Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Parlement des choses spatiales
    Observatoire de l'Espace du CNES
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 26/10/2020
  • Elle n'avait rien remarqué d'anormal
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 2 000 - 4 700 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 15/08/2020
  • Histoires de fleurs
    YBY Editions
    Nb de signes : 20 000 - 60 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/03/2021
  • Body Positiv
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance contemporaine - romance
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Indispensable
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/07/2020
  • Le monde d'après
    Réticule
    Nb de signes : 6 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction - anticipation - science-fiction
    Délai de soumission : 31/08/2020
  • Non
    POÉTISTHME
    Nb de signes : < 6 000 sec
    Genre : avant-garde - art visuel - poésie
    Délai de soumission : 26/08/2020
  • Thriller horrifique
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : thriller - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • Enigma
    Etherval
    Nb de signes : 10 000 - 34 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 01/08/2020
  • My boss and I (Mon patron et moi)
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : érotique - romance
    Délai de soumission : 30/09/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 964 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Sous la Lune Rouge Auteur: Llevann Vue: 73731
[Publiée le: 2008-01-05]    [Mise à Jour: 2010-04-12]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Surnaturel Commentaires : 285
Description:
Apres la Quatrieme Guerre Mondiale, les Vampires regnent sur Konoha. Haruno Sakura et Hatake Tenten entrent dans la résistance - et se voient assigner une premiere mission totalement inattendue ( et completement suicidaire) : assassiner l'Hokage.

Nouveau Chapitre : "Tandava".
Crédits:
Personnages issus de Naruto de Kishimoto.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Révélations dans le Désert

[5704 mots]
Publié le: 2008-10-18
Mis à Jour: 2008-10-28
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Hello tout le monde, ravie de réécrire pour vous. On se retrouve à la fin du chapitre, gros bisous !

 

22

 

POV Sakura

 

Je rêvai de mes parents.

Ça ne m’arrivait pas souvent, étant donné que j’étais encore très jeune quand ils étaient morts. Je revoyais vaguement la chevelure rose pâle de ma mère, sentait l’odeur rassurante de l’après-rasage de mon père, alors qu’il me portait à bout de bras…leurs rires résonnaient dans ma tête d’enfant.

Une couleur de cheveux, une odeur d’après-rasage, des rires. C’était tout ce qui me restait de mes parents. Le reste avait disparu dans l’incinérateur public de Konoha. Les yeux clos, je me gorgeais des dernières reliques de mon rêve. Des larmes me picotaient l’intérieur des paupières. J’aurais pu rester comme ça une éternité, et pourtant je savais qu’il me faudrait ouvrir les yeux : j’entendais quelque chose s’agiter à côté de moi. Et surtout, je me rappelais parfaitement l’espèce de furie à éventail qui nous avait mis KO, Tenten et moi. Mais j’avais l’impression que tant que je ferais semblant de dormir, tout irait bien.

Quelqu’un me souffla sur la joue, et je plissai le nez.

« Plus question de faire semblant. » me dis-je, en ouvrant à contrecoeur les paupières. Comme prévu, Tenten était penchée sur moi.

- Depuis combien de temps tu fais semblant de dormir ? grinça t-elle en guise de bonjour.

Pour toute réponse, je tentai un sourire qui devait plutôt ressembler à une grimace.

- Tu as une tête horrible. dit Tenten d’un ton sentencieux.

J’aurais aimé lui dire toi aussi, mais en fait, ses macarons défaits lui conféraient une sorte de grâce supplémentaire. Ce n’était pas juste. C’était elle, le garçon manqué qui ignorait comment se mettre du mascara correctement. Et c’était moi qui avait hérité d’une couleur de cheveux impossibles.

Encore que ma mère semblait parfaitement heureuse avec sa chevelure…

Je me redressai lentement, et jetai un regard circulaire autour de nous.

« Bon sang. » pensai-je.

Nous étions dans une espèce de grande geôle glauque, fermé par des barreaux en fer. En regardant la planche sur laquelle une âme charitable m’avait jetée, je sentis soudain es courbatures me pourfendre le dos.

- C’est sûr que ça change du palais de Konoha. murmurai-je.

- C’est sûr. fit Tenten, un petit sourire aux lèvres. T’imagines si on était vraiment des filles de bourges ? Quelle chance qu’on ait grandi dans un marais !

Oui, quelle chance.

Mon regard se reporta sur les barreaux.

- N’y pense même pas. dit aussitôt Tenten. J’ai essayé de les faire fondre, sans succès.

Je la regardai, hébétée.

- Tu es sérieuse ? m’exclamai-je à voix basse.

- Sérieuse. On a des sacrés barreaux à l’épreuve de la magie.

Son ton était un peu léger, mais je sentais sa nervosité. Et pour tout dire, j’étais à peu près dans le même état d’esprit. Des barreaux qui résistaient à la magie étaient des barreaux faits pour les Nécromanciens. Et cette conclusion ne me disait rien qui vaille.

- Où est Naruto ? murmurai-je.

- Il n’était pas là quand je me suis réveillée.

Autre mauvais point, même si ce dernier était on ne peut plus prévisible. Naruto, en tant que seul mâle du groupe, allait probablement avoir droit à sa propre cellule.

- Tenten, où tu crois qu’on est ? demandai-je bêtement.

Bêtement, car j’avais moi-même une certaine idée.

- Sincèrement ? Je crois qu’on est aux mains d’un certain brigand dangereux, et que nous sommes ici dans une ancienne prison des Vampires réservée aux nécromanciens.

Mon estomac se tordit brutalement, et un goût de bile envahit ma bouche. Mais je trouvai la force de hocher la tête.

- C’est bien ce que je pensais. murmurai-je.

Et comme je l’avais dit, je n’aimais pas ça. Je cherchai vainement des yeux une quelconque issue de secours. Il n y avait que les barreaux. Mais même en sortant d’ici, il faudrait trouver Naruto. Il faudrait ensuite affronter peut-être la blonde aux couettes, et je n’en avais pas envie. Car voyez vous, je pressentais que ce n’était pas une petite joueuse.

- J’ai une idée. dis-je finalement.

Tenten me regarda de ses grands yeux bruns.

- Ça ne marchera pas. dit-elle simplement.

Je lui jetai un regard agacé. Pour une fois que j’avais une idée…

- Pardon ? fis-je.

- Tu veux qu’on fasse fondre ces barreaux en mêlant nos pouvoirs, n’est ce pas ? Ça ne marchera pas.

Nous passâmes quelques secondes à nous défier du regard.

- Qui ne tente rien n’a rien. dis-je finalement.

- Imagine que la bécasse blonde se ramène. risposta Tenten. Tu veux l’affronter en ayant gaspillé toute ton énergie.

Non, bien sûr que non.

- Qui ne tente rien n’a rien. m’entêtai-je.

Cette femme ne viendrait peut-être pas, avec un peu de chance. Certes, je n’avais jamais eu beaucoup de chances dans ma vie…

- Bon sang, Tenten, tu ne voies pas que j’essaie d’être spontanée pour une fois ! m’exclamai-je.

Pourquoi, d’ailleurs ? Parce que j’avais rêvé de mes parents pour la première fois depuis des années ?

- C’est bien ce qui m’inquiète. répliqua t-elle.

Pendant un moment, je crus que je n’allais pas résister à l’envie de l’étrangler.

- mais si tu veux, soupira t-elle. Allons y.

Elle se mit debout avec l’agilité d’un chat d’un marais. Je dus sans doute paraître moins gracieuse, mais il n y avait que ma conscience pour le remarquer : Tenten s’était déjà approchée des barreaux.

- Comment tu veux procéder ? demanda t-elle d’une voix calme.

Je détestais quand elle faisait ça. J’observai un moment les barreaux, palpai le fer…et ressentis aussitôt un petit pincement sur l’index.

« Mince. » me dis-je en relevant les yeux sur Tenten, qui m’observait, calme.

Elle avait raison. Il y avait quelque chose dans ces barres de fer…je me raclai la gorge.

- Un sort de fusion ? proposai-je, certaine d’être rabrouée par mon prof improvisé.

- Hum. J’ai déjà essayé mais peut-être qu’à deux…tu sais qu’on a pas de cercle d’invocation ?

-Oui. dis-je sèchement. On y va ?

Tenten eut un sourire gracieux, et étendit ses mains. Je l’imitai. Dès que nos doigts se touchèrent je sentis comme de l’électricité statique entre nous. La différence de pouvoirs, aurait dit Kakashi sensei. Tenten était une espèce de surdouée garçon manqué.

- prête ? fit-elle.

Je hochai la tête, et me mit mécaniquement à réciter n’importe quoi dans ma tête. Ça n’avait aucune espèce d’importance. Les mots me servaient juste à canaliser mon énergie pour obtenir ce que je voulais. Et là, je voulais du feu… quelques instants s’écoulèrent sans que rien ne se passe, puis je sentis l’énergie de Tenten se déployer comme un gant autour de nous.

La température monta de plusieurs degrés en quelques secondes.

Elle était plus douée, certes, mais elle n’avait jamais fait aucun effort pour canaliser sa magie. Ce n’était pas mon cas. Et pourtant, quand mon énergie se joignit à la sienne, une chaleur insupportable me mordit la peau. J’entendis quelque chose craquer, et priai pour ne pas que ce soit mes cheveux.

- Sakura…souffla Tenten.

J’ouvris les yeux, et la vit à travers un flot rouge. La chaleur me brûlait les yeux, la peau. C’était insupportable. Si les barreaux ne fondaient pas tout de suite…soudain, je les vis, et je ne pus retenir un petit cri. Du sable…ils s’étaient transformés en une espèce de sable qui tournoyaient sur lui-même à une vitesse folle.

Tenten rompit brusquement le contact, et l’énergie rouge disparut. De la vapeur s’élevait de nos vêtements et du sol. J’étais en nage, et Tenten aussi. Mais les barreaux n’avaient pas fondu. En fait, ils s’étaient miraculeusement retransformés en métal.

Nous observâmes les barreaux pendant une seconde.

- Tenten…soufflai-je. Pourquoi tu ne m’as pas dit…

- Parce que je n’avais pas vu ça. chuchota t-elle.

- Ça va ? Vous êtes calmées ? fit une voix ironique.

Je tournai brutalement la tête – si brutalement que mon cou craqua.

« Bon sang. »

C’était la blonde aux couettes. Elle tenait son éventail gigantesque, et un sourire moqueur flottait sur ses lèvres pulpeuses. Un éclair surpris faisait briller ses yeux verts.

- Vous êtes vraiment des Nécromanciennes douées. dit-elle doucement. Mais je pense que vous avez trouvé vos maîtres.

- Laissez nous sortir. dit Tenten, d’une voix furieuse, comme si elle ne venait pas de claquer toute son énergie. Tout de suite !

- Tu te calmes, macaron girl. fit la blonde. Je n’ai pas d’ordres à recevoir de collabo.

Ses yeux forêt étaient subitement devenus plus durs que du verre.

« Tenten… » pensai-je très fort.

- Collabo toi-même ! riposta ma meilleure amie, visiblement énervée. Ouvre cette prison, t’as pas à nous retenir, espèce de…hors-la-loi !

Elle était devenue encore plus rouge.

La femme sourit.

- je préfère voler les Vampires et les collabos que de coucher avec un Vampire. dit-elle froidement.

Ouille. Là où ça faisait mal.

Tenten parut s’étouffer un moment, puis revint à la charge.

- Et tu fais quoi, tu le redistribues aux pauvres ? ironisa t-elle.

J’aurais aimé lui rappeler que cette femme tenait à la main une arme mortelle alors que nous-mêmes étions à plat. J’y renonçai, et essayai de raisonner l’autre.

- Vous vous trompez sur notre identité. dis-je calmement.

- Ah non ? Et que faisiez vous avec des ANBU ? Et l’autre blond ? C’est un mordu, assurément !

Elle avait raison.

Bon sang.

J’aurais dû être ravie de parler à une autre Nécromancienne, mais…

- réfléchis un peu, bon sang ! aboya Tenten. Qu’est ce que des Nécromants pourraient faire avec des Vamps, ça va pas ?

La femme s’empourpra, et sa main se crispa sur son éventail.

- Pour qui te prends-tu pour me parler comme ça ? riposta t-elle. Je crois que ton amie et toi êtes des espèces de déviantes, qui valez gros aux yeux de ces monstres de Konoha, à en juger par vos ANBUS. Rassurez vous, pour récupérer vos têtes, les Vampires paieront gros…et des familles honnêtes vont en profiter !

Je ne pus m’empêcher de me demander si par têtes elle parlait au propre ou au figuré…

- Ça suffit Temari. fit une voix posée.

Un jeune homme venait d’apparaître dans le couloir. Il portait une espèce de combinaison violette qui lui masquait les cheveux, et portait une sorte de poupée emmaillotée dans le dos, pour ce que je pouvais en voir.

Temari se détendit subitement, et une sorte de fausse paix passa sur son visage.

- Que veux-tu, Kankûro ? J’ai dit que je voulais parler à ces filles seule.

- C’est ça, Kanky, fais ce qu’elle dit…grinça Tenten, les pommettes rouges.

Elle venait de décider qu’elle n’avait rien à perdre. Il ne fallait pas être grand clerc pour deviner que la même haine qui m’animait animait cette fille. J’étais sûre que ses parents à elle aussi étaient morts, cette fameuse semaine du quatre août.

- Il est là. Il veut les voir. dit Kanky, sans s’offusquer pour un sou.

Temari parut déstabilisée.

- Il est là ? Mais qu’est ce qu’il veut ? Qu’est ce qu’il pourrait avoir avec…

Elle nous jeta un regard dégoûté.

- elles ?

Apparemment, le il était quelqu’un d’important, et même Temari l’estimait. Mon cœur fit un bond. On avait peut-être une chance.

« Du calme, Tenten. Temporise. On va peut-être s’en sortir. »

Encore qu’il y avait Naruto…

La mâchoire de Tenten se raidit, signe qu’elle m’avait entendu. Mais elle resta stoïque.

- attention, Tem. On va croire que tu l’admires…ricana Kanky.

- Espèce de…commença t-elle.

Elle se tut brutalement, et sa main se crispa sur son éventail. La seconde qui suivit, nous la sentîmes – une énergie puissante, meurtrière, froide.

« Mazette. » fit la voix de Tenten dans ma tête.

Oh comme elle avait raison…

Trois silhouettes surgirent dans le couloir. L’une d’entre elles avançait en tête. C’était un jeune homme pas beaucoup plus âgé que moi. Je reconnus sans peine les cheveux roux et le regard vert céladon – Gaara du désert.

Mais les affiches n’arrivaient pas à rendre l’aspect glacial de son regard, pas plus que l’aura cruelle et froide qui l’entourait…j’en avais la chair de poule. Chacun de ses pas semblait mesuré, comme si essayait de contrôler son énergie au maximum. C’était lui qui dégageait cette immense énergie. Un autre Nécromant, un de plus.

- Sakura. souffla Tenten. Sakura, c’est…Nara !

Je sursautai, et regardai les deux autres. Pendant un moment, il me sembla que la terre avait cessé de tourner. C’était bien Shikamaru Nara, sa tête d’ananas, son air endormi…et à côté de lui…

- Ino ? m’étouffai-je.

- Coucou ! fit la blonde pétillante. Vous faîtes de ces têtes !

Temari écarquilla les yeux à son tour.

- Vous les connaissez ? demanda t-elle, comme Gaara du désert et ses invités s’immobilisait.

- Elles travaillent pour moi. répondit Nara, d’une voix lassée.

Nouveau coup de massue.

Mes doigts se refermèrent sur les barreaux. Je travaillais pour le pire collabo de la terre ?

Temari semblait aussi choquée que moi.

- Ne me dis pas…que c’est elle que tu as engagé pour assassiner Uchiha Sasuke ! s’exclama t-elle – et je chancelai. Nara ! - . Ce sont des…bleues !

- Non. dit Ino, tout sourire. La brunette est la fille de Kakashi Hatake, et il les a formés toutes les deux. C’est pour ça qu’on les a choisies.

Temari nous regarda, hébétée.

- La fille du Maître des Cadavres ? souffla t-elle.

Il y eut un moment de silence. Je cherchais mes mots. Je finis par les trouver.

- Vous êtes des rebelles. Tous les deux.

Nara, le conseiller privilégié de Uchiha ! Un rebelle !

- Tu n’y as vu que du feu, hein ? s’exclama Ino, apparemment ravie. Avoue que j’étais bien dans le rôle de la collabo pleurnicharde, Sakura !

Effectivement, je n’y avais vu que du feu.

- C’est moi qui t’ai engagé. dit-elle avec enthousiasme. Le gros joufflu…j’avais pris possession de son corps. Sur la fontaine, tu te souviens ?

Si je me souvenais ? Tant que je vivrais, je ne serais pas prête d’oublier ! J’en avais la bouche toute sèche. Je me sentais mal.

- Et c’est Shikamaru qui te parlait dans ta salle de bains. reprit Ino, apparemment soulagée de se confesser. Au début, ce n’était pas supposé tourner comme ça…mais Shikamaru a subitement modifié ses plans, et a ordonné aux troupes d’envahir le palais pour…heu…sauver les nôtres.

Ordonné ?

- C’est le chef de la Rébellion ? s’exclama Tenten, choquée.

- Hé oh, je suis là.

Il eut un sourire moqueur.

- Pourquoi ? dit-il, de sa voix traînante.

- C’est bien lui. coupa Temari. C’est cet abruti qui commande les forces de la Rébellion, mais pas les forces nécromanciennes.

Si il y avait eut une chaise, je m’y serais laissée tomber tant j’étais choquée. Shikamaru Nara, chef des rebelles ! Mon idole ! Celui pour qui je voulais mourir…conseiller des Uchiha, suffisamment fort mentalement pour les servir et les trahir.

J’étais bluffée. Tenten aussi : elle le dévorait des yeux.

- C’est bien beau. fit une voix froide – celle de Gaara du Désert. Mais nous sommes ici pour l’autre.

Tenten et moi nous raidîmes. L’autre était de toutes évidences Naruto.

- Il est totalement inoffensif. dis-je aussitôt. Tu le sais, toi, Ino…dis le leur, s’il te plaît !

Je n’avais pas pu me retenir. Naruto ne ferait pas de mal à une mouche !

A ma grande surprise, Shikamaru Nara eut un petit sourire.

- Tu te trompes, Sakura. dit-il posément. Mais nous n’allons pas leur faire du mal…allons y, Gaara.

Il regardait le brigand comme si il s’en méfiait profondément, tout en restant assez détendu. Sans le regarder, Gaara traversa le couloir. Je remarquai alors la lourde gourde sur son dos…quand Kankûro leur emboîta le pas, la thèse de la poupée emmaillotée fut validée. Et maintenant, on était entre filles.

- Vous n’allez pas le laisser faire du mal…commençai-je.

- Du calme, Rose. fit Temari.

- Je m’appelle Haruno Sakura. dis-je d’une voix sèche.

Curieusement, elle me sourit.

- Moi, c’est Sabaku no Temari. dit-elle. Enchantée.

Elle avait à peine achevé sa phrase que les barreaux de la prison se transformèrent en sable et retombèrent mollement sur le sol.

Nous étions libres.

- Vous auriez dû me dire que vous étiez des nôtres. dit-elle, une sorte de reproche dans ses beaux yeux verts. Et que c’était l’autre abruti qui vous avait embauchées.

- On a essayé. répliqua Tenten. On n’allait quand même pas vous dire qu’on était en mission secrète !

Temari lui sourit, et elle lui rendit son sourire. Et dire qu’elles s’étaient prêtes à s’étriper quelques secondes plus tôt…mais je ne parvenais pas à m’en réjouir. Toutes mes pensées étaient focalisées par Naruto. Où était-il ? Que lui faisait-il ?

- T’inquiète pas. dit soudain Ino, en me regardant de ses yeux bleus. Tout ira bien pour lui.

Comment pouvait-elle dire ça ?

Certes, j’avais idolâtré Nara sans le savoir, et méprisé Naruto pour sa condition de mordu. Mais en cet instant, je ne voulais pas qu’il lui arrive malheur. J’étais prête à tout pour ça. Il méritait d’être bien traité, comme Hinata.

- Tu sais quoi ? dit soudain Temari. Pour me faire pardonner…heu…mes réactions, je vais vous faire servir un bon repas, on va prendre un bain entre filles, et je vais tout vous expliquer. Sur Nara, votre…heu…Naguto, et tout et tout.

- Hein ?

Ino la regarda, hébétée.

- Ça ne va pas ? s’exclama t-elle. J’ai rien contre vous, Sakura, Tenten, mais c’est top secret, vous comprenez ? Shikamaru…

- peut aller se faire voir. coupa Temari. On se fiche de cette espèce de macho dégénéré. Ces filles ont mis leurs vies en danger pour le bien de tous, et mérite de savoir toute la vérité. Et puis, je leur dois une faveur…

Sur ce, elle nous fit un clin d’œil.

- Bien parlé. dit simplement Tenten.

- Si tu es si reconnaissante, tu devrais cesser d’en vouloir à Shikamaru de t’avoir sauvé la vie. riposta Ino.

- Oh, l’amoureuse de son espèce de Vampire, la ferme ! trancha Temari.

Ino rougit, et ouvrit la bouche…

- C’est pour ma mission, sinon tu sais que je suis avec…commença t-elle.

- Tu crois vraiment qu’on va penser que tu es avec Gros Sourcils par amour ? répliqua Temari.

- Comment oses-tu…

- Trêve de bavardage. fit Temari. Suivez moi, mes belles !

Tenten lui emboîta sans hésiter le pas. Elle venait de rencontrer à mon avis une âme sœur. Mais tant que cette Temari me disait enfin ce qui se passait, et pourquoi Shikamaru en voulait à Naruto, moi, j’étais preneuse. Et puis, un bon bain…je m’imaginai Naruto pourrissant dans une geôle sale.

Mais qu’avais à me soucier d’un collabo, même si il était sympathique ? Si on m’avait prédit cela quatre mois plus tôt…à ce rythme, j’allais épouser Uchiha ! Je repensai soudain au baiser, et mes joues s’enflammèrent.

Bon sang. Qu’est ce m’arrivait ?

« Pense à papa. Pense à maman. »

Les rires résonnèrent dans ma tête, mes yeux s’emplirent de larmes. Je me sentais soudain si sale…

Soudain, une main chaude me prit les doigts. Ino me fixait, un léger sourire aux lèvres.

- Shikamaru va la tuer. murmura t-elle. Mais elle s’en fiche…ne t’inquiète pas, Naruto ne le verra pas. Il ne compte pas griller sa couverture. Et il ne fera pas de mal à Naruto. Il l’apprécie.

Je hochai machinalement la tête.

- Tes parents…sont vivants ?

La question m’avait échappée. Les yeux d’Ino s’assombrirent.

- non. dit-elle. Ils sont morts le six août…j’ai vécu chez les Nara sur une petite île du Pays des Vagues toute mon enfance. Le père de Shikamaru m’a sauvé la vie, et il a fait pareil pour un ami, Chôji. Ceux des No Sabaku aussi sont morts. Seule Tenten et Shikamaru ont encore leurs familles…

- La mère de Tenten est morte.

- Oui, mais elle a encore son père. C’est bien, non ? Et puis c’est une légende. C’est vrai qu’il est immortel ?

Je ne pus m’empêcher de rire en revoyant Tenten essayer de ranger le bordel dans lequel vivait son père – même si elle était très bordélique elle aussi, elle était maniaque en ce qui concernait la propreté.

- Je ne sais pas. Je ne suis pas assez vieille.

C’était stupide comme blague, mais nous rîmes à voix basse.

- Il est venu récupérer son fils à Konoha, mais je ne l’ai pas vue. J’effectuais un rapport chez Tsunade. dit Ino.

- Les escargots, dépêchez vous ! beugla Temari. Sinon je vais changer d’avis et vous enfermer dans cette prison !

Nous nous hâtâmes de les rejoindre.

 

*

Hors POV SAKURA

 

 

Hinata avait froid.

Recroquevillée sur elle-même, elle essayait de ne pas trop claquer des dents. Pour ne rien arranger, son cœur battait à toute allure, ce qui était franchement déplaisant. Pour la quatrième fois depuis qu’elle s’était réveillée, elle leva les yeux. Une grande lucarne creusait le mur de béton. D’épaisses feuilles vertes en cachaient l’entrée, mais pas suffisamment pour empêcher de pâles rayons de soleil de pénétrer dans la pièce.

Du soleil !

Seuls quelques rares Vampires, comme le légendaire Madara Uchiha, pouvaient supporter sa morsure. Les monstres qui l’avaient enlevée avaient-ils l’intention de la tuer ? Elle s’était traînée dans le coin le plus sombre de sa cellule, et essayait d’empêcher ses larmes de couler. Et c’était difficile. Elle était terrifiée, encore plus que lorsqu’elle vivait à Suna et que son père la convoquait.

Elle avait toujours cru qu’à Konoha, sous la protection de Uchiha Sasuke – et la surveillance de son cousin – elle pourrait vivre une vie paisible et protégée, et aimer en toute tranquillité. Elle expira doucement. Elle avait de l’air dans ses poumons ! Des larmes envahirent ses yeux blancs. Depuis quand n’avait-elle pas respiré ?

- Naruto…gémit-elle.

Ou était-il ? Etait-il seulement en sécurité ? Quand est-ce qu’on viendrait la libérer ? Car on viendrait la libérer, n’est ce pas ? Après tout, même si elle n’était qu’une incapable, elle était quand même la fiancée d’Uchiha Sasuke. Elle n’était pas assez bête pour ne pas avoir compris qu’on projetait de la donner au plus jeune de la lignée dominante des Uchiha.

Quel chef de clan digne de ce nom pourrait laisser sa fiancée moisir dans un trou à rats ? Pour la première fois de sa vie, elle désira voir le visage de Sasuke. Pour la première fois de sa vie, elle envisagea de se donner à lui plutôt qu’à celui dont elle rêvait. Elle avait si peur…

Le grincement d’une clé la prit par surprise, et elle se redressa rapidement. Ces Youkais se déplaçaient plus silencieusement que des…démons.

La porte de sa cellule s’ouvrit, et une jeune femme apparut. Comme le Youkai au chien, elle avait un triangle rouge sur chaque joue. Il émanait d’elle une grâce altière, sauvage, et une aura rouge flottait autour de ses chevilles à chacun de ses pas.

Hinata se recroquevilla encore plus sur elle-même. La peur faisait battre son cœur encore plus vite. Elle se sentait…au bord du gouffre. Elle le fut encore plus quand elle vit les deux silhouettes masculines qui s’avançaient derrière la femme : celles de ses deux ravisseurs. Quand son regard croisa celui du Youkai au chien, il eut un sourire moqueur, qui dévoila des crocs puissants et blancs.

« Kiba. » se souvint-elle.

La femme s’immobilisa, et leva les yeux vers la lucarne.

- Vous n’êtes que des abrutis. dit-elle d’une voix agacée. Vous l’avez mis dans une pièce où elle peut être atteinte par le soleil ? Vous voulez qu’elle meure ?

- Quelle importance ? maugréa Kiba, avec une grimace de dégoût.

La femme pivota rapidement sur elle-même, et Hinata sentit sa colère.

- Les cellules protégées des UV étaient pleines des espions vampires que Kimimaro a pris à la lisière de la forêt. dit calmement le Youkai aux insectes – en y repensant, Hinata sentit un frisson courir sur sa chair froide. Tu ne voulais quand même pas qu’on la mette avec eux, Hana ?

La dénommée Hana hésita un moment, puis se tourna à nouveau vers Hinata.

- Vous êtes tous des abrutis. murmura t-elle, en s’approchant d’Hinata. Kimimaro compris.

- C’est ton fiancé, tu te rappelles ? ironisa Kiba. Pour sceller l’union des peuples Youkais…

La femme ne répondit rien, et s’agenouilla près de Hinata, qui se tassa un peu plus sur elle-même.

- N’ayez pas peur. dit-elle, avec un léger sourire. Je suis guérisseuse. Je m’occupe des animaux de la forteresse.

Ce n’était guère flatteur d’être comparé à un animal, mais Hinata avait d’autres sujets de préoccupations. Elle avait bien entendu le mot forteresse, n’est ce pas ? Elle était donc prisonnière d’un château-fort ?

- Je ne suis pas malade.

Sa voix était faible, tenue comme un fil de soie, mais elle avait réussi à ne pas bégayer. Ses yeux blancs se portèrent sur la porte que Kiba gardait, les bras croisés. Elle ne pourrait rien faire à trois contre un, et ce même si elle réussissait à activer son Byakugan. Or, elle s’en sentait incapable.

Une nouvelle fois, elle dut refouler ses larmes.

- Votre gardien m’a dit que vous gémissiez dans votre sommeil. reprit Hana. Alors je suis venue voir…il se pourrait que vous soyez allergique au venin des insectes de Shino.

Elle étendit une main aux ongles incroyablement longs, et la posa sur le bras d’Hinata. Celle-ci ne put retenir un sursaut de dégoût, et essaya de se dégager. Mais la main de la Youkai se referma sur son bras comme un piège.

- Calmez vous. dit-elle d’une voix tranchante. Personne n’a l’intention de vous tuer pour le moment, et si vous êtes sage…

Elle jeta un petit regard à Kiba. Celui-ci eut une grimace, et se tourna résolument vers Shino.

Que signifiait tout ce cirque ?

Hinata sentit son cœur s’affoler à nouveau.

- Si vous êtes sage, vous n’aurez même pas besoin de mourir du tout.

- Qu’est ce que vous me voulez ?

Elle avait réussi à être hargneuse ! Mais presqu’aussitôt, des larmes de désespoir dévalèrent ses joues. D’un geste sec, elle les chassa, et se redressa – ce qui était extrêmement difficile avec un bras prisonnier de la main d’un…d’un monstre !

- Vous êtes notre moyen de pression. dit tranquillement Hana, en continuant de la palper de son autre main. Grâce à vous, nous allons obliger les Uchiha à ne pas attaquer…et même à quitter Konoha.

- Konoha ?

Hinata la regarda, éberluée. Ces monstres croyaient-ils vraiment qu’elle avait tant de valeur ?

- Exact. dit Hana. Nous occuperons ensuite la ville.

La jeune Vampire resta un moment coite, puis éclata d’un rire nerveux. C’était la première fois que ça lui arrivait, de rire aussi bêtement. Elle se sentait nauséeuse. Elle avait envie de pleurer.

Sasuke et Neji ne viendraient pas la chercher, maintenant elle en avait la certitude. Sasuke se trouverait une autre épouse…peut-être même Hanabi…elle était condamnée.

- Jamais ils ne vous donneront Konoha. dit-elle finalement, quand ce rire stupide se fut enfin calmer. Ils…ils me laisseront mourir.

Elle balaya la cellule du regard. Le regard de Shino, protégé par des lunettes noires, était indéchiffrable. Quant à Kiba, il se contentait de l’observer avec attention, comme si elle venait subitement de se métamorphoser en Dryade sous ses yeux.

- Ils me laisseront mourir. murmura t-elle.

Elle mourrait si elle ne trouvait pas un moyen de se sortir de là toute seule. Mais comment faire ? Elle était faible, elle avait soif, et il n y avait pas de dôme ici. Le soleil pouvait bien mettre fin à ses jours…

- Vous vous trompez. dit Hana, avec un sourire. Pour l’honneur, ils viendront. Et si ils ne viennent pas, c’est mieux encore.

Elle se releva avec l’agilité d’un animal sauvage.

- Car votre cousin et votre fiancé inavoué viendront sans doute, ce qui divisera votre camp. murmura t-elle.

- Et pourquoi ne pas lui dire d’un coup tout ce que mère projette ? s’exclama Kiba, visiblement agacé par sa sœur.

Hana ne répondit pas.

- Vous n’avez rien. dit-elle. Vous devez capable de survivre encore deux jours sans vous alimenter.

Deux jours ?

Il s’agirait bien de survie, alors. Ils voulaient sans doute l’assoiffer pour écarter toute velléité d’évasion. Comme ils avaient raison…Hinata se tassa un peu plus sur elle-même. Un tremblement nerveux agitait tout son corps.

En passant près de son frère, Hana rejeta sa capuche en arrière et ébouriffa un peu plus les cheveux bruns en bataille.

- Vous devriez faire connaissance. dit-elle, narquoise. Après tout, si on n’a pas besoin de tuer cette Vampire, vous pourriez bien vous trouver mari et femme…

Kiba cracha comme un chat agressé, et Hinata sursauta. Mari et…quoi ?

- n’en rêve même pas ! aboya Kiba à son encontre, avant de suivre sa sœur dehors.

Shino les imita presqu’aussitôt, et referma la porte derrière lui sans lui accorder un regard.

Mari et…femme. Mari et femme.

Elle se laissa glisser le long du mur humide et se mit à pleurer.

 

*

Le dôme de Suna se profilait dans le lointain, cloche rosâtre au milieu des dunes jaunâtres. Uchiha Sasuke remonta le col de son manteau, le regard fuyant.

Il avait grandi à Suna, mais il détestait cette ville. Là, il n’était plus Hokage. Il n’était qu’un prince arrogant à la merci du conseil dirigé par le fondateur du clan, Madara Uchiha, et au sein duquel siégeait son propre père…et son frère, tous deux anciens Hokages. Jamais, sous leurs règnes, une telle catastrophe n’était arrivée. Le palais avait été en grande partie endommagé, des fugitifs s’étaient enfuis. Il devrait répondre de tout cela.

En apparence, il restait calme et maître de ses émotions. En fait, il était nerveux. Ils avaient fini par reprendre Konoha. Ou plutôt, les rebelles s’étaient repliés. Pourquoi ? Il n’en était pas sûr. Mais le plus effrayant était le retour de ces Nécromants que tous croyaient morts. Il avait au moins reconnu deux légendes, et beaucoup d’autres se terraient sans doute dans leurs rangs. Dire que Itachi se vantait de les avoir tous anéantis…

« Des manipulateurs de morts. » se dit-il, dégoûté.

Revenus pour venger ceux d’entre eux qui avaient été pris en traître. On les disait capable de ressusciter et d’utiliser un charnier – et on avait beaucoup parlé de l’un d’entre eux, le Maître des Cadavres. Etait-il vivant, lui aussi ?

Sasuke jeta un regard sur sa gauche. Neji fixait le dôme, la mâchoire serrée. Sans doute mettait-il au point un argumentaire pour convaincre les conseillers d’aller sauver Hinata. Sasuke se sentait coupable.

Il n’avait pu sauver celle dont il savait qu’il devrait l’épouser un jour. Mais pire encore, il n’arrivait pas à penser totalement à elle. Il pensait à cette petite femme aux cheveux roses, au regard interrogateur et intelligent. Sakura…il espérait qu’elle et Naruto étaient déjà à Suna. En pensant à Naruto, il retint à grand-peine une grimace.

Pendant des années, il s’était nourri du sang du jeune homme – et ce avec l’approbation, et même l’injonction, du conseil. Mais rien qu’à y penser, il était dégoûté. Le sang d’un Youkai n’avait rien de goûteux…et ce même si le Youkai en question était un petit blond sympathique.

- À quoi penses-tu ? demanda tout à coup Neji.

Ils étaient presqu’à Suna.

- Naruto. dit-il laconiquement.

- Hum.

Neji plissa les yeux. Sasuke savait qu’il n’avait jamais apprécié le petit blond…après tout, son peuple était indirectement responsable de la mort de son père, des années plus tôt.

- Tu crois que c’est pour récupérer le fils de ce…Minato qu’ils ont enlevé Hinata ? reprit Neji.

Ce n’était pas une vraie question, et Sasuke le savait. C’était une affirmation détournée.

- Probablement. dit-il.

Uzumaki Naruto devait être important pour ces monstres qui se terraient dans la forêt. Après tout, c’était le fils d’un de leur plus grand roi, l’un des rares qui avait réussi à unifier tous les genres de Youkai. Et mieux encore…Naruto portait en lui un de ces bijuus, un de ces neuf monstres Youkais surpuissants.

« Son propre grand-père. » se dit Sasuke, les yeux baissés, soudain honteux d’avoir caché ça toutes ces années à son meilleur ami.

Il se faisait l’effet d’un jouet entre les mains du conseil. Mais comment dire à votre meilleur ami – officieux, évidemment – que le sceau sur son ventre était la preuve qu’il portait en lui Kyuubi, le père de son père, un Youkai si détesté même des siens que Minato avait dû sacrifier sa vie pour l’enfermer dans son propre fils – fils qu’il avait eu avec une Humaine banale.

Le conseil avait beaucoup insisté sur la chance que les Vampires avaient eu de récupérer cette humaine lorsqu’elle avait fui la Forteresse des Tourbillons, et ce avant que les forces spéciales des Youkais ne lui mettent la main dessus. L’hériter au trône du Pays des Tourbillons entre les mains des Vampires, les Youkais s’étaient à nouveau séparés, et avaient repris leurs bonnes vieilles querelles fratricides. Mais ils semblaient avoir décidé de s’unir à nouveau…

Sasuke s’en voulait de ne rien avoir vu venir. Vraiment.

- j’irai chercher Hinata. Elle n’est pas concernée par tout cela. dit froidement Neji. C’est entre ton père et les Youkais.

Sasuke ne répondit pas. Neji n’attendait pas de réponses, de toutes façons…car tous les deux savaient que le Conseil sacrifierait Hinata sans une hésitation pour conserver le fils et le père de Minato. Après tout, il y avait toujours Hanabi à marier…

Il ferma les yeux, et pensa aussitôt à la femme aux cheveux roses. Ce soir, il s’endormirait dans ses bras. Il n’avait que trop attendu.

- J’espère que Tenten va bien, fit soudain Neji.

Sasuke tressaillit, mais ne répondit rien.

Ces deux jeunes filles étaient étranges, et c’était le moins qu’on pouvait dire…

 

Voilà, un peu plus long que la dernière fois.

Bisous.

 

Blabla de l’auteure ( ceux lisant entre deux devoirs de maths sont dispensés de le lire) :

en lisant mes réponses aux commentaires, j’ai réalisé que je devais paraître stupide et gourde. Mais je vous assure que je ne suis ni stupide, ni gourde, et que je suis ultra sympa et même intelligente…^^. Enfin bref. Je répondrais aux commentaires entre today et demain, ce qui ne vous dispense pas d’en donner – vraiment pas…

J’ai mis un peu plus de temps que prévu pour publier, mais je l’ai fait, n’est ce pas là l’essentiel…PS, c’est officiel – ou du moins ça le sera dans pas longtemps – je vais chercher une bêta. En effet, écrivant entre deux devoirs de maths et n’ayant naturellement pas le temps de relire trois cent fois, je cherche quelqu’un d’assez gentil pour se charger de cette corvée à ma place.

Donc, à vos messages privés – et à vos commentaires !

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales