Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Permanent et athématique
    Club Présences d'Esprits
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 06/11/2020
  • Summer Party
    Éditions Plumes de Marmotte
    Nb de signes : 240 000 - 360 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Crappy Princesses
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - humour
    Délai de soumission : 01/02/2020
  • L’horizon perpétuel
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 15 000 - 150 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les créatures de l'espace
    L'Imagin'arium et Livresque
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 21/12/2019
  • La revue Ornata n°7
    Eurydema Ornata Éditions
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/12/2019
  • Pôle emploi
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 06/12/2019
  • Carnets de voyages
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : > 20 000 sec
    Genre : récit de vie - témoignage
    Délai de soumission : 15/11/2019
  • Les meutes
    animal DEBOUT
    Nb de signes : 6 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Demain
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 7 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/10/2019

Studio Infinite

  • ATELIER D’ÉCRITURE : écrire le côté obscur au Comics Corner (10 PLACES) [ Le 01/12/2019]
    Participez à un atelier d'écriture créative au Comics Corner dimanche 1er décembre 2019 pour créer votre personnage avec notre studio infinite !
  •  [ Le Atelier d’écriture : écrire de l’imaginaire à la librairie Le Nuage Vert (COMPLET)]
    Venez écrire sur l'univers de votre roman et échangez avec d'autres auteurs de littératures de l'imaginaire mardi 15 octobre à la librairie Le Nuage Vert avec Caroline Viphakone-Lamache du studio infinite !

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Uzumaki Gaiden
[Histoire En hiatus]
Auteur: Lord OGM Vue: 2982
[Publiée le: 2012-09-05]    [Mise à Jour: 2012-09-17]
G  Signaler Romance/Humour/Action-Aventure/Tragédie/Amitié Commentaires : 25
Description:
Toute sa vie, Naruto a été formé pour devenir une arme, perdant son humanité, ses sentiments, devenant un simple instrument. Un jour il reçut une mission qui changea tout, faisant naitre la peur parmi le conseil de Konoha. Une décision fut vite prise, l’arme devait être reforgée, et pour cela, Naruto devait mourir.
Mais il ne comptait pas ce laisser tuer, c’est guidé par le Démon Renard qu’il mènera un combat à mort contre des centaines de ninja avant d’échouer magistralement la technique de son père.
Propulsé dans un autre monde, la nuit de sa naissance, devant lui se dresse alors Kumiho, le double de Kyuubi au détail près que c’est une femelle. Il y rencontrera des gens qu’il n’aurait jamais du revoir et se retrouvera face à un choix.
Rester une arme ou devenir un homme ?
Crédits:
Une majorité des personnages sont de : Masashi Kishimoto Ainsi que les décor mais l'histoire est de moi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Un affrontement titanesque

[8323 mots]
Publié le: 2012-09-05
Mis à Jour: 2012-09-06
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Bonjour, bonsoir,
Me revoilà pour une nouvelle histoire qui j'espère plaira à nombre d'entre vous.
Comme vous vous en douterez, le personnage qui parle est naruto, mais il n'y aura pas que lui tout au long de l'histoire, on s'ennuierait bien sinon.
Je vous laisse découvrir.
Lord OGM

Frapper, encore et toujours, frapper pour vivre, frapper pour survivre, frapper pour exister. Tuer pour rester, massacrer pour imposer, tel est mon Destin. Mais pourquoi je le suis encore ? Je pourrais mourir demain, ce soir, cette nuit. Je ne me bats plus pour vivre, ni même pour survivre, je serais bien incapable de mourir.  Je me bats car on me l’ordonne, je tue car on me le demande, je surveille car on me confie la tâche, je ne fais plus rien par moi-même.

Et pourquoi ferais-je quelque chose ? Ma vie ne vaut rien, je deviens un poids plus qu’un atout, il faut me nourrir, m’entretenir, me retenir, me contrôler, me calmer. Je passe mon temps enchainé contre ce mur de briques glacées, sans jamais avoir de la visite, seul le conseil vient me voir, pour me confier une autre tâche, toujours plus sale, toujours plus morbide.  Je ne suis pas payé comme le serait les autres, je suis juste nourrie, comme un animal, je ne suis plus humain.

Je suis un monstre, dans tous les sens du terme, je ne vie que pour tuer, des enfants, des femmes et des hommes, je suis là pour exterminer tous ceux qui osent ce dresser contre le village de Konoha, que ça soit en refusant un commerce ou en préparant une révolte. Je suis toujours là, dans l’ombre, arme à la main, près à trancher la gorge de l’instigateur, de massacrer sa famille, d’annihiler son travail.

Je ne sers à rien d’autre, pas de mission diplomatique, pas de mission de protection car personne ne mérite ma protection.

J’entends un bruit, je redresse la tête, le vieil homme entre, des bandages lui couvre une partie du visage, il va me confier une autre tâche. Je me demande si un jour je connaitrais la gloire, celle de sauver des gens, non, il ne vaut mieux pas que j’y pense, je ne suis pas former pour protéger, seulement pour exterminer.  Je le fixe droit dans les yeux, ou du moins dans l’œil vue qu’il n’y en à qu’un de visible, mais il est bien naïf de croire que je ne sais pas ce qu’il cache, je reconnais cette sensation, celle qui vous murmure que l’autre sait ce que vous préparez, le Sharingan.

Les hommes qui le portent sont plus durs à abattre que les autres, ils vous voient venir, et se prépare avant que vous ne commenciez à bouger.  Mais bon, ça ne m’avais pas empêché de tous les massacrer quand on m’en à donner l’ordre, ne laissant derrière moi que les deux héritiers.  Je n’avais pas aimé cette tâche, elle m’avait laissé un arrière gout d’inachevé, pourquoi laisser deux survivants alors que j’avais le niveau pour les éliminer aussi ?

Je ne suis pas formé pour m’interroger, mais ça me laisse perplexe, je ne comprends pas, surtout qu’un des deux survivants est devenue déserteur pour se venger de l’instigateur du massacre.  Il veut tuer le vieil homme mais il ignore que l’auteur de ce crime c’est moi, je trouve ça comique, comment les hommes peuvent-ils se croire tout puissant quand ils ne savent rien ? Je ne me dirais pas tout puissant car mis à part la technique et l’art de tuer, je ne sais rien, je ne sais pas rire, je ne sais pas sourire comme je vois les autres le faire quand je traverse le village en trombe pour aller effectuer une mission.

Je me demande pourquoi ils apprennent à faire ça au lieu d’apprendre à se battre comme moi je l’ai fait, ils seraient bien plus mature, bien plus fort.  Les hommes sont étranges, mais n’en suis-je pas un moi aussi ? Un grand homme vue ma taille je pense, enfin, je pense est un bien grand mot, puisque je ne possède pas cette petite voie qui parle dans ma tête comme elle le fait chez les autres, pourquoi je ne l’ai pas moi ? Une injustice de la nature ? Ou un signe de supériorité ? Je ne pourrais vous répondre vue que je ne sais pas moi-même ce que je suis, je ne me suis jamais vue dans un miroir, je sais juste que je suis grand, les autres humains doivent lever les yeux pour me parler.

Je sais que mes cheveux ont une couleur jaune, ce qui n’est pas très discret quand je suis en mission, je suis obligé de porter une capuche sinon je me ferais repérer trop facilement, bien que personne ne me connaisse, personne n’ayant survécue à un rendez-vous avec moi hormis les conseillers de Konoha et les deux survivants du clan Uchiwa.  Bon le vieil homme est là depuis un moment, pourquoi n’a-t-il pas encore prit la parole ? Je le regarde à nouveau, il semble perdu dans ses pensées, ce n’est pas habituel, il est toujours précis, direct et me donne toujours des ordres sans faire de sentimentalisme, je suis son arme je crois, il me considère autant que feuille de papier, il doit me croire loyale.

Mais la raison pour laquelle je reviens après chaque mission est que je ne veux pas trouver un autre « chez moi ». Je suis en sécurité ici.

 Je ne pense pas mais je réfléchis, tout le temps, sauf quand je dors, mais encore, je dors que très peut, j’ai un démon en moi et il prend en charge le sommeil.  La seule requête que j’ai faite au vieil homme à été qu’il me donne des rouleaux pour approfondir mes connaissances des arts ninja. Dont celui du Fûinjutsu, l’art des sceaux. Je trouve que c’est intéressant, peut de ninja utilise ce genre de technique, me donnant toujours un avantage lors des combats, car qui regarde à ses pieds quand il se trouve en face d’un homme qui tiens dans sa main un long katana ? Moi-même je ne regarderais pas le sol à ce moment là, et pourtant il faudrait toujours le regarder, car c’est facile de laisser tomber un sceau de paralysie pendant un combat et d’attiré son adversaire dessus. Le rendant inapte à ce défendre, et donc, le tuant aussi surement que si je lui avais enfoncé ma lame dans le cœur avant le début du combat.

Bien sûre le vieil homme avait été réticent au début, ne voulant pas que je connaisse d’autres techniques que celle qu’il m’avait enseigné, mais au final, lorsqu’il m’avait vue à l’œuvre il avait céder et m’avait apporté tous les livres qu’il trouvait sur le sujet.  Il n’est pas très réfléchis, car sa fait depuis un moment qu’il ne comprend plus sur quoi je travail, il croit que je suis entrain de mettre au point un sceau de régénération, mais ce n’est pas du tout le cas, je travail sur un sceau de téléportation, comme celui du Yondaime Hokage, mais je compte bien l’améliorer.  Enlever la détonation qui suit l’activation de la technique, supprimer le flash lumineux. Ce n’est pas très malin pour un ninja en infiltration ou en mission d’assassinat de faire apparaitre un phare de lumière en pleine nuit. Ca serait comme ce montrer aux portes d’un village ninja, les mains liés avec une pancarte « Je suis un criminel de rand S ! »

Mais je comprends que le Yondaime avait pas besoin de se soucier de ce genre de détail, il était Hokage, quand il se battait il le faisait au grand jour, pour donner du courage à ses hommes, pas comme moi la nuit, qui ruine celui des ennemies.  Donc nous ne devions pas posséder les mêmes techniques, moi les miennes doivent être silencieuses et discrètes, les siennes impressionnantes et tape à l’œil.  Il devait ce faire remarquer et attiré l’attention sur lui, alors que moi, je dois me fondre dans les ombres et me cacher.  Non nous ne sommes pas du tout le même genre de ninja, mais pourtant je serais capable de l’affronter en duel en plein jour, j’ai aussi une gamme de ses techniques couteuses en chakra. Des techniques de type Katon et Futon surtout. Mais je ne les utilise que très rarement, aucun homme ayant survécu à un affrontement direct avec moi, le temps qu’ils lancent leurs techniques fétiches je les avais déjà tous tuer.

Je réserve donc ce genre de petites fioritures pour les entrainements, quand je désire me fatiguer rapidement.  Une fois atteins un certain niveau de fatigue le contrôle de mon chakra s’améliore, déjà qu’il est impressionnant qu’en je suis au sommet de ma forme, quand  il ne me reste plus que de petites quantités, ça deviens monstrueux selon mes jounin instructeurs.

«  Tu es un échec. » Conception inintéressante de l’échec. Qu’ai-je raté ? Je me demande, ils m’ont demandé d’être le plus fort, c’est ce que je suis. Peut être que je suis devenue trop fort ? Qu’ils ne peuvent plus me contrôler si jamais je refuse un ordre ? Ils ont peur de moi ? Mais alors, pourquoi me l’annoncer, ce n’est pas comme s’ils allaient pouvoir y changer grand-chose, je n’ai hélas pas prévue de me laisse tuer. Je n’aime pas la vie, enfin, je ne la comprends pas, ne l’ayant jamais expérimenté, je peux même dire que je n’aime rien, pas que je sache ce que veux dire aimer. Je connais la définition de ce mot, mais je ne sais pas ce qu’il doit m’apporter.

Je ne parle pas, je n’ai rien à lui dire de toute façon, pas de rapport à faire, je retourne donc à la lecture de mon livre, je l’ai déjà lut plusieurs fois, mais je le recommence car j’ai l’impression qu’un détail m’échappe,  une telle technique doit forcément avoir un défaut, une contrepartie. Quand on lance un justu puissant, il demande beaucoup de chakra et vous fatigue, des fois il demande un sacrifice, du sang, un animal voir des fois des êtres humains quand la technique est vraiment puissante. Mais là, je pourrais me téléporter ou bon me semble sans utiliser de très grosses quantités de chakra, sans rien sacrifier et sans risque pour mon intégrité physique.

«  Nous allons te retirer le Kyuubi. » Voici donc la raison pour laquelle il réfléchissait autant, il ne savait pas comment l’annoncer, il ne voulait surement pas dire clairement qu’ils voulaient m’exécuter, ce qui est compréhensible, cela aurait jeté un froid. Il aurait peut être du présenter ça comme une mission, j’aurais accepté sans m’en rendre compte, j’ai tellement l’habitude de dire oui quand on m’ordonne de faire quelque chose.

Donc, j’allais mourir, enfin, selon leurs plans, car dans les miens je n’ai pas prévue de disparaitre en laissant le renard tout seul. Oui, je ne peux pas le laisser tous seul, il se ferait dominer par un Uchiwa, deviendrait fou et voudrait tuer tout le monde, et ça c’est mon boulot à moi de tuer. Il ne doit y avoir qu’un tueur sinon il n’y aurait pas de légende, surtout que Kyuubi n’est pas très discret à tirer des Bijuu Dama. On m’oublierait trop vite. Et je n’ai pas envie que l’on m’oublie au profit d’une boulle de poils. C’est moi le plus grand meurtrier de cette époque et je compte bien le rester.

« Tu vois gamin, tu as finis par te trouver un rêve. »

Quand on parle du Renard, on en voie une queue, je ne saurais dire laquelle vue qu’il en possède neuf.  Mais il a parlé, il me parle de plus en plus souvent, trop souvent je trouve, il a rien à faire dans mon esprit, je suis un homme occupé.

« Car passé ta vie enchainé c’est être occupé ? » Je ne t’ai rien demandé, arrêtes de regarder ce que tu n’as pas à regarder, c’est mon esprit pas le tien, et c’est ma vie pas la tienne, tu n’avais qu’à pas te faire chopper par l’Hokage si tu ne voulais pas te trouver ici. Mais cessons les plaisanteries, nous devons nous échapper. Et je ne sais pas comment nous allons faire, loin de moi l’idée d’avoir peur, je ne sais pas ce que c’est. Mais quel serait le meilleur moment pour agir ? Tout de suite ? Où quand tous le monde sera réunis pour débuter l’extraction ?

Tu pourrais me répondre, je sais que tu es encore là, je ne t’entends pas dormir, alors parles pour une fois que je t’en donne l’autorisation. Que penses-tu ? Je reste fidèle à mon enseignement et je tue le vieillard silencieusement en m’enfuyant, liquidant tout ce qui se trouve sur ma route, ou j’attends d‘être entouré d’une centaine de ninja pour devenir incontrôlable et tous les massacrer ? On va attendre, ça nous permettra de mieux savoir ce qu’ils préparent, ils ont beau dire qu’ils veulent me retirer le Démon, mais si l’hôte n’y est pas disposé ça deviens plus dur.  Il me détache, un choix non stratégique, ils auraient du me garder enchainé, maintenant je suis libre de mes mouvements, bien que je l’étais déjà avant, ce ne sont pas quelques morceaux de fer qui vont contenir ma puissance.

Je me lève et m’apprête à le suivre, mais j’oublis une chose, une chose très importante, mon arme. Je me retourne alors pour aller au fond de la pièce, où il se trouve une table sur laquelle est posé un long sabre de plus de un mètre cinquante.  Elle est très longue par rapport à celles que les autres hommes utilisent. Je comprends pourquoi, on pourrait se dire qu’elle est lourde, qu’une fois dans un couloir elle serait dure à manier, mais il n’en est rien.  Elle est aussi légère qu’une plume, et elle tranche aussi bien la chair que le béton.

Une fois cette longue arme de couleur d’ébène récupérée, je me retourne vers le vieil homme qui a remarqué que je venais de m’armer, il n’a rien dit, rien fait, mais il sait maintenant que je ne me laisserais pas faire, il l’a sut dès l’instant ou je me suis armé.  Je ne m’entraine jamais avec mon arme, je tuerais les instructeurs ou mes partenaires sans le vouloir, je ne la porte donc quand mission, quand je ne souffre d’aucune retenue.  Il marche devant moi, il y a du monde dans les couloirs, une patrouille d’AMBU à chaque virage, cela va être dur de s’échapper. Ils ne me laisseront pas partir sans se battre, et sans y perdre la vie, comme si de simples humains pouvaient retenir le Kyuby. Enfin, je le fais bien, mais ce n’est pas exactement dans la même circonstance, lui est enfermé à l’intérieur de moi, et une grille l’empêche de me déchiqueter à chaque fois qu’il me voie.

Pour ces pauvres ninjas, il n’y aura pas de grille, seulement ma lame et le Renard invoqué par mes soins.  Ca ne sera pas beau à voir, ça fait longtemps qu’il n’est pas sortit, et il commence à être en manque, de sang, d’excitation, et d’autre sensations que je ne connais guère. J’en ai entendu parler une fois quand j’ai fais une mission en équipe, je n’ai pas suivie toute la conversation, mais il paraissait que la femme était excitée par un des hommes de l’escouade, je ne pourrais vous dire qui, vue que je l’ignore.  Nous arrivons dans une grande salle, sans fenêtre, avec seulement deux portes, celle par laquelle je suis entré, donc, elle conduit au sous-terrain et à la myriade d’AMBU, et l’autre qui devrait me permettre de sortir.

Je mets à peine un pied dans la salle que je m’effondre, ravagé par une douleur qui proviens de mon estomac.  Elle pulse, à chaque fois c’est une pic violente qui me déchire les entrailles, et la douleur se répands, je ne vois plus que d’étranges tâches noirs, je n’ai plus le contrôle de mon corps, je dois être a terre entrain de me contorsionner pour tenter d’évacuer cette souffrance. 

« Tu t’es bien fait avoir gamin, il y a un sceau sur le sol. » C’et bien gentil de me prévenir, mais je fais comment pour réagir ? Vue que je n’ai plus le contrôle de rien et que je sens mes forces ce faire aspirer ?

« Je ne sais pas, tu as qu’a libéré ton aura et ton chakra, sa devrait court-circuiter le système pendant quelques seconde. » Bien et je fais quoi une fois le système mis hors d’état de nuire pour un temps indéterminé ? Je me relève et massacre tout le monde ou je quitte la pièce ? Réfléchissons, si je quitte la pièce ils se battront pour m’y repousser, mais pour que le sceau soi actif ils leurs faut des sources de chakra pour l’alimenter, donc la meilleur options est de massacrer tout le monde.

Une nouvelle pique de douleur mis fin à mes réflexions, mais j’ai un plan,  et je compte bien le mettre en action, je tente de résister à la douleur pour me mettre dans une position plus adéquat, à quatre pattes. Pas que cela ne change grand-chose que d’être complètement coucher, mais ça me permettra de me lever bien plus vite et de mettre fin à leurs machinations. Je ne me laisserais pas tuer, c’est simple, et ça personne ne pourra m’enlever ce désir.  

Soudainement, enfin pour eux, car pour moi c’était prévue, je libère mon chakra, répandant un vague bleu dans la pièce close, puis mon aura prit de la puissance, je le sais car je viens de retrouver la vue, je ne suis plus labouré par cette douleur.  Je les voie frémir, ils ont vraiment cru avoir une chance contre moi. Je me relève, lentement, pas besoin de ce pressé tout compte fait, ils sont tétanisés à ma seule vue. 

Sur le sol se déploie un jolie tapie d’une couleur bleu clair, et je vois le sceau qui devient rouge, il surchauffe.  Il n’a pas été conçu pour aspiré mon chakra, mais celui du Renard, et il n’est plus en contact avec le Demon car la fine couche de chakra m’en sépare. Il a de bonnes idées des fois, je me demande comment il a fait pour ce faire capturer par le Yondaime Hokage, avec une intelligence pareil il aurait du savoir ce qui se passerait.

« Je n’avais pas accès à mon savoir à ce moment là ! » Oui oui, quelle idée aussi de défier un homme qui maitrise une technique capable de te transformer en légume qui n’obéit qu’aux ordres ?

« Tu crois que tu fais quoi espèce d’idiot ? » Là, je suis entrain de mener une révolution,  je n’obéis pas car l’ordre était de me laisser tuer, hors je n’ai pas prévus de mourir tout de suite.

«  Si je n’étais pas là tu serais entrain de te laisser tuer ! » La voie du Renard se fais plus froide, il doit être de mauvaise humeur, mais il a profondément tord.  S’il n’était pas là, je n’aurais pas besoin de me laisser tuer car ils n’auraient pas besoin de t’extraire de mon corps. Le renard ne répond plus, il n’oserait pas avouer que j’ai raison, je le comprends, sa me mettrais mal à l’aise qu’un gamin qui viens de rentré à l’académie ai raison à une question ou je me suis trompé.

Mais pour l’instant, l’heure n’est plus à la réflexion mais à l’action, j’ai peut être de grande réserve de chakra, mais cette légère protection ne restera pas présente éternellement.  Je suis déjà debout, il ne me reste plus qu’à me mettre en action, finis les longs palabres, à moi la liberté.  Je dégaine mon arme et saute au plafond, ils ne m’ont pas vue bouger.  Ils ne savent plus où je suis, mais moi je les vois tous. Vingt cinq AMBU, le vieil homme et les membres du conseil.  Personne ne ressortira de cette pièce à par moi.

Je quitte mon poste d’observation et je tombe directement sur un ninja. Il m’a vue venir, et il contre ma première offensive, il plie face à la seconde et ses muscles lâchent lors du dernier assaut. Il s’envole sous la force du coup, le buste détruit, les cotes brisées, le cœur tranché, les poumons déchirés.  S’ensuit alors d’un ballet effréné avec tous les autres hommes vêtus de noir.  Aucun n’a mon niveau aux maniements des armes, mais ils ne sont pas l’élite du village pour rien.  Et le combat commence à durer, je vois les deux portes s’ouvrir et une foule d’autres ninjas pénètrent dans la pièce.

Ils sont à présent une petite centaine à se battre ou à attendre leurs tours pour se battre contre moi, et plus le temps passe, plus il y en a qui arrive, et plus la couche de chakra diminue. Une véritable course contre la montre, course que je vais surement perdre si je n’inverse pas la tendance. 

« Aux situations désespérés remèdes désespérés, tente ton nouveau justu. » Il doit vraiment vouloir vivre pour venir me donner un conseil au milieu d’un combat, ce n’est pas son genre. Je place mon katana devant moi, je suis dos au mur, ils attendent, leurs but n’est pas de me tuer mais de gagner du temps, cela m’arrange car s’ils n’étaient pas resté immobile plus de cinq secondes je n’aurais jamais eu le temps de dégainer le kunaï.

Je le lance en l’air, franchement, je ne sais pas vraiment quoi faire d’autre, si je l’avais lancé droit sur ce troupeau de soldat d’élite ils l’auraient paré sans difficulté.  Je concentre du chakra le long de ma lame et la lance sans plus réfléchir sur l’amas de ninja. Elle traverse sans mal le kunaï qui tente de la parer et sont possesseur perd la vie, ainsi que l’homme qui se tien dans son dos. La lame les ayant traversées de part en part. Les unissant dans la mort. Puis je croise les doigts et murmure le nom de ma technique :

« Hiraishin no Jutsu.. » Les ninjas aux première loges frissonnent d’effrois quand ils m’ont vue disparaitre et réapparaitre la ou se trouve le kunaï. Je le lance au centre du groupe, et il toucha un ninja, lui transperçant les muscles du bras, le rendant temporairement invalide. Mais ce n’est pas fini. Je réapparais devant lui, ma main sur la garde de ma petite arme, et je la retire, il pousse un hurlement en sentant ses muscles se déchirer. Je fais un large mouvement du bras, tranchant la tête d’un autre homme, je ne connais personne, et personne ne me connait.  Je ne prends pas la peine de regarder les hommes que je tue, la fine couche de chakra est entrain de devenir translucide, je dois en finir au plus vite.  Je me téléporte à nouveau frappant un autre home et je continue pendant plusieurs minutes, ils ne sont plus très nombreux, cette technique est vraiment magnifique.

Il n’existe selon moi rien de plus puissant, cette capacité à se téléporter, passer d’un endroit à un autre juste en lançant une balise, et en y pensant. Plus rapide que l’éclair, plus rapide que la lumière. C’est plutôt surpris que j’observe qu’une fois téléporter il reste une image de moi, bien que je n’y sois déjà plus, vraiment intéressant. Je comprends comment le Yondaime Hokage avait fait pour gagner la guerre contre les ninjas d’Iwa, ils n’avaient aucune chance.  Je ne suis pas contre l’élite de ce monde, mais contre moi se trouve de bons éléments et ils se font tailler comme les blés depuis que j’ai activé ma technique, avant ils avaient une chance maintenant ils n’en ont plus.

Je pourrais attaquer un cinq grand village à moi seul et le rayer de la carte en une nuit, est-ce donc ça le sentiment de supériorité ? Cette boulle qui me noue l’estomac et ces tremblements qui me prennent ? De l’excitation plutôt ? Mais je me rends compte que mon cas devient désespéré et alors que je me déplace instantanément, la couche de chakra que j’avais installé dans la pièce disparait alors que je n’étais pas encore réapparu.

Qu’est-ce que je fais là dans la forêt ? J’étais dans la salle de descellement à la dernière nouvelle.  Etrange, tu m’entends le renard ? Ou suis-je mort ?

« Je t’entends, et je ne pense pas que tu sois mort bien que cela m’aurait fais des vacances… » Donc, je ne suis pas mort, mais alors qu’est-ce que je fais ici ? Dans la forêt ? Elle ressemble à celle qui borde le village. Y aurait-il eu une anomalie quand je me suis téléporté ? Non, je vois que l’arme est devant moi, figé sur un tronc d’arbre. Mais comment est-elle arrivée ici ? Il n’y avait pas de fenêtre dans la salle d’extraction et je ne tire pas assez fort pour que l’arme ait traversé tout le village. 

Je me retourne, je vais aller voir ce qu’il se passe au village, si jamais je tombe sur une patrouille de ninjas qui veut m’intercepter pour me ramener au conseil je serais fixé. Je range donc mon katana dans son fourreau, je n’en ai plus besoin pour l’instant et je récupère le kunaï.  Ce n’est pas le mien, il est étrange celui là, il a trois lames, qui utiliserait une arme pareil ? Elle à un mauvais équilibre,  elle ne doit pas être facile à lancer.  Et ça doit être dur de tuer avec, la lame n’est pas assez longue pour percer les gilets que portent la majorité des ninjas, enfin elle ne causerait pas de gros dégâts sur le corps de la cible. Il lui manque bien trois-quatre centimètres. 

Par contre, le sceau qui est apposé sur la poigné de l’arme est semblable au mien, à quelques détails près. Serait-ce une des armes du Yondaime Hokage ? Peut probable qu’elle soit resté si longtemps dans la nature sans porter la moindre trace de rouille.  Intrigant, vraiment intrigant, et c’est quoi cette pression ? Comme si Kyuby est entrain de se battre quelque part. Ce qui est théoriquement impossible car il est enfermé dans mon ventre.  Ils n’ont pas réussis à l’extraire car il répond encore à mes questions. 

Le mieux c’est que j’aille vérifier ce qui se passe, comme ça je pourrais voir comment réagir, pas que j’ai envie d’aider ce village ni qui que se soit, mais je suis intrigué de sentir la présence de Kyuby hors de moi, vraiment c’est étrange. J’ai l’habitude de le sentir en moi, pas dehors, et là, je le sens dehors et en moi. Je me dirige donc vers la source de mes interrogations, elle n’est pas dur à trouver vue comment le chakra et l’odeur de sang s’intensifie au fur et à mesure que j’approche. Le spectacle que se livre alors à mes yeux me laisse sans voie, en fait je me demande pourquoi je fais allusion à ça vue que je ne sais pas vraiment parler, à par le nom de mes justu, je n’ai jamais rien dit. Je ne sais pas entretenir une conversation et je n’ai jamais essayé c’est vraiment futile de parler pour rien dire.

Qui a dit que j’avais été formé pour ne penser à rien ? On ma formé pour tuer, ils ne peuvent juste pas m’enlever cette liberté de pensé, la seul chose que j’ai vraiment acquise, continuer à réfléchir quand on me dit de ne pas réfléchir. Mais bon, l’heure n’est pas à la révolution, l’heure est à la compréhension, l’observation et l’analyse.  Devant moi se trouve le Demon Renard. Fait aberrant car je le sens bouger en moi, et il m’a parlé, il ne peut donc pas être dehors. Je sais que ce n’est pas un genjustu car j’y suis immunisé.

Il est entrain d’attaquer Konoha, mais comment est-ce possible ? Pourquoi il y a deux Demon Renard ? Enfin, je vais aller protéger le village, bien que je n’en ai pas envie, mais même si je ne me l’avouerais pas à moi-même, j’ai été formé pour obéir aux requêtes de Konoha, et il parait évident que je dois protéger le village, quelque en soit la menace.  Je me dirige donc en courant vers le renard géant.

«  La renarde ! »

Comment tu sais ça toi ? Je ne suis même pas encore assez proche d’elle pour regarder en dessous de son ventre pour voir ce qu’il s’y trouve.

«  L’odeur. » Si tu le dis, tu dois surement avoir raison, bien que je ne sens pas grand-chose à part le sang et la peur en ce moment, je m’approche d’elle, comment vais-je procédé ? Une attaque rapide ? Ou un gros truc bien voyant pour attiré son attention et l’éloigner du village ? Je dois la retenir en attendant que le Hokage intervienne ? Comme il la fait pour toi ?

«  J’ai une meilleur idée ! » Bon, je suis disposé à tout écouter, je ne pense pas avoir le niveau pour tenir longtemps contre un Bijuu déchainé.  J’entends le Renard rire dans mon esprit, pas se rire sadique  habituel, non un rire différent, mais je ne saurais pas quel mot mettre dessus. Je le laisse donc dans son délire et en profite pour englober la scène du regard. Il y a des centaines de corps répandus dans ce qui reste de la forêt qui entour le village.  Il brule, j’entends un nombre impressionnant de hurlement, et l’atmosphère est saturée par l’odeur de la chair grillée et de la peur.  La première étape, le temps que le Renard reprenne ces moyens, sera d’attirer l’attention de l’autre boulle de poils. Pour ça je ne connais rien de mieux que de libérer mon aura.

Pourquoi je la retiens au point de ne laisser aucune goutte de chakra filtrer de mon corps ? Car sa permet d’être discret et de ne pas faire tomber les gens dans l’inconscience.  Je me demande si elle aura de l’effet sur le Démon, je ne sais pas comment le dire, Démon où Démone ?  Bah non j’ai mieux, je vais l’appeler la Reine, vu que Kyuubi se targue d’être le Roi des Démons.  Je libère donc mon énergie, attirant sur moi le regard de tous les humains rassemblés dans le village et dans la plaine.

Suis-je donc si impressionnant ? Pour qu’ils quittent un démon à queues des yeux pour m’observer ? Je l’ignore, mais tous me regardent, même la Renarde, la première partie du plan est donc un succès, j’ai réussis à capter l’attention de l’ennemie, il ne me reste plus qu’à gagner le temps nécessaire pour que Kyuubi reprenne ces esprits et me face part de son plan. Ces yeux sont d’un rouge sang, son museau est noir et son pelage est aussi magnifique que celui de mon Renard. Pourtant aux travers de son expression, j’ai la certitude qu’elle est bien plus intelligente et plus calculatrice que Kyuubi, et le fait qu’elle ne m’ait pas encore attaqué me donne sûrement raison.  Connaissant la Bête qui habite en moi, il m’aurait déjà lancé toutes sortes de technique Katon ou autre surprises qui aurait dévasté la moitié de la plaine. Elle m’observe.  Elle n’a pas l’air aussi dérangé que Lui.

Elle doit se douter que je ne suis pas un humain normal, je ne baisse pas les yeux, je soutiens son regard brulant et mon aura fais de la concurrence à la sienne, bien qu’elle ne pousse pas la sienne dans ces derniers retranchement comme je suis actuellement entrain de le faire, quitte à perdre du chakra.  Puis l’attaque fut très rapide, elle lance sa pate vers moi,  je n’ai pas trop le choix, je saute. Je dégaine mon arme et j’entends toujours le rire goguenard de Kyuubi dans mon esprit, je me demande ce qu’il va lui falloir pour qu’il se concentre.

J’atterries sur son museau, elle n’a pas vraiment l’air d’apprécier et sans prévenir un puissant vent chaud me repousse, puis je voie une boulle de feu me foncer dessus.  D’un simple mouvement de bras je la contre en invoquant un violent vent qui repousse l’attaque. Puis je m’élance vers l’immense créature, passant entre ces pattes avant, je concentre mon chakra le long de mon sabre et je frappe sa patte arrière. Je suis aspergé par un torrent de sang, il est brulant et un cri m’échappe. Je tente de m’échapper de l’endroit ou je suis, mais ses queues me poursuivent et me bloquent toutes les issues.

Je saute et enfonce ma lame au centre de son ventre et je l’entends pousser un terrible hurlement. Mais une nouvelle fois, je suis aspergé par ce liquide brulant qui fait fondre ma peau.  J’en ai sur le visage et je me crispe en une grimace avant de voir une ouverture au travers de toutes les queues de la Renarde.  Mon champ de vision est divisé par deux et mon œil gauche me brule comme tous le reste de mon corps.  Je voie le Demon se contorsionner de douleur, je ne m’attendais pas à pouvoir la frapper si durement. Mais je ne suis pas dans le meilleur des états, et aux vue des ninjas épuisés qui m’entourent, je dois être le seul capable de faire encore quelque chose.

Je lance donc le kunaï que j’ai trouvé dans la forêt, droit vers la tête du Demon. Et je lance ensuite mon Sabre dans la même direction, elle s’apprête à cracher un torrent de feu, je m’en doute, mais les armes devrait pouvoir le traverser, ce qui sera plus compliqué sera de les rattraper, elles seront chauffées à blanc.  Je croise les doigts et murmure une seconde fois le nom de ma nouvelle technique. Mais cette fois-ci il y a une détonation semblable à un coup de tonnerre et c’est au dernier moment que je disparais, juste avant de me faire happer par la langue de feu qui brula vif plus d’une trentaine de ninja.  Je réapparais devant ses yeux, le kunaï rouge dans la main gauche, je hurle de douleur mais je frappe quand même, je rate son œil et l’attaque est repoussée comme si j’avais frappé un mur de fer. Mais j’entends que mon katana arrive alors je prends appuies sur la truffe noir et sous le regard surpris de la Renarde je m’éloigne en faisant un salto arrière. Tendant cette fois la main droite vers mon arme de prédilection. D’un même mouvement je la rattrape m’arrachant un nouveau cri et je lance le petit kunaï.

Je me retrouve au niveau de son oreille, et sans trop prendre la peine de réfléchir, je donne un grand coup dedans, faisant une nouvelle fois giclé le sang, mais je n’ai pas envie de me refaire aspergé par se liquide bouillant alors que m’éloigne le plus rapidement possible. Mais à peine j’évite le sang que je suis pris en chasse par quatre queues. J’en frappe une, et saute sur une autre, m’y accrochant grâce à mon chakra, mais je commence à fatiguer.  Et cette fatigue ne semble pas partager vue que la Renarde commence à devenir de plus en plus hystérique, lançant des Katon n’importe où.

Ma situation est vraiment délicate je dois l’admettre, et sa me serait d’une grande aide si tu voulais bien partager ton plan Kyuubi. Pas de réponse, mais je ne l’entends plus rire, il doit être entrain de ce concentrer, je ne sais pas ce qu’il a prévu, mais je vais lui faire confiance, c’est ma seule solution. Je n’ai pas envie de me sacrifier en invoquant le Shinigami pour sceller cette autre boulle de poils. Je quitte mon appuie pour retomber sur le sol, j’ai mal, la chute a été dure.

C’est la seconde fois que je mène un combat désespéré aujourd’hui, ce n’est pas dans mes habitudes.  Je m’éloigne de ma cible en courant, mais elle me poursuit. Elle va bien plus vite que moi, elle va me rattraper très rapidement. Sa sert à rien de continuer, je décide donc de la ré-affronter, je me tourne rapidement et lance mon kunaï vers sa tête.  Mais elle commence à connaitre la tactique et elle dévie la lame grâce à une de ces queues.  Je me téléporte pour le récupérer, il ne faut pas que je le perde, sa signerait mon arrêt de mort en quelque sorte. Je réapparais sur son coté gauche, elle en sait pas que je suis là, j’ai remballé mon aura pour pouvoir me faire plus discret, mais elle va vite me retrouver. Ce n’est pas un Demon à queues pour rien, elle doit avoir des sens hors du commun.

D’ailleurs elle vient de me remarquer, je dois bouger, je fonce vers elle, l’endroit ou je suis le plus à l’abri, c’est sous son ventre, ces pattes ne pouvant m’atteindre que difficilement et ces queux devenant inutiles.  J’arrive à me glisser entre sa nouvelle attaque Katon et son coup de patte mortel et je me retrouve sous son ventre, mais elle ne l’entend surement pas de cette oreille.  Et elle crache une nouvelle langue de feu sur ses propres pattes,  je tente de repousser sa technique en faisant un mouvement de bras mais le vent invoqué est trop faible et je me fis prendre de plein fouet dans le nuage enflammé.

Je voulais hurler mais j’ouvre a peine la bouche que je sens la douleur irradier à l’intérieur de ma gorge avant de ramper le long de mon œsophage comme quand on avale un plat trop chaud, sauf que là, c’était pire, je n’arrivais plus à respirer et je sens ma peau brulé, mais je ne peux plus bouger.  Puis le feu se retira et je m’effondre, gravement brulé.  Mais Kyuubi est déjà à l’œuvre je sens la douleur disparaitre petit à petit bien qu’elle reste bien présente, il soigne ma gorge, il doit juger que je suis encore capable de bouger mais pour pouvoir bouger il faut que je puisse respirer. 

Je me redresse lentement, à quatre pattes, je ne voix plus rien, et je crache quelque chose, je ne sens plus rien, j’entends juste un énorme rire. Je cherche mon épée à tâtons, et je la trouve, m’entaillant profondément la main. Je sens un courant d’air, elle est entrain de se déplacer, puis je sens un violent vent chaud sur tout mon corps. Je m’appuie sur mon arme pour me redresser, il n’y a plus un bruit dans la plaine, les blessé ont été évacué ou mort pendant mon affrontement.  Un nouveau vent me repousse mais je ne tombe pas, enfonçant profondément ma lame dans le sol. Je recommence à voir, et la première chose que je vis fut une rangé de dents acérés. Je redresse lentement la tête jusqu’à ce que mon regard croise celui de mon adversaire, je peu y lire beaucoup de chose, mais je ne les comprends pas, la seul qui se révèle à moi c’est l’amusement, car je l’ai déjà ressentit alors que je chassais un homme. 

Elle me souffle dessus encore plus fort que les fois précédente et je l’entends rire, bien que les sons soit alourdis, distendus et plus fort. Je tente de résister devant son souffle, elle est entrain de jouer avec moi, elle veut me faire tomber en me soufflant dessus, et elle  monte l’intensité de sa respiration petit à petit. Je me demande pourquoi elle ne m’a pas encore tué.  Mais ça m’arrange légèrement, plus elle perd de temps, plus Kyuubi en à pour me soigner. Je sors ma lame du sol, et me remets en position de combat, chaque mouvement me fais souffrir, chaque geste m’arrache une grimace.  Je baisse lentement les yeux pour regarder dans quel état je suis.

Si je pouvais éprouver la peur, j’aurais été effroyablement surpris. Ma tenue à littéralement fondu, moulant mon corps dans le moindre détail, ma peaux n’est plus rouge mais noir, bruler aux second voir au troisième degré.  Je lève lentement ma main gauche, j’ai perdu le kunaï mais j’ai envie de rire en voyant l’état de mon membre, la peau a été arracher, les muscles brulé, je vois mes os. Je referme le point et redresse mes yeux vers l’énorme créature qui me fait face. Elle n’a pas l’air de vouloir bouger et je continu d’entendre son rire.

« Croyais-tu avoir une chance contre moi petit homme ? » Elle parle ? Sa voie est terriblement base, mais je suis sûre que tous les gens réunis dans la plaine l’ont entendue, elle gronde, une voie plus grave que mon Renard à moi. Je ne sais pas vraiment quoi répondre, je n’ai pas l’habitude de parler, je l’interroge du regard et j’y vois de la joie, une joie animal, elle va tenter de me tuer dans peut de temps, elle pourrait le faire maintenant, mais elle préfère s’amuser avec moi.

« Laisse moi le contrôle je vais la mater, moi. » Je voie la surprise et l’incompréhension passer dans son regard, entend-t-elle Kyuubi ? C’est possible, mais alors pourquoi n’a-t-elle pas ressenti sa présence ? Je laisse le Renard prendre le contrôle de mon corps et une nouvelle énergie envahi mon être. Puis je me sens déchiré, courbé pour me mettre à quatre pattes.  Puis j’abandonne, j’ai trop mal, tout deviens noir, je ne contrôle plus rien, le temps passe, plusieurs je pense. D’un coup je recouvre la vue, mais je ne comprends pas. Je suis sur elle, j’ai une truffe. Je tente de bouger mais je n’y arrive pas.

«  Laisse moi finir ce que je suis entrain de faire et je t’expliquerais plus tard. » Je ne comprenais plus rien,  j’ai ouvert la bouche pour parler mais ce n’est pas moi qui me suis exprimé, c’est Kyuubi. Je lui ai laissé le contrôle soit, mais pourquoi je ressemble à un renard ? Et pourquoi est-ce que je suis sur l’autre Renarde ? Qu’est-ce qu’il est entrain de lui faire, elle a même plus l’air de trop ce débattre.  Je ne comprends rien.

Un crapaud apparait devant nous, enfin en disant nous, je parle de Kyuubi et moi.  Nous nous sommes éloigné du village, beaucoup éloigné, je ne vois plus personne, seulement elle, moi et le crapaud. Surement une invocation, donc son invocateur ne doit pas être bien loin.  Ca doit être le Yondaime Hokage, il maitrisait l’invocation des grenouilles avant de mourir.

Bah il ne fallut pas chercher bien loin, il était sur la tête de son invocation et nous regarde étrangement je dois dire. Il doit se demander comme moi ce que l’on est entrain de faire, car moi je n’en ai pas la moindre idée. Il croise les doigts, à coté de lui se tiens une femme, elle est rousse. Elle vient d’arriver.  Ils ont l’air proche vue la façon dont elle se colle à lui, je dirais même qu’elle va pleureur. Il va essayer de nous sceller.  Il ne pourra sceller qu’un seul d’entre nous, et je pense que Kyuubi l’a compris car on a fait un saut en arrière. 

Juste à temps il me semble car je vois des chaine faites de Chakra attraper la Renarde, elle n’a pas l’air contente de s’être fait avoir de cette façon, je pense pouvoir dire que l’on à réussis notre mission, ce serait bien que tu me rendes mon corps. Elle se débat pendant que je commence à rapetisser, reprenant une taille et ma forme normale.  Elle hurle de plus en plus fort et je vois le Yondaime s’illuminé sur son crapaud, je décide de me rapprocher. La renarde lança alors une attaque dirigé vers le Hokage, et je remarque que la femme qui se tien à ces côtés va tenter de s’interposer, je ne sais pas qui c’est, mais aujourd’hui c’est moi le héro. Alors je ne vais pas la laisser se sacrifier. Je ressors donc mon arme et je saute droit vers la patte qui se dirige rapidement vers le Hokage. Je trouve que l’attaque est très lente par rapport aux précédentes, ça doit surement être dû aux chaines de chakra qui apparaissent partout sur le corps de la Renarde.  Je devrais remercier le Hokage car grâce à lui j’arrive juste à temps sur la tête de la grenouille qui retient les queues de la Reine.

La grenouille me jette un rapide regard mais il comprend que je suis de son coté alors il ne cherche pas à me déranger et je tranche la griffe qui était sur le point de transpercer le Yondaime et celle qui doit être sa femme.  Je ne sais pas d’où je sors cette soudaine énergie mais je la remercie.  Le Renard a l’air contant mais j’ignore pourquoi. Je l’entends chantonner dans sa cage, un comportement vraiment étrange, je me demande de plus en plus ce qu’il a fait.  Je me retourne pour refaire face à la Renarde, toutes mes blessures ont été guéries par Kyuubi. Elle commence à disparaitre, aspiré par le corps de la femme de l’Hokage, c’est donc ça le scellement d’un Démon à queues ?

L’immobiliser via une technique et aspiré son chakra pour l’implanter dans son futur hôte ? Enfin, là vue la façon dont sa se déroule je ne pense pas que ce soit un nouvel hôte, puisque ce n’est pas un enfant qui est utilisé mais une adulte. Le Yondaime va mourir par contre, j’en suis certain, on ne survies pas au scellement d’un Démon. Ni à son décèlement, je me demande pourquoi la femme est encore en vie. Mais la bataille est finis, la Reine commence à devenir translucide, l’aura de puissance qui l’entoure à déjà disparut. Le Yondaime dans mon dos commence à transpirer, il va mourir dans quelques secondes. 

C’est et je pense que sa restera le combat où j’ai le plus souffert physiquement, je n’avais jamais été autant blessé, mais heureusement que j’ai Kyuubi sinon je pense que je serais mort. Et je n’ai vraiment pas envie de mourir. Je veux savoir ce que Kyuubi a fait pour maitriser la Renarde et pourquoi il danse dans sa cage.  Je me retourne vers le couple, le Yondaime est à genoux, derrière lui ce tiens une silhouette d’un bleu spectrale, sûrement le shinigami. Il me regarde.

«  Tu ne devrais pas être là. » Sa voie est froide mais puissante, mais cela ne me déstabilise pas, il y a moins de une heure j’avais le plus puissant des Démons à queues penché sur moi entrain de sourire. Je en sais pas non plus quoi répondre, cela ne ressemble pas vraiment à une question, plutôt une affirmation, il ne doit pas s’attendre  à ce que je réponde et je vais donc rien dire. 

« Tu as rompus l’équilibre de ce monde et du tiens en venant ici. » Je ne comprends pas, comment j’aurais pu rompre l’équilibre de quelque chose en me contentant d’arriver ici ? Tout c’est passé comme dans mon monde ? Ha non, la Rousse serait surement morte si je n’étais pas intervenue, ce doit être de ça qu’il parle, ils n’ont pas utilisé d’enfant pour sceller le Démon.  Et puis je n’ai pas vraiment fais le choix de venir, j’étais dans ma petite pièce entrain de tuer tous ceux qui voulaient me tuer. Je me suis retrouvé ici par hasard, et je pense que ça sera un hasard dur à reproduire, très dur à reproduire.  Mais avant d’y penser je vais m’installer et vivre ma petite vie ici, ils auront peut être pas envie de tous me tuer, qui sait ?

« Protèges tes enfants d’autres hommes comme toi ne vont pas tarder à apparaitre, ce monde sera le théâtre de bien des prophéties… » Il disparait après me dire ça, donner des ordres aussi peut précis, aussi vague devrait être interdit. Et puis, je n’ai pas d’enfants, je ne sais même pas comment on fait les enfants. Le Yondaime s’écroule, l’invocation sur laquelle nous nous trouvons disparait. J’attrape rapidement la femme de l’Hokage  et je tente d’attraper le corps du défunt mais je n’y arrive pas.

Nous atterrissons doucement, mais la femme ne s’en rend pas compte, elle n’a d’yeux que pour le corps démantelé de son mari. La fin d’un Hokage.  Je ne la laisse pas posé pied au sol, mais je me penche pour récupérer le corps du Yondaime et je me dirige vers le village. Le feu a été maitrisé, un silence de plomb c’est abattu dans la plaine, la jeune femme que je porte n’a même plus assez de force pour pleurer.  J’arrive sur les lieux du précédent affrontement, je me suis trompé, ce n’est pas des centaines de morts qu’il y a eut, mais plutôt des milliers, des corps calciné s’étendent à pertes de vue. Parmi eux se déplacent des équipes, vérifiant s’il reste des survivants pouvant être soignés ou achevant tous simplement les mourants.  Ce n’est pas le premier champ de batail que je vois, mais c’est le premier ou vogue un tel désespoir, et pour cause, il n’y a aucune victoire, ils ne pouvaient gagner.

Pas contre un Démon aussi puissant, je me demande se qu’il se serait passé si le Yondaime Hokage n’avait pas été la pour sceller la Renarde. Ils seraient surement tous mort à l’heure qu’il est, et grâce à mon intervention je pense que bon nombre de vie ont été sauvé. Il y a plus de survivant que de mort, c’est déjà une bonne nouvelle en soit, mais eux ne l’accepteront pas ainsi, les humains sont vraiment butter parfois.

Ils vont se dire victime des Dieux et d’autre truc du genre, puis d’ici quelques mois, ils se diront plus fort que n’importe qui et finalement, ils fêteront la mort du Démon, alors que personne ne peut en tuer un.  Mon passage est suivis de nombreux regards, certains me reconnaisse comme celui qui à tenue plus de cinq minute contre la Reine, d’autre regarde le corps du Yondaime que je porte, mais tous on cette lueur d’espoir en nous voyant arrivé. Tous espèrent que cette longue nuit sera bientôt finis. 

Mais moi je en sais qu’une chose, c’est finis pour ce soir, mais vue ce que le Shinigami a dit, ça ne va pas tarder à recommencer… Peut être que c’est ça mon Destin ? Protéger cette femme qui vient tous juste de perdre son époux ?

Commentaire de l'auteur Voilà, le prologue de l'histoire.
Des impressions ? Ca m'aiderait bien je l'avoue.
Je tâtonne un peut avec cette histoire, le premier chapitre peut paraître long et manque de dialogue, mais je ne me voyais pas entamer une discussion sur le beau temps entre Naruto et la Reine.
Il y aura donc plus de discussion et de l'humour dans le prochain chapitre je vous le promet ;)
Bonne soirée.
Lord OGM.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales