Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Permanent et athématique
    Club Présences d'Esprits
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 06/11/2020
  • Summer Party
    Éditions Plumes de Marmotte
    Nb de signes : 240 000 - 360 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Crappy Princesses
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - humour
    Délai de soumission : 01/02/2020
  • L’horizon perpétuel
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 15 000 - 150 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les créatures de l'espace
    L'Imagin'arium et Livresque
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 21/12/2019
  • La revue Ornata n°7
    Eurydema Ornata Éditions
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/12/2019
  • Pôle emploi
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 06/12/2019
  • Carnets de voyages
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : > 20 000 sec
    Genre : récit de vie - témoignage
    Délai de soumission : 15/11/2019
  • Les meutes
    animal DEBOUT
    Nb de signes : 6 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Demain
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 7 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/10/2019

Studio Infinite

  • ATELIER D’ÉCRITURE : écrire le côté obscur au Comics Corner (10 PLACES) [ Le 01/12/2019]
    Participez à un atelier d'écriture créative au Comics Corner dimanche 1er décembre 2019 pour créer votre personnage avec notre studio infinite !
  •  [ Le Atelier d’écriture : écrire de l’imaginaire à la librairie Le Nuage Vert (COMPLET)]
    Venez écrire sur l'univers de votre roman et échangez avec d'autres auteurs de littératures de l'imaginaire mardi 15 octobre à la librairie Le Nuage Vert avec Caroline Viphakone-Lamache du studio infinite !

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Under the eye of the angel Auteur: laTichiforever Vue: 678
[Publiée le: 2009-06-10]    [Mise à Jour: 2009-06-13]
13+  Signaler Romance/Drame/School-Fic Commentaires : 5
Description:
Vous connaissez la solitude ? Vous allez me répondre que oui. Mais connaissez vous la solitude qui vous glace le cœur à tel point de vous sentir emprisonné ? Elle qui vous donne envie de maudir la vie et veut que vous vous l’ôtiez. Mais à chaque tentative, un nouvel échec. C’est ce que connaît Sasuke Uchiwa.
Mais quand un jour, son nouvel échec mène à un ange, il reprend progressivement goût à la vie, alors qu’il était aux portes des abysses de l’enfer.

Couple principal : Sasuke / Sakura (une première pour moi)
Autres classiques (je pense).
Mot de l’auteur : Je tiens à préciser que cette fanfiction est un test.
Crédits:
Rien ne m'appartiens et heureusement !!
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Under the eye of the angel ( sous l'oeil de l'ange)

[4125 mots]
Publié le: 2009-06-10
Mis à Jour: 2009-06-13
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Under the eye of the angel

 

 

                                                                                                                                  

 

 

Je suis né au milieu des cascades pourpres de l’enfer. Depuis très jeune je me suis noyé dans la solitude. J’ai toujours été faible aux yeux de mes parents, de mon frère et peut être même à ceux du monde, mais que m’importe, maintenant je suis définitivement seul. L’Humanité me délaisse et je dois supporter la vie. J’ai vainement tenté de me l’ôter quelque fois mais le destin n’était pas du même avis que moi. J’ai maudit la vie, elle m’a maudit à son tour et je reste désormais nostalgique de mon passé.

Je marchais dans les rues sombres et quasiment désertes du quartier le plus risquer de la deuxième plus grande ville du Japon, Konoha. Mais qui dit deuxième plus grande ville du pays, dit gros taux de criminalité…

Je m’appelle Sasuke Uchiwa, j’ai dix huit ans, je suis lycéen à mes heures perdues, employer chez mac do et voleur pour subvenir à mes besoins. Vous savez un salaire chez mac do ne me permet même pas de payer totalement le loyer de mon appartement miteux.

 Pour ce qui est de ma famille, c’est simple, je n’en ai plus… Elle fait partie de mon sombre passé que je conterais peut être plus tard. Je n’ai pas vraiment d’amis… Je traîne avec une bande de mecs qui sont, pour moi,  une façade qui montre que je ne suis pas seul mais la réalité est toute autre… D’ailleurs, j’étais dans cette rue parce que nous avions rendez-vous, encore un coup foireux me semble t’il. Je sortis une cigarette  et la portait à ma bouche avant de l’allumer. Le groupe n’était pas au complet, le braquage de la semaine dernière avait laissé des traces et l’un d’entre nous était à l’hôpital dans un état critique, mais personnellement… je m’en fiche totalement. 

Notre prochain cambriolage devait ce faire ce soir et rien n’allait être des plus simple, une personne de moins jouait beaucoup. J’approchais encore un peu plus du groupe et les mecs tournèrent la tête vers moi, un regard compatissant à mon égard, je détestais qu’on éprouve une quelconque pitié sur moi. Moi-même je ne m’apitoie pas sur mon sort alors pourquoi les autres le ferais pour moi ?

J’arrivais enfin à hauteur du groupe.

Ils me saluèrent tous et j’en fis de même avec mon « hn » légendaire.

Oh, j’ai oublié de faire les présentations… Le groupe est composé de six personnes Naruto un blond complètement baka qui veut devenir le prince des voleurs… mais possédant un cœur d’or, lui est une des seules personne qui compte réellement pour moi, je pourrais presque dire que c’est un ami. Sai un gars très pervers, qui se trouvait justement a l’hosto. Kiba qui a une passion pour les chiens (il est toujours accompagné de son chien Akamaru). Neji un mec froid mais au fond sympa. Shikamaru le gros intello flemmard. Gaara le junkee et pour finir… Moi.

 

-«  Alors les gars prêt pour ce soir ? demanda le blond

 

-         Où sont les plans ? demanda Neji.

-         Pff galère. Sont là ! cracha Shikamaru avec paresse.

Je pris la parole pour la première fois dans la conversation.

-         On a qu’a ce retrouver tous à 21 h devant un étage au dessus de l’appart de la vieille. Normalement elle sera partie à son cours de théâtre. Surtout restez discret pas comme la dernière fois, lâchais je d’un ton froid.

-         Ok, bon puisque que vous n’avez plus besoin de moi, j’ai mon fournisseur à voir. Dis Gaara avant de partir d’un pas presser.

-         Moiiii j’vais voir ma Hinataaaa ! » Hurla Naruto en sautant de joie, ce qui exaspéra tout le monde… Il ne changera jamais celui là.

 

Le groupe se dissout progressivement. Chacun partis de son côté, pour ma part, je me dirigeais vers chez moi, je devais faire un peu de rangement avant le braquage. Les heures défilèrent à une allure monstre, je ressortis de mon appartement  pour aller à notre rendez vous. Tout s’était bien passé comme d’habitude, ou presque, on avait tout pillé sur notre passage. Nous avons gagné pas mal, presque trois mois de salaire chez mac do pour chacun d’entre nous… Après avoir tout partagé nous rentrions chacun de notre côté… Moi j’allais dans mon appart’ propre et rangé… Et me servis dans mon stock de bouteilles alcoolisées.

Quelques vodkas ne seraient pas de trop ce soir… Puis je les terminais à vitesse grand V. C’était ça mon quotidiens. Je buvais chaque soir pour oublier ma solitude qui me congèle le coeur, mes douleurs, ma vie toute entière… Mais mon mal être grandi un peu plus à chaque gorgée malheureusement. C’était comme si je plongeais dans les eaux pourpres qui rongeaient peu à peu mon corps, faisant un trou béant dans ma poitrine, brisant mon cœur un peu plus chaque fois. Ca faisait dix longues années que je supportais cette douleur dont trois soutenue par l’alcool. Pris d’un soudain mal être je me dirigea tant bien que mal vers la fenêtre - Je logeais au huitième étage d’un vieil immeuble-  j’accéda assez facilement à l’encadrement, j’ouvris donc la fenêtre et pour pouvoir faire bien les choses je pris mon couteau qui avait la lame qui coupait comme un rasoir, le porta sur mon poignet et d’un coup sec, je  transperça la chair découpant progressivement mes veines avec, j’essaya de répéter l’opération le plus possible, mon poignet était  couvert de sang qui s’écoulait sur le sol à une vitesse fulgurante, je sentais que j’allais tomber dans les pommes. Quitte à tomber autant le faire du huitième étage. Des bouffées de chaleurs m’envahissaient, une lourde fatigue se précipita sur moi et me bouscula d’un coup, et un léger voile noir tout doux enveloppait ma vision. Ça y’ai,

Je n’allais pas tarder à m’écraser, les gens pourront voir ma gueule en bouillie sur le bitume. Je me sentais tomber, je n’avais plus conscience de rien mais j’étais bien, comme libéré de la douleur. Suis-je mort ?

 

 

°°°°~~°°°°~~°°°°~~°°°°~~°°°°~~°°°°

 

Ah mais quelle galère ! C’est vraiment la pire des journées ! Ce matin en me réveillant, je n’aurais jamais pensé que j’en aurais fait autant aujourd’hui. Pour commencer, je me nomme Sakura Haruno, j’ai dix huit ans depuis quelques mois, je suis étudiante en semaine et serveuse dans un bar tous les soirs de semaine et le week end. J’ai déménagé – y a une petite semaine - de la petite ville de Suna, pour me loger à Konoha pour pouvoir poursuivre mes études et j’ai pût trouver cet emploi dans ce bar pour payer mes factures.

Ma journée avait été bien remplie, j’avais fait mon double d’heures. Je rentrais chez moi vers 22h 30 et montais les escaliers qui menaient au huitième étage. Je n’avais pas trouver mieux, et j’habitais dans l’appart’ ou l’ancien colocataire s’est fait assassiné sympa hein ?! Mais bon, c’était un des moins cher même si il est tout miteux. J’arrivais enfin à destination, j’entrais donc dans mon logis et me m’allongea sur le canapé et alluma la télé, malheureusement pour moi, les images étaient toutes troubles… Galère ! Je me leva et alla frapper à la porte du voisin d’en face, pour voir si lui aussi ça, la porte était entre ouverte et j’entendis un objet se brisé c’était à en avoir froid dans le dos. J’entendis un léger gémissement de douleur… Ni une, ni deux  j’entra en trombe et je pus voir mon voisin une flaque de sang  autour de lui, prêt tomber dans le vide. Je me précipitai vers lui et il s’écroula sur moi, il était tombé dans les pommes.

La panique me gagna, voir un jeune homme à deux doigts de la mort me fit peur, je me dégagea doucement de son corps, pris mon portable qui était dans ma poche et appela les secours.

En attendant les secours, je déchira un bout de la chemise du jeune homme inconscient et banda son poignet pour éviter que l’hémorragie ne s’aggrave et le mis en position latérale de sécurité pour ne pas qu’il s’étouffe. Puis j’observai le jeune homme. Il  était d’une beauté sans pareille, très pâle -  dû sûrement au fait que sa tension soit très basse- des traits fins, des cheveux ébène. Il était grand, je dirais 1 m 95, et mince. Je regardais son autre poignet et apparemment ce n’était pas la première fois… Si ce garçon survit, je suis presque sûre qu’il m’en voudra de l’avoir sauvé… Mais que m’importe, j’aurais réussis à au moins sauver cette vie… Je voudrais tellement comprendre pourquoi il a fait cela. J’aimerais aider ce garçon si fragile, si beau… si seul ? J’observais son environnement, aucune photos de famille,  aucun signe sauf peut être un éventail bleu et rouge accrocher au mur principal. L’appartement était propre et rangé…

 

Une vingtaine de minutes plus tard, les secours étaient enfin arrivés, je leur expliquais rapidement la situation.

 

-«  je venais voir mon voisin, j’ai entendu un objet se briser...comme la porte était entre ouverte je suis entré et je l’ai vu il allait tombé par la fenêtre donc je me suis précipité sur lui, et en vous attendant, je lui ai bandé le poignet et mis en PLS…

 

-         vous avez bien fait mademoiselle, vous lui avez sauvé la vie… Nous allons l’hospitaliser vous voulez nous accompagner ?

-         Oui, je veux bien... laissez moi prendre juste quelques affaires. »

 

Mais jusqu’à quand il sera en vie ? Je pense que ce n’est pas la première fois qu’il tente d’en finir avec elle… J’aimerais tant pouvoir l’aider.

Je fus prise dans l’ambulance et direction l’hôpital. J’attendis longtemps dans la salle d’attente puis je pus le voir. Je ne savais pas pourquoi je faisais ça, mais au plus profond de moi je devais sauver cet inconnu.

J’entrais dans sa chambre et posais mes fesses sur la chaise à côté de son lit, il était toujours inconscient, j’attendrais jusqu’à son réveil… Je l’observais en silence.

«  Il est bien évident que tu dois me détester, on ne sait jamais rencontrer et je me demande ce que j’aurais pu faire de mal a par te sauver la vie, je sais que nous avons des principes différents parce que nous sommes des personnes différentes, mais je suis sûre qu’au fond, nous nous ressemblons plus que je ne l’imagine et c’est peut être pour ça que je doit te sauver bel inconnu… » Songeais je.

 

°°°°~~°°°°~~°°°°~~°°°°~~°°°°~~°°°°

 

Une légère douleur au poignet me fit sortir de mes rêves. Mes paupières étaient lourdes, mais j’entendais du mouvement autour de moi,  étais je enfin mort ? Libéré de la solitude ? Je ne savais point, mais une lourde fatigue s’empara de moi je laissais le monde circuler autour de mon corps. Plusieurs heures, ou même plusieurs jours avait du passé depuis la dernière fois ou j’étais conscient. La fatigue était tombée, j’ouvris doucement les yeux et m’aperçu que je me trouvais dans une pièce totalement blanche. Je refermais rapidement mes paupières. Suis-je mort ?  Je les rouvrais. Hum, non je ne le suis pas, je bouge légèrement la tête et voit une touffe rose… Oh merde ! J’ai encore été sauvé, mais cette fois ci par une personne…Dieu à vraiment un humour acide ! Je tournais la tête vers elle, mais cette fille ne semblait pas me voir, elle était comme plongée dans ses pensés. Peut être qu’elle est choqué par mon attitude et attend mon réveil pour me foutre une leçon de morale…Je bouge un peu, mais j’ai l’impression de peser trois tonnes, ma gorge est sèche et j’ai du mal dans mes mouvements…

Oh, je l’ai sortis des ses songes… Elle me regarde, me souri timidement et me tend un verre d’eau.

 

-«  tiens, tu dois avoir la gorge complètement sèche…

 

Je ne lui réponds pas mais prends le verre. Elle continue de parler doucement.

 

-         je ne sais pas les raisons qui t’on poussé à mettre fin a ta vie mais je ne veux pas les connaître, ce sont tes  affaires pas les miennes… Je me présente Sakura Haruno. Je suis ta voisine et je t’ais sauvé la vie.

-         Il ne fallait pas… dis je d’une voix grave.

-         Je m’attendais a ce genre de réponse vois tu, me souris tristement la demoiselle, mais peut importe, je ne voulais pas voir un mort après une toute petite semaine dans la ville de Konoha…

 

Je ne répondis pas, mais je la détaillais du regard. Elle était mince et assez grande avec des courbes gracieuses et généreuses. Des cheveux anormalement roses, des yeux vert émeraude qui laissait entrevoir de la tristesse. Elle possédait un petit nez droit et des traits fins. On aurait dit un ange… Elle portait un haut banc et une jupe noire qui laissait entre voir ses jambes fines. Je la trouvais vraiment craquante, mais bien sur, elle ne serait pas au courant de ce détail.

 

-         bien, je crois que tu as besoin de te reposer, je repasserais demain si tu le souhaites bien sur ! Me sourit elle

-         hn.

Elle se leva et se dirigea vers la porte quand soudain elle tourna la tête et me demanda :

 

-         au fait, tu t’appelles comment ?

Je pris une inspiration.

-         Sasuke Uchiwa.

-         Enchanté ! Aller ne fait pas de bêtises, je passerais demain.»

 

Puis elle partit.

Pour la première fois en dix ans, je n’avais pas ressentis le sentiment d’être tout seul. Le simple fait d’être avec cette fille que je ne connaissais même pas, qui ne voulait même pas savoir les raisons de ma tentative de suicide, qui ne posait pas de questions sur moi ou très peu, réchauffa un peu mon cœur.

J’avais décelé en elle la compassion et la tristesse, rien qu’en l’observant j’avais l’impression qu’elle me connaissait… Une partie de moi la haïssait, elle m’avait privé d’une occasion de voir la mort de plus près mais l’autre partie voulait apprendre à la connaître.

M’a-t-on envoyé un ange pour me sauver ? Et me sortir de cette prison de solitude ?

Peut être, mon instinct me dictais de faire confiance à Sakura, d’essayer de la connaître et pourquoi pas lui parler.

C’est la tête pleine de songes que je m’endormis paisiblement, sans aucun de mes nombreux rêves horribles.

 

°°°°~~°°°°~~°°°°~~°°°°~~°°°°~~°°°°

J’étais rentré chez moi très tard, le quartier n’était déjà pas sûr mais la il ne l’était encore moins. Dès que j’arriva au palier du huitième étage, je ne pu m’empêcher de repenser a tout ce qu’il s’était passer ce soir. Si je n’étais pas arrivé à temps le pauvre garçon serait à l’heure actuelle à la morgue. Je ne sais pourquoi, pas mais il m’intriguait.

            Je me remémorais son visage, ses yeux noirs laissaient planer le mystère des raisons de sa tentative et la solitude immense qui le ronge de l’intérieur.

Je me résolu à tout faire pour l’aider. Je m’endormis en pensant à lui, aux derniers évènements passés.

Quand le réveil sonna à 9h, j’eu un mal fou à me lever, mais j’avais un tas de trucs à faire… comme finir les cartons, faire le ménage, faire une crème renversée au caramel et rendre visite à Sasuke. J’avais du boulot ! Je commençais donc par la crème renversée c’était le plus long car elle mettait très longtemps à refroidir… Ensuite les cartons à vider. C’était une autre paire de manche. Qu’est ce que je pouvais avoir comme  bibelots ! Mais bon, ils avaient une valeur sentimentale. Avec tout ça, l’heure du repas arriva, je mangea rapidement et terminai mes cartons. C’est avec paresse que je m’attaquais au ménage, bien que l’appartement soit petit, si on veut bien le faire, ça prend du temps !

Après un travail acharné, je m’accordais une pause. L’appartement était niquel ! Je me lavais les mains et alla voir si ma crème renversée était complètement refroidie, c’était le cas, il manquait plus qu’à monter la chantilly. Je pris de un récipient glaçons, mon fouet, ma crème fraîche et un cul de poule* que j’avais réservé au frais quelques heures auparavant. Le sachet de sucre et l’extrait de citron n’étaient pas loin. Je posa ma calotte sur le récipient remplis de glaçons et déposa la crème mis l’extrait de citron -ça aide à faire monter la crème- et la fouetta un petit moment. Je n’avais pas de batteur  électrique c’était bien dommage car faire la chantilly a la main ça fatiguais. Oh, ça y’ai, ça montait ! Je continuais de fouetter pendant encore cinq petites minutes et retourna mon cul de poule à l’envers au dessus de ma table. Si la chantilly tombait ça voulait dire qu’elle n’était pas terminée, si elle restait au fond du récipient, cela voulait dire qu’elle était prête. Par chance, la mienne était prête, je mis le sucre en remuant un peu et je la mis au frigo.

Je démoulai ma crème renversée en espérant qu’elle n’accroche pas au fond du moule, normalement non vu qu’il y avait le caramel mais bon on ne sait jamais, elle était parfaite. Je décorai le tout de chantilly. Et empaquetais la crème renversée et remis tout au frais.

Qu’est ce que je pouvais aimer faire des pâtisseries !

J’aurais bien voulu en faire mon métier mais hélas mes parents n’avaient jamais voulu. Je devais être médecin comme mes parents et grands parents… Maintenant, je pourrais essayer d’apprendre cet art culinaire, vu que je n’ai plus de famille, mais au fond ce n’est pas ce qu’ils auraient souhaité et je ne veux pas les décevoir de la haut.

Je partis prendre une douche, m’habilla pour sortir, pris mon sac a mains, mes clefs et la crème renversée et sortie.

Quand je sortis je remarqua un bel apollon blond, aux yeux azur, sur le pas de la porte de Sasuke. Il sonnait chez lui comme un abrutis et hurlait :

 

-«  Sasuke, je sais que t’es là, fais pas chier merde ! Ouvre ! Tu es encore avec une de tes pouffiasses ?

  - euh, excusez moi, mais si vous cherchez Sasuke, il n’est pas chez lui. Dis-je timidement.

Il me regarda bizarrement et rigola

-         Il est chez toi ? Parce que magnifique comme tu es, ça ne m’étonnerait pas qu’il soit dans ton plumard !

 

Je le regardais d’un air presque idiot

-         Euh, pas vraiment… Vous êtes un de ses amis ? demandais je.

-         Ouais, si on peut dire. On traîne ensemble quelques fois quoi… dis le blond, Au fait, moi c’est Naruto Uzumaki !

-         Sakura Haruno, enchantée !

-         Alors où est Sasuke ?

J’hésitais à le lui dire, mais bon, c’était son ami non ? Je me mordis la lèvre inférieure, au cas où Sasuke ne voulait pas que cela se sache, je lui mentis.

-         Je l’ai croisé, il m’a dit qu’il avait un rendez vous assez important. Il ne m’en a pas dit plus, désoler, je ne peux pas t’aider d’avantage.

-         Oh, et tu ne sais pas quand il rentrera ?

-         Euh non, mais je peux prendre le message si tu veux !

-         Hum, dis lui que j’pars en vacances avec Hinata et que s’il veut venir il peut, mais qu’il soit à l’aéroport demain avant 10h. Sur ce, je file, j’ai ma valise à faire ! A la prochaine Sakura j’espère ! »

Et il partis comme une furie. Pour ma part, je pris la direction de l’hôpital. J’avais promis de rendre visite à mon voisin.

Arrivée à sa chambre, je le vis concentré dans un film policier. Cela me fit sourire, je le fis sortir de sa concentration en frappant à la porte.

J’entrais doucement.

-«  Salut !

-hn

Que de paroles dites moi ! Songeais je. Il n’est pas bavard, tant pis.

-         Euh, j’avais promis que je repasserais, alors me voilà…

Je ne savais que dire, il éteignis la télévision, et m’invita à m’asseoir sur la chaise près de lui, celle ou j’étais hier.

-         Tiens, je t’ai préparé un petit truc, dis je en lui tendant le paquet. J’espère que tu aimeras… lui souris je.

 Il l’ouvrit et je vis son visage s’illuminer. On aurait dit un gosse de quatre ans qui découvrait ses cadeaux de noël.

-         C’est un crème renversée au caramel avec de la chantilly dessus. C’est fait maison.

-         Merci beaucoup, il ne fallait pas tu sais…

-         Oh, ce n’est pas grand-chose vois tu. Je sais que dans les hôpitaux la nourriture n’est pas super bonne. Alors j’ai pensé qu’une pâtisserie serait la bienvenue.

Il me sourit sincèrement. C’était la première fois que je le voyais sourire, il était vraiment beau… Mais à quoi je pense ! Bref…

-         tu m’as déjà sauvé la vie, et bien que je ne le voulais pas, je te remercie. Je ne veux pas que tu en fasses trop pour moi. Je ne suis pas quelqu’un avec qui il faut s’attacher. Le destin ne veut pas me voir avec quelqu’un, je suis fait pour rester seul, toujours seul, complètement seul. Bien que je ne te connaisse pas, tu as l’air d’une fille bien, trop bien même. Tu seras déçu jeune fille, et je ne veux pas que tu le sois à cause de moi.

J’étais complètement abasourdi, je mis quelques secondes avant de tout emmagasiner.

-         Je veux bien essayer. Je veux bien prendre le risque pour essayer de te sauver de la solitude qui s’est emparé de toi. Je veux être à tes côtés quand le bateau coule. Même si on ne se connaît pas, tu me dois bien ça, je t’ai sauvé la vie, et tu as besoin de quelqu’un sur qui compter, et je crois que je peux être cette personne. Je ne te forcerais pas à parler. Si jamais tu as besoin voila mon numéro. Je le griffonnais sur un morceau de papier.

Je l’observai, visiblement il ne s’attendait pas à ça. Moi non plus d’ailleurs, je ne savais pas pourquoi je faisais ça, mais ce n’était pas un mal. Le destin nous a fait nous rencontrer, ce n’était pas pour rien.

-         Bien, alors, je ne sais pas pourquoi tu fais ça, mais bon courage, et surtout… Merci.

-         Je ne le sais pas moi-même… Oh j’oubliais, Tout a l’heure en partant, il y avait un certain Naruto qui te cherchais, il frappait comme un dingue à ta porte, je lui ai dit que…

-         Tu ne lui as pas dit que j’étais ici ?! Me coupa t’il violement.

-         Non, bien sur que non. Je lui ai dit que tu avais un rendez vous important et que je ne savais pas quand tu rentrais donc j’ai pris le message. Il part en vacances demain avec une certaine Hinata, il m’a dit que si tu voulais venir il fallait que tu sois à l’aéroport avant dix heures demain.

-         Merci beaucoup, c’est vraiment gentil de ta part de n’avoir rien dit à ce baka.

-         De rien, c’est normal, j’ai pensé que même si c’était un de tes amis, tu ne voudrais pas qu’il sache ou tu es. Dis, tu sors quand de l’hôpital ?

 

Pendant que je parlais, il m’observait, c’était quelque peu gênant, je n’osais pas le regarder dans les yeux, de peur d’être envoûté. Je ne pouvais pas me permettre.

 

-         je sors demain ou après demain, je ne sais pas. Lâcha t’il.

-         Oh, d’accord, je repasserais demain si ça ne te gêne pas, il se fait tard, et je vais devoir rentrer avant que le quartier ne soit trop risqué. Je ne suis déjà pas rassurée d’être toute seule dans mon appartement, alors si je rentre de nuit comme hier soir, c’est la panique. Dis je d’un trait.

-         Hum, rentre bien alors, et à demain, me sourit il.

Je me levai et commençait à partir quand une main retient mon poignet. Je tournais la tête et vit le jeune homme debout, une perfusion au bout du bras, il me regardait, il se pencha vers mon visage et déposa un léger baiser sur la joue. Et murmura à mon oreille.

-         Merci pour la crème et d’être passé.

Je ne réagis pas tout de suite trop étourdie par son geste.

-         de rien, je passerais après le boulot demain.

-         Hn. »

Je me mis sur la pointe des pieds et lui rendis son baiser sur la joue. Il lâcha mon poignet et je filai.

Je rentrais chez moi, le sourire aux lèvres ! Tout n’était pas perdu ! Je me confortais dans l’idée que je pourrais sauver ce jeune homme si charmant !

Je me fis quelque chose à manger puis me coucha. Aujourd’hui avait été une journée épuisante, demain serait pire. Une bonne nuit de sommeil ne me ferait pas de mal.

 

 

 

°°°°~~°°°°~~°°°°~~°°°°~~°°°°~~°°°°

* Cul de poule : Récipient avec un fond rond.

 

Coucou !

Tout d’abord merci de m’avoir lu !

Cette fanfiction est un test, je fais mon tout premier Sasuke/ Sakura !

J’accepte toutes critiques, impressions, etc…

J’espère qu’il n’y a pas trop de fautes qui traînent, je n’ai aucune bêta-lectrice.

Voilou,

Bisous,

La Tichi

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales