Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 14 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 21 novembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 204 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 131 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1733 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Stolen Flower Auteurs :
[Groupe: Hanabira_kuroi & Comatose]
Hanabira_kuroi & comatose
Vue: 5883
[Publiée le: 2008-04-22]    [Mise à Jour: 2008-06-18]
13+  Signaler Général/Romance/Action-Aventure Commentaires : 29
Description:
Un soir d'orage, alors que le souverain de konoha semble perdu en observant le ciel, quelque chose vient perturber sa tranquilité...

Il paraît qu'il est dangereux de cueillir une fleur quand on ne sait pas d'où elle vient...

Toutes les histoires ne sont pas forcément des contes de fées...

Un héros, une demoiselle en détresse et un vilain méchant...

Non, ce fameux soir, elle n’aurait droit à aucun réconfort. Des éclairs… Des coups de foudre… Elle n’aurait droit qu’à ce spectacle de rage et de colère que le ciel semblait vouloir déverser sur la Terre. Elle était là, immobile, fixant les cieux, telle la prisonnière qu’elle était, attendant que le héro de cette histoire vienne enfin la sauver…


Sasu/Saku


Hanabira_kuroi & Comatose
Crédits:
Les personnages ne sont pas à nous
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 4 : Oui pour un, non pour l’autre

[4197 mots]
Publié le: 2008-05-13Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 4 : Oui pour un, non pour l’autre

 

Elle venait de finir d’étendre le linge. En effet, depuis ce matin, elle travaillait sans relâche. Le surmenage l’empêchait de penser à ses problèmes. Du moins, jusqu’à ce que ceux-ci viennent à elle…

 

- Sakura, murmura tristement une voix qu’elle connaissait bien désormais.

 

- J’ai pas le temps Karin, j’ai du boulot ! Répondit la rose d’un ton indifférent.

 

Elle passa aux côtés de la rousse sans se soucier de sa présence.

 

- Tu m’en veux ? Demanda cette dernière, visiblement peinée par la situation.

 

Aucune réponse. La fleur tenait son panier en osier entre sa hanche et son bras et se baladait avec dans toute la pièce.

 

- Sakura… Tu travailles tellement depuis ce matin que même les cuisiniers n’ont plus rien à faire ! La cuisine c’est pas ton boulot normalement ! C’est à peine si tu n’as pas arrosé toutes les fleurs du jardin du château !

 

- Je ne vois pas où est le mal dans le fait d’arroser des fleurs, lança t-elle d’un ton sarcastique.

 

- Des fleurs d’un jardin qui fait presque la taille de la superficie du château ? Interrogea Karin avec le même ton, arquant un sourcil et croisant les bras au passage.

 

- Je bosse Karin. Pour une fois que quelqu’un fait bien son travail ici, je ne vois pas qui viendrait s’en plaindre.

 

- C’est pas du boulot mais du surmenage ! Insista la jeune femme en arrachant son panier vide à Sakura avant de le jeter à l’autre bout de la pièce. Te fatiguer n’arrangera rien tu sais !

 

- Mais arranger quoi Karin ?! Il n’y a rien à arranger ! Tout est parfait !

 

- C’est pour cela qu’en nous voyant Sasuke-San et moi, tu t’es enfuis comme une voleuse ? Questionna la rousse, peu convaincue par les paroles de la jeune fille à chevelure rose.

 

- Évidemment que je suis parti ! Tu voulais que je fasse quoi ? Que je reste ?! Qu’on fasse une partie à trois ?!! S’énerva la fleur de cerisier.

 

- Tu sais très bien de quoi je veux parler… Cesse de faire l’enfant !

 

- C’est plutôt toi l’enfant Karin ! A te laisser manipuler ainsi comme une ignorante…

 

- Je…

 

- Assez ! La stoppa durement Sakura en plaçant sa main face à son visage. J’ai encore du pain sur la planche, finit-elle en montant les escaliers pour sortir de la cave, laissant Karin seule au beau milieu de cette pièce dénuée de luxe.

 

En effet, elle avait du pain sur la planche ! Elle devait monter récupérer son collier, et si le fameux tyran était toujours dans sa chambre, ce moment risquait d’être mouvementé. Une fois arrivée face à la porte de la chambre du souverain, la rose ne prit même pas la peine de frapper et entra discrètement, sans faire le moindre bruit. Elle fouilla dans les draps, les armoires et les tiroirs, mais en vain ,elle ne trouva rien. Alors qu’elle scrutait du regard l’énième et dernier tiroir qu’elle avait ouvert, un mauvais pressentiment l’assaillit.

 

- Tu cherches quelque chose ? Interrogea subitement une voix amusée.

 

Sakura sursauta au point qu’elle faillit en tomber. Elle se rattrapa au meuble derrière elle tandis qu’elle se retournait pour faire face à son prétentieux de roi.

 

- Je veux mon collier et je le veux maintenant ! Déclara t-elle furieusement.

 

- Tu parles de ça ? Questionna l’Uchiwa en sortant le bout du fameux collier accroché autour de son cou du haut de sa tunique.

 

La fleur émit un grognement et adressa un regard noir au ténébreux.

 

- Enlevez-ça tout de suite ! Et donnez-le moi !

 

- Viens donc le chercher, la nargua t-il d’un air sadique.

 

Alors qu’elle s’apprêtait à lui sauter au cou, elle se retrouva collée au torse du taciturne, ce dernier arborant un sourire fastidieux.

 

- Dis-moi chère Sakura, sais-tu danser ? Lui demanda t-il en emprisonnant une de ses mains dans la sienne et en enlaçant sa taille avec force à l’aide de son autre bras.

 

Il n’allait tout de même pas oser ? Tourner un règlement de compte en cours de danse ?! Pas de doute, ce type était bel et bien fou. Alors qu’il commençait à la faire gesticuler, sa colère ne fit qu’amplifier. Il la manipulait encore ! Sa puissance la forçait à suivre le rythme des pas du souverain qui ne cessait de la fixer, cet air victorieux collé au visage.

 

- Je ne suis pas là pour ça !! Hurla t-elle.

 

- Sai ne t’a donc fait part de rien ces derniers jours ? Murmura t-il tendrement dans l’oreille de la rose en la serrant doucement dans ses bras et en déposant sa tête au creux de son cou.

 

Ce geste n’était donc qu’une manie chez eux ?! Et sa question… Cela voulait dire que son cousin lui avait déjà fait part de ses intentions.

 

- Il m’a demandé en mariage.

 

- Que lui as-tu répondu ?

 

- Non.

 

L’Uchiwa s’écarta pour la fixer d’un regard qu’elle ne lui connaissait pas.

 

- Mais j’ai changé d’avis, continua t-elle durement en fronçant brusquement les sourcils.

 

Le ténébreux en fit de même et la poussa brutalement sur le lit derrière eux. Il se plaça au-dessus d’elle et retint ses poignets afin qu’elle ne puisse pas s’enfuir.

 

- Lâchez-moi ! Ou j’appelle la garde !!!

 

Le jeune roi ne put réprimer un rire ironique.

 

- Mais enfin ma chère Sakura, je suis le roi ! Je peux faire ce que je désire de toi. Je pourrais même te violer sur ce lit, les gardes ne pourraient rien y faire.

 

- Monstre ! Vous préféreriez que je me laisse faire !

 

- Oh non ! Je préfère quand tu es colère. C’est beaucoup plus excitant. Tu en mordrais presque tu sais…

 

- Je vais vous arracher les tripes et vous pendre avec ! Répondit-elle , au summum de l’énervement.

 

- Assez, dit-il doucement en plaçant son index sur la bouche fraîche de la fleur pour qu’elle se taise. Tu m’ennuies.

 

- Je veux mon collier !!

 

- Très bien, souffla t-il d’un air las. Prend-le, lui dit-il en libérant soudainement ses poignets.

 

- Arg, gémit Sakura dans une grimace de douleur.

 

Sasuke put enfin apercevoir clairement son poignet endolori. Il avait serré trop fort et même à travers la bande, on pouvait voir l’hémorragie reprendre.

 

- C’était donc toi le miroir du couloir…

 

Le souverain s’approchait d’elle mais il fut retenu par la main de la jeune fille qui vint se placer sur la partie de son torse encore visible. Qu’allait-elle faire ? Elle remonta doucement sa main tout en caressant la peau du taciturne jusqu’à arriver à son collier qu’elle lui arracha du cou avant de s’en emparer. Alors ce n’était que pour ça… Lui qui avait espéré avoir réveiller des côtés cachés de la fleur.

 

Oui il l’avouait, intérieurement bien sûr, une Sakura chaude comme la braise allongée de cette manière sur son lit était sans doute son fantasme le plus fou. C’était sans doute la chose à laquelle il rêvait le plus depuis qu’elle était arrivée ici… Même lorsqu’il faisait l’amour à d’autres femmes…

 

Perdu dans ses pensées et dans ses désirs refoulés, le beau brun n’avait pas encore remarqué qu’elle venait de passer ses jambes autour de sa taille pour renverser violement la situation. Voulait-elle le rendre fou ?

 

- Tout ça, commença t-il en caressant son poignet, c’est à cause de ce que tu as vu ce matin ? Finit-il en arrivant au niveau de sa joue rosée qu’il caressa tendrement.

 

- Je ne ressens rien pour vous ! Ce que j’ai vu ne m’a affecté en rien ! Répondit-elle sèchement en écartant brutalement sa main, trop baladeuse à son goût.

 

- Tu devrais te soigner.

 

- Je vous méprise ! Lança t-elle d’un air haineux alors que son visage s’était penché à quelques millimètres de celui du tyran.

 

Elle se releva et sortit en claquant la porte, laissant Sasuke seul, toujours allongé sur le lit. Elle avait encore été à deux doigts de le laisser prendre le contrôle de la situation. Quant à lui, il n’avait pas arrêté de fixer la fameuse marque qu’il lui avait laissé. Elle commençait déjà à disparaître peu à peu. Si seulement elle connaissait l’envie qui lui avait pris de retracer cette marque si parfaite le long de sa nuque.

 

Peut-être avait-elle parlé avec Karin ? Il espérait qu’elles n’aient pas discuter de la nuit qu’il avait passé avec la servante. C’était un Uchiwa, et il n’arriverait jamais à admettre le fait qu’une femme l’obsède autant, au point qu’il en crie son nom tout au long de la nuit, alors qu’il est en compagnie d’une autre femme. Non, jamais un souverain, un homme aussi puissant que lui ne pourrait avouer ce genre de chose.

 

 

----------------------

 

 

La jeune femme s'essuya le front à l'aide de son bras. Elle était exténuée, c'était beaucoup trop d'émotion en une journée. Très peu de personnes travaillaient encore. La nuit était tombée et elle venait de finir d'essuyer la vaisselle qui ne faisait pas partie de ses tâches ménagères habituelles. Elle avait tellement insisté pour le faire, que la personne chargée de cette tâche avait finalement accepté.

 

 

Ce soir là, il faisait vraiment doux. Rien à voir avec la fraîcheur des soirées précédentes. Elle décida de prendre l'air pour se changer les idées. Elle longea un chemin entouré de rosiers de différentes couleurs. Elle sentait une légère brise lui caresser la nuque et le visage, lui procurant une sensation de bien être incroyable. Elle continua à marcher jusqu'à arriver devant le lac qu'elle aimait temps. La lune se reflétait sur l'eau qui ondulait gracieusement. Elle avait rarement vu un spectacle pareil. Cette endroit, elle l'aimait plus que tout à présent. Si elle y venait, c’était sans doute pour oublier tout ce qui avait changé dans sa vie depuis ces derniers jours. Pour s’évader quelques minutes de la vie du château, pour ne plus pensait à lui... Lui qu'elle méprisait tant.

 

Cela faisait à présent quelques minutes qu'elle contemplait le paysage, cherchant des réponses à ses questions. Elle sortit le fameux collier de sa poche. Enfin, elle l'avait récupéré. Son collier… Son seul lien avec sa véritable famille. Elle le regarda, puis son visage qui était si serin à cet instant devint dur en l'espace de quelques secondes. Le diamant qui ornait normalement le collier n'était pas un saphir, mais une émeraude ! La même couleur que ses yeux. Elle ne se trompait pas, elle en était certaine. Alors comme ça, elle s'était fait à nouveau avoir ! Cela ne s'arrêterait donc jamais ! Prise d'une colère inimaginable, elle balança le faux collier avec force. Il tomba dans le lac, coulant lentement et brisant le peu de vagues qu’il y avait pour former des ondes.

 

Elle sentit l'eau salée s'écouler de ses yeux. Mais ce n'était pas par tristesse. Sa rage était telle qu'elle n'avait pu retenir ses larmes. Il l'avait tellement énervé lors de leur entrevue qu'elle n'avait même pas fait attention au collier qu'elle lui avait arraché. Elle se doutait qu'il avait sûrement sourit de cette manière qu'elle détestait temps… Le sourire qu'il utilisait tout le temps pour lui montrer qu'elle était inférieure. Elle serra les poings tellement fort à cette pensée que le bandage que lui avait fait Sai se remplissait de sang. Ses blessures encore trop fragiles s'étaient réouvertes facilement… Trop facilement. Elle laissa échapper un léger cri de douleur qui ne se fit entendre de personne. Enfin, peut être pas...

 

- Qu'est ce qui t'arrive ?

 

La jeune femme se retourna vivement et parut surprise. Elle avait reconnu la voix douce de l'homme qu'elle n'avait vu qu'une fois. Il avait les mains dans les poches et souriait. Il s'assit près d'elle.

 

- Naruto... Excusez-moi ! Je voulais dire M.Uzumaki ! Rectifia t-elle rouge de honte.

 

- Pour toi, ce serra Naruto, sourit-il.

 

Il était encore plus beau que lors de leur première rencontre. La lune qui éclairait son visage ne faisait qu'accentuer son côté angélique. Il prit alors un air plus grave qu'elle ne lui connaissait pas encore.

 

- Pourquoi pleurais-tu comme ça ? Demanda t-il calmement.

 

Elle baissa le regard. Elle avait vraiment besoin de se confier alors maintenant qu'elle le pouvait, elle n'allait pas s'en priver. De plus, quelque chose chez cet homme la réconfortait. Il l'avait calmé rien qu'avec le son de sa voix. Il ne devait pas être humain.

 

- Sasuke-San m’a volé quelque chose de très précieux pour moi...

 

- Le fameux collier ?

 

Comment savait-il ?! Etaient-ils tous deux si proche pour se dire vraiment tout ?

 

- N'es pas l'air si surprise ! Fit-il tout en essuyant une des larmes qui menaçait de couler sur els joues de la rose.

 

- Je le déteste tellement si tu savais… Etre à ses ordres devient plus insupportable de jour en jour.

 

- Il n'est pas très sociable et l'on ne peut pas dire qu'il soit très ouvert... mais il a un côté que presque personne ne lui connaît, qu'il est d'ailleurs rare de trouver chez un roi.

 

Elle l'écoutait attentivement, il avait réussi à capter toute son attention alors qu’il regardait vers la lune.

 

- C'est l'amour qu'il porte pour son peuple. Il n'en a pas l'air mais au fond, il serait prêt à mourir pour lui. Après la mort de ses parents, nous n'avions que huit ans. Son frère a pris le pouvoir. Lui n'était âgé que de treize ans. Un simple enfant doté d'une cruauté et d'une méchanceté égalable. Il créa sa propre constitution qui ne comportait qu'une seule phrase. " Le roi possède tous les pouvoirs, contrôle tous et tout le peuple, toutes personne s'opposant à cette constitution serra tuer dans d'atroces souffrances".

 

 

Flash-back :

 

- Le conseil refuse la nouvelle constitution, déclarée trop abusive et sans aucun intérêt. Nous considérons qu'un enfant de treize ans ne peut se rendre compte des dangers que procure cette loi.

 

L'enfant qui était assis sur un siège en bronze au centre de la pièce, regardait la scène avec désintérêt. Alors comme ça, tout le conseil s'était déplacé pour lui annoncer que la nouvelle constitution, SA constitution, avait été refusé. Son coude sur l'accoudoir, il appuya sa tête au creux de sa main. Le regard las, il annonça :

 

- Très bien... Vous allez donc mourir. Je veux que l'on vous arrache les membres un par un. Puis si vous êtes encore en vie, je vous ferai arracher les yeux, puis couper la langue.

 

Son regard avait totalement changé. Une lueur de folie apparut sur son visage, ainsi qu'un sourire des plus carnassiers. Ca ne pouvait pas être un enfant. C’était un monstre… Un horrible monstre.

 

Tous les membres du conseil avaient pris peur et l'inquiétude s'était emparée d'eux. La sueur coulait le long de leur visage alors que des gardes, prêts à tout pour être en vie, attrapaient violement les personnes désignées par le souverain.

 

- Vous pouvez commencer ! Se délecta t-il

 

Ils avaient l'habitude de pratiquer ces sortes de torture à présent. A chaque fois, leur estomac se retournait face aux cris des victimes qui les suppliaient. Mais comment pouvait-on leur en vouloir ? Eux qui ne demandait rien… Etre en vie était tout ce qui leur importait. Subvenir au besoin de leur famille, vivre normalement, tout cela était primordiale. Alors ils exécutaient les ordres, n'ayant plus la force de protester.

 

Un cri déchira la pièce. Le roi laissa échapper à nouveau un rire des plus féroces, alors que l'une des personnes venait de se faire trancher le bras droit. Les larmes ne s'arrêtaient plus, tout comme le sang. Et bientôt, la pièce ne fut remplie que de cris stridents, d'implorations, et les murs furent rapidement recouverts de sang.

 

- Les femmes sont moins tenace ! Remarqua le roi avec amusement.

 

Un garçon fit son apparition, l'air endormi. Il se frotta les yeux, une peluche en main. Un cadeau de sa mère… Le dernier cadeau de sa mère d'ailleurs. Il ressemblait étrangement à son frère. Même cheveux ébène, même regard… Aussi sombre, à l'exception que le regard de l'un était empli de cruauté et de malfaisance et que celui de l'autre n’était habité que d'innocence et de pureté. Le petit garçon regarda en direction du roi puis suivit le regard de ce dernier. Il resta figé. Ses bras tombèrent le long de son corps, sa peluche percuta le sol. Il n'arrivait même pas à pleurer tellement la scène l'avait choqué. C'était une vrai boucherie. Quelque chose vint percuter le mur à quelques millimètres de lui. Il se retourna lentement, les yeux écarquillés, le corps tremblant. Un oeil se trouvait à ses pieds. Il hurla. Le visage de son frère devint dur. Qui avait osé le déranger dans un moment si agréable ? Le coupage de langue n'arrivait pas souvent. Ils mouraient avant la plupart du temps, alors qui osait troubler sa sérénité ? Dès qu'il aperçut le garçon, il sourit.

 

- Vois-tu petit frère, ils ne m’ont pas obéit... Le pouvoir réside dans la capacité à se faire obéir. Si seulement ils m'avaient prit un peu plus au sérieux… C'est comme pour papa et maman. Eux non plus ne voulaient pas m'écouter. Ils ne voulaient pas me laisser le pouvoir... Alors je n'ai pas eu le choix… Mais maintenant, j'ai le pouvoir… Le pouvoir absolu !

 

Le garçon ne pouvait détacher ses yeux de l’affreuse scène. Les paroles de son frère tournaient dans sa tête. C’était donc lui l'assassin de ses parents… Les larmes finirent par couler, mais il ne pouvait toujours pas bouger. Il était figé et son corps ne répondait plus. Il n'entendait à présent que le rire sadique et cruel de son aîné qui ne cessait de s'amuser. Pourquoi personne ne le tuait ? Pourquoi restait-il en vie, lui, le monstre sanguinaire et sans âme ?

 

 

Fin du flash back :

 

- Voilà, tu sais tout...

 

Sakura restait sans voix. Quelle personne pouvait être aussi odieuse pour oser faire ça ? Et dire qu’elle avait aussi huit ans à cette époque… C'était donc cette personne méprisable qui contrôlait le royaume ! Elle était très troublée.

 

- Co... Comment Sasuke-San a prit la tête du royaume ?

 

Il lui sourit en voyant l'air choqué de la jeune femme.

 

-  Le lendemain Sasuke avait assassiné son frère. D'ailleurs, je me souviens l'avoir vu couvert de sang. Il s’est approché de moi et ma dit " j'ai fait quelques chose de mal Naruto, de très mal". Il m'a dit ensuite qu'il avait tué son frère lorsqu'il dormait. Sasuke était la seule personne dont son frère ne se méfiait pas. Au départ, Sasuke n'était pas censé devenir roi, les personnes avaient pris peur de la lignée Uchiwa. Alors ce fut un de ses oncles qui prit d'abord le pouvoir, réinstaurant la paix. Puis lorsqu'il eut 16 ans, son oncle mourut d'une maladie inconnue, et il prit le pouvoir. Il voulait rétablir l'honneur de sa lignée, et il a réussit.

 

- Son enfance a dû être terrible…

 

- En effet. Tu sais Sakura… Un roi a besoin d’une femme. Un royaume n’en est pas vraiment un sans une reine.

 

- En quoi cela me concerne t-il ?

 

- Je pense que tu es la seule que Sasuke accepterait d’épouser.

 

La jeune fleur ne put réprimer un rire nerveux et moqueur.

 

- Pour qu’il me trompe, qu’il m’ignore et qu’il me fasse souffrir chaque jour de ma pauvre vie ?! Non merci ! Je m’en passerai bien !

 

- Tu ne comprends pas…

 

- Non Naruto, c’est toi qui ne comprends pas. Je préfère encore être son esclave que sa femme. Et puis l’idée d’épouser une domestique ne lui viendrait jamais en tête. C’est un Uchiwa, il ne changera jamais. Il me l’a prouvé ce matin. Les espoirs, c’est terminé. Il faudrait peut-être que vous appreniez à voir la réalité en face ici. C’est vrai ! On dirait que vous vivez dans un conte de fée en permanence !

 

- Sakura… Tu as une raison pour dire tout ça ?

 

- Sai m’a demandé en mariage.

 

La bouche du blond s’ouvrit lentement, sans doute par surprise.

 

- Et je vais dire oui, finit la jolie fleur.

 

_____________________

 

 

On l’aurait cru vide. Oui… La voir ainsi… Avec ce regard sans émotion et cette manière presque mécanique de brosser sa longue chevelure. Mais que faisait-elle dans une grange à une heure pareille ? Et lui… Que faisait-il là, à l’observer comme un amoureux transi qui épierait tous les gestes de la femme qu’il aime. Mais lui ne l’aimait pas ! Alors qu’est ce que signifiait tout cela ?

 

Et elle ? Elle était là, à attendre bêtement de pouvoir enfin changer sa vie. A l’attendre lui… Sa seule occupation était cette maudite brosse que Karin lui avait donné en essayant de se faire vainement pardonner. Pourquoi croyait-elle qu’elle lui en voulait ? La fleur était tout sauf rancunière. Sasuke Uchiwa n’avait aucun rapport avec sa vie, il faisait donc ce que bon lui semblait et il en était de même pour elle. Ce n’était pas plus compliqué que ça…

 

Sasuke Uchiwa ne changerait jamais. Contrairement à elle… Sakura Haruno… Une jeune femme pour qui le fait de vivre n’était désormais plus qu’une simple vengeance. Elle ne vivrait plus au dépend des autres mais bien à ceux d’elle même.

 

C’était sans doute ce que représentait le geste qu’elle s’apprêtait bravement à faire. Une renaissance… Une métamorphose. Le cœur du souverain s’emballa lorsqu’il la vit sortir une paire de ciseaux de la poche de son tablier. Qu’allait t-elle faire ? Elle empoigna alors sa belle et longue chevelure tandis que les ciseaux s’en rapprochaient. Elle se mit à la couper par des mouvements toujours aussi mécaniques. Au bout de deux minutes, tout était fini. Ses cheveux roses lui arrivaient désormais aux épaules.

 

Des pas d’une extrême légèreté se firent entendre et une silhouette apparut aux porte de l’écurie. La rose lui faisait dos, assise à terre et adossée à une botte de foin, tandis que l’intrus semblait l’observer avec intérêt et incompréhension.

 

- Tu voulais me parler ? Interrogea une voix neutre.

 

Sai…

 

- J’ai pris ma décision.

 

La tension était palpable. Sans parler du cœur du fameux roi qui semblait s’être brutalement arrêté. Ce sentiment qu’il n’avait pas connu depuis plusieurs années venait de revenir au galop et d’assaillir son corps tout entier. La peur… A peine avait-elle fini sa phrase qu’un frisson transcendant parcourut l’échine du plus puissant des Uchiwa. Oui, figé comme une statue et caché ainsi tel un espion, il avait peur qu’elle lui ai dit la vérité sur ses intentions. Sur ses futurs projets…

 

- Marions-nous le plus tôt possible, dit-elle en brisant subitement le silence alors qu’un sourire victorieux pinçait les lèvres du futur marié.

 

 

 

Merci à tous pour vos coms qui nous encouragent énormément <3 !

 

Et merci aussi à tous ceux qui lisent et suivent cette fic =) !

 

P.S : Par manque de temps, nous n’avons malheureusement pas pu répondre aux commentaires. Mais nous nous rattraperons au prochain chapitre ;) !

 

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales