Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 13 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 21 novembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 203 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 131 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1730 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Stolen Flower Auteurs :
[Groupe: Hanabira_kuroi & Comatose]
Hanabira_kuroi & comatose
Vue: 5882
[Publiée le: 2008-04-22]    [Mise à Jour: 2008-06-18]
13+  Signaler Général/Romance/Action-Aventure Commentaires : 29
Description:
Un soir d'orage, alors que le souverain de konoha semble perdu en observant le ciel, quelque chose vient perturber sa tranquilité...

Il paraît qu'il est dangereux de cueillir une fleur quand on ne sait pas d'où elle vient...

Toutes les histoires ne sont pas forcément des contes de fées...

Un héros, une demoiselle en détresse et un vilain méchant...

Non, ce fameux soir, elle n’aurait droit à aucun réconfort. Des éclairs… Des coups de foudre… Elle n’aurait droit qu’à ce spectacle de rage et de colère que le ciel semblait vouloir déverser sur la Terre. Elle était là, immobile, fixant les cieux, telle la prisonnière qu’elle était, attendant que le héro de cette histoire vienne enfin la sauver…


Sasu/Saku


Hanabira_kuroi & Comatose
Crédits:
Les personnages ne sont pas à nous
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 5 : Promise

[3659 mots]
Publié le: 2008-06-18Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 5 : Promise

 

 

Cela faisait à présent un mois que Sakura et Sai étaient fiancés. Pour dire vrai, le but premier de Sasuke n'avait pas était d'espionner la jeune femme. Il avait seulement prit l'air pour se  détendre, il était seulement tombé sur la grange où se trouvait sakura et il avait simplement entendu la fleur prononcer les mots qu'il aurait préféré ne jamais avoir à entendre "  Marions-nous le plus tôt possible ".

 

Le souverain avait décidé de garder sakura comme domestique jusqu'à leur mariage, jusqu'à ce qu'il n'ait plus aucun pouvoir sur elle. Jusqu'à ce qu'il la perde totalement. Sai était parti mener une bataille, ayant promis le mariage à Sakura dès qu'il reviendrait.

La nouvelle avait déjà fait le tour du village. Jamais dans ce pays il n'avait été question de marier un noble décendant de la plus grande lignée de tout le royaume avec une simple "bâtarde". Lorsque Sakura descendait en ville, ce qui n'arrivait que très rarement, toutes les comères qui étaient sur place s'arrêtaient. Certaines d'entre elles la blâmaient ou la regardaient avec un air méprisant, d'autres, au contraire, l'enviaient. Mais la jeune femme se fichait royalement de l'avis des autres, elle avait toujours rêvé de s'unir à un chevalier et maintenant que c'était fait, elle était enfin heureuse. Enfin, c'est ce qu'elle croyait. Pourquoi ne ressentait-elle pas l'envie de le revoir plus tôt que prévu ? Pourquoi le désir qu'elle avait senti lors de leur première rencontre n'était plus présent ?

 

La personne qui fut la plus surprise par cette nouvelle fut sans aucun doute Naruto. Le jour où il l'avait appris, il s'en souviendrait comme si c'était hier. Ils étaient tout deux au bord de cette rivière. Elle l'avait perdu à cet instant. Elle l'avait déçu. Tellement déçu...

 

-----------------------------------------

 

Un bal se préparait en l'honneur de la réussite de la bataille qu'était parti mener Sai. Il  reviendrait rapidement maintenant, ce n'était qu'une question de minutes. Sasuke avait prit soin de l'éviter du mieux qu'il le pouvait, il avait peut-être joué avec elle, mais c'était dans l'intention de la conquérir. A présent, il n'avait plus le droit de la toucher. Pour ne pas céder à une quelquonque tentation, il l'ignorait, l'évitait. Et celà durait depuis plus d'un mois. A aucun moment la jeune femme ne s'en était plaint. Du coup, elle ne faisait que ranger sa chambre, la nettoyer, et apporter sa nouriture. Un mois qu'elle ne l'avait pas revu et qu'elle n'avait pas été confrontée à ses remarques blessantes, à son sourire moqueur.

 

Pour certains, cette union représentait l'espoir, pour d'autre, le néant. Hinata était enceinte. Son ventre commençait à s'arrondir. Naruto et elle même avaient déjà un petit garçon et une petite fille agés de cinq et six ans. Sa famille était la seule chose qui arrivait à rendre le sourire au jeune homme, qui n'en pouvait plus de voir le brun dans cet état. Le même état qu'avant qu'elle n'arrive. Lorsqu'il était encore plus froid et distant, lorsqu'il ne cessait de travailler, lorsqu'il se surmenait.

 

Dans quelques minutes, elle ne serait plus au service du roi, mais ferait partie de la cour. En quelques minutes, elle passerait de simple servante à noble. Elle serait sans aucun doute beaucoup plus respectée. Elle venait de finir d'installer quelques amuses-geule pour le bal. Il se déroulerait dans plusieurs jours, seulement le temps que les survivants se rétablissent ou se reposent. Comme chaque soir, elle apporta le repas du roi. A la différence que cette fois, il était là, en train d'écrire. Elle ne frappait plus depuis qu'elle savait que de toute façon, il n'était pas présent. Voilà pourquoi elle était restée planter en plein milieu de la pièce, semblant extrêmement surprise. Elle l'observait. Un mois qu'elle ne l'avait pas vu, elle ressentait une drôle de sensation. Pas de l'angoisse, ni même de la peur, plutôt du soulagement. Mais elle ne savait pas pourquoi ni comment c'était possible. Il avait l'air plus fatigué qu'à son habitude. Il était plus pâle et quand il releva la tête pour la fixer, il se contenta de soupirer et de dire d'une voix lasse :

 

- Tu ne frappes plus ?

 

- Ex... Excusez-moi, vous n'êtes pas là habituellement.

 

- C'est ma chambre, je te rapelle.

 

- Pardon, dit-elle simplement en baissant le regard.

 

Elle déposa rapidement le plateau sur une petite table en chène.

C'était un dialogue court et pourtant la tension était à son comble. Si ils s'étaient vu dans ces conditions, mais à la différence d'un mois, elle se serait sûrement énervée, ne se serait pas excusée. Lui aurait souri devant son insolence et aurait tenté une approche. Mais il n'y avait rien de cela. Elle se retourna, prête à partir. Elle ne savait pas pourquoi elle se sentait affectée par son comportement. Sans doute n'avait-elle jamais connu cette facette de sa personalité, celle que tout le monde connaissait avant qu'elle n'arrive.  Toujours plongé dans son écriture, il la coupa dans son élan. Voulait-il continuer de lui parler ou simplement être sûr ?

 

- Tu n'es plus à mon service maintenant...

 

Effectivement, même elle entendait le claquement des sabots de chevaux au loin. Il revenait donc après ce long mois d'absence. Elle se contenta d'aquieçier, se rappelant les paroles de Naruto lorsqu'il avait voulu faire d'elle la femme de Sasuke, lorsqu'il lui avait raconté son passé, lorsqu'il lui avait tout raconté.

 

- Je... Je sais tout... De votre passé.

 

Un nouvelle fois, elle avait baissé la tête alors que lui s'était figé. Naruto n'avait quand même pas osé faire ça ? Même si ça avait été le dernier recourt pour l'empêcher d'épouser Sai, jamais il n'aurait voulu qu'elle sache. Passait-il pour un faible ? Il vit alors qu'elle s'essuyait les yeux à l'aide de ses manches. Elle pleurait. C'était des larmes de compassion. Dieu seul savait à quel point il détestait ce genre de larmes. Il se releva, s'arrêta à son niveau, soupira puis mit ses mains sur ses épaules.

 

- Je n'ai pas besoin de ta pitié Sakura.

 

Il avait fermé les yeux, elle avait relevé la tête et souriait. Il avait raison, il s'en était sorti seul, alors pourquoi pleurait-elle ? Ca ne servait à rien et elle devait sans doute paraitre stupide. Les nuages gris avaient envahi le ciel et une pluie aussi puissante que celle de leur rencontre avait éclaté. Tapant contre les carreaux, brisant le silence de la pièce. Le jeune homme avait collé son front contre celui de la fleur qui le regardait avec incompréhenssion.

 

A ce moment, plus rien ne comptait. Il avait seulement envie de l'embrasser, de sentir son corps contre le sien, alors que le bruit des chevaux se faisait de plus en plus proche. Juste envie d'assouvir ne serait-ce qu'une infime partie du désir qu'il ressentait pour elle. Avant qu'il ne la perde pour de bon. Dire qu'il l'avait fuit durant tout un mois, tout ça pour  rien. Tous ça pour ressentir un désir et des sentiments encore plus importants qu'auparavant. Tans pis, dans quelques minutes, si ce n'est secondes, elle ne serait plus à ses ordres, mais à ceux de son cousin. Il ne pourrait alors plus jamais la toucher, sentir son parfum.

 

Leurs lèvres s’écartèrent dans un rythme commun tandis qu’ils semblaient aspirer mutuellement leur âme tourmentée. Ses doigts fins et masculins glissaient délicatement sur  ses joues légèrement rougies par l’envie et la gêne alors qu’il la faisait reculer vers le  lit. Cette envie de la goûter comme un fruit défendu puis de la dévorer par la suite lui  brûlait les entrailles. Puis au moment où il frôla voluptueusement sa bouche en bouton de  rose, son corps tout entier sembla s’embraser. La chaleur de leur deux corps s’unifia pour  ne faire plus qu’une. Leur regard, leur corps, leur désir, leur geste, absolument tout chez  eux était brûlant.

 

Même sur un bûcher, Sakura n’aurait jamais eu aussi chaud. Vint alors ce plaisir saisissant  qui s’empare de votre cœur et de vos poumons… Qui vous envoûte tant que même l’idée de vous  étouffer ne vous fait pas peur… S’entama alors par la suite une série de baisers des plus  tendres et bestiaux. La pièce semblait vibrer sous la tension que les deux amants venaient  de créer. Cette fleur si forte et délicate qui s’accrochait à sa toge à chacun de ses  murmures et se frottait contre lui à chaque fois que sa langue experte et masculine reprenait le dessus, semblait tenter de le faire succomber.

 

Son dos d’Apollon ondulait au rythme de la danse effrénée qu’effectuaient leurs lèvres. Ils  se dévoraient. Jamais ils n’avaient eu autant faim, autant soif… Une soif de désir qu’ils ne contrôlaient plus. Plus rien ne pouvait les arrêter. Il avait cette folle impression de la  posséder… De pouvoir réaliser ses rêves les plus fous avec cette charmante fleur de  cerisier… Son genoux vint se loger entre les jambes de la jeune femme tandis qu’il  descendait mordiller son cou aux charmes lubriques.

 

Etait-ce une illusion ? Ou peut-être un rêve ? Comment une pareille utopie pourrait-elle  être bel et bien réelle ? Peut importe. Ils étaient prêts à se donner l’un à l’autre, et  c’était tout ce qui comptait. Sa façon de rougir, ses gémissements étouffés, ses baisers  ardents, ses lèvres suppliantes, son regard désirant… Dieu lui même n’aurait pas su  résister…

 

Ils se séparèrent brusquement lorsque des coups retentirent contre la porte. La personne  ouvrit. Devant eux se tenait Sai trempé jusqu'aux os, il semblait extrêmement fatigué. Il  était sale, mais Sakura fut attendrit par le sourie qu'il lui fesait.

 

- Tu peux jeter cette tenue, ma femme ! fit-il joyeusement.

 

Elle se retourna vers Sasuke, à qui elle adressa un simple sourire. Il ne répondit pas. Elle  passa devant Sai et lui prit la main avant de le mener alors jusqu'à leur chambre où ils  pourraient enfin se laver et s'endormir.  

 

 

__________________________________

 

 

Elle s'avançait, suivant le chemin que traçait le long et angoissant tapis rouge sous ses  pieds. Le silence était complet. Les personnes présentes dans l'église ne regardaient  qu'elle, uniquement elle. Aujourd'hui, juste le temps d'une journée, elle serait le centre  du monde. Le centre de son monde, à lui. Elle étouffait dans sa longue robe blanche, et  l'envie de l'arracher et de la jeter à terre pour retrouver sa liberté lui avait déjà  traversé l'esprit à de nombreuses reprises, depuis qu'elle l'avait enfilée. Sous son pauvre  et fin voile, blanc lui aussi, le monde était flou. Elle pouvait les observer, soit de manière étrange et peu commune, tandis qu'eux, ne pouvaient pas voir si elle était au comble  du bonheur ou complètement insensible à ce moment décrit si souvent comme "Le plus beau".

 

Parce qu'en effet, cela ne lui faisait ni chaud, ni froid. Derrière ce voile, elle était à  l'abri des regards. Elle pouvait être ce qu'elle était vraiment. Elle pouvait montrer ses véritables sentiments. Mais une fois qu'elle serait enfin arrivée à destination, près de l'ôtel où l'attendaient tout ce monde, dont le prêtre et son futur époux, une fois qu'elle devrait lever cet affreux voile, elle serait obligée d'afficher ce faux sourire. Ce faux  bonheur...

 

A seulement quelques mètres de cette petite, mais néanmoins très importante, partie de  l'assemblée, son regard émeraude se posa sur un des témoins. Le plus convoité, le plus  attrayant... Le plus proche de l'homme qui devra dans quelques minutes faire la promesse solenelle de partager sa vie pour l'éternité. L'éternité... Qu'était-elle vraiment pour que  le monde la craigne et la chérisse autant ? Ne devrait-elle pas plutôt la passer avec cet  homme séduisant qui l'ignorait complètement depuis le début de la cérémonie ? Ne  devrait-elle pas dire non à tout immédiatement, et courir dans ses bras à lui... A celui  qu'elle détestait... Qu'elle haïssait... Qu'elle... Aimait.

 

Elle l'observait sans que personne ne le sache, même pas lui. Il l'ignorait totalement, son  regard était vide et perdu vers un des innombrables sierges présents dans l'église. Elle constata qu'il avait revêtu sa plus belle tenue pour l'occasion. Il ne faisait qu'augmenter  encore plus son désir. Que devait-elle faire ? Tendre la main à un homme qui lui assurerait  la sécurité, mais pas les sentiments, puis finir par se faire passer la bague au doigt ? Ou  violer cet autre individu, présent aux côtés de son fiancé ? Ce n'était pas l'envie qui l'en  empêcherait en tout cas...

 

Elle voulait profiter, profiter au maximum du temps qu'il lui restait pour le contempler sous tous les angles. Pour l'adorer de ses magnifiques yeux verts pendant de nombreuses secondes. Le tapis et la distance entre eux se raccourcissaient à vue d'oeil. C'était cela, sa seule et unique crainte... Arriver à destination sans jamais pouvoir reculer. Elle se cachait derrière son voile qui lui donnait des airs "purs" qu'elle ne pensait pas mériter. Là, comme un enfant caché derrière une porte du fouet de ses parents, elle se sentait  protéger. Mais elle savait qu'elle n'était imunisée de son destin que pour quelques minutes.

 

Puis, vint le tour du pas final. Elle y était, et comme d'habitude, elle faisait face. Face à ses erreurs. Parce qu'elle n'avait pas fini d'en faire... C'était sans aucun doute la seule chose qu'elle savait avec certitude à cet instant précis. Elle l'observait toujours... Il était si beau, si attirant, si arrogant... Il avait baissé la tête, sans doute pour ne pas prendre le risque de croiser son regard. Il la fuyait. Ils s'étaient fuis tellement de temps. Jusque la veille de ce fameux jour... Jusqu'à ce fameux baiser où ils avaient tous deux perdu leur âme à tout jamais. Le prêtre continuait à parler. Elle n'entendait rien, juste un brouhaha qui s'élevait autour d'elle. La jeune fleur de cerisier n'avait qu'un dernier voeux avant de se jeter à l'eau : profiter une dernière fois de ses envoûtantes iris onyx.

 

Pourtant, il l'avait humilié. Pourtant, il s'était moqué d'elle. Il lui avait fait subir la pire souffrance qui puisse exister : une souffrance morale trop pesante pour qu'elle en sorte indemne. Et pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de l'admirer avec ses yeux... De le chérir avec son âme... De l'aimer avec son coeur... De le haïr avec son esprit... De le graver dans sa mémoire à l'aide de tout son corps. Elle voulait se souvenir de chaque détail, de chaque nouvelle sensation qu'il lui avait fait découvrir. De ces frissons qui parcouraient son échine lorsqu'il parcourait son dos de ses doigts fins... De ces murmures sensuels qu'il glissait si souvent au creux de son oreille... De ses regards hautains et arrogants... De son air supérieur qu'elle méprisait plus que tout... De son attitude de taciturne qui n'en faisait qu'à sa tête... De tout.

 

Elle le voulait lui, tout entier, occupant et monopolisant entièrement ses pensées et ses souvenirs. Cet être immonde qui l'avait fait pleuré... Il mériterait qu'elle l'immole, mais au lieu de ça, la vie en avait décidé tout autrement, elle devait l'aimer. Elle devait être celle qui souffrirait pour toutes les autres. Il fallait qu'elle saisisse sa chance, sa dernière chance d'accomplir son tout dernier voeux. Elle passa brusquement le bouquet présent entre ses mains à l'homme à ses côtés, cet homme sensé partager sa vie. Puis elle fit un pas pour se retrouver face à l'objet de ses convoitises.

 

Sakura plaça son index sous le menton du jeune homme et lui releva délicatement la tête tout en soulevant lentement son voile pour se dévoiler enfin, à lui et à lui seul. Le visage du ténébreux se raidit soudainement, alors que ses yeux s'illuminaient de manière enfantine. Elle était magnifique oui, comme n'importe quelle mariée à son mariage. Mais ce qu'il trouvait de beau, ce n'était ni sa robe, ni sa coiffure, ni même ce corps parfait aux formes voluptueusement soulignées. C'était tout simplement ce regard de regret qui semblait lui demander « pardon », et cette larme qui venait tracer les courbes angéliques de son visage au teint laiteux. Elle lui dédiait cette perle cristalline qu'il serait le seul à pouvoir apercevoir...

 

- Regarde-moi, supplia t-elle d'une voix tremblante et à peine audible.

 

Il lui obéit sans une quelconque objection. Pourquoi lui infligeait-elle cela à un moment déjà beaucoup trop difficile à supporter ? Que faisait-il là, face à toute cette foule, à jouer les témoins d'un moment unique qu'il avait toujours souhaité empêcher ?

 

Il aurait pu l'embrasser avec la même fougue que la veille, peut-être même plus encore. Il aurait pu réveillé cette boule de feu ardente présente dans son bas ventre. Il aurait pu la coller contre ce stupide ôtel et la violer jusqu'au bout de la nuit, pendant de longues et délicieuses heures.

 

« Il aurait pu... »

 

Mais il le pouvait pas. Le monde était là pour l'empêcher d'arriver à ses fins. L'empêcher de combler ses désirs et ses rêves les plus fous. Il contemplait avec envie et convoitise ce regard émeraude qui lui hurlait de la prendre par la main et de s'enfuir avec elle, loin d'eux, loin de tout ça.

 

Non.

 

« Il ne pouvait pas... »

 

De son côté, elle avait cette étrange impression d'impuissance. Devant elle, un enfant triste et tourmenté, attendant que la douce main de sa mère ne vienne caresser tendrement son visage pâle. La rose voulait lui faire l'amour, à lui, ce jeune monstre, pour lui montrer enfin à quel point il était chéri sur cette Terre de barbares.

 

Toutes les personnes présentes retenaient à présent leur souffle. Le geste déplacé de la jeune femme avait choqué tous les invités. Enfin "invité" n'était pas vraiment le mot puisqu'elle ne connaissait pas la moitié des personnes présentes. Elle se laissa une dernière fois rêver à l'aide de ses yeux. Elle lui sourit avec douceur avant de remettre son voile.

 

- Au revoir Sasuke...

 

Elle l'avait murmuré, mais il l'avait entendu et fut surprit par l'absence du suffixe "Sama". Elle se remit face à l'homme qui allait faire parti son quotidien. Celui qu'elle devrait chérir et aimer, celui à qui elle offrirait une décendance. Il la regarda avec incompréhenssion, elle s'excusa simplement. Personne ne connaissait la relation entre le souverain et la jeune fleur de cerisier. Personne ne devait savoir, personne ne le saurait jamais. La cérémonie reprit, il n'y avait plus aucun son, pas même le son d'un mouvement ou d'un vêtement que l'on froisse. C'était un silence lourd et glacial, chacun attendant la suite des événements. Le prêtre reprit, toujours avec la même lecture monotone et assomante. Arriva alors le moment qu'elle redoutait le plus, l'objet qui prouverait qu'elle n'est plus libre, qu'elle lui appartenait. Deux anneaux en argent étaient disposés sur un coussin en velour, apporté par une petite fille qui avait un sourire jusqu'aux oreilles.

 

La voix du prêtre s'éleva un peu plus après avoir fini son discours. Puis vint les mots tant redoutés.

 

- Sir Sai Uchiha, voulez-vous prendre Sakura Haruno, simple paysanne, pour épouse ? En faisant ceci, vous promettez devant dieux de la chérir et de l'aimer, jusqu'à ce que la mort vous sépare.

 

- Je le veux.

 

Il se tourna vers la jeune femme qui sentait les battements de son coeur s'accélèrer au fur et à messure que le prêtre prononçait sa phrase.

 

- Haruno Sakura, voulez-vous prendre Uchiha Sai, preux chevalier, comme époux ? En faisant ceci, vous promettez de le chérir et de l'aimer, jusqu'à ce que la mort vous sépare.

 

Il y eut des secondes puis des minutes. Un silence interminable où tout le monde attendait de connaître sa réponse, où lui espérait encore un refus.

 

- Je le veux.

 

Sa voix avait tremblé. Il y eut des soupirs de soulagement. Certain se laissèrent même tomber contre le banc. Et lui ? Il n'avait rien fait, il s'était contenté de regarder. Il la détestait d'avoir accepté. Il se détestait de ne pas avoir réussi à la garder.

 

Sai prit délicatement la main de la jeune femme où il fit glissé l'anneau, elle en fit de même.

 

- Vous pouvez embrassé la mariée.

 

Il souleva le voile. Elle serait à découvert. Ils verraient son regard vide, ses yeux mouillés, mais elle avait fait son choix, elle devait assumer. Il s'approcha d'elle. En voyant sont état, il lui glissa un " Ne tinquiète pas " avant de capturer ses lèvres. Contrairement aux baisers de Sasuke, elle ne ressentait rien, jute une pression mais pas de désir, ni d'envie. Elle se détacha de lui, le regard baissé. Elle était gênée et dégoûtée à la fois. Elle lui fit tout de même un faux sourire qu'il lui rendit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales