Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • New Game +
    Réticule
    Nb de signes : 4 800 - 24 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Relation humain / animal
    Bleu héron
    Nb de signes : 150 000 - 160 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Beurk !
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 50 - 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/02/2021
  • Mobilités alternatives
    Encres
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/01/2021
  • Grand Prix Littéraire du Golf
    Fairways Magazine
    Nb de signes : 500 - 6 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 01/03/2021
  • Paradis artificiels
    [erminbooks]
    Nb de signes : 30 000 - 90 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • La Commune de Paris
    La Clef d'argent
    Nb de signes : 10 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 28/05/2021
  • Avis de tempête(s)
    Éditions des embruns
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • De Mythologia
    Etherval
    Nb de signes : 10 000 - 34 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Horizon perpétuel 21
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 10 000 - 80 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 31/03/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Changement d'adresse IP non prévue
 par   - 14 lectures  - Aucun commentaire

Fanfic Fr a été inaccessible suite à un changement d'adresse IP non prévu.
Le changement a été fait sans me prévenir, ce qui fait que les serveurs DNS n'étaient pas à jour et continuaient à rediriger vers l'ancienne adresse.

 

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 858 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Une couronne pour la Reine. Auteur: Vanessa0202 Vue: 663
[Publiée le: 2017-04-10]    [Mise à Jour: 2018-02-17]
G  Signaler Drame/Action-Aventure/Mystère/De cape et d'épée/Amitié/Sans magie/Univers alternatif Commentaires : 2
Description:
Sakura Haruno, est la princesse du royaume de la Lune. Elle mène une vie tout ce qu'il y a des plus normales en apparence. Cependant, elle est rongée par un mal, qui ne cesse de dévorer son esprit. Comment fera-t-elle alors, pour s'en détacher?
Crédits:
Alors, ceci est ma première fanfic, qui comme vous l'aurez compris, tourne autour de Naruto. Je tiens dès maintenant à préciser, que les personnages appartiennent à Masashi KISHIMOTO. La trame a lieu dans un univers alternatif, l'univers médiéval. J'avoue que le résume reste assez mystérieux, mais vous pouvez en savoir davantage sur l'histoire à travers le prologue, qui n'est pas très long, et ainsi savoir si le thème vous intéresse. Je tiens à vous informer dès maintenant qu'il y aura du SasuSaku, un couple que j'affectionne beaucoup, et peut être aussi quelques autres romances, ainsi que des scènes assez violentes et gores, qui risquent de choquer les plus jeunes. Donc, âmes sensibles, s'abstenir. Ainsi, j'espère que cela vous plaira, mais surtout que vous trouverez du plaisir à la lire. Tel est mon objectif premier. Sur ce, n'hésitez pas à me laisser vos commentaires, et vos avis dessus, qu'ils soient positifs ou négatifs. Chaque opinion est à prendre en compte. Mais je vous demanderai quand même q'ils soient constructifs, et comportent un minimum d'arguments. Merci.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Guerre et vérité

[3867 mots]
Publié le: 2018-02-17Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Voila (enfin), le deuxième chapitre. Je m'excuse pour l'attente, mais il y a diverses raisons qui m'ont poussées à reporter l'avancement du chapitre. Mais c'est aussi vrai que le manque d'audience m'a très peu encouragé à poursuivre, je ne sais meme pas si je compte continuer. En tout cas, je vous souhaite une agréable lecture.

Une couronne pour la Reine

 

 

Chapitre 2 : Guerre et vérité

 

 

La guerre est un fruit de la dépravation des hommes; c'est une maladie convulsive et violente du corps politique.

 

DAMILAVILLE

 

 

Elle n’avait pas réussi à trouver le sommeil et avait passé toute la nuit à essayer de trouver un subterfuge, même si elle savait que cela était vain et que son père n’allait pas changer d’avis.

Elle était à présent, là, devant lui, sous cette douce brise qui les parcourait, le contemplant avec nostalgie et chagrin.

« -Vous ne comptez pas revenir sur votre décision, pas vrai ?

Il ne répondit pas et elle en comprit la réponse.

-Laissez moi alors y aller à votre place. Je ne sais peut-être pas me battre mais je ferai tout ce qui est en mon pouvoir. Le royaume a encore besoin de vous.

- Sakura, soupira-t-il, je sais que Tsunade t’as appris à te battre en cachette. Cela ne sert à rien que tu me le caches. Et je sais aussi que tu te battras vaillamment, mais il s’agit de mon combat et il est de mon devoir de le mener. Et je ne souhaite pas te perdre toi aussi. Tu es la seule personne qui me reste, sourit-il tendrement en lui caressant sa joue rougie par la fraicheur de la rosée matinale.

Son visage s’illumina alors face à tant de douceurs qu’elle avait peu d’occasions de voir.

- Tu te souviens quand tu venais me demander de te raconter une histoire, souffla-t-il âprement.

- Oui Papa, je m’en souviens, sourit-elle alors aussi tristement que lui.

-Tu étais encore toute petite et je te faisais asseoir sur mes genoux. Tu adorais ça et c’était devenu un rituel pour nous.

-Hm…

-J’aurais aimé que tu redeviennes aussi petite pour que je puisse te prendre dans mes bras encore une fois et t’embrasser aussi fort qu’avant, songea-t-il.
-Tu peux toujours le faire, tu sais Papa, murmura-t-elle au rythme de la douce brise qui les parcourait tous les deux.

-Ma fille, je suis persuadée que tu deviendras une reine incontestable. Tu as toujours eu le sens du devoir et su prendre tes responsabilités en main. Je suis certes très fière de toi, mais j’aurais aimé que tu eusses été une véritable enfant, que tu puisses courir dans la belle prairie fleurie pieds nus, sous un soleil de plomb et sentir la fraicheur de la rosée sur tes jambes, nager dans l’étang avec les canards pendant les journées de chaleur accablante, aller dans le village au petit matin, et te promener au marché, fondre dans toute cette masse vivante, sentir la joie humaine autour de toi, entendre leur rire, voir leur sourire, sentir les épices envahir tes narines, danser avec les petits enfants dans une ronde. Je sais que tu aurais aimé faire tout cela, mais tu ne l’as pas fait. Pas par lâcheté. Tu n’avais peur de personne et au fond de toi tu avais tout le courage nécessaire pour agir comme bon il te semblait et en toute connaissance de causes. Mais tu ne l’as jamais fait pour la simple et bonne raison que tu jugeais que l’heure n’était pas à la joie et que tu ne voulais être un fardeau de plus sur mes épaules. Tu as souhaité grandir plus vite, une manière ou une autre pour toi de m’aider. Les gens ne comprenaient pas ton regard si vide et à la fois empli de tristesse, mais qui pouvait d’un instant à l’autre briller d’espoir et de bienveillance. Ils ne comprenaient pas le fait que tu ne riais que si peu. Tu étais la princesse du Royaume de la Lune, la belle héritière du trône. Tu avais tout pour toi. Mais ils ne savaient pas que ce qui te tourmentait c’était le sort des autres et en aucun cas le tien. Tu pensais toujours aux plus pauvres qui mourraient de faim, aux plus malheureux qui perdaient leur famille, et au jour ou tu deviendrais souveraine et comment tu allais faire pour tous les aider. Ma fille, tu devrais penser à te ménager un peu. Parfois certaines choses doivent arriver sans que tu ne puisses rien faire. Alors arrête de te sentir coupable du malheur des autres et préoccupe toi un peu de ton état. Apprends à te connaître avant tout. C’est cela la véritable sagesse. Qualité indispensable afin de gouverner. J’aimerais que tu t’amuses davantage et profites de ta jeunesse.   

 Elle hocha alors la tête dans un triste sourire, tout en baissant les yeux. Elle fut alors surprise lorsque ses deux bras l’entourèrent et la serrèrent tellement fort à l’en étouffer. Sakura ne sut combien de temps elle resta interdite, puis se décida à refermer ses bras autour du vieux corps de son père. Et ils restèrent ainsi, dans cette même position, sans bouger. Combien de temps ? Une minute. Deux minutes ? Ou peut-être même dix minutes ? Nul ne le savait. Enfin, c’est le roi qui se résolut à se détacher de sa petite fille et chuchota doucement :

-Sache que ta mère et moi veillerons toujours sur toi. Je t’aime. 

À ces simples mots prononcés par son père, Sakura sut ce qui allait en advenir. Il lui embrassa ensuite tendrement le front, puis s’avança vers son destrier, l’enjamba, donna le signal à ses troupes, et galopa sans se retourner droit vers l’horizon, là où le soleil se levait.

A cet instant précis, tout deux versèrent une larme qui dévala leur joue et vint se poser sur le sol dur, et former une minuscule flaque. Une larme de tristesse. Une larme de nostalgie. Une larme de regrets. Une larme d’amour.

 

 

***************************************************************************

 

 

Il leur paraissait que cela faisait une éternité qu’ils galopaient, mais ils étaient enfin arrivés. En même temps que leurs adversaires. Le lieu dans lequel ils s’étaient donnés rendez-vous n’était autre que la vallée de la fin. Eternel lieu de combat entre les deux royaumes depuis des siècles. La légende raconte que, pendant l’époque de paix, avant que la guerre ne débute, ce lieu était un point de rencontre entre les deux peuples afin de célébrer les festivités et événements heureux.

Désormais, plus aucun bruit ne se faisait entendre, plus aucune voix, plus aucun souffle. Les deux rois se faisant face, chacun sur son destrier, séparés d’un mètre seulement, se toisaient sans effectuer le moindre mouvement. Les soldats étaient aussi immobiles que leurs chefs, attendant que l’un d’eux donne l’alerte. Le roi Kizashi était accompagné de son bras droit le général Sai, jeune homme à peine âgé d’une vingtaine mais doté d’incroyables talents au combat. Sa Majesté leva alors légèrement sa main droite vers Sai qui comprit immédiatement. Il se saisit du cor et se mit à souffler dedans.   

Dès lors, les deux armées se huèrent l’une vers l’autre tels deux vagues gigantesques qui s’entrechoquèrent provoquant un véritable tsunami. Des cris de rage, d’effroi, de douleur jaillissaient de toute part.  Des marées de sang envahissaient tout le champ de bataille. Des membres de part et d’autre étaient éparpillés. Une vraie boucherie. Les deux rois se battaient l’un contre l’autre avec toute la hargne et la haine qu’ils renfermaient en eux, sans pour autant prononcer la moindre parole. Leur regard parlait à leur place. Sai tentait du mieux qu’il pouvait de protéger sa majesté mais deux chevaliers du royaume du Soleil, de forte carrure et dont il ne pouvait voir le visage dissimulé sous leur casque, lui assenaient de nombreux coups de droite et gauche, ne lui laissant point le moindre répit. Néanmoins, il réussissait toujours à garder un coup d’œil sur lui. Soudain, alors qu’il combattait les deux chevaliers devant lui, évitant leurs coups, il sentit une présence derrière lui. Il se retourna et esquiva de justesse l’épée avec laquelle un troisième chevalier  s’apprêtait à le poignarder. Au moment où son regard se posa sur sa majesté, son sang ne fit qu’un tour. Le spectacle qui s’offrait à lui le pétrifia de toute part et lui fit froid au dos. Il pouvait à peine respirer. Les deux souverains étaient chacun transpercés de la lance de l’autre à l’abdomen, juste en-dessous du cœur. Tous deux se regardaient, sans ciller des yeux. Tous deux avaient le sourire aux lèvres, comme si chacun était satisfait de mourir au nom de leur royaume. Et tout deux sombrèrent au même moment.

 

 

***************************************************************************

 

 

Sasuke faisait les cents pas dans la salle du trône, attendant le retour des troupes. Ce jeune homme aux cheveux de jais et au regard profond était aussi blafard qu’un mourant. Il tressaillait de toute part et ne cessait de fixer un point invisible sur le sol. Il aurait tant aimé accompagner son père. Il l’avait supplié toute la soirée, en vain. Sasuke avait l’impression que son père ne croyait pas en ses capacités de guerriers et qu’il n’était pas apte à se battre, pourtant celui-ci lui avait affirmé que le temps n’était pas encore venu pour lui. Il se devait d’être patient, avait-il dit avant d’enfourcher son destrier et de galoper droit vers l’horizon, là où le soleil se levait.

« -Voyons Sasuke, calme-toi. Ils finiront par arriver tôt ou tard. Te mettre dans cet état ne changera rien.

   -Je sais bien, mais je ne peux m’empêcher d’être inquiet, mère.

En effet, la femme qui venait de pénétrer dans la pièce était la mère de Sasuke, Mikoto Uchiha, épouse du roi Fugaku Uchiha et reine du royaume du Soleil. Elle devait être autour de la quarantaine, et possédait une longue chevelure aussi sombre que les ailes d’un corbeau. Ses yeux étaient pratiquement similaires à ceux de son fils et cette ressemblance démontrait parfaitement les liens qui les unissaient. Son visage reflétait une certaine douceur et tendresse maternel et que l’on pouvait ressentir à travers ses paroles rassurantes. Sa démarche gracieuse et élancée lui donnait un certain charisme et confirmait son statut royale.

Mikoto allait répliquait quand soudain, ils se mirent à entendre les bruits des galops des chevaux, et Sasuke ne put contenir son empressement et se précipita vers la cour du château, suivi de sa mère. Cependant, il fut surpris de ne pas voir son père à la tête des troupes. Et aux regards affligés et sombres des soldats, il comprit. Il ne savait plus que faire. Il ne savait plus que dire. Sasuke était perdu. Cela ne pouvait pas être possible ! Comment cela avait-il pu arriver ? C’est alors qu’il s’écroula et sombra dans le chagrin.

 

 

***************************************************************************

 

La pluie n’avait cessé de tomber à grosses gouttes. Sakura était désormais trempée jusqu’aux os. On ne pouvait même pas apercevoir le torrent de larmes qu’elle avait versé. C’était comme-ci le ciel partageait sa tristesse et sa douleur. Les funérailles avaient eu lieu dans la noirceur du temps. Tout le monde avait pleuré la mort tragique du roi. Le soleil commençait à présent à se coucher. Sakura était seule, face à la tombe de son père. Elle versait quelques larmes silencieuses. Son regard était vide. Vide de toute émotion.

C’est alors que des bruits de pas jaillirent dans son dos. Il s’agissait de Shikadai, fidèle conseiller de sa majesté et père de Shikamaru. C’était un homme à l’esprit vif et aiguisé, ce qui lui avait valu son grade de grand stratège du royaume de la lune. Son regard reflétait une grande sagesse et une infinie loyauté. Ses cheveux sombres étaient attachés en une haute queue de cheval, qui avait la singulière forme d’ananas.

« -Vous devriez rentrer, Sakura. Vous risqueriez de tomber malade.

Il avait prononcé ces mots d’une voix faible. Elle se fichait bien de tomber malade. En fait, elle n’avait que faire de son sort. Tout ce qu’elle souhaitait, c’était mourir afin d’en oublier son immense chagrin. Après son mutisme, Shikadai reprit doucement :

-Sakura. Ecoutez. Je sais que c’est dur, mais en tant qu’héritière vous vous devez de mettre votre tristesse de coté et assurer votre rôle de reine, à présent. Votre couronnement est prévu dans peu de temps.

Voyant qu’elle ne répondait pas, il se décida à reprendre la parole et dit :

-Avant de s’en aller, votre père m’a demandé de veiller sur vous et de vous protéger au péril de ma vie. En tant que future reine, vous vous devez de savoir comment votre père est devenu aussi obsédé par la guerre et aussi … comment est réellement morte votre mère !

 

A l’entente de ces mots, Sakura se retourna vers Shikadai, totalement ahurie. Elle était totalement sous le choc. Elle n’en croyait pas ses oreilles. On lui avait toujours dit qu’une épidémie avait emporté sa défunte mère. Lui avait-on mentie ? Elle resta ainsi, penaude et complétement pétrifiée, sans effectuer le moindre mouvement. Shikadai prit alors son courage à deux mains et continua sur sa lancée :

-       Avant de rencontrer sa majesté le roi, votre mère était une grande guerrière qui combattait aux côtés des soldats de l’empire. C’est vrai que le combat était interdit aux femmes, cependant votre défunte mère possédait en elle d’énormes capacités physiques et intellectuelles, mais également spirituelles. Le gouvernement lui a alors donné le droit de participer à la guerre, puisque celle-ci tournait en leurs avantages. Lors de ses combats, malgré le grand nombre de victimes que ces attaques touchaient, votre mère n’a jamais tué qui que ce soit. Elle se contentait de blesser ses ennemis de façon à les empêcher de continuer le combat, tout en évitant de toucher leurs points vitaux. En se battant, son but à elle n’était pas de faire couler le sang, mais plutôt de défendre son peuple et soutenir les soldats qui se battaient. Votre père, sa majesté, est complétement tombé sous le charme de votre mère et de sa force d’esprit. A eux deux, ils formaient un duo de choc et ensemble, ils parvenaient à vaincre toute une armée. Peu de temps après, ils se sont mariés. Après votre naissance, votre père s’est opposé au fait que votre mère continue à se battre, en vain. Elle souhaitait continuer à protéger le peuple. Elle considérait qu’il en était de son devoir, d’autant plus qu’elle était reine à présent. Une bataille a alors était proclamé entre les deux royaumes. Et bien sûr votre mère y participa. Mais ce que personne ne savait c’est que le royaume du Soleil avait un but bien précis en manigançant cette bataille. Le jour de la bataille, vos parents ont combattu côte à côte. Mais au court moment où votre père fit preuve d’inattention, plusieurs soldats ont encerclé la reine et face à un tel nombre, elle n’a pas pu tenir bon et… Nos ennemis avaient eu dès le départ pour but de tuer la reine afin d’amoindrir les forces du royaume. Depuis ce jour, votre père hait le royaume du Soleil pour lui avoir pris son épouse et devint avide de guerre. Si vous n’aviez pas été en ce monde, Princesse, à ces cotés, il aurait surement sombré dans les ténèbres. Elle représentait tout pour lui. Il disait toujours qu’elle était le soleil qui illuminait ses journées. Princesse, si je vous ai racontées toute cette histoire, ce n’est pas pour que vous ressentiez la même haine que celle de votre père envers le royaume du Soleil. Je pense seulement qu’il es de votre droit de connaître la vérité sur votre mère. A présent, il ne tient qu’à vous de décider. Poursuivre le chemin de votre père ou suivre votre propre chemin. Je sais que cela a sans doute du vous brusquer, néanmoins…

 

C’est alors qu’elle s’écroula subitement, par terre, dans la boue, après un long moment de léthargie et de réflexion. Elle était complétement abattue par les révélations que venait de lui faire Shikaku. Ce ne pouvait être possible. Et c’est en sanglotant, après tout le torrent de larmes silencieuses qu’elle versa,  qu’elle prononça faiblement :

-       Pourquoi ? Pourquoi m’a-t-il caché la vérité ? Pourquoi ?

-       Je pense qui si votre père a agit ainsi, c’est uniquement dans le but de vous préserver. Il ne voulait pas que votre cœur soit aussi noirci que le sien.

-       Mais … j’aurais tant aimé l’apprendre de sa bouche à lui.

-       Je sais. Mais il se sentait coupable de sa mort et l’avait constamment sur la mémoire et se sentait incapable de vous révéler la vérité.

 

Maintenant qu’elle savait les raisons de l’étrange comportement de son père, elle ne lui en voulait pas. Au contraire, elle le comprenait. Elle aussi, elle aurait sans doute agit de la même façon. Sauf que elle, toute sa haine était détournée vers la guerre. Oui. Elle haïssait la guerre comme jamais elle n’avait pu haïr quoique ce soit. Elle tue des millions de personnes et corrompt le cœur des hommes. Elle répand maladies et pauvreté. La guerre n’engendre que peine, souffrance, vengeance et haine. Elle vous plonge jusqu’au plus profond des ténèbres où vous êtes engloutis par son obscurité et dont vous n’arrivez plus à vous en échapper. Ce que souhaitait désormais Sakura en tant que reine, c’était la paix. Oui. C’était ce qu’elle voulait le plus au monde, et elle allait tout faire pour y parvenir.

 

 

***************************************************************************

 

 

 Cela faisait des heures que Sasuke avait appris la nouvelle et il n’avait trouvé que cet endroit pour trouver ne serait-ce qu’un peu de réconfort.

La chambre de son frère ainé, Itachi. Cette pièce lui rappelait tant d’agréables souvenirs de son enfance. A chaque fois que Sasuke était pris d’une peur subite à cause d’un orage ou d’une histoire d’horreur qu’on lui avait raconté, il allait se blottir au coté de son frère, sous les chaudes couettes, par le froid glacial d’hiver. Son frère a toujours été un modèle pour lui. Malgré qu’il ait été le favori de leur père, jamais il n’avait ressenti une once de jalousie envers celui-ci, mais plutôt de l’admiration le poussant à dépasser ses limites afin de devenir plus fort.

  

  Il s’allongea alors sur ce dit lit, et commença à rouler sur lui-même de gauche à droite, puis de droite à gauche, chose qu’il faisait pour embêter son ainé. Il continua ainsi cinq, dix, quinze minutes, replongeant dans l’aube de sa vie, puis il s’arrêta et en posant sa tête sur l’oreiller, il crut sentir quelque chose. C’est curieux, l’oreiller n’était pas du tout moelleux et doux. On avait l’impression qu’un objet dur se cachait en-dessous. C’est alors, en scrutant de plus près l’objet entre ses mains, qu’il remarqua des points de suture assez mal faits. Ce n’était pas l’œuvre d’une domestique. Il les défit alors, et trouva, enfoui sous les innombrables masses de plumes et de laine, une petit carnet avec une couverture en cuir. Il laissa alors tomber le coussin et après l’avoir feuilleté furtivement, il reconnut l’écriture de son frère. Son cœur se mit à tambouriner alors dans sa cage thoracique. Il observa alors plus minutieusement les écrits et en déduisit qu’il s’agissait d’un journal que tenait son frère. Il y relatait de toutes ses impressions, ses pensées et ses idées. Il s’agissait de la dernière chose qu’il lui restait de son frère. Il se rendit alors à la dernière page imprégné de l’encre de sa plume d’oie. Elle datait du 12 juin. Date qui correspondait à la veille de sa disparition, ou plutôt de sa fugue. Pris d’une certaine curiosité, il se mit à lire les ultimes paroles de son frère.

 

-12 juin :

Une nouvelle et énième bataille vient de battre son plein entre nos deux royaumes, ravageant et pillant tout autour d’elle. Cette guerre est et sera toujours pour moi un mystère éternel pour laquelle les hommes portent un intérêt aveugle et sans limite. L’Homme est prêt à employer toute ressource et tout subterfuge afin de faire taire la vérité, sans cesser de se voiler la face. Pourquoi dissimuler la vérité ? Parce que la vérité est amère et cruelle ? Parce que la vérité renvoie à l’Homme sa face la plus sombre et la plus obscure de lui-même ? Parce que la vérité révèle à l’Homme tous ces vices et ces failles les plus infâmes et sordides ? Cesson d’avancer dans un voile de chimères et de songes illusoires. Ce n’est qu’en regardant la dure vérité en face, que l’Homme pourra avancer vers un monde meilleur. Ce n’est qu’en acceptant l’être abject et vil que nous sommes, que l’Homme pourra trouver la paix. Soyons réalistes. Cette guerre nous apporte-t-elle bien-être et prospérité ? Cette guerre nous apporte-t-elle bonheur et sérénité ? A mon humble avis, il n’est rien de cela, mais tout le contraire.

Elle met en feu et en cendre villages et cités. Elle n’épargne ni enfants, ni femmes, ni vieillards. La guerre est un fruit de la dépravation des hommes. Elle, dépeuple les États; elle y fait régner le désordre; elle rend incertaines la liberté et la propriété des citoyens. Jamais les triomphes les plus éclatants ne peuvent dédommager une nation de la perte d'une multitude de ses membres que la guerre sacrifie. Jamais aucune bourse que l’état déverse à ces familles dont les êtres aimés et chéris ont combattu jusqu’à leur dernier souffle, subissant souffrances, tourments et martyres, ne pourra alléger leur conscience ou leur offrir la sérénité du sommeil. Le gouvernement utilise l’argent comme un moyen d’acheter le silence du peuple, tirant profit de sa cupidité et pauvreté. Enfin, toute cette guerre n’est qu’une mascarade afin de satisfaire des intérêts purement personnels, et ne sert en aucun cas le peuple d’aucune façon. Franchement, de quel patriotisme parlons-nous lorsque le tiers de ce dit peuple se fait décimer.

Mon sens de la justice et de l’honneur ne me laisse sans répit devant une telle situation et me pousse à agir. Dès demain l’aube, moi, Itachi Uchiha, me rendrai à la forteresse secrète, lieu de rencontre, où je rejoindrai Nagato et son alliance clandestine. Ensemble, avec l’Akatsuki, nous créerons un monde sans haine, et mettrons fin à cette guerre qui sévit maintenant depuis trop longtemps.  

 

****************

Sasuke était complètement abasourdi. Il savait que son frère préparait quelque chose, mais jamais il n’aurait pu s’imaginer que son frère cherchait à mettre fin à la guerre. Il avait toujours était ce fils ainé modèle, que toute la famille appréciait et dont on ne pouvait cesser de faire l’éloge. Il avait toujours exécuté les ordres, se montrant pour la plupart du temps docile et obéissant. Doté d’un talent inné pour les arts martiaux, il était la fierté du clan. Son nom était sur toutes les lèvres. Génie dès son plus jeune âge, il excellait dans tout ce qu’il entreprenait, ne faillant jamais à son devoir de futur héritier. Jamais personne n’aurait pu croire qu’Itachi leur aurait tourné le dos afin de suivre sa propre voie. Sasuke ferma le carnet et replongea dans ses pensées. Son esprit était totalement embrouillé. Qui était ce Nagato ? Et l’Akatsuki, de quoi s’agissait-il ? D’un clan de fanatiques ou de philanthropes qui croyaient faire le bien autour d’eux en se mêlant de cette guerre. Et enfin, c’était quoi cette forteresse secrète ? Et surtout, la véritable question était où se trouvait-elle? En tout cas, ce dont Sasuke était sur, c’est qu’il allait éclaircir toutes ces zones d’ombre et retrouver son frère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales