Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Un arrière goût de sang Auteur: melfaya Vue: 11151
[Publiée le: 2008-04-24]    [Mise à Jour: 2011-02-27]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Suspense Commentaires : 60
Description:
Il faisait froid…
Elle sentait le vent glacé s’engouffrer à l’intérieur de sa combinaison, pourtant étudiée pour la protéger des températures les plus extrêmes.
Il neigeait. Des flocons blancs venaient se perdre dans ses cheveux.
Elle était étendue là, au pied de ce cerisier enneigé, agonisante, serrant son précieux katana aussi fort quelle le pouvait contre son coeur.
Le rythme des battements de son cœur diminuait et elle sentait sa vie s’échapper peu à peu.
Elle tendit la main vers cette ombre ailée, qu’elle savait derrière en ce moment.
Elle lança un dernier regard au cerisier au dessus de sa tête avant de sombrer dans l’inconscience.
Ses lèvres gercées s’étirèrent en un ultime sourire. Comme quoi, certaines choses vous suivent toute votre vie, parfois même jusqu’à votre fin.

Couples habituels
Crédits:
Même pas
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 8: Quand le piège se met en place

[6786 mots]
Publié le: 2008-09-19
Mis à Jour: 2008-11-02
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)


Chapitre 8: Quand le piège se met en place

    Corrigé par moi (ça risque d'être drôle...)




  • Pas là, hein… 


  • Tu me cherches ?


Ce n’était pas la voix de son shinigami. Mais plutôt… sa voix. Une mauvaise nouvelle de plus à ajouter à sa longue liste.

Elle leva la tête en l’air…

Il était perché là, sur le cerisier, bien à l’abri des regards indiscrets.


  • Tu n’es pas exactement la personne que j’attendais mais je penses que comme compagnie, tu me suffiras amplement pour l’instant, dit elle en s’asseyant près du tronc.



Le jeune homme assis sur la branche, qui n'était autre que Sasuke, la regarda s'installer en dessous de lui.


  • On déprime ? Dit il d'un air faussement intéressé.

  • J'ai l'impression que tout ce que je prenais pour acquis, va devoir être remis en question.


Un fin sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme.


  • Rien que ça...


Il l'avait murmuré mais cela avait suffit pour qu'elle comprenne.


  • La preuve, je suis sur le point en ce moment même de raconter mes problèmes à quelqu'un que je connais à peine et que je serais plus disposée à haïr qu'à aimer.


  • Parce que tu me hais ?


  • Je...euh, non, c'est que...


C'était idiot. Pourquoi perdait elle ses moyens pour une remarque aussi futile.


  • Je serais très triste si j'apprenais que tu me détestais...


Sakura sursauta. Elle ne l'avait pas sentie descendre de sa branche, et maintenant il lui murmurait ces mots à l'oreille, un sourire malicieux aux lèvres.

Elle tourna la tête vers lui. Il était très proche. Trop proche. Pendant un instant, elle voulu reculer le plus loin possible, mais finalement elle le défia de son regard émeraude.

Son sourire s'agrandit. Il tendit les doigts vers ses cheveux et caressa une de ses mèches du revers de la main. Le cœur de la rose rata un battement;


  • Pauvres humains... Pourquoi défiez vous toujours ce qui vous dépasse ?

  • Pardon ?


Le brun se retira et prit un peu de distance. Ses yeux descendirent vers son décolleté. Son air impassible se troubla quelques instants puis il remonta jusqu'à son visage.


  • Très joli pendentif au passage. Serait ce trop que de te demander par quel moyen tu l'as obtenu ?

  • Pourquoi, tu veux le même ?


Le ton de la rose s'était fait plus agressif, celle-ci n'appréciait pas le fait d'avoir été mise en déroute si facilement.

Sourire moqueur de retour chez le brun.


  • Voyons chère demoiselle, ne vous mettez pas dans des états pareils pour si peu. Je trouve juste ce pendentif intéressant voilà tout... Très intéressant...


Elle frissonna. Ce que dégageait le jeune homme à cet instant réveilla ses instincts de tueuse et elle se raidit soudainement.

Il était dangereux. Elle en était sure et certaine...

Mais étrangement, elle n'avait pas envie de le fuir. Il l'attirait. Le danger qu'il représentait la captivait.

Pas seulement ce qu'il représentait d'ailleurs, ces dindes qui lui faisaient office de camarades de classe avaient tout de même du goût. Cette fichue gueule d'ange méritait son surnom.

Elle se surprit même à se perdre dans la contemplation de ses cheveux ébènes virevoltant au gré de la brise.


  • Je sais que je suis quelqu'un de particulièrement éblouissant et exceptionnel mais tu vas vraiment finir par me faire rougir.


Il venait de remarquer la soudaine obsession de la jeune fille pour sa chevelure.

Celle-ci détoura rapidement les yeux.


  • Il y avait juste.... une mouche qui te tournait autour...

  • Ton attention est si facilement détournée...


Et en plus il se moquait d'elle! Elle réprima un grognement alors qu'il éclatait de rire.

Et quel rire ! Ses intonations graves et profondes lui retournaient l'estomac.

Il se reprit.


  • Nous avons de la chance, il fait beau aujourd'hui. Ce serait vraiment dommage de rester enfermé dans une salle de classe par une si belle après midi...

  • Où veux tu en venir ?


  • Que dirais tu d'une petite sortie rien que tout les deux , juste pour profiter un peu de ce si beau soleil.


  • Tu te moques de moi c'est ça ?


  • En fait, j'avais l'intention de sécher depuis le début, si je te propose, c'est en bon gentleman. Après, tu fais ce que tu veux, ça ne me regarde pas...


Sur ce, Sasuke fit demi tout et se dirigea vers la sortie du parc.

Sakura haussa les épaules et reprit sa place au pied de l'arbre.

Son téléphone réclama son attention.


  • Allô ?

  • Sakura ? C'est Tsunade. On a de nouvelles infos concernant l'affaire de Jiraya, mais il nous faudrait la liste des prétendants au poste de président. Officiels comme officieux. J'aurais préférer m'adresser directement à l'actuel président mais cet espèce de vieux schnoque pervers et dégénéré ne répond à aucun de mes appels. Tu m'avais dit que tu avais réussi à faire connaissance avec un de ces gosses de riches. Serait ce possible que tu le recontactes et enquêtes un peu pour voir si il a quelques informations croustillantes à nous donner sur le côté obscure du showbiz ?


Génial, des heures sup'. Enfin, c'était plutôt la personne qu'elle devrait fréquenter pendant ses heures sup' qui l'incommodait.


  • A vos ordres, Tsunade-sama, dit elle d'un ton qu'elle voulut le plus neutre possible.


Bon, avec un peu de chance, il marcherait lentement et elle aurait largement le temps de le rattraper.

Avec un peu de chance... La chance n'était apparemment pas de son côté aujourd'hui.


  • Bon ! Si j'étais un gosse de riche prétentieux et imbu de lui même, où irais je faire l'école buissonnière ?


Sûrement pas dans un de ces lieux du « peuple ». Peut être Shibuya ? Shinjuku ?


  • Tu veux de l'aide ?

  • Nootan. Il faut que je retrouve quelqu'un. Tu peux vérifier les alentours, il ne devrait pas être très loin.

  • Qui ?


Il la voyait venir.


  • Sasuke.


Il se renfrogna.


  • Te fais pas d'idée, c'est un ordre de Tsunade.

  • Elle aussi est devenue fan ?


La rose réprima un petit rire.


  • Non, elle veut qu'on obtienne la « liste » ( ce serait tellement beau s'ils s'étaient donné la peine d'en faire une) des prétendants à la succession de Fujika Corp.

  • Attends quelques secondes.


Sakura le vit comme à son habitude s'immobiliser et fermer les yeux, comme endormi. Mais les shinigami ne dorment jamais. Elle savait parfaitement que sous ses paupières l'agitation était totale.

Promesse tenue, quelques secondes plus tard il rouvrit les yeux.


  • Je l'ai localisé, mais tu as de la chance qu'il ne se soit pas trop éloigné. Ce gosse a une faculté impressionnante à disparaître.


Les sourcils de Sakura se froncèrent.


  • Tu dis ça comme si tu avais déjà essayer de le filer...


Nootan se contenta d'hausser les épaules. Elle soupira.


  • On réglera ça plus tard, sois en certain...


Après avoir suivit les instructions de son cher shinigami, Sakura se retrouva au pied d'un immeuble, apparemment désaffecté. Drôle d'endroit pour s'amuser seul.

D'après Nootan, la cible se trouvait à l'avant dernier étage de ce batîment qui en disposait quatre vingts.


  • Très bien. Maintenant, trouve moi une excuse pour débarquer et lui soutirer un max d'informations.

  • Tu n'as qu'à lui dire la vérité.

  • Que je suis une chasseuse et que je recherche une vampire ?

  • Nan, que tu n'peux pas te passer de lui...

  • Hahaha, ton humour est à se rouler par terre !


Il haussa les épaules. C'était façon à lui de lui faire comprendre que ses pauvres petits problèmes d'humaine ne l'intéressaient en rien.

Après tout, elle n'avait pas d'autre plan, et pas vraiment le temps de se creuser la cervelle à en concevoir un parfait.


  • Va pour le rôle de la groupie. Je sens que je vais adorer ça...








................................................................................................................................................................








  • Mouhaha !!! L'heure de la vengeance a sonné. Je vous jure qu'il y aura du sang !!!

  • Calme toi Tenten, tu vas nous faire repérer...

  • Mmmmhh, pardon, je savoure, c'est tout...

  • J'ai hâte voir le résultat !

  • Naruto ? Qu'est ce que tu fous là toi ?

  • La même chose que toi Temari, j'me planque et j'attends le spectacle.


Elle lui asséna un violent coup sur la tête. La blonde savait qu'il en fallait plus pour lui faire mal. Ce gosse avait toujours été d'une résistance étonnante.


  • Tu n'as pas besoin de te planquer abruti ! Tu es dans ton vestiaire !

  • Ah ! Oui c'est vrai... Héhéhé...

  • Aberration de la nature...

  • Chut ! On va se faire repérer ! Je crois qu'ils arrivent !


En effet, des bruits de pas se firent entendre. Temari en fut soulagée. Il y avait meilleur place que celle coincée dans un placard du vestiaire des garçons entre Tenten excitée par sa future vengeance et Naruto, excité parce qu'il ne savait pas faire autrement.

Elle prit la peine de chuchoter.


  • Prépare l'appareil photo.

  • Pourquoi on a pas attendu dehors qu'il sorte ?

  • Je veux être le première à voir sa tête.

  • Mouai, t'as surtout la frousse qu'il court direct t'étriper si t'attends gentiment à la porte...

  • Chut !


Neji accompagné de deux de ses acolytes, (où était le troisième d'ailleurs ? Il n'était pas venu au cours de sport, ni aux cours précédents de l'après midi, tout comme Sakura ) donc, Neji et ses compagnons firent irruption dans le vestiaire.

Leur conversation paraissait agitée, malgré le ton extrêmement bas qu'ils employaient. La blonde s'étonnait d'ailleurs qu'ils puissent se comprendre alors qu'ils se tenaient à plus de deux mètres les uns des autres. Elle ne réussit qu'à capter que quelques bribes, à propos d'une bagarre récente, qui n'aurait pas dû avoir lieu, quelques pertes et un obstacle. Rien de très clair pour elle de toute façon. Mais elle sentit le blondinet se tendre à côté d'elle à l'entente des mots « ennemis inoffensifs » et « sales créatures prétentieuses ».


  • Ils vont prendre leur douche !

  • Pas trop tôt.


Il ne restait que le garçon aux cheveux roux et aux yeux si effrayants dans le vestiaire. Juste avant de passer le porche qui menait aux douches, il se retourna, et son regard darda l'ouverture de la porte du placard. Il sembla se concentrer, comme si il se croyait capable de les voir d'aussi loin.

Le cœur de Temari rata un battement. Serait ce possible qu'il les ait remarqués ?

Non...

Pourtant, celui-ci ne quittait pas leur cachette des yeux, à l'alerte du moindre mouvement suspect.

Son nez se fronça, comme si il cherchait à détecter leur odeur.


  • Gaara...


A l'appel de Neji, il se détourna d'eux et gagna les douches. Naruto émit un grognement rauque.

Les deux chasseuses le regardèrent interloquées.


  • Heu, je commence à être un peu courbaturé de rester assis là...

  • Ouais, moi aussi. Tenten, ton plan a intérêt à fonctionner...

  • Ne vous inquiétez pas, je suis la meilleure dans le domaine.


Elles furent interrompues par un hurlement de rage et de colère.


  • Qu'est ce que je disais...








................................................................................................................................................................









  • Soixante dix-huit et...soixante dix-neuf !!! Hahaha! La faiblesse et la lenteur des humains m'étonneront toujours !

  • La ferme Nootan.


Soixante dix-neuf étages sans ascenseur, le tout au pas de course, avaient suffit à la mettre hors d'haleine. Elle prit appui sur un pan du mur du couloir et se laissa glisser à terre.


  • On y va ?

  • Attends trois secondes, vieux. Tout le monde n'a pas une réserve d'énergie de dieu de la mort.

  • Hum, faibles créatures...


Elle se releva, arrangea quelque peu ses cheveux, remonta sa jupe aux couleurs du lycée et déboutonna quelques boutons de son chemisier .


  • On y va.


Il acquiesça et la guida jusqu'à la pièce où se trouvait Sasuke.


  • Prête ?

  • Évidemment, qu'est ce que tu crois ? Même si je ne suis pas sure que le coup de la groupie accro fonctionnera.

  • Je te fais confiance.


Ils se sourirent et Nootan poussa la porte laissant la place à Sakura. Celle-ci fit une irruption fracassante dans la fameuse pièce en mimant une chute. A genoux au sol, le décolleté bien en évidence elle releva la tête.

Une salle d'entraînement.

Sasuke se tenait au milieu de la pièce, en sueur, le torse nu. Il la regardait quelque peu intrigué.


  • Sasuke ! Quelle surprise de te voir ici ! Hahaha, ces foutues marches !


Bon, pas géniale comme excuse mais vraiment pas la tête à en trouver une bonne. Il fallait espérer que celle-ci suffirait.


  • Toi ici ? Quelle drôle de coïncidence...

  • Hahaha, n'est ce pas ?

  • Et... puis je connaître la raison de ta présence ici ?

  • Et bien...on est dans une salle d'entraînement non ? Je suis venue m'entraîner !

  • Vraiment ? Que dirais tu de me montrer un peu ce que tu sais faire.


Il lui lança un katana assez court, rien de bien difficile à manipuler comparé à sa propre arme.

Elle ne put s'empêcher de sourire malicieusement. S'il pensait la piéger, il risquait d'être surpris.








................................................................................................................................................................








  • Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhh !!!! QU'EST CE QUE C'EST QUE CA ?

  • Je dirais, une coloration.

  • MERCI SHIKA ! J'AVAIS REMARQUE !

  • Moi, je trouve que ça te va plutôt bien, fit remarquer Gaara en essayant de ravaler son hilarité.

  • LA FERME !


  • Calme toi mon vieux, chu sur qu'au bout de quelques shampoings, ça devrait partir...

  • CA DEVRAIT ???

  • De toute façon, il faut qu'on aille en cours, pas la peine de se faire remarquer avec un retard...

  • PARCE QUE TU CROIS QU'ON VA PASSER INAPERCU AVEC CA ??? ET PUIS CE FOUTU SASUKE, IL EST OU D'ABORD ?

  • Comme d'hab', il n'en fait qu'à sa tête. Il est sans doute en train de s'entraîner.


  • Il va falloir qu'on lui remonte les bretelles, il n'a pas l'air de prendre tout ça au sérieux.



Neji venait d'entrer dans le champ de vision de la jeune fille au macaron. Elle ne put s'empêcher d'étouffer un gloussement. Le Grand Neji arborait maintenant une magnifique chevelure rose, parfait sosie de Sakura au masculin.

Celui-ci perçut le son de sa voix et se retourna brusquement vers le placard.


  • Tu crois qu'il nous a entendu ?

  • Je crois qu'il t'a entendu...


L'Abruti aux cheveux roses s'approchait dangereusement de leur cachette. Tenten donna un grand coup de pied dans la porte du placard et se dépécha d'appuyer sur le bouton de l'appareil numérique.


  • Cheeeeese !

  • Toi !!!

  • Sauve qui peut !


Temari empoigna son amie par la manche et l'entraîna loin du danger.


  • Et Naruto ?

  • Il se débrouillera, il a l'habitude des ennuis. Contente toi de courir.

La jeune brune approuva.


  • Alors ?! T'en as pensé quoi ?!

  • Je pense que tu es complètement cinglée...


Tenten fit la moue.


  • ... mais que tu es surtout un véritable génie du crime...

  • N'est ce pas ?!

  • Arrêtes Tenten, tu me fais peur...


Celle-ci s'était mise à frapper dans ses mains.


  • Désolée. Mais voir cet espèce d'abruti humilié de la sorte me met dans une telle joie !

  • J'avais compris. Maintenant, calme tes hormones destructrices et trouve toi un plan de défense. Je suppose qu'il n'a pas l'intention d'en rester là.

  • Oui Chef ! De toutes manières il n'a aucune chance contre un génie du crime tel que moi.

  • N'en soit pas si sur.

  • Comment ça ? Même ma meilleure amie ne me fais plus confiance ?

  • Grosse bêtasse, ça n'a rien à voir. Ce que je veux dire c'est que si toi tu as une morale (il y a des limites que tu ne dépasseras pas) lui, il y a de fortes chances pour qu'il n'en ait aucune.


La brune haussa les épaules.

Advienne que pourra.








................................................................................................................................................................







Lily avait toujours été une fille discrète. Elle évitait de son mieux les problèmes et vivait pratiquement dans l'anonymat. Elle était timide, très timide. Mais cela lui importait peu, les gens ne l'intéressaient pas.

Cet après midi là, elle aurait préférer ne pas être dans les parages. Elle su à la première seconde qu'elle aurait dû s'enfuir dès les premiers mots entendus. Le problème, c'est qu'elle était curieuse, trop curieuse.

Elle se rendait à son cours de Science Nat quand elle avait entendu ces voix. Apparemment quelqu'un était en colère, très en colère.

Sa légendaire curiosité la poussa à s'arrêter et à écouter les bribes de conversation.


  • Je vais la tuer. Cette petite peste. Comment ose t-elle se moquer de moi ainsi ?!

  • Calme toi vieux. Ce n'est rien qu'une humaine qui se surestime et qui essaye de se faire remarquer par le plus grand génie de tout les temps.

  • Te fous pas de moi, je ne suis pas d'humeur. J'ai bien envie de lui donner une petite leçon.

  • Recouvre sa maison de papier toilette.

  • Je ne parle pas d'une petite blague d'adolescent en pleine rébellion, je vous parle d'une vraie leçon.

  • Qu'est ce que tu veux dire mec ? Fais pas de connerie.

  • Ne t'inquiète pas, je m'arrangerai pour que ça ne fasse pas trop de bruit. On retrouvera son corps dans le fleuve dans quelques semaines et tout sera réglé... Je ne gaspillerai pas son sang...


Lily laissa échapper un petit cri de surprise. Sur quoi était elle tombée ? Des meurtriers ? Des sadiques ? Des psychopathes ?!


  • C'était quoi ça ?

  • J'ai comme l'impression qu'on nous espionne...

  • Je m'en occupe.

  • C'est pas juste, pourquoi c'est toujours toi qui t'amuses ?

  • Arrête de chialer Shika...


Lily tremblait de tous ses membres. Elle était incapable de bouger le moindre de ses muscles. Elle était perdue. Comme quoi, sa mère avait raison quand elle lui disait que sa curiosité finirait par lui attirer des problèmes. Mais de là à la tuer. Elle l'entendait se rapprocher. Il n'était plus très loin.

Tout d'abord, Lily vit ses yeux. Verts à l'origine, ils se teintaient de rouge, imitant sa chevelure.


  • Bonjour jolie demoiselle. Alors comme ça on espionne les honnêtes gens ? C'est pas très joli tout ça.


Il était à quelques centimètres d'elle et l'encadrait de ses bras, les mains posées sur le mur derrière elle.

Il s'était déplacé à une vitesse hallucinante.

Elle ne put s'empêcher de penser que malgré ses yeux rouges et ce regard aux lueurs sadiques, ce garçon demeurait incroyablement beau.


  • Je...S'il vous plaît ne me faîtes pas de mal.


Le vouvoiement s'était imposé de lui même.

Il éclata d'un rire froid, à vous glacer le sang.


  • Hum, j'aimerai bien mais tu sais, cette décision est très difficile. Je sais que tu as entendu des informations compromettantes. Alors tu comprends, je suis bien obligé de me débarrasser de toi.


  • Je ne dirai rien, je vous le jure !


Sa voix n'était plus qu'un couinement au fond de sa gorge. La proie sentait son heure venir au fur et à mesure que le prédateur rapprochait ses crocs de son visage.

Il sourit, presque gentiment. Elle entrevit comme de la...pitié dans son regard dur.


  • Je suis désolé.


Il approcha sa main de sa joue et caressa tendrement celle-ci. Puis son geste se fit beaucoup moins doux, il lui tordit violemment la tête et dégagea sa gorge. Elle poussa un dernier cri de désespoir avant de sombrer dans l'inconscience.

Foutue curiosité.








................................................................................................................................................................








Sakura acquiesça et accrocha le katana à son côté.


  • Laisse moi trois secondes.


Elle retira ses chaussures et attacha ses cheveux en une queue haute.


  • On y va.


Sasuke laissa échapper un sourire ironique.


  • On aurait presque l'impression que tu sais ce que tu fais.


Elle lui sourit en retour.


  • Bats toi au lieu de causer inutilement.


  • Comme tu veux.


Il se jeta sur elle si rapidement qu'elle eu du mal à l'esquiver. Elle roula sur le côté juste à temps et l'arme du brun vint se planter dans le mur comme si celui-ci n'avait été que du beurre.


  • Il cache bien son jeu ton couteau.


Elle lui balança un coup de pied destiné à lui briser plusieurs côtes mais il lui attrapa la cheville et tenta de la faire tourner. Elle réussit à se dégager en tournant sur elle même.


  • Il n'est pas le seul apparemment...


Elle parvint à lui égratigner le bras.


  • Surpris ?

Sa lame lui effleura la joue. Une goutte de sang perla jusqu'à terre.


  • Pas vraiment. Plus grand chose ne me surprend venant de toi.


Elle s'amusait comme une folle. Les coups partaient, de plus en plus puissants, mais aucun d'eux deux ne parvenait à vraiment endommager l'autre. Chacun attendait que l'autre montre le moindre signe de faiblesse. Elle crut pendant un instant qu'elle réussirait à prendre le dessus mais cette fichue corde se mit sur son chemin. Elle ne put freiner sa chute et se retrouva couchée sur le dos, au sol.


  • Bien joué, mais ta maladresse te fais lourdement défaut...


Elle n'essaya pas de se relever, se contenta de regarder le plafond en attendant que sa respiration se calme. Elle le sentit se pencher vers elle et le vit encadrer son visage de ses deux bras.


  • Je crois que j'ai gagné.


  • Cette fois ci.


  • Parce qu'il y aura d'autres fois ?

  • Pourquoi pas ?

Elle murmurait, ce qui était idiot, Nootan pouvait entendre n'importe quoi. Voilà qui n'allait pas améliorer son humeur. Mais après tout, elle faisait ça pour le bien de la mission, non ?


  • La semaine prochaine, ici, même jour, même heure ?


  • Tu as l'intention de rater les cours à chaque fois?


  • Très bien, alors disons, 20h ?


  • Ça me va.


Sur ce, il disparut. Elle eut beaucoup de mal à cacher son sourire à Nootan. Bien qu'elle ne voulut se l'admettre sous aucun prétexte, Sakura avait vraiment apprécié cet « entraînement ». Quelqu'un à sa hauteur, qui n'avait rien d'un vampire, ça la changeait des créatures effrayantes qui lui servaient habituellement de cibles et de ses bien aimées coéquipières, dont elle connaissait toutes les bottes.


La rose consulta sa montre. Il lui restai juste assez de temps pour prendre une douche et arriver à l'heure chez Naruto.

Elle sortit du vieux bâtiment et se retrouva sur la rue. Quelques gouttes glacées vinrent rafraîchir sa peau. Ses lèvres s'étirèrent et elle étendit les bras quelques secondes, laissant la pluie couler sur son visage et ses bras nus.


- Rien ne vaut une bonne averse...








................................................................................................................................................................










  • Saleté de pluie...


Ino se protégeait du mieux qu'elle pouvait des trombes d'eau glacée que ce bon vieux ciel lui envoyait. Elle avait hâte de rentrer chez elle et courait pratiquement le long des trottoirs du quartier qu'elle habitait.

La blonde détestait cet endroit. Tout était toujours en travaux. En périphérie de la ville, quasiment aucun un parc n'émergeait du bitume et la plupart des grands immeubles qui l'entouraient étaient abandonnés.


  • Saleté de quartier...


Inutile de préciser qu'elle était de mauvaise humeur. Le beau soleil de ce début d'après midi s'était transformé en bruine puis en averse au fil des heures. Elle n'avait même pas eu l'occasion de parler à Sakura. Finalement, c'était sans doute mieux comme ça. Elle n'était plus vraiment sure de son self contrôle.

Elle heurta quelque chose et manqua de peu de perdre l'équilibre.


  • Saleté de talons aiguilles...


Ino se retourna pour s'excuser et se retrouva face à son amie aux cheveux roses.


Saleté de hasard...


  • Ino.

  • Sakura.

  • Je t'écoute.

  • Je suis sensée te dire quelque chose ?

  • Oh, aujourd'hui, j'avais la vague impression qu'un je-ne-sais-quoi te brûlait la langue...

  • Je ne vois pas de quoi tu parles...

  • Comme tu veux.


La rose continua son chemin.


  • Ok ! Tu veux savoir ce qui me tracasse ?!

Sakura se stoppa.


  • Ce qui me tracasse, non, m'exaspère, c'est que notre leader, notre coéquipière, notre amie se permet de nous trahir sans aucun remord !


  • De quoi est ce que tu parles ?


  • Oh, ne fais pas semblant ! Je t'ai vu ! Avec lequel de ces foutus vampires as tu collaboré pour avoir le droit à une nouvelle garde robe et autant de nouveaux supers pouvoirs qui te rendent si puissante !


  • Ino. Qu'est ce que tu as vu exactement ?


  • Je t'ai vu...quand tu t'es battu contre ces vampires, dans la vieille villa. Tous ces corps... On aurait dit que tu prenait plaisir à les découper... Et ces ailes !


Sakura porta une main à son front et réfléchit le plus vite qu'elle put. Un soudain mal de tête la prit assez violemment. Il était inutile de mentir à présent. Quelque soit le mensonge qu'elle inventerait, la vérité resterait sans doute la version la moins difficile à digérer.


  • Écoute, Ino. Je vais tout te raconter. Ce que tu as vu...c'était la manifestation de mes pouvoirs de nécromancienne.


  • Tu te fous de moi, c'est ça ?


  • Non, je...c'est difficile à croire mais c'est la stricte vérité. Tsunade a préféré ne rien vous dire mais...


Elle soupira.


  • Ça te dit pas qu'on se trouve un banc et qu'on se pose pour que je puisse te raconter tout ça tranquillement ?


Ino hésita puis finit par acquiescer.

Miracle. Elles finirent pas dénicher un petit parc.

Sakura lui raconta tout ce dont elle se souvenait de la fameuse nuit, celle où elle avait perdu ses parents, autrement dit, pas grand chose. Puis comment elle avait découvert ses pouvoirs, le shinigami, la fusion...

Au mot shinigami, Ino demanda une preuve. Sakura accepta et murmura le nom de Nootan.


  • On m'a appelé ?


Ino resta tout d'abord bouche bée, puis éclata de rire.


  • Mais dis moi, dans le genre « j'apparais dès qu'on m'appelle » c'est encore mieux que le génie dans Aladin ! Enchantée, moi c'est Ino.


Nootan fut d'abord surpris puis serra la main qu'on lui tendait broyant au passage les phalanges de la blonde.


  • Ouuh, quelle poigne !


  • Excuse le, il n'est pas trop à l'aise avec les relations humaines

  • J'en connais une autre.


Elles se sourirent.


  • Merci Ino.


  • Hum ?


  • Merci de me croire, de continuer à me faire confiance, d'être là.


  • T'entendre dire cela, ça me fait un drôle d'effet. J'ai pas vraiment l'habitude des marques d'affection avec toi.


La rose se renfrogna.


  • Te fous pas de moi, c'est déjà bien assez difficile comme ça.


De nouveau, la blonde éclata de rire.


  • Ah ma p'tite Saku, tu m'étonneras toujours.


Elle lui frotta la tête. Sakura tenta de la repousser comme elle put.


  • Mais j'aimerai que tu me fasses une promesse.

  • Demande.

  • Ne racontes rien aux autres, je ne suis pas sure d'être prête pour ça...

  • Comme tu veux. Mais elle le découvriront bien à un moment. On se bat ensemble Sakura, on est une équipe.

  • Je préfère attendre un peu.


Ino lâcha l'affaire.


  • Oh faite, j'adore ton pendentif. Ça a un rapport avec une adhérence à une quelconque pouvoir occulte ?

  • Non, c'est juste un souvenir de ma mère.

  • Très joli.

  • Oui, et redoutable aussi.

  • ?


Elle dégaina la petite croix sous les yeux de son amie.


  • Elle appartenait à ta mère ?

  • Oui

    .

  • C'est... étrange. C'est une arme contre les humains, non ? Qu'est ce que ta mère faisait avec ça ?

  • Je n'en sais rien, je me suis posée la même question. Peut être qu'elle lui servait seulement quand elle avait affaire à un humain gênant.


  • Hum, peut être. Mais ta famille devait respecter le code des chasseurs, et tuer un humain, même coupable, va à l'encontre de toutes nos règles...


  • Oui. Je ne sais pas. Mais ça n'a plus vraiment d'importance à présent.


Le regard de la rose s'arrêta sur les aiguilles de la montre d'Ino, figées en un parfait ensemble sur le sept.


  • Oh, euh Ino, il faut que j'y aille. J'ai pratiquement une heure de retard.


  • Un rendez vous ? De ta part, ça tient du miracle.


  • Non, rien à voir, c'est Naruto.


  • Oh, alors si c'est Naruto...


  • Je file.


  • Profite bien de ton rencart !


La rose lança un dernier regard assassin à son amie avant de courir pour attraper le bus suivant.


Après quelques minutes de course, Sakura arrivait enfin devant la porte de son excité de service préféré. Elle frappa quelques coups secs à la porte.

Quelques secondes passèrent et la jeune chasseuse commença à s'impatienter.

Elle refrappa quelques coups.


  • Naruto ? Ohé ! T'es là ?


Elle essaya d'actionner la poignée et par chance, la porte était ouverte.


  • Je suis désolée ! J'ai pris un peu de retard !


Le petit salon était dans un état déplorable. Les canettes et les restes de pizza envahissaient la petite table basse et la télévision diffusait le match opposant quelconques équipes régionales. Les vêtements envahissaient la pièce, dégoulinaient des armoires, jonchaient au sol.

Quelqu'un avait sans doute essayer de lire un des livres qui stagnaient sur le parquet car la télécommande était posée en travers de la couverture, de manière à garder la page.

Sakura manqua de peu de s'effondrer en heurtant une masse en mouvement.

Un chat.

Naruto avait un chat ?


  • Naruto ? Je commence vraiment à m'inquiéter là.


Elle n'avait jamais pénétrer dans l'appartement de Naruto auparavant. Ce désordre était il habituel ou alors son ami avait subi une attaque ?


  • AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAhhhhhhh !!!!

  • Naruto!!!


Elle se précipita vers la première porte qu'elle vit. La cuisine selon toute vraisemblance.

Il était là. Au milieu de la pièce. Un couteau dans une main.

Une tomate dans l'autre.


  • Sakura-chan ! Désolée si je t'ai fais peur. Je me suis coupé. Héhéhé.


Il lui exposa son doigt ensanglanté.

Elle soupira.


  • Naruto... Tu es irrécupérable...


  • Heu...j'ai préparé le dîner ! Enfin, j'ai essayé.


La rose fit rapidement l'état des lieux. Épluchures de légumes accrochées un peu partout, entre autre dans les cheveux de Naruto, une dinde à moitié brûlée dans le four, et quelques boîtes de conserve abandonnées à terre.


  • Bon ! On était pas sensés aller restaurant ?

  • Oui ! Mais je me suis dit que ce serait plus personnel de faire ça à la maison.

  • Ah ! Quelle merveilleuse idée ! Sachant que tu es nul en cuisine, que je suis nulle en cuisine, que dirais tu de commander une pizza ?

  • Tu es sure ? Je pense que si on arrange un peu la dinde...

  • Où est ton téléphone ? Ah là !

  • Mais Saku...






Quelques minutes plus tard, devant la télévision, une bière à la main et une pizza sur les genoux...


  • Je suis vraiment désolée Sakura, cette soirée est un fiasco...

  • Mais non ! Pour tout t'avouer c'est la meilleure soirée que j'ai passé de toute ma vie.


  • Vraiment ? T'as pas dû en passer beaucoup alors...


  • Non, en effet.


  • Oh, désolé, j'ai encore mis les deux pieds dans le plat on dirait.


  • Ne t'inquiète pas, ça ne me fait pas grand chose de toute façon.


  • Tu n'es jamais sorti ? Avec les filles ?


  • Hum, je ne crois pas. Je ne suis pas vraiment sociable tu sais.


  • Et...avec un mec ?


  • Naruto, tu t'égares...


  • Désolé.


  • Est ce que j'ai une tête à perdre mon temps avec un mec ?


  • Bah...tu passes bien une soirée avec moi.


Elle arrêta sa pizza à deux centimètres de sa bouche.


  • C'est vrai. Tu as raison. Je dois être bourrée.


Comme en réponse à sa déduction, la rose empoigna sa canette de bière et la vida cul sec.


  • Quitte à faire une connerie, autant la faire jusqu'au bout, non ?


Elle s'approcha lentement de lui, l'obligeant à se coucher sur le canapé.


  • Saku-chan ? Je crois que tu es vraiment saoule...


  • Ose me dire que ça te dérange...


  • Mais..mmm...


Elle venait de le couper net d'une manière la plus simple qui soit. Elle lui avait sauté à la gorge et collé violemment ses lèvres aux siennes.


  • Mmmmm !!!


Naruto commença par se débattre mais ne résista pas longtemps à la langue de la rose qui demandait langoureusement le passage et à ses mains qui cherchait une ouverture à travers sa chemise.

Il abandonna le combat et glissa ses mains dans les cheveux de la rose.

Au moment où il parvenait enfin à enlever le haut de la rose celle-ci s'effondra littéralement sur lui, complètement endormie.

Le blond mit quelques secondes avant de réaliser ce qui venait de se produire.



  • Saku-chan. C'est pas très gentil de me faire ça maintenant... Saku-chan ?

    Tu tiens vraiment pas l'alcool toi...







Huit chapitres ? Déjà ? Ouais, je sais ça avance pas...

Quelques petites questions : trouvez vous que l'histoire avance trop lentement ? Désireriez vous des informations supplémentaires sur un quelconque événement raconté dans l'histoire que vous n'auriez pas compris ? (je répondrais à toutes les questions, sauf celles qui sont censées restées en suspense pour l'instant, évidemment) Avez d'autres suggestions, regrets à propos de l'histoire ?

Je le répète, j'ai la trame, mais il me manque la garniture. Si vous avez des préférences pour l'orientation de l'histoire, n'hésitez pas. Si ça me plaît et que ça concorde avec mes idées, j'écrirai ce que vous me proposerez.


Et excusez moi pour les fautes d'orthographe, j'ai perdue ma bêta lectrice, je ne la retrouve plus... J'ai relu et essayé l'auto correction, je ne suis pas certaine du résultat.


En avant pour les com's !!! ( Et un gros merci à Meo, Aranya, Nienna et Nazca qui me laissent d'énormes com's en réponse à mes vilains caprices... Merchiiiii !!!!!)







  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales