les conseillers de l'Hokage stipulent qu'il ne sera accompagné que d'un shinobi de son choix et qu'il s'agit d'une visite "dont la survie de Konoha dépend". Selon moi, vous devriez le laisser entrer. Qui sait si notre politique réfractaire n'engendrera pas des représailles ?

- Quoi qu'il en soit, je ne peux le laisser entrer sans connaître les raisons de sa venue. Actuellement -et cela me répugne de l'avouer- le pays du feu possède une bien meilleure armée que la nôtre et ce, à cause de ces maudits seigneurs ! hurla le Yondaime Kazekage en frappant du poing son bureau. Je ne peux me résoudre à ouvrir les portes de mon village à cet éclair jaune, cracha-t-il dédaigneux. Mais d'un autre côté tu as raison. Le Sandaime Kazekage à disparu depuis peu. De plus, beaucoup de nos shinobis sont morts dans les précédentes batailles. Je dois regagner la confiance de mon peuple afin que nous soyons unis. 

- Quel dilemme .... , soupira son conseiller. Que comptez-vous faire ? 

- Que me suggères-tu ? s'enquit le leader agacé par la situation délicate.  

- Si vous ne voulez pas qu'il s'approche du village dans la peur qu'il ourdisse une attaque envers notre nation, vous devriez y aller personnellement. 

- Tu sais très bien que je dois rester ici ! Dans deux semaines nous devrons ... 

- Je ne le sais que trop bien Kazekage-sama, interrompit poliment le jeune homme. C'est pourquoi vous devriez partir maintenant, et je vous accompagnerai. 



----



Caressant du bout du doigts les stigmates de son amant allongé sur le dos, la rouquine soupira de joie à l'avènement de cette nouvelle félicité. Regardant le plafond, songeur, le blondin soupira mélancolique à l'idée que ses jours à ses côtés étaient comptés. Son rêve lui revint alors en mémoire.



- Qu'est-ce qui te tracasse ? s'enquit doucement la jeune femme, posant sa tête sur le torse de son amant. 

- Rien, ne t'inquiète pas, répondit-il un léger sourire aux lèvres. 

- Et tu veux me faire gober ça ?! répliqua-t-elle taquine avant de recouvrer son sérieux. Tu étais étrange en arrivant ... D'ailleurs, ne devais-tu pas travailler plus ? Pourquoi es-tu rentré si tôt ?  

- Quoi ? Tu aurais voulu que je ne vienne pas peut-être ?


Sur ses mots, le jeune homme fit basculer son amante sur le lit, au-dessous de lui, un large sourire narquois ornant son visage. 


- Ne détourne pas mon attention Minato. Tu ne vas pas me faire croire que ..., s'exclama la jeune femme avant d'être interrompue par un baiser. 

- Je t'ai dis de ne pas t'inquiéter. Ca n'a aucun rapport avec nous. 

- Ca je veux bien le croire ... mais tu ne peux pas nier que tu me caches quelque chose. 

- Des soucis au travail ... rien de plus je t'assure. 


D'un certain point de vue, le jeune leader ne mentait pas; ses tracas étaient en étroite relation avec son rang. Mais ne pas lui révéler la stricte vérité lui posait un problème de conscience qu'il s'empressa d'omettre derrière de larges sourires et de la taquinerie; ce que ne manqua pas de remarquer la jeune femme qui décida de ne pas soulever ses soupçons, voulant profiter de ce merveilleux moment encore un peu. 



----


- Koharu-sama ! Rapport de l'unité de décryptage. Un message de la plus haute importance vient d'être délivré et décodé. Il s'agit d'un message venant du conseiller du Kazekage en personne. 

- Nous l'attendions Sakuya, merci beaucoup. Vous pouvez me donner le rapport et vous en aller. 


La jeune femme s'exécuta et partit rejoindre le reste de son équipe dans la volière non sans une furtive oeillade vers la quinquagénaire qui, les yeux exorbités, appela deux ninjas de sa garde et se dirigea d'un pas pressé vers le second étage.


----


Le lendemain matin, le dirigeant sortait de chez lui le coeur un peu plus léger que la veille. Ses jours étaient peut être comptés, mais sa confiance jamais émoussée. Sa précédente nuit, sa relation naissante s'insurgeaient contre sa résolution du devoir et la faiblesse de sa joie de vivre. Sa situation amoureuse et son statut social ne pouvaient être que des arguments afin d'inciter le jeune homme à subsister. Sa fureur de vivre aurait dû se manifester autrement que par un sourire - certes mélancolique. 

Au lieu de ça, le leader était résolument décidé à protéger son village car il était l'Hokage et qu'il voulait protéger sa compagne à l'instar de son village. Sa nouvelle situation amoureuse et son rang n'étaient pas des arguments pour vivre, ils étaient de bonnes raisons de mourir. 


Arrivé à son bureau, le puissant shinobi n'eut pas le temps de s'asseoir derrière son bureau que ses conseillers entrèrent en trombe. Poliment il leur sourit. 


- Que se passe-t-il Koharu-sama, Homura-sama ? 

- Le Kazekage a d'ores-et-déjà répondu à votre demande quant à votre visite, déclara posément la vieille conseillère. 

- Qu'en est-il ? Je suppose que la réponse est négative, étant donné la rapidité avec laquelle celle-ci a été délivrée... 

- Le Yondaime Kazekage est en chemin depuis hier. Il arrivera dans deux jours. 

- Déjà en route, hein ? souffla pensivement le jeune dirigeant en se postant face à la baie vitrée. Cela veut dire qu'il ne voulait pas de ma présence à Suna. De plus, il veut nous prendre au dépourvu, c'est évident. 

- C'est ce que nous pensions également. Il est inutile d'envisager sérieusement un tel élan de générosité pour notre village. 

- C'est exact. Il devait avoir peur que je ne vienne pas pour les raisons indiquées ou que ma venue soit intéressée. Quelle date avez-vous proposée pour ma visite dans votre lettre ?  

- Nous avions trouvé judicieux de donner rendez-vous dans deux semaines. Cela vous aurait laissé le temps de trouver un bon ninja pour vous accompagner. Et au cas où celui-ci aurait été en mission, nous aurions eu le temps de guetter la fin de sa charge, répondit respectueusement Homura. 

- Bien. Dans ce cas, il est également possible qu'il ait quelque chose d'important à faire dans deux semaines, ou qu'il ait un je-ne-sais-quoi à cacher à notre village -ou aux yeux de tous ... Préparons-nous ! Demain soir, je veux que trois unités composées de trois ninjas surveillent les frontières. Une quatrième troupe se postera à l'entrée tandis qu'une autre surveillera discrètement les faits et gestes du Kage. Je dis bien : discrètement ! Je ne veux pas qu'il pense que nous sommes méfiants; cela créerait des tensions inutiles d'autant plus que nous avons besoin de son aide. 

- Entendu. Nous préparerons les équipes selon votre convenance. 

- Aucune objection ? s'enquit l'Hokage en se retournant, habitué aux conflits avec ses conseillers. 

- Aucune. Vous vous souciez beaucoup du village. Vous êtes prudent et c'est tout ce qui nous importe, déclara Koharu avant de se diriger vers la sortie.   


Une fois les quinquagénaires partis, le jeune leader poussa un profond soupir avant de fixer derechef son village depuis son bureau. Ce joyaux qu'était Konoha ne disparaîtrait pas de sitôt. Aucun village ni aucune bête ne le détruira; il en fit le serment. 


     






  

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales