Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 2266 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Sous la lune jaune
[Histoire Terminée]
Auteur: tookuni Vue: 148
[Publiée le: 2021-03-26]    [Mise à Jour: 2021-04-30]
13+  Signaler Drame/Action-Aventure/Yaoi (HxH)/Amitié/Tranche de viePas de commentaire
Description:
Naruto, comprenant qu’il n’atteindra jamais son rival s’il reste éloigné de lui, décide d’agir en conséquence : il va le rejoindre. Il vivra des moments forts et tragiques pour atteindre sa némésis, mais Sasuke est-il prêt à l’accepter à ses côtés, et à quel prix ?

TW : Violence, dépression, PTSD
Crédits:
L'univers et les personnages de Naruto appartiennent à Kishimoto Masashi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 2 – C’est moi qui pars

[2880 mots]
Publié le: 2021-04-02Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)


Le garçon était assis, grave, sur le bancal support que constituait le banc des confessions. C’était ici que Sakura lui avait livré ses angoisses quant au comportement étrange de Sasuke. C’était cet endroit devenu sacré qui avait été le théâtre d’une promesse qu’il se refusait à rompre, même s’il avait déjà échoué à la tenir.

Le visage défait, il tentait de se composer l’air déterminé qui aurait dû lui seoir. Il était las de ces batailles intérieures, agacé de ses éternels tourments, vaincu par l’absence de lumière dans l’avenir qu’il entrevoyait. Dernier des deux frères, il se débattait dans l’eau noirâtre qui avait absorbé l’âme de sa némésis, l’engloutissant, tandis que le soleil s’effaçait de sa vue brouillée par les flots.

L’espoir le faisait vivre, comme tant d’autres, et le sauvait toujours de la noyade. Mais cette certitude se laissait dévorer par le temps. Il ne s’agissait plus d’attendre ou de croire. Il s’agissait d’entamer un mouvement vers la lointaine clarté qu’il s’imposait d’imaginer pour la présumer existante. Aussi, avait-il décrété qu’il était temps.

Une ombre fine auréolée de rose se présenta à ses yeux. Sakura, ponctuelle, se penchait légèrement sur lui, ses bras cachés derrière son dos, ses doigts mêlés les uns aux autres, dans cette pose qui la rendait si adorable qu’il s’en éprenait à nouveau instantanément. De ce sourire confiant qu’elle avait pris coutume de lui adresser, elle guérit son cœur et lui procura l’illusion qu’il était puissant.

La jeune fille, transformée par la disparition de cet être qu’elle considérait autant que le faisait Naruto, malgré la divergence d’un tel sentiment, apprenait ardemment la médecine. Pour ne pas perdre le peu de force physique qu’elle possédait, elle s’entraînait également avec la Hokage lorsque la tâche à plein temps de celle-ci le lui permettait.

Naruto, qui était déjà passé par ces épreuves de force, avançait dans cette voie comme l’aurait fait un automate. Il grandissait, gagnait en expérience, mais la monotonie d’une telle situation lui donnait l’impression, réaliste, que Sasuke était toujours plus loin, qu’il devait déjà l’avoir dépassé. À chaque pas qu’il faisait vers le traître en augmentant sa force, Sasuke courait plus avant.

La voix faussement guillerette de Sakura acheva de l’éveiller de son désarroi.

« Naruto, bonjour. C’est inhabituel que tu me fasses venir ici. Il se passe quelque chose de grave ? »

Elle le cernait trop bien, songea l’interpellé.

Tandis que leur troisième tiers les avait abandonnés, ils s’étaient mentalement compris et rapprochés. Se côtoyant peu, entraînement acharné obligeait, ils avaient obtenu de par leur douleur commune un terrain d’entente impressionnant. Sakura devinait Naruto mieux que quiconque. Naruto percevait les sentiments de Sakura comme s’il les vivait lui-même.

Le soutien que la future médic-nin lui apportait par sa complaisance, sa compréhension et le partage de ses propres tourments, lui était plus précieux que n’importe quelle tentative de le consoler. Cette complicité unique, si rare fut-elle, esquisse de sourire à une autre, cillement découragé à son vis-à-vis, constituait la preuve que leur solitude n’était que fortuite. Ils étaient deux tiers, et leur malaise provenait d’avantage du fait que leur part manquante était esseulée.

Naruto tenta un rictus rassurant, rata, et décida que son indiscipliné masque habituel ne suffirait pas à tromper son amie.

« Ça va dépendre de la façon dont tu réagis, concéda-t-il. Mais raconte-moi ce que tu fais de beau pour l’instant ! On s’est pas vus depuis deux semaines, et on a du temps libre, autant en profiter avant de parler de choses qui fâchent ! D’accord ? »

Sakura afficha une moue boudeuse caractéristique. Elle avait détesté le manque de confiance que Sasuke lui avait démontré. Elle exécrait les petits secrets sentimentaux de Naruto. Il croyait la mystifier d’un sourire rayonnant ou d’une remarque idiote et ne faisait qu’augmenter son inquiétude.

Ses yeux ne mentaient pas, eux. Ils contaient, verres immenses fumés d’azur, combien le garçon avait pu souffrir, combien il s’attendait encore à subir ces maux, combien, enfin, Sasuke avait détruit la magnifique esquisse de joie pure qu’on y percevait fleurir au temps de l’Équipe Sept.

Elle ignorait encore quelles étaient les raisons de tant de haine abattue sur un originel innocent. Perspicace, elle avait bien noté qu’il était abhorré par le village pour des raisons bien plus obscures et dramatiques que quelques turbulences d’enfant. On ne lynchait pas un bambin pour avoir peint des insanités grotesques sur le visage des Hokage.

Elle ignorait les causes mais, à présent consciente de leurs dévastateurs effets, elle attendait patiemment que l’instant vienne où l’on daignât lui dévoiler la vérité. Que cet aveu vienne de Naruto aurait été un grand honneur, mais le garçon paraissait si effaré par les faits qu’elle escomptait plutôt vicieusement tirer les vers du nez de Kakashi ou de sa mentore actuelle.

« Bon, d’accord, mais ne va pas me faire des cachotteries trop longtemps, tu sais que je n’aime pas ça ! » grogna-t-elle en croisant les bras, s’asseyant lourdement sur le vieux banc d’un geste voulu digne.

Le support maltraité émit un geignement sonore. Naruto pouffa. Sakura rougit, frappa, et rétablit fièrement sa pose butée tandis que sa victime se frottait la tête.

L’impérieuse interlocutrice reprit la parole, les paupières d’abord jointes de colère.

« Récemment, je bosse sur des décoctions pour guérir les empoisonnements. Comme j’apprends vite, on m’a mise aux analyses de certains poisons spéciaux. Je suis censée fabriquer des antidotes rapidement. Pour l’instant, c’est super dur. Tout à l’heure, j’ai mis trop de temps à faire un contrepoison, si bien que mon patient est mort… Bon, il l’était déjà à la base, hein, je m’entraîne pas non plus sur des cobayes réels, ce serait un vrai massacre ! » plaisanta l’étudiante.

Tandis qu’elle haussait les épaules, à la fois déçue et résignée, Naruto déglutit. Depuis qu’elle découpait des corps à la morgue, Sakura faisait preuve d’une telle insensibilité physique que c’en était, comme il le faisait remarquer lorsqu’il était certain qu’elle ne pouvait l’entendre, « Carrément flippant ! ».

« Sinon, j’ai enfin appris le remède pour les gueules de bois. Tsunade-sama s’occupe beaucoup plus de moi depuis qu’elle n’a plus mal à la tête après une cuite ! Par contre, du coup, elle tape plus fort à l’entraînement… Et toi ?

— Oh, toujours pareil ! s’esclaffa Naruto, revigoré par les plaisantes anecdotes de sa compagne. Je m’entraîne, je m’entraîne, je mange des râmen... Et je m’entraîne encore !

— Tu dors, au moins ? s’enquit la jeune fille, inquiète.

— Oui ! répondit Naruto, au garde à vous.

— Dans ton lit ? titilla-t-elle d’un air suspicieux.

— Non… » se décomposa le concerné.

Un nuage de dépit passa sur le large front de l’unique enfant Haruno.

« Oh. Alors ma tisane ne fonctionne pas du tout…

— Ah, mais non ! C’est pas ça ! Elle marche même trop bien ! » contesta le garçon, pressentant une réaction néfaste de sa coéquipière, dont les retombées le concerneraient forcément.

Elle irait jusqu’à venir l’assommer tous les soirs et le sangler à son lit si cela pouvait éviter d’intempestives sorties nocturnes. Elle avait eu suffisamment peur, la soirée où il s’était glissé dans sa chambre en marmonnant des comptines, les yeux révulsés, pour s’alarmer de ses crises quotidiennes de somnambulisme.

« Tu vois, je me promène plus n’importe où depuis que je prends ta ver… Heu, verveine ? hésita-t-il.

— Tambouille si tu veux, Naruto. Appelle ça comme tu en as envie, tant que ça a de l’effet, grogna Sakura en balayant le sujet de la main. Mais si tu veux enrichir ton vocabulaire, c’est bien de la verveine.

— Oh, génial ! s’égailla l’idiot, fier d’avoir retenu ce qu’il prenait pour une expression médicale d’une rare complexité. Donc... Maintenant, je vais toujours au même endroit, et je m’endors sur place. Ça fait plusieurs nuits que je m’emmène une couverture, il commence à faire frisquet… Mais je dors vraiment bien, sans bouger, et je me lève au même emplacement ! »

La situation qui enchantait le malade démoralisa Sakura.

« Mais tu vas toujours devant chez lui, n’est-ce pas ? »

Le visage poupin se déforma à nouveau. Elle savait. Elle ne lui avait jamais avoué l’avoir suivi ou espionné, pourtant, il était parfaitement conscient que c’était le cas. L’apprendre si placidement de ses lèvres lui retourna cependant l’estomac.

« T’inquiète pas, le rassura-t-elle, je comprends bien ce que tu ressens, ce que tu fais là-bas... Si j’avais ton endurance physique et morale, j’en ferais sûrement autant. Mais j’ai besoin d’un lit pour bien me reposer, et je peux plus passer par ce quartier sans avoir la gorge nouée. Depuis que je t’y ai surpris, c’est pire encore. C’est pas bon pour moi de perdre mon temps à me morfondre. Ça altère mes capacités mentales et ça m’apporte rien. Je sais que c’est pas ton cas. »

L’aveu d’une telle faiblesse de la part d’une jeune femme qui visait tant de résistance effraya Naruto. Il impliquait que c’était à son tour de se répandre en secrets douloureux et en sentiments contenus. Il marquait l’introduction du discours pour lequel il avait fait venir sa partenaire à ce banc.

Alors, il partagea ce qui le rongeait chaque nuit. Il raconta tout ce qu’elle ne savait pas de ce qui le liait à Sasuke, il développa chaque point dont elle avait auparavant accepté l’obscurité, dévoila leurs plus secrets démons, alla jusqu’à évoquer vaguement sa propre malédiction. Enfin, il avoua son désespoir, son manque de force, cette impression maligne que son éternel rival le distançait un peu plus chaque jour. Il lui dit qu’il voulait le voir pour y croire, qu’il savait bien qu’il n’y avait qu’à ses côtés qu’il pouvait devenir assez fort pour l’atteindre.

« Naruto… Qu’est-ce que je dois comprendre ? murmura Sakura, trop ébranlée pour crier de colère et de peur.

— Puisqu’il ne peut pas revenir, c’est moi qui pars. »

La phrase aurait pris une dimension dramatique si Sakura n’avait pas été si bien préparée à la conclusion d’un tel monologue. Cela ne l’empêcha pas pour autant d’entrer dans une rage folle. Furieuse, elle saisit Naruto par le col et lui hurla au visage :

« Comment tu peux oser me dire ça ? Ça te suffit pas que Sasuke ait déserté ? Tu veux faire pareil pour le copier une fois de plus ? Et où tu vas aller, gros malin ? Tu sais très bien que tu as besoin des gens autour de toi pour évoluer ! Tu comptes le retrouver ! Comment ? Tu vas encore te fier à cette saloperie d’instinct qui te met toujours dans les pires situations ? Tu vas y perdre combien de temps ? Tu crois sérieusement qu’on va te laisser rester avec lui si facilement alors que c’est toi et toi seul que Sasuke a fui ? Tu n’es pas conscient, peut-être, que c’est toi qui l’as rendu plus humain, toi qui lui as fait goûter un nouveau bonheur, toi qui lui as fait oublier sa connerie de vengeance ! Tu penses qu’il va t’accepter comme ça, tout fier qu’il est d’avoir soi-disant brisé ses liens, même si ce salaud d’Orochimaru trouve pour quelque maudite raison que tu es un bon parti ? Je veux bien que tu en crèves d’envie, parce que moi aussi ! Mais tu vas te ruiner à essayer de le suivre ! »

Le regard fuyant, le maltraité avait attendu que l’orage passe. Sakura n’avait pas besoin de lui répéter ce qu’il avait déjà retourné cent fois dans sa pauvre tête. Comme elle s’était tue, il daigna enfin croiser les flammes de révolte dansant dans ses yeux. Un sourire forcé naquit sur ses lèvres et ses sourcils s’arquèrent pour lui conférer un masque désolé.

« Mais je me ruine davantage ici. »

À ces mots, l’adolescente hésita, lâcha le col malmené et laissa tomber ses bras, vidés de leur force. Les explications que Naruto s’était imposé de lui fournir quelques minutes plus tôt trouvaient leur sens : elles constituaient sans doute les plus beaux arguments du monde à la décision déjà sans appel du jeune ninja.

La kunoichi renifla bruyamment afin de se contenir, en vain. Voilà qu’elle pleurait sans contrôle, inexpressive, déjà résignée. Parvenant à articuler sans effort malgré sa gorge nouée, elle souffrit la sentence d’un signe de tête :

« Je te préviens, Naruto : si tu reviens en pièces, je te démonte la gueule. S’il revient en pièces, je te démonte la gueule. Et si vous ne revenez pas, je vous chercherai, je vous trouverai, et je vous démonterai la gueule à tous les deux ! »

Pétrifié par les sordides menaces qu’il la savait capable de mettre à exécution, Naruto sentit à peine le poids de son amie l’étreignant de ses bras et les larmes chaudes qui inondèrent son cou. Le garçon, dans un réflexe dont il ignorait l’origine, ferma ses membres sur l’éplorée qui, à ce contact, laissant libre court à son chagrin, éclata finalement en sanglots.


*


« Et sinon, tu vas demander l’autorisation à l’Hokage ou tu vas la mettre devant le fait accompli et me laisser encaisser à ta place ? »

Le garçon lui présenta une figure si terrorisée qu’elle devina immédiatement : il ne comptait aucunement s’exposer à l’ire de sa « mamie Tsunade ».

« Bon, d’accord. Je ferai celle qui ne savait rien et je lui suggérerai de te donner une prétendue mission au long cours. Elle pourra jamais se résoudre à te définir comme déserteur. Vis-à-vis du Conseil, on pourra même faire passer ça comme un prétexte pour t’éloigner de Konoha, puisque ton ermite bizarre n’est toujours pas réapparu... Comme l’Akatsuki est à ta recherche, non seulement ils auraient plus de mal à te trouver, mais en plus, tu ne représenteras plus une menace pour le village en y restant.

— Waouh ! Merci Sakura, t’es vraiment impressionnante ! J’aurais jamais pensé à ça !

— C’est parce que tu es un idiot, Naruto, il faudra corriger ça ! » grommela-t-elle, flattée sans en avoir l’air.

Les yeux rouges et enflés de la jeune fille lui donnaient l’air épuisé. Calmée, cependant, elle avait rapidement repris ses esprits pour comploter efficacement avec cet imbécile blond qui n’avait même pas planifié correctement son évasion. Il était perdu, mais résolu. Le moins qu’elle puisse faire pour lui était de lui apporter son soutien.

« Bien, est-ce que tu as une idée d’où aller pour trouver cet horrible serpent ? »

Naruto, à son grand étonnement, hocha positivement la tête. Le garçon afficha un sourire malicieux et satisfait en remarquant la surprise de sa complice.

« Hé hé, ricana-t-il. D’abord, je pensais retourner à la Vallée de la fin et, simplement, suivre la direction dans laquelle Sasuke est parti. Après tout, on est ninjas, on se déplace en ligne droite par réflexe… Mais je me suis dit que Sasuke n’était pas assez con pour suivre une ligne droite en étant poursuivi... Du coup, je me suis rappelé autre chose. J’ai toujours la carte que Kabuto nous avait laissée à l’examen Chûnin. Je sais pas comment j’ai fait pour la récupérer dans mon bordel, mais la voilà ! »

Le futur fuyard sortit triomphalement de sa poche un morceau de carton crasseux et délavé. Sakura sourcilla. Naruto se gratta la tête, embarrassé, et marmonna :

« Oui, bon, tu te doutes que tout ce qui entre chez moi goûte aux râmen

— J’espère qu’elle n’a pas moisi… commenta la jeune fille, écœurée.

— Ah, non ! Pas de râmen moisi chez moi ! s’offusqua l’aliéné.

— Du lait, oui, mais pas des râmen, tiens… C’est bon, c’est bon… Fais voir ça », concéda-t-elle enfin.

L’optionnel futur Hokage glissa de mauvaise grâce sa précieuse possession dans les mains expertes de la kunoichi.

« Ah, pour une fois que tu prouves que tu as un cerveau ! Effectivement, cette carte est manipulée par du chakra et c’est avec du chakra qu’on l’invoque. Ça veut donc dire qu’en injectant du chakra dedans, tu perturbes le flux établi par le possesseur, qui en est averti. Tu as déjà essayé ? »

Les lumières du garçon ne faisant pas long feu. Il s’autorisa quelques secondes de réflexion afin de comprendre les explications de sa compagne.

« Euh, oui, il y a deux jours. D’ailleurs, la carte s’est toute flétrie… Je pensais pas qu’elle reviendrait à la normale.

— Kabuto a dû laisser cette carte à Sasuke. Ça devait être un moyen de s’assurer un ultime contact, si jamais ces types du Son n’étaient pas assez convaincants. Il aurait pu à tout moment l’appeler, grimaça l’étudiante. Comment tu l’as récupérée ?

— C’est Sasuke qui l’a jetée en allant s’asseoir au début de l’examen. Il avait l’air de pas mal s’en foutre.

— Ça m’étonne pas… Et pourquoi tu l’as gardée ?

— Ben, moi, je trouvais ça intéressant, c’étaient les données de Gaara, quoi. Je pensais qu’en les étudiant, j’aurais un avantage sur Sasuke. Ça m’a servi à rien jusqu’à présent. J’espère juste que ce sale espion s’en sert encore…

— Franchement, vu comme il est, il ne doit pas perdre une seule occasion de grapiller des informations. Je suis sûre qu’il viendra même jusqu’ici, en reconnaissant ton chakra.

— Tu crois qu’il peut reconnaître ça avec ces cartes ? s’étonna le ninja, sceptique.

— J’en suis sûre ! » décréta Sakura, confirmant d’un clin d’œil son assurance.




Commentaire de l'auteur J'aime bien dépeindre des moments complices entre Naruto et Sakura, ça me fait toujours plaisir de la voir le gronder gentiment ♥. Et vous ? :)
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales