Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Une arme Auteur: Kohaku1102 Vue: 30976
[Publiée le: 2013-04-23]    [Mise à Jour: 2014-11-18]
13+  Signaler Action-Aventure/Amitié Commentaires : 57
Description:
Un soir, un enfant naquit. Son destin fut vite scellé. Celui d'un démon, celui d'un jinchuuriki. Il devait devenir une arme. C'est ce que pensait Danzô. Pour cela il l'entrainerait dans l'ombre. Même l'hokage ne serait pas au courant de son existence. Pour cela le seul témoin, Kakashi Hatake, devra être sous ses ordres, même à contre-coeur. Mais le ninja fera tout pour aider l'enfant reclus au fin fond de son village natale.

Une autre histoire de Naruto, ne suivant pas frocément le manga original, même si certaine parties reviendront.
Crédits:
Les personnages appartiennent à Masashi Kishimoto, je n'en suis en aucun cas propriétaire. M'appartiennent seulement les personnages que j'aurais inventé (Si il y en a, ce qui n'est pas encore sûr.)
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

La mort d'un vivant

[4578 mots]
Publié le: 2013-05-01Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Dans cette histoire il y aura des personnes sensées être morte dans la version original, mais qui seront, ici, bien vivante.

    Alors que le Yondaïme venait de trouver la mort, ses deux fils se retrouvaient déjà en mauvaise posture. Entouré d’anbus de la Racine. Les intentions de ces ninjas étaient claires pour Kakashi. C’était Naruto qu’ils voulaient.  Le jônin était occupé de calculer les chances qu’il avait de fuir face à ces ninjas expérimenté. Il pourrait peut être arrivé à trouver une faille qui lui permettrait la retraite, car il savait bien que combattre serait inutile. Il était peut être aussi anbu, mais bien plus jeune que ses assaillants. Mais surtout il avait un bébé dans les bras qu’il ne pouvait pas secouer.

  Quand une autre personne s’approcha lentement du cercle formé par les ninjas, il sut que maintenant il n’aurait plus aucune chance. Il ne serait pas assez fort pour semer Danzô lui-même. Celui-ci semblait avoir prit la peine de faire le déplacement juste pour le nourrisson. Tout était si clair pour l’Hatake que ça ne lui faisait que plus peur. Ce type voulait depuis des années le contrôle du jinchuuriki de Kyubi, mais le Yondaïme protégeait sa femme et jamais le dirigeant de la racine n’avait put l’approcher. Maintenant que l’hôte se trouvait être un bébé de seulement quelques heures protégé par un unique anbu, jeune de surcroit, il sautait sur l’occasion pour enfin avoir ce qu’il désirait. Pour enfin avoir son arme. 

  Kakashi savait très bien qu’il n’avait aucune chance. Mais il refusait de leur donner Naruto sans même avoir essayer de résister. Donc, quand un des anbus se rapprocha, essayant de lui prendre le bébé, il ne tarda pas à répliquer, lui enfonçant un kunaï dans l’épaule. Le ninja trop surprit par ce geste soudain ne se prépara pas à esquiver le coup de pied qui vint se loger dans son ventre quelques secondes après. L’anbu repoussé avec violence percuta un de ses camarades les faisant s’étaler tout les deux sur le sol. Les autres ne tardèrent pas à réagir et se jetèrent à leur tour dans le combat, avec pour mot d’ordre : Ne pas blesser l’enfant.

      - « Je ne vais pas y arriver ! Pas avec Naruto dans les bras ! »

  Les difficultés au combat de ninja copieur étaient flagrantes. Il n’arrivait pas à esquiver ou bloquer toutes les attaques tout en protégeant son frère. Mais malgré ce handicap il ne lâchait rien, encaissant les coups, se laissant blesser pour protéger le tout-petit. Mais il fut rapidement épuisé de subir autant d’attaque sans pouvoir en donner une seule. Durant une petite seconde d’inattention un anbu parvint à lui arracher le nourrisson. Il voulut ce jeter sur lui. Seulement les autres ninjas le plaquèrent au sol l’empêchant d’esquisser le moindre geste. Voyant que le combat se finissait, le chef de la racine se rapprocha calmement. Un de ses subordonnés au masque de chat lui tendit l’enfant qu’il prit de son bras valide. Le nouveau-né dormait tranquillement, ne se souciant pas de ce qu’il se passait autour de lui.

  Alors qu’il fixait le petit, Kakashi put voir dans son regard de la satisfaction, ainsi qu’une petite lueur cruelle ne présageant rien de bon. La satisfaction venait du fait que ce qu’il avait toujours voulu se trouvait désormais dans ses bras, une arme. Cette arme il la façonnera pour en faire un shinobi d’un tout autre rang. Un ninja puissant, destructeur, sans sentiments, sans vie. Juste une arme dont il se servira comme bon lui semblerait, dont il se servirait pour prendre le pouvoir. Danzô voyait tout ça dans un tout petit bébé. Toutes ces intentions si sombres étaient claires pour le ninja copieur toujours au sol impuissant.

  Ayant finit son observation de son futur atout, il se concentra sur le jeune jônin. Celui-ci le regardait avec des yeux meurtriers, son sharingan apparent luisait d’un rouge sang plus vif que d’habitude. Le fils du croc-blanc venait contrarier ses plans. Quand il avait su que Kushina et Minato c’étaient éloigné du combat il avait sauté sur l’occasion, espérant pouvoir avoir le jinchuuriki sans que personne ne soit témoin de ses plans. Mais avec la présence du ninja copieur cela tombait à l’eau. Il allait devoir improviser pour avoir le silence de Kakashi quant à ses agissements. Et il avait déjà une idée de ce qu’il pourrait faire.

      - Danzô-sama, que fait-on de lui ? Demanda un de ses subordonnés retenant le ninja copieur.

      - Emmenez-le. Il pourra nous être utile.

  Ce furent les derniers mots que le jônin entendit avant de sombrer dans l’inconscience après qu’on lui eut porté un coup violent à la nuque.

  Danzô ordonna le repli ayant sentit l’approche de potentiels gêneurs. Les anbus ne perdirent pas leur temps, l’un chargeant l’Hatake sur son épaule. Un autre reprenant le bébé car, lui, il avait ses deux bras pour le porter. Quelques secondes après il ne restait aucune trace de la racine et quand des ninjas de la feuille arrivèrent ils trouvèrent uniquement les cadavres de leurs héros. Ces deux personnes qui avaient sacrifiées leurs vies pour sauver leur village. Tous ceux présents s’écartèrent, laissant passer le Sandaïme Hokage. Celui-ci avait courut le plus rapidement qu’il pouvait  quand on lui avait dit avoir trouvé le Yondaïme et sa femme. Mais en voyant la tristesse présente sur les visages il comprit vite que ce qu’il verrait ne lui plairait pas.

  Effectivement, il aurait préféré se trouver dans un mauvais rêve dont il se réveillerait quand il avait vu les deux corps transpercés au niveau du ventre. Il se rapprochait maintenant lentement, essayant de comprendre comment une telle chose avait put arriver. Son esprit essayait de lier tous les éléments qu’il possédait jusqu’à former le scénario macabre. Ce fut la présence de l’autel du sacrifice qui mit fin à ses réflexions.

  Voyant leur ancien Hokage prostré devant les corps les ninjas commencèrent à s’inquiéter. Tsume Inuzuka se rapprocha jusqu’à poser une main sur l’épaule de son supérieur, essayant de lui apporter un peu de réconfort. Elle était de la génération de Minato et Kushina, ils avaient toujours été amis, mais elle n’était pas la seule à les pleurer. Et le vieil homme aurait besoin d’aide.

      - Que leur est-il arrivé ?

      - Quelqu’un à profité de l’accouchement de Kushina pour lui enlever Kyubi. Il a attaqué le village jusqu’à ce que Minato l’éloigne. A partir de là nous n’avons plus aucune informations ni témoins.

      - Mais vous avez votre idée…

      - Oui, même si elle ne me plait pas… Minato a été incapable de tuer Kyubi, il l’a donc scellé à nouveau. Dans son fils je suppose… SON FILS !!

       - Qu’est-ce qu’il y a ?!

       - Où est-il ?! Il devrait être sur l’autel !

 Les ninjas présents commencèrent à s’activer, cherchant le nouveau-né dans les environs. Les Inuzukas utilisèrent leurs chiens essayant de trouver une trace, une odeur. Mais rien, juste celle du sang. Le visage du vieil homme se décomposait au fur et à mesure que les traceurs revenaient bredouilles. Quand les derniers furent de retour Tsume dut soutenir l’ancien qui avait du mal à rester droit, à cause de ses blessures, mais aussi des émotions un peu trop forte. L’homme n’était plus tout jeune et venait de perdre son brillant successeur, sa femme et un nouveau-né. Mais qu’est-ce qui avait put arriver au bébé. Il ne pouvait pas avoir disparu ?

  Perdu dans ses réflexions il ne vit pas l’homme imposant qui se rapprochait du groupuscule. Ceux l’ayant aperçu s’éloignaient pour le laisser passer. Son statut de chef de clan faisant de lui quelqu’un d’important. Il arriva finalement aux côtés de Tsume. Il posa lui aussi une main réconfortante sur son supérieur. Il avait vu l’état de ses deux vieux amis. Il avait du se faire violence pour garder son masque d’impassibilité devant tout ce monde.

      - Sarutobi-sama, vous allez bien ?

      - Fugaku, le bébé à disparut ! Il est introuvable.

      - Je sais, on vient de me l’apprendre. Hélas, j’ai peut être une explication pour cette disparition, mais elle ne va pas vous plaire…

  Beaucoup plus loin et plus profondément sous terre, sous le village de la feuille plus précisément, un ninja aux cheveux argentés se remettait de son sommeil forcé. Il lui fallut quelques instants avant que sa tête ne cesse de tourner et que ses souvenirs se remettent en place. Se rappelant les derniers évènements il voulut immédiatement savoir où il était. Mais à peine avait il fait le geste de se relever qu’il fut immobilisé par un ninja qu’il savait appartenir à la Racine. Seulement, le mouvement un peu trop rapide et la prise un peu trop forte de son adversaire lui rappelèrent qu’il était blessé. Il se sentit d’un coup très faible, incapable de résister. Il avait perdu beaucoup de sang et certaines de ses blessures devraient être rapidement soignées. Mais malgré son état il chercha à savoir où il était. La salle était plutôt sombre et peu de meuble y était présent.

  Un petit toussotement l’arrêta dans son inspection pour se tourner vers la chaise se trouvant derrière l’imposant bureau trônant au centre de la pièce. Assis dans le fauteuil se trouvait le chef de Ne (Racine). Une lueur malicieuse dansait dans ses yeux. Ce regard, cet homme, Kakashi ne l’aimait pas beaucoup à la base, mais maintenant il le détestait, il le haïssait. C’était le seul homme qu’il désirait vraiment tuer. Seulement son état ne le lui permettait pas de mettre ses envies à exécution. Il tenta néanmoins de se défaire de l’emprise de l’anbu, en vain. Il ne réussit qu’à faire saigner à nouveau les blessures étant déjà en voie de guérison.

      - Tu devrais te calmer où tu mourras.

      - …

      - Je suppose que tu n’as pas vraiment envie de me parler. Mais j’ai quelque chose à te proposer…

      - Je n’ai aucune envie de marchander avec quelqu’un comme vous !!

      - Tu devrais quand même réfléchir parce que ton refus pourrait avoir certaines conséquences pour lui…

  D’un geste il intima l’ordre à un des anbus resté en retrait de se rapprocher. Le ninja copieur vit immédiatement l’enfant aux cheveux blonds que celui-ci portait. Il se débattit plus violemment  arrivant presque à se libérer. Mais juste avant qu’il ne réussisse il s’arrêta après avoir vu…

      - Je t’ai dit de te calmer sinon c’est lui qui souffrira.

 … L’anbu lever un kunaï en direction du nourrisson. Il arrêta immédiatement toutes tentatives de libération. Il commençait à comprendre quels étaient les plans de l’ancien, mais également quel genre de chantage il allait lui faire.

      - Vous n’oserez pas le tuer !! Il est trop important pour vous !!

      - Le tuer ? Je n’y avais jamais pensé. Je pensais à d’autres choses plus désagréable qu’une mort directe et qu’y le garderais en vie.

  Sa rage ne fit qu’augmenter encore plus à ces mots. Il ne tenait plus. Dans un regain d’énergie impressionnant il envoya son coude dans les côtes de son opposant, en brisant quelques une au passage. Sous la douleur et la surprise le ninja le lâcha. Enfin libre de ses mouvements, il se retourna et lança sa paume dans la mâchoire de l’anbu avec une vitesse et une force impressionnante. Envoyant le malheureux s’écraser plus loin, hors combat. Il se retourna pour rapidement combler les quelques mètres qui le séparait de Danzô. Alors que le poing s’approchait à une vitesse fulgurante du visage de l’homme, celui-ci garda son masque d’impassibilité avec un fin sourire pendu aux lèvres. En voyant une telle expression sa rage ne fit qu’augmenter. Mais dés qu’il entendit ce cri, il stoppa son poing à seulement quelques centimètres de sa cible.

      - Je t’avais prévenu Kakashi.

   Le ninja regarda l’origine de ce cri pour voir son frère, pleurant dans les bras de l’anbu, une entaille plus-ou-moins profonde sur le bras. Ses yeux s’agrandirent d’effroi en voyant le sang s’écouler de la blessure.

      - Vous êtes fou, ce n’est qu’un nouveau-né !! Le jônin avait presque craché sa phrase sur le chef de la Racine

      - C’est toi qui n’as pas voulu écouter. Maintenant libre à toi qu’un incident comme celui-ci ne se reproduise plus.

  Il comprenait très bien le chantage. S’il tentait quoi que ce soit, c’était Naruto qui souffrirait. Il lui fallu un énorme sang-froid pour éviter de tuer cet homme dans les secondes qui suivaient. Mais il n’eut pas le choix. C’était ça ou il blessait à nouveau le bébé. Il redescendit du bureau sur lequel il se tenait pour se poster devant, un regard ne laissant transparaître que de la haine pure. Mais Danzô ne s’en formalisa pas et continua d’expliquer le marché.

      - Je vois que tu as enfin comprit que tu devais te tenir à carreau. Reprenons, je voulais t’expliquer ce que j’attends de toi. Tu es un ninja très impressionnant Kakashi. Tu n’es encore qu’un adolescent, mais tu fais déjà partie de l’élite de ce village. Ton talent n’équivaut pas celui d’Itachi Uchiwa, mais tout de même. Je ne peux pas le nier, tu es très fort.

      - Arrêtez de tourner autour du pot ! Je ne suis pas ici pour me faire complimenter alors venez en au fait !

      - Et bien, je voudrais que tu gardes sous silence ce qu’il se passe avec Kyubi. Tu ne devras en parler à personne. Tous doivent croire que le jinchuuriki est mort.

      - Vous me demandez de mentir à mon Hokage ?! Jamais !!

      - Si tu refuses, c’est lui qui aura des problèmes.

  Le kunaï de l’anbu se releva vers le visage du bébé, prêt à blesser à n’importe quel moment. Kakashi se raidit.

      - Tu n’as pas l’air de bien comprendre la situation. Si jamais tu refuse de garder le silence, je te tuerais. Ta mort passera inaperçue avec le nombre de décès qu’à causé Kyubi. Mais surtout, je pourrais faire ce que je voudrais avec ce petit auquel tu semble tenir.

  Le visage du ninja copieur devenait de plus en plus pâle en pensant à ce qu’il pourrait faire au nourrisson. Son cerveau tournait à cent à l’heure, cherchant désespérément une solution pour sortir de ce piège. Mais il ne trouva rien, à part se résoudre à faire ce que voulait Danzô pour éviter certains supplices au bébé. Il eut beaucoup de mal à se résoudre à cette option. Mais c’était la seule envisageable. Son visage se crispa de rage et d’impuissance. Voyant une telle expression, le chef de la racine comprit que le jeune anbu s’était résigné à faire comme il le lui demandait. Un sourire mauvais étira ses lèvres. Maintenant qu’il savait que le plus jeune lui obéirait il put continuer.

      - Donc, je voudrais que tu gardes le silence sur ce cher jinchuuriki, mais également que tu intègres Ne pour travailler sous mes ordres, se sera beaucoup plus facile de te surveiller de cette manière. 

  Kakashi dut se faire violence pour réprimer ses envies de meurtres grandissantes. Après plusieurs longues expirations pour évacuer la colère et éviter de faire un geste de trop, il se résigna à accepter le marché qu’il n’avait de toutes manières pas le choix de refuser. Mais il ne se laissa pas faire pour autant.

      - J’accepte. Mais je veux pouvoir voir Naruto régulièrement.

      - Je ne vois pas de raison de refuser. Tant qu’il fera bien son travail d’arme il n’y aura aucun problême.

  Ce surnom, toujours ce surnom : arme. Le jônin le détestait. Cela rabaissait un bébé, un nouveau-né au rang d’objet ! Un rang que son père aurait voulu éviter qu’il ait. Il avait promit au Yondaïme de s’occuper de son fils. Il avait fait cette promesse il y a à peine quelques heures, et déjà il se trouvait dans l’incapacité de la tenir. La seule chose qu’il pourra faire maintenant sera d’être aux côtés du petit et d’essayer de l’aider à supporter sa condition, de lui offrir un peu de chaleur humaine, chose qu’il savait que les anbus ou Danzô ne lui offriront jamais.  Résigné au futur qui se présentait à lui, il suivit le chef de Ne dans les couloirs alors que celui-ci venait de se lever de son siège et quittait la salle. Il remarqua que l’anbu qui tenait Naruto partait dans une autre direction. L’ancien vit la question muette de son nouveau pion et se dépêcha d’y répondre avant que ledit pion ne se jette à la poursuite de son protégé.

      - Il sera enfermé dans les tréfonds de la racine, seul les plus haut-gradés en qui j’ai une totale confiance pourront l’approcher… Et toi aussi bien évidemment.  Se dépêcha-t-il d’ajouter en voyant le regard meurtrier du jeune anbu.

      - Et où va-t-on maintenant ?

      - Je crois que tu as besoin de te faire soigner. Mais aussi, tu vas retourner à Konoha et inventer un mensonge quelconque pour convaincre le Sandaïme de la mort du bébé. Invente quelque chose de plausible. Ensuite, tu continueras à vivre comme avant et je viendrais te chercher quand le moment de faire partie de Ne arrivera. Je dois d’abord convaincre le vieux Sarutobi de me laisser te prendre sous mes ordres. Si c’est toi qui fais la démarche cela paraitra bizarre. Donc tu te tais sur ce point. Je me suis bien fait comprendre ?

      - Oui, je ne suis pas un gamin.

  Un gloussement de satisfaction se fit entendre dans les longs couloirs. Se fut le dernier son qui fut entendu entre les deux ninjas jusqu’à ce qu’ils sortent de ce dédale interminable. Kakashi se rendit compte qu’ils étaient à l’extérieur de Konoha, juste derrière l’imposant mur qui ceinturait le village ninja.

      - Fais semblant que tu reviens du combat. Mais je crois que ça ne sera pas très dure vu ton état. Je compte sur toi pour notre petit mensonge. Tu as intérêt qu’il soit bien fait, sinon qui sait ce qu’il pourrait arriver à ce bébé, si petit, si fragile.

  Un frisson parcourut l’échine du jônin en pensant à ce qu’il pourrait faire. Cet homme était de la pire espèce, un lâche qui utilise ses propres hommes comme bouclier pour pouvoir mieux fuir. Un monstre qui n’hésite pas à utiliser les pires moyens pour arriver à ses fins. Un opportuniste qui profite de la faiblesse d’un bébé. Oui, cet homme était tout ce que pouvait répugner le ninja copieur. Celui-ci adressa un dernier regard meurtrier à l’homme qui méritait tout ce dégout de sa part et partit. Il devait maintenant faire ce qu’on lui avait demandé, à contrecœur il pénétra dans le village et se dirigea vers le palais des Hokage, un des bâtiments épargné par la folie destructrice de Kyubi .

  Dans le monument le temps était plutôt à l’agitation. Les ninjas rentraient et sortaient sans arrêt, tout le monde s’activait pour essayer de réparer les premiers dégâts, de secourir les blessés, d’aider les civiles terrorisés encore caché dans les abris. Les ordres fusaient à tout bout de champ donnant une impression de fourmilière et de marché au bâtiment servant d’habitude aux corvées administratives plus calme. Par contre, l’ambiance extrêmement calme dans le bureau se trouvant quelques étages plus haut contrastait violemment avec l’agitation du rez-de-chaussée.

  Les quelques personnes présente semblaient épuisées après les récents évènements et tout particulièrement le plus vieux du groupe. A ses côtés se tenait une jeune ninja médecin. On l’avait autorisée à venir car le Sandaïme devait lui annoncer la mort de son senseï. Elle avait été dans un premier temps très triste, mais elle c’était rapidement reprise sachant que d’autres personnes avaient désormais besoin d’aide. Elle était médecin et le travail dans les prochains jours n’allait pas manquer. Elle devait pour l’instant laisser ses sentiments de côté et s’occuper d’aider les blessés. Après elle pourrait faire le deuil de son professeur. Elle avait donc rapidement commencée sa tâche en soignant le hokage et les quelques chefs de clans présent dans le bureau. Tous des amis du Yondaïme et de sa femme. Mais il manquait une personne dans ce rassemblement, Kakashi Hatake. Sa coéquipière jetait de temps en temps des coups d’œil à la fenêtre, espérant le voir arriver. Sarutobi avait demandé à des ninjas de le chercher pour lui annoncer la mort de Minato. Seulement les ninjas envoyé étaient vite revenu rapportant que le ninja était porté disparu, il n’avait été aperçu nulle part et ne se trouvait pas là où les autres de sa génération avaient été consignés.

  Rin commençait à prendre peur, elle espérait de tout cœur qu’il n’ait rien. Elle ne voulait pas perdre un second compagnon. Mais tout le monde sait que quand on parle du loup, ou pense ici en l’occurrence, celui-ci arrive.

  Kakashi rentra dans le bureau, essoufflé et couvert de blessure. Essoufflé parce qu’il avait eu beaucoup de mal à traverser la masse compact que formait les ninjas plus bas. Cela avait été un véritable parcours du combattant pour atteindre les escaliers sans tomber, car il le savait, vu son état, si il trébuchait,  il n’arriverait plus à se relever. Rin accourut immédiatement à ses côtés. Elle voulut l’aider mais il refusa tout aide se rapprochant en boitant du bureau de l’hokage, bien décidé à réalisé sa mission le plus vite possible.

      - Kakashi ! Te voila enfin. Où étais-tu ?! J’ai envoyé des ninjas à ta recherche mais tu étais introuvable.

      - J’étais hors du village…

      - Que faisais-tu là-bas ?! On vous avait interdit de sortir !

      - Je voulais l’aider…

  L’hokage laissa ses craintes de côtés et se calma. Il savait très bien que son successeur comptait beaucoup pour le jônin. Après tout c’était lui qui l’avait prit sous son aile après la mort de son père. Maintenant il devrait s’atteler à la dure tâche d’annoncer le décès de l’éclair jaune. Ne sachant pas que le ninja copieur était au courant, qu’il avait assisté aux derniers instants du héros et de sa femme.

      - Kakashi… Minato est mort en combattant Kyubi…Kushina aussi…

  Le vieil homme regarda son interlocuteur essayant de savoir ce qu’il pouvait penser en apprenant cette nouvelle. Mais il se heurta à un mur d’impassibilité. Son visage n’exprimait rien, ne laissait rien transparaître de ses émotions. Il était vide de toutes expressions, c’était encore pire qu’un Uchiwa. Le Sandaïme ne s’attendait pas du tout à ça. Il croyait pouvoir voir au moins une once de tristesse, mais rien. Ne sachant pas comment interpréter un tel renfermement il continua ses explications.

      - Leur fils est introuvable… Mais nous avons peu d’espoir de le retrouver vivant… Fugaku m’a parlé d’un phénomène qui aurait put arriver à l’enfant. Fugaku, s’il-te-plait, explique, je n’en ai pas le courage.

      - Bien Hokage-sama. Quand j’ai su que Kyubi avait été libéré, j’ai été cherché dans les archives de mon clan pour trouver un moyen de l’arrêter et je suis tombé sur un chapitre parlant de la mort d’un jinchuuriki… Il y était expliqué que parfois, quand un démon est enfermé dans un hôte qui n’est pas apte à garder une telle quantité de chakra en lui, le chakra du démon peut submerger le jinchuuriki trop faible et le tuer. Tuant par la même occasion le bijuu, mais même celui-ci n’a aucune emprise sur ce phénomène. Si l’hôte n’est pas le bon, c’est finit pour tout les deux. Mais un démon ne peut pas mourir, il reviendra plusieurs années plus tard…

  Il laissa ses paroles planer encore quelques instants dans la salle, le temps que les personnes présentes face le lien entre son explication et la disparition du bébé. Ce fut Shikaku Nara qui réalisa le premier. Après tout on est intelligent ou on ne l’est pas.

      - Vous voulez dire Fugaku-san que c’est ce qu’y a put arriver à ce nouveau-né ?

      - Oui, ce n’était qu’un tout petit enfant d’à peine quelques heures, il est fort possible qu’il n’ait pas supporté le chakra de Kyubi et se soit fait engloutir par celui-ci…

  Kakashi était resté en retrait et écoutait les suppositions. Elles étaient toutes si éloignées de la vérité. Mais grâce à celle-ci il allait pouvoir créer un mensonge plausible, même si il se dégoutait déjà de ce qu’il allait faire. Il n’avait tout bonnement pas le choix. Si seule sa vie avait été menacée il n’aurait pas hésité à dévoiler toute la vérité, seulement il n’y avait pas que lui, la santé de Naruto serait grandement en danger s’il n’obéissait pas. Finalement il parvint à surmonter ses réticences en revoyant l’image de la blessure que l’anbu avait infligée au nourrisson. Il prit la parole pour la première fois depuis son arrivée.

      - Je sais déjà tout ça.

      - Comment ? Demanda le chef du clan Uchiwa laissant transparaitre de la surprise à travers son masque d’impassibilité.

  Le jeune anbu avait remarqué que Fugaku avait du mal à garder son masque et laissait beaucoup plus filtrer ses émotions depuis la mort de ses deux vieux amis. Il se détestait déjà de devoir leur cacher l’existence du fils de leurs amis d’enfance.

      - Je le sais parce que j’étais là quand tout c’est passé…

      - Mais comment as-tu…

      - Je les ai rejoints alors qu’ils venaient de quitter le village… Je n’ai rien put faire, Kushina avait déjà emprisonné Kyubi dans un kekkaï. Je n’ai pas entendu leurs paroles, mais j’ai tout vu. Minato-senseï a utilisé le Shiki Fujin. Mais avant qu’il ne puisse finir le sceaux, le démon a voulu tuer leur fils. Ils se sont interposé et lui ont sauvé la vie. Avec ses dernières forces il a terminé le scellement et ils sont morts tout les deux…

  La partie la plus difficile arrivait. Il n’aurait pas droit à l’erreur dans son mensonge car Danzô ne le raterait pas lui s’il échouait.

      - … Quand j’ai voulu me rapprocher, le bébé…Il y avait du chakra qui l’entourait…Des flammes aussi. Je n’ai même pas put l’atteindre, le chakra était bien trop dense et puissant… Tout c’est passé très vite. J’ai été repoussé par une vague de chakra… Il y a eu un cri et puis plus rien… Quand je me suis relevé le bébé avait disparut…

  Les adultes présents dans la salle avaient le regard plus triste que jamais. Kakashi se maudit de penser ça, mais il était heureux de les voir aussi abattu, cela voulait dire qu’ils croyaient à son mensonge, ce qui sauvait son frère. Enfin, pour le moment. Il fit à nouveau le tour des visages. Cela ne fit qu’agrandir sa culpabilité, ils étaient tous dévasté et plus particulièrement le Sandaïme. Il se sentait si coupable de devoir leur faire croire à la mort d’un vivant. Il avait de plus en plus de mal à rester conscient. Rin sembla le remarquer et le retint avant qu’il ne fasse une première chute. Mais le ninja parvint à rester conscient juste pour répondre à la dernière question.

      - Quelqu’un sait comment s’appelait ce bébé …pour que l’on puisse mettre un nom sur sa tombe ?

      - Naruto…Il s’apelle..Nar..u..to…

   Il perdit connaissance juste après. Trop d’évènements s’étaient déroulé en trop peu de temps. Toute cette tension, ce combat, la mort de ses parents d’adoption, Danzô. Tout ça avait eu raison de ses dernières forces et de ses barrières mentales. Quand Rin le rattrapa avant qu’il ne tombe sur le sol elle put voir quelques larmes aux coins de ses yeux. Elle se permit elle aussi d’en verser quelques une en serrant son coéquipier dans les bras. Les adultes eurent du mal eux aussi à rester impassible et laissèrent quelques instants leur tristesse prendre le dessus. Tous pleurèrent leurs amis morts au combat pour sauver leur village. Ils ne pouvaient souhaiter une mort plus noble à ses deux shinobis d’exception qu’avaient été Minato et Kushina.

  

 

 

 

« Le mensonge et le silence arrangent bien des drames. »

Commentaire de l'auteur Merci d'avoir prit le temps de lire ce second chapitre. Je m'excuse si les premiers chapitres sont un peu lourd à lire. En tout cas, celui-ci m'a prit pas mal de temps. J'espère qu'il vous plaira.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales